Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un aliment sain dans un corps sain

 | 
Frédérique Audouin-Rouzeau
, 
Françoise Sabban

Le corps menacé

Le concept de lait sain en Grande-Bretagne et sa mise en œuvre, 1900-19601

The concept of clean milk in Great Britain and its implementation, 1900-1960

Peter Atkins

Résumé

This article attempts to demonstrate that the idea of clean milk, which goes without saying today, had a long and difficult history in terms of its acceptance. It was necessary first to describe the actual idea of “clean milk”, something which seemed to take several decades. The National Clean Milk Society, which was one of the instigators of this process, was a voluntary organization set up by the wealthy landowner, Wilfred Buckley. It played a major role in convincing the authorities that it was possible to produce milk more hygienically and of a better bacteriological quality, leading in the 1920s to the official drawing up of a quality statute. It was, by contrast, a lot more difficult to convince the farming world of the economic benefits of producing clean milk and what that actually meant in concrete terms. Some progress was made in the 1920s and 30s, but in rural areas and small towns, regulation of milk production was not very advanced ; in some areas, milk would thus remain an unsafe, even dangerous, product, carrying a variety of diseases, into the 1950s.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

INTRODUCTION

À l’époque dont il est question ici, le lait n’avait pas encore en Grande-Bretagne cette image de produit naturel, sain et pur qu’il véhicule à la fin du vingtième siècle. Il y était considéré par bien des gens comme un produit douteux et sa consommation y était moins généralisée que dans les autres pays européens. Le lait avait trois handicaps. Tout d’abord, le mouillage du lait était courant, et on lui ajoutait aussi souvent des colorants ou des agents de conservation chimiques1. Ensuite, les habitudes d’hygiène déplorables qui étaient alors de mise à l’étable comme à chaque étape de son transport, en faisaient un produit malsain à son arrivée dans la tasse de thé. Mais surtout, le lait était un vecteur de maladies telles que la tuberculose bovine ou la brucellose, et il était également associé à ce que l’on appelait alors la « diarrhée estivale »2 (summer diarrhoea), qui était la première cause de mortalité infantile dans le pays.

Cet article tente de montrer que l’idé...

Auteur

Département de géographie, université de Durham

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540