Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un aliment sain dans un corps sain

 | 
Frédérique Audouin-Rouzeau
, 
Françoise Sabban

Le corps menacé

Comment vivre dans une société à risques ? L’exemple de l’ancien régime

How to live in a society at risk. The example of the Ancien Regime

Madeleine Ferrières

Résumé

In society at the time of the Ancien Régime, bad food was common, and one can speak of a society at risk. In this context, the management of risk comprised two levels of action. The first is at the municipal (or seigneurial) level, who being responsible for organizing the local market, also surrounded the trade in foodstuffs with a network of laws guaranteeing the quality of products offered for sale. The second was at the level of the consumers themselves : it was a question of auto-management. How did the consumer exercise this vigilance ? Two models of behaviour have been chosen here that are typical of the alimentary order in place from the end of the Middle Ages to the XIXth century. The first is a vigilant attitude. Vigilance at the market, in the act of purchasing, in particular is examined here. The second attitude is the acceptance that risks were being taken. It was a question of seeing how, faced with the impossibility of “zero risk”, consumers of food in the Ancien Régime lived with risk and tried to trick it.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Vers 379, Ambroise, évêque de Milan, tente de répondre aux interrogations de ses ouailles. Elles semblent nombreuses, à propos du récit sur le Déluge et ses formidables conséquences alimentaires. Un épisode post-diluvien en particulier paraît attirer tout particulièrement l’attention des fidèles : Noé a été le premier homme à planter de la vigne, le premier à boire du vin, le premier aussi à s’enivrer. L’évocation de Noé ivre-mort, et nu sous le regard de ses fils, pose question : pourquoi Dieu a-t-il fait don de la vigne à Noé ? Pourquoi n’a-t-il pas interdit aux hommes la consommation de vin ?

À cela, Ambroise répond en substance que les responsabilités sont partagées. Pour la vigne, l’action de Dieu est création, tandis que celle de Noé est plantation. Pour le vin, il précise à peu près en ces termes : Mais Dieu qui sait que le vin bu sobrement donne la santé, augmente la vaillance (prudentia), et consommé sans modération pousse au vice, fit don de sa création, réservant l’abondan...

Auteur

Université d’Avignon

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable