Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un aliment sain dans un corps sain

 | 
Frédérique Audouin-Rouzeau
, 
Françoise Sabban

Vertus et méfaits des substances alimentaires

Le vin en Espagne : croyances, discours médical et pratiques populaires1

Wine in Spain: in the popular view representing healthy nourishment with therapeutic benefits. Beliefs, official medical discourse and popular medical practice (XIVth-XXth centuries)

Xavier Castro

Résumé

Wine in Spain, healthy nourishment with therapeutic benefits, was in the past not only considered as a vigorous nutrient but also as a healthy product provided that it was drunk in moderation. Common people had this belief as well as the illustrious elite and doctors. However, in the old times, they used to consider as moderate, amounts of alcohol that nowadays would be excessive. Home-made wine prepared from grapes grown in one’s own vineyards was considered especially healthy. Countrymen used to put more effort into making better wine, less adulterated and therefore healthier when it was used for family consumption. In order to make a good healthy wine it needed to fulfil certain inherent prerequisites and have specific qualities such as clearness and purity. Hygienists used to consider vintage wines as healthy provided that they were well prepared. Their level of acidity was also very important. Regarding alcoholic graduation, doctors used to recommend light wines.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le vin était considéré non seulement comme un aliment vigoureux mais aussi comme un produit sain. Cette croyance était partagée aussi bien par les « gens du peuple » que par l’élite distinguée. Les médecins accordaient eux aussi des vertus salutaires au vin.

La noblesse comme la haute société galicienne partageait cette opinion. En témoigne l’avis de l’un de ses représentants, Don Pedro Ventura de Puga, qui, vers 1830, qualifie le vin de « boisson appréciable et salutaire »1.

Je donnerai un autre exemple éloquent. Les ordres religieux se montraient très soucieux de s’approvisionner en vin de qualité, non seulement parce qu’il régalait le palais, mais surtout parce qu’ils le considéraient comme très profitable à leur santé. C’est pour cette raison que les religieuses du monastère de San Paio de Antealtares se montraient très scrupuleuses quant à la qualité du vin, qu’elles achetaient habituellement à Ribeiro et qu’elles faisaient apporter au monastère, en bénéficiant d’exonérations fis...

Auteur

Université de Saint Jacques de Compostelle

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540