Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un aliment sain dans un corps sain

 | 
Frédérique Audouin-Rouzeau
, 
Françoise Sabban

Discours et pratique

Nourriture et santé dans la médecine grecque ancienne

Food and Health in ancient Greek medicine

María José García Soler

Résumé

Greek medicine pays special attention to diet (understood as a regimen or lifestyle as a whole), which is not only conferred a therapeutic function but also the role to help you keep your health or lose it.
An idea which predominates in dietetic Greek thought is the need to know the nature of individuals, since perfect health is the result of the balance among the humours which compose them. Everything that is consumed by a man, as well as the activities he does, has an influence on his body and the purpose of dietetic medicine is to prevent the conditions which may present a risk, offering a diet based on a balancing relationship between food and exercise. One of the aspects which physicians pay more attention to in order to have a healthy life is precisely food habits, in which the predominant criteria are personalization or variety as balancing factors, as well as other principles like the age, activity, build and sex of each individual, the time of the year, etc.
However, this understanding of medicine has a strong elitist character since it requires time and money, which not everybody had at their disposal.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La diététique est l’une des trois branches fondamentales de la médecine ancienne, avec la chirurgie et la pharmacologie (et, selon nos données, la dernière d’entre elles à se développer)1. Son importance est due au fait qu’on ne lui attribue pas seulement un usage thérapeutique pour guérir le malade mais qu’on la voit plutôt comme un moyen de conserver la santé, si l’on choisit une manière de vie correcte. Ce point de vue explique l’existence, dans l’antiquité, d’œuvres ayant pour thème central la santé des personnes saines. En effet, un des traités diététiques les plus anciennement connus, du ve siècle av. J.-C., celui d’Acron d’Agrigente, a pour titre De l’alimentation des personnes en bonne santé. On pense que Philistion de Locride donna probablement le même titre à son œuvre, Du régime, selon quelques sources anciennes. Et, au iiie siècle av. J.-C., Diphile de Siphnos examina Ce qui convient aux malades et aux bien portants.

Comme Robert Joly2 l’a remarqué, à une époque où on ign...

Auteur

Université du Pays Basque

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540