Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les constructions locales du politique

 | 
Hélène Bertheleu
, 
Françoise Bourdarias

État, politique publiques et configurations sociales locales

« L’urne ne parle pas » : multipartismes et mobilisations électorales des liens sociaux (Mali, Maasina)

Claude Fay

Texte intégral

  • 1 Un numéro de Politique africaine (n° 69, mars 1998) : Des élections « comme les autres » a été con (...)
  • 2 OTAYEK (R.), « Les élections en Afrique sont-elles un objet scientifique pertinent ? », Politique (...)
  • 3 BANÉGAS (R.), « Marchandisation du vote, citoyenneté et consolidation démocratique au Bénin », Pol (...)
  • 4 QUANTIN (P.), « La difficile consolidation des transitions démocratiques africaines des années 199 (...)
  • 5 Et notamment par l’anthropologie contemporaine du changement social, concernant les formes histori (...)

1Si les élections africaines n’apparaissent pas, au premier abord, être « comme les autres »1, c’est à cause de l’apparente originalité du processus électoral lui-même (on évoque alors les thèmes de la contrainte, de l’irrégularité et de la fraude, de la violence) et de celle des motivations des électeurs (on évoque alors les thèmes des votes « communautaires », « clientélistes » ou « marchands »). Cette vision stéréotypée, qui ne définit son objet que par un contraste péjoratif avec les élections des pays du Nord, a été fortement critiquée, dans le cours de la dernière décennie, par divers travaux essentiellement politistes. Ceux-ci remarquent notamment que le vote communautaire n’est pas nécessairement antinomique du vote d’opinion2 et que la relation clientélaire peut être un vecteur d’initiation aux règles du pluralisme politique3. Ils insistent sur la nécessité d’interroger la nature et l’efficace propres des processus électoraux, en opposition à un « sociologisme » qui les déterminerait unilatéralement par le contexte social et à un « culturalisme » qui les réduirait aux représentations symboliques préexistantes qui s’y manifestent4. Ces analyses, qui rencontrent dans un langage différent plusieurs questions posées par les anthropologues5, incitent à s’interroger sur le regard que peut porter l’anthropologie sur la politique (ses institutions et ses modes d’action), et plus précisément sur les modes possibles de problématisation des innovations institutionnelles politiques et de leur efficace.

  • 6 Le terme a eu différentes significations historiques (voir : FAY (C.), « La démocratie au Mali ou (...)
  • 7 Après la décolonisation (1960), une première République d’inspiration socialiste fut renversée par (...)
  • 8 En 1991, le régime de parti unique est renversé par une coalition de forces populaires et d’une pa (...)

2Des enquêtes menées depuis une vingtaine d’années au Mali (en particulier au Maasina6), m’ont progressivement amené à me pencher sur les formes d’exercice de la politique, d’abord en référence à la question foncière et aux luttes factionnelles qui se déroulaient dans le cadre institutionnel du parti unique UDPM7. Je m’interrogeais alors sur les investissements réciproques entre rapports sociaux locaux et jeux politiques. L’instauration d’un régime démocratique en 19928 suscita progressivement une extrême diversification partidaire, ainsi que l’apparition sur la scène politique de nouveaux acteurs (notamment des femmes et des cadets) et de nouvelles procédures (en particulier électorales : mode de scrutin, vote secret). Je fus alors conduit à me demander dans quelle mesure ces innovations institutionnelles étaient susceptibles d’agir sur les rapports sociaux locaux d’une part, sur les relations entre mondes locaux et mondes supra-locaux d’autre part. Mais avant d’aborder ces deux questions, rappelons les conditions historiques d’apparition des premiers « marchés politiques » locaux.

PASSÉS POLITIQUES ET ÉLECTORAUX

  • 9 Le cercle et l’arrondissement, unités administratives héritées de la colonisation, correspondaient (...)

3Si un pluripartisme modéré existait au Mali dans la dernière partie de l’époque coloniale, le parti USRDA (Union soudanaise-Rassemblement démocratique africain), parti du premier Président malien, Modibo Keïta, devint rapidement hégémonique après l’indépendance. Sous la seconde République et après un vide politique d’une dizaine d’années, Moussa Traoré instaura le parti unique UDPM (Union démocratique du peuple malien), doublé de l’UNFM (Union nationale des femmes du Mali) et de l’UNJM (Union nationale des jeunes du Mali). L’adhésion à ces différentes instances était obligatoire et les structures hiérarchisées du parti couvraient l’ensemble du pays : comités dans les villages, sous-sections dans les arrondissements, sections dans les cercles9. Les élections politiques avaient lieu tous les cinq ans, d’abord dans les villages, puis, par un système de délégations successives (comités/sous-sections/sections), au niveau de l’arrondissement et du cercle. Les sous-sections et les sections étaient respectivement dotées d’un bureau et d’un secrétaire général. Les représentants des sections élisaient ensuite à Bamako (Capitale du Mali) le Bureau exécutif central (BEC) de l’UDPM- qui élisait lui-même le candidat toujours unique (le Général Moussa Traoré) à la direction du Parti (ainsi couplée avec celle du pays). Tous les cinq ans également se tenaient les élections législatives : les sections du parti proposaient des candidats-députés au BEC qui avalisait ces propositions ou, s’il était réticent, pouvait en demander d’autres.

  • 10 FAY (C.), 1995, op. cit.
  • 11 Le nombre de députés est fixé par cercle et par quotas de population.
  • 12 On sera ici très allusif sur les stratifications sociales, largement décrites ailleurs : FAY (C.), (...)

4Des luttes internes au sommet de l’UDPM avaient rapidement abouti à la constitution de « tendances » au sein du parti, qui s’affrontaient à l’occasion des élections politiques et législatives. Ces rivalités de pouvoir d’abord nées ausommet de l’État investirent ensuite, par des jeux d’allégeances, les mondes locaux et les sections et sous-sections du parti se divisèrent également en factions ralliées à ces tendances, factions localement nommées walde (« groupe, association » en fulfulde, peut aussi désigner des groupes d’âge), ou par précision walde politiki. On a montré ailleurs10 que les ralliements factionnels s’organisaient logiquement, aux divers niveaux, en fonction des principaux enjeux propres à ces niveaux. Pour simplifier quelque peu, au niveau supérieur, de grandes « familles » (lignages et dépendants) régionales, ayant généralement des contentieux historiques de pouvoir et rivalisant pour la députation11, se ralliaient respectivement à des clans politiques opposés de la capitale. Au niveau inférieur, des factions paysannes organisées autour de grandes familles locales opposées sur différentes bases (intérêts fonciers, positions de chefferies, contentieux historiques)12, se ralliaient à ces familles régionales. Le tout dessinait un paysage politique fait de chaînes de dépendance verticales ramifiées.

5Il faut ajouter que le Général-Président avait décrété le primat du politique sur l’administratif, ce qui donnait un grand poids, dans les mondes locaux, aux élus politiques (secrétaires généraux des sections et sous-sections de l’UDPM), face aux représentants de l’administration territoriale (Commandants de Cercle et chefs d’arrondissement). Cela donnait aussi par rebond un grand avantage aux factions paysannes ayant rallié la « bonne » tendance de l’UDPM, ce d’autant que les responsables administratifs et les juges appartenaient aussi par définition au parti. Le jeu des oppositions locales d’intérêt était ainsi largement dominé, pendant cinq ans, et à chaque niveau, par la faction politico-sociale dominante, dans les limites (fluctuantes) du socialement et légalement possible. Dans ces conditions, pour les acteurs locaux, la principale règle du ralliement factionnel consistait à être si possible dans la tendance dominante de l’UDPM et à ne pas être en tout cas dans le même camp que ses ennemis.

  • 13 Ce depuis les années soixante, pour des raisons largement exposées ailleurs : FAY (C.), 1995, op. (...)

6Aux différents niveaux (de la capitale au petit village de brousse en passant par les cercles et les arrondissements), les ralliements aux tendances politiques mettaient donc en relation, selon la formule locale, des « suivis » (jokkaaɓe : les familles importantes) et des « suivistes » (jokkuɓe : ceux qui s’y ralliaient). Certains de ces ralliements, à des niveaux déterminés, allaient si l’on peut dire « de soi » sur la base des rapports socio-historiques inter-lignagers incluant divers types de pactes, des solidarités et dépendances foncières et statutaires, des alliances matrimoniales, etc. C’est ce tissu qui donnait une certaine stabilité aux factions politiques en présence. Cette stabilité était renforcée par le fait que l’enjeu social local majeur, dans un contexte de conflits quasi-permanents autour des « propriétés »13 (jeyal : terres, eaux et pâturages), était le foncier. Les « propriétaires » traditionnels (jeyɓe) des territoires s’opposaient régulièrement aux « intrus » tentant de profiter du principe étatique de domanialité des terres et des eaux pour contester leurs privilèges. On peut distinguer deux grands types d’« intrus » : des autochtones non-propriétaires (jeyaaɓe) tentant de revendiquer des propriétés et des étrangers (joola) venant sur le territoire et n’en respectant pas les règles tributaires d’accès. Les propriétaires tendant naturellement à se soutenir face aux intrusions, les deux factions locales principales, et par conséquent les deux tendances UDPM qui se partageaient le cercle de Tenenkou s’étaient donc notablement constituées autour de cette opposition majeure.

  • 14 Qui l’ont souvent, comme on le voit ici, conservé sous une forme ou une autre, des empires précolo (...)
  • 15 Les anciennes aires de pouvoir présentes dans la zone étaient nombreuses et ne se limitaient pas à (...)

7Le jeu politique, pendant la seconde République, peut ainsi sembler avoir formalisé une opposition entre « quasi-classes ». Mais il faut noter que cette opposition ne valait que du point de vue d’aires socio-politiques limitées. Le cercle de Tenenkou par exemple était divisé en deux grandes factions, l’une dirigée au sud par la famille Koreïsi de Dia (une famille d’anciens chefs pré-coloniaux, puis chefs d’un canton colonial), l’autre au nord par la famille Nyang de Tenenkou. Cette dernière famille d’origine futanké avait d’abord assis son autorité sous l’égide de la famille Cissé, famille locale d’anciens chefs pré-coloniaux puis chefs de canton. Les grandes familles de pouvoir14 tendent généralement à s’allier (politiquement et matrimonialement), au fil de l’histoire, avec d’autres familles dominantes (familles de chefs et de « propriétaires ») situées dans leur aire de pouvoir. Au nord du Cercle, la plupart des familles influentes se sont donc très majoritairement ralliées à la « tendance Nyang » (et par contraposition leurs adversaires à la « tendance Koreïsi ») et au sud leurs homologues se sont majoritairement ralliés à la tendance Koreïsi (et leurs adversaires à la tendance Nyang)15. Or un des principaux problèmes locaux est constitué par une tension chronique entre les migrants venant du sud et allant cultiver ou pêcher sur les territoires du nord (terres mieux inondées, milieux halieutiques plus favorables, surtout depuis la sécheresse) et les propriétaires du nord qui les accueillent et perçoivent tribut. Vue du nord du cercle, l’opposition Nyang/Koreïsi peut ainsi être lue comme une opposition « Nyang parti des propriétaires locaux/Koreïsi parti des non-propriétaires et des allochtones migrants » alors que vue du sud elle se lit « Koreïsi parti des propriétaires locaux/Nyang parti des non-propriétaires et des gens du nord ». Si la logique des ralliements peut ainsi paraître quelque peu aléatoire (la faction Koreïsi soutiendra, on le voit, plutôt les familles influentes au sud et plutôt les opposants à celles-ci au nord), ce n’est que vu d’un point de vue « global », donc désincarné. Sur chaque aire d’influence déterminée en revanche, les factions foncières susceptibles de rentrer en lutte se sont clairement contraposées politiquement et chacune possède au niveau de l’arrondissement ou du cercle ses répondants politiques chargés de la soutenir en cas de besoin (accueil et prise en charge au chef-lieu, intermédiation directe avec l’autre partie ou auprès des autorités administratives ou judiciaires).

8Notons également que la « politique UDPM » n’a pas seulement fonctionné comme réceptacle d’oppositions préexistantes. Elle a formalisé des factions foncières qui jusque-là n’existaient que virtuellement, les réseaux de soutien contraposés ne se manifestant qu’à l’occasion de conflits ponctuels. Elle a donc « conscientisé » le clivage social majeur, donnant notamment, via la représentation politique, des moyens d’action nouveaux aux « sans-terre » (ou « sans eaux » ou « sans pâturages »). Selon le niveau où l’on se situe, on peut donc aussi bien considérer que « tout vient d’en haut » et analyser ces phénomènes comme une instrumentalisation des enjeux locaux par l’appareil politique que considérer que « tout le contenu est donné par le bas » et les analyser comme une instrumentalisation du politique par les enjeux locaux. On peut également souligner que la « prise en charge » des conflits par le politique contribue à les aggraver (les responsables politiques ayant intérêt à entretenir leur clientèle et percevant eux-mêmes à ces occasions des tributs officieux). On pourrait, bien entendu, dire la même chose des ralliements des grandes familles politiques régionales aux figures politiques nationales. Ces dernières avaient pour leur part comme principal enjeu de s’attirer les faveurs du Général-Président, auquel de fréquentes tournées d’inspection en province permettaient de vérifier l’état des ramifications, à tous les niveaux d’existence sociale, d’un appareil politique qui, au sommet, se résumait à lui.

9Cette contraposition des ralliements en deux grandes factions à base foncière (et en tendances politiques) était donc dotée d’une certaine stabilité, du fait qu’elle était assise pour une bonne part sur des clivages et alliances sociales relativement stables. Il faut ajouter que le vote se faisait à main levée (généralement en se rangeant par files), décourageant ainsi les velléités de « trahison », sous peine de représailles familiales immédiates ou de conflits graves entre lignages.

10Cela n’empêchait pas cependant qu’existe une compétition politique, et cela pour deux grands ordres de raisons.

11D’une part en effet, si le clivage dominant était foncier, d’autres clivages déjà évoqués (autour des chefferies de villages, d’héritages, de maîtrises d’un enjeu de développement), qui peuvent opposer des lignages mais aussi des fractions d’un même lignage malgré leur solidarité foncière, avaient leur autonomie propre. L’enjeu était alors pour les acteurs en lutte, dans la logique de l’agrégation contraposée, de se rallier si possible à la tendance la plus forte de l’UDPM (celle qui détenait momentanément le pouvoir). Celle-ci cherchait elle même si possible à « protéger » la partie locale apparaissant comme la plus influente et à l’issue de ce double jeu de « shopping politique », le premier ralliement réussi entraînait plus ou moins mécaniquement l’autre. Les termes des clivages locaux pouvaient par ailleurs évoluer au fil des évènements, à l’occasion, par exemple, concernant la question des chefferies de village, du décès d’un chef ou d’un autre protagoniste influent. Un « marché » politique évolutif existait donc déjà à ce premier niveau.

  • 16 Le ralliement d’une lignée protestataire d’un lignage influent à la tendance UDPM adverse représen (...)
  • 17 Le chef de famille « distribue » alors des électeurs – voire des militants – aux deux factions pré (...)

12D’autre part, un volant de population à statut faible mais numériquement important n’était pas lié de façon complètement stable aux factions locales dominantes. C’est le cas de lignages se sentant marginalisés dans tel village ou de lignées se sentant marginalisées dans tel lignage16 et qui peuvent pratiquer un « vote de protestation », ou de lignages ou petits villages faibles qui peuvent diviser volontairement leurs voix pour ne déplaire à personne17. C’est le cas d’étrangers installés depuis quelques générations (électeurs donc, mais faiblement intégrés dans le tissu social), dont les relations avec les lignages locaux leur concédant des droits d’exploitation pouvaient évoluer selon les circonstances. C’est celui aussi de certains descendants de captifs (macuɓe, riimaayɓe – « captifs affranchis » : on dit le plus souvent par euphémisme baaleɓe : les « noirs »). Les relations des macuɓe avec les familles de leurs anciens maîtres (qui les avaient installés sur leurs terres) consistaient, depuis l’abolition officielle de l’esclavage, en un « échange » de reconnaissance (louanges, versement de petits tributs) et de soutien factionnel (de la part des macuɓe) contre de la protection (prêts de bœufs pour le labour, intermédiation avec l’administration dans les problèmes territoriaux, aides cérémonielles) de la part des anciens maîtres. Ces relations se sont maintenues dans certains cas, mais dans d’autres (notamment à l’occasion d’un appauvrissement des anciens maîtres), si l’échange devenait dissymétrique, elles ont pu évoluer vers une rupture impliquant une aigre évocation des contentieux passés. Des conflits intralignagers suivis de séparation dans les familles d’anciens maîtres peuvent également entraîner le passage d’une des lignées macuɓe à la faction adverse, et un « choix » est alors donné aux clientèles d’ex-captifs. On peut citer également le cas des Peuls dits « rouges » (semi-sédentarisés, pratiquant la transhumance une large partie de l’année) et dont la majeure partie des troupeaux est constituée de bêtes qu’ils gèrent pour les sédentaires (élevage de thésaurisation). Le caractère évolutif des relations entre propriétaires et bergers (renégociations fréquentes du mode de rémunération, morts suspectes d’animaux) pouvait directement influer sur le vote des seconds pour ou contre la faction politique des premiers. On peut mentionner enfin le caractère potentiellement versatile des votes de certains castés peuls (griots nyeeyɓe, commercants-louangeurs jawaamɓe) qui, s’ils ont des liens historiques privilégiés avec certaines grandes familles, vivent traditionnellement « sur le cou des autres » et sont « culturellement » plus sensibles (et localement plus pardonnables de l’être) aux offrandes des uns ou des autres.

  • 18 On cite maints cas de femmes en pleurs, ayant d’abord tenté sans succès de refuser d’aller voter, (...)

13Les tendances de l’UDPM entreprenaient donc à chaque élection de conquérir des voix dans ces électorats « flottants ». Une compétition politique s’exerçait bien et n’allait pas sans déchirements. S’il était quasi-impensable qu’un cadet vote « contre » son lignage (et plus généralement qu’un individu vote contre ses principales communautés d’appartenance), des lignées d’un même lignage ont pu ainsi s’opposer et des femmes être déchirées entre leur mari et leur frère18. Comme tel ralliement inopiné d’une lignée à la faction ennemie de son lignage pouvait créer ou relancer un conflit foncier, on connut plusieurs situations désastreuses déclenchant des plaintes contre la « politique » qui « divisait les familles et apportait la guerre dans les villages ».

PLURIPARTISMES ET VOTE SECRET

14Sur fond de ces plaintes, et même si le surgissement urbain de la démocratie en 1991 surprit quelque peu les mondes paysans, le pluripartisme fut d’abord valorisé. On entendit dire dans un premier temps que « chacun choisirait ainsi son parti au lieu de s’affronter dans le même ». Mais cette première évaluation résultait d’un malentendu, où les partis apparaissaient comme destinés à se « partager » le pouvoir. Dans une conception mixte empruntant explicitement aux représentations précoloniales, mais aussi implicitement à la logique de l’UDPM (celle de la Présidence absolue), plusieurs informateurs pensaient que « les partis » se disputeraient et se partageraient les faveurs du pouvoir central, comme au temps des arɓe (chefs guerriers peuls païens ayant régné sur la zone) les hommes de caste se disputaient les leurs. Ce malentendu occasionna quelques actes de désobéissance civile (refus de payer les impôts) organisés par des représentations locales de partis et qui furent sanctionnées. Les choses étant entendues, la nouvelle démocratie politique pluripartiste se mit à fonctionner.

  • 19 BERTRAND (M.), « Un an de transition politique : de la révolte à la troisième République », Politi (...)
  • 20 Donnons un exemple significatif, en considérant les deux partis qui se sont d’abord quasiment part (...)
  • 21 L’ADEMA (Alliance pour la démocratie au Mali) fut d’abord une des deux associations (avec le CNID (...)
  • 22 Correspondant à la sixième et troisième françaises : les deux numérotations se croisent sur la six (...)

15Aux tout premiers temps de ce fonctionnement, avant les premières élections législatives et présidentielles (1992), les deux factions en présence dans le cercle recréèrent une situation presque analogue à la situation antérieure. L’UDPM étant dissoute, elles se rallièrent massivement et assez logiquement, en « suivant » leurs « patrons » des niveaux supérieurs, à deux des nouveaux partis (PSP et US-RDA). Notons avec Monique Bertrand19 que les programmes des partis politiques « se limitent à des thèmes allusifs répétés à l’identique » (développement du monde rural, emploi et formation, etc.) Les ralliements partisans des différentes factions locales maliennes ont donc uniquement dépendu des choix opérés par leurs « patrons » de niveau supérieur (leurs « suivis »), comme en témoigne dans un premier temps la totale diversité des présences partisanes selon les régions20. Cette diversité fait qu’on peut parler en fait de « pluripartismes » au Mali, l’existence, l’influence et le type de clientèle sociologique d’un même parti national variant radicalement selon les scènes régionales. Au Maasina, parallèlement aux deux partis mentionnés qui se ralliaient l’essentiel de la clientèle des anciennes tendances, toutes les directions bamakoises des partis tentant évidemment de s’implanter dans le plus de régions possibles, se formèrent par shopping politique de petits comités d’autres partis. Ce fut le cas de comités ADEMAPASJ21 regroupant principalement de jeunes fonctionnaires affectés dans la région (instituteurs, moniteurs agricoles, etc.), de jeunes « intellectuels » (au sens local : lettrés, ayant été scolarisés jusqu’à la sixième ou la neuvième malienne22) et des étrangers au milieu (bouchers, commerçants) faiblement intégrés et facilement cooptables.

  • 23 On vit également deux familles de maîtres d’eau de villages mitoyens, qui étaient en conflit de fa (...)

16Dans un second temps, la victoire nationale incontestée de l’ADEMA aux législatives et celle de son candidat (Alfa Oumar Konaré, premier Président de la troisième république) aux présidentielles, le caractère progressivement hégémonique acquis par ce parti, fit que de nombreuses factions tentèrent de s’y rallier. Cela s’explique aisément, puisque autrefois tous étaient par définition dans le parti au pouvoir et que même les tendances dominées y avaient des représentants : une fois l’ADEMA devenue hégémonique, on pouvait donc maintenant craindre, si l’on était d’un autre parti, de n’être plus représenté au sommet de l’État. La concurrence fut dure, y compris au niveau des villages, où l’on vit dans plusieurs cas apparaître deux comités ennemis de l’ADEMA, chaque faction locale ayant souhaité être du côté « du parti au pouvoir »23. Au niveau du cercle, les chefs de la faction d’abord ralliée à l’USRDA, suivant en cela leurs « patrons » bamakois, passèrent à l’ADEMA, et s’empressèrent d’y marginaliser les jeunes primo-fondateurs (qui parfois ne furent même plus invités aux réunions). La faction adverse resta au PSP. Mais si le jeu bi-factionnel semblait ainsi reconstitué sous une autre forme, les enjeux n’étaient plus les mêmes, puisqu’il ne s’agissait plus, localement, d’élire un secrétaire général de section ou sous-section de parti unique qui ferait valoir les intérêts de la faction dominante pendant cinq ans. Il s’agissait plus modestement d’élire des responsables politiques locaux n’ayant plus cette force, même si le parti vainqueur pouvait se prévaloir, en concurrence avec le parti au pouvoir lorsqu’il en différait, d’une certaine influence. La nouvelle situation rendait donc plus lâche le lien entre les intérêts politiques et les intérêts factionnels, lien qui se réaffirmera plus tard partiellement, au moins dans un premier temps, avec la décentralisation et les élections communales.

17Mais avant d’examiner la suite, rappelons très brièvement les grands événements de la vie politique nationale qui se sont déroulés entre 1992 et nos jours (2004) et les nouvelles dynamiques politiques dans lesquelles vont s’inscrire les mondes locaux. En 1992 donc, l’ADEMA devient semi-hégémonique, s’attirant ainsi l’opposition globale des formations politiques non-ralliées, ce qui aboutira à la constitution d’un collectif d’opposition (COPP). En 1997 (toutes les élections : présidentielles, législatives et communales ont en principe lieu tous les cinq ans), sur la demande de ce collectif, de premières élections législatives, accusées de fraude massive, sont annulées. Puis la plupart des candidats à la Présidentielle se désistent et le Président sortant est réélu avec 96 % des voix, face à un seul autre candidat. L’opposition dite « radicale » refuse par la suite de participer aux deuxièmes législatives, ainsi qu’aux communales partielles de 1998 et 1999. Un temps d’opposition systématique à l’ADEMA, d’agitation et de blocage politique intense va s’ensuivre. En 2002, le Président sortant, conformément à la constitution, ne peut se représenter après la fin de son deuxième mandat. Le vainqueur des élections (comportant 24 candidats), ayant réussi à rallier plusieurs formations, est le Président actuel, Amadou Toumani Touré (65 % des voix au second tour). Il s’agit d’un militaire qui avait en 1991 procédé à l’arrestation de Moussa Traoré, puis avait pris la tête du Comité transitoire de salut public en attendant les premières élections, et avait ensuite honoré son engagement de se retirer de la politique. Il n’a pas de parti mais s’est doté, à travers le pays, de nombreux comités de soutien. Aux législatives de 2002, se présentent un nombre exceptionnel de partis (près de 80 partis existants au Mali dont une dizaine de partis importants) réunis en plusieurs coalitions. Cette multiplication des partis est évidemment liée à l’ouverture progressive de la scène politique notamment due aux effets des guerres de succession (l’ADEMA, l’ancien parti présidentiel, a ainsi éclaté en trois partis : ADEMA, URD, RPM). Le gouvernement qui s’ensuivra sera composé de 27 ministres, cooptés dans de nombreuses familles politiques souvent à titre individuel (c’est-à-dire n’y représentant pas officiellement leur parti, même s’ils en sont un ou le dirigeant). Le nouveau Président souhaite en effet gouverner sous le signe de l’union nationale.

  • 24 Définies comme des collectivités décentralisées auxquelles l’État transfère sous tutelle certaines (...)
  • 25 Où le « recensement administratif à caractère électoral » de 2001 dénombre 104241 habitants. Mais (...)
  • 26 Cf. FAY (C.), 2000, op. cit., pour l’analyse de la constitution des communes. Ici, on s’intéresser (...)

18Entre temps, le processus de décentralisation s’est achevé et a abouti en 1996 à la constitution de 701 communes urbaines et (principalement) rurales24. Dans le cercle de Tenenkou25, pour des raisons de cohérence foncière, la plupart des communes correspondent à d’anciens cantons coloniaux (correspondant souvent eux-mêmes à d’anciennes chefferies pré-coloniales). Mais on a montré ailleurs26 que si la plupart des acteurs s’accordaient sur ces reconstitutions spatiales, des luttes politiques sévères eurent ensuite lieu pour le pouvoir (la détermination du chef-lieu d’abord, les élections des responsables – maires, conseillers – ensuite). Le nouveau jeu politique inauguré sur la scène nationale par la multiplication des partis se refléta bientôt en brousse, ne serait-ce que du fait du shopping politique auquel s’y livrèrent les appareils de partis. Mais soulignons que la possibilité d’un multipartisme local effectif (contrairement à la reconstitution antérieure des tendances UDPM en partis) était maintenant directement liée aux nouveaux mécanismes électoraux qui levaient partiellement les verrous « communautaires » évoqués plus haut. En effet, le vote est désormais secret : comme on dit localement « l’urne ne parle pas », « on ne peut plus dire : j’ai vu ton doigt levé ». On peut dire aussi que le vote est « sans félicitations » (yettinaaka) : le chef de famille ne peut féliciter un cadet d’avoir levé le doigt au bon moment. Cette liberté nouvelle ne va pas néanmoins sans réserve. D’une part les aînés vont prêter une grande attention aux visites que leurs cadets reçoivent ou rendent dans le village dans les semaines précédant les élections. D’autre part, le grand nombre de bureaux de vote fait qu’ils correspondent souvent à de grandes unités sociales – résidentielles déterminées. Cela ne permet pas de savoir individuellement qui a voté pour qui, mais permet de repérer, si elle a une certaine importance, une éventuelle « trahison » des éléments d’une grande famille ou d’un quartier. L’urne ne parle pas, mais comme l’oracle elle peut faire signe.

  • 27 C’est ce que Jean Schmitz, repérant des phénomènes similaires dans la Vallée du Sénégal, baptise l (...)

19Mais la multiplication des partis et sa réfraction en « brousse » crée une situation plus radicalement nouvelle encore. L’apparition de plusieurs partis fait qu’on peut désormais voter ailleurs que ses aînés sans voter contre27, contrairement à la situation antérieure où les tendances, puis partis, coïncidaient avec les grandes factions d’intérêts paysans. Le fait que les nouveaux partis se soient constitués par segmentation des grands partis initiaux diversifie les votes possibles à l’intérieur d’un ancien grand choix partisan factionnel (ADEMA-URD-RPM par exemple – tous issus de l’ADEMA). On peut donc éventuellement fonder un nouveau parti, y adhérer et plus facilement encore voter pour lui sans s’exposer à un rejet violent, même si pour des raisons d’intérêt politique (des aînés peuvent se présenter sur d’autres listes et aspirer à un poste de conseiller communal ou de maire) cela suscite malgré tout quelques tensions.

  • 28 Le cercle compte, en 2004, 72 701 inscrits sur les listes électorales. Les communes sont Dia, Diaf (...)

20Ces dynamiques avaient en fait commencé à agir dès les premières élections communales (1999) mais très faiblement, vu le caractère absolument dominant de l’ADEMA et du PSP. Sur l’ensemble du cercle de Tenenkou, comptant dix communes28, sept partis étaient en lice ; mais ces deux partis seulement étaient présents dans toutes les communes, et à l’exception d’une commune la grande majorité des voix se répartissaient entre eux. La perdurance de cette situation était notamment liée au fait que les communes devaient en principe à l’avenir être dotées de compétences foncières. Cela était propre à reconduire les anciennes passions et logiques, puisque la mairie (yimɓe komuniiji – « les gens de la commune » ou « les maires ») était en principe destinée à influer sur le foncier, bien plus directement encore que les anciens secrétaires généraux de l’UDPM. Dans le même esprit, à une seule exception près (induite par deux intellectuels locaux), les bureaux communaux élus en 1999 étaient monopartistes : dans la meilleure tradition factionnaliste, « on ne gouvernait pas avec ses ennemis ».

  • 29 FAY (C.), « Pouvoirs sur les hommes, pouvoirs sur les biens, pouvoirs communaux : re-modélisations (...)

21En 2004, lors des secondes élections communales, le transfert des compétences foncières aux communes est toujours attendu. Pour différentes raisons, le rapport du politique (et du communal) au foncier s’est plutôt décrispé. La question de la « participation » des propriétaires fonciers au budget communal s’est généralement réglée par le versement de sommes forfaitaires, soit finalement sur un mode comparable à celui des tributs qu’ils versaient antérieurement aux chefs administratifs29. Dans la gestion des conflits fonciers, le jeu factionnel a d’abord semblé se reconstituer, opposant le bureau communal monopartiste d’une part, l’autre faction et l’administration de l’autre. Mais le pouvoir administratif (qui autrefois entretenait plutôt les conflits pour des raisons tributaires), très relégué politiquement, était devenu timide. Les instances communales, dans une situation d’incertitude sur leurs prérogatives exactes, craignaient de se voir disqualifier (et de ne pas être réélus). Devenus OPJ (officiers de police judiciaire), les maires se contentèrent en général, après réunion des parties, de dresser des PV de conciliation ou de non-conciliation et de renvoyer le jeu à une tierce instance : la justice.

  • 30 Système de représentation proportionnelle fondée sur la formule du plus fort reste (avec des liste (...)

22Enfin, la multiplication des partis, déjà évoquée, s’est effectuée à l’orée des élections communales de 2004. On y repère dans le cercle dix listes partisanes, plus de nombreuses listes « indépendantes » propres à chaque commune et parfois deux listes indépendantes dans la même commune. Remarquons surtout que la moyenne est de six listes par commune (minimum 5, maximum 9) avec une répartition des voix plus équilibrée entre listes – même si subsistent dans la plupart des cas une ou deux listes « fantômes ». Le taux de participation électorale est de 55, 64 % (contre 52 % en 1999 ; il était d’environ 40 % pour les législatives et les présidentielles de 2002). La multiplication des partis exprime aussi la nouvelle mobilisation des cadets (et en partie des femmes) : les aînés politiques du temps de l’UDPM déplorent d’ailleurs ouvertement l’existence des « petits partis d’enfants ». Cette mobilisation découle également du mode de scrutin30 qui favorise l’élection d’une forte proportion des têtes de liste (peu de listes n’ont aucun élu). La captation d’un poste de conseiller communal devient donc un enjeu autonome, envisageable même pour qui ne dispose pas à priori de nombreux « suivistes » et prometteur, ne serait-ce que pour le prestige social conféré, les indemnités de session et les petites rentes de situation « communales » et « politiques » prévisibles. Réapparurent notamment à cette occasion les premiers jeunes leaders de l’ADEMA qui avaient été marginalisés en 1992 par les grandes clientèles s’inscrivant dans le « parti au pouvoir ».

INDIVIDUALISATIONS ET TRANSHUMANCES POLITIQUES

  • 31 En 1999 on pouvait généralement observer des militants faisant campagne en voiture pour l’ADEMA, e (...)
  • 32 Nous avons recensé plusieurs cas de chaque type au cours des campagnes électorales.

23De multiples sections et sous-sections de différents partis maliens ont donc surgi dans les mondes ruraux. Les nouveaux jeunes responsables locaux sont contactés par les responsables bamakois, ou bien, pour les plus audacieux, s’en vont les contacter, au fil de chaînes d’intermédiaires divers (tissées de liens familiaux, ou de promotionnaires, etc.) On propose ou on accepte et on justifie auprès des tiers, de fonder une section de parti dans les trois mêmes énoncés stéréotypés (non contradictoires) : « J’ai aimé le programme de ce parti » et « j’ai voulu être maire » (à entendre ici comme maire ou conseiller communal) ou « j’ai voulu le pouvoir (laamu) ». On obtient en général immédiatement un peu d’argent, puis on reçoit le matériel pour recruter et commencer à militer (« rentrer dans » : naatude ou « être dans » : woonude) : cartes du parti, tricots avec sigles ou logos. Le budget de campagne en monétaire est souvent attendu fiévreusement et délivré au dernier moment avant les élections, il varie selon l’importance du parti et les espoirs que celui-ci a dans la zone31. La pêche aux voix commence alors. Il s’agit de « trouver un chemin » (lawol) auprès d’électeurs potentiels et les militants distinguent clairement trois types de chemins, d’ailleurs non-totalement exclusifs l’un de l’autre : « le nom du lignage » (suudu baaba, faire valoir l’obligation lignagère de tel vote ; « prendre l’esprit » (bamtude hakkille, convaincre) ; « verser une goutte » (tobbude : donner de l’argent, la métaphore est ici semblable à celle du français « arroser »). Le premier chemin s’appuie sur une appartenance lignagère commune à l’électeur et aux candidats, ou sur une alliance (historique, pactuelle ou matrimoniale) entre les lignages de l’un et des autres. Le second chemin peut s’appuyer sur n’importe quel type de relation impliquant solidarité ou situation de dette acquise ou possible. Il peut s’agir de l’amitié, de la co-appartenance à un groupe d’âge, ou à une équipe de piroguiers, d’une position de « logeur » dans la ville du marché hebdomadaire, de liens de promotionnaires, de liens noués en migration, de liens associatifs – dans le cadre d’ONG, de services rendus ou envisagés du fait d’une position administrative (instituteur, aide-soignant), de services envisagés dans une affaire litigieuse… et enfin d’une proposition d’inscription sur la liste et de la promesse d’un poste de conseiller32. Tous les ressorts sociaux et tous les répertoires symboliques attenants sont utilisables.

  • 33 Le cercle a obtenu, entre 1999 et 2004, entre 140 et 150 postes de conseillers communaux, ce qui i (...)

24Le troisième chemin n’est pas nouveau, il était déjà utilisé au temps des tendances pour convaincre une partie de l’électorat flottant. Mais il tend à se pratiquer davantage, puisqu’à celui-ci s’ajoutent tous ceux qui, au vu de la nouvelle situation, disposent d’un nouveau choix « libre » entre plusieurs partis de la même grande faction. L’argent, remarque un militant « est comme une pierre lancée, car si tu donnes celui-là va voter pour toi, l’autre non : mais de toutes façons tu vas donner ». Ce qui n’empêche que les partis disposant d’un riche diamantaire ayant fait fortune en Centrafrique (commune de Tenenkou) ou d’un marabout lié à de riches commerçants d’Arabie Saoudite (commune de Togguéré-Koumbé) partent évidemment avec de meilleures chances. Ils ont en particulier l’avantage de motiver financièrement des clientèles suffisamment vastes pour pouvoir repérer assez facilement (on a évoqué le grand nombre de bureaux de vote) les éventuels « traîtres » (jambaaɓe), et un homme riche est généralement un homme puissant, donc effrayant. Ce n’est pas le cas des dizaines de cadets nouvellement engagés dans la politique33, ou tout au moins de ceux ayant un réel désir et une réelle possibilité (sanctionnée par une bonne place sur la liste) d’être élus. Ceux-là parcourent pendant des semaines des kilomètres à pied ou en vélo de village en village, dépensant en sucre, thé, savon ou petits billets les maigres subsides donnés par leurs partis (et y ajoutant pour une part de leur poche ou de celle de leurs familiers). Ces nouveaux little big men ploient souvent, le jour des élections, sous le poids des innombrables « trahisons ». Parallèlement aux dons monétaires, des positions bureaucratiques dans la capitale permettent d’acquérir des électeurs (ou électrices) aisément, si l’on maîtrise par exemple des systèmes d’attribution de crédits ou de moulins à grains à des associations de femmes. Ce fut le cas dans notre cercle, et cela a fortement contribué à une mobilisation féminine intense, dans la création d’associations d’une part, dans le ralliement politique de l’autre. Des partis en quête d’électeurs ont ainsi ciblé des franges de population jusqu’ici peu considérées par les politiques (puisque leur vote semblait assuré via les aînés masculins des factions dominantes) : jeunes, femmes, mais aussi peuls rouges ou bozos migrants (un parti entreprit même explicitement un recrutement « ethnique » qui d’ailleurs échoua complètement).

25On observe donc une relative autonomisation et individualisation des intérêts des cadets (et cadets sociaux) et des femmes qui passe par le politique. De nouveaux fondateurs de partis dotés d’une certaine notabilité ont ainsi parfois fait appel à leurs clientèles (de même grande faction) en demandant (sur un mode déjà évoqué) qu’on leur « donne des militants » (ce fut le cas, par exemple, du fondateur du RPM – issu de l’ADEMA – auprès d’une partie de l’électorat ademiste). Cela fut fait. Lorsque les appareils bamakois des partis nouèrent, lors des élections législatives (où l’enjeu n’est évidemment pas le même qu’aux communales) des alliances qui auraient eu des effets fâcheux dans le champ politique local, les aînés tentèrent de faire revenir leurs cadets dans le parti initial. Ils eurent la mauvaise surprise de se heurter à un refus généralisé. Les jeunes gens n’avaient nulle intention de renoncer aux petites notabilités politiques qu’ils avaient acquises.

26On peut remarquer aussi une certaine autonomisation de la sphère politique locale (communale) par rapport à la sphère régionale : si les leaders de la section UDPM (puis US-RDA, puis ADEMA puis URD) du Cercle de Tenenkou pesaient lourd dans la désignation des candidats au secrétariat général des sous-sections du Cercle, ils ont essuyé plusieurs rebuffades à l’occasion de l’établissement des listes communales de leurs partis. Des militants communaux ont menacé de quitter le parti pour un autre si l’on n’acceptait pas le leadership dont ils avaient décidé, et l’ont fait dans certains cas. Un militant de Togguéré-Koumbé, exprimant cette nouvelle autonomisation, remarquait que « Tenenkou veut se faire voir, et Togguéré veut sortir de l’obscurité ». C’est qu’en effet, si les grands chefs politiques sont toujours à Tenenkou, ils incarnent désormais une autre commune.

27Notons que l’effervescence du jeu politique ne dure que quelques semaines avant les élections, dans une temporalité largement commandée par celle des bureaux partisans nationaux. Ceux-ci donnent au dernier moment le matériel et les fonds de campagne, et sont remarquablement absents le reste du temps. Cela suscite les maugréements des responsables locaux qui espéraient toucher des rentes plus régulières et craignent dans certains cas de ne pas pouvoir faire campagne à temps. Ce phénomène, joint aux segmentations de partis et également aux tensions surgissant facilement autour de l’ordre de classement des candidats conseillers, fait qu’on peut observer régulièrement des phénomènes de « transhumance politique » (selon un terme consacré par la presse africaine). Cette transhumance peut affecter une clientèle politique entière via le changement de parti de son leader. Dans la commune de Jonjori par exemple, trois grandes familles se disputant le pouvoir sont successivement passées en cinq ans, dans un jeu de chaises tournantes, par les trois mêmes partis. Elle peut aussi concerner des individus cherchant une meilleure place (une position éligible) dans une autre liste.

  • 34 Il semble qu’une partie de ces jeunes ait de son côté été plutôt mal à l’aise à l’idée de ce ralli (...)

28Une autre conséquence de la multiplication des listes et du scrutin proportionnel a évidemment été l’apparition, en 2004, de nombreux bureaux communaux pluripartistes (dans six communes sur dix, contre une seulement en 1999). En effet, étant donné la pluralité d’appartenances politiques des candidats conseillers (et celle, prévisible, des futurs conseillers élus), il est très rare qu’un parti puisse espérer disposer du quota de conseillers nécessaires pour élire un bureau monopartiste. Des alliances doivent donc se tisser (ou des manœuvres s’effectuer) dès la campagne en prévision de la future élection du maire et du bureau. Cela change en profondeur le jeu politique, qui adopte une nouvelle forme qui, si elle est toujours clientéliste, n’est plus exclusivement factionnelle mais tissée d’ententes transversales. Cela peut aussi favoriser sa récupération par des clans familiaux ou des big men. Dans la commune de Togguéré-Koumbé par exemple, un riche marabout d’une des familles peules les plus influentes de la commune, de retour d’Arabie Saoudite et ayant couvert la zone de ses bienfaits décida de devenir maire. Ami personnel du Président du Mali, il pensa d’abord s’inscrire sur la liste patronnée par la députée locale, liste « indépendante » mais en fait reliée politiquement aux« clubs » soutenant le chef de l’État. Il y renonça finalement, en évoquant la trop grande jeunesse et inexpérience des membres de la liste34 et s’inscrivit sur une liste PSP (l’ancien grand parti opposant à l’ADEMA) dirigée par un des plus vieux responsables politiques du temps de l’UDPM. Le prestige du PSP étant très en baisse, son ralliement parut d’abord curieux. Il fit une bonne (et très onéreuse) campagne et obtint huit sièges sur vingt-cinq (il y avait neuf listes en lice). Si le jeu factionnel ancien avait joué, il aurait néanmoins été minoritaire lors de l’élection du maire (rassemblés, les votes des conseillers appartenant aux partis issus de l’ADEMA étaient majoritaires). Mais la presque totalité des listes comportaient à leur tête des obligés du marabout, et l’on peut supposer qu’il a su jouer habilement des aigreurs récentes qui étaient nées de la division de l’ADEMA. Son équation personnelle « prestige socio-familial + prestige religieux + caution présidentielle + richesse » a donc pu, dans et seulement dans le cadre des nouvelles règles politiques et électorales, lui assurer une élection autrement improbable. Il passe maintenant une grande partie de son temps entre Bamako et divers pays arabes pour rechercher des financements, laissant le vieux leader PSP (qui n’aurait probablement pu l’espérer autrement) assurer, avec le bureau pluripartiste, la gestion de la commune. Dans la commune de Jonjori, ce sont plusieurs membres de la famille détenant la chefferie de village (et anciennement la chefferie de canton) qui se sont inscrits en bonne position sur différentes listes (le prestige de la famille rendait leur adhésion précieuse) et, une fois élus conseillers, se sont largement élus entre eux au bureau communal. Ce dernier exemple ne reflète pas qu’une stratégie « machiavélique » au demeurant : leurs intérêts intra-familiaux s’opposaient véritablement. Mais autrefois, ils auraient été contraints par leur famille d’avancer groupés, elle aurait fixé les rangs entre eux… et le résultat aurait sans doute été moins bon.

LE « SOCIAL », LE « CULTUREL » ET « LA POLITIQUE »

  • 35 Cette « vertu transformatrice » du politique agit d’ailleurs même lorsque l’opposition « communaut (...)

29Les modifications du système électoral (vote secret, proportionnelle au plus fort reste), opérant dans le cadre de réformes institutionnelles (démocratie pluripartiste, décentralisation) ont donc eu une influence notable sur les structurations sociales et politiques du milieu. On a noté une relative individualisation des inscriptions politiques et des votes, et une atténuation notable de la logique factionnelle qui dominait, comme on dit localement « au temps Moussa » ou « au temps UDPM ». Même en ce temps d’ailleurs, on l’a vu, l’organisation de la politique en tendances ne s’était pas réduite à projeter sur les tendances des clivages antérieurs. Le clivage foncier, en se « politisant », s’était transformé en opposition partisane durable et avait modifié les identités sociologiques. Cette institutionnalisation avait agi sur les rapports sociaux en les faisant évoluer : ce fut le cas lorsqu’une partie des autochtones se sentant marginalisés dans leurs villages a rejoint la tendance « non-propriétaire » dans les années soixante-dix35. D’autre part, la diversité des clivages de niveaux différents qui s’inscrivaient tant bien que mal dans les deux tendances de l’UDPM, certes les subordonnait à une logique définie « d’en haut », mais créait également des espaces de négociation. Enfin, la série de chaînes de dépendance ramifiées qui résultait de ces phénomènes n’épuisait pas le champ électoral et on a vu qu’un espace de compétition se constituait. Il y a bien eu, avant la démocratie, apprentissage du politique – et du militantisme électoral.

  • 36 Les tenants des deux grandes positions « foncières » y ont maintenant la plupart du temps leurs re (...)

30Le paysage n’en était pas moins essentiellement dominé par des factions lignagères. Avec la conjonction du pluripartisme et du vote secret, après une phase où l’ancienne logique « sature » la nouvelle (deux tendances projetées sur deux partis), se dessinent des stratégies qui aboutissent à une plus grande autonomie du local par rapport au régional, et d’une partie des femmes et des cadets par rapport à leurs responsables lignagers. Cette autonomie s’acquiert dans l’ordre du jeu politique, elle s’y exerce par une plus grande individualisation des votes, mais elle ne s’y résume pas (ou pas toujours) puisqu’elle s’inscrit aussi dans de nouvelles formes associatives et de nouvelles articulations au monde du développement (associations « politisées » de femmes). De même, l’instauration de bureaux communaux pluripartistes sur la base de négociations qui, si elles sont très « clientélistes » ne sont plus strictement lignagères ni factionnelles dans l’ancien sens du terme, pose peut-être les conditions de possibilité d’une inter-concertation de forme « citoyennes »36. Le premier exercice communal de Togguéré-Koumbé (seule commune du cercle ayant eu un bureau pluripartiste entre 1999 et 2004) a été marqué par un apaisement assez sensible des conflits fonciers, pour les raisons générales que nous avons évoquées, mais aussi parce que les représentants des factions ont dû négocier dans le bureau, et ont construit l’ébauche d’un sentiment de « solidarité bureaucratique ». Les bureaux pluripartistes, maintenant majoritaires, seront nécessairement investis lors du transfert des compétences, dont nul ne peut prévoir ce qui s’y passera puisque tout dépendra du contenu et de la forme de celui-ci.

31Tous ces phénomènes, on l’a vu, n’ont été possibles que sur fond de la décentralisation et de la façon particulière dont le Mali l’a organisée, ce qui rend un peu vaine toute velléité de distinguer les poids respectifs (ou l’autonomie respective) des logiques « politiques », « électorales » et « sociales ». C’est la conjonction de la marginalisation de l’administration territoriale et de l’incertitude quant aux transferts de compétence qui a par exemple eu comme effet (après quelques peurs premières) de « geler » en quelque sorte la question foncière, et ce faisant de permettre aux sociétés locales de répondre à la demande diversifiée de clientèles du pluripartisme.

  • 37 DAHOU (T.), 2002, op. cit., p. 306.

32L’organisation politique au temps du parti unique pouvait aussi bien être analysée, on l’a dit, comme une instrumentalisation du local par les instances politiques nationales que de ces instances par le local, puisque les deux processus étaient conjoints. De même, on peut dire que la démocratisation et la décentralisation sont d’abord apparues aux mondes locaux comme des injonctions, ce inégalement selon la nature de ces mondes, moins lorsqu’ils étaient dotés d’un tissu associatif fort qui s’y est investi, ce qui n’est pas le cas de notre zone. D’un certain point de vue, les nouveaux clivages partisans apparus à la tête de l’État se sont reflétés dans les mondes locaux, dans un processus de « réfraction dans les arènes de différents niveaux »37 bien illustré par le caractère à la fois intense et très artificiel de shopping auquel se sont livrés les partis politiques. Mais ce processus a en partie rencontré, en partie créé, des aspirations proprement locales, articulant d’ailleurs de façon étroitement entrelacées des logiques « anciennes » et « nouvelles ». L’entrée en politique de jeunes fonctionnaires et petits lettrés locaux et de femmes, à la faveur bien sûr des offres politiques et associatives, manifeste l’existence de nouvelles classes d’individus en quête d’identités, pour lesquelles le foncier n’est plus l’enjeu dominant. Si certains little big men apparaissent comme de pauvres diables à l’affût de quelques subsides (dons monétaires partisans, indemnités de session des conseillers communaux), d’autres acquièrent progressivement une compétence de futures élites communales. Lorsque les aînés politiques du temps de l’UDPM fustigent la soif d’argent et de pouvoir des jeunes des « petits partis », on peut penser que c’est l’émiettement tendanciel des positions de pouvoir et des tributs plus que leur existence même qu’ils déplorent. La possibilité de s’inscrire dans un autre parti que celui de ses responsables lignagers (même si c’est seulement à l’intérieur d’un ancien grand ensemble factionnel) permet également de rendre visible des clivages autrefois « écrasés » par d’autres clivages dominants, et est en ce sens aussi un gage possible de citoyenneté. Le pluripartisme et le vote secret, l’individualisation tendancielle des votes ont en même temps, on l’a vu, plutôt accru l’importance de la pré-rémunération électorale et favorisé ainsi les candidatures de quelques big men. Ils ont donc amplifié ponctuellement un phénomène politique de bi-clientélisation à l’articulation du politique et de la richesse commerciale très classique au Mali. Mais se confrontent ici des logiques de plusieurs niveaux. L’efficacité réelle de « l’achat des consciences » par les big-men se trouve au croisement d’une faille technique du secret du vote (liée au grand nombre de bureaux) et de l’efficacité parallèle d’un nœud de représentation renvoyant l’un à l’autre prestige social, familial religieux, et richesse Parallèlement de plus en plus d’électeurs ont également commencé à intégrer à leur choix l’évaluation des réalisations du premier exercice communal (écoles, centres de santé, mises en œuvre de projets divers).

  • 38 De nombreuses télévisions sont apparues en brousse ces dernières années, et le journal de la télév (...)

33Dans le cadre de l’effervescence électorale, et en particulier chez les jeunes militants locaux, le sentiment de la fluidité des votes et des affiliations politiques est souvent exacerbé, parfois plus que de bon sens. Ce sentiment renforce la conviction militante (« tout est possible »), et peut en même temps faire apparaître la scène politique à mi-chemin du sport et du jeu de rôles. Lorsque des militants changent de parti (pour les diverses raisons évoquées plus haut), les premiers cris « à la trahison » peuvent céder progressivement la place au sentiment de la relativité des trajectoires (« on s’est quitté, on se retrouvera »). Un assesseur réputé pour son habileté à manipuler les bulletins disait avoir été « marqué » par ses collègues d’autre parti tout le temps du vote. Et lors d’une discussion avec des militants sur la politique au Mali et en France38, l’un d’eux m’a questionné avec humour : « mais votre droite et votre gauche, finalement, ce sont des ethnies (sihiiji) ? ». Entre une symbolique de la compétition sportive et la perdurance d’associations sémantiques « dures » entre statut, richesse et pouvoir, entre individualisations partisanes et maintien partiel des logiques factionnelles, les nouvelles formes de la politique suscitent en tous cas des modes d’identification imprévus et contrastés.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Banégas (R.), « Marchandisation du vote, citoyenneté et consolidation démocratique au Bénin », Politique Africaine, 69, mars 1998, p. 75-88.

Bertrand (M.), « Un an de transition politique : de la révolte à la troisième République », Politique Africaine, n° 47, octobre 1992, p. 9-22.

Blundo (G.) et Olivier de Sardan (J.-P.), « La corruption au quotidien (dossier) », Politique Africaine, n° 83, octobre 2001.

Dahou (T.), « Déculturaliser la corruption », Les temps modernes, n° 620-621, août-novembre 2002, p. 289-311.

Fay (C.), « La démocratie au Mali ou le pouvoir en pâture », dans Schmitz (J.) et Gruénais (M.-E.), éd., « La démocratie déclinée », Cahiers d'Études Africaines, XXXV (1), 137, 1995, p. 19-55.

Fay (C.), « La décentralisation dans un Cercle (Tenenkou, Mali) », dans Jolivet (M.-J.), éd., « Logiques identitaires, logiques territoriales », Autrepart (Cahiers des Sciences Humaines), n° 14, 2000, p. 121-142.

Fay (C.), « Pouvoirs sur les hommes, pouvoirs sur les biens, pouvoirs communaux : re-modélisations symétriques et concurrentes », in Fay (C.), Koné (Y.-F.), Quiminal (C.) (éd.) : Décentralisation et pouvoirs en Afrique – En contrepoint, modèles territoriaux français, IRD éditions (Colloques et séminaires), 2006, p. 103-123.

Menthong (H.-L.), « Vote et communautarisme au Cameroun : "un vote de cœur, de sang et de raison" », Politique Africaine, 69, mars 1998, p. 40-52.

Otayek (R.), « Les élections en Afrique sont-elles un objet scientifique pertinent ? », Politique Africaine, 69, mars 1998, p. 3-11.

Quantin (P.), « La difficile consolidation des transitions démocratiques africaines des années 1990 », dans Jaffrelot (C.), éd., Démocraties d’ailleurs, Paris, Karthala (Recherches internationales), 2000, p. 479-508.

Schmitz (J.), « "L’élection divise" : la politique au village dans la Vallée du Sénégal », Afrique contemporaine, n° 194, 2e trimestre 2000, p. 34-46.

Notes

1 Un numéro de Politique africaine (n° 69, mars 1998) : Des élections « comme les autres » a été consacré à cette question.

2 OTAYEK (R.), « Les élections en Afrique sont-elles un objet scientifique pertinent ? », Politique Africaine, 69, mars 1998, p. 3-11.

3 BANÉGAS (R.), « Marchandisation du vote, citoyenneté et consolidation démocratique au Bénin », Politique Africaine, 69, mars 1998, p. 75-88.

4 QUANTIN (P.), « La difficile consolidation des transitions démocratiques africaines des années 1990 », dans JAFFRELOT (C.), éd., Démocraties d’ailleurs, Paris, Karthala (Recherches internationales), 2000, p. 479-508.

5 Et notamment par l’anthropologie contemporaine du changement social, concernant les formes historiques ou actuelles, locales ou importées, du clientélisme – notamment politique – et de la corruption. Voir : BLUNDO (G.) et OLIVIER DE SARDAN (J.-P.), « La corruption au quotidien (dossier) », Politique Africaine, n° 83, octobre 2001 ; DAHOU (T.), « Déculturaliser la corruption », Les temps modernes, n° 620-621, août-novembre 2002, p. 289-311.

6 Le terme a eu différentes significations historiques (voir : FAY (C.), « La démocratie au Mali ou le pouvoir en pâture », dans SCHMITZ (J.) et GRUÉNAIS (M.-E.), éd., « La démocratie déclinée », Cahiers d'Études Africaines, XXXV(1), 137, 1995, p. 19-55). Nous l’employons ici pour désigner la partie du Delta central du Niger située sur la rive gauche du fleuve et principalement incluse dans l’actuel Cercle (unité administrative) de Tenenkou.

7 Après la décolonisation (1960), une première République d’inspiration socialiste fut renversée par une junte militaire (1968) ; la seconde République, issue du putsch, fût caractérisée par le règne du Général-Président Moussa Traoré et du parti unique UDPM (Union démocratique du peuple malien) qu’il créa et dirigea à partir de 1978.

8 En 1991, le régime de parti unique est renversé par une coalition de forces populaires et d’une partie de l’armée. Un Gouvernement transitoire de salut public comprenant civils et militaires s’instaure alors pour une courte période ; puis se tient une conférence nationale suivie des premières élections présidentielles et législatives en 1992, qui consacrent le passage à la troisième République.

9 Le cercle et l’arrondissement, unités administratives héritées de la colonisation, correspondaient approximativement à des préfectures et sous-préfectures. Actuellement, le Cercle demeure mais l’ancien Commandant de Cercle est devenu un Préfet : la décentralisation a supprimé les arrondissements mais les sous-préfets qui représentent l’État auprès des communes siègent généralement dans les anciens chefs-lieux d’arrondissement.

10 FAY (C.), 1995, op. cit.

11 Le nombre de députés est fixé par cercle et par quotas de population.

12 On sera ici très allusif sur les stratifications sociales, largement décrites ailleurs : FAY (C.), 1995, op. cit. et FAY (C.), « La décentralisation dans un Cercle (Tenenkou, Mali) », dans JOLIVET (M.-J.), éd., « Logiques identitaires, logiques territoriales », Autrepart (Cahiers des Sciences Humaines), n° 14, 2000, p. 121-142.) et dont on n’énoncera que les grands principes.

13 Ce depuis les années soixante, pour des raisons largement exposées ailleurs : FAY (C.), 1995, op. cit.

14 Qui l’ont souvent, comme on le voit ici, conservé sous une forme ou une autre, des empires précoloniaux à la colonisation (FAY, 1995) et se sont ensuite généralement mobilisées dans la « politique UDPM ». Les unités spatiales sur lesquelles elles assoient leur influence correspondent donc aussi à des configurations spécifiques de rapports fonciers interdépendants historiquement construits dans une longue durée.

15 Les anciennes aires de pouvoir présentes dans la zone étaient nombreuses et ne se limitaient pas à une opposition « nord-sud » : mais on peut ici simplifier, puisque les principaux acteurs contraposés des autres aires de pouvoir se sont ralliés aux tendances organisées par les deux grandes familles évoquées.

16 Le ralliement d’une lignée protestataire d’un lignage influent à la tendance UDPM adverse représente évidemment un gain stratégique fort pour cette tendance puisqu’elle crée, notamment dans l’ordre foncier, une ambiguïté dont on se servira lors des conflits futurs.

17 Le chef de famille « distribue » alors des électeurs – voire des militants – aux deux factions présentes. Cela implique évidemment que cette famille ne soit pas absolument dépendante d’un membre important d’une faction (par exemple d’un propriétaire foncier pour exercer leur droit d’exploitation).

18 On cite maints cas de femmes en pleurs, ayant d’abord tenté sans succès de refuser d’aller voter, et se rangeant soit dans la file de leur frère soit dans celle de leur mari en évoquant par avance les lugubres conséquences de leur geste.

19 BERTRAND (M.), « Un an de transition politique : de la révolte à la troisième République », Politique Africaine, n° 47, octobre 1992, p. 13.

20 Donnons un exemple significatif, en considérant les deux partis qui se sont d’abord quasiment partagé le Cercle. L’US-RDA était formellement une « renaissance » du parti néo-socialiste de Modibo Keïta, parti qui avait, dans les années soixante, combattu les « féodalités » foncières. Ce parti récupéra pourtant d’abord, dans le Maasina la « faction des propriétaires », qui passa ensuite à l’ADEMA. Le PSP (parti socialiste progressiste) qui était formellement une « renaissance » de l’ancien parti rival pré-indépendant, considéré par beaucoup à l’époque comme « le parti des chefs de canton », récupéra l’autre faction. On voit bien que la cohérence de ces ralliements ne s’explique qu’au niveau de la relation chefs de faction régionales/hommes politiques nationaux et nullement à celui d’une relation de contenu entre programmes politiques et contradictions locales.

21 L’ADEMA (Alliance pour la démocratie au Mali) fut d’abord une des deux associations (avec le CNID – Comité national d’indépendance démocratique) qui avaient contribué au renversement de la dictature. Elle se reformula ensuite en parti ADEMA-PASJ (Parti africain pour la solidarité et la justice). Par abréviation (courante au Mali) nous écrirons simplement ADEMA dans ce qui suit.

22 Correspondant à la sixième et troisième françaises : les deux numérotations se croisent sur la sixième, le chiffre baissant ensuite dans le système français alors qu’il continue d’augmenter au Mali.

23 On vit également deux familles de maîtres d’eau de villages mitoyens, qui étaient en conflit de façon récurrente, se rallier communément à l’ADEMA. Le responsable ADEMA au niveau du cercle, à qui je demandais quelle position il prendrait lors d’un prochain conflit, avait du mal à répondre à ma question.

24 Définies comme des collectivités décentralisées auxquelles l’État transfère sous tutelle certaines compétences (administratives et juridiques) et ressources (foncières, fiscales et financières).

25 Où le « recensement administratif à caractère électoral » de 2001 dénombre 104241 habitants. Mais ce chiffre doit être considérablement revu à la hausse, si l’on considère la très forte tendance à dissimuler les cadets pour des raisons fiscales.

26 Cf. FAY (C.), 2000, op. cit., pour l’analyse de la constitution des communes. Ici, on s’intéressera principalement au jeu politique induit.

27 C’est ce que Jean Schmitz, repérant des phénomènes similaires dans la Vallée du Sénégal, baptise le principe du « tiers-inclus » : SCHMITZ (J.), « "L’élection divise" : la politique au village dans la Vallée du Sénégal », Afrique contemporaine, n° 194, 2e trimestre 2000, p. 34-46.

28 Le cercle compte, en 2004, 72 701 inscrits sur les listes électorales. Les communes sont Dia, Diafarabé, Kareri, Tenenkou, Jonjori, Togoro-Kotya, Wuro-Ardo, Wuro-Giré, Sugulbe, Togguéré-Koumbé.

29 FAY (C.), « Pouvoirs sur les hommes, pouvoirs sur les biens, pouvoirs communaux : re-modélisations symétriques et concurrentes », in FAY (C.), KONÉ (Y.-F.), QUIMINAL (C.) (éd.) : Décentralisation et pouvoirs en Afrique – En contrepoint, modèles territoriaux français, IRD éditions (Colloques et séminaires), 2006, p. 103-123.

30 Système de représentation proportionnelle fondée sur la formule du plus fort reste (avec des listes bloquées contenant le nombre de candidats équivalent au nombre de sièges), alors que pour les législatives et les présidentielles il s’agit d’un scrutin à deux tours à majorité absolue. Une fois le conseil communal élu, il élit le maire et le bureau.

31 En 1999 on pouvait généralement observer des militants faisant campagne en voiture pour l’ADEMA, en mobylettes pour le PSP, à vélo ou à pied pour les autres partis, ce qui donnait immédiatement une idée des rapports de force.

32 Nous avons recensé plusieurs cas de chaque type au cours des campagnes électorales.

33 Le cercle a obtenu, entre 1999 et 2004, entre 140 et 150 postes de conseillers communaux, ce qui impliquait environ six fois plus de candidats en comptant une moyenne de six listes par commune.

34 Il semble qu’une partie de ces jeunes ait de son côté été plutôt mal à l’aise à l’idée de ce ralliement un peu trop prestigieux.

35 Cette « vertu transformatrice » du politique agit d’ailleurs même lorsque l’opposition « communautaire » première est beaucoup plus structurée, comme dans le cas de certains clivages ethniques. Voir : MENTHONG (H.-L.), « Vote et communautarisme au Cameroun : "un vote de cœur, de sang et de raison" », Politique Africaine, 69, mars 1998, p. 40-52.

36 Les tenants des deux grandes positions « foncières » y ont maintenant la plupart du temps leurs représentants.

37 DAHOU (T.), 2002, op. cit., p. 306.

38 De nombreuses télévisions sont apparues en brousse ces dernières années, et le journal de la télévision malienne (ORTM) diffuse régulièrement des fragments des journaux télévisés français.

Auteur

Anthropologue IRD (URCIM-R107)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable