Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les constructions locales du politique

 | 
Hélène Bertheleu
, 
Françoise Bourdarias

L'institution locale de la société

De la contestation à la participation : les néo-ruraux et la politique (Cévennes)

Françoise Clavairolle

Texte intégral

  • 1 Cette contribution repose sur un travail de recherche mené en collaboration avec Nathalie Bonini, (...)

1Cette contribution se propose d’interroger les transformations des formes d'exercice du pouvoir et des rapports de domination à travers une étude de cas concernant l’implication politique des néo-ruraux dans la société française contemporaine1. Il s’agira de montrer d’une part que le politique se manifeste dans toutes les instances de la vie sociale, publiques et privées et d’autre part que l’intégration au sein de la société locale de ce groupe généralement présenté comme marginal s’effectue notamment par sa participation politique à plusieurs niveaux.

  • 2 DACHEUX (E.), « Un nouveau regard sur l’espace public et la crise démocratique », Hermès 36, 2003, (...)
  • 3 LEFORT (C.), Essai sur le politique, Paris, Le Seuil, 1986, p. 256.
  • 4 DACHEUX (E.), op. cit., p. 199.
  • 5 BOURDIEU (P.), « La représentation politique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 36- (...)

2Par politique, j’entends donc ici, conformément à la définition qu’en propose C. Lefort, « la mise en forme », c’est à dire « la mise en scène et la mise en sens » qui institue le social2, étant entendu que le politique n’est pas localisable dans la société dans la mesure où la notion même de société contient déjà la référence à sa définition politique3. La chose politique ne peut donc pas être exclusivement ramenée à la mise en œuvre du pouvoir, même si celle-ci en est évidemment partie intégrante ; ainsi l’engagement civil, au travers de ces espaces d’interconnaissance que sont par exemple les marchés hebdomadaires ou les rassemblements festifs, ou bien par le biais des institutions de médiation sociale comme les associations ou les organismes sociaux, doit-il être considéré comme relevant pleinement du politique4. Lieu de confrontation d’idées, il est par conséquent un champ de forces et de luttes5.

LE CADRE ET LE TERRAIN DE L’ENQUÊTE

3L’enquête porte sur trois vallées cévenoles qui ont accueilli à partir de 1968 un flux important de néo-ruraux : Vallée borgne, Salendrinque et surtout Vallée française. Elles se déploient au cœur d’une région montagneuse soumise à l’influence méditerranéenne et qui donne une impression de relief prononcé, sa faible altitude étant compensée par la raideur des pentes. L’habitat traditionnel, dispersé, a été édifié en fonction des points d’eau ; ainsi certaines des communes étudiées n’ont-elles pas de bourg-centre mais sont exclusivement formées de hameaux disséminés dans ce qu’il reste de l’ancienne châtaigneraie. L’économie cévenole s’est en effet longtemps appuyée sur deux secteurs d’activités : l’un agricole, la culture du châtaignier et l’autre agro-industriel, la production de la soie. Leur effondrement, consécutif pour la châtaigneraie à la maladie de l’Encre et pour la production de la soie à une succession de crises techniques et commerciales, a provoqué un exode rural massif qui de 1850 au milieu du xxe siècle a emporté près des quatre cinquièmes de la population, vidant les mas et les hameaux de leurs habitants.

4Le « terrain » proprement dit de l’enquête correspond, selon le zonage INSEE, à un espace à dominante rurale. Il se situe plus précisément entre les catégories « périphérie des pôles ruraux » (ensemble de communes rurales qui ne sont pas des pôles ruraux, ni sous faible influence urbaine) et « rural isolé » (moins de 20 % actifs résidents travaillent dans les pôles ruraux). La densité humaine y est extrêmement faible : entre 4 et 15 h/km². Si l’on se place dans la perspective d’un continuum urbain/rural, il s’agit par conséquent d’un territoire dont les caractéristiques rurales sont marquées et conditionnent considérablement les conditions et modes de vie de la population.

  • 6 GARCIA (F.), « Pouvoirs en souffrance : néo-ruraux et collectivités rurales du Pays de Sault orien (...)
  • 7 Il faut toutefois noter que le nombre des « déplacés volontaires » qui demandent leur mutation en (...)

5Je reprendrai ici à mon compte la définition que F. Garcia donne des néo-ruraux : des « individus, sans discrimination de sexe ou d’âge, vivant en couple ou seuls ou en communauté, qui par une décision volontaire ont quitté leur milieu social, professionnel et de résidence, pour exercer de façon exclusive ou non des activités agro-pastorales ou artisanales en zone rurale »6. Soulignons que les néo-ruraux tels que nous les définissons se distinguent des retraités, c’est à dire des non-actifs, et des déplacés qui, comme par exemple les agentsde l’État, n’adhèrent pas à la ruralité7.

  • 8 LACROIX (B.), L’utopie communautaire, Paris, PUF, 1981.

6Globalement, on peut dire que lors des premières arrivées la position des individus dans la structure sociale était assez homogène. Ainsi que l’a montré B. Lacroix à propos du phénomène communautaire8, ce sont des fractions dominées de la classe dominante qui ont principalement alimenté le mouvement : étudiants ou jeunes récemment entrés dans la vie active appartenant à des catégories socioprofessionnelles assez précises, enseignants, professionnels de la santé, travailleurs sociaux et artistes. Les ouvriers et les agriculteurs y sont en revanche peu représentés.

  • 9 SOMMIER (I.), Le renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Ch (...)

7Après 1975, le mouvement d’installation, bien qu’il ait connu un ralentissement, ne s’est en réalité jamais interrompu. On assiste même depuis le début des années 1990 à de nouvelles vagues d’arrivées qui dans un certain nombre de cas aboutissent à des installations durables. Le profil de ces nouveaux venus est sensiblement différent de celui de leurs aînés des années 1970. Soit ils appartiennent à la catégorie des marginaux « forcés » – personnes ayant perdu leur emploi, rencontrant des difficultés à s’insérer professionnellement ou traversant une crise familiale – ou volontaires – personnes qui n’ont jamais été insérées dans le monde du travail et ne souhaitent pas l’être. L’enquête montre alors qu’ils sont issus de milieux sociaux extrêmement divers et relève parmi ces migrants récents un taux élevé d’individus engagés dans les nouveaux mouvements contestataires9 ; soit ce sont des personnes ayant auparavant exercé des professions libérales et qui disposent d’un capital leur permettant d’acquérir une habitation pour s’y installer en famille. Comme le souligne le géographe A. Berger, il s’agit un phénomène caractéristique des pays riches au sein desquels des individus, seuls ou en famille, choisissent de voir leur revenu diminuer au profit d’une vie qu’ils jugent plus harmonieuse.

  • 10 Ces données, issues du Recensement de l’INSEE de 1999 pour la Lozère, sont extraites du rapport de (...)

8Ainsi, dans les cantons de Sainte-Croix-Vallée-française, Saint-André-de-Valborgne ou Lasalle, caractérisés par un vieillissement marqué de la population et un solde naturel depuis longtemps déficitaire, le regain démographique s’explique-t-il par le solde migratoire. Le recensement de la population de 1999 rend notamment compte de la proportion élevée de migrants dans la population des communes du SIVOM des Hauts-Gardons qui regroupe la plupart des communes de la Vallée française10 :

DE LA DÉSERTIFICATION AU REPEUPLEMENT

UN POINT DE DÉPART : 1968

  • 11 Voir l’article écrit en collaboration avec Nathalie Bonini : BONINI (N.) et CLAVAIROLLE (F.), « La (...)

9Dans la seconde moitié des années 1960, de nombreux pays occidentaux ont été concernés par des mouvements de protestation contre-culturelle et de dénonciation des pouvoirs établis. En France, ils ont dévoilé la crise profonde des institutions politiques et économiques, fondée sur la mise en cause de l’idéologie du progrès et de la technocratie, des formes d’aliénation par le travail11 et de sa centralité, et bien entendu du capitalisme dont la ville représentait en quelque sorte la figure emblématique.

10Avec les derniers soubresauts du « Mouvement de Mai », la flambée protestataire s’est essoufflée puis éteinte. L’espoir d’une révolution immédiate évanoui, le gauchisme politique est entré en crise et de nombreux participants à ces mouvements se sont progressivement détachés du combat politique. Déçus de ne pas voir se réaliser le renouvellement espéré des structures sociales, certains ont alors décidé de fuir la ville et ses contraintes pour des terres d’utopie où ils espéraient parvenir à transformer le monde à leur échelle. D’autres, moins engagés politiquement mais souvent en rupture avec leur milieu d’origine et tout aussi désireux de changer de mode de vie leur ont emboîté le pas.

  • 12 LÉGER (D.), « Apocalypse écologique et "retour à la religion" », Archives de Sciences Sociales des (...)

11En Cévennes, entre l’automne 1968 et 1975, on a ainsi assisté à l’arrivée massive, à l’échelle locale, de couples, de groupes et d’individus isolés qui fuyaient pour la plupart les grandes villes. Certains choisissaient en connaissance de cause leur destination, d’autres au hasard d’un séjour chez des amis déjà installés décidaient finalement de rester sur place. C’est l’époque qui a fait couler beaucoup d’encre des communautés, particulièrement nombreuses à avoir vu le jour en Cévennes lozériennes ainsi que dans les Alpes de Haute-Provence et en Ariège. D. Léger a vu dans ce mouvement la conséquence d’une protestation utopique qui aurait été privée de débouché politique12. Après une période d’engouement médiatique, le silence est retombé, entérinant l’échec relatif de la tentative communautaire mais passant sous silence la pérennité, sous d’autres formes, des efforts déployés pour vivre autrement. Car non seulement nombre de ces néo-ruraux sont restés, voire revenus après une tentative infructueuse de retour à la ville, mais, comme je l’ai indiqué, le mouvement a repris et s’est même amplifié au cours des quinze dernières années qui ont été marquées par une crise sociale, économique et politique profonde au plan national.

LES CONDITIONS DE L’ACCUEIL PAR LA SOCIÉTÉ LOCALE

12Au début du mouvement, ne restaient en Cévennes que des agriculteurs âgés sans successeurs pour reprendre l’exploitation familiale, des individus qui n’avaient que peu de chances de trouver du travail en ville en raison de leur faible niveau de formation ainsi que quelques artisans et des retraités originaires des lieux qui revenaient finir leurs jours dans la maison familiale.

  • 13 SOULIER (A.), « Introduction à l’étude des changements de pouvoir local dans l’arrière-pays langue (...)

13Dans certaines communes de Lozère méridionale on approchait même la désertification totale13. Elle était particulièrement criante dans les écarts, formés de hameaux et de mas laissés à l’abandon depuis plusieurs décennies et que les ronces et les genêts avaient progressivement envahis. C’est là que se sont installés les premiers arrivants, contre des loyers dérisoires dès lors qu’ils n’exigeaient pas de leurs propriétaires de coûteux travaux de rénovation, ou bien en achetant pour une bouchée de pain d’anciennes exploitations dont les héritiers s’étaient désintéressés.

  • 14 Je fais référence à un débat à l’occasion de journées d’étude du Conseil scientifique du Parc nati (...)
  • 15 DERIOZ (P.), « Les néo-ruraux à la redécouverte de l’espace rural », dans DAVY (L.) et NEBOIT (R.) (...)
  • 16 LACROIX (B.), op. cit., p. 30.
  • 17 Les Cévennes schisteuses sont en effet une région qui a adhéré massivement à la réforme huguenote (...)

14Les nouveaux venus ne cherchaient pas à s’intégrer dans la société locale : contrairement à ce qui a souvent été écrit (Hervieu et Léger) et soutenu14, il n’y a pas eu, lors de cette première phase d’installation, idéalisation de la société rurale mais en revanche idéalisation d’une Nature d’autant plus bienfaisante que la désertification était censée l’avoir rendue à sa virginité initiale. Comme le souligne P. Derioz15, ces expériences suggèrent plutôt le retour à un « état de nature » précédant l’instauration de la Société elle-même et rendu possible par l’ampleur de l’exode rural. Quand les rapports n’étaient pas franchement hostiles, ils étaient faits d’ignorance réciproque : de nombreux néo-ruraux installés au cours de cette période admettent aujourd’hui qu’ils ont été initialement séduits par le vide humain. Le milieu néo-rural qui s’est constitué formait alors un « cercle clos de sociabilités et de réciprocités »16, de fait très peu perméable à la société locale avec laquelle la coexistence n’était pas toujours facile. Ce qui restait de population autochtone voyait d’un œil dubitatif, quand il n’était pas franchement hostile, ces arrivants dont le mode de vie et l’apparence heurtaient les valeurs et la mentalité locales, profondément marquées par l’adhésion historique de la société au protestantisme17. Les Cévenols d’origine se sentaient alors doublement stigmatisés : par la société englobante, urbanisée, qui leur renvoyait l’image négative d’une campagne arriérée et par les néo-ruraux eux-mêmes qui semblaient s’accommoder d’une Cévenne sans Cévenols tant ce qu’ils entendaient mettre en œuvre était éloigné des structures sociales en place. D’où une incompréhension réciproque et parfois l’exaspération des autochtones face à ces jeunes « hippies », de l’âge de leurs propres enfants qu’ils avaient incités à quitter le village, qui prétendaient réussir à vivre là où eux-mêmes avaient le sentiment d’avoir échoué.

LE POUVOIR LOCAL

  • 18 SOULIER (A.), op. cit., p. 5.
  • 19 Le Club cévenol, association fondée en 1984, œuvre à la sauvegarde du patrimoine naturel et cultur (...)
  • 20 Il est significatif que les élus qui réagissent le plus vivement à la fermeture d’un service sont (...)

15Au début du mouvement d’installation, le pouvoir communal est autochtone et réparti entre des représentants du monde paysan – quand il en reste ! – et les notables : entrepreneurs, médecins, retraités aisés18. Si l’on excepte les quelques tentatives portées par les réseaux notabiliaires – comme le Club cévenol19, une association centenaire – qui s’appuient généralement sur les milieux protestants locaux et issus de la diaspora huguenote, les élus n’ont pas ou peu de projets d’avenir et semblent surtout se vouer à gérer l’érosion démographique et le déclin des services tout en perpétuant les rapports de force qui opposent les détenteurs du pouvoir à leurs concurrents. Dans leur grande majorité, ils assistent avec fatalisme à la fermeture des classes et des bureaux de poste, à la cessation d’activité des agriculteurs et des artisans qui n’ont pas trouvé de repreneur20.

  • 21 LÉGER (D.), op. cit., p. 48.
  • 22 H. Balfet et C. Bromberger ont vu dans le « quartier » une unité d’insertion majeure en Cévennes.
  • 23 Les prénoms et initiales ont été changés par l’auteure.

16De leur côté, les néo-ruraux se tiennent dans l’ensemble relativement à l’écart des pouvoirs locaux, les jugeant trop inféodés aux réseaux politiques et notabiliaires qu’ils dénoncent. Globalement, ils remettent en cause des rapports de pouvoir qui leur paraissent caractéristiques de la société corrompue qu’ils ont fuie et ne croient plus dans la possibilité de changer radicalement le monde par le biais de l’action collective ; ils constatent l’impossibilité à transformer les structures sociales et politiques, ce qui, selon eux, est une condition pour opérer un changement éthique21. Dans ces conditions, ils limitent leur ambition et s’efforcent plus modestement de faire advenir des changements au niveau du petit groupe dans lequel ils sont insérés : la communauté, le quartier22, le réseau affinitaire, etc. Leur inspiration étant clairement anti-institutionnelle, ils cherchent avant tout à agir sur leur propre existence et se désintéressent de l’exercice de la citoyenneté : « Il y a eu entre 1969 et 1976 une période pendant laquelle on ne votait plus. Il n’en était pas question ! » témoigne l’un des installés de cette période. Ils ne militent pas – plus –, ne recherchent aucune forme de regroupement, fût-elle associative, et prônent un mode de vie régi par la jouissance immédiate, la spontanéité au sein de l’unité de résidence, qu’il s’agisse du groupe familial ou de la communauté : « c’était une vie collective fermée. On était entre nous. On n’aurait jamais pu imaginer qu’il y en ait un d’entre nous qui se présente au conseil municipal » se souvient aujourd’hui Daniel V.23

17Tout au plus, des individus adoptent des positions extrêmement offensives envers les notables, comme à Sainte-Croix-Vallée-française, petite commune dont le maire, qui se montre relativement hostile envers les néo-ruraux, est également le patron d’une importante scierie employant des immigrés turcs. Une poignée de personnes prend ainsi fait et cause pour ces derniers en accusant le chef d’entreprise de les surexploiter dans son établissement : « le résultat de notre militantisme », constate sur un ton désabusé l’un des protestataires, « c’est qu’ils se sont tous fait virer ! ». Cet épisode clôt pour un temps leurs velléités militantes.

COMMENT LES NÉO-RURAUX INVESTISSENT LE TERRITOIRE

  • 24 Voyage au Pays de l’Utopie rustique est le titre d’un ouvrage publié en 1979 par le sociologie Hen (...)

18Au début 1980, la situation change. « L’utopie rustique » peine à se concrétiser24 et l’effervescence communautaire s’essouffle, généralement en raison de la logique de repli qui a accompagné le mouvement. Les installés se sont redistribués sur le territoire ; ayant eu des enfants, ils vivent désormais en famille. « Dans les années 1980 on a commencé à s’intégrer. Certains. Il y en a qui ont commencé à vouloir se présenter aux conseils municipaux… On commençait à avoir envie de s’ouvrir, créer des liens avec la population » constate l’un d’entre eux.

19Le politique est cependant sorti de l’après-68 en piteux état. Ce sont en effet deux espérances qui ont successivement été déçues : d’abord, en 1968, celle de changer le monde par l’action politique collective, ensuite, au cours des années qui ont suivi, celle d’y parvenir par l’action individuelle, en remettant radicalement en cause son propre mode d’existence, notamment à travers l’expérience de la vie communautaire et la transformation des relations entre hommes et femmes.

  • 25 KAYSER (B.), La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, A. Colin, (...)
  • 26 Il s’agit d’une installation au sens où l’entend la Chambre d’agriculture, c’est à dire accompagné (...)

20Pour cette période, B. Kayser parle d’un « reflux utopique » se traduisant par une diminution assez sensible du nombre des candidats à l’installation et par l’émergence d’une volonté d’intégration dans la société locale25. Certains rentrent en quelque sorte dans le rang, généralement avec la naissance de leur progéniture. Ils trouvent localement un travail salarié (facteur, agent de contrôle laitier, secrétaire de mairie, etc.) ou tirent partie de leur formation antérieure (enseignant, profession de santé, travail social, etc.). D’autres optent pour l’agriculture et passent par les centres de formation agricole afin de pouvoir prétendre à des aides à l’installation, s’endettant parfois afin d’acquérir une propriété26. Une frange cependant résiste à l’intégration par une activité professionnelle reconnue et persiste à vivre du travail au noir ou de subsides familiales quand cela est possible.

  • 27 HERVIEU-LÉGER (D.), « Les utopies du "retour" », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 29 (...)
  • 28 DUBET (F.), « Les nouveaux mouvements sociaux », dans CHAZEL (F.), éd., Action collective et mouve (...)

21Peut-on pour autant parler, comme le fait D. Léger, d’une « utopie récupérée »27 ? Lorsqu’elle l’écrit en 1979, le mouvement est véritablement dans un « creux de la vague », chacun étant amené à tirer le bilan du passé et à reprendre ses marques ; son analyse me semble mettre hâtivement en perspective et en opposition l’espoir d’un changement radical des rapports sociaux avec une tentation passéiste, une idéalisation de la société rurale traditionnelle, de la communauté villageoise, etc. Or ce n’est pas ce que montrent les enquêtes. Sans vouloir conférer une dimension « prophétique » à cette expérience, il me semble néanmoins possible de reconnaître qu’elle constitue un espace réel d’imagination et de réflexion. Les thèmes qui sont mis en avant, l’écologie, la « mal bouffe », le travail, les rapports Nord-Sud, l’exclusion, etc. travaillent en les anticipant des débats qui constitue le cœur brûlant de notre actualité et occupent une place majeure dans le discours actuel de ce que F. Dubet a appelé les « nouveaux mouvements sociaux »28.

22Après cette longue présentation qui avait pour but de dresser le cadre de l’étude, je rendrai compte du passage à la participation politique, au sens large, en m’appuyant sur trois domaines d’action collective que j’ai voulu distinguer pour la clarté de l’exposé, mais qui sont difficilement séparables : l’engagement politique, la gestion des affaires locales et la participation associative.

L’ENGAGEMENT POLITIQUE : PARTIS ET SYNDICATS

23Dans le courant des années 1990 s’ouvre une période que l’on pourrait qualifier de re-politisation des néo-ruraux et qui prendra toute son ampleur dans la seconde moitié de la décennie. Mais comme le fait remarquer l’un d’entre eux, ils sont passés en 20 ans « des mouvements gauchistes ambitionnant de révolutionner la société aux mouvements citoyens ».

24Parmi les partis et instances reconnus, ce sont les Verts et surtout la Confédération paysanne qui raflent la mise.

  • 29 La loi Montagne du 9 janvier 1985 est relative au développement et à la protection de la montagne. (...)

25Les Verts sont en effet le seul parti politique représenté au sein de cette population qui globalement se reconnaît assez mal dans l’échiquier politique. De fait, même l’engagement au sein du parti s’effectue sur ses marges : plusieurs « Verts » appartiennent au réseau écologiste libertaire qui reproche aux figures du parti, comme D. Voynet ou Y. Cochet, de s’être « couchées » devant la raison économique et établit un bilan négatif de leur participation au gouvernement socialiste en dressant la liste des erreurs commises : pollution, OGM, sans-papiers, délocalisations industrielles, précarité, licenciements boursiers, allégeance au discours sécuritaire, etc. Les néo-ruraux de sensibilité « verte » soutiennent ainsi les installations rendues illégales par l’application de la loi Montagne29 ou qui sont la conséquence de la spéculation foncière qui s’est emparée des Cévennes depuis quelques années et se déclarent généralement proches de la mouvance altermondialiste.

  • 30 JACOB (J.), « Le paysans et le philosophe : José Bové et Jacques Ellul », Hérodote, n° 113, 2004, (...)
  • 31 MAILLARD (C.), 1998, « Larzac. Les derniers des Mohicans », L’Événement du Jeudi, 2/04, 1998.

26La Confédération paysanne, bien implantée chez les agriculteurs cévenols, remporte un vif succès dans le milieu néo-rural et reçoit également un soutien actif de ceux qui n’ont pas le statut agricole. La proximité géographique du plateau du Larzac favorise le rapprochement à l’occasion des manifestations qui y sont organisées (rencontre de l’été 2003) ou lors d’actions ponctuelles en faveur de ses membres emprisonnés, comme José Bové pour le démantèlement du Mac’Do de Millau ou les « faucheurs volontaires » d’OGM. Ainsi que le fait remarquer J. Jacob, « la Confédération paysanne catalyse à sa façon, sous une forme syndicale, cette nébuleuse nourrie de ruralité, de non-violence et d’ouverture sur l’universel »30. En permettant de renouer avec l’activisme, elle parvient à concilier fidélité à l’esprit de 68 et distance avec les grandes idéologies de gauche31. Un néo-agriculteur qui a été élu en 2002 à la Confédération paysanne souligne le contraste entre la forte implication de ses semblables et la prudence des Cévenols d’origine : « nous on a l’expérience du militantisme, une ouverture d’esprit. On n’est des déracinés, quand même, ici, donc on a une disponibilité qui n’est pas la même que celle d‘un mec comme Michel V. Lui, c’est une structure de vie vachement carrée, il ne peut pas sortir de ça parce que sinon il est perdu. Alors de là à aller militer sur Nîmes, c’est autre chose ! Ou prendre un car pour aller à Agen défendre les copains qui passent en procès pour avoir foutu en l’air des plants transgéniques ! ».

27De manière générale, tous se déclarent en faveur d’une démocratie participative, où coopération, solidarité et fédéralisme remplaceraient les prises de décision autoritaires des représentants élus. Ce positionnement revient de manière récurrente dans les discussions, qu’il s’agisse par exemple du débat suscité par le projet d’aménagement par la municipalité de Sainte-Croix-Vallée-française – « bétonnage ! » – d’un terrain de sport sur une parcelle en prairie ou des relations houleuses avec le Parc national des Cévennes auquel est souvent reprochée son incapacité à consulter la population et à tenir compte de ses attentes.

LA PARTICIPATION AUX AFFAIRES LOCALES : LES CONSEILS MUNICIPAUX

28Si dès 1974/1975, quelques néo-ruraux entrent dans les conseils municipaux, il faut cependant attendre la fin des années 1980 pour voir ce phénomène prendre de l’ampleur. Certaines équipes municipales exclusivement composées de Cévenols d’origine tentent toutefois de bloquer l’élection des nouveaux habitants. On trouve ainsi des situations très contrastées : à Molezon, les membres du conseil municipal sont tous des nouveaux Cévenols à une seule exception près ; à Gabriac, le maire, un agriculteur originaire du lieu, a intégré 50 % de néo-ruraux parmi les membres de son équipe ; à Sainte-Croix-Vallée-française et à Saint-Martin-de-Lansuscle, ils représentent également la moitié de l’effectif municipal. Mais inversement, à Moissac-Vallée-française, à Saint Etienne-Vallée-française ou Saint-André-de-Valborgne les équipes sortantes, entièrement composées d’autochtones, refusent la présence de néo-ruraux dans leurs listes et leur préfèrent les retraités.

29Les élus néo-ruraux présentent des profils divers : enseignants d’école primaire et de collège, employés municipaux, agriculteurs (même hors cadre légal), mais aussi travailleurs au noir, RMIstes. Deux facteurs semblent néanmoins déterminants : l’ancienneté de l’installation et/ou l’investissement dans la vie collective.

  • 32 G. D. Premel, dans sa thèse consacrée aux Innovations techniques et sociales en Cévennes (1984), a (...)

30S’il ne faut pas écarter chez certains la quête d’une reconnaissance, voire la tentation notabiliaire32, pour la plupart d’entre eux l’investissement municipal renvoie à une morale citoyenne, à l’idée que chacun doit accepter de consacrer une part de son temps disponible à la gestion de la chose publique. Pour Suzanne L. qui fut conseillère municipale, ce devrait même être « à chacun son tour », de façon à prendre la mesure des difficultés de cette mission mais aussi parce que l’expression des différences et parfois la confrontation à celles-ci constituent à ses yeux un enrichissement personnel.

31Au sein des instances municipales, les néo-ruraux tendent à se différencier des Cévenols d’origine par le fait que leur capital culturel leur confère une maîtrise des compétences techniques et sociales nécessaires à la conduite des affaires publiques : en effet, ils ont l’expérience de la prise de parole et sont portés par leur passé militant à discuter les décisions prises autoritairement en déployant un arsenal argumentaire efficace ; autrement dit, ils sont détenteurs d’un « habitus politicien ». L’un d’entre eux explique, à propos des « archéos » – terme par lequel de nombreux néo-ruraux désignent les Cévenols d’origine qui de leur côté les appellent « néos » – que le maire « les influence très vite. Je l’ai vu au Conseil, ils avaient un complexe d’infériorité. Ils ne se sentaient jamais très, très à l’aise et me disaient : "Vous c’est pas pareil… Vous avez fait des études alors vous savez mieux que nous…". Et je disais : " non, pas du tout ! Vous avez des connaissances qu’on n’a pas !". Mais il n’y a rien à faire, avec ce sentiment de malaise ».

32Si globalement les affaires courantes auxquelles les élus doivent faire face ne provoquent pas de désaccord entre « néos » et « archéos » (entretien de la voirie et des bâtiments municipaux, ramassage et traitement des ordures ménagères, subvention aux écoles, etc.), il n’en va pas de même avec d’autres domaines d’intervention. La forte représentation des premiers dans certains conseils municipaux est ainsi à l’origine de vives dissensions entre plusieurs communes tentées par l’intercommunalité. Deux d’entre elles où la représentation néo-rurale est moindre, Moissac-Vallée-française et Saint-Etienne-Vallée-française, se sont ainsi désolidarisées de la communauté de communes en gestation au motif clairement énoncé qu’elles ne voulaient pas des orientations qui pourraient être prises sous la pression des « néos », soupçonnés d’être trop accueillants envers les marginaux et les exclus. Partisans d’une géographie fermée, ces élus s’élèvent contre la concentration de cette population dans leurs communes et s’inquiètent des charges qui sont susceptibles d‘en découler. Ils expriment la crainte d’une modification de la configuration démographique et de la composition sociale et culturelle de la population et entendent donc protéger leur commune contre la menace potentielle que représentent les candidats à l’installation n’offrant pas certaines garanties de ressources et de « moralité » !

33Les principaux thèmes sur lesquels se cristallisent les oppositions sont l’action sociale et la politique culturelle.

  • 33 Il convient cependant d’éviter une vision irénique des rapports entre néo-ruraux. Récemment, d’anc (...)

34Tandis que les élus issus du milieu néo-rural réservent un accueil globalement33 bienveillant aux nouveaux arrivants sans ressource et sans travail, on observe de fortes réticences chez les autochtones les plus conservateurs, ceux-là même qui monopolisaient auparavant les rênes du pouvoir. Un couple de néo-ruraux installé depuis plus de deux décennies a ainsi été amené à défendre des squatters, vivant avec un nourrisson dans une maison sans eau ni électricité et accessible seulement par un sentier pédestre, contre les autres membres de l’équipe municipale qui projetaient leur expulsion en défendant un tout autre point de vue : « ils n’embêtent personne, ils vont très bien, ils sont responsables, laissons les tranquilles ». Les élus se sont finalement rangés à leur position.

35De même le maire actuel de Sainte-Croix-Vallée-française – arrivée dans la commune au début des années 1970, cette personne a vécu en communauté avant de s’installer avec compagnon et enfants – se prononce en faveur de la création d’un lieu d’accueil d’urgence pour les personnes en errance qui transitent par le village et se porte même volontaire pour les accueillir dans les locaux mis à leur disposition, malgré les réticences d’une partie de la population.

  • 34 Suite à sa victoire électorale, le maire de Sainte-Croix-Vallée-française avait chaudement remerci (...)

36Mais c’est dans le domaine de l’action culturelle, particulièrement soutenue par les élus néo-ruraux et ceux qui en sont proches, que s’exprime le plus ouvertement l’hostilité des « vieilles souches »34.

  • 35 L’expression « fête votive » vient du mot occitan voto qui signifie vœu du peuple. Il s’agit d’une (...)

37La « Fête des gens » et « Rendez-vous », des manifestations festives et « artistico-fantaisistes » annuelles, autorisées et soutenues par la mairie de Sainte-Croix-Vallée-française au même titre que la fête votive35, cristallisent les réticences dont les néo-ruraux font l’objet. Se déroulant au cœur du village, sur un terrain municipal, elles donnent lieu à des spectacles de théâtre de rue et de danse, des concerts, des performances de plasticiens, des numéros de cirque. Par leur contenu et le public qu’elles drainent, ces manifestations heurtent autant les goûts culturels que le système de valeurs des « natifs ». S’opposent ainsi deux conceptions de la « culture », l’une propre aux autochtones et l’autre aux néo-ruraux. Alors que pour les premiers elle est avant tout constituée par le patrimoine culturel cévenol et le chant choral, les seconds se sentent plus proches des arts de la rue et du spectacle vivant. De plus, ces manifestations sont pour certains l’occasion de militer en faveur de diverses causes, qu’il s’agisse des carburants non polluants – l’association « Roule ma fleur » tente de promouvoir un carburant à base d’huile végétale pure –, de la libéralisation de la consommation du cannabis – en présence du président du Comité d’Information et de Recherche Cannabique (CIRC) pour l’édition de 2005 la « Fête des gens » –, ou encore de la lutte contre les OGM, mêlant ainsi étroitement action culturelle et politique et attirant de nombreuses personnes catégorisées comme marginales. La présence en 2002 d’un groupe venu de la Vieille-Valette, un squat libertaire voisin qui souhaitait participer à la manifestation, a ainsi déclenché un concert de protestations de la part de la population autochtone auprès de la mairie. Au delà du contenu proprement dit des pratiques culturelles qui engage aussi un débat sur l’identité cévenole, c’est avant tout le marquage social de ces pratiques qui est en cause.

38La culture, mode privilégié d’expression du social, est d’ailleurs directement énoncée comme étant l’une des pierres d’achoppement de la communauté de communes. Les mairies de Moissac et Saint-Etienne-Vallée-française qui s’en sont retirées ne s’en cachent pas : c’est notamment la place faite par les autres mairies à la culture – et surtout à une certaine conception de la culture – conjuguée à la peur de voir s’installer des individus en situation de précarité qui les y a incitées.

39À travers ces enjeux se dessine la tension qui oppose certains autochtones favorables à la conservation du monde social qu’ils avaient réussi à préserver et les nouveaux habitants qui veulent subvertir la distribution du pouvoir afin d’au contraire le transformer ou, le cas échéant, s’en emparer.

LA DYNAMIQUE ASSOCIATIVE

  • 36 LAVILLE (J.-L.) et AL, Association, démocratie et société civile, Paris, La Découverte, 2001, p. 1 (...)

40Comme l’a montré J.-L. Laville36, les activités associatives doivent être analysées à partir de la problématique de l’« encastrement » car elles sont en interaction avec d’autres activités économiques, religieuses et notamment politiques. L’encastrement politique signifie ainsi l’ensemble des interactions entre pouvoirs publics et initiatives « civiles ».

  • 37 BELORGEY (J.-M.), « Le foisonnement associatif », Les Annales de la recherche urbaine, n° 89, 2001 (...)

41En Vallée française, la dynamique associative actuelle a trouvé sa source, au sortir de l’épisode de reflux communautaire, dans la mise en œuvre d’une radio libre et d’une chorale ainsi que dans la création d’un cinéma rural itinérant. Puis la machine s’est en quelque sorte emballée au début des années 1990 pour aboutir au foisonnement associatif que l’on constate aujourd’hui, extrêmement riche et complexe car il mêle, superpose, des stratégies individuelles et collectives hétérogènes. Ces associations sont toutes engagées avec le politique selon des modalités et des niveaux d’intensité variables, soit qu’elles le concurrencent et/ou le contestent, le phagocytent37, ou au contraire coopèrent avec lui.

  • 38 A. Rivière-Honneger fait le même constat concernant le secteur de la Salendrinque : RIVIÈREHONNERG (...)

42L’une de leurs principales caractéristiques est qu’elles sont majoritairement portées et/ou fréquentées par des néo-ruraux38, anciens ou plus récents, exception faite de l’association sportive, du comité des fêtes, de l’association du 3e âge et, dans une moindre mesure, d’une association gérant une école de chant polyphonique.

43Au sein de ces espaces de médiation sociale, on serait tenté de distinguer ceux qui relèvent de l’action culturelle de ceux qui remplissent ouvertement une fonction sociale, mais, en y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’ils se confondent souvent, les personnes impliquées étant souvent les mêmes. Ainsi ce sont les associations culturelles qui ont organisé un forum social sur l’habitat en même temps que se tenait le forum social européen qui s’est déroulé du 12 au 15 novembre 2003.

  • 39 On constate depuis quelques années la multiplication des installations sous tipi ou yourte, dans d (...)

44De même, il est parfois bien difficile de séparer ces espaces civils des espaces « de médiation », initiés par les collectivités locales ou les pouvoirs publics, qui, rappelons-le, comptent dans leurs rangs une fraction non négligeable de néo-ruraux. Je prendrai deux exemples. Suite au départ à la retraite de la personne qui tenait la pompe à essence, la mairie de Sainte-Croix-Vallée-française a cherché en vain un exploitant privé acceptant de reprendre ce service dont la disparition aurait contraint la population à parcourir de longues distances pour s’approvisionner en carburant. La solution qui a été trouvée, totalement originale, a été de confier sa gestion à une association – dont le trésorier est d’ailleurs un néo-rural –, conjointement avec la commune. Un autre exemple est celui du « Bocal », un lieu récemment ouvert dans la même commune. Devant la prolifération des associations, leurs responsables décident en 2002 de créer l’AFTTR, une fédération d’associations qui a pour objectif la capitalisation des moyens ainsi qu’une meilleure concertation quant aux actions à mener. Rapidement, le besoin d’un espace commun se fait sentir et l’AFTTR décide de louer un local situé au centre du village. Baptisée « Le Bocal », cette maison des associations est composée d’un espace d’accueil convivial, de deux bureaux et d’un local équipé d’une douche et d’une machine à laver le linge destinées aussi bien aux personnes de passage qu’à toutes celles qui résident sur le territoire du SIVOM des Hauts-Gardons et dont les conditions de logement sont extrêmement précaires39. Le Bocal héberge également l’association « Quoi de 9 » qui remplit une mission d’action sociale : accompagnement des personnes privées d’emploi et/ou en difficulté, domiciliation, etc. C’est dans l’un des deux bureaux aménagés par l’AFTTR que « Quoi de 9 » assure ses permanences. L’intrication des sphères sociale et culturelle se vérifie également dans le fait que le Président de cette association, financée par l’action sociale et qui tient des permanences dans plusieurs autres villages de la région, a été désigné comme président de l’AFTTR.

45L’attrait de la formule associative semble se fonder sur sa capacité à satisfaire indifféremment et parfois simultanément plusieurs objectifs : entretenir le lien social dans un environnement qui ne le facilite guère, permettre également aux nouveaux habitants d’acquérir la maîtrise d’un grand nombre d’aspects de la vie locale, parfois aussi d’accéder à une forme de pouvoir en servant de tremplin à une notabilisation jamais ouvertement reconnue comme telle, mais pourtant bien réelle.

CONCLUSION

  • 40 SCHÉRER (R.), « Plus que de la solidarité », Cahiers de la rue Voltaire, s.d., p. 1-4.

46Le fait de vivre en milieu rural faiblement peuplé permet aux néo-ruraux, qu’il s’agisse des plus anciens ou de ceux qui sont récemment arrivés, d’agir sur un plan socio-politique en contournant les macro-politiques étatiques et institutionnelles des partis ou de l’État et en mettant au contraire en œuvre des stratégies de transversalité. La « stratégie micro », loin d’être une solution de renoncement ou de facilité40, repose en réalité sur une analyse lucide des conditions objectives de l’action collective : c’est seulement au sein de ces micro-politiques que ces acteurs sociaux désignés comme « marginaux » peuvent espérer avoir quelque pouvoir. De cela, ils sont clairement conscients et l’énoncent ouvertement. Chez certains, l’objectif avoué est de prendre le pouvoir, considérant qu’il n’est pas exercé de façon satisfaisante, au mieux de l‘intérêt commun. Il s’agit en effet de casser les anciennes solidarités, les logiques d’intérêt individuel ou clanique comme le suggère Pierre L., candidat malheureux à une récente élection municipale : « Je dis pas qu’on y croyait vraiment, mais on voulait créer vraiment une dynamique de gens ; pas du tout d’intérêts, de personnalités, de familles… ».

47De façon plus générale, on pourrait considérer que cette population est dans son ensemble passée de l’action politique organisée à des expérimentations utopiques qui se sont avérées, avec un recul de 20 ans, porteuses d’avenir. Il s’agit moins d’un projet utopique cohérent, intégré, que d’une myriade de micro-utopies plus ou moins articulées les unes aux autres et qui portent sur le sens et le rapport au travail, la sociabilité, l’expérience intérieure, spirituelle, la solidarité avec les exclus, le respect de l’environnement, etc.

48L’alternative, comme semble le déplorer E. Dacheux, n’est pas entre d’un côté une utopie relayée par le système politique et de l’autre la nostalgie, le repli sur soi. Ce que peut-être, de façon optimiste, nous pourrions retenir de ces expériences, c’est qu’elles constituent une troisième voix qui fait écho à des phénomènes plus larges s’exprimant aujourd’hui à l’échelle mondiale. L’engagement se manifeste par des pratiques concrètes qui constituent autant d’îlots de résistance au système dénoncé, reliés entre eux par des individus qui par leurs multiples implications font entrer en résonance toutes ces initiatives.

49Dans ces conditions, l’idée d’une dichotomie entre acteurs de pouvoirs globaux et groupes sociaux repliés sur le local ne paraît pas véritablement pertinente. En un sens, la volonté de participation semble se déployer simultanément à une double échelle : échelle micro-locale, comme on vient de le voir, par des actions au jour le jour, échelle internationale, par les liens entretenus notamment avec le mouvement altermondialiste auquel j’ai déjà fait allusion. On assiste ainsi à une convergence entre le renouveau des mouvements contestataires et un élan participatif dont les néo-ruraux sont en un sens l’illustration.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balfet (H.) et Bromberger (C.), « Dimensions de l’espace et formes d’entraide : le "quartier" cévenol », dans Balfet (H.) et al., Pratiques et représentations de l’espace dans les communautés méditerranéennes, Paris, Éditions du CNRS, 1976, p. 101-121.

Belorgey (J.-M.), « Le foisonnement associatif », Les Annales de la recherche urbaine, n° 89, 2001, p. 166-167.

Bonini (N.) et Clavairolle (F.), « La "néo-ruralité" comme recherche de nouvelles formes de bien-être », Informations sociales, n° 114, 2004, p. 104-115.

Bourdieu (P.), « La représentation politique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 36-37, 1981, p. 3-24.

Dacheux (E.), « Un nouveau regard sur l’espace public et la crise démocratique », Hermès 36, 2003, p. 195-204.

Derioz (P.), Les néo-ruraux à la redécouverte de l’espace rural », dans Davy (L.) et Neboit (R.), éd., Les Français dans leur environnement, Paris, Nathan, p. 156-174.

Dubet (F.), « Les nouveaux mouvements sociaux », dans Chazel (F.), éd., Action collective et mouvements sociaux, Paris, PUF, 1993, p. 61-63.

Garcia (F.), « Pouvoirs en souffrance : néo-ruraux et collectivités rurales du Pays de Sault oriental », Études rurales, n° 55, 1977, p. 100-108.

Hervieu-Léger (D.), « Les utopies du "retour" », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 29, 1979, p. 45-63.

Jacob (J.), « Le paysans et le philosophe : José Bové et Jacques Ellul », Hérodote, n° 113, 2004, p. 174-204.

Kayser (B.), La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, A. Colin, 1990.

Lacroix (B.), L’utopie communautaire, Paris, PUF, 1981.

Laville (J.-L.) et AL, Association, démocratie et société civile, Paris, La Découverte, 2001.

Lefort (C.), Essai sur le politique, Paris, Le Seuil, 1986.

Léger (D.), « Apocalypse écologique et "retour à la religion" », Archives de Sciences Sociales des Religions, 53/1, 1982, p. 49-67.

Maillard (C.), « Larzac. Les derniers des Mohicans », L’Événement du Jeudi, 2/04, 1998.

Mendras (H.), Voyage au pays de l’utopie rustique, Arles, Actes Sud, 1979.

Pellet (F.), Les nouveaux venus dans le SIVOM des hauts gardons, Clermont-Ferrand, Enita, s.d.

Premel (G.-D.), Innovations techniques et sociales en Cévennes, Thèse de doctorat de 3e cycle, Paris, EHESS, 1984.

Rivière-Honnerger (A.), « L’installation récente des citadins en situation de précarité en Cévennes », Revue d’Économie Méridionale, n° 181-182, 1998, p. 45-70.

Schérer (R.), « Plus que de la solidarité », Cahiers de la rue Voltaire, s.d., p. 1-4.

Sommier (I.), Le renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Champs Flammarion, 2001.

Soulier (A.), « Introduction à l’étude des changements de pouvoir local dans l’arrière-pays languedocien », Économie méridionale, n° 90, 1975, p. 1-7.

Notes

1 Cette contribution repose sur un travail de recherche mené en collaboration avec Nathalie Bonini, maître de conférences en anthropologie à l’université François-Rabelais de Tours. Ce texte doit par conséquent beaucoup à nos échanges sur le terrain et en dehors de celui-ci.

2 DACHEUX (E.), « Un nouveau regard sur l’espace public et la crise démocratique », Hermès 36, 2003, p. 198.

3 LEFORT (C.), Essai sur le politique, Paris, Le Seuil, 1986, p. 256.

4 DACHEUX (E.), op. cit., p. 199.

5 BOURDIEU (P.), « La représentation politique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 36-37, 1981, p. 3.

6 GARCIA (F.), « Pouvoirs en souffrance : néo-ruraux et collectivités rurales du Pays de Sault oriental », Études rurales, n° 55, 1977, p. 103.

7 Il faut toutefois noter que le nombre des « déplacés volontaires » qui demandent leur mutation en milieu rural est en constante progression.

8 LACROIX (B.), L’utopie communautaire, Paris, PUF, 1981.

9 SOMMIER (I.), Le renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Champs Flammarion, 2001.

10 Ces données, issues du Recensement de l’INSEE de 1999 pour la Lozère, sont extraites du rapport de PELLET (F.), Les nouveaux venus dans le SIVOM des hauts gardons, Clermont-Ferrand, ENITA, s.d., p. 30. Les chiffres doivent toutefois être considérés avec prudence car il peut s’agir de personnes qui ont simplement changé de commune. Toutefois c’est rarement le cas des Cévenols d’origine, mais fréquemment celui des néo-ruraux. Par ailleurs, certains individus sans logement fixe n’ont pas été recensés.

11 Voir l’article écrit en collaboration avec Nathalie Bonini : BONINI (N.) et CLAVAIROLLE (F.), « La "néo-ruralité" comme recherche de nouvelles formes de bien-être », Informations sociales, n° 114, 2004, p. 104-115.

12 LÉGER (D.), « Apocalypse écologique et "retour à la religion" », Archives de Sciences Sociales des Religions, 53/1, 1982, p. 58.

13 SOULIER (A.), « Introduction à l’étude des changements de pouvoir local dans l’arrière-pays languedocien », Économie méridionale, n° 90, 1975, p. 4.

14 Je fais référence à un débat à l’occasion de journées d’étude du Conseil scientifique du Parc national des Cévennes qui se sont déroulées au printemps 2004.

15 DERIOZ (P.), « Les néo-ruraux à la redécouverte de l’espace rural », dans DAVY (L.) et NEBOIT (R.), éd., Les Français dans leur environnement, Paris, Nathan, p. 156-174.

16 LACROIX (B.), op. cit., p. 30.

17 Les Cévennes schisteuses sont en effet une région qui a adhéré massivement à la réforme huguenote dans le courant du xve siècle et a été au début du xviie siècle le théâtre de la « guerre des Camisards ».

18 SOULIER (A.), op. cit., p. 5.

19 Le Club cévenol, association fondée en 1984, œuvre à la sauvegarde du patrimoine naturel et culturel cévenol et encourage les initiatives orientées vers le maintien et la création d’activités permettant à la population de vivre au pays.

20 Il est significatif que les élus qui réagissent le plus vivement à la fermeture d’un service sont également ceux qui reconnaissent par ailleurs la présence des néo-ruraux sur le territoire et se montrent prêts à les intégrer.

21 LÉGER (D.), op. cit., p. 48.

22 H. Balfet et C. Bromberger ont vu dans le « quartier » une unité d’insertion majeure en Cévennes.

23 Les prénoms et initiales ont été changés par l’auteure.

24 Voyage au Pays de l’Utopie rustique est le titre d’un ouvrage publié en 1979 par le sociologie Henri Mendras.

25 KAYSER (B.), La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, A. Colin, 1990, p. 170.

26 Il s’agit d’une installation au sens où l’entend la Chambre d’agriculture, c’est à dire accompagnée par les techniciens.

27 HERVIEU-LÉGER (D.), « Les utopies du "retour" », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 29, 1979, p. 56.

28 DUBET (F.), « Les nouveaux mouvements sociaux », dans CHAZEL (F.), éd., Action collective et mouvements sociaux, Paris, PUF, 1993, p. 61-63.

29 La loi Montagne du 9 janvier 1985 est relative au développement et à la protection de la montagne. Elle a le défaut de bloquer certaines initiatives en matière d’urbanisme, notamment la réhabilitation des maisons isolées et en ruine, ce qui constitue un frein à l’installation des néo-ruraux désirant acquérir des habitations dont le prix de vente est compatible avec le capital dont ils disposent.

30 JACOB (J.), « Le paysans et le philosophe : José Bové et Jacques Ellul », Hérodote, n° 113, 2004, p. 192.

31 MAILLARD (C.), 1998, « Larzac. Les derniers des Mohicans », L’Événement du Jeudi, 2/04, 1998.

32 G. D. Premel, dans sa thèse consacrée aux Innovations techniques et sociales en Cévennes (1984), a bien perçu l’émergence d’une nouvelle notabilité, différente de la notabilité rurale traditionnelle.

33 Il convient cependant d’éviter une vision irénique des rapports entre néo-ruraux. Récemment, d’anciens installés – qualifiés ironiquement de « néo…lithiques » par ceux qui leur ont succédé – ont exprimé des réserves face aux plus récents arrivés, résidents d’une cité HLM implantée sur la commune de Sainte-Croix-Vallée-française, au motif qu’ils ne seraient pas « comme nous, ils n’ont pas de projet ».

34 Suite à sa victoire électorale, le maire de Sainte-Croix-Vallée-française avait chaudement remercié les « vieilles souches » qui avaient voté pour lui. Il n’en fallut pas davantage pour qu’au cours de la nuit suivante, en signe de protestation, un groupe de néo-ruraux dont le candidat avait été battu alignent de vieilles souches d’arbres sur une passerelle piétonne située au centre du village.

35 L’expression « fête votive » vient du mot occitan voto qui signifie vœu du peuple. Il s’agit d’une fête traditionnelle qui donne généralement lieu à un bal et dont l’organisation est généralement assurée par des autochtones.

36 LAVILLE (J.-L.) et AL, Association, démocratie et société civile, Paris, La Découverte, 2001, p. 120-121.

37 BELORGEY (J.-M.), « Le foisonnement associatif », Les Annales de la recherche urbaine, n° 89, 2001, p. 166-167.

38 A. Rivière-Honneger fait le même constat concernant le secteur de la Salendrinque : RIVIÈREHONNERGER (A.), « L’installation récente des citadins en situation de précarité en Cévennes »,Revue d’Économie Méridionale, n° 181-182, 1998, p. 45-70.

39 On constate depuis quelques années la multiplication des installations sous tipi ou yourte, dans d’anciennes clèdes (séchoirs à châtaignes) rénovées ou des cabanes, voire dans des véhicules. Près d’Anduze, un néo-rural a créé dans sa propriété une « aire d’accueil temporaire » sur laquelle des travellers venus avec leurs camions aménagés sont pour certains d’entre eux en voie de sédentarisation.

40 SCHÉRER (R.), « Plus que de la solidarité », Cahiers de la rue Voltaire, s.d., p. 1-4.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Auteur

Université François-Rabelais, Tours. UMR CNRS 6173 CITERES

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable