Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les constructions locales du politique

 | 
Hélène Bertheleu
, 
Françoise Bourdarias

L'institution locale de la société

La politique touristique contre les habitants ? Le cas de Loches en Touraine

Saskia Cousin

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Ce travail a donné lieu à une thèse de doctorat : L’identité au miroir du tourisme. Usages et enje (...)

1Mon travail de recherche porte sur les politiques touristiques et patrimoniales actuelles, à différentes échelles : internationales, européennes, nationales et locales. Je m’intéresse plus particulièrement à l’application, l’appropriation et l’interprétation d’un certain nombre de politiques de développement local et d’insertion dans des réseaux locaux ou nationaux1. Dans cette perspective, le cas de la ville de Loches présente des caractéristiques intéressantes : il permet de formuler des hypothèses sur le rôle du « tourisme ordinaire » dans la constitution de nouvelles frontières spatiales, sociales, professionnelles, et les représentations de « soi » et de « l’autre », qui peuvent s’ensuivre. Par « tourisme ordinaire », j’entends les lieux qui connaissent une fréquentation touristique récurrente et souvent ancienne mais ne sont pas des « hauts lieux touristiques » et dont la vie sociale, culturelle, politique et économique n’est, a priori, pas uniquement organisée autour de cette activité.

2Le texte qui suit porte plus particulièrement sur la politique touristique menée à Loches en Touraine, en 1995 et 2001. Nous allons voir que tout se passe comme si cette politique patrimoniale et touristique se construisait dans la rupture entre la figure du touriste et celle de l’habitant, ou, plus précisément, dans la scission entre les résidents permanents ou temporaires, en fonction de leur origine sociale, de leur lieu de résidence et de leurs pratiques urbaines et culturelles. Les analyses sont appuyées sur un ensemble d’entretiens réalisés en 1996, puis en 2000 et 2001 et sur un corpus d’articles issus de la presse locale, de brochures et de dépliants touristiques, de guides et d’ouvrages d’histoire locale.

LA POLITIQUE TOURISTIQUE À LOCHES

3Située à 40 km au sud de Tours, peuplée de 7000 habitants, Loches est l’une des deux sous-préfectures du département d’Indre-et-Loire, en région Centre. Loches est une petite ville fortifiée réputée pour ses trois enceintes de remparts et pour ses bâtiments historiques. Sa « Citadelle » – nommé « le château » par les habitants – comprend notamment deux petits musées (dont l’un est fermé depuis 1997), un « Logis Royal » et ses jardins, une collégiale, un ensemble de maisons bourgeoises, et une « Forteresse » qui enferme un Donjon haut de 80 mètres. Si Loches accueille des touristes depuis le xixe siècle, la ville a toujours connu une fréquentation touristique bien moins importante que celle des « grands châteaux de la Loire » comme Chenonceau et Chambord.

4En 1995 est élu maire un ancien Secrétaire d’État au Tourisme. Secrétaire d’État UDF entre 1986 et 1988, député UDF de 1993 à 1997, élu maire DL en 1995, réélu sous la même bannière en 2001 et réélu député UMP en 2002, il fait du tourisme sa priorité. À partir de 1996, la ville connaît donc d’importantes rénovations : ravalements de façades, nouvelle place, mise en lumière, refonte du musée municipal. Loches s’insère dans un Pays (« le Pays de Loches et de la Touraine du Sud »), des réseaux et des labels touristiques (« Ville d’art et d’histoire », « Plus beaux détours de France »), oriente sa politique de jumelage en direction de villes touristiques, organise plusieurs festivals estivaux, des spectacles historiques, une fête de la peinture, des expositions. Les édiles et responsables touristiques veulent transformer l’image de Loches, connu depuis un siècle comme un « château de la Loire » : il s’agit de mettre en avant la ville et sa trame. À partir de 1996, la politique patrimoniale et touristique municipale consiste donc à faire de Loches une ville patrimoniale unifiée, avec une « Citadelle » désormais présentée comme un « tout », comme disent les élus, et non pas une addition de sites – donjon, logis royal, musées.

  • 2 Le parc Bachet est le parc qui entoure le donjon.
  • 3 Cette observation n’est pas seulement le fait des monuments nationaux ou départementaux. C’est le (...)

5Le projet de « Citadelle » pourrait avoir eu pour objectif de réconcilier, ou de rapprocher les habitants et leur patrimoine monumental. En effet, en 1995, les habitants que j’ai interrogés affirmaient ne jamais se rendre à ce qu’ils nommaient « le Château » – on ne peut s’empêcher de penser au Château de Frantz Kafka. On me disait que personne n’allait jamais « au Château », « sauf les touristes et les jeunes pour se bourrer la gueule au parc Bachet »2. Les dames semblaient effrayées à l’idée de s’y rendre seules le soir. Or, les rapports et les réhabilitations qui vont suivre ne vont pas faciliter ces rapprochements, bien au contraire : on préconise notamment l’interdiction de la « Citadelle » aux voitures (exceptées celles des résidents) et la mise en place d’une billetterie commune au musée, au Logis Royal et à la Forteresse, à l’entrée de la Citadelle, sous la « Porte Royale ». Surtout, l’accès aux monuments qui dépendent du Conseil Général, autrefois gratuit pour les Lochois, sera désormais payant pour tous, en raison du principe d’égalité entre les citoyens3. Le rapport confère aux habitants le rôle de « l’usager de proximité », comme on parle du « tourisme de proximité » et leur concède, ni plus ni moins, les mêmes services et obligations que les « touristes » de passage. En revanche, les résidents de la Citadelle accèdent en voiture à la Citadelle. Or, pour les Lochois interrogés, le sentiment affirmé était que, « au château, il n’y a que des résidences secondaires, des Parisiens ». Cette assertion n’est pas tout à fait exacte, mais elle laisse percevoir les représentations que les habitants se font de cet espace et de ses résidents, des privilégiés, qui, même « s’ils ne sont pas d’ici » auraient des droits refusés aux « locaux ».

LA POLITIQUE CULTURELLE LOCALE COMME MOYEN DU TOURISME

6Si la politique patrimoniale nationale et son organisation administrative opèrent la coupure entre un monument et son voisinage, c’est pour mieux affirmer l’égalité de tous vis-à-vis du patrimoine. La distance qui en résulte apparaît plus comme une conséquence que comme une finalité. L’État-Nation a besoin que la religion patrimoniale soit célébrée par tous et en particulier par ses plus proches spectateurs, citoyens ou futurs citoyens. Pour conférer au patrimoine sa valeur politique et idéologique, il faut persuader les habitants de modifier leurs pratiques, leurs regards et leurs valeurs vis-à-vis de ce patrimoine. C’est l’une des raisons d’être des « classes patrimoine » et du travail de l’animateur du Patrimoine, au sein du réseau « Ville et pays d’art et d’histoire ». Le rôle de l’animateur du Patrimoine, engagé par la municipalité dans une convention qui la lie au réseau, est également de transmettre l’idéologie et les techniques du ministère aux pouvoirs locaux. Il a donc une fonction d’intermédiaire entre les logiques politiques nationales et les finalités locales, ce qui entraîne parfois des difficultés lorsque la hiérarchie des actions n’est pas la même. Il semble que ce problème se pose à Loches : on part du postulat qu’il existe une distance irrémédiable entre une certaine catégorie de la population et le patrimoine ou la culture parce que le but de la politique patrimoniale est de développer le tourisme. L’objectif local n’est donc pas de réduire la distance mais de persuader les habitants que la ville-monument doit être pensée et organisée pour ceux qui la regardent et non pas (seulement ?) pour ceux qui la vivent. En 1996, dans le bulletin municipal, le maire enjoint les Lochois à participer un peu mieux, « à rendre la ville plus séduisante pour nos visiteurs ». La ville doit « changer d’allure », répète-t-il, jouant sur la polysémie du verbe.

7La thématique de l’adhésion au patrimoine s’organise autour d’une finalité : faire que la ville soit belle pour le « public », faire qu’elle soit une scène pour le spectacle touristique. En 2000, le maire adjoint à la Culture explique ainsi la politique patrimoniale : « Il va falloir intéresser le champignonniste et sa femme qui n’en n’ont rien à faire du patrimoine, il va falloir leur faire comprendre qu’ils vivent dans une ville extraordinaire, que leur petite maison, même si c’est pas un château, elle est intéressante et que s’ils ont des aménagements à faire, il faut le faire dans le sens du beau à voir, pas dans le sens du pratique, pas juste pour faire plus propre pour son propre plaisir ». Le discours de l’adjoint n’est pas pragmatique mais organisé autour de valeurs – valeur civique : « leur faire comprendre qu’ils vivent dans une ville extraordinaire », valeur esthétique : « faire dans le sens du beau », valeur morale : « pas juste pour se faire plaisir ». On remarquera enfin qu’il n’est pas demandé au champignonniste et à sa femme d’adhérer aux valeurs patrimoniales : il suffit de « leur faire comprendre » que les valeurs du confort, considérées comme populaires, doivent s’effacer pour que « le public ait le meilleur regard possible sur la ville ». C’est ici que s’opère la rupture entre la politique du ministère de la Culture socialiste d’un côté, portée en 2000 par l’idéologie de la Médiation et la politique patrimoniale locale de l’autre, qui consiste à répondre aux besoins estimés de chaque classe sociale, sans qu’il y ait apparemment de réflexion sur des échanges possibles. Cette position est clairement affirmée par le maire, en même temps qu’elle est regrettée, au sein même de la mairie, par certains responsables culturels.

8Le discours politique lochois s’organise autour de l’opposition entre ceux qui « aiment » le patrimoine et les autres. Ces catégories sont sociales, politiques et spatiales ; elles se structurent dans l’opposition très symbolique entre deux quartiers : « la Cité Royale » et « les Bas Clos ».

LES BAS CLOS, SI LOIN DU CHÂTEAU

  • 4 Chaque année, pour les « Journées du Patrimoine », un thème plus particulier est retenu par le Min (...)
  • 5 Cette « harmonie » est bien sûr une construction puisque l’époque des bâtiments « historiques » s’ (...)
  • 6 J’emploie des majuscules car le Centre Ville est une expression pour désigner un quartier au même (...)

9L’expression « Bas Clos » désigne un quartier récent situé hors des enceintes de la vieille ville, à la périphérie de Loches. Le quartier des « Bas Clos » est présenté comme un quartier populaire : il rassemble les logements sociaux de Loches, où vivent notamment quelques immigrés. Les « Bas Clos » sont aussi stigmatisés comme les lieux d’insécurité de la petite ville qui a signé un Contrat local de sécurité, bien que les plus hauts faits criminels se résumassent, si l’on en croit la Presse, à quelques maladroits tags sur le tuffeau si récemment gratté. Selon l’animateur du Patrimoine, qui a organisé en 2000 une visite sur le patrimoine du xxe siècle, thématique nationale oblige4, ces logements sociaux et les pavillons alentours sont à peu près les seuls bâtiments construits après la guerre. À Loches, ils sont donc perçus comme en rupture avec ce qui est présenté comme « l’harmonie architecturale »5 de la ville, du Centre Ville et de la Cité Royale. La Cité Royale est le nouveau nom trouvé pour désigner ce que les Lochois nomment le « Château ». Le Centre Ville définit les maisons qui se trouvent dans la vieille ville et qui entourent ses remparts6.

10Les employés qui s’occupent des élections indiquent que le Centre Ville vote toujours pour le candidat de droite, quel que soit le scrutin. Les Bas Clos sont au contraire un quartier qui vote traditionnellement plus à gauche. L’opposition présentée comme sociale et culturelle est donc aussi politique, même si elle s’est un peu estompée pour l’élection du maire actuel. La stigmatisation des Bas Clos par les élus de la majorité municipale peut donc également s’expliquer par des motivations électorales. Toutefois, il semblerait que, par extension, pour les responsables institutionnels et pour les élus, les Bas Clos désignent les individus qui ne s’intéressent pas à leur patrimoine, quel que soit leur lieu de résidence. Ce qui signifierait que celui qui n’aime pas le patrimoine vit forcément dans un logement récent et dans un quartier populaire. Et vice-versa. Ce que rassemble cette notion de patrimoine est apparemment évident pour ses promoteurs et n’est jamais explicité de prime abord ; il s’agit de la vieille ville dans son ensemble.

11Le quartier des Bas Clos, de construction récente, présenté comme populaire, prend valeur de symbole, peut-être en raison de la force signifiante des termes du Bas et du Clos. Les prisons étaient autrefois le Donjon et la Porte Royale, Le Clos est aujourd'hui ailleurs, dans les barres HLM du quartier populaire. On a donc, d’un côté, les Bas Clos, présentés comme les lieux d’une culture populaire ignorante et indifférente au patrimoine historique et de l’autre, le Centre ville où vivent « des gens aisés », « conscients et intéressés » par le patrimoine et le tourisme. Entre les deux, il y a le quartier du Coteau du Roi, des logements récents mais plus luxueux, « pour les classes moyennes ». Et puis, au sommet, la Cité Royale et ses riches résidents secondaires. Cité Royale, Coteau du roi, Bas Clos : les toponymes semblent avoir été choisis pour leur caractère performatif et leur dimension symbolique. Au Centre Ville sont associés ceux qui se trouvent dans une proximité de classe sociale ou d’intérêt et ceux qui, quelle qu’en soit la raison, montrent un intérêt – plus ou moins obligé – pour le patrimoine. C’est par exemple le cas du personnel municipal, invité à participer, pendant le temps de travail, à une visite guidée de la ville et du patrimoine.

  • 7 Il faudrait creuser la différence de traitement qu’il y a, dans les discours, entre les touristes (...)

12Symboliquement, les élus et les responsables du patrimoine sont plus proches de la figure du touriste que de celle de l’habitant, et la conception « émic » de l’identité locale est pensée comme une identification aux images du tourisme. La figure du touriste s’instaure en modèle et il est demandé, in fine aux habitants de s’y identifier. Entre les touristes – ou les visiteurs – et les habitants, il y a un troisième terme, moins usité : le résident secondaire. Le résident secondaire est, au contraire de l’habitant, investi d’une valeur positive, comme l’on parle d’un quartier résidentiel, pour désigner un quartier aisé. La catégorie du résident secondaire a une fonction politique précise, elle constitue une catégorie d’intermédiation symbolique, une fois énoncé le couple opposé de l’habitant et du touriste et le caractère impossible de leur relation. Le couple heuristique identité / altérité est utile dans là mesure où il permet de montrer que l’altérité se trouve ailleurs que dans les attendus, dans les valeurs supposées ou non en partage. Il y a « nous », les fous de patrimoine, c'est-à-dire les « gens aisés », les résidents secondaires, les touristes, les visiteurs et « eux », les « autres », les classes populaires, les champignonnistes, les immigrés, les indifférents7. Nous, les touristes, eux, les habitants.

  • 8 Le quartier des Bas Clos n’est pas montré du doigt seulement pour son inaptitude à l’amour du patr (...)

13On oppose donc deux catégories de personnes, qui sont classées en fonction de leur proximité avec la politique patrimoniale et ses valeurs. Les résidents secondaires et les touristes sont perçus comme étant plus proches, en valeur et en classe que les habitants qui ne vibrent pas de la fibre patrimoniale. Pour la politique touristique locale, tout se passe comme si les seuls véritables étrangers étaient les insensibles « au patrimoine », enfermés par une circonscription sémantique, politique, sociale et culturelle dans les Bas Clos8.

TOURISTES CONTRE HABITANTS : PRÉSENTS ET ABSENTS DU PATRIMOINE

14L’étude du tourisme est le plus souvent économique et l’analyse en termes de consommation a des difficultés à appréhender la multiplicité des configurations : comment faire entrer dans le schéma simple des consommations touristiques les vacances passées dans la famille ou chez des amis ? Les résidents secondaires, les personnes qui passent leurs vacances chez des amis ou des parents posent donc problème aux analystes du tourisme : ils ne consomment pas des « nuitées », c'est-à-dire des nuits d’hôtels, or les chiffres de fréquentation touristique s’appuient sur ces nuitées. Ces personnes constituent des entre-deux difficilement discernables. Parce qu’ils ont besoin de catégories claires et aisément identifiables, les économistes font souvent abstraction de tous les « entre deux » qui viendraient ruiner l’opposition entre les touristes consommateurs et les « autres ». À l’Unesco ou à l’Icomos, on parlera plutôt du tourisme et des populations ou, plus récemment, des « communautés d’accueil », mais à Loches, on oppose les touristes et les habitants. Cette opposition touriste / habitant, telle qu’elle est déclinée et utilisée dans les discours politiques et institutionnels à Loches ne correspond pas aux couples même / autre et identité / altérité développés par les anthropologues, pour deux raisons. La première raison est que l’intérêt des couples même / autre et identité / altérité, leur valeur heuristique, tient à leur aspect relationnel. Or, le couple habitant / touriste n’est pas pensé en termes de relation. Ceux qui produisent ces catégories se posent à la fois comme intermédiaires et comme barrières entre l’un et l’autre, d’un point de vue symbolique, sémantique et pratique. La deuxième raison est que les catégories de l’habitant et du touriste, telles qu’elles sont construites par les élus lochois, ne collent pas aux représentations attendues du même et de l’autre.

  • 9 Les deux librairies de Loches consacrent la moitié de leurs vitrines et une partie de leurs rayons (...)
  • 10 Confère par exemple : Loches, Beaulieu et alentour par les Amis du Pays Lochois, Paris, Office d’é (...)
  • 11 « Là, dans des vallons peu connus et des sites ignorés, la vieille âme française semble assoupie a (...)
  • 12 Cette anecdote a été vécue par un responsable des affaires culturelles qui me l’a raconté. Je suis (...)

15Les élus et les professionnels du tourisme et de la culture instaurent des relations de proximité ou d’éloignement avec les touristes et les Lochois qui bouleversent quelque peu les présupposés. Les élus locaux expliquent qu’ils veulent montrer aux Lochois que leur ville a un intérêt historique, touristique et patrimonial. Cet intérêt se focalise uniquement sur les hauts lieux ou le patrimoine historique bâti : il n’y a pas trace, à ma connaissance, de travaux d’érudits locaux ou de discours politiques sur, par exemple, la vie des « champignonnistes », une activité qui fut très importante dans la région9. Les ouvrages de la Société savante locale, dont le nouveau président est le maire adjoint à la Culture, au Tourisme et au patrimoine, s’intéressent uniquement aux grands hommes et leurs traces monumentales ou archivistiques10. Alors que les élus expliquent que « le tourisme est bon pour le Lochois », ils regrettent en même temps que les commerçants ne se montrent pas assez intéressés et « professionnels » dans leur accueil des touristes. La politique locale consiste à « éduquer » les Lochois, à les former au tourisme : il faut être ouvert le lundi, il ne faut pas fermer aussi tôt le soir, il faut servir dans les restaurants après 20h30, il faut sourire, etc. Les élus veulent voir passer le tourisme. Les représentations politiques successives de la ville ne s’appuient pas sur la revendication d’une identité collective ou d’un sentiment identitaire. S’il est une singularité revendiquée, c’est celle de berceau de la nation, non pas – ou non plus seulement – l’affirmation de particularismes locaux. Le Musée du Terroir n’a jamais représenté, à aucun moment de son histoire, la vie des gens du Lochois : son conservateur se lamentait déjà, dix ans avant sa création en 1925, de la disparition des costumes et des coutumes qu’il allait y exposer. Aujourd'hui, le musée est fermé et il est projeté d’y installer un musée d’art religieux et militaire. Exceptée la référence à l’histoire royale, deux « traits typiques », présentés comme spécifiques à l’ensemble de la Touraine, persistent dans le discours touristique : l’idée que la Touraine est le berceau de la langue française et l’affirmation d’une sorte d’atavisme de quiétude présenté comme lié au climat tourangeau, « pays des èves calmes et des ondulations molles »11. Cette assertion est déclinée de diverses manières dans le discours touristique, par exemple dans le slogan : « le Val d’Indrois, le calme en plus ». L’injonction faite aux Lochois est paradoxale : soyez à l’image de votre image, c'est-à-dire calmes et paisibles et, en même temps, soyez actifs, professionnels et entreprenant pour le tourisme. Les habitants résistent à leur manière : un cafetier du centre ville expliquait qu’il ne voyait pas l’intérêt d’être spécialement aimable, « de se fatiguer avec les touristes », puisque qu’ils ne les reverraient pas. Ses clients, tous des Lochois habitués du lieu, approuvaient12.

  • 13 Les Lochois utilisent également l’office de tourisme pour des informations sur les spectacles dans (...)

16Les touristes seraient les personnes qui reconnaissent le patrimoine. Revenons sur le discours des politiques touristiques et leurs stratégies catégorielles. La désignation comme touriste participe d'une logique commerciale : sont considérés comme touristes ceux qui consomment des services assignés comme relevant de l'industrie touristique, c'est-à-dire l'hébergement, le transport et la restauration. Le « touriste » est défini par une dépense assignée comme touristique. Puisque ce qui compte n'est pas le caractère d'altérité du touriste mais une possible ou réelle pratique assignée comme touristique, peu importe sa provenance. Pour les institutions culturelles et touristiques, un habitant de Tours qui prend le car et va visiter, à 34 km de là, le donjon de Loches, et en profite pour manger au restaurant sera comptabilisé comme un « touriste ». Puisqu’il s’agit de démontrer que le tourisme culturel ne se réduit pas à la consommation de services touristiques, mais inclut également des pratiques culturelles, on pourra compter tout visiteur comme un touriste, quelle que soit sa provenance. Compter des touristes participe de la légitimation économique des sites culturels. Il y aurait 100 000 visiteurs dans les monuments de Loches, on pourra alors affirmer qu’il y a au moins 100 000 touristes à Loches, même si le directeur de l’office de tourisme indique qu’il ne connaît pas le nombre de touristes qui viennent à Loches, puisque tous ne visitent pas la citadelle et que nombre d’entre eux ne vont qu’à la citadelle. En 1999, 17 950 personnes ont demandé des informations à l’office de tourisme, dont 80 % de Français13. Les monuments de Loches étaient gratuits pour les Lochois, ils sont désormais payants pour tous ; la scission entre les résidents de la citadelle et les autres, avec l’instauration d’un droit d’accès qui ressemble fort à un droit de passage pour les habitants, aboutit à cet état de fait : les habitants sont désormais des visiteurs comme les autres. Ils n’ont plus d’accès privilégié et ils ne sont plus comptés à part dans les statistiques. Or, si tous les visiteurs d’un monument sont considérés comme des touristes dans les discours locaux – ou nationaux –, les relations entre « habitants » et monuments seront bien sûr invisibles. Pour le dire autrement, si les habitants qui visitent un monument sont comptabilisés comme des touristes, il ne peut y avoir, statistiquement, d’habitants qui visitent leur monument. Le couple d’opposition « habitant » et « touriste » prend, dans cette perspective une dimension particulière. Les habitants, lorsqu’ils sont évoqués, le sont par défaut, en général pour affirmer leur désintérêt du patrimoine. Ce qui caractérise les habitants, c’est donc, dans le discours politique et institutionnel, leur défaut de présence, leur absence. Le couple « habitant / touriste » cher aux discours s’éclaire alors : il ne s’agit pas, comme l’on pouvait le supposer, de produire un discours sur le soi et l’autre, mais d’opposer le présent et l’absent. Le touriste serait alors et paradoxalement celui qui est présent, l’habitant celui qui est absent. Paradoxalement, parce que la « présence des touristes », tels que ces touristes sont définis officiellement, n’est en rien avérée. Cette présence est justement l’objet de la politique, elle est un discours du désir pour les promoteurs du tourisme : on attend, on espère le tourisme. Le fait d’appeler le patrimoine, les monuments de Loches ou d’ailleurs du « patrimoine touristique », des monuments ou des « sites touristiques » est révélateur : la destination obligée du site touristique est bien le tourisme. Les touristes sont ceux qui passent là où on les attend à un moment donné, c'est-à-dire que les touristes sont ceux qui sont présents dans les monuments touristiques. En revanche, on affirme l’absence des habitants dans les sites de la ville, ce qui ne veut pas dire que l’on espère cette absence.

CONCLUSION

  • 14 Habiter et habitude ont la même étymologie : habitare « avoir souvent », demeurer, fréquentatif de (...)

17Le discours politique et touristique divise le monde en deux. D’un côté, tous ceux qui aiment le patrimoine – « les fous de patrimoine » comme dit le maire adjoint à la Culture, au Tourisme et au Patrimoine, quelle que soit leur provenance : Lochois, touristes, résidents secondaires, ou « Lochois de cœur et d’ailleurs », du nom d’une association créée par le maire. De l’autre côté, il y a les insensibles, ceux qui ne s’intéressent qu’à leur trottoir, leur école et leurs bacs de fleurs, les émigrés, les classes populaires, les champignonnistes des Bas Clos. Or, ce groupe des « insensibles » est rassemblé sous la catégorie « habitant ». Comme si le fait d’habiter, d’avoir l’habitude14 d’un lieu conférait un statut d’indifférence. Comme si le fait de s’intéresser au patrimoine faisait de soi autre chose qu’un habitant, même si l’on réside dans les lieux. Tout se passe comme si la catégorie « habitant » était construite pour désigner une catégorie de populations, les indifférents, circonscrits dans les quartiers populaires. Le caractère d’être habitant, la manière d’être liée au fait d’être là, de demeurer, devient une catégorie institutionnelle de l’indifférence.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abélès (M.) et Jeudy (H.-P.), éd., Anthropologie du politique, Paris, Armand Colin, 1997, p. 5-24

Abélès (M.), Jours tranquilles en 89. Ethnographie politique d’un département français, Paris, Odile Jacob, 1989.

Abram (S.), « Performing for Tourists in Rural France », in Abram (S.), Waldren (J.), Macleod (D.-V.-L.), éd., Tourists and Tourism. Identifying with People and Places, Oxford, New York, Berg, 1997, p. 29-49

Amirou (R.), Imaginaire touristique et sociabilités du voyage, Paris, PUF, 1995.

Augé (M.), Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier, 1994.

Augé (M.), L’impossible voyage. Le tourisme et ses images, Paris, Rivages poche, 1997.

Augé (M.), Non-lieux : Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992

Bertho-Lavenir (C.), La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile Jacob, 1999.

Boltanski (L.), Chiapello (E.), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Cousin (S.), L’identité au miroir du tourisme. Usages et enjeux des politiques de tourisme culturel, thèse de doctorat, EHESS, 2002.

Cousin (S.), « De l’Unesco aux villages de Touraine : les enjeux politiques, institutionnels et identitaires du tourisme culturel », Autrepart n° 40, 2006, p. 17-32.

Cousin (S.), « Le tourisme culturel, un lieu commun ambivalent », Anthropologie et Sociétés n° 2, vol. 30, 2006.

Debary (O.), La fin du Creusot ou l’art d’accommoder les restes, Paris, CTHS, 2002. Équipe MIT, Tourismes 1. Lieux Communs, Paris, Belin, 2002.

Ricoeur (P.), « Vulnérabilité de la Mémoire », dans Le Goff (J.), éd., Patrimoine et passions identitaires, Actes des Entretiens du Patrimoine, 6-8 janvier 1997, Palais de Chaillot, Paris, Fayard et Éditions du patrimoine, 1998, p. 17-31.

Urbain (J.-D.), L’idiot du voyage. Histoires de touristes, Paris, Payot, 1993.

Notes

1 Ce travail a donné lieu à une thèse de doctorat : L’identité au miroir du tourisme. Usages et enjeux des politiques de tourisme culturel, thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2002.

2 Le parc Bachet est le parc qui entoure le donjon.

3 Cette observation n’est pas seulement le fait des monuments nationaux ou départementaux. C’est le cas par exemple de l’écomusée du Creusot, de statut associatif, devenu payant pour les habitants de la communauté en 1986. Octave Debary montre que l’instauration d’un droit d’accès pour les habitants est un fait souvent évoqué localement, un fait qui a participé à la rupture entre l’écomusée et la population qu’il se donnait pour objectif non seulement de représenter, mais aussi d’intégrer dans sa conception et son fonctionnement. DEBARY (O.), La fin du Creusot ou l’art d’accommoder les restes, Paris, CTHS, 2002.

4 Chaque année, pour les « Journées du Patrimoine », un thème plus particulier est retenu par le Ministère. Les animateurs du Patrimoine doivent organiser leurs visites de ces journées en conséquence. En 2000, le thème était le patrimoine du xxe siècle.

5 Cette « harmonie » est bien sûr une construction puisque l’époque des bâtiments « historiques » s’étend sur presque un millénaire. Un guide du xixe parle de « ville moderne » à propos des maisons du château. Aujourd'hui considérées comme « historiques ». C’est le fait de leur conférer un statut historique et patrimonial qui leur confère leur « harmonie ».

6 J’emploie des majuscules car le Centre Ville est une expression pour désigner un quartier au même titre que la Cité Royale.

7 Il faudrait creuser la différence de traitement qu’il y a, dans les discours, entre les touristes et les immigrés. Marc Augé explique que ce qui fait peur dans l’immigré, c’est l’émigré, celui qui a quitté son pays ; le touriste se caractérise au contraire par le fait qu’il revient chez lui : il désire, il passe, il reconnaît, puis s’en retourne. L’émigré aussi désire, mais, en devenant immigré, il reste et ne laisse pas seule la localité avec son plaisir narcissique d’être reconnue.

8 Le quartier des Bas Clos n’est pas montré du doigt seulement pour son inaptitude à l’amour du patrimoine, il est aussi stigmatisé comme le quartier de « l’insécurité » et de la démission parentale. Sur ce dernier point, un exemple de la Presse locale : « Bas Clos : les parents aux "abonnés absents" », La Renaissance Lochoise, mercredi 23 août 2000, p. 3.

9 Les deux librairies de Loches consacrent la moitié de leurs vitrines et une partie de leurs rayons aux ouvrages sur Loches et le Lochois. Or, en 2002, si l’on exclut les livres de folklore qui évoquent un passé quelque peu mythique et sont très peu nombreux, je n’ai trouvé aucun ouvrage sur l’activité artisanale et industrielle lochoise. La municipalité m’a renvoyée aux statistiques de l’Insee.

10 Confère par exemple : Loches, Beaulieu et alentour par les Amis du Pays Lochois, Paris, Office d’édition du livre d’histoire, 1997. Cet ouvrage est édité dans une collection intitulée « monographies des villes et villages de France ». Le seul personnage évoqué qui ne soit pas un « grand homme » est un soldat de l’empire, Elie Picard. Mais toute sa biographie, retracée par le maire adjoint à la culture, tend à montrer qu’il est un grand homme inconnu.

11 « Là, dans des vallons peu connus et des sites ignorés, la vieille âme française semble assoupie au fond des petites villes. (…) Le Lochois pourrait s’appeler la Terre des ondulations molles et le pays des èves calmes ». ROUGÉ (J.-M.), Loches et sa Région, 1914, p. 8.c.

12 Cette anecdote a été vécue par un responsable des affaires culturelles qui me l’a raconté. Je suis allée dans ce café, dans la posture du touriste, puisque le cafetier ne me connaissait pas. J’avais de plus posé ostensiblement ma caméra vidéo devant moi. J’ai attendu plus d’une demi-heure avant que l’on s’intéresse à moi.

13 Les Lochois utilisent également l’office de tourisme pour des informations sur les spectacles dans la région. Leur pourcentage n’est pas spécifié. Source : Les activités de l’office de tourisme en 1999, Assemblée générale de l’Office de Tourisme de Pays Loches-Touraine du Sud, p. 4.

14 Habiter et habitude ont la même étymologie : habitare « avoir souvent », demeurer, fréquentatif de habere « avoir », au supin habitum, d’où habitudo (habitude). Dictionnaire historique de la langue française. Le Robert.

Auteur

Université François-Rabelais, Tours. UMR CNRS 6173 CITERES. UMR CNRS/EHESS 8177 IIAC (LAIOS)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540