Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les constructions locales du politique

 | 
Hélène Bertheleu
, 
Françoise Bourdarias

Les territoires du débat citoyen : mises en scène urbaines

Deux formes de territorialisation de l’engagement dans l’espace urbain

Catherine Neveu

Texte intégral

  • 1 MELÉ (P.), « Conflits et controverses : de nouvelles scènes de production territoriale ? », dans G (...)
  • 2 Voir : MELÉ (P.), op. cit. ; NEVEU (C.), « Habitant et citoyen : citoyenneté et territoire dans le (...)

1L’analyse des relations entre engagement dans l’espace public et territoire(s) peut être abordée d’au moins deux manières. Dans un premier cas, les auteurs tendent à considérer que les conflits, tout particulièrement à propos d’enjeux d’aménagement ou environnementaux, sont autant d’occasions pour réactiver une identification préalable avec un territoire. Ainsi, P. Melé souligne à quel point « la réflexion géographique s’intéresse aux conflits d’abord à partir de leur capacité à révéler et à renforcer des territorialités préexistantes »1. D’autres travaux s’attachent, à rebours de cet allant de soi d’un lien « naturel » entre engagement, territoire et identification, à problématiser leurs articulations, en s’intéressant notamment aux processus de territorialisation, de construction de territoires2.

2C’est une approche de ce type qui sera privilégiée dans cet article ; il s’agira alors, à partir de deux recherches récentes, d’analyser les processus par lesquels des formes locales d’engagement « créent » des territoires, et/ou reflètent un ensemble de représentations quant à l’espace urbain, et de saisir comment de telles représentations sont liées à des conceptions du politique ainsi mises en scène.

  • 3 CROWLEY (J.), « The spaces and scales of citizenship. Some thoughts on "locality" », dans LEVEAU ( (...)
  • 4 FERGUSON (J.), « Power Topographies », dans NUGENT (D.) et VINCENT (J.), éd., A companion to the A (...)

3Ce faisant, l’objectif de cette contribution sera de revenir de manière critique sur la question des « échelles du politique », d’une part en confrontant à un certain nombre d’observations empiriques la conception dominante selon laquelle échelles et processus politiques entretiendraient des relations mécaniques univoques. Cette conception est particulièrement clairement exprimée par J. Crowley, quand il estime que « le passage du marchandage (sur le partage des ressources) à la délibération (sur l’élaboration des règles) est caractéristique de la manière dont des causes deviennent nationales »3. Dès lors cet auteur considère qu’il ne peut y avoir de « citoyenneté locale », puisque le local serait nécessairement un espace de « marchandage », tandis que la citoyenneté, en tant qu’elle concernerait exclusivement la délibération et « l’élaboration des lois », nécessiterait « naturellement » de se déployer à une autre échelle, plus petite. D’autre part, et plus globalement, c’est la notion même « d’échelle » qui fera l’objet d’un questionnement critique, au regard de la représentation implicite d’une « topographie verticale du pouvoir »4 qu’elle porte.

  • 5 Cette recherche a été menée en collaboration avec H. Bertheleu (Université F. Rabelais) ; voir BER (...)

4Une telle analyse s’appuiera sur deux recherches menées à Tours, sur deux types de « pratiques participatives ». La première concerne la mise en place, par la Municipalité, des Conseils de la Vie Locale (CVL), dans le cadre de la loi sur la démocratie de proximité (février 2002)5. Par rapport à la problématique abordée ici, cette expérience est d’autant plus intéressante que l’échelle d’action des CVL fut, dès leur lancement, présentée comme une innovation importante, s’écartant des discours concevant l’échelle du quartier comme la meilleure pour développer la participation des habitants. La seconde recherche, en cours, s’intéresse à un groupe informel de jeunes qui organise depuis deux ans un « festival de rencontres festi-politiques joyeux », Débattons dans les rues (DDLR), dont le but explicite est de revendiquer l’espace urbain comme espace politique où les citoyens puissent se rencontrer et discuter. Comme on le verra bientôt, ces deux ensembles de pratiques diffèrent sur de nombreux aspects, notamment le fait qu’alors que les CVL sont une initiative purement institutionnelle, le second se situe délibérément hors de portée des institutions, y compris en ne sollicitant aucune subvention publique.

LES CONSEILS DE LA VIE LOCALE : LE TRAÇAGE DES ESPACES DE LA VIE LOCALE

  • 6 Voir : BERTHELEU (H.) et NEVEU (C.), 2005, op. cit. pour un aperçu.

5Créés en janvier 2003, les CVL de Tours résultent de la seule volonté municipale, et leur délimitation spatiale, leur composition et leurs objectifs ont tous été définis par la majorité municipale6. On s’intéressera tout d’abord à la dimension territoriale des CVL, et à la manière dont elle fut justifiée par les élus locaux ; dans un second temps, on tentera de saisir les processus de territorialisation auxquels donne lieu leur fonctionnement ordinaire, et dans quelle mesure ils constituent une traduction, dans l’espace urbain, de conceptions spécifiques du politique et du rôle de la participation.

  • 7 CVL Nord au Nord de la Loire, CVL Sud au Sud du Cher, la partie centrale de la ville entre Loire e (...)
  • 8 Lors des entretiens, nombre de conseillers municipaux ont en effet insisté sur le fait qu’il n’y a (...)
  • 9 On retrouve là clairement la vision idéalisée d’une société micro-locale cohérente évoquée plus ha (...)
  • 10 L’existence même d’une telle « neutralité topographique » mériterait d’être discutée, tant les fac (...)

6Après de longues discussions au sein du Conseil Municipal, l’option retenue à Tours pour appliquer la loi relative à la Démocratie de proximité fut de diviser le territoire de la ville en quatre grands secteurs regroupant environ 30 000 habitants chacun. Basé sur des discontinuités topographiques claires7, le choix d’un tel découpage « neutre » reposait sur des arguments à la fois pragmatiques et idéologiques. Selon les élus, il s’agissait tout d’abord de proposer un découpage aisément repérable pour chacun ; nombre de ces élus municipaux étant également conseillers généraux, il s’agissait également de ne pas prêter le flanc à des soupçons d’instrumentalisation, en évitant de reprendre le découpage cantonal. Enfin, en ne créant que quatre CVL, la charge de travail supplémentaire, pour les élus comme pour les services, ne paraissait pas insurmontable et garantissait ainsi leur présence régulière. Mais au-delà de ces arguments pratiques ou tactiques, des raisons plus fondamentales furent évoquées par les conseillers municipaux de la majorité pour justifier un tel découpage. Plus que la création d’instances consultatives en elle-même8, c’est alors leur échelle, originale, qui fut présentée comme une innovation majeure. Le découpage de la ville en quatre grands secteurs aurait résulté d’un « choix philosophique ou politique, comme on veut, qui consiste à dire que la ville est un tout, ce n’est pas une simple juxtaposition de quartiers qui seraient regroupés à l’ombre de leur église » (1er Adjoint, minutes du Conseil Municipal, 16/10/02). Un tel choix donna certes lieu à une série de critiques ou de doutes, nombre de conseillers municipaux (ou d’habitants) considérant que les nouveaux secteurs étaient trop grands pour permettre une « réelle proximité », notamment du fait de leur manque d’homogénéité sociale, vu comme un obstacle majeur à leur fonctionnement efficace9. Deux arguments furent alors développés pour contrer de telles réticences. Le premier soulignait la nécessité de dépasser une logique purement « localiste » ; en créant ces nouveaux secteurs ex-nihilo, sur une base purement topographique10, il devenait possible de se défaire des « réflexes identitaires » locaux, d’un certain esprit de clocher, en forçant la population à s’extraire de son environnement habituel et à se confronter à des enjeux concernant des fractions plus larges de l’espace urbain : « les CVL doivent travailler à une autre échelle que les Comités de quartier. Il faut tirer les discussions vers le haut, le CVL ne doit pas discuter des mêmes choses qu’un Comité de quartier, les lampadaires, etc. » (élu municipal, CVL Nord). Le second objectif assigné à un tel découpage était de créer du « lien social » en faisant se rencontrer des habitants de quartiers diversifiés, tant en termes sociaux qu’urbains : « créer des lieux où les gens prennent la parole, apprennent à se connaître, des gens qui représentent toutes les catégories, tous les intérêts, montrer que ce n’est pas simple » (1er adjoint, Réunion constitutive du CVL Est, 28/01/03). Ce découpage du territoire de la ville fut donc explicitement conçu comme une méthode permettant, voire obligeant, le développement de la mixité sociale, et ayant du même coup un rôle à la fois pédagogique (réaliser la diversité des intérêts et travailler dans une logique « d’intérêt général ») et social (créer du lien social en créant des occasions de rencontre entre des gens dont on présuppose d’ailleurs qu’ils n’en n’ont pas d’autres). On considérait donc ici que la mixité sociale, et non l’homogénéité, était une condition à la réussite de la « participation ».

7La principale originalité du découpage tourangeau en quatre grands secteurs repose donc sur le choix délibéré d’élargir l’échelle de la « démocratie de proximité » ; en optant pour un découpage déconnecté des « identités locales », la Municipalité de Tours a souhaité afficher un choix politique, supposé soutenir l’engagement de la population locale sur des questions « d’intérêt général » et permettre le développement de la mixité sociale. L’idée implicite était ainsi que de nouvelles pratiques et attitudes politiques découleraient presque naturellement d’un simple changement d’échelle : plus le territoire concerné serait grand, plus l’intérêt discuté serait général… On est effectivement assez proche ici de la conception mécanique évoquée plus haut, liant échelles et processus de manière univoque.

LA CONSTRUCTION DES TERRITOIRES : UN RÉGIME CARTOGRAPHIQUE

  • 11 Créés dans les années 60 par J. Royer, et rassemblant principalement des personnes âgées, ceux-ci (...)

8Afin de saisir les processus de territorialisation auxquels les CVL ont donné naissance, il faut tout d’abord analyser les usages qui y furent faits des références territoriales. Un des principaux obstacles auxquels les CVL semblent s’être heurtés, en tout cas à leurs débuts, fut la faible définition de leur rôle, et la difficulté à trouver des sujets « adaptés » à leur échelle d’intervention. Ainsi, leurs membres n’étaient pas supposés s’engager dans des discussions à propos des lampadaires ou des déjections canines (domaine des Comités de quartier11), ni sur des questions spécifiques à une rue (« les CVL ne sont pas tout-puissants, si nous créons une place, les riverains seront consultés » (élu, CVL Ouest)), et encore moins sur des questions personnelles (« une des règles du jeu est que nous ne sommes pas ici pour discuter des questions personnelles » (idem)). Mais les CVL ne semblaient pas non plus pouvoir traiter de questions assignées par les élus à des échelles plus petites, comme celle de l’agglomération, ou encore de la ville : « c’est comme la circulation, cela va au-delà de ce qu’un CVL peut faire, nous pouvons les informer, mais il y a toutes les dimensions techniques… » (élu, CVL Nord). Nombre d’élus expliquèrent très clairement, lors de réunions des CVL ou d’entretiens, que cette échelle-là était la leur, et exclusivement la leur : « il ne faut jamais que les gens pensent que… qu’ils prennent la place des élus. /…/ Les élus, quand ils prennent une décision, ils ont l’ensemble, il faut bien comprendre ça, un CVL de Tours Est, il va voir Tours Est, le CVL de Tours Nord, il va voir Tours Nord. L’élu est un peu responsable /…/ et c’est pour ça qu’il faut bien que les gens comprennent que leur façon de dire les choses est intéressante au premier chef, mais que l’élu, lui, il doit faire ça avec une notion fondamentale d’équité entre les concitoyens » (élu, Tours Est). Pour les élus, eux seuls sont donc en position de construire l’intérêt général, puisqu’eux seuls ont une vision globale des enjeux, que ce soit de par leur maîtrise de toutes les questions et contraintes, ou de par leur élection sur un programme.

  • 12 Lors de certaines discussions au sein des CVL sur l’usage de leur budget (25 000 euros par CVL et (...)

9Ces mêmes élus définissent les CVL comme des espaces non-politiques, ou au mieux comme des espaces où les « citoyens ordinaires » pourraient « apprendre » la complexité des processus de décision. « La politique » est alors opposée aux « choses concrètes », et renvoyée aux discussions abstraites, aux élections ou aux partis, et en termes d’échelle, à la ville : « je ne pense pas que les CVL doivent être des espaces politiques, si les gens veulent faire de la politique, il y a les élections, libre à eux de se présenter et d’être élus » (élu, CVL Est) ; « c’est vrai que les gens attendent plutôt des choses concrètes. Beaucoup s’en iront si vous passez des heures à discuter, sans que cela débouche sur des actions » (idem, CVL Nord). Autrement dit, l’échelle de la ville reste le domaine réservé de la démocratie représentative, conçue comme la seule réellement politique, la « démocratie de proximité » ayant quant à elle plutôt à voir avec les « choses concrètes »12.

10Derrière ce processus de disqualification d’échelles successives de référence et d’action (le personnel, la rue, le quartier, la ville, l’agglomération…), l’observation du fonctionnement des CVL permet néanmoins de mettre en lumière des processus spécifiques de territorialisation.

  • 13 La procédure de désignation des membres des collèges « associations » et « habitants » reposait su (...)
  • 14 Sans pouvoir développer plus avant ici, on peut estimer que ces deux arguments (non-local et polit (...)
  • 15 Implicitement dans la mesure où cette décision semble plus avoir résulté d’une réponse dans l’urge (...)

11La candidature d’Attac 37 au CVL Ouest peut ici servir de point de départ13. Lors de sa réunion constitutive, un certain nombre de participants s’y opposèrent avec virulence, arguant du caractère politique et non-local de l’association. Que la dimension « non-locale » d’Attac 37 n’ait pas été l’enjeu fondamental de cette opposition fut clairement démontré par le fait que la candidature d’autres associations agissant sur l’ensemble de la ville fut acceptée sans discussion (par exemple une association pour la promotion des non-voyants). À l’inverse, d’autres associations furent admises dans les CVL qui, comme Attac 37, étaient des antennes locales de structures départementales ou nationales (comme la FCPE ou la CNL). On peut donc dès lors considérer que le traitement différent d’Attac 37, au-delà de son caractère plus ouvertement politique14, était fondé sur le caractère « territorialisé » des autres associations ; leur participation aux CVL était alors basée sur leur lien physique avec leur territoire, par exemple une école ou une cité de logement clairement repérable sur un plan. Alors que la Charte votée par le Conseil Municipal restait très vague sur les critères d’admission des associations, le critère implicitement validé15 fut de ne prendre en considération que les associations dont le champ d’action pouvait être clairement localisé sur le territoire d’un CVL, sur un espace physique. Les associations rassemblant des individus non sur la base de leur résidence dans, ou de leurs relations avec, un lieu spécifique et localisable, mais sur celle de leur engagement dans des débats ayant une portée plus générale et non localisable, furent ainsi d’emblée exclues des CVL.

  • 16 Il s’agit donc de présenter des projets définitifs, et non d’ouvrir la discussion avec les membres (...)

12On peut, à partir de telles observations, pousser l’analyse un pas plus loin, afin de mettre en lumière l’émergence de ce qui pourrait être appelé un « régime cartographique » de fonctionnement au sein des CVL. Premier indice de celui-ci, le mode de présentation annuelle des projets de la Municipalité. Une fois par an, le Maire participe à une séance plénière dans chaque CVL, afin d’y présenter les projets approuvés en Conseil municipal et portées au budget de l’année à venir16. Une projection Powerpoint énumère l’ensemble des travaux prévus par thème (voierie, équipements…) ainsi que leur coût. Pour chaque thème, un plan du secteur concerné, et de lui seul, est projeté sur l’écran, chaque chantier y étant précisément localisé. Mis à part sa dimension pratique, et le caractère purement informatif de l’exercice, un tel choix de (re)présentation peut être lu comme reflétant un rapport spécifique au territoire : leur rôle étant assez vaguement défini, donner un espace aux CVL consiste à délimiter leur territoire, et à les mettre en carte, en localisant physiquement leurs membres, et, comme on va le voir maintenant, les « objets légitimes » sur lesquels ils travaillent.

13À Tours Ouest, le collège habitant réuni début 2004 avait élaboré un certain nombre de pistes de réflexion, dont la création d’un groupe de travail sur la rue d’Entraigues, qui subit nombre de nuisances liées à la circulation et aurait besoin de travaux d’embellissement, et d’un autre sur le jardin des Prébendes, « un jardin un peu tristounet qu’il faudrait animer », avec des jeux pour enfants, un kiosque à journaux, un bar de plein-air, une aire de pétanque… Finalement, à l’issue de la réunion plénière, seul le projet d’animation des Prébendes, qui « cible toute la population », fut approuvé. Le premier adjoint décrivit d’ailleurs immédiatement cette proposition comme « un excellent sujet, même un sujet exemplaire, /…/ là, on a un vrai sujet de ce que peut être la vie locale au quotidien /…/ on voit ce dont il s’agit, (il est) normal que les riverains et les usagers aient une réflexion, et c’est aussi un jardin à la dimension de la ville » (idem). Quant au projet sur la rue d’Entraigues : « on ne peut pas se contenter de travailler sur une rue, ça va à l’encontre du but recherché, ça n’échappe à personne /…/ pour nous, c’est contre-productif de travailler rue par rue » (idem).

  • 17 Je n’ai pas assisté aux réunions du CVL Nord, suivies par H. Bertheleu ; mais il y a fort à parier (...)

14Certains objets ou sujets furent donc constitués par les élus et les habitants comme plus légitimes que d’autres. Alors que le réaménagement de la rue d’Entraigues était défini comme une affaire « privée », le jardin des Prébendes fut constitué en objet pertinent, puisqu’il intéressait l’ensemble des Tourangeaux, tout en étant localisable sur un plan du secteur ouest. Dans la même logique, la proposition, faite par un membre du CVL Est, de s’intéresser aux nuisances sonores provoquées par le passage des avions militaires de l’aéroport de Tours ne fut pas retenue, celui-ci étant localisé sur le territoire du CVL Nord. Autrement dit, on assiste là à un jeu significatif sur les échelles : à l’échelle d’un secteur (l’ouest), c’est parce qu’il concerne tous les Tourangeaux que le jardin des Prébendes est retenu comme objet pertinent ; à l’échelle de la ville, c’est parce qu’il est situé sur le secteur Nord que les questions relatives à l’aéroport ne peuvent être discutées à l’Est. La logique est donc la même que celle analysée plus haut à propos des associations : tout objet, structure, association ou individu qui ne peut être physiquement localisé sur un plan du secteur est considéré comme non pertinent pour le CVL concerné17. Les modalités de prise en charge, ou plus précisément de l’absence de prise en charge, de certaines questions au cours des réunions des CVL, viennent également confirmer cette « hypothèse cartographique ». Ainsi, peu de temps après leur mise en place, le projet de construction d’un nouvel incinérateur provoqua l’opposition farouche d’une coalition d’associations locales ; mobilisation qui réussit à obtenir l’ajournement du projet. Même si l’on ne considère les membres des CVL qu’en tant qu’usagers (intéressés par des « choses concrètes »), ils étaient directement concernés par les débats sur l’incinérateur ; après tout, c’était leurs ordures ménagères qui devaient y être traitées. Mais sa construction, prévue dans une des villes proches de Tours, ne devait pas avoir lieu (au sens plein du terme) sur leur territoire ; étant ainsi « hors plan », ce sujet brûlant était « hors champ » et donc hors de portée des CVL.

15L’inscription des CVL dans une échelle d’intervention plus petite, associée à la prégnance, parmi les élus, de représentations assignant le politique à la seule échelle de la ville (car lieu de la démocratie représentative), ne paraît donc pas permettre à elle seule une modification du fonctionnement de ces instances. Du même coup, les CVL semblent s’inscrire dans un « régime cartographique » aux termes duquel seule la localisation physique sur le territoire de l’un ou l’autre des CVL permet de déterminer la légitimité des objets traités et des individus ou groupes inclus.

« DÉBATTONS DANS LES RUES » : LA CONQUÊTE DE L’ESPACE PUBLIC

  • 18 La place manque ici pour développer ce point, mais on notera simplement que le festival est organi (...)

16Le second terrain utilisé ici, Débattons Dans Les Rues (DDLR), est très largement différent du premier. Alors que les CVL sont clairement une initiative institutionnelle et « descendante » de concertation, DDLR est organisé par un groupe d’individus strictement autonome. Il est même impossible de le qualifier d’initiative « ascendante », dans la mesure où il n’est absolument pas question pour eux de s’adresser aux institutions18. Un extrait du « vrai-faux » journal de la « 20e Édition du Festival » présente assez bien l’état d’esprit du groupe : « Débattons dans les rues est né à Tours, en 2004, à l’initiative d’un petit nombre de personnes souhaitant redonner une place centrale à la parole, encourager les rencontres et les échanges (les gens se parlaient de moins en moins) et se réapproprier l’espace public (envahi par l’espace marchand et régi par des règles réduisant l’espace de liberté des gens). À l’époque, la place Jean Jaurès était prioritairement accessible aux voitures, la ville était envahie d’espaces publicitaires, la rue Nationale n’accueillait que des enseignes commerciales, le regroupement dans la rue devait se faire avec une autorisation des autorités /…/ À la date de 2025, on peut dire que Débattons a atteint son idéal de l’époque, qu’il n’est plus une utopie aujourd’hui. La place Jean Jaurès, ainsi que la ville entière n’est accessible qu’aux piétons, vélos, rollers, poussettes, chameaux, pingouins, etc. Les panneaux publicitaires ont disparu, on ne trouve que des panneaux d’affichage libre où chacun peut s’exprimer sur le sujet qu’il veut. L’espace public accueille les associations, les syndicats et autres mouvements populaires. Les gens se regroupent régulièrement dans la rue pour débattre des sujets du quotidien – ils ont bien sûr pour cela créé les espaces de rencontres nécessaires (la FNAC a été rasée pour devenir une grande agora ouverte à tous) /…/ » (tract DDLR, 04/06).

  • 19 Durant une « teuf itinérante », chacun amène son propre poste de radio et le règle sur la même fré (...)

17Le travail sur la relation entretenue par DDLR avec l’espace public ne fait que débuter. À partir des éléments déjà recueillis, on peut cependant remarquer que les individus engagés dans cette initiative ont une relation à l’espace urbain, et une conception du politique, complètement différentes de celles à l’œuvre dans les CVL. Ainsi, durant le 2e festival en avril 2006, il était possible de participer à une « teuf itinérante »19, à la projection de films sur les façades de demeures historiques du Vieux Tours, ou à des débats organisés dans les jardins et sur les places, le Festival lui-même se terminant par un « pique-nique inter-quartiers » devant la Mairie. Mais une telle volonté de reconquête de l’espace urbain comme espace de rencontres, de discussions et de débats n’est pas seulement mise en œuvre durant le Festival lui-même ; ainsi, quand le temps le permet, les réunions du collectif d’organisation ont lieu dehors, que ce soit sur une île sur le Cher ou au pied d’immeubles. Une telle pratique est alors cohérente avec les objectifs annoncés dans le programme du festival 2006 : « Où sont passés les lieux d’échange, de débats, d’expressions ? Où sommes-nous donc passés ? Parce que la politique est la mise en commun des paroles et des actes, Débattons dans les rues utilise l’espace public comme terrain d’action. Il s’agit de modifier la relation de chacun à cet espace, de se faire plaisir en se réappropriant la rue » (Programme DDLR, 04/06).

  • 20 Les discussions avec la police furent toujours présentées comme autant d’occasions de « rencontres (...)

18Si tenir ses réunions dans la rue ne demande pas une organisation très complexe, il n’en va pas de même quand il s’agit d’occuper les rues commerçantes du centre ville ou de projeter des films sur des bâtiments historiques. Lors de la première édition du festival en 2005, le groupe d’organisateurs avait demandé dans les délais les autorisations nécessaires aux autorités locales, pour apprendre le matin même du début du festival qu’elles leur étaient toutes refusées. En 2006, la question des demandes d’autorisation fut longuement débattue lors des réunions de préparation du Festival, pour aboutir à la décision de ne pas solliciter ces autorisations officielles : « Une information globale avait été donnée à la municipalité, mais pour véritablement se réapproprier l’espace public, nous nous sommes passés de déclaration officielle (la loi interdit en effet tout rassemblement dans la rue sans déclaration préalable). Mais chaque rencontre avec la maréchaussée s’est déroulée, de part et d’autre, avec souplesse » (site internet de DDLR). Cette décision était donc basée sur un point de vue politique clairement affiché, selon lequel il doit y avoir une cohérence forte entre ses objectifs (se réapproprier l’espace public) et les moyens utilisés, même si cela signifie frôler l’illégalité et interroger la justesse même de la loi. Si certains considérèrent qu’il valait mieux se passer d’autorisations dans la mesure où la transgression était aussi une des bases de l’engagement, le point de vue général était plutôt que ce choix avait surtout un rôle pédagogique, dans la mesure où il permettait aux gens de réaliser que des choses apparemment évidentes (se réunir dans la rue pour discuter) n’étaient pas librement possibles. En ne demandant pas d’autorisation officielle, les membres de DDLR faisaient donc d’une pierre deux coups : ils adoptaient une stratégie cohérente avec leurs objectifs, et ouvraient de nouvelles occasions de discussions avec les passants et leur public, ainsi qu’avec les forces de l’ordre20.

  • 21 Le Vieux Tours est pour nombre de participants à DDLR un terrain familier, la partie piétonnière d (...)
  • 22 Sans qu’aucune attention ne soit portée aux effets excluants de la nécessité de se porter volontai (...)

19En termes d’emprise spatiale, alors que la première édition du Festival avait principalement eu lieu dans le Vieux Tours, la nécessité d’occuper d’autres parties de la ville fut longuement discutée lors de l’organisation du second. Des initiatives furent ainsi planifiées dans le quartier plutôt chic des Prébendes, à Beaujardin ainsi qu’au Sanitas, le grand quartier d’habitat social proche du centre ville. Bien que les membres de DDLR aient ressenti le besoin d’investir ces quartiers afin de diversifier les rencontres, et de pratiquer dans les faits ce qu’ils appellent « la rencontre interculturelle », ils étaient d’une part très conscients du besoin de « respecter » les habitants du Sanitas et de refuser, dans leurs propositions, les formes classiques de l’intervention sociale selon lesquelles « les femmes font du couscous et les jeunes du rap ». D’autre part, ils firent montre d’une grande capacité de réflexivité, en se demandant pourquoi ils ressentaient ce besoin de plus préparer leurs interventions au Sanitas avec les riverains, que dans le centre ville. Leur familiarité avec les différents quartiers21 était alors confrontée au souci de ne pas reproduire les stéréotypes courants à propos des populations des quartiers d’habitat social : « le nombre de discussions que nous avons eu sur comment aller au Sanitas pose problème. Mettre un point sur le lieu "Sanitas" contribue à dire (que) c’est un lieu spécifique, donc on rentre encore dans l’idée (que) c’est un problème /…/. Notre but premier, c’est de créer une ouverture, une rencontre, et pas être dans un truc "quartier", "pauvres gens" » (Réunion DDLR, 03/06). Si la « mixité sociale » semble être un enjeu à la fois pour les élus locaux, à travers leurs discours sur le découpage des secteurs des CVL, et pour les membres de DDLR, elle est dans le premier cas largement conçue de manière mécanique (afin qu’elle se produise, il suffit de rassembler des gens dans une salle quatre fois par an)22, et dans le second comme un acte réflexif requérant respect, questionnement critique et méthodes.

20Les membres du collectif organisant le Festival Débattons dans les rues, loin de se situer dans une logique de gestion urbaine, tentent de se ré-approprier l’espace urbain comme espace proprement politique. En se refusant à solliciter les institutions, et en poussant les habitants de la ville à porter un regard critique sur les « usages ordinaires » de cet espace urbain, ils cherchent à rouvrir des espaces de débats et de discussions politiques, y compris par une remise en cause des fondements de la loi. C’est alors la ville en elle-même qui est investie, comme espace politique à faire advenir et non telle ou telle de ses fractions.

CONCLUSION

21À l’issue de cette première analyse des relations à l’espace urbain et des processus de territorialisation à l’œuvre dans les CVL et DDLR, on peut pour conclure revisiter plus avant la proposition de J. Crowley, selon laquelle le local ne peut être un espace de citoyenneté, puisqu’il est le lieu du déploiement du marchandage, la citoyenneté « réelle » ne pouvant advenir que par une « nationalisation » des causes. À observer le fonctionnement des CVL, il est clair que même une discussion générale sur la pertinence d’une décision ne rentre pas dans leurs attributions. Mais cela semble plus découler du rôle qui leur est attribué que de leur échelle d’intervention. Bien que le territoire des CVL soit plus grand que celui des « quartiers traditionnels », cela ne semble pas suffisant pour permettre que l’on passe du « marchandage » à une quelconque fonction délibérative. Le type de sujets que les membres des CVL peuvent investir les maintient clairement dans une position de « marchandage » sur des questions d’aménagement local. Plus que leur échelle et l’idée mécanique qu’en la réduisant, le spectre et la profondeur des débats s’élargiraient automatiquement, c’est donc bien la conception de leur rôle et de leur place dans les processus démocratiques qui est première pour comprendre leur fonctionnement. Du point de vue des élus, il n’est pas question de remettre en cause la représentation selon laquelle la « vraie politique » réside dans les élections et la démocratie représentative, dont le territoire légitime est celui de la ville. Le « lieu du politique » reste le Conseil municipal (ou les partis).

22En ce qui concerne DDLR, le but de ses organisateurs n’a jamais été le marchandage autour d’équipements urbains ; s’ils souhaitent clairement que la ville soit organisée autrement, par exemple en redonnant une plus grande place aux vélos et aux piétons, cette aspiration n’est pas gérée dans une discussion avec les institutions, mais en la mettant en œuvre quotidiennement et en se réappropriant la rue. Un de leurs objectifs est alors de (re)développer la capacité des citoyens à débattre, à discuter et à s’interroger de manière critique sur le fonctionnement de la ville et plus largement de la société. Ainsi, leur refus de se plier à l’obligation d’une autorisation pour investir la rue est une manière de questionner la pertinence d’une loi qui ne permet pas aux gens de se rassembler librement dans l’espace urbain. On serait donc là plus près d’une position, sinon de « définition des règles », à tout le moins de remise en question de celles-ci, voire de leur non-respect quand elles sont perçues comme discutables.

  • 23 Les membres des CVL organisent régulièrement des « visites de terrain » afin de visualiser clairem (...)

23La distinction faite, après d’autres, par J. Crowley, selon laquelle une échelle (locale/nationale) est reliée à un, et un seul, type de processus (marchandage/ délibération) ne paraît dès lors plus tenir ; plus encore, non seulement l’informalité du fonctionnement de DDLR présente un fort contraste avec le fonctionnement très institutionnalisé des CVL, mais tandis que le premier construit une relation concrète et pratique avec l’espace urbain, le second fonctionne sur un régime que l’on pourrait qualifier de « cartographique » (c’est la localisation sur un plan du secteur qui valide la légitimité d’un objet donné)23. Autrement dit, la conceptualisation établissant un lien mécanique entre échelle et processus ne permet pas de rendre compte des processus effectivement à l’œuvre dans les deux cas.

  • 24 BORZEIX (A.) et COLLARD (D.) lors du Séminaire « Citoyenneté urbaine » (PUCA-CNRS), Paris, le 28 s (...)
  • 25 FERGUSON (J.), op. cit.
  • 26 Voir MABILEAU (A.), À la recherche du local, Paris, L’Harmattan, 1993.
  • 27 BIAREZ (S.), « Repenser la sphère locale selon l’espace public », dans FRANÇOIS (B.) et NEVEU (E.) (...)
  • 28 Spécifier le local comme espace de « marchandage » (opposé à la délibération proprement politique) (...)

24Au bout du compte, on peut se demander si ce n’est pas le raisonnement même en terme d’échelles qui doit être soumis à un questionnement critique. Comme le soulignent A. Borzeix et D. Collard : « Raisonner sur des "niveaux" et des "échelles" – notamment à propos des processus de citoyenneté – implique et conforte l’idée d’une hiérarchie entre supérieur et inférieur, grand et petit, global et local, dont le sens peut s’inverser, sans porter atteinte pour autant à la logique du raisonnement »24. C’est également ce que propose J. Ferguson, pour qui « problématiser la verticalité /…/ fait de l’idée même de "niveau" [ou d’échelle] une fiction intensément gérée »25. Ainsi, une analyse dynamique du « local » porte-t-elle comme condition de se défaire d’un certain « familier » en la matière, i.e. une conception localiste du local, construit comme négatif en creux du national26 ? À l’encontre des représentations actuelles dominantes, il s’agit alors d’admettre que « le local » puisse être autre chose qu’un « local gestionnaire », d’être critique vis-à-vis des tendances qui dépouillent « le local "gestionnaire" /…/ de cet attribut que constitue l’espace public »27. Quand on fait du « local », alternativement ou concurremment, un espace supposé de convivialité naturelle et/ou un espace de gestion des « choses simples », éloigné de « l’abstraction du politique »28, c’est la possibilité même d’y faire fonctionner un véritable espace public qui est aussi déniée. C’est donc à une remise en cause de la « cartographie ordinaire de l’espace politique et social » qu’ouvrent l’observation et l’analyse des processus de territorialisation proposées ici.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abram (S.), « All that fuss over 100 houses : identities and moralities of building on land », dans Saltman (M.), éd., Land and Territoriality, Oxford, Berg, 2002, p. 71-92.

Bertheleu (H.) et Neveu (C.), « De "petits lieux du politique" ? Individus et collectifs dans des instances de "débat public" », Espaces et Sociétés, n° 123, décembre 2005, p. 37-52.

Biarez (S.), « Repenser la sphère locale selon l’espace public », dans François (B.) et Neveu (E.), éd., Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Collection Res Publica, 1999, p. 267-283.

Blondiaux (L.) et Sintomer (Y.), « L’impératif délibératif », Politix, volume 15, n° 57, 2002, p. 17-35.

Crowley (J.), « The spaces and scales of citizenship. Some thoughts on "locality" », dans Leveau (R.), Wihtol de Wenden (C.) et Mohsen-Finan (K.), éd., De la citoyenneté locale, Paris, Travaux et recherches de l’IFRI, 2003, p. 111-126.

Ferguson (J.), « Power Topographies », dans Nugent (D.) et Vincent (J.), éd., A companion to the Anthropology of Politics, Londres, Blackwell, 2004, p. 383-399.

Lagroye (J.), Lehingue (P.) et Sawicki (F.), éd., Mobilisations électorales. Le cas des élections municipales de 2001, Paris, PUF, 2005.

Mabileau (A.), À la recherche du local, Paris, L’Harmattan, 1993.

Melé (P.), « Conflits et controverses : de nouvelles scènes de production territoriale ? », à paraître en 2007 dans Séchet (R.) et Veschambre (V.), éd., La géographie sociale dans les sciences sociales et dans l’action, Rennes, PUR.

Neveu (C.), « Habitant et citoyen : citoyenneté et territoire dans les quartiers de Roubaix », dans Bonnemaison (J.), Cambrezy (L.) et Quintybourgeois (L.), éd., Les territoires de l’identité. Le territoire, lien ou frontière ? Tome 1, Paris, L’Harmattan, Collection Géographie et Cultures, 1997, p. 191-204.

Neveu (C.), « Une "petite fabrique de territoires" : quartiers et citoyenneté à Roubaix », Ethnologie française, vol. XXXIV, n° 1, 2004, p. 59-66.

Neveu (C.), Anthropologie de la citoyenneté, document de synthèse pour l’HDR, Université de Provence, 2005.

Sencébé (Y.), « Être ici, être d’ici. Formes d’appartenance dans le Diois (Drôme) », Ethnologie Française, vol. XXXIV, n° 1, 2004, p. 23-30.

Notes

1 MELÉ (P.), « Conflits et controverses : de nouvelles scènes de production territoriale ? », dans GARAT (I.) et SÉCHET (R.), éd., Espaces en (trans) action, Rennes, PUR, 2007 (à paraître).

2 Voir : MELÉ (P.), op. cit. ; NEVEU (C.), « Habitant et citoyen : citoyenneté et territoire dans les quartiers de Roubaix », dans BONNEMAISON (J.), CAMBREZY (L.) et QUINTY-BOURGEOIS (L.), éd., Les territoires de l’identité. Le territoire, lien ou frontière ? Tome 1, Paris, L’Harmattan, Collection Géographie et Cultures, 1997, p. 191-204 ; NEVEU (C.), « Une "petite fabrique de territoires" : quartiers et citoyenneté à Roubaix », Ethnologie française, vol. XXXIV, n° 1, 2004, p. 59-66 ; SENCÉBÉ (Y.), « Être ici, être d’ici. Formes d’appartenance dans le Diois (Drôme) », Ethnologie Française, vol. XXXIV, n° 1, 2004, p. 23-30.

3 CROWLEY (J.), « The spaces and scales of citizenship. Some thoughts on "locality" », dans LEVEAU (R.), WIHTOL DE WENDEN (C.) et MOHSEN-FINAN (K.), éd., De la citoyenneté locale, Paris, Travaux et recherches de l’IFRI, 2003, p. 111-126.

4 FERGUSON (J.), « Power Topographies », dans NUGENT (D.) et VINCENT (J.), éd., A companion to the Anthropology of Politics, Londres, Blackwell, 2004, p. 383-399.

5 Cette recherche a été menée en collaboration avec H. Bertheleu (Université F. Rabelais) ; voir BERTHELEU (H.) et NEVEU (C.), « De "petits lieux du politique" ? Individus et collectifs dans des instances de "débat public" », Espaces et Sociétés, n° 123, décembre 2005, p. 37-52.

6 Voir : BERTHELEU (H.) et NEVEU (C.), 2005, op. cit. pour un aperçu.

7 CVL Nord au Nord de la Loire, CVL Sud au Sud du Cher, la partie centrale de la ville entre Loire et Cher étant divisée entre les CVL Est et Ouest de part et d’autre d’un axe urbain majeur, l’avenue de Grammont.

8 Lors des entretiens, nombre de conseillers municipaux ont en effet insisté sur le fait qu’il n’y avait rien là « de nouveau », puisque de nombreuses instances de concertation fonctionnaient déjà dans la ville.

9 On retrouve là clairement la vision idéalisée d’une société micro-locale cohérente évoquée plus haut. Sur ce sujet, voir entre autres : ABRAM (S.), « All that fuss over 100 houses : identities and moralities of building on land », dans SALTMAN (M.), éd., Land and Territoriality. Oxford, Berg, 2002, p. 71-92.

10 L’existence même d’une telle « neutralité topographique » mériterait d’être discutée, tant les facteurs géographiques (proximité potentiellement dangereuse du fleuve ou vue sur lui, coteaux exposés au sud…) ont pu influer, voire structurer, les localisations sociales dans l’espace urbain.

11 Créés dans les années 60 par J. Royer, et rassemblant principalement des personnes âgées, ceux-ci ont surtout un rôle d’animation et de liaison avec les élus sur des questions d’aménagement du quartier.

12 Lors de certaines discussions au sein des CVL sur l’usage de leur budget (25 000 euros par CVL et par an à l'époque), il était d’ailleurs frappant d’observer à quel point des élus pouvaient « mettre la pression » sur les habitants pour qu’ils engagent des dépenses « palpables » et visibles (bancs, poubelles…) et non sur des études de faisabilité par exemple, beaucoup moins visibles.

13 La procédure de désignation des membres des collèges « associations » et « habitants » reposait sur un tirage au sort parmi des volontaires s’étant signalés préalablement.

14 Sans pouvoir développer plus avant ici, on peut estimer que ces deux arguments (non-local et politique) s’inscrivent précisément dans une « topographie du pouvoir » assignant le politique à un niveau « supérieur » et l’excluant du local.

15 Implicitement dans la mesure où cette décision semble plus avoir résulté d’une réponse dans l’urgence à une situation inattendue que d’une réflexion délibérée.

16 Il s’agit donc de présenter des projets définitifs, et non d’ouvrir la discussion avec les membres des CVL afin de les définir.

17 Je n’ai pas assisté aux réunions du CVL Nord, suivies par H. Bertheleu ; mais il y a fort à parier que si quelqu’un y a soulevé le même problème, la réponse a dû être qu’il s’agissait là d’une affaire devant se traiter à l’échelle de la ville, voire à l’échelle nationale puisqu’il s’agit d’un aéroport principalement militaire.

18 La place manque ici pour développer ce point, mais on notera simplement que le festival est organisé sans que soient sollicitées des subventions publiques, que les syndicats et les associations « classiques » sont souvent considérées comme structurellement incapables de s’approprier une véritable logique de débats. Comme le dira une participante : « notre forme de revendication ne s’adresse pas aux politiques, mais va de nous-mêmes à nous-mêmes ». Pour une vision critique de la dichotomie classique « ascendant/descendant », voir la conclusion du chapitre.

19 Durant une « teuf itinérante », chacun amène son propre poste de radio et le règle sur la même fréquence que tous les autres (ici Radio béton), et défile dans la rue en dansant sur un itinéraire pré-déterminé.

20 Les discussions avec la police furent toujours présentées comme autant d’occasions de « rencontres interculturelles », cette notion renvoyant à l’idée de rencontrer des gens différents de soi-même. La plupart des initiatives de DDLR sont « non-violentes », en ce qu’elles ne visent pas à provoquer délibérément des heurts. La confrontation est cependant latente dans certaines pratiques proposées, comme celle d’un pique-nique biologique et sauvage chez MacDo.

21 Le Vieux Tours est pour nombre de participants à DDLR un terrain familier, la partie piétonnière de la ville regroupant la plupart des bars et cafés qu’ils fréquentent. Le respect des habitants est cependant aussi la règle dans cette zone : ainsi la projection de films sur les façades a toujours été précédée de rencontres avec les riverains pour leur présenter le projet et le programme. La principale différence entre les deux types de territoires réside donc plus dans le degré de familiarité quotidienne que les participants de DDLR entretiennent avec eux.

22 Sans qu’aucune attention ne soit portée aux effets excluants de la nécessité de se porter volontaire pour siéger dans les CVL.

23 Les membres des CVL organisent régulièrement des « visites de terrain » afin de visualiser clairement le lieu d’un équipement planifié. Si cette pratique peut être lue comme une tentative de s’approprier l’espace urbain, elle peut également être plus proche de la pratique classique des élus locaux quand ils arpentent leur circonscription durant les campagnes électorales ; voir : LAGROYE (J.), LEHINGUE, (P.) et SAWICKI (F.), éd., Mobilisations électorales. Le cas des élections municipales de 2001, Paris, PUF, 2005.

24 BORZEIX (A.) et COLLARD (D.) lors du Séminaire « Citoyenneté urbaine » (PUCA-CNRS), Paris, le 28 septembre 2006.

25 FERGUSON (J.), op. cit.

26 Voir MABILEAU (A.), À la recherche du local, Paris, L’Harmattan, 1993.

27 BIAREZ (S.), « Repenser la sphère locale selon l’espace public », dans FRANÇOIS (B.) et NEVEU (E.), éd., Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Collection ResPublica, 1999, p. 267-283.

28 Spécifier le local comme espace de « marchandage » (opposé à la délibération proprement politique) constitue plus globalement un modèle largement dépassé. Ainsi, le déploiement général de discours et de pratiques autour de la « gouvernance » vient-il bouleverser les modalités précédentes de la prise de décision politique ; or pour certains analystes, une des caractéristiques de la gouvernance est précisément de ne pas distinguer délibération et marchandage (voir : BLONDIAUX (L.) et SINTOMER (Y.), « L’impératif délibératif », Politix, volume 15, n° 57, 2002, p. 17-35). Par ailleurs, ces pratiques de gouvernance se déploient à toutes les échelles, du local à l’international en passant par le national ; voir : NEVEU (C.), Anthropologie de la citoyenneté, document de synthèse pour l’HDR, Université de Provence, 2005.

Auteur

LAIOS (CNRS-EHESS)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540