Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les constructions locales du politique

 | 
Hélène Bertheleu
, 
Françoise Bourdarias

Les territoires du débat citoyen : mises en scène urbaines

Les controverses spatiales : des moments de production du politique en milieu urbain. Une analyse de quelques situations prises dans le cas des villes d’Orléans et de Tours

Marc Dumont

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le thème de la participation des habitants dans des systèmes décisionnels et organisationnels correspond actuellement à un champ lourdement investi par les sciences sociales, ce dont il faut assurément se réjouir. Il donne lieu en particulier tant dans les champs professionnels que scientifiques à une profusion de termes (concertation, participation, implication, coordination) qui ont pour intérêt de restituer la grande variété que présente ce phénomène qui renvoie le plus souvent, en Europe, à une réorganisation de l’action publique, à une transformation de ses modalités. Toutefois, tout en s’inscrivant dans l’ensemble de ces recherches, la perspective adoptée par le présent texte vise toutefois à prendre un chemin un peu différent pour interroger le politique tel qu’il se manifeste, s’exprime et se produit dans ces formes de participation, en insistant davantage sur la question du politique en tant que telle plus que sur celle de l’action. Plus précisément, en explorant les ordres urbains multiples qui peuvent se constituer à travers des situations de controverse en milieu urbain, il s’agit d’y inviter à décaler le regard classiquement posé sur le politique comme un secteur d’activité bien défini et circonscrit pour penser, à partir de l’espace et de manière nettement plus extensive, les procédures participant à maintenir la forme d’une société urbaine.

2Pour y parvenir, l’observation et l’analyse « ethnométhodologique » d’épisodes au cours desquels des fractions d’espace urbain se transforment en objets engagés dans des discussions concernant leur état ou leur modification, vont être privilégiées. Cette étude sur des situations conflictuelles permettra en particulier d’en dégager deux caractéristiques importantes. Une normativité prégnante, toute d’abord, qui se réalise à travers des jeux spatiaux consistant pour des intervenants très différents à désigner et évaluer des espaces via des langages variés et des actes précis, à dire ce qu’ils doivent ou ne doivent pas être, actualisant par exemple des modes de partition du type public / privé. Des logiques politiques, par ailleurs, qui s’y rendent visibles et dont on peut alors reconstituer la grammaire. En effet, au cours de ces situations se constituent des dispositifs d’intervention labiles dans lesquels se déterminent non seulement les raisons d’exister « d’objets urbains » (quartiers, rues…), leurs statuts donc, mais aussi le sens de ces dispositifs, leur raison d’agir, leur légitimité et ce jeu suit des formes différenciées qu’il convient d’identifier pour comprendre comme le politique ne se produit pas seulement à partir des champ institutionnels, mais aussi à travers des situations plus anodines.

3Tout en partant d’une orientation résolument géographique, considérant que le sens de l’espace n’est que celui que lui confèrent des individus et des groupes, il s’agit du même coup de tenter une délicate appropriation des instruments élaborés par l’anthropologie ou la philosophie politique, pour inviter, à partir de ces exemples, à « voir » les logiques politiques ailleurs que dans les lieux institutionnels dans lesquels on les cantonne classiquement, et donc, à saisir et à s’emparer du politique dans ses manifestations en apparence les plus anodines.

UNE GRAMMAIRE GÉNÉRATIVE DES PRODUCTIONS DU POLITIQUE EN CONTEXTE URBAIN

4La ville a parfois été considérée en Europe comme l’espace du politique par excellence dans lequel se matérialise plus particulièrement sa présence, dont elle constituerait un point d’entrée privilégié pour l’observation et la connaissance de ses logiques. Elle confronte toutefois à l’exigence d’éclairer plus précisément ce que l’on peut entendre par « politique » et, de là, à préciser les instruments mobilisés pour son observation.

LE POLITIQUE COMME DIMENSION PROFONDE DU SOCIAL

5Comment se pose la question du politique en milieu urbain ? Tous les travaux qui se sont attachés à cette question soulignent à quel point la réponse à cette interrogation est loin d’être évidente pour deux raisons intrinsèquement liées, l'une de définition et l'autre de localisation, qu’il importe véritablement d’élucider pour se détacher d’une conception trop restrictive du politique.

  • 1 On renverra plus particulièrement à ce sujet au numéro complet que lui a consacré la revue Espaces (...)
  • 2 LÉVY (J.), Le tournant géographique. Penser l’espace pour penser le monde, Paris, Belin, 1999.

6En premier lieu, il est en effet déjà malaisé de caractériser précisément ce qui est politique de ce qui ne l’est pas, de le repérer1, même si la géographie, par exemple, a souvent considéré comme une évidence que le politique se circonscrit à l’activité politique, c’est-à-dire aux formes institutionnalisées de gouvernement. La question se pose pourtant avec une toute autre acuité à partir du moment où l’on se confronte aux villes considérées non plus comme des cadres et des supports matériels d’activités multiples, mais comme un « phénomène social total », et donc qu’elle nous met en présence de sociétés urbaines, de mondes urbains organisés. Dans cette perspective, c’est plus le phénomène urbain en tant que tel, de sociétés qui tiennent et se maintiennent que leur dimension strictement matérielle qui sont privilégiés2. Cette question du « maintien des formes sociales » (Simmel) conduit précisément à la question du politique, en considérant qu’avec lui on a affaire à ce qui (et non à ceux qui) organise des sociétés.

7Ce dernier aspect rejoint alors le second problème de la localisation du politique, ce qui nous mène à un saut logique très communément réalisé entre cette question de l'organisation et celle de sa localisation, de son origine : d'où provient cette organisation ? Qui ou qu’est-ce qui organise ? Quelle est l’origine du politique ?

8En l’occurrence, cette question « qui » organise les sociétés urbaines, même si elle apparaît comme une évidence, n’apparaît pas pour autant si acceptable que cela pour trois raisons. En effet, sa formulation contient déjà sa réponse puisqu’elle réduit le phénomène politique à des individus (« qui »), qu'elle localise a priori le politique sous l'aspect d'individus identifiables et plus ou moins précis. Plus problématique encore, cette manière de voir et de considérer le politique sur le mode de l’allant-de-soi donne lieu à une confusion couramment réalisée dans certaines sciences sociales, entre l' « institutionnel » et le « politique », et à partir de là, risque d’aboutir à la formulation d'une série de tautologies. Est politique ce qui concerne le politique, est politique un discours qui parle sur le politique (ou sur la politique) en sont quelques exemples. Enfin, autre aspect, cette conception reste sous-tendue par une matrice cognitive là encore extrêmement prégnante dans les sciences sociales, l'idée que la société serait différenciée en secteurs bien définis : le politique, l’économique, le social, etc., chaque discipline ayant à sa charge un de ces secteurs répartis entre elles comme avec les tranches d’un gâteau.

  • 3 BOURDIEU (P.), Les structures sociales de l’économie, Paris, Éditions du Seuil, 2002.
  • 4 LÉVY, op. cit.

9Plusieurs penseurs ont montré les impasses d'une telle vision par secteur du social. Par exemple, Pierre Bourdieu a insisté sur le caractère fortement politique de pratiques économiques avec le cas du développement du système de la maison individuelle, des lotissements qui engagent en réalité la transformation d'une organisation sociale : derrière le développement économique des pavillons se cache en réalité une logique d’invention et de production d’un nouveau modèle de société fondée sur une idéologie individualiste que le système économique participe à établir3. Jacques Lévy, géographe, a repris cette idée en soulignant comment à partir de là, c'est l'individu qui, par cet acte économique, comme par d’autres tels que l’organisation de ses mobilités, de ses espaces de vie, se transforme en réalité en véritable acteur politique4.

10Ainsi, notre propos s’inscrit ici pleinement dans les suggestions de Claude Lefort, de Georges Balandier ou de Cornelius Castoriadis lorsqu’ils incitent à considérer qu'avec le politique on a affaire à la société comme institution et non pas (seulement) aux institutions de la société. Pour Claude Lefort, en particulier, le politique n’est pas un secteur à part, il traverse de part en part le social, il renvoie aux principes et aux modèles sur lesquels se fonde, s’institue une société. Ces réflexions incitent donc à explorer les processus, les procédures et toutes les activités en général à travers lesquelles s'imposent des principes sur lesquels s'agencent un ordre social. Il s’agit là d’une vision nettement plus extensive et non plus partialiste du politique et qui, surtout, n’en détermine pas a priori la localisation. Le politique se décèle, se repère, et, à partir de cet ordre d’idées, la question de l’organisation ne mène pas forcément vers un « qui », mais aussi vers un « comment » ça s'organise. D'où l'hypothèse des différentes modalités de production du politique, qui ne sont pas forcément institutionnelles, ou tout au moins exclusivement institutionnelles.

  • 5 DOUGLAS (M.), Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte, 2004.
  • 6 LEGENDRE (P.), De la société comme Texte, Paris, Fayard, 2002.

11Il faut par ailleurs souligner un deuxième aspect sur la question de la localisation et du repérage du politique, en milieu urbain comme ailleurs. La production du politique est en effet étroitement liée à des opérations de manifestation, parce que ces principes d'organisation sur lesquels tiennent des société sont de part en part langagiers. Que l'on pense par exemple à ceux qui permettent de définir le juste et l'injuste comme le montre Mary Douglas, ou encore de fixer l’acceptable et l’inacceptable5. L’historien du droit Pierre Legendre parle pour sa part d’« architecture de langage » ou d’édifice de textes pour désigner l'ensemble des principes qui font tenir une société6. Quant à ce caractère de la manifestation du politique simultanée à sa production, Claude Lefort a eu une phrase devenue assez célèbre, parlant de « mise en scène d'une société simultanée à sa mise en forme ». La question du politique, de son observation, nous mène ainsi à celle des langages au sens large (discours, images, etc.) dont la description devrait permettre non seulement d'appréhender, de repérer des situations de production du politique, mais, plus encore, de décrire en tant que tels ces phénomènes politiques.

12Quelles sont donc ces situations, ces moments privilégiés où la société se met en scène et simultanément reproduit sa mise en forme ? Sont-ils aussi institutionnels, « solennels » ou beaucoup plus anecdotiques que peut le laisser entendre cette formule ? Quels instruments méthodologiques est-il possible de privilégier pour les observer ?

VERS UNE GRAMMAIRE GÉOGRAPHIQUE DES SITUATIONS DE PRODUCTION DU POLITIQUE

13Comment comprendre, donc, les modalités de construction des principes d'ordre sur lesquels se structurent des villes, des organisations urbaines, quel rôle joue donc l’espace dans une telle production ? Trois hypothèses au cœur desquelles se situe la notion de « situation spatiale » se proposent d’explorer une réponse à la fois théorique et méthodologique : premièrement que l’élaboration du politique se réalise notamment à travers des situations spatiales, qu’il s’agit, par ailleurs, de situations dans lesquelles circulent des objets urbains spatialisés et, enfin que ces opérations de spatialisation représentent simultanément une occasion pour une société locale de mettre en scène et reproduire les principes sur lesquels repose son ordre social et de se caractériser comme telle.

  • 7 DUMONT (M.), 2003, Langages, espaces, procédures d’organisation. Une analytique des pratiques d’am (...)
  • 8 GARFINKEL (H.), « Le programme de l’ethnométhodologie », dans QUÉRÉ (L.), OGIEN (A.) et DE FORNEL (...)
  • 9 Que la linguistique appelle les déictiques : MONDADA (L.), Décrire la ville. La construction des s (...)

14En premier lieu, donc, la notion de « situation spatiale »7 fait sienne les incitations de l’ethnométhodologie dont deux aspects précis seront ici retenus : elle concerne à la fois une manière de travailler privilégiant l’observation des choses en train de se faire, leur accomplissement, et renvoie d’autre part à une hypothèse de fond, celle qu’à travers des situations d’interaction émergent des structures d’ordres8. Cette piste apparaît tout à fait féconde et à même de restituer ce qui se passe par exemple dans des situations spatiales qui s’articulent autour d’objets transactionnels spatialisés, enjeux de discussion voire de conflits. À l’intérieur de ces situations, il est en effet possible d’observer une circulation d’objets urbains qui se réalise de deux manières : par des désignations et des évaluations. Très concrètement, de tels objets urbains apparaissent dans des débats où sont désignés des fractions d’espace urbain soit par des mots (« ma place », « cette ville », « la ville », « chez nous », « chez eux », « ici », « là-bas »9) soit par une photographie. Ces objets urbains se voient conférer une valeur, une qualité (« pas belle », « bruyant », « lumineux »). Néanmoins, le repérage de ce type de circulation ne constitue pas un discriminant suffisant pour caractériser une discussion sur un ordre spatial : n’importe quel habitant exprimant à n’importe quel moment une appréciation sur son espace de vie quotidien est à même de réaliser de telles descriptions. La différence apparaît alors à partir du moment où ces désignations / évaluations constituent un enjeu de définition, où l'on propose, débat, voire s'affronte sur le sens à donner à des objet urbains et donc, où ces objet sont spatialisés, deuxième aspect de l’hypothèse.

15Spatialiser des objets urbains consiste alors à faire entrer ceux-ci dans un ordre spatial, à les organiser soit en eux-mêmes, soit les uns par rapport aux autres, à leur déterminer un statut, si l’on s’en tient au sens fort de ce mot qui signifie « tenir debout ». Il s’agit donc dans des moments de débats, de faire que « ça » tienne et de dire pourquoi ça tient. Un tel statut apparaît souvent à travers des expressions courantes, par exemple lorsque quelqu'un dit qu'un quartier est moins bien qu'un autre, ou que « ici c’est le mail-poubelle », il fait référence à un statut stabilisé, officiel ou non-officiel. Toutefois, ici encore, le fait de pouvoir repérer des opérations de détermination d’un statut n’est pas suffisant. Ont lieu en effet une infinité de ces opérations sans pour autant qu’il s’agisse de situations politiques. On peut ainsi déterminer un statut à son espace résidentiel (maison, appartement…) par ses propres activités, par le sens qu’on lui donne, c’est-à-dire une position dans un ordre spatial qui lierait et hiérarchiserait les lieux du quotidiens, par exemple, cela ne suffit pas encore à discerner ce qui est politique de ce qui ne l’est pas.

16Le troisième critère est celui qui fait de ces moments des occasions au cours desquelles entrent en scène les principes sur lesquels tient une société : il s’agit ici de compléter l’idée consistant à « dire que ça tient et pourquoi ça tient », par celle d’un « dire pourquoi ça doit tenir », et « pourquoi ça doit tenir parce qu’on le dit et qu’il doit en être ainsi ». Cette dernière assertion renvoie alors à un acte d’institution, là encore tautologique, Pierre Legendre ayant montré comment tout le droit fonctionne complètement sur ce mode (« c’est ainsi parce que cela doit l’être et pas autrement »), d’une référence dogmatique. Il y a un grand nombre de principes sur lesquels tient une société : ce sont tous les jeux de la normativité. Certains d’entre eux vont être ici plus spécifiquement abordés, repérés dans les moments d’observation privilégiés où se discute le sens d’un espace, par exemple celui d’une partition entre le public et le privé, ou d’une opposition entre l’autorisé et l’interdit, notamment. Il ne s’agit pas d’une mise en scène simple, à la portée de tous, il s’agit d’une mise en scène caractérisée, qui se caractérise telle c’est-à-dire comme un moment où se déterminent ce qui doit ou ne doit pas être socialement reconnu et non pas lié à un intérêt individuel. Trois caractérisations des situations par elles-mêmes, dans le déploiement des interactions qui s’y réalisent, seront ici évoquées : l'autorité, la responsabilité et la légitimité, à travers tout autant de situations concrètes.

TROIS CONTROVERSES : DES RAISONS D’ÊTRE D’UN ESPACE AUX RAISONS D’AGIR D’UN DISPOSITIF

17Les situations d’observation privilégiées, prises dans le cas de deux villes intermédiaires, Orléans et Tours, permettront de mettre à l’épreuve cette hypothèse : au cours de ces situations apparaissent des débats sur l’état actuel ou à venir, désiré ou refusé d’un quartier, d’une rue, ou d’un secteur. Chacun de ces débats concernant la raison d’être de fractions d’espace urbain révèle alors tout autant de manières suivant lesquelles un dispositif d’organisation composé d’intervenants diversifiés (élus, institutions, habitants…) construit sa raison d’agir, celle d’une légitimité, d’une responsabilité ou encore d’une autorité. Il s’agira en particulier de montrer à travers leur analyse comment ces caractérisations (suffixe -té) ne renvoient donc pas à un attribut particulier dont disposeraient « en soi » des intervenants précis, mais à la caractérisation en tant que telle de l’ensemble de la situation spatiale.

CONSTRUIRE DE L’AUTORITÉ : LA RUE DE BOURGOGNE À ORLÉANS

  • 10 Ces pratiques d’éviction liées aux politiques urbaines commencent à être nettement mises en lumièr (...)

18Dans le cadre de la redynamisation du centre-ville à Orléans, la municipalité a mis en place un vaste programme d'amélioration des espaces publics, notamment en réalisant un « Plan Lumière », assez en vogue actuellement dans toutes les villes européennes, consistant à requalifier les espaces publics dans des secteurs urbains dont celui de la rue de Bourgogne. Dans ce cadre, les institutions municipales vont mettre en place des réunions de concertation avec les « habitants », cette catégorie générique qui désigne en réalité des commerçants et des résidents au moins transitoires de la rue. Au cours de ces réunions dites de concertation vont alors surgir des objet spatiaux problématiques : un « coin sauvage » (petit parking public), un « verrou problématique » (l'angle d'une rue étroite, la rue du « petit puits ») ainsi que des bancs publics. Le premier apparaît au cours des discussions comme un espace effrayant parce que vide et désert et qu'il faudrait remplir, alors qu'à l'inverse le second correspond à un lieu dans lequel il faut « absolument faire quelque chose » parce que des jeunes n'arrêtent pas de s'y regrouper le soir. Quant aux bancs, un débat virulent apparaît tout à coup au cours d’une des réunions publiques, des individus âgés réclamant le retour des dossiers, nécessaires à leur repos, l’adjoint à la voirie expliquant que leur retrait a été réalisé pour cause de regroupement10. Les débats voient alors apparaître une très forte normativité dans les discussions entre ce qu'il est « bien » de faire et ne l'est pas (s'attrouper à ne « rien faire » le soir, c'est mal), ce qui a le droit de cité et ce qui n'y a pas le droit (banc public), ce qui doit être vu (éclairage des façades) et ce qui ne doit pas l'être (conteneurs à enfouir), ce qui est une menace et ne l’est pas (sécurité / insécurité), ce qui est privé et public (qui doit chasser d’une dalle au statut incertain les jeunes qui s’y trouvent ?).

19Pan par pan, les différents objets sont spatialisés (« ici », « là », « on pourrait peut-être mettre... ») et ce qui se discute, c’est donc leur agencement dans un ordre à définir, qui voit alors surgir une confrontation des modèles urbains de référence des individus en présence. Certains défendent le point de vue d’un quartier comme village duquel ils souhaitent effacer ce qui est urbain (résidents), d’autres comme objet nostalgique à l’inverse qui renvoie à une séquence de la place comme espace d’échange (commerçants) et enfin d’autres encore comme objet de dynamique pour l’agglomération (institutions).

  • 11 Pour G. Mendel, l’autorité désigne « la variété des pouvoirs qui assurent l’obéissance des subordo (...)
  • 12 Cela ne va pas pour autant de soi : la discussion sur les principes et leur seuil (le passage du t (...)

20Personne ne dispose véritablement en propre d'une autorité au cours de ces procédures, ni la municipalité qui « capitule » devant certaines réclamations, ni les « habitants », ni l'urbaniste qui présente le projet, ni la Communauté d'Agglomération qui finance en grande partie le programme. Mais, progressivement, à travers ces échanges et à travers les réalisations concrètes successives, l'ensemble du dispositif se stabilise et se détermine, se fixe le sens de cet espace. Du même coup, le dispositif d’intervenants diversifiés se confère une autorité, dans le sens où l’a définie Gérard Mendel. Celui-ci renverse en effet la relation asymétrique classique dominants-dominés pour placer l’autorité du côté de l’acceptation. L’autorité serait « un effet », conféré par des individus à d’autres individus ou à des ensembles complexes, celle d’une capacité à faire des choses, agir, etc.11 Par le fait de discuter, d’échanger de manière conflictuelle, s’engage un débat sur ce qui est acceptable et ne l’est pas, et ce dispositif se voit, de fait, conférer une autorité à dire ce qui est et ce qui doit être, produit du dispositif qui stabilise l’ordre urbain de ce lieu12.

STRUCTURER DE LA RESPONSABILITÉ : LA PLACE RABELAIS À TOURS

21Le réaménagement de la place Rabelais à Tours s’inscrit également dans une politique de requalification des espaces publics. Les instances municipales inscrivent en effet un vaste plan de réfection de cette place dans un programme général décliné dans toute la ville et intitulé le « Plan embellissement ». L’émergence d’un objet transactionnel conflictuel se réalise en deux phases. Une première séquence se caractérise ainsi de manière symétrique au cas orléanais cité, par la mise en place de réunions publiques au cours desquelles le projet est présenté aux résidents avertis par courrier distribué dans leurs boites aux lettres (riverains de la place, résidents de quelques rues adjacentes et commerçants non sédentaires). Un débat d’usage s’engage et rend tout d’abord visible une compétition dans l’usage du lieu entre des résidents qui revendiquent davantage d’espaces verts, d’autres qui réclament le maintien de places de parking. Ce conflit latent se décale, dès les premières séances, dans un comité de pilotage qui est constitué avec un « appel aux volontaires » présents dans la salle. La structure de concertation (dispositif participatif) va se composer d’élus (adjoints aux espaces verts et à la voirie), d’un urbaniste, de résidents et de commerçants et c’est à lui que reviendra de réfléchir à l’aménagement, de programmer et engager la réalisation.

  • 13 « On se sent comme tout nus, c’est impensable ! » (propos d’intervenants consignés par nos soins).

22Une seconde séquence s’articule autour d’un épisode très conflictuel : des arbres sont en effet coupés par les services municipaux dans le cadre du projet retenu, une association se constitue, dénommée Gargantua par référence à Rabelais, dénonçant l’absence de concertation et l’atteinte faite à « l’esprit du lieu ». Une atteinte mortelle aurait ainsi été commise à l’encontre de cette ambiance de la place, certains résidents dénonçant leur vulnérabilité face à une ombre qui ne les protège plus13. Ils déplorent la rupture violente d’une mitoyenneté, d’une distance entre leur intérieur (privé) et l’extérieur (public).

23La municipalité, interpellée, répond qu’elle n’est pas responsable de l’agencement mais plutôt le comité, et que les membres de l’association ont manqué une séquence, la question ayant déjà fait l’objet de discussions et de débats publics, ce qui, de fait, est exact. Les services précisent également qu’une grande partie des arbres vont être replantés et que la séparation est en reconstitution. En réalité, personne ne se prétend « responsable » à lui seul au final de l'aménagement, ni la municipalité, ni les commerçants, ni les urbanistes. La responsabilité est cette autre caractérisation du dispositif d’intervention qui se produit à travers les étapes que représentent les réunions publiques, puis celle du comité de pilotage, celle d’une responsabilité disséminée qui soulève notamment nombre de questions quant à l’imputabilité des décisions.

24Une construction de la responsabilité (« être à l’origine / capable de ») qui se réalise par ailleurs à travers des « moments de responsabilité » assez exceptionnels et significatifs. En effet, à un moment précis d’un des comités de pilotage, la question du maintien ou non des arbres en question émerge dans les discussions. Une jeune stagiaire au service des Parcs et Jardins de la municipalité présente alors les résultats d’un appareil sophistiqué, un résistographe, qui permet de mesurer, prosaïquement, le degré de pourriture des arbres considérés, leur degré de résistance par ondes. Les relevés circulent, et une forme de consensus émerge sur le danger potentiel que présenterait le refus de traitement de ces arbres, l’appareil endossant à lui seul, dans ce cas, en tant qu’actant technique décisif doté d’une parole et d’une véritable activité, la responsabilité de la décision publique et, par chaîne de conséquences, la coupe des arbres.

PRODUIRE DE LA LÉGITIMITÉ : UNE CLINIQUE PRIVÉE À TOURS

25Enfin, un troisième épisode, pour le coup non-institutionnel dans ses étapes initiales, s’articule quant à lui autour de la définition antagoniste de l’ambiance d’un lieu, de l’extension conflictuelle d’une clinique – la clinique Saint Gatien – située dans un quartier du centre-ville de Tours. Il intervient dans un contexte de réorganisation de la carte hospitalière en Région Centre, et par l’extension envisagée dans ce cadre d’une clinique privée située là encore dans le centre-ville : la création d’un centre d’hémodialyse.

26En réalité, il s’agit d’un épisode singulier parce qu’une grande partie des contours de cet objet spatial « la clinique » sont abstraits, ils n’ont pas encore une dimension concrète, matérielle : le conflit va en effet émerger autour d’une vision c’est-à-dire d’une transformation envisagée. Ainsi, la situation s’articule autour d’un élément principal – le bâtiment médical – et de son éventuel agrandissement et va alors à son tour faire apparaître un autre objet spatial singulier, le quartier cathédrale.

27Les moments à travers lesquels celui-ci émerge sont assez subtils et surtout très labiles : une lettre collective réalisée par une association locale constituée pour la sauvegarde du quartier – principal intervenant – une réunion informelle (privée, entre résidents du lieu), ainsi qu’une série de manifestes et d’échanges écrits (correspondances avec les services municipaux, articles-lettres publiés dans un quotidien local, à diffusion régionale). Cette succession de micro-moments constituant la situation aboutit à ce que soit repoussée dans un premier temps l’éventualité de cette extension, puis acceptée dans un deuxième temps avec modification du projet initial. L’ensemble de la situation est caractérisé par les intervenants comme « l’affaire de la clinique ».

  • 14 « La situation devient insupportable dans le quartier » (propos d’intervenants consignés par nos s (...)

28En suivant précisément ce qui se dit au cours des réunions informelles ainsi que dans les écrits diffusés dans la presse et dans les correspondances, en traquant l’objet spatial dans toute sa circulation langagière, on le voit alors surgir comme une triple menace. Tout d’abord, le « quartier cathédrale » (situé à proximité de l’édifice religieux) apparaît doté d’une ambiance dont les traits lui seraient inhérents : le calme et la tranquillité, en premier lieu, une ambiance que menaceraient le bruit et la circulation automobile dont la présence serait liée à cet élément perturbateur, la clinique14 et dont l’extension ne ferait que renforcer le caractère critique. Le deuxième élément constitutif de cette ambiance est quant à lui visuel : la distance entre le bâtiment de la clinique et le bâtiment religieux, désignée comme « la » perspective, fait partie pour les intervenants d’un véritable « esprit des lieux » à maintenir coûte que coûte, d’un caractère absolu rendu inhérent au quartier et que le projet architectural pourrait remettre en cause.

  • 15 Cette implantation s’inscrit dans une réorganisation beaucoup plus générale de la répartition régi (...)

29Enfin le plan concret et précis d’extension de cette structure hospitalière avec l’implantation d’un centre d’hémodialyse suscite non seulement une réaction de refus, mais également la transformation du bâtiment en objet véritablement répulsif15. Fumées dangereuses liées à la destruction des instruments médicaux (pansements…), présence de poubelles éventuellement contaminantes (à distance), la clinique se transforme à travers les propos des intervenants en bâtiment virtuellement contagieux voire contaminé de multiples maladies, dont la première est celle de rendre le « quartier » malade de la circulation et de son symptôme le plus visible et le plus fort, l’« engorgement » et « l’étouffement » des rues adjacentes.

  • 16 Ceux-ci narrent en effet avec une grande conviction l’esprit du lieu, lié à des anecdotes multiple (...)

30Il faut remarquer à quel point l’objet spatial se définit alors moins par ses limites qui restent dans l’ensemble relativement floue et surtout qui ne sont absolument à aucun moment un enjeu de définition, que par les effets de cet élément central autour duquel il se structure. Parmi ces effets, la perspective « inhérente », la vue sur la cathédrale dont l’extension projetée entraînerait la rupture, perspective très immatérielle mais oh ! combien concrète dans la situation, une perspective visuelle qui, à son évocation, plonge dans une sorte d’extase (provisoire) les participants qui sont pour certains très dotés de savoirs locaux à son sujet et d’habileté à les manier16.

31Soulignons également le fait que les évaluations – le bruit, le calme, l’ambiance, la vue – caractérisent ainsi le contenu évalué d’un objet assez flou qui prend consistance à partir de cette ambiance générale, une ambiance qui se définit alors de manière relationnelle avec la mise en correspondance du quartier avec un second, la Place Plumereau, situé dans une autre partie de la ville, où il serait « archi-connu » que s’y accumuleraient les « S.D.F. » et qu’il « y ferait chaud, la nuit, là-bas », « j’ai rien contre les pauvres, mais… » déclare la présidente de l’association. Les « zonards » comme les malades doivent aller « ailleurs mais pas ici », il y a une détermination relative du statut des espaces, les uns par rapport aux autres, l'organisation d'un écart. Ce qui se joue à travers cette situation, c'est bien « l'institution d'un écart », d'une différence entre les espaces, la construction d'une « mise à distance ». Plus largement, à travers ce jeu de spatialisation, se produit du même coup la légitimité du dispositif d’intervention composé des résidents, de leurs interlocuteurs municipaux, qui se détermine de fait comme étant « celui qui a le droit et qui est habilité à dire » le sens de ce petit passage, ce qu'il doit et ne doit pas être, mais aussi à décider ce qui y a droit de cité et ne doit pas l’avoir.

CONCLUSION

32Les micro-échelles des rapports sociaux et les objets les plus anodins n’en sont pas pour autant moins porteurs voire producteurs de logiques politiques qui renvoient notamment aux modèles de société, aux formes incessamment rejouées de l’ « être-ensemble ». C’est sans doute à cette conclusion que mène ce bref parcours de petites situations spatiales, d’une grammaire générative des productions de politique dont, pour achever, il est alors possible de souligner trois aspects.

33Le politique, tout d’abord, dans ces cas précis, ne désigne finalement pas tellement un « qui », mais un « comment » se prend en charge la structuration et l'organisation des espaces urbains, la mise en place d'ordres spatiaux, c'est-àdire en fait, que « ça » se manifeste à travers des dispositifs, des composés hybrides d'individus, de fictions et d'objets urbains.

34De plus, autorité, responsabilité et légitimité n’y apparaissent pas comme des substances, des choses un peu magiques, mais qu’elles sont des « effets de dispositifs », non pas des tromperies ou le résultat de subterfuges habiles, mais des « caractéristiques » qui s'élaborent à travers des actions et qui échappent aux individus singuliers. Personne ne dispose d’une véritable maîtrise des processus étudiés, personne ne peut y dire à lui seul « être l’auteur de », « être capable de » ou encore « avoir le droit de », c’est l’ensemble de ces composés d’intervenants et d’objets spatiaux (dispositifs) qui est à même de se caractériser comme tel, à travers le déploiement des activités, des interactions, leur accomplissement.

35Tout cela n’est-il pas avant tout un effet produit par la méthodologie mobilisée ? Peut-être. On s’accordera toutefois à penser que ces situations, à leur manière, traduisent l’émergence de ces nouvelles configurations des rapports sociaux et du politique dans les sociétés européennes, marquées par une dissémination des pouvoirs et l’émergence d’une « gouvernementalité » (Michel Foucault) diffuse et diffusée dans des dispositifs pluriels, davantage que localisée dans des personnes précises.

36Enfin, il faut noter comment ces situations semblent inciter tout particulièrement la géographie à davantage s’emparer de la question de la distance, de sa construction, de sa gestion ou de son contrôle : le décalage du regard vers ces procédures où se jouent l'institution de l'écart conduit bel est bien au cœur de la fabrique de l'espace qui, sous sa dimension matérielle fixe et stabilise la dimension spatiale de ces jeux sociaux. Peut-être est-ce que cela conduit aussi à insister sur le fait que la question du politique nécessite de convoquer l’ensemble des sciences sociales, et pas uniquement de manière respective, individuelle mais qu’elle exige de leur part un certain nombre de réponses visant aussi à la penser en termes interdisciplinaires.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Blanc (M.), éd., Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, L’Harmattan, 1992.

Balandier (G.), Anthropo-logiques, Paris, L.G.F., 1985.

Balandier (G.), Anthropologie politique, Paris, P.U.F., Collection Quadrige, 2004.

Boltanski (L.), L’amour et la justice comme compétence, Paris, Métailé, 1990.

Bourdieu (P.), Propos sur le champ politique, Lyon, P.U.L., 2000.

Bourdieu (P.), Les structures sociales de l’économie, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

Castoriadis (C.), L’institution imaginaire de la société, Paris, Éditions du Seuil, 1999.

Cefaï (D.) et Joseph (I.), éd., Conflit d’urbanité, épreuve de civilité, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2000.

Douglas (M.), Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte, 2004.

Dumont (M.), 2003, Langages, espaces, procédures d’organisation. Une analytique des pratiques d’aménagement en milieu urbain, thèse de doctorat, Université de Tours, 2003.

Garfinkel (H.), « Le programme de l’ethnométhodologie », dans Quéré (L.), Ogien (A.) et De Fornel (M.), éd., L’ethnométhodologie, une sociologie radicale. Colloque de Cerisy, Paris, La Découverte, 2001.

Lefort (C.), Essai sur le politique, Paris, Éditions du Seuil, 2001.

Legendre (P.), De la société comme Texte, Paris, Fayard, 2002.

Lévy (J.), Le tournant géographique. Penser l’espace pour penser le monde, Paris, Belin, 1999.

Lussault (M.), « Pour une analyse des espaces d’actes », dans Ghorragobin (C.), éd., Réinventer le sens de la ville. Les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan, 2001.

Mendel (G.), Une histoire de l’autorité, permanences et variations, Paris, La Découverte, 2002.

Mondada (L.), Décrire la ville. La construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte, Paris, Economica, 2000.

Notes

1 On renverra plus particulièrement à ce sujet au numéro complet que lui a consacré la revue Espaces Temps : « Repérages du politique », Espaces Temps Les Cahiers, n° 76/77, automne 2001.

2 LÉVY (J.), Le tournant géographique. Penser l’espace pour penser le monde, Paris, Belin, 1999.

3 BOURDIEU (P.), Les structures sociales de l’économie, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

4 LÉVY, op. cit.

5 DOUGLAS (M.), Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte, 2004.

6 LEGENDRE (P.), De la société comme Texte, Paris, Fayard, 2002.

7 DUMONT (M.), 2003, Langages, espaces, procédures d’organisation. Une analytique des pratiques d’aménagement en milieu urbain, thèse de doctorat, Université de Tours, 2003.

8 GARFINKEL (H.), « Le programme de l’ethnométhodologie », dans QUÉRÉ (L.), OGIEN (A.) et DE FORNEL (M.), éd., L’ethnométhodologie, une sociologie radicale. Colloque de Cerisy, Paris, La Découverte, 2001.

9 Que la linguistique appelle les déictiques : MONDADA (L.), Décrire la ville. La construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte, Paris, Economica, 2000.

10 Ces pratiques d’éviction liées aux politiques urbaines commencent à être nettement mises en lumière, on renverra par exemple ici au documentaire télévisuel réalisé par Philippe Lignères, « Pas lieu d’être ».

11 Pour G. Mendel, l’autorité désigne « la variété des pouvoirs qui assurent l’obéissance des subordonnés sans user de la force manifeste, de la contrainte physique, de la menace explicite et surtout sans avoir à fournir d’explication ou de justification » : MENDEL (G.), Une histoire de l’autorité, permanences et variations, Paris, La Découverte, 2002.

12 Cela ne va pas pour autant de soi : la discussion sur les principes et leur seuil (le passage du tolérable à l’intolérable) aurait pu tout à fait intégrer bien d’autres personnes qu’uniquement celles qui « résident » dans les lieux, leurs usagers occasionnels, les autres habitants de l’agglomération etc.

13 « On se sent comme tout nus, c’est impensable ! » (propos d’intervenants consignés par nos soins).

14 « La situation devient insupportable dans le quartier » (propos d’intervenants consignés par nos soins)

15 Cette implantation s’inscrit dans une réorganisation beaucoup plus générale de la répartition régionale des centres médicaux, ainsi que dans le souhait énoncé par le Maire de Tours d’opérer une réorganisation de la répartition locale de ces établissements. Il est notamment évoqué à cette occasion le déplacement de la clinique au nord de la ville.

16 Ceux-ci narrent en effet avec une grande conviction l’esprit du lieu, lié à des anecdotes multiples, visant à démontrer l’harmonie et l’esthétique qui en découleraient. À cet égard, une sorte de spécialisation intervient au sein du groupe d’opposants entre les plus érudits, ceux qui se considèrent comme « balèzes en juridique » (sic) et les dénués qui les rejoignent parce que « nous sommes nombreux, cela se voit non ? » (réunion, propos d’intervenants consignés par nos soins).

Auteur

L.A.U.A, École d’Architecture de Nantes

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540