Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les constructions locales du politique

 | 
Hélène Bertheleu
, 
Françoise Bourdarias

Introduction

Hélène Bertheleu et Françoise Bourdarias

Texte intégral

1 – PEUT-ON SITUER LES LIEUX DU POLITIQUE ?

1Françoise Bourdarias

  • 1 LEFORT (C.), Essais sur le politique, Paris, Seuil, Points Essais, 2001 ; Voir les textes de M. Du (...)

2Les textes rassemblés dans ce volume ne proposent pas une définition du politique, entendons par là qu’ils ne s’interrogent pas sur « l’essence » du politique. Ils s’inscrivent de ce fait dans un courant de pensée dont les travaux de C. Lefort constituent un exemple emblématique. Parmi nos auteurs, plusieurs se réfèrent à ses « Essais sur le politique »1. L’influence des problématiques développées par l’École de Manchester, C. Castoriadis, G. Balandier, M. de Certeau, J.F. Bayart (pour ne citer que quelques auteurs représentatifs de cette « lignée » théorique), est manifeste dans un grand nombre de textes – que ces auteurs soient mentionnés ou non.

  • 2 Partie 1 « Les territoires du débat citoyen : mises en scène urbaines ».
  • 3 Mentionnons par exemple les contributions de S. Cousin, F. Clavairolle, F. Bourdarias, P. Melé.

3Si les interrogations développées par les théoriciens du politique, entendu comme processus d’institution de la société, traversent la plupart des textes présentés dans ce recueil, il n’en est pas pour autant « consensuel ». Si par exemple les articles consacrés aux pratiques relevant de la démocratie participative2 privilégient fréquemment les notions qui fondent les argumentations de H. Arendt et de J. Habermas (définitions de la démocratie et de la citoyenneté, débat sur les conditions d’instauration d’un espace public permettant la délibération), d’autres contributions contournent ces interrogations ou du moins ne les intègrent pas à leurs analyses3.

4Dans tous les cas, les objets privilégiés par les auteurs, les dynamiques sociales sélectionnées, mettent en œuvre une conception non institutionnelle du politique, en d’autres termes ils manifestent une remise en cause des définitions « canoniques » libérales du politique. Assurément, cette contestation n’est pas neuve. Ce débat traverse depuis plusieurs décennies des disciplines telles que la politologie, la sociologie l’anthropologie et l’histoire, mais il est loin d’être clos.

5L’objet classique de la science politique et de la sociologie politique a été défini comme un objet en soi. Son autonomie par rapport à d’autres domaines – économique, social, religieux – semble alors aller de soi, du moins dans les sociétés marchandes occidentales relevant du modèle de l’État-Nation. Le processus conduisant à son autonomisation dans les configurations sociales étatiques modernes récentes (Afrique, Amérique Latine, Asie) est ainsi souvent conçu comme une évolution normale, entravée seulement par des archaïsmes relevant de la culture, des traditions, des aléas du développement économique. Les formes observables d’intrication des différentes instances de la vie sociale (embeddedness) seront interrogées sous cet angle.

6Affirmer l’autonomie du champ politique conduit à privilégier une définition du politique comme forme sociale objective, soumise à une stricte détermination structurelle. Un tel principe théorique appelle une définition particulière du pouvoir, formulée notamment par Weber, entendu comme capacité à imposer à autrui ses propres décisions. Lorsqu’il s’agit d’observer les différents groupes sociaux confrontés aux institutions, aux manifestations du pouvoir, les analyses se trouvent tirées vers une énumération des multiples formes de consentement à la domination, formes d’acceptation passive, de légitimation, de révolte, de mise à l’écart. Les populations, et notamment les groupes les plus dominés, réagissent donc au politique, mais elles ne sauraient y inscrire leurs propres stratégies, produire du politique comme elles produisent des rapports sociaux. Leur sphère d’action semble se cantonner à cette dernière instance, définie de ce fait comme non politique.

  • 4 LEFORT (C.), op. cit. p. 8.

7Cette division de la société en champs d’action autonomes est artificielle, souligne C. Lefort4, elle n’est cependant pas accidentelle. Elle témoigne selon lui d’une forme particulière de société.

  • 5 POLANYI (K.), Les systèmes économiques dans l’histoire et la théorie, Paris, Larousse, 1975 ; La G (...)

8La spécificité des configurations sociales industrielles (ce que Karl Polanyi définissait comme exception occidentale5), renvoie bien à la constitution de champs dotés d’institutions spécialisées (économiques, juridiques, politiques, religieuses). Les représentations de l’autonomie irréductible de ces champs relèvent quant à elles de l’imaginaire social dont la construction accompagne et conforte ce processus. Très tôt, la sociologie et l’anthropologie s’y trouvent confrontées. Les travaux de K. Polanyi, et notamment Trade and markets in the early empires (édité en 1957 et traduit en 1975), ont provoqué dans le milieu anthropologique un débat, centré en particulier sur la notion d’embeddedness. Si, dans les sociétés non industrielles n’émergent pas d’institutions économiques spécialisées, la notion même d’économie y prend également un tout autre sens. Les relations économiques y sont étroitement imbriquées (encastrées) à l’ensemble des relations sociales et les institutions où elles se manifestent peuvent emprunter des formes variables, à finalités religieuses, politico-religieuses… On pourrait dire que sous ces formes, elles se donnent à lire et elles sont vécues. Tout comme se donne à lire et à vivre en Occident une sphère économique autonome désocialisée, dépolitisée, dominée par un marché autorégulé.

9On pourrait transposer ce propos de Polanyi aux conceptions du champ politique propres à l’Occident. Une telle perspective, on le voit, permet d’adopter un tout autre regard sur le politique, en même temps qu’elle conduit à remettre en cause une forme du « Grand Partage », l’opposition stricte entre les « essences » occidentale et non occidentales du politique.

  • 6 LEFORT (C.), op. cit. p. 8.

10Ainsi, le politique ne sera plus désigné comme un secteur particulier de la vie sociale, mais comme « ensemble de principes générateurs des relations que les hommes entretiennent entre eux et avec le monde »6. Reprenant les réflexions platoniciennes sur la notion de politeia, C. Lefort, signifiera par le terme de « régime », l’articulation particulière d’une structure légitime de pouvoir et d’un « style d’existence », mode de vie orienté par « les mœurs et croyances qui témoignent d’un ensemble de normes implicites commandant la notion de ce qui est juste et injuste, bien et mal, désirable et indésirable, noble et bas ».

11Si l’on adopte de telles prémisses, on voit bien que la définition de ces normes représente un enjeu social fondamental et doit susciter des conflits qui traversent l’ensemble d’une configuration. L’institution de la société, processus de mise en sens et de mise en scène, constitue le politique en phénomène diffus, que l’on ne saurait assigner à un lieu particulier du social ni attribuer à une catégorie spécifique d’agents sociaux (« acteurs » politiques, élites d’État, etc.) Restent à repérer les conflits auxquels donne lieu le processus d’institution, les pratiques qui les manifestent, les outils mobilisés dans l’activité de production du sens, sans oublier les effets spécifiques des rapports de domination déjà institués. Si tous ces points suscitent aujourd’hui encore de nombreux débats, le dernier est l’objet de vives controverses. Comment concevoir dans le cadre des rapports de domination (à la fois économiques, politiques et symboliques) les relations d’interdépendance entre les groupes sociaux qui participent à l’institution de leur société ?

12« Observer le politique "par le bas" », une telle perspective semble s’imposer aux chercheurs qui se réfèrent à cette construction particulière de l’objet politique. Elle soulève de nouveaux problèmes épistémologiques et méthodologiques. Que devons nous observer ? Quel degré d’autonomie convient-il d’attribuer aux constructions politiques élaborées « en bas » dans le cadre d’une structure légitime de pouvoir ?

  • 7 BAYART (J.-F.), « Le politique par le bas en Afrique noire », Politique Africaine, n° 1, 1981, p. (...)
  • 8 GRIGNON (C.) et PASSERON (J.-C.), Le savant et le populaire, misérabilisme et populisme en sociolo (...)

13Pour les politologues et les anthropologues africanistes, l’article publié par J.F. Bayart en 1981 dans Politique Africaine7 constitue une étape importante de ces débats. Il mobilise toutefois des argumentations théoriques, pose des questionnements qui dépassent largement la spécificité des terrains africains contemporains. L’intervention des groupes sociaux subordonnés ne peut-être évacuée dans le fonctionnement des systèmes politiques, il conviendrait donc de décrire les pratiques sociales des « sans importance ». Plusieurs écueils doivent alors être surmontés. Privilégier exclusivement les effets des structures de domination conduit à oblitérer ce qui ne peut en être déduit, notamment les formes de résistance ou de légitimation, les modalités singulières de construction et de mise en sens des rapports sociaux. Au rebours, mettre l’accent sur la spécificité de ces élaborations peut imposer la notion de culture (de « cultures populaires » notamment) comme facteur explicatif et hétéronomique des pratiques observées. Or les tracés de la frontière séparant cultures des élites et cultures populaires sont difficilement repérables. J. F. Bayart, rejoignant en cela d’autres auteurs8, souligne les liens étroits d’interdépendance qui orientent les élaborations culturelles et symboliques aux différents niveaux de la hiérarchie sociale. Les élites s’emparent de certains traits des cultures dominées dans une perspective hégémonique ou à des fins de manipulation politique. De même, les cultures dominées s’approprient et réinvestissent des éléments des cultures élitaires par rapport auxquelles elles se redéfinissent constamment.

  • 9 CERTEAU DE (M.), L’invention du quotidien – I – Arts de faire, Paris, UGE, 1980.

14Lorsqu’il s’agit d’analyser les modes d’action politique populaires, on peut donc être amené à s’interroger sur la part respective des déterminations structurelles et du « jeu souverain des acteurs ». Renonçant à cette dichotomie, heuristiquement peu productive, J.F. Bayart se réfère aux problématiques développées par M. de Certeau9. Le chercheur s’efforcera alors de repérer les types d’opérations auxquels les conjonctures historiques donnent lieu. De Certeau insiste sur ce point, « aux façons de faire » correspondent des procédures dont le nombre est relativement limité. Cependant les « improvisations » observables peuvent, elles, sembler relever de la contingence, en tous cas de l’inattendu, tant les matériaux sélectionnés et articulés sont puisés dans des répertoires et des registres multiples, tant les productions pratiques et symboliques varient selon les situations.

  • 10 REVEL (J.), éd., Jeux d’échelles, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1996.

15L’observation en situation de ces improvisations, l’analyse des logiques qui les sous-tendent, des matériaux qu’elles mobilisent et des principes de leur articulation, constituent sans doute les points essentiels du « programme » que se fixent anthropologues et sociologues du politique, lorsqu’ils se situent dans ce cadre théorique. On voit bien qu’ils seront conduits à privilégier, au moins dans un premier temps, le micro social, l’observation « au ras du sol ». L’articulation des différentes échelles d’observation et d’analyse se posera alors avec acuité. Ce problème a été largement débattu par les historiens10. Par ailleurs, bien qu’il soit déjà ancien, le « dialogue » qui s’instaura entre M. de Certeau et M. Foucault reste d’actualité.

  • 11 CERTEAU DE (M.), op. cit., p. 13-14.

16S’interrogeant sur la problématique développée par M. Foucault dans Surveiller et punir, M. de Certeau formule l’objection suivante : « S’il est vrai que partout s’étend et se précise le quadrillage de la "surveillance", il est d’autant plus urgent de déceler comment une société entière ne s’y réduit pas ; quelles procédures populaires (elles aussi minuscules et quotidiennes) jouent avec les mécanismes de la discipline et ne s’y conforment que pour les tourner ; enfin, quelles "manières de faire" forment la contrepartie, du côté des consommateurs (ou "dominés" ?) des procédés muets qui organisent la mise en ordre sociopolitique »11.

  • 12 FOUCAULT (M.), La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

17M. Foucault s’interrogeait lui-même dans « La volonté de savoir » sur les réseaux « d’anti-discipline » qui ne peuvent manquer de se constituer au cœur même du quadrillage opéré par les appareils de pouvoir. Pouvoir et résistance sont indissolublement liés, mais cette dernière ne peut se situer en position d’extériorité par rapport au pouvoir : « Ces points de résistance sont présents partout dans le réseau du pouvoir. Il n’y a donc pas par rapport au pouvoir un lieu de grand Refus – âme de la révolte, foyer de toutes les rebellions, loi pure du révolutionnaire. Mais des résistances qui sont des cas d’espèces : possibles, nécessaires, improbables, spontanées, sauvages, solitaires, concertées, rampantes, violentes, irréconciliables, promptes à la transaction, intéressées, ou sacrificielles ; par définition, elles ne peuvent exister que dans le champ stratégique des relations de pouvoir. Mais cela ne veut pas dire qu’elles n’en sont que le contrecoup, la marque en creux, formant par rapport à l’essentielle domination un envers finalement toujours passif, voué à l’infinie défaite »12.

18Éclaircir les liens entre les institutions du pouvoir, bien visibles et d’une certaine façon « bavardes », et les pratiques relevant du politique se révèle déjà peu aisé. D’autres problèmes surgissent lorsque nous nous donnons pour objet les dynamiques produites par les dispositifs du pouvoir, muets et diffus, et les contre dispositifs qui leur sont liés. On remarquera que bien souvent, lorsque se trouvent privilégiés l’observation « au ras du sol », la dimension locale et les logiques d’action des agents, les dispositifs de pouvoir correspondants doivent être lus « en creux » dans les descriptions des chercheurs ; ou alors, leurs traits essentiels seront posés en préalable de l’analyse, sans que soient bien définies les interdépendances qui les unissent aux contre dispositifs observés.

19Les auteurs des contributions réunies dans ce volume affrontent les mêmes obstacles, liés à l’objet politique en même temps qu’aux controverses dont sa définition est l’objet dans nos disciplines. Les « manières de faire » mises en œuvre sont multiples. Elles se révèlent dans les situations politiques choisies, qui accordent une place importante au conflit ; dans le choix des normes et des prescriptions sociales contribuant aux processus d’institution de la société ; dans la sélection des groupes sociaux observés et enfin dans les différentes « focales » utilisées par le chercheur – articulation du macro et du microsocial, privilège accordé à l’une de ces échelles.

  • 13 Partie I « Les territoires du débat citoyen : mises en scènes urbaines », contributions de T. From (...)
  • 14 Partie II « L’institution locale de la société », contribution de S. Cousin.
  • 15 Partie III « État, politiques publiques et configurations sociales locales : la construction confl (...)
  • 16 Partie III, contribution de C. Fay.

20On remarquera que, pour l’essentiel, les contributions prennent pour objet de départ des politiques publiques, objet dont le caractère politique ne saurait être contesté : mise en œuvre au niveau local des lois françaises concernant la démocratie participative13, politiques municipales de mise en valeur du patrimoine historique14, politiques d’aménagement urbain au Mexique15, processus électoraux lié à la politique de décentralisation au Mali16. Les auteurs exploreront alors les dispositifs pratiques élaborés par les populations (ou des groupes sociaux spécifiques) concernées. Les pratiques observées articulent une multiplicité de dimensions du social, elles sont loin de relever toutes d’une définition classique du politique, mais manifestent toujours, dans des situations plus ou moins conflictuelles, une tentative de redéfinition des normes et des principes censés orienter la mise en ordre de la société, la construction des liens sociaux.

  • 17 Partie II, contributions de F. Clavairolle et de F. Bourdarias.

21Deux contributions adoptent un autre angle d’attaque17, focalisant leurs observations sur les modalités de construction d’un territoire à la fois spatial et social (néo ruraux des Cévennes et mouvements religieux au Mali). Dans ces deux cas, les structures politiques et les dispositifs de pouvoir seront lus à travers les élaborations culturelles et symboliques produites « en bas ».

2 – DU POLITIQUE DANS LA POLITIQUE ?

22Hélène Bertheleu

23Plutôt que de tenter de définir d’emblée et a priori le politique, proposons plutôt de contourner la question en interrogeant les pratiques, les usages et les discours de ceux qui participent à des rapports politiques sans pour autant « faire de la politique », penser une politique ou « s’engager » en politique, comme cela se fait traditionnellement à travers les organisations partisanes.

  • 18 RANCIÈRE (J.), Aux bords du politique, Paris, Éditions La Fabrique, 1998.

24Pour ce faire, il n'est pas inutile de réaffirmer le regard sociologique et anthropologique sur la politique, regard qui parfois s’altère devant l’omniprésence de la philosophie politique, dont le discours normatif imprègne désormais la réflexion sociologique. Si nombre de travaux et débats y sont en effet passionnants sur la justice sociale, l’égalité ou la reconnaissance, elle tend à introduire une confusion entre le politique et la politique, ou peut-être plus simplement une réduction de l’un à l’autre. J. Rancière18 insiste sur la distinction entre la police et la politique et met en évidence « un vieux combat » qui nous intéresse ici et qui n’a jamais cessé, celui de la philosophie pour amoindrir la politique, pour la réduire à une simple police ou gouvernement « pas seulement au sens de la répression ou du contrôle social mais aussi comme une activité qui organise le rassemblement des êtres humains en communauté et qui ordonne la société (…) bref, cet art de gouverner une société multiple ».

  • 19 Devant le succès de la démocratie participative, l’expression a vieilli mais certains élus continu (...)

25C’est cette conception de la politique qui, aujourd’hui, semble dominer et propose localement aux « chers administrés »19 des objets dépolitisés : de la gestion urbaine à la gestion de la diversité culturelle, de la politique de la ville à celle de la cohésion sociale, de la politique industrielle à la politique scientifique, tous ces domaines font l’objet de discours d’ordonnancement où les contraintes techniques et scientifiques semblent largement dominer les options « politiques » dont on ne sait plus d’ailleurs ce qu’elles pourraient être tant les alternatives « sérieuses » semblent réduites. Les savants auteurs de ces politiques mettent tous en avant des impératifs de gestion, d’efficacité et d’évaluation et insistent sur la construction objective, technique, scientifique des démonstrations servant de bases aux mesures politiques adoptées localement.

  • 20 CHEVALIER (C.), éd., La gouvernabilité, Paris, PUF, 1996.
  • 21 ABÉLÈS (M.), « Pour une exploration des sémantiques institutionnelles », Ethnologie Française, Les (...)
  • 22 Il faut bien sûr reconnaître ici tous les travaux inspirés de la philosophie d’Habermas qui pèse l (...)

26Comment ne pas se convaincre, désormais, que les marges de manœuvre politiques sont extrêmement étroites et que la politique n’est autre que ce gouvernement-gestion des infrastructures et des « habitants » ? Dès lors le souci deviendrait celui de la gouvernabilité20, d’inventer les techniques pour que celle-ci soit assurée. On a ainsi une littérature impressionnante sur la gouvernance, où économistes, géographes, politologues, sociologues, aménageurs du territoire, etc. rivalisent de définitions dans la plus grande polysémie, ne serait-ce que parce que cette notion « valise » intéresse de multiples domaines disciplinaires et contextes professionnels. Sans refaire une énième généalogie de cette notion, on y repère sans mal le souci de gestion collective ou plutôt une réflexion sur la transformation des modes de gestion de l’action collective. On peut toutefois s’interroger sur la force de cette notion qui semble s’imposer, dès que l’on s’y penche, comme une pensée unique. Elle n’empêche pas par ailleurs le constat anthropologique de la diversification des systèmes référentiels, des valeurs, comme si on assistait à une multiplication des desseins, des visions du monde, des paradigmes, y compris sous des formes incompatibles. Cela ne peut que nous convaincre de la nécessité, dans ce champ précis dit de la « gouvernance » comme ailleurs, de « faire du terrain », d’aller observer les pratiques sociales, individuelles et collectives, de décrire les mises en œuvre cachées derrière les « sémantiques institutionnelles »21. Une des valeurs fortes de ces nouvelles formes de gouvernement est la transparence des rapports de pouvoir et des processus de décision (de codécision ?) : qu’observe-t-on concrètement, dans les situations où la « participation » s’impose comme une nouvelle norme ? Quels arrangements sont rendus visibles, quels autres sont maintenus cachés et pourquoi ? Autre valeur centrale : le consensus. La gouvernance serait ainsi l’art de fabriquer l’accord et le consensus22. Que deviennent, dans ce contexte, les formes de protestation ou de contre-pouvoir dans ce cadre censé savoir gérer la « complexité », la pluralité des acteurs et respecter les différents points de vue ? Tendent-elles à disparaître, ralliées à une position commune, se maintiennent-elles et sous quelle forme, ou bien sont-elles évacuées, et comment ?

  • 23 Tous les guillemets de ce paragraphe renvoient à des expressions rencontrées au cours d’entretiens (...)

27Beaucoup de travaux existent désormais sur les formes institutionnalisées de la gouvernance et notamment sur les instances de démocratie participative initiées par la plupart des municipalités des grandes villes d’Amérique du nord et d’Europe. Le bilan est finalement maigre au vu de l’ampleur de la littérature qui y a été consacrée. Ce qui frappe, c’est le partage des travaux entre les auteurs optimistes (ceux qui y croient et pensent qu’on a là un « bon outil » démocratique ou une « bonne pratique ») et ceux qui restent circonspects ou pessimistes (qui n’y croient pas et accusent les élus « d’anesthésier ainsi la population »23). Le chercheur semble sommé de prendre position pour ou contre… alors que le débat est sans doute ailleurs.

  • 24 Le travail de L. Blondiaux à Paris est riche d’enseignements, celui de S. Rui, à Lyon également.
  • 25 RANCIÈRE (J.), op. cit., p. 6.

28Ce que notent diverses observations24 et que souligne également J. Rancière, c’est la nécessaire part de conflictualité (quelle que soit sa forme) au sein de tout rapport politique. Il souligne que « la politique n’est pas l’art de diriger les communautés, elle est une forme dissensuelle de l’agir humain ». Si les historiens de la cité grecque ne manquent pas de confirmer l’importance des rapports sociaux « agonistiques » et rappellent que « la cité fut constamment traversée de forces adverses sans perspective (nécessaire) d’unité », la division démocratique n’en reste pas moins souvent perçue comme une dimension négative ou pathologique, comme une déchirure de l’unité rêvée du corps social. Lorsque, concrètement, un conflit traverse ou investit un espace public urbain, les élus y voient d’abord l’image du désordre. Le conflit est à leurs yeux un risque menaçant à la fois leur capacité de décision et leur position, il est donc un phénomène à maîtriser ou contrôler. Les sciences sociales ont aussi souvent cédé à cette vision et ont tenté d’expliquer le conflit, d’en trouver les causes et parfois, épousant le souci de l’ordre social, d’y trouver une issue. Certaines conceptions de la démocratie vont aujourd’hui dans ce sens : l’âge des anciennes divisions (la lutte des classes) est fini, l’égalisation des conditions est en route et le temps archaïque du conflit n’a plus lieu d’être. L’ère est à la raison et au consensus ; la démocratie « n’est plus perçue comme l’objet d’un choix politique mais vécue comme un milieu ambiant » dominé par une autorégulation pacifique du social, ce que Rancière appelle, fustigeant la vision post-moderne de l’individualisme et de la démocratie, l’« autorégulation consensuelle des passions plurielles »25.

  • 26 Bien des projets d’infrastructures urbaines sont ainsi maintenus hors d’atteinte de potentiels « p (...)
  • 27 Extraits d’entretiens lors d’une enquête réalisée en 2004 à Tours.

29Le conflit implique la fabrication d’un « événement », la publicisation d’un dommage ou d’une inégalité constituée en problème, devant une audience, un ou des publics. Une bonne part de ce que nous vivons est au contraire non discutée, « taken for granted » répétait souvent P. Bourdieu dans ses travaux : les choses paraissent tellement aller de soi qu’on ne les voit pas, sans parler d’en débattre, on n’en parle pas. C’est vrai d’un certain nombre de relations sociales, de phénomènes ou d’objets techniques (telle route, tel logiciel) ou scientifiques (telle protéine) qui nous « entourent », ou plutôt qui constituent notre monde et nous constituent, mais dont on ne débat pas. Et P. Bourdieu rajouterait que ces relations, ces phénomènes et ces objets nous fabriquent d’autant mieux qu’ils restent invisibles, non perçus comme tels. Bien des « sujets » ne sont ainsi jamais politisés, autrement dit la dimension politique n’émerge pas, laissant faire la « gestion » bientôt routinière de ces relations, de ces phénomènes, de ces objets par ceux qui sont « concernés » sans même le savoir. D’autres sujets sont aussi « enterrés », soit parce que personne n’y a encore « vu » un objet politique, soit parce que les tenants de « la politique » craignent de devoir en débattre26. La tendance de la politique est ainsi paradoxalement de dépolitiser bon nombre de sujets, dans la mesure ou la pratique du pouvoir c’est avant tout gérer. Un élu de la majorité municipale d’une ville moyenne explique : « On en arrive toujours à rechercher le bon équilibre entre la démocratie et la prise de pouvoir total. Jusqu’où la démocratie ne prive pas de la liberté d’entreprendre ? », tandis qu’un autre, au parti socialiste, dit de façon plus prudente : « Je suis dans cette dynamique, de vouloir changer la société mais pas dans l’utopie, agir dans la gestion et pour ça il faut tenir dans la durée. La France est un pays conservateur, il ne faut pas vouloir faire les choses en bousculant tout »27.

30La volonté de dépolitiser peut amener certains élus, comme celui-ci sans étiquette, à rêver de forums aussi hybrides que a-politiques. L’un d’eux, par exemple, commentant des expériences de démocratie participative, oppose la dimension politique à la citoyenneté à travers l’opposition discours partisan / parole vraie : « Est-ce que ces conseils ne finissent pas par servir uniquement de tribune politique, plutôt que d’être une tribune citoyenne ? Qui pour moi est très différente… Dans ces conseils, on n’a pas de parole vraie, on a des paroles de groupements, de représentation, des discours politiques, des paroles politiques, et non plus des impulsions personnelles, réelles d’habitants, avec des demandes fondées ». Paradoxalement, préoccupé de gérer intelligemment sa ville, cet élu en vient à mépriser le discours politique au profit de paroles d’habitants, perçues comme « individuelles », donc moins partisanes, plus objectives, plus « vraies ».

  • 28 Voir le numéro 112 d’Espaces et sociétés en 2001, « Ville et Démocratie ».

31Depuis quelques années maintenant, les municipalités vantent l’intérêt des instances de démocratie participative : elles constitueraient un « nouvel espace public » permettant le débat et même la « co-production de la ville ». Toutefois, selon une logique de maîtrise de la vie politique locale, elles sont redéfinies plus trivialement par les élus de terrain comme des courroies de transmission28 du pouvoir municipal et notamment comme un moyen de faire « de la proximité » et de la pédagogie : « Pour moi les conseils de vie locale, c’est le moyen de faire comprendre aux gens que c’est complexe la gestion d’une ville, qu’on ne fait pas ce que l’on veut, qu’il y a des contraintes et que les élus sont obligés aussi de tenir compte de toutes sortes de paramètres. La présence des services publics et techniques permettent aux gens de se rendre compte de la complexité, c’est pas simple de décider quelque chose ». Toutefois, ce type d’expérience est ressenti comme potentiellement dangereux, du fait de l’incertitude quant aux participants et au déroulement de chaque réunion. L’enjeu reste la maîtrise de ce moment public : « Ce qui serait une dérive terrible, ce serait des groupes d’intérêts qui parviendraient à faire agir dans leur sens, ce n’est pas ce que l’on souhaite ! »

  • 29 CALLON (M.), « Le renouveau de la question sociale, individus habilités et groupes concernés », EN (...)

32On perçoit bien ici la distance entre la politique au sens de gestion (« être aux commandes, c’est compliqué ! » rappelait un élu) et le politique, espace relationnel nécessairement ouvert et conflictuel. « La politique est du côté du cadrage, de la répétition, de la fermeture, du verrouillage, du pré-codage des « issues » ou des problèmes (qui sont tellement pré-construits que le débat ne peut s’ouvrir). Le politique est au contraire du déverrouillage, de l’ouverture de nouveaux sites et de nouveaux spectacles, de la fabrication de différences, de l’émergence de nouveaux objets de protestation (…) »29.

  • 30 Ce genre de dilemme est proche de ce que vivent les militants altermondialistes, dont les débats s (...)
  • 31 « La prévention, c’est une idée géniale, superbe. C’est une belle idée pour notre société ! » décl (...)
  • 32 COSER (L.), Les fonctions du conflit social, Paris, PUF, 1982 (1re éd. 1956) ; SIMMEL (G.), Le con (...)

33Le propos n’est pas ici de déconsidérer ou mépriser la gestion pour ne porter notre intérêt qu’aux enjeux politiques : si les deux facettes sont analytiquement distinctes, elles participent souvent des mêmes discours ou situations, soit associées sous forme de dilemme chez la même personne30 soient endossées respectivement par les différents acteurs d’une même situation. Le propos vise plutôt à défendre l’idée que la mise en débat, le « combat pour une idée juste »31 et ce qu’on appelle de façon plus générique en sociologie le conflit, produit de nouvelles relations sociales, de nouveaux phénomènes, de nouveaux objets. Alors que le conflit, dans une perspective fonctionnaliste ou systémique, est pensé comme un disfonctionnement, l’histoire de la sociologie nous convainc de l’intérêt d’étudier non pas seulement les causes des conflits, comprendre leur avènement, mais bien les saisir pour ce qu’ils sont et pour ce qu’ils font, à savoir des moments producteurs des nouveaux rapports sociaux32, de nouvelles positions, de nouvelles identités, de nouveaux territoires.

  • 33 Une quinzaine de personnes se relaient pour faire des jeûnes de 24 heures sur un même site, objet (...)
  • 34 FAVRE (P.), « L’émergence des problèmes dans le champ politique », introduction à Favre (P.), éd., (...)
  • 35 BOLTANSKI (L.), « La dénonciation publique », dans L’amour et la justice comme compétences, Paris, (...)
  • 36 CALLON (M.), op. cit., p. 203.

34Une manifestation locale ou altermondialiste, une grève de la faim tournante33, une prise de parole non attendue, une marche sur Paris, l’occupation intempestive de locaux privés, la stratégie « d’habiter une réunion » prévue par d’autres, une lettre de dénonciation publiée dans un quotidien, une prise de position publique, une pratique dite de désobéissance civile, constituent des manières variées de faire émerger un « problème »34, de montrer, de dénoncer35, de faire la « démonstration » que tel objet existe, peut et doit être débattu, que tout ne va pas de soi. Comme le souligne M. Callon : « Les acteurs qui s’engagent dans la démonstration-manifestation défendent des points de vue ou des intérêt souvent très différents. Leurs identités ne sont pas établies de manière définitive et stable. Elles se forgent et se redistribuent dans l’action elle-même, dans les conflits en cours, dans le feu des démonstrations et des contre-démonstrations. L’unité est donnée par cette action commune conduite en public »36.

35Ces lieux politiques qui se construisent au cours de relations et d’interactions sociales conflictuelles, n’émergent pas arbitrairement, à propos de tout ni n’importe comment. Ils ne se bâtissent pas non plus sur la seule volonté de ceux qui portent l’objet à la vue de tous. L’objet trouve en réalité ses racines dans deux constituants majeurs : la solidité et la valeur de la démonstration. C’est bien sûr la solidité de la démonstration qui en fera la validité et la force. Cette solidité renvoie au bien-fondé de la cause défendue ; elle se construit progressivement, au fil des attaques et remises en cause, à travers finalement la répétition et donc dans le temps, c'est-à-dire la capacité à défendre la même (bonne) idée face aux arguments adverses (arguments potentiellement tout aussi objectifs ou scientifiques) sans vaciller. « Dix ans de travail, c’est énorme tout ce qu’on a fait en dix ans. J’ai tout gardé ! Une quinzaine de boites avec les documents, les croquis, les plans, les réunions, les manifestations, les enregistrements, les photos, j’en ai des archives ! C’est énorme ! », confiait un militant désormais retiré du « combat » contre un projet d’autoroute qui devait traverser une (sa) commune résidentielle. La quantité de documents et la durée du conflit attestent à ses yeux de l’importance et de la solidité du travail mené. Cette solidité s’échafaude désormais techniquement et scientifiquement de façon à convaincre de l’objectivité et de la crédibilité de l’objet. C’est là qu’intervient l’aide des fameux « experts » qui participent de la plupart des « luttes » ou des « combats » sociaux, écologiques, environnementaux ou urbains. Mais cette objectivité ne serait rien sans la valeur que lui donne les mobilisés : la cause est « vraie » mais surtout la cause est « bonne ».

36Les nouvelles formes de manifestation du politique sont multiples et restent à explorer. Certaines formes sont anciennes et bien connues (organisations partisanes, syndicales, associatives), d’autres émergent, répondant aux nouveaux agencements sociaux contemporains et correspondant aux nouvelles formes de « concernement », d’engagement et de protestation.

  • 37 LAÉ (J.-F.), Sans visages. L’impossible regard sur la pauvreté, Paris, Bayard, 2004 ; LAÉ (J.-F.), (...)
  • 38 Voir, entre autres, les travaux présentés dans la revue Vacarme, notamment, les analyses des effet (...)
  • 39 CALLON (M.), ibid.

37On peut décrire les conditions de vie d’individus et de groupes minorisés, catégorisés, insister sur les dispositifs et les disciplines dans ce qu’ils peuvent avoir de plus incorporés37 et souligner « la nature éminemment biopolitique des politiques publiques contemporaines »38, en référence à la perspective foucaldienne dont on redécouvre aujourd’hui l’actualité pour décrire, par le biais des pratiques administratives, des relations de guichets mais aussi de nouvelles pratiques d’enfermement, la force des injonctions « douces » et des dispositifs contraignants, que l’on pense aux politiques s’adressant aux malades du sida, aux « sans papiers », aux « sans travail », et à tous les catégorisés que produisent les politiques sociales. Doit-on considérer alors que tout acte de « récalcitrance » ou de « résistance » est réduit à jouer avec les interstices du dispositif, le politique n’étant ici qu’une marge de manœuvre faible et illusoire ? Au contraire, nous disent les sociologues étudiant la démocratie technique, « La démonstration est une action collective, positive : elle participe à la composition de nouvelles identités. Elle fait proliférer le social »39. Sans doute qu’entre les différentes situations et les différents « terrains » investis par ces sociologies, les asymétries observées ne sont pas du même ordre et la polarité entre les groupes inégaux, plus ou moins grande.

  • 40 MOUCHARD (D.), « Les mobilisations des "sans" dans la France contemporaine : l’émergence d’un "rad (...)

38Entre le combat désespéré et la construction collective d’objet de débat, on trouve tous les travaux observant les mobilisations contemporaines, décrits souvent à travers leurs « ressources » sociales, économiques, médiatiques, ou scientifiques plus ou moins importantes et relevant de ce que d’aucuns appellent un « radicalisme autolimité »40. Il ne s’agit plus pour ces nouveaux militants de renverser l’ordre social et politique mais plutôt d’aiguillonner le pouvoir en place, de faire émerger une autre construction du problème social, de provoquer l’échange tout en gardant son autonomie, de susciter des changements au cœur même de ces rapports sociaux inégaux. Ces travaux débouchent parfois sur l’idée de désobéissance civique et de son répertoire d’actions spécifiques, à la fois illégales et non-violentes.

  • 41 BLONDIAUX (L.), « La délibération, norme de l’action publique contemporaine ? », Projet, n° 268, 2 (...)

39Nous ne parviendrons pas, ici, à interroger tous les lieux censés incarner une démocratie renouvelée et dynamisée par cette « citoyenneté par le bas » comme on dit parfois, toutes les formes d’engagement allant de la participation à la protestation. En revanche, quelques questions peuvent être dégagées. Que produisent ces conflits, ce politique nécessairement conflictuel ? Observe-t-on l’apparition et l’apprentissage de nouveaux rôles ? La presse, les techniciens ou « experts », les élus et les « mobilisés » (« habitants », militants, minorisés, catégorisés, etc.) se constituent ou se transforment au sein de ces relations, construisent des groupes, des alliances, des réseaux. Les uns et les autres se familiarisent avec les contraintes d’un nouveau jeu, plus délibératif41, à moins que ce ne soit simplement de nouvelles contraintes du même jeu… Qui est concerné par ces nouvelles formes de manifestation du politique ? Ceux que l’on nomme de façon souvent réductrice « les habitants » sont essentiellement des gens issus des classes moyennes et peuplant déjà le milieu associatif local, comportant très peu de jeunes, d’étrangers ou de citoyens issus de familles immigrées.

  • 42 PETTIT (P.), Républicanisme. Une théorie de la liberté et du gouvernement, Paris, Gallimard, Essai (...)
  • 43 Les faiseurs de politiques publiques ou d’aménagements du territoire, on le comprend, parlent ains (...)
  • 44 Cette notion a quelque parenté avec l’idée poppérienne de falsifiability.
  • 45 PETTIT (P.), op. cit., p. 245.
  • 46 RANCIÈRE (J.), 1998, op. cit., p. 16.

40Fondamentalement, le sens (pour ne pas dire « le combat ») de toutes ces manifestations pourrait bien être encore et toujours celui de l’égalité. L’idéal de la liberté, comme le montre Pettit42, est celui de la non-domination. Il suggère de repérer lors d’une décision publique, les formes recherchées de consentement43 et celles, parfois évacuées, de contestabilité44. Or, ce qui fait la valeur de cette décision, c’est justement sa capacité de « répondre à la possibilité de la contestation »45. En quoi un processus de décision publique peut ou ne peut pas être contesté et ce par l’ensemble des populations « concernées », voilà finalement ce qui peut nous éclairer sur les formes actuelles de la démocratie. Si, dans l’esprit de certains, la démocratie est liée au consentement, l’observation nous amène plutôt à considérer la démocratie comme des espaces-temps multiples où se renouvellent les conditions de la contestabilité politique, y compris ou particulièrement pour ceux qui ne sont pas ou ne devaient pas être des « partenaires » pourvus d’un pouvoir de négociation, ceux à l’égard desquels le « majoritaire » au pouvoir est hostile. Si la démocratie est bien ce mode de subjectivation par lequel existent des sujets politiques46, elle consiste à mettre en œuvre le principe de l’égalité, lequel est toujours travaillé et actualisé par les catégories ou groupes minoritaires pour lesquelles ce principe est justement dénié.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abélès (M.), « Pour une exploration des sémantiques institutionnelles », Ethnologie Française, Les mots des institutions, tome XXIX, oct.-déc. 1999, p. 501-511.

Balandier (G.), Anthropo-logiques, Paris, L.G.F., 1985.

Bayart (J.-F.), « Le politique par le bas en Afrique noire », Politique Africaine, n° 1, 1981, p. 53-82.

Bertheleu (H.) et Neveu (C.), « De petits lieux du politique : individus et collectifs dans des instances de "débat public" à Tours », Espaces et sociétés, « Ville, action "citoyenne" et débat public », n° 123, n° 4, 2005, p. 37-52.

Blondiaux (L.), « La délibération, norme de l’action publique contemporaine ? », Projet, n° 268, 2001-2002, p. 1-9.

Boltanski (L.), « La dénonciation publique », dans L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métaillé, 1990, p. 255-289.

Bourgeois (E.) et Nizet (J.), Pression et légitimation, une approche constructiviste du pouvoir, Paris, PUF, Coll. Sociologies, 1995.

Callon (M.), « Le renouveau de la question sociale, individus habilités et groupes concernés », ENSMP, 2003, p. 207-243.

Céfaï (D.) et Pasquier (D.), Les sens du public. Publics politiques et publics médiatiques, Paris, PUF, 2003.

Certeau de (M.), L’invention du quotidien – I – Arts de faire, Paris, UGE, 1980.

Chevalier (C.), éd., La gouvernabilité, Paris, PUF, 1996.

Coser (L.), Les fonctions du conflit social, Paris, PUF, 1982 (1re éd. 1956).

Eribon (D.), éd., L’infréquentable Michel Foucault. Renouveaux de la pensée critique, Paris, Epel, 2001.

Favre (P.), « L’émergence des problèmes dans le champ politique », introduction à Favre (P.), éd., Sida et politique. Les premiers affrontements, Paris, l’Harmattan, 1992.

Foucault (M.), La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

Gaudin (J.-P.), Qu’est-ce que la gouvernance ? Paris, Presses FNSP, 2002.

Grignon (C.) et Passeron (J.-C.), Le savant et le populaire, misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, EHESS, Gallimard/Seuil, 1989.

Ion (J.), éd., L’engagement au pluriel, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001.

Laé (J.-F.), Sans visages. L’impossible regard sur la pauvreté, Paris, Bayard, 2004.

Laé (J.-F.), Farge (A.), Cingolani (P.) et Magloire (F.), Lettres perdues. Écriture, amour et solitude. xixe et xxe siècles, Paris, Hachette vie quotidienne, 2003.

Ladrière, (P.), « Espace public et démocratie », dans Cottereau (A.) et Ladrière (P.), éd., Pouvoir et légitimité. Figures de l’espace public, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992.

Lefort (C.), Essais sur le politique, Paris, Seuil, Points Essais, 2001.

Mouchard (D.), « Les mobilisations des "sans" dans la France contemporaine : l’émergence d’un "radicalisme autolimité" », Revue Française de Science Politique, vol. 52, n° 4, 2002.

Pettit (P.), Républicanisme. Une théorie de la liberté et du gouvernement, Paris, Gallimard, Essais, 1997.

Polanyi (K.), Les systèmes économiques dans l’histoire et la théorie, Paris, Larousse, 1975.

Polanyi (K.), La Grande Transformation, Paris, Gallimard, 1996, (première traduction française 1983).

Rancière (J.), Aux bords du politique, La Fabrique-Éditions, 1998.

Revel (J.), éd., Jeux d’échelles, Gallimard/Le Seuil, 1996.

Rui (S.), La démocratie en débat. Les citoyens face à l’action publique, Paris, Armand Colin, 2004.

Simmel (G.), Le conflit, Paris, Circé/poche, 1998 (1re éd. 1903).

Notes

1 LEFORT (C.), Essais sur le politique, Paris, Seuil, Points Essais, 2001 ; Voir les textes de M. Dumont ; F. Clavairolle ; F. Bourdarias.

2 Partie 1 « Les territoires du débat citoyen : mises en scène urbaines ».

3 Mentionnons par exemple les contributions de S. Cousin, F. Clavairolle, F. Bourdarias, P. Melé.

4 LEFORT (C.), op. cit. p. 8.

5 POLANYI (K.), Les systèmes économiques dans l’histoire et la théorie, Paris, Larousse, 1975 ; La Grande Transformation, Paris, Gallimard, 1996, (première traduction française 1983).

6 LEFORT (C.), op. cit. p. 8.

7 BAYART (J.-F.), « Le politique par le bas en Afrique noire », Politique Africaine, n° 1, 1981, p. 53-82.

8 GRIGNON (C.) et PASSERON (J.-C.), Le savant et le populaire, misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, EHESS, Gallimard/Seuil, 1989.

9 CERTEAU DE (M.), L’invention du quotidien – I – Arts de faire, Paris, UGE, 1980.

10 REVEL (J.), éd., Jeux d’échelles, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1996.

11 CERTEAU DE (M.), op. cit., p. 13-14.

12 FOUCAULT (M.), La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

13 Partie I « Les territoires du débat citoyen : mises en scènes urbaines », contributions de T. Fromentin, M. Dumont, C. Neveu, H. Bertheleu.

14 Partie II « L’institution locale de la société », contribution de S. Cousin.

15 Partie III « État, politiques publiques et configurations sociales locales : la construction conflictuelle des territoires », contribution de P. Mélé.

16 Partie III, contribution de C. Fay.

17 Partie II, contributions de F. Clavairolle et de F. Bourdarias.

18 RANCIÈRE (J.), Aux bords du politique, Paris, Éditions La Fabrique, 1998.

19 Devant le succès de la démocratie participative, l’expression a vieilli mais certains élus continuent de l’utiliser, y compris dans les instances dites de « participation ».

20 CHEVALIER (C.), éd., La gouvernabilité, Paris, PUF, 1996.

21 ABÉLÈS (M.), « Pour une exploration des sémantiques institutionnelles », Ethnologie Française, Les mots des institutions, tome XXIX, oct.-déc. 1999, p. 551-511.

22 Il faut bien sûr reconnaître ici tous les travaux inspirés de la philosophie d’Habermas qui pèse lourdement sur toute la philosophie politique contemporaine.

23 Tous les guillemets de ce paragraphe renvoient à des expressions rencontrées au cours d’entretiens réalisés avec des « participants ».

24 Le travail de L. Blondiaux à Paris est riche d’enseignements, celui de S. Rui, à Lyon également.

25 RANCIÈRE (J.), op. cit., p. 6.

26 Bien des projets d’infrastructures urbaines sont ainsi maintenus hors d’atteinte de potentiels « publics » locaux, tandis qu’à l’inverse des sujets extrêmement « politisés » comme celui de l’immigration, feront l’objet de véritables campagnes médiatiques locales ou nationales, construisant ainsi savamment le « problème » et donc son issue

27 Extraits d’entretiens lors d’une enquête réalisée en 2004 à Tours.

28 Voir le numéro 112 d’Espaces et sociétés en 2001, « Ville et Démocratie ».

29 CALLON (M.), « Le renouveau de la question sociale, individus habilités et groupes concernés », ENSMP, 2003, p. 206.

30 Ce genre de dilemme est proche de ce que vivent les militants altermondialistes, dont les débats signalent la difficulté de dépasser l’opposition entre ceux favorables à l’action et ceux favorables au contraire à la poursuite de la réflexion.

31 « La prévention, c’est une idée géniale, superbe. C’est une belle idée pour notre société ! » déclarait avec enthousiasme un conseiller en prévention d’une cinquantaine d’années, infatigable militant, convaincu de la justesse de sa cause et de sa valeur.

32 COSER (L.), Les fonctions du conflit social, Paris, PUF, 1982 (1re éd. 1956) ; SIMMEL (G.), Le conflit, Paris, Circé (1re éd. 1903).

33 Une quinzaine de personnes se relaient pour faire des jeûnes de 24 heures sur un même site, objet de litige. Cf. Association Cactus à Angers.

34 FAVRE (P.), « L’émergence des problèmes dans le champ politique », introduction à Favre (P.), éd., Sida et politique. Les premiers affrontements, Paris, l’Harmattan, 1992.

35 BOLTANSKI (L.), « La dénonciation publique », dans L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métaillé, 1990, p. 255-289.

36 CALLON (M.), op. cit., p. 203.

37 LAÉ (J.-F.), Sans visages. L’impossible regard sur la pauvreté, Paris, Bayard, 2004 ; LAÉ (J.-F.), FARGE (A.), CINGOLANI (P.) et MAGLOIRE (F.), Lettres perdues. Écriture, amour et solitude. xixe et xxe siècles, Paris, Hachette vie quotidienne, 2003.

38 Voir, entre autres, les travaux présentés dans la revue Vacarme, notamment, les analyses des effets dévastateurs des politiques migratoires européennes mais aussi de certaines politiques sociales.

39 CALLON (M.), ibid.

40 MOUCHARD (D.), « Les mobilisations des "sans" dans la France contemporaine : l’émergence d’un "radicalisme autolimité" », Revue Française de Science Politique, vol. 52, n° 4, 2002.

41 BLONDIAUX (L.), « La délibération, norme de l’action publique contemporaine ? », Projet, n° 268, 2001-2002, p. 1-9.

42 PETTIT (P.), Républicanisme. Une théorie de la liberté et du gouvernement, Paris, Gallimard, Essais, 1997.

43 Les faiseurs de politiques publiques ou d’aménagements du territoire, on le comprend, parlent ainsi volontiers de l’acceptabilité d’une mesure ou de l’acceptabilité sociale d’un projet, tandis que les interventions de la Commission Nationale du Débat Public cherchent à fabriquer du consensus (tout comme les fameuses Conférences du même nom). Les planificateurs, pour leur part, rêvent que la réaction Yimby (Yes in my back yard) vienne remplacer la réaction Nimby (Not in my back yard) comme en atteste un dossier d’une revue américaine d’aménagement intitulé « Planners’alchimy Transforming Nimby to Yimby », Journal of the american Planning Association, 1993. Cité par S. Rui, 2004, 101.

44 Cette notion a quelque parenté avec l’idée poppérienne de falsifiability.

45 PETTIT (P.), op. cit., p. 245.

46 RANCIÈRE (J.), 1998, op. cit., p. 16.

Auteurs

Université François-Rabelais, Tours UMR CNRS 6173 CITERES

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540