Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les constructions locales du politique

 | 
Hélène Bertheleu
, 
Françoise Bourdarias

Avant propos

Texte intégral

OBSERVER LES MODES DE CONSTRUCTION DU POLITIQUE

  • 1 Issu de journées d’études organisées en mai 2004, dans le cadre de l’équipe DSU de l’UMR CNRS 6173 (...)

1À partir de travaux de terrain sociologiques et anthropologiques, ce recueil1 se propose d’explorer quelques unes des multiples formes de manifestation du politique à des échelles différentes (macrosociologiques et microsociologiques) et à partir d'une diversité d'objet : institutions et structures étatiques, associations, espaces résidentiels, mobilisations sociales, mouvements religieux, sémantiques de la « citoyenneté » ou de la « gouvernance », etc. L’ouvrage s’intéresse avant tout aux modes de production du politique. Beaucoup de travaux existent déjà sur la question et les quelques « terrains » présentés ici ne prétendent pas, loin de là, faire le tour de la question. Néanmoins, ils désignent de nouveaux modes de production du politique, contredisant les discours qui, de manière trop hâtive, annoncent la disparition ou la dissolution du politique, en focalisant sur l’individualisme libéral, la démocratie totalitaire, les biopouvoirs ou encore le reflux des idéologies.

2Cette perspective ne nous conduira pas à nous interroger sur la notion de « pouvoir », mais à revenir sur les définitions même du politique. Ce regard implique notamment que l’on porte une attention particulière à la transformation du vocabulaire politique et à ses effets, à différents niveaux de la hiérarchie sociale, tant au niveau de l’individu qu’à celui des groupes.

3Le politique pose plus que jamais problème aux chercheurs qui se trouvent confrontés à la fois à la négation de l'objet et à son éclatement. Discours politiques et médias tendent à dépolitiser les faits sociaux, tout en déplorant le « refus du politique » ou le « désintérêt pour le politique » censés caractériser de nombreuses couches sociales. Parallèlement, des notions telles que « société civile », « citoyenneté » ou « démocratie de proximité » deviennent les emblèmes d'un politique diffus entendu comme production du lien social et régulation des rapports entre les individus et l'État. Quant aux conflits, ils tendent à être niés, contournés ou ethnicisés et interprétés alors exclusivement sous l'angle des constructions identitaires.

4Les recherches sur le politique produites au cours des deux dernières décennies s’inscrivent dans ce contexte. Elles pourraient être regroupées selon deux types d'approche (modulés bien entendu par les dynamiques spécifiques des champs disciplinaires sociologique et anthropologique). Dans une première perspective, le politique se manifeste dans toutes les instances de la vie sociale, dans la sphère du public comme dans celle du privé. Les recherches privilégient alors les groupes sociaux les plus dominés et analysent les formes de construction de l'autonomie, de résistance, de repli par rapport aux instances politiques étatiques. C'est le cas des subaltern studies, des études micro-sociales privilégiées par des ethnologues et certains sociologues. Elles peuvent prendre pour point de départ le travail, les structures familiales, les pratiques de l'espace urbain, le religieux, les constructions identitaires…

5Dans une seconde perspective, le politique renvoie aux sphères d'exercice du pouvoir et à la production des élites. Là, les travaux sociologiques et anthropologiques sont moins abondants. On retrouve les objets privilégiés par les politologues, qui utilisent d'ailleurs aujourd'hui les théories et les méthodes de la sociologie et de l'anthropologie : transformation des appareils d'État et des institutions, production des politiques publiques, reconfigurations des élites…

6Cette répartition des objets et des problématiques tend à instituer une dichotomie entre « politique » et « vie quotidienne », opposant « acteurs » des rapports de pouvoir globaux et groupes sociaux repliés sur le local, opposant aussi à un autre niveau pays du Nord et pays du Sud. Comment dépasser cette dichotomie ? Les contributions qui suivent vont tenter de proposer quelques pistes en montrant l’imbrication de ces différents niveaux et formes du politique.

Notes

1 Issu de journées d’études organisées en mai 2004, dans le cadre de l’équipe DSU de l’UMR CNRS 6173 CITERES.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540