Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Continu et discontinu dans l’espace géographique

 | 
Alexandre Fréderic
, 
Alain Génin

L’espace des sociétés : au-delà du dualisme continu-discontinu

L’inscription spatiale de la pauvreté : entre rupture et continuité

Catherine Sélimanovski

Texte intégral

  • 1 Université de Strasbourg.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Cf. PNUD, Rapport mondial sur le développement humain, Economica, Paris, 1997 et 2002.

2L’omniprésence de la pauvreté dans les pays du tiers-monde2 ne peut pas faire oublier que celle-ci n’a pas disparu avec l’accroissement des richesses dans les pays développés. La pauvreté s’est établie durablement au cœur des sociétés opulentes et elle s’est concentrée dans les métropoles les plus dynamiques. Elle s’est révélée au regard de la société corrélativement à la progression du chômage qui a accompagné et prolongé la crise des années 73-74. Phénomène de société, la pauvreté suscite de nombreuses études dans une perspective heuristique plurielle et transversale rendue indispensable par la complexité de l’objet. L’étude de l’inscription spatiale de la pauvreté s’insère dans le champ de la géographie et repose sur le postulat de la consubstantialité du social et du spatial.

  • 3 Cf. La ségrégation dans la ville, concepts et mesures, Jacques Brun, Catherine Rhein (dir.), L’Har (...)

3En cherchant à déchiffrer ce qui se joue entre la position des populations en situation de pauvreté dans la société française et leur position dans l’espace géographique, en examinant les multiples conjonctions qui s’établissent entre leur disqualification sociale, leur situation résidentielle et leurs pratiques de l’espace, le chercheur est plongé au cœur de la problématique du continu et du discontinu. Les premières questions qui se posent à lui “qu’est-ce que la pauvreté ?”, “quelle est sa place dans la société ?”, “comment s’inscrit-elle dans l’espace ?” appellent aussitôt d’autres questions en rapport direct avec cette problématique. Est-ce que la pauvreté se situe dans le continuum des inégalités sociales et s’inscrit dans l’espace par rapport à ce continuum ou bien est-ce que la pauvreté introduit une rupture dans la société, une frontière, dont la trace est visible dans l’espace ? Comment faut-il comprendre le terme de ségrégation par rapport à la question de la pauvreté, dans un sens large, celui de la transcription des inégalités sociales ou bien dans un sens restreint, celui de la mise à l’écart de populations discriminées ou disqualifiées dans des espaces bien délimités3 ? Et si tel est le cas, faut-il considérer pour autant qu’en dehors de ces espaces ségrégués “performatifs” dont on ne discute plus les limites, il n’y a pas de visibilité spatiale de la pauvreté ? Autant de questions qui n’appellent pas des réponses simples car à la complexité de l’analyse du fait social se conjugue la difficulté de l’analyse des processus de l’inscription spatiale de ce fait social.

4L’objectif de cet article est de montrer comment les deux éléments du couple continu-discontinu se surimposent dans la définition et la délimitation de la pauvreté ainsi que dans le phénomène de l’inscription de cet objet dans l’espace géographique. La première partie développe l’idée que la pauvreté crée une frontière donc une rupture dans la continuité de l’échelle sociale, mais que la délimitation de la pauvreté est plus complexe qu’il n’y paraît. La deuxième partie porte sur le contraste des formes de la frontière de la pauvreté selon que l’on considère la position sociale ou la situation sociale des personnes touchées par la pauvreté. La troisième partie expose le problème de l’invisibilité et de la visibilité de la trace de la frontière de la pauvreté dans l’espace. Image du continu qui se surimpose au discontinu parce qu’il y a partout des personnes en situation de pauvreté alors que seuls les territoires de la pauvreté arrêtent le regard et que l’hétéronomie sociale dans laquelle se déroule le vécu de la pauvreté conduit à une territorialité du repli individuelle ou collective qui, elle aussi, donne à voir de la continuité et de la rupture.

LA PAUVRETÉ COMME “SYNTHÈSE SOCIOLOGIQUE UNIQUE”

  • 4 La liaison entre les inégalités sociales et la pauvreté a été démontrée (entre autres) par les che (...)

5Contrairement à ce qui est encore une réalité dans les pays les plus pauvres du Tiers-Monde, la pauvreté dans les pays riches ne signifie plus seulement la menace absolue de la faim ou de la malnutrition pesant sur l’existence mais une situation dans laquelle une personne n’arrive pas à atteindre les standards habituels de la société où elle vit. La pauvreté ne recouvre pas seulement les désavantages relatifs d’un groupe par rapport aux autres mais aussi un vécu disqualifiant reconnu par la société. Même si la pauvreté est très liée aux inégalités sociales4, la signification de la pauvreté est plus profonde que celle des inégalités sociales.

  • 5 Georg Simmel, 1998, Les pauvres, Paris, PUF/Quadrige.
  • 6 Serge Paugam, 1993, La disqualification sociale essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF.
  • 7 Robert Castel, 1995, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.
  • 8 Pierre Bourdieu, 1993, La misère du monde, Paris, Seuil (Libre Examen).

6Sous des formes différentes, la pauvreté, l’exclusion, la marginalité, renvoient à la question de la cohésion sociale et aux dialectiques de l’état/du processus et du dehors/du dedans. C’est pourquoi l’analyse de la pauvreté par le philosophe et sociologue Georg Simmel, en 1908, paraît toujours si pertinente5. En exposant que le pauvre n’est pas exclu de la société, mais au contraire qu’il y est inclus grâce à la relation d’assistance le liant au reste de la société, tout comme l’étranger, matériellement exclu et dont l’exclusion révèle les relations d’interdépendance entre les parties constitutives de la société, il montre que la pauvreté constitue une “synthèse sociologique unique” qui possède une grande homogénéité par sa place et sa signification dans la société, alors que les individus touchés par la pauvreté viennent d’horizons très hétérogènes. En reprenant ce paradigme, Serge Paugam6 et Robert Castel7 étudient les processus de disqualification sociale et de désaffiliation qui sont associés à la pauvreté ; de son côté, Pierre Bourdieu8 analyse la souffrance que génère la pauvreté.

  • 9 L’utilisation qui est faite ici du concept de frontière doit beaucoup à Jean-Luc Piermay qui anime (...)
  • 10 Cf La réflexion sur le processus de désocialisation comme versant psychopathologique de l’exclusio (...)

7C’est donc la relation d’assistance qui donne la clé de la définition sociale de la pauvreté. La relation d’assistance réunit dans une catégorie unique des personnes très différentes par leurs appartenances et par leurs histoires. Les personnes sont “reconnues” en situation de pauvreté et désignées comme “clientèles” par les services d’action sociale. Les personnes n’ont pas de liens entre elles mais pourtant, elles sont marquées par un statut social unique, disqualifiant, imprégnant profondément leur identité. De ce fait, la pauvreté représente une position sociale dominée qui sépare les personnes concernées du reste de la société par une frontière9. Le passage de la frontière signifie que les intéressés se trouvent dans une situation d’hétéronomie sociale qui pèse à la fois sur la qualité de leurs liens sociaux et sur leurs possibilités d’accès au logement et/ou au travail. La frontière de la pauvreté implique une dissymétrie de position avec un dedans qui enferme et protège et un dehors façonné par la distance à la frontière. On peut également se demander si la désocialisation vécue par les personnes sans domicile ne crée pas une autre frontière située très en retrait de la frontière reconnue de la pauvreté10.

  • 11 Les débats du printemps 2001 qui font état d’un élargissement de la Couverture maladie universelle (...)
  • 12 Cf. S. Milano, 1992, La pauvreté dans les pays riches, du constat à l’analyse, Nathan, Paris (Cir (...)

8Nous avons vu que la pauvreté ne doit pas être confondue avec les inégalités sociales car elle crée une frontière sociale. D’un point de vue heuristique, il en découle que la délimitation de la population en situation de pauvreté par la mesure d’une “ligne” correspondant à un seuil de pauvreté, absolu, relatif ou subjectif, en dessous duquel se situe la pauvreté, s’avère insuffisante. De plus, d’un point de vue méthodologique, le choix d’un seuil de pauvreté pose des problèmes d’analyse et de gestion liés à l’instauration d’une coupure plus ou moins arbitraire. Dans le cas d’un seuil relatif, l’adoption d’une norme de référence soulève la question de ce qui est normal (le plus fréquent, le moyen, le médian ?) et de ce qu’est la société (le groupe de référence, le groupe d’appartenance, la société globale ?). La fixation d’un seuil plus ou moins élevé change le nombre mais aussi la qualité des pauvres (familles rurales, personnes âgées, femmes seules, si le niveau est bas ; travailleurs sans qualification, bas salaires, si le niveau est élevé). De plus, le seuil de pauvreté introduit une discontinuité artificielle dans la mesure d’un phénomène continu : un ménage gagnant un euro de moins que le seuil est compté comme pauvre à part entière, alors qu’un ménage gagnant un euro de plus que le seuil n’est pas compté comme pauvre11. Enfin, un même niveau de revenu n’aura pas la même signification, selon l’âge, l’instruction. Et rien ne permet de dire que les individus situés en dessous du seuil de pauvreté sont pauvres, ni qu’ils le sont également car la possession d’un patrimoine modifie l’appréciation de la pauvreté. En pratique, on retiendra la diversité et la complexité des choix à effectuer pour fixer un seuil12 : nature du seuil (analytique ou synthétique, objectif ou subjectif, absolu ou relatif), procédés de détermination (ménage ou individu, addition des personnes ou pondération, échelle de temps mensuelle ou annuelle, optique de la dépense ou du revenu...).

9Ainsi, la définition de la pauvreté au regard de la relation d’assistance paraît d’autant plus opérationnelle pour délimiter la population en situation de pauvreté que la période actuelle est une période riche d’interventions de la société dans les domaines de l’assistance et de la lutte contre l’exclusion. Pour autant, peut-on dire que les limites de la pauvreté sont ajustées à celles de la sphère de l’assistance ? En réalité, trois facteurs brouillent les contours de la pauvreté : le phénomène de non-recours, la porosité des mailles du filet de l’assistance et le fait qu’en poussant la définition de Georg Simmel, l’on peut considérer comme pauvres des personnes qui ne sont pas entrées dans les dispositifs structurels d’assistance, mais qui ont eu besoin, à un moment ou à un autre, de solliciter une aide auprès de services sociaux chargés du traitement de la pauvreté.

  • 13 Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, Le rapport et Les travaux, La Docu (...)
  • 14 “Politiques sociales : l’épreuve de la pauvreté”, CRÉDOC, 1995, dans Geneviève De Gaulle-Anthonioz (...)

10En France aujourd’hui, le RMI domine le système de l’assistance. Placé en aval des dispositifs d’assurance et d’assistance du chômage, le RMI a été pensé comme le dernier filet de l’aide sociale. Depuis 1988, il permet à des individus encore valides de toucher un revenu minimum, d’accéder à des droits sociaux, de prétendre à un suivi social (officialisé par la signature d’un contrat d’insertion) de manière à pouvoir se “réincorporer” dans la société civile et/ou dans le monde du travail. En dépit d’une gestion moins segmentée de la pauvreté depuis la création du RMI, les mailles du filet de l’assistance laissent encore passer des individus jeunes, âgés de moins de 25 ans, et tous ceux qui, pour une raison ou une autre, n’ont pas accès au RMI alors qu’ils rempliraient les conditions pour devenir allocataires. L’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion, installé au printemps 1999 dans le cadre de la loi de lutte contre les exclusions, a montré dans son premier rapport13 les difficultés d’accès des plus démunis au système de protection sociale et rappelé que le phénomène de non-recours, peu étudié, mais relativement répandu en France, accroît la vulnérabilité et l’exclusion des personnes en situation de précarité. Il cite l’enquête du CRÉDOC, menée en 1995, auprès de personnes en “présomption de pauvreté” qui montrait que presque 10 %des personnes enquêtées ne percevaient aucun revenu alors que bon nombre d’entre elles paraissaient éligibles au RMI14. L’Observatoire souligne également la transformation de la pauvreté en trois décennies, elle touche moins les personnes âgées mais plus les jeunes et les salariés. Enfin, il signale que les effets de la reprise économique sont lents à se répercuter sur la pauvreté.

11Dans ce contexte et en cohérence avec la définition sociale adoptée, les sources de l’étude de l’inscription spatiale de la pauvreté sont des données gestionnaires issues du système de traitement de la pauvreté. Les données collectées concernent les bénéficiaires de minima sociaux, principalement les bénéficiaires du RMI, et les demandeurs du Fonds d’Urgence Sociale (FUS). Le FUS a été un dispositif d’assistance d’urgence unique, mis en place par le gouvernement Jospin, entre janvier et mai 1998, en réponse aux manifestations nationales du mouvement des “chômeurs et des précaires”. Sa vocation a été de soulager la détresse pécuniaire de presque tous ceux, chômeurs ou RMIstes, qui avaient fait une demande d’aide en déposant un dossier dans les services départementaux de l’État : 806 000 personnes avaient déposé une demande en France, 600 000 ont touché une aide exceptionnelle d’un montant moyen de 1 600 F. À la même période, on dénombrait un million de RMIstes.

12La délimitation de la pauvreté est donc moins rigide qu’il n’y paraît. Il y a plusieurs lignes de pauvreté emboîtées, en revanche, la nature gestionnaire des données avec lesquelles on vérifie les hypothèses métamorphose le terrain d’étude en île ! Parce que les recensements français ne permettent pas de repérer les sous-populations de bénéficiaires de minima sociaux et de demandeurs d’aides d’urgence parmi la population active ou inactive, la recherche est prisonnière des territoires de gestion. Les limites dures de ces territoires ne correspondent pas forcément à des discontinuités pertinentes pour le sujet étudié. De plus, dans ce cas précis, le terrain d’étude est centré sur Strasbourg et le Bas-Rhin. Il est borné par un segment de frontière entre la France et l’Allemagne constituant une barrière symbolique et heuristique entre les deux nations. En dépit de l’effacement économique de la frontière, les identités sociales, culturelles, historiques, politiques, demeurent, de chaque côté du Rhin, largement étrangères les unes aux autres. Or, elles modèlent le système de traitement de la pauvreté qui produit les catégories gestionnaires et statistiques par lesquelles on peut aborder concrètement l’étude de l’inscription spatiale de la pauvreté.

LA FRONTIÈRE DE LA PAUVRETÉ : UNE LIMITE RIGIDE ET UNE LIMITE FLOUE

13Après avoir rappelé que dans la dialectique sociale jouant en tension entre des actions opposées, défaire et refaire, entre des enjeux contradictoires, entre des forces antagonistes de continuité et de rupture, la pauvreté tire plutôt du côté du défaire et de la rupture, en dépit des politiques sociales et territoriales dont la vocation est de réinsérer, de recréer du lien social et d’encourager la mixité résidentielle, il s’agit, dans cette partie, de monter que les formes prises par la frontière de la pauvreté procèdent à la fois de la coupure et de la continuité, du rigide et du flou, selon que l’on considère la position sociale ou la situation sociale des personnes touchées par la pauvreté.

14La signification des notions géographiques de position et de situation pour décrire les faits de localisation permet de comprendre pourquoi ces deux réalités concomitantes de la pauvreté produisent des formes de frontière superposées. Le terme de position induit l’idée d’une localisation absolue : localisation d’un point de l’étendue par ses coordonnées géographiques, c’est-à-dire par sa position en longitude et latitude sur le canevas astronomique des méridiens et des parallèles. Le terme de situation implique l’idée d’une localisation relative : localisation d’un objet géographique en relation avec les points cardinaux, les formes naturelles, les structures bâties de l’espace régional auquel il appartient ou localisation en relation avec d’autres espaces, plus vastes. Ainsi, la position sociale des personnes touchées par la pauvreté est fixée de manière absolue par l’édifice des lois qui fondent la politique sociale en France, lequel a construit le statut que la société reconnaît aux personnes assistées et induit les regards que la société porte sur elles. Dans cette configuration, la limite de la pauvreté est dure, tranchée, discrète, c’est une ligne de partage, une ligne de séparation dont le passage est très disqualifiant. Quant à la situation des personnes touchées par la pauvreté, elle se définit par leur positionnement relatif par rapport à l’univers du travail. Dans cette deuxième configuration, la limite de la pauvreté est floue. Elle a perdu ses caractéristiques de ligne tranchante, elle s’apparente plutôt à un front mouvant où s’apprivoise et s’aménage l’inconnu.

  • 15 L’expression est empruntée à Robert Castel, op. cit.

15Dans un contexte de raréfaction du travail non qualifié, la difficulté du rapport au travail est un déterminant majeur du passage de la frontière de la pauvreté. Pour une frange importante de la population qui n’est pas dédouanée de l’obligation de travailler, chômeurs de longue durée, RMIstes, adultes, jeunes de moins de 25 ans sans bagage professionnel, la recherche d’un travail peut représenter une quête hypothétique ou bien se traduire par d’incessants allers et retours entre les statuts d’assisté, de chômeur, de travailleur précaire. La notion de précarité reflète la fragilité, l’instabilité, la réversibilité des situations, entre les lisières inférieures (grande pauvreté, situation de cumul de tous les manques, marginalité, etc.) et les lisières supérieures. Pour les plus âgés ou les plus fragiles, rejoindre les rangs d’une “handicapologie”15 peut aussi devenir une alternative espérée car les personnes âgées démunies, les adultes malades ou invalides, les orphelins, ne sont pas tenus de travailler et bien que désignés, reconnus, pris en charge par la société, ils ne sont pas perçus comme une menace pour l’ordre social.

16Ainsi, les binômes minima sociaux/chômage, chômage/travail, doivent être saisis dans une logique d’articulation et de continuité et non d’opposition ou de rupture. Il y a là tout un continuum de situations qui s’échelonnent de la marginalité à la pauvreté, de la pauvreté à la précarité. Ces situations sont déterminées par la relation au travail, mais les catégories sont moins transparentes qu’il n’y paraît. Il y a par exemple les personnes qui sont entrées dans le champ de la pauvreté, ayant abouti là, en dernier ressort, du fait des changements drastiques de l’indemnisation du chômage, surtout des jeunes qui pourraient ne pas être entrés dans le dispositif du RMI si les règles antérieures étaient encore en vigueur. Il y a aussi des RMIstes en insertion qui travaillent à temps partiel en intérim ou grâce au système des emplois aidés, avec un contrat d’emploi-solidarité (CES) ou un contrat d’emploi-consolidé (CEC). Les chômeurs peuvent aussi bénéficier de contrats aidés. Enfin, même le travail, généralement à temps partiel et pour une durée limitée, offre quelques fois moins de stabilité qu’un minimum social qui a au moins le mérite de fournir un revenu régulier. En ce sens la pauvreté ne s’oppose pas au travail et la limite entre les mondes de la pauvreté et du travail est floue. Cette limite constitue un entre-deux qui a perdu son caractère discret. C’est une lisière tissée par l’enchevêtrement des statuts individuels d’assisté, de chômeur, de travailleur précaire, pour lesquels la distance au travail (loin/près, dedans/dehors, en marge) constitue le déterminant essentiel. Par rapport au travail, la frontière qui, une fois dépassée, permet de s’intégrer durablement est repoussée beaucoup plus loin. Elle passe entre le travail qualifié, stable, et le travail non qualifié, souvent précaire.

17Pour étudier empiriquement la frontière de la pauvreté, le FUS est une source intéressante car les personnes qui ont sollicité cette aide d’urgence exceptionnelle appartiennent à toutes les catégories de personnes en situation de pauvreté : personnes bénéficiaires de minima sociaux, familles percevant les allocations familiales mais pas de minimum social, personnes sans ressources, chômeurs, personnes en activité. L’intérêt de cette source réside aussi dans le fait qu’elle permet d’appréhender la situation des ménages et non pas seulement la situation de la personne au nom de laquelle est enregistrée la demande. Dans l’échantillon statistique constitué par l’exploitation au 1/10 des 60-70 demandes de FUS dans le Bas-Rhin, les ménages les plus nombreux sont des ménages dont le demandeur est bénéficiaire de l’un des principaux minima sociaux versés aux personnes valides, revenu minimum d’insertion (RMI), allocation de parent isolé (API), allocation de solidarité spécifique (ASS), respectivement 34,1 %, 6,3 %, 5,7 %du total, soit 46,1 %en additionnant. À côté de cette catégorie de ménages bénéficiaires d’un minimum social, on trouve 7,8 %de ménages pour lesquels les ressources ne sont pas facilement identifiables et qui pourtant déclarent des ressources. Ce sont des ménages de couples et de femmes seules avec des enfants dont le demandeur se déclare au foyer ou à la recherche d’un emploi ou pensionné. Ces ménages vivent des prestations familiales et sociales auxquelles s’ajoutent d’éventuelles pensions pour les enfants. Il apparaît également que 10,2 %des ménages de demandeurs du FUS ne disposent d’aucun revenu ou ne disposent que de revenus mensuels inférieurs à 1 000 F à la date du dépôt des dossiers. La proportion est deux fois plus élevée pour les hommes seuls, elle dépasse 50 %pour les hommes jeunes âgés de 25 ans et moins. Les trois groupes de ménages présentés ci-dessus, les bénéficiaires de minima sociaux, les ménages aidés, les ménages sans revenus rassemblent 64,1 %des demandeurs du FUS dans le Bas-Rhin. Selon le paradigme de Georg Simmel, ils représentent le champ de la pauvreté structurellement assistée ou susceptible de l’être. À cette réalité de la pauvreté ordonnée par le statut que la société reconnaît aux personnes assistées et signifiant corrélativement une position sociale dominée, correspond une limite dure qu’il est souvent difficile de repasser en sens inverse.

18Nous avons vu que l’autre réalité de la pauvreté est déterminée par la situation des personnes touchées par la pauvreté par rapport à l’univers du travail. Dans le panel du FUS, les ménages n’appartenant pas au champ de la pauvreté structurellement assistée sont très proches des précédents par leurs caractéristiques démographiques, sociales et professionnelles. Leurs ressources proviennent des revenus du travail, de l’indemnisation du chômage par l’allocation unique dégressive (AUD). On compte 23,6 %de ménages dont le demandeur au chômage touche l’AUD et 7,8 %de ménages dont le demandeur travaille. Avec les conjoints des ménages de couples (ils ne sont pas comptabilisés dans les statistiques réalisées sur la population des demandeurs du FUS), et qui ont également un statut de chômeur indemnisé ou un statut d’actif au travail, les proportions sont un peu plus élevées. La proportion de ménages où il rentre une allocation de chômage atteint 26,3 %et la proportion de ménages qui disposent d’au moins un salaire monte à 12,1 %. Pour la première fois peut-être, ces ménages qui se trouvent aux confins de la sphère de la pauvreté reconnue ont eu besoin de solliciter une aide. Ce sont eux qui incarnent les nouveaux publics, inconnus jusqu’à présent des services sociaux.

19En dehors des catégories précédentes, il y a très peu de ménages pour lesquels le demandeur du FUS est dédouané de l’obligation de travailler : 2 %d’allocataires de l’allocation d’adulte handicapé (AAH), 0,8 %d’invalides et 1,2 %de retraités. Leur faible nombre indique a posteriori les efforts qui ont été faits en France depuis les années soixante pour aider financièrement les retraités ou les handicapés, même si leur niveau de vie moyen reste assez faible.

  • 16 Trente et une enquêtes auprès des bénéficiaires du FUS du Bas-Rhin ont été réalisées en septembre (...)

20Les enquêtes réalisées auprès de bénéficiaires du FUS16 confirment qu’à l’échelle d’une vie la frontière entre le travail et l’assistance prend de même l’allure d’une marge plutôt que d’une ligne dure. Dans le cas des vieux travailleurs, le passage de l’activité à la situation de pauvreté s’est fait graduellement dans un enchaînement de situations de plus en plus précaires. Deux parcours représentatifs de l’exclusion du monde du travail dont sont victimes les ouvriers et les ouvrières âgés et/ou malades dans le contexte actuel de raréfaction du travail sont présentées ci-dessous.

21Âgé de 58 ans, Monsieur T. est célibataire, il n’a pas d’enfants. Il habite à Strasbourg dans le quartier de la gare où il occupe un studio appartenant à un immeuble HLM ancien. Il a quitté la Hongrie en 1956 à l’âge de 16 ans et a toujours été ouvrier spécialisé. À son arrivée à Colmar pendant l’hiver 56/57, il n’a pas de difficulté à obtenir des papiers de réfugié politique. Un peu plus tard, de 1960 à 1963, il travaille à Paris dans une usine de réfrigérateurs ; de 1963 à 1965, il vit à Draguignan où il est employé dans le bâtiment, puis à Nancy. Il passe ensuite six ans à Mulhouse en travaillant alternativement en usine, dans le bâtiment et dans les mines de potasse (au jour), puis sept ans à Schiltigheim dans le bâtiment. Parti à Nice, de 1980 à 1986, il explique, que mal conseillé, il a eu beaucoup de mal à travailler régulièrement. Il revient à Strasbourg en 1986 et enchaîne le travail en intérim, le chômage, les stages. Il bénéficie du RMI de 1994 à 1998, retravaille en CES. Il est actuellement au chômage en fin de droits et redemande le RMI en attendant sa retraite. Il a contracté une maladie des poumons, il y a environ vingt ans.

22Âgée de 53 ans, Madame M. a, elle aussi, été ouvrière pendant de nombreuses années. Elle habite à Fouday, à l’amont de la vallée de la Bruche dans les Vosges. Elle commence sa carrière d’ouvrière en 1964, puis elle travaille pendant trois ans, jusqu’en 1967, dans une usine de postiches à Hirson dans l’Aisne où elle est née. Elle se marie, élève ses trois enfants nés en 1968, 1970, 1973. La famille arrive à Strasbourg en 1970, où son mari a trouvé du travail dans une usine produisant des petits disjoncteurs. De 1978 à 1983, elle est ouvrière de fabrication pour la société Joustra, à Illkirchraffenstaden. Elle reste ensuite au chômage pendant deux ou trois années. Entre 1988 et 1991, elle enchaîne cinq postes, de femme de ménage, de gardienne d’enfants et d’ouvrière. Elle passe à nouveau trois ans au chômage, période pendant laquelle, elle divorce. En 1995, elle retravaille en tant qu’aide ménagère au centre de vacances de Plaine dans les Vosges. Depuis la fin de ce contrat, elle est au chômage. Elle a, entre temps, repris une vie conjugale avec un ouvrier, lui aussi chômeur depuis 1994, ayant exercé les métiers d’ouvrier textile, de conducteur de grue, de scieur, d’ouvrier métallurgiste, d’agent d’entretien, de manutentionnaire, d’ouvrier cloueur. Le couple touche le RMI depuis 1996.

23Parmi les personnes enquêtées, les personnes engagées dans ces parcours “d’exclusion de vieux travailleurs” ont passé la frontière de la pauvreté (à une exception près). À l’inverse des plus jeunes, ils ont travaillé longtemps au même endroit ou longtemps dans la même profession. Leur histoire est représentative de la succession des situations déqualifiantes qui conduisent progressivement à la pauvreté reconnue. Leur parcours de vie montre que la limite dans le temps entre le travail, le chômage et l’assistance est floue et que l’exclusion s’installe durablement en raison de la difficulté qu’il y a aujourd’hui à retrouver un travail pour ceux qui ont perdu le leur dans les années quatre-vingt alors qu’ils avaient commencé leur vie active dans le contexte du plein-emploi des années soixante.

LA VISIBILITÉ ET L’INVISIBILITÉ DE FRONTIÈRE DE LA PAUVRETÉ DANS L’ESPACE

  • 17 Cf. La thèse de doctorat de Catherine Sélimanovski : L’inscription spatiale de la pauvreté. Le cas (...)

24En cherchant à analyser la manière dont la frontière de la pauvreté s’inscrit dans l’espace17, on ne change pas de posture : on reste dans une posture à la fois continuiste et discontinuiste. Dans l’espace, la visibilité de la frontière de la pauvreté est liée à la concentration résidentielle de ménages en situation de pauvreté, à l’inverse, l’invisibilité de la frontière de la pauvreté est liée à la dispersion résidentielle des ménages en situation de pauvreté. Or les deux phénomènes se surimposent dans l’espace. La question qui se pose est alors celle de la nature des limites des espaces où se concentre la pauvreté et celle de la nature des discontinuités qui se développent entre ces espaces. Il s’agit également de savoir si la frontière de la pauvreté se superpose à des divisions sociales antécédentes, en les renforçant ou les effaçant. Il s’agit de savoir si les frontières de la ségrégation sont réactivées ou bien s’il y a production de nouveaux fronts de ségrégation et si le fait d’occuper des lieux où s’accumulent tous les maux sociaux n’est pas porteur d’un inédit social qui transcende les statuts antérieurs et génère de nouvelles frontières de la pauvreté. De même que la pauvreté est très liée aux inégalités sociales mais ne peut pas être confondue avec les inégalités sociales, la ségrégation ne doit pas être comprise ici dans le sens de la transcription des inégalités sociales dans l’espace de la ville. Parce que l’on considère que la pauvreté est une position sociale dominée, la seule acception de la ségrégation que l’on peut retenir pour croiser les problématiques de la pauvreté et de la ségrégation est celle qui dérive du sens premier du concept de ségrégation : la mise à l’écart sociale et spatiale de populations discriminées qui ont été successivement en France des ouvriers, des immigrés, des personnes touchées par la pauvreté.

  • 18 Ce découpage est inspiré d’un texte de Guy Di Méo : “Que voulons-nous dire quand nous parlons d’es (...)

25Enfin, il s’agit de rentrer dans la complexité de ces processus en découpant l’espace géographique en strates superposées et articulées : la strate de l’espace où s’inscrivent les faits sociétaux en interférence avec les lieux et les représentations qu’ils suscitent et la strate de l’espace vécu où s’inscrivent les rapports à l’espace des personnes, en tant qu’individus et membres de groupes, en interférence avec les lieux de leur vécu quotidien et les lieux de leur vie entière18. La territorialité du repli qui découle de l’hétéronomie sociale dans laquelle vivent les personnes touchées par la pauvreté se déploie dans cette deuxième strate. La territorialité du repli est produite par le blocage des migrations résidentielles des intéressés et la réduction drastique de leur mobilité habituelle. De manière paradoxale, le découpage de l’espace en strates n’est pas ici une simplification qui fait perdre de l’information ! Au contraire, il permet d’étudier de front les situations résidentielles et les pratiques de l’espace.

26À l’échelle du Bas-Rhin, l’agglomération de Strasbourg est le premier foyer de pauvreté ; il n’y a aucun rapport d’échelle entre ce premier foyer et les autres foyers du département : l’agglomération de Haguenau et ses marges, la ville de Sélestat, l’amont de la vallée de la Bruche entre Schirmeck et Saales (voir la carte de la répartition des chômeurs et des bénéficiaires du RMI par canton dans le Bas-Rhin ainsi que la carte du zonage en aires urbaines du département). S’ils sont majoritairement urbains, les foyers de précarité notable, caractérisés par une forte intensité du chômage et de la pauvreté par canton, sont distribués dans tout le département, y compris dans les espaces à dominante rurale situés aux périphéries nord-ouest et sud-ouest du territoire où la distance et l’enclavement majorent les difficultés. Les foyers de précarité notable s’inscrivent aussi bien dans les espaces où les activités traditionnelles sont en mutation que dans les espaces centraux des agglomérations urbaines. Entre ces deux espaces, la couronne périurbaine strasbourgeoise et, dans une moindre mesure, la zone frontalière de Wissembourg constituent deux zones de discontinuité étendues où la précarité apparaît peu et de manière diffuse.

27À un autre niveau d’analyse, on peut vérifier que les distributions spatiales des chômeurs et des ménages en situation de pauvreté sont à la fois liées et décalées, de la même manière que la pauvreté est à la fois liée aux inégalités sociales et qu’en même temps, elle représente une “synthèse sociologique unique”.

  • 19 Cf A. Reyniers, Les Tsiganes en Europe : histoire et perspectives, conférence prononcée à l’invita (...)

28La réalité du chômage induit une logique spatiale qui s’exerce dans un espace aréolaire, continu, urbain et rural. Le chômage s’inscrit dans des lieux, des zones, marqués par les difficultés de reconversion des activités traditionnelles, villes, espaces ruraux fragiles, sans exclusive quant à l’étendue et la nature urbaine ou rurale de l’espace. Cette logique réfléchit la spécificité de l’évolution de l’Alsace dont le territoire a été façonné par une histoire complexe, urbaine, industrielle et frontalière. Le facteur explicatif déterminant est celui des mutations de l’emploi. La région a été effectivement industrialisée dès la fin du xviiie siècle. Elle a été corrélativement, elle est encore, une terre attractive pour des populations allogènes : Tsiganes établis dans la forêt de Haguenau et dans les forêts des Vosges du nord19 depuis le xviiie siècle (à l’origine pour pouvoir passer rapidement la frontière en cas de menaces), immigrés arrivés au xxe siècle de l’Europe du sud, de l’Afrique du nord, de la Turquie, pour être embauchés dans les industries de main d’œuvre. Pourtant les effets de la crise n’ont pas pris la même ampleur en Alsace que dans d’autres régions industrielles sinistrées. C’est ainsi que la diversité des modalités de l’inscription de la précarité dans les petites villes (petites villes situées dans une zone en difficulté qui concentre des ménages en situation de précarité ou bien petites villes dynamiques situées dans le bassin d’emploi d’une métropole où résident peu de ménages en difficulté) s’explique par le contexte économique local dans lequel elles évoluent.

29La réalité de la pauvreté reconnue et prise en charge par la société induit une logique spatiale différente qui est révélée par le fait que la répartition de la pauvreté ne coïncide pas bien avec la répartition des bas revenus par foyers fiscaux et que les foyers de pauvreté sont moins étendus que les foyers de chômage et de pauvreté. Cette logique s’exerce dans un espace discontinu, en archipel, elle se manifeste avec beaucoup de force dans les premières villes du réseau urbain bas-rhinois. On peut ainsi en conclure que la pauvreté se concentre dans des espaces rétractés par rapport à ceux du chômage.

30À l’échelle du Bas-Rhin, la pauvreté se concentre de façon caricaturale dans l’agglomération de Strasbourg dont la ville-centre est devenue le foyer majeur de précarité du département, en dehors de tout rapport d’échelle avec les autres foyers de précarité. À une échelle plus fine, le phénomène de concentration de la pauvreté dans des espaces rétractés est identique. Le deuxième foyer de précarité du département localisé dans la zone de Haguenau forme une nébuleuse, étalée des confins nord-ouest du département jusqu’au Rhin. Le foyer de pauvreté au sens strict est plus exclusivement centré sur les trois communes de l’agglomération de Haguenau (Haguenau, Bischwiller, Kaltenhouse). Le foyer de précarité de Saales-Schirmeck présente des particularités identiques, avec un foyer de pauvreté limité au seul canton de Saales et un foyer de chômage étendu à deux cantons.

31À Strasbourg, le phénomène peut être observé à l’échelle intra-urbaine : les espaces du chômage sont plus étendus que les foyers de pauvreté. Ces derniers sont nombreux dans les faubourgs sud et ouest de la ville-centre et là, ces foyers de pauvreté sont devenus des territoires de projet de la politique de la ville, communément appelés quartiers sensibles. À une échelle encore plus fine, l’exemple du quartier de la Meinau montre que la répartition de la pauvreté n’est pas plus homogène dans les petits espaces que dans les grands : la Canardière-Est apparaît comme un espace de pauvreté rétracté situé à l’intérieur même du périmètre du quartier sensible.

32Le phénomène de concentration de la pauvreté dans des espaces rétractés renvoie ainsi à la dialectique de la continuité et de la rupture. Au regard de cette dialectique, il faut préciser comment se fait le passage entre les espaces de pauvreté et les espaces du chômage, comment se fait le passage entre les différents foyers de pauvreté aux différentes échelles, comment se fait le passage entre les espaces de concentration de la pauvreté et les espaces de dispersion de la pauvreté.

33Quand il s’agit d’espaces de précarité (chômage plus pauvreté) et d’espaces de pauvreté, on passe graduellement des espaces du chômage aux espaces de pauvreté rétractés, sans limites marquées. Quand il s’agit de passer du foyer de pauvreté strasbourgeois aux autres foyers de pauvreté dans le Bas-Rhin, il faut “sauter” la couronne périurbaine de l’agglomération où la pauvreté est faible. Cette couronne représente une discontinuité étendue. Au-delà, le “raccord” se fait dans la continuité quand on rencontre des espaces de précarité moyenne (vers Barr, Benfeld) et de manière plus contrastée quand on arrive au foyer de précarité de Haguenau. Mais n’est-ce pas une vue de l’esprit qui serait produite par la lecture de cartes à maillage cantonal ? Si l’on prend des cartes à maillage communal, on voit que ces espaces de précarité faible peuvent abriter des foyers localisés de pauvreté (comparer la carte de la répartition des bénéficiaires du RMI par commune à la carte de la répartition des chômeurs et des bénéficiaires du RMI par canton). De même, sur les cartes urbaines, il n’est pas exclu de voir des espaces de pauvreté rétractés dans les quartiers anciens de la ville qui sont globalement assez peu touchés par la pauvreté.

34Le passage entre les espaces de pauvreté rétractés et les espaces environnants est plus marqué chaque fois que le politique entre en action et se matérialise par des territoires spécifiques. Le passage est discontinu car il est alors le produit de trois processus associés :

  • le processus de concentration qui rend la pauvreté plus visible, d’autant plus que le processus est lié à l’existence de formes d’habitat spécifiques marquant le paysage ;
  • le processus de délimitation d’un territoire, avec des territoires dont les limites, fixées dans le cadre de la politique de la ville, définissent des espaces de discrimination positive et avec des territoires dont les limites, fixées par un cadre législatif relatif à “l’accueil et à l’habitat des gens du voyage” (entre autres par la loi Besson du 5 juillet 2000), définissent des aires départementales de sédentarisation et/ou d’accueil des Tsiganes ;
  • le processus de disqualification qui naît de la visibilité de la pauvreté et de la rencontre entre extranéité et pauvreté ainsi que du renversement pervers de la politique d’intégration ; la stigmatisation par une “mauvaise” adresse révèle ainsi la disqualification d’un territoire tout entier qui pourtant n’abrite pas exclusivement des ménages en situation de pauvreté.
  • 20 Cf Les banlieues françaises ou le ghetto impossible, Éditions de l’Aube, Paris, 1994.

35Parce que les trois processus sont associés, l’on peut parler d’espace ségrégué. Dans un espace ségrégué de ce type, on observe la mise à l’écart de fait de populations socialement dominées ; même si, en France, la mise à l’écart dans des lieux spécifiques est le résultat involontaire de politiques pensées dans le sens du progrès social et de l’intégration. Si l’on ne peut pas employer le mot de ghetto à propos des territoires de la politique de la ville pour des raisons qu’Hervé Vieillard-Baron a très bien exposées20, on peut en revanche utiliser ce terme pour caractériser les lieux de sédentarisation des Tsiganes ; ces lieux où existe une correspondance très étroite entre l’espace stigmatisé, fermé au non-Tsigane, et l’identité communautaire, forte, suscitant des réactions d’attirance de la part des autres groupes sociaux (notamment grâce à l’engouement actuel pour les musiques tsiganes) mêlées à des réactions de rejet qui peuvent être très violentes.

36Bien que j’aie considéré que pauvreté représente une rupture dans la continuité de l’échelle sociale et qu’elle crée une frontière sociale car elle est socialement plus signifiante que l’inégalité sociale, ma posture n’est pas celle du tomophile. En effet, le raisonnement sur un objet aussi complexe que la pauvreté se doit d’échapper aux synecdoques de la pauvreté que représentent la figure compassionnelle du sans-domicile fixe et de l’espace “performatif” du territoire de banlieue. C’est ainsi que la posture qui consiste à croiser, recroiser les points de vue dans le temps et dans l’espace ouvre le raisonnement sur la problématique du continu et de la rupture, sans que l’on puisse pour autant arrêter le balancier d’un côté ou de l’autre. Il y a de la rigidité si l’on parle de la position sociale des personnes touchées par la pauvreté et de leur droit à l’assistance et du flou s’il s’agit de leur situation sociale ou de leur insertion par l’économique. De même, la trace de la frontière est une limite très visible quand il s’agit de territoires de la politique de la ville dans lesquels sont ancrés des pratiques individuelles et collectives du repli. En effet, dans les espaces rétractés-ségrégués, du fait du nombre élevé de personnes qui expérimentent une territorialité du repli, la frontière vécue de la pauvreté se superpose aux frontières objectives de la ségrégation. Ce phénomène signifie un rejet de la Cité qui suscite en retour des pratiques collectives conflictuelles qui alimentent à leur tour les peurs et l’insécurité se diffusant dans la société. Ces peurs renforcent la stigmatisation de ces espaces et produisent une fermeture plus hermétique de la frontière. La trace de la frontière est moins visible quand il s’agit d’espaces urbains péricentraux situés dans un tissu urbain dense constitué à la fin du xixe siècle ou au début du xxe siècle. La visibilité de la pauvreté dépend alors beaucoup des pratiques de l’espace des populations en situation d’errance. À l’inverse, la trace de la frontière s’efface quand il s’agit d’une forme de territorialité du repli concernant des personnes isolées, peu nombreuses, résidant dans des espaces ruraux globalement peu touchés par la pauvreté. Pourtant ces personnes expérimentent, elles aussi, une territorialité de la finitude qui associe un phénomène d’échouage résidentiel dans un milieu peu valorisant à une mobilité habituelle restreinte par leur situation d’impécuniosité. Mais, dans les mêmes campagnes, on trouve des enclaves de populations nomades sédentarisées dont les frontières étanches ressemblent aux frontières des territoires ségrégués de la grande ville.

Notes

1 Université de Strasbourg.

2 Cf. PNUD, Rapport mondial sur le développement humain, Economica, Paris, 1997 et 2002.

3 Cf. La ségrégation dans la ville, concepts et mesures, Jacques Brun, Catherine Rhein (dir.), L’Harmattan, Paris, 1994.

4 La liaison entre les inégalités sociales et la pauvreté a été démontrée (entre autres) par les chercheurs qui ont crée le baromètre des inégalités sociales ou Bip 40. Cf. Vincent Marcus, Guillaume Duval et alii, Le Bip 40, Alternatives Économiques, Paris, n0202, avril 2002, 44-53.

5 Georg Simmel, 1998, Les pauvres, Paris, PUF/Quadrige.

6 Serge Paugam, 1993, La disqualification sociale essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF.

7 Robert Castel, 1995, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.

8 Pierre Bourdieu, 1993, La misère du monde, Paris, Seuil (Libre Examen).

9 L’utilisation qui est faite ici du concept de frontière doit beaucoup à Jean-Luc Piermay qui anime régulièrement des séminaires sur ce sujet au Laboratoire Image et Ville de l’ULP à Strasbourg. Les séminaires ont d’abord préparé et prolongé un colloque qui a eu lieu dans cette ville en 1999, cf. Bernard Reitel, Patricia Zander, Jean-Luc Piermay, Jean-Pierre Renard, Villes et frontières, Paris, Anthropos, 2002 (voir notamment l’introduction). Depuis 2001, les séminaires se tiennent également dans le cadre d’un nouveau projet collectif, Les frontières de la ville européenne : des révélateurs de mutation et d’invention urbaine, dont Jean-Luc Piermay et Christiane Arbaret-Schulz assurent la responsabilité scientifique. Le projet est soutenu par la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’homme d’Alsace (MISHA). Les séminaires sont pluridisciplinaires et concernent aussi bien les frontières politiques, gestionnaires, réticulaires, que les frontières sociales. Il s’agit de renouveler la problématique de la frontière en faisant circuler le concept de frontière à travers les diverses disciplines représentées dans le groupe : géographie, histoire, sociologie, psychologie.

10 Cf La réflexion sur le processus de désocialisation comme versant psychopathologique de l’exclusion sociale menée par le psychanalyste et ethnologue Patrick Declerck : Les naufragés, avec les clochards de Paris, Plon, Paris, 2001 (Terre humaine).

11 Les débats du printemps 2001 qui font état d’un élargissement de la Couverture maladie universelle (CMU) démontrent les problèmes que pose la délimitation d’une population éligible en fonction d’un seuil monétaire plus ou moins élevé. La CMU a été adoptée en mai 1999 et instaurée en janvier 2000 afin de permettre un accès aux soins des plus démunis, selon un seuil de ressources fixé à 3 500 F pour une personne seule. Le 31 mars 2001, 5 169 929 personnes bénéficiaient de la CMU. Le relèvement du seuil à 3 600 F a profité à 300 000 personnes à partir de janvier 2002, mais 1 200 000 bénéficiaires de l’AAR et du minimum vieillesse sont toujours écartés puisque ces prestations ont, elles aussi, été revalorisées et sont passées à 3 652 F.

12 Cf. S. Milano, 1992, La pauvreté dans les pays riches, du constat à l’analyse, Nathan, Paris (Circa), chapitre 2 “Pauvreté absolue et pauvreté relative”, 37-52 et chapitre 3 “Mesures de la pauvreté”, 53-82.

13 Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, Le rapport et Les travaux, La Documentation Française, Paris, 2000

14 “Politiques sociales : l’épreuve de la pauvreté”, CRÉDOC, 1995, dans Geneviève De Gaulle-Anthonioz, L’évaluation des politiques publiques de lutte contre la grande pauvreté, Avis présenté au nom du Conseil économique et social, Journal Officiel, Paris, 1995.

15 L’expression est empruntée à Robert Castel, op. cit.

16 Trente et une enquêtes auprès des bénéficiaires du FUS du Bas-Rhin ont été réalisées en septembre 1998. L’objectif des enquêtes était de cerner les parcours de vie des intéressés dans la triple dimension des situations résidentielles, familiales et professionnelles.

17 Cf. La thèse de doctorat de Catherine Sélimanovski : L’inscription spatiale de la pauvreté. Le cas de Strasbourg et du as-Rhin, Université Louis Pasteur, Strasbourg, novembre 2002.

18 Ce découpage est inspiré d’un texte de Guy Di Méo : “Que voulons-nous dire quand nous parlons d’espace ?” dans Logiques de l’espace, Jacques Lévy, Michel Lussault (dir.), Belin, 2000, (Mappemonde), Paris, 37-47.

19 Cf A. Reyniers, Les Tsiganes en Europe : histoire et perspectives, conférence prononcée à l’invitation de la LICRA et de la Faculté des Sciences Historiques de Strasbourg, Strasbourg, le 4 mai 2000.

20 Cf Les banlieues françaises ou le ghetto impossible, Éditions de l’Aube, Paris, 1994.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540