Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Continu et discontinu dans l’espace géographique

 | 
Alexandre Fréderic
, 
Alain Génin

Continu et discontinu et interactions société-nature

Entre le pixel et l’espace de la gestion : le continuum géographique

Réflexions sur les continuités et les discontinuités spatiales dans le cadre des programmes écologiques

Laurent Couderchet

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences de géographie, UFR géographie et aménagement et laboratoire Intermet, Univer (...)

1Note portant sur l’auteur1

2Si la question de la continuité et de la discontinuité des systèmes spatiaux intéresse aujourd’hui une partie de la communauté scientifique, la remise en cause du modèle discontinuiste dans la technocratie de l’aménagement et la gestion du territoire ne paraît pas à l’ordre du jour. Dans le cadre des programmes de gestion écologique, nous avons proposé aux services du Ministère de l’Environnement un outil de reconnaissance des milieux à grande échelle par télédétection et système d’information géographique. Nous avons calé nos modèles sur les grands principes de découpage du milieu en toposéquences ; ainsi, dans le domaine montagnard, la littérature organise des étages de végétation, des expositions de versants au rayonnement solaire et aux flux chargés d’humidité selon la logique booléenne : collinéen ou montagnard, adret ou ubac, au vent ou sous le vent. Dans le milieu alluvial, c’est à nouveau le déterminisme altitudinal, sur un gradient infime, qui guide la répartition des unités de végétation : prairies hygrophiles de bas niveau hébergeant les principales espèces patrimoniales, prairies mésophiles plus banales des terrasses supérieures.

3L’utilisation conjointe de modèles numériques de terrains et d’images spatiales multi-dates et multi-capteurs nous a permis de confirmer, par l’expérimentation, une partie de ces discontinuités, mais elle a aussi révélé toute une série de nuances, de chevauchements et d’inversions qui nous ont incités à considérer plus sagement dans nos analyses de l’espace montagnard des topocomplexes, en lieu et place des toposéquences attendues. Dans le domaine alluvial, les toposéquences ont laissé place à des transitions hydro-sédimentofonctionnelles.

4Mais les politiques publiques demandent des zonages et nous avons donc dû passer in fine de l’image du réel à des documents de gestion qui imposent d’être dedans ou d’être dehors :

  • selon la logique cadastrale, une portion d’espace appartient, ou n’appartient pas, à une zone au sein de laquelle une politique spécifique est appliquée ;
  • de la même manière, une unité de végétation est incluse dans une catégorie ou dans une autre de la nomenclature de référence et ne peut être à cheval sur deux.

5Pour dépasser ce hiatus, nous avons proposé une forme de déconstruction/reconstruction du système écologique qui autorise, par assemblages variés, des recompositions thématiques et spatiales multiples. La dendrologie CORINE imposée par les directives environnementales européennes se prête au demeurant fort bien à ce type de démarche.

6La méthode d’analyse d’images a déjà été exposée (Couderchet, 2000) ; l’objectif de cette communication n’est donc pas de décrire par le menu le protocole de traitement mais de montrer l’évolution des représentations du couple continu-discontinu chez les biologistes et d’en donner une représentation spatiale. Même dans ce domaine relevant éminemment de la biogéographie, nous tentons, dans un second temps, de montrer que c’est le projet politique qui construit les limites et qui les déplace (Le Moigne, 78).

1 - DYNAMIQUE DE LA VÉGÉTATION ET TÉLÉDÉTECTION

7Notre démonstration repose sur deux expériences de reconnaissance de milieux par télédétection. La première concerne les hautes Vosges, depuis le Hohneck jusqu’au Ballon d’Alsace, la seconde concerne l’espace alluvial de la Saône bourguignonne à l’amont de Tournus. Dans les deux cas, nous nous appuyons sur les grands principes d’organisation des unités de végétation décrites par les biologistes. Avec le temps, nous observons une complexification du déterminisme des modèles écologiques sur lesquels nous avons fondé notre démarche : étagement rigoureux de la végétation décrit dans les années 60, transitions plus floues ou déterminismes plus subtiles des modèles les plus récents.

8Du schéma théorique de l’étagement de la végétation à la carte des habitats naturels vosgiens.

9À l’aide des nouvelles méthodes d’analyse spatiale et de traitement d’image, nous tentons de donner une traduction géographique de modèles écologiques dont certains furent construits bien avant la mise sur orbite des premiers satellites d’observation de la terre. Dans un premier temps, nous proposons un schéma de répartition probable des différents biotopes fondé sur les conditions physiques du milieu : les altitudes, pentes, orientations de versants et énergie potentielle reçue au sol sont ainsi dérivées d’un modèle numérique de terrain puis combinées entre elles. Cette première approche est ensuite relayée par toute une série de traitements sur une image satellite destinés à produire de l’information sur les biocénoses [le signal spectral intègre aussi les éléments relatifs aux conditions édaphiques (sols, eau)]. La synthèse des deux entrées doit enfin fournir des indications sur les écosystèmes.

1.1 - LES MODÈLES ÉCOLOGISTES

10Dans l’environnement Montagnard, les conditions de milieu très contrastées autorisent la délimitation d’aires probables de répartition des écosystèmes. D’après Rameau (1985), le gradient altitudinal conditionne l’implantation de la végétation naturelle.

Figure 1 : Schéma théorique de l’étagement de la végétation dans le massif vosgien

Figure 1 : Schéma théorique de l’étagement de la végétation dans le massif vosgien

D’après J.C. RAMEAU, ENGREF Nancy, 1985

11Le schéma de J.C. Rameau ne précise aucune altitude, il situe simplement les unes par rapport aux autres des unités de végétation caractéristiques des différentes positions dans le topocomplexe. En effet, les limites d’étage varient en fonction de nombreux paramètres, citons, parmi d’autres, l’orientation des versants et l’opposition bien connue entre les Vosges lorraines et alsaciennes. 20 années avant ce modèle Nancéen, R. Carbiener proposait depuis Strasbourg une organisation normée du système, il opposait toutefois des influences climatiques océaniques, considérées allochtones, et des influences continentales autochtones, expliquant un décalage de 200 mètres entre étages collinéen et montagnard de part et d’autre de la ligne de crête.

Figure 2 : Organisation générale du massif

Figure 2 : Organisation générale du massif

Inspiré de R. Carbiener, 1963

12La limite entre les influences lorraine et alsacienne n’est pas située par les botanistes sur la crête vosgienne mais sur le versant oriental du massif ; on assiste ainsi a une forme d’extension d’espaces lorrains en territoire alsacien. Sur le plan écologique, ce phénomène explique la transition différenciée de l’étage collinéen vers l’étage montagnard alors que la limite entre montagnard et subalpin est plus précisément située sur la cote 1 100 m pour tout le massif.

13Dans le paysage, cette opposition se traduit par la remontée de chênaies sessiliforme à des altitudes inhabituelles au fond de certaines vallées alsaciennes.

14Ces modèles proposés par les spécialistes de la végétation du massif sur une vingtaine d’années décrivent une certaine spécificité vosgienne, ils sont fondamentalement discontinuistes.

Figure 3 : Distribution des climats et limites d’influences

Figure 3 : Distribution des climats et limites d’influences

Inspiré de Boudot 1976

15C’est en 1995, dans une communication intitulée. “Typologie et cartographie des milieux naturels en vue de leur gestion”, que J.C. Rameau introduit la continuité entre les unités de végétation comme la règle et la discontinuité comme l’exception. Cette représentation récente est certainement beaucoup plus en rapport avec la réalité des phénomènes écologiques, elle n’en introduit pas moins une sérieuse difficulté dans les programmes de reconnaissance et de localisation des unités de végétation à l’aide des enregistrements satellites.

Figure 4 : Continuité des évènements naturels

Figure 4 : Continuité des évènements naturels

D’après J.C. Rameau, ENGREF Nancy, 1995

16“La continuité spatiale demeurera toujours une contrainte” admet Y. Guermond (1995), qui établit une relation entre le fait de diminuer la quantité d’information spatiale, finalité de l’interprétation des données de télédétection, et de “fermer” les domaines étudiés.

Mise en œuvre cartographique

17La validité des modèles écologiques que nous venons de passer en revue est à rattacher aux niveaux d’échelles d’appréhension des phénomènes spatiaux, les étages de végétation peuvent ainsi être subdivisés en horizons : montagnard inférieur, montagnard moyen et montagnard supérieur. Pour nous, les choses sont un peu différentes puisque les images satellites introduisent un nouveau rapport entre la finesse des contenus sémantiques et l’échelle de représentation des phénomènes observés : quelle que soit l’échelle de restitution des traitements, l’unité spatiale de référence demeure le pixel, avec sa résolution spatiale et sa définition spectrale, au moins lorsque l’interprétation des données est automatique. “Les données de télédétection n’ont pas d’échelle” signalait déjà en 1982 F. Verger. Techniquement, les continuités naturelles décrites par Rameau nous ont imposé l’utilisation de fenêtres mobiles permettant de glisser progressivement depuis une unité vers une autre le long des versants, façon d’estomper les discontinuités mais non de les éliminer.

Figure 5 : Introduction des transitions dans les délimitations

Figure 5 : Introduction des transitions dans les délimitations

18Ce principe est opérant pour une certaine échelle d’observation des écosystèmes mais un cadrage plus fin révèle des nuances à l’intérieur des zones typiques et une certaine typicité à l’intérieur des franges : pour tous les niveaux d’analyse, on peut ainsi mettre en évidence des centres et des périphéries.

19Les propriétés du milieu à réfléchir le rayonnement solaire constituent un indicateur biocénotique qui, couplé au topocomplexe, offre une traduction de l’écocomplexe. Nous avons ainsi traité conjointement les données dérivées du modèle de terrain avec les enregistrements satellites. Pour ne pas imposer de ruptures franches et respecter le flou des transitions écologiques, nous avons adopté une restitution en composition colorée des résultats d’analyses factorielles.

Figure 6 : Les écocomplexes du massif vosgien

Figure 6 : Les écocomplexes du massif vosgien

20À l’échelle des hautes Vosges, cette restitution offre une formidable validation des modèles écologiques en opposant les fonds de vallées verts aux lignes de crêtes bleues ou rouges selon la position dans le massif ; les grands versants apparaissent avec acuité, les oppositions est-ouest et nord-sud sont marquées.

21Dans le détail, les nuances sont pourtant plus subtiles et l’interprétation des résultats du traitement est plus délicate. Ainsi, une très ferme différentiation se manifeste entre les retombées du Hohneck, au nord, et celles du Ballon d’Alsace, au sud, introduisant le degré de méridionalité parmi les facteurs d’organisation spatiale de la végétation. Enfin, au fond des cirques glaciaires, les compositions floristiques présentent une organisation assez indépendante des grandes structures qui caractérisent le massif, les conditions extrêmes de pente et la minéralité l’emportant sur les oppositions de versants.

De la composition colorée aux documents de gestion

22L’image issue du traitement multivarié fournit des transitions progressives, elle ne nomme pas de façon spécifique des unités de végétation et les classe encore moins selon le degré de patrimonialité qui fonde pourtant les politiques de gestion des milieux naturels. Pour être utilisable, elle a donc été transformée par classifications multiples en un plan thématique discontinu. La méthode accorde une grande importance aux facteurs fonctionnels physiques dans la reconnaissance des unités de végétation, au point qu’il fut parfois difficile de trancher entre présence théorique et présence effective des habitats. Cette première carte entretenait donc une confusion entre la composition floristique affectée par les pratiques sylvicoles et agricoles et le potentiel écologique du milieu : type écologique optimal, fondé sur la position dans le topocomplexe. Cette confusion n’est au demeurant pas inhabituelle, les typologies forestières, qui servent de base aux nouvelles politiques sylvicoles, ne font-elles pas de la présence d’érables, par exemple, une caractéristique accessoire des érablières (Oberti 90) ?

23Une seconde expérience nous a menée plus loin dans la démarche, elle concerne un environnement très différent : le val de Saône.

Des micro-étages de végétation dans l’espace alluvial ?

24Comme pour l’espace montagnard, nous analysons les principes théoriques d’organisation des milieux alluviaux avant d’en donner une traduction spatiale.

Le modèle écologique

25Les multiples recherches sur la flore des prairies inondables montrent que les formations végétales riveraines de la Saône s’organisent selon un double gradient écologique, granulométrique et hydrique (Duvigneaud, 1965, 1988 ; Simonnot, 1990 ; Trivaudey, 1995 ; Chambaud, 2001). Comme dans le domaine montagnard, pourtant, le déterminisme topographique est important dans l’explication de l’organisation des composantes de ces milieux humides chez certains auteurs. Ainsi, dans sa thèse, M. J. Trivaudey classe les prairies

26en systèmes longuement inondables, moyennement inondables et peu inondables en liaison directe avec la topographie locale : haut niveau, niveau intermédiaire et bas niveau. Le degré de patrimonialité. des unités de végétation est en outre parfaitement ajusté sur cette systématique et il peut donc être tentant, pour les organismes gestionnaires, de caler leur grille d’intervention sur l’organisation du milieu en toposéquences, accordant une attention particulière aux prairies les plus basses et délaissant les plus élevées.

27Cette relation est d’autant plus intéressante pour eux que le lit majeur est attentivement suivi dans le cadre du plan de prévention des risques ; caler le niveau d’intérêt écologique sur la cote d’altitude reviendrait à relier patrimonialité et inondabilité, donc à mener deux opérations en une. Mais d’autres auteurs montrent que cette structuration rend indirectement compte de l’existence d’une relation entre d’une part le gradient hydrique : humide, frais et sain, et d’autre part la texture des sols : argileuse, limoneuse puis sableuse, qui pèse très fortement sur les conditions édaphiques donc sur l’écologie des communautés végétales (Simonnot et al., 1990 ; Chambaud, 2001).

Figure 8 : Fonctionnement de l’aquifère aux environs de Seurre (vallée de la Saône)

Figure 8 : Fonctionnement de l’aquifère aux environs de Seurre (vallée de la Saône)

D’après Simmonot et al. 90

28Pour notre exemple alluvial, l’opposition entre les modèles semble plus liée à l’appartenance des auteurs à des écoles différentes (phytosociologie et phytoécologie) qu’à une évolution des constructions dans le temps.

29Au-delà des inversions, comme dans l’espace montagnard, on observe le long des fleuves et rivières des transitions entre les unités de végétation, la continuité des phénomènes écologiques décrite par Rameau a donc une dimension générale. Dans les milieux alluviaux toutefois, la rapidité des transitions est telle que le couple continu/discontinu s’y appréhende sur des distances très différentes. Dans les Vosges, les transitions s’opéraient sur quelques centaines de mètres, ici elles interviennent sur quelques mètres, voire moins dans certains cas.

2.2 - APPLICATION AU TRAITEMENT DES DONNÉES SPATIALES

30Pour l’étude du val de Saône, nous avons remplacé le modèle numérique de terrain par une image satellite enregistrée à la fin de l’hiver, à l’occasion d’une crue juste débordante, intégrant ainsi tous les facteurs de l’engorgement des sols dans la signature spectrale. Nous l’avons ensuite couplée à une seconde couverture multidates et multicapteurs qui nous offrait un complément d’information sur les biocénoses. Les exigences d’identification des milieux étaient très grandes ; pour les satisfaire, nous avons dû enchaîner les traitements de façon emboîtée : la déconstruction du système fut d’abord opérée à partir des critères abiotiques, offrant un gradient de sept types hydros édimentologiques des plus hydromorphes aux plus séchards. Chacun fut à son tour subdivisé en sept à dix catégories sur des bases biocénotiques pour fournir, au final, 64 références écosystémiques élémentaires. Par assemblages, ce plan d’informations extrêmement détaillé permettait de multiples reconstructions du système selon les orientations fixées par les gestionnaires du milieu. C’est ainsi que furent distingués, selon les nomenclatures de référence, des habitats existants et des habitats potentiels.

Figure 9 : Principe de déconstruction/reconstruction du système alluvial

Figure 9 : Principe de déconstruction/reconstruction du système alluvial

31L’assemblage des sous-unités caractéristiques de l’état actuel du système (habitats spécifiques) transcende assez largement le gradient abiotique alors que la simulation des habitats potentiels le respecte assez bien, attestant l’effet déterminant des actions humaines dans l’organisation spatiale effective des écosystèmes de la vallée. Cette prédominance du facteur humain était beaucoup moins nette pour les forêts vosgiennes, malgré leur exploitation très poussée.

32En définitive, l’analyse des données satellites confirme en partie le classement de M. J. Trivaudey mais introduit un élément de complexité supplémentaire dans la relation entre situation topographique et engorgement des sols : certaines structures sédimentologiques en relation avec des niveaux de nappe perchée peuvent en effet constituer des pièges à humidité dans des positions relativement élevées, si l’on y ajoute l’effet des travaux d’endiguement et d’assainissement sur les transferts latéraux, on obtient un schéma fonctionnel complexe qui nuance le déterminisme altitudinal de l’organisation des prairies hygrophiles, imposant donc de traiter indépendamment la question des inondations de celle de la végétation.

2 - DE LA RÉALITÉ ÉCOLOGIQUE AU DOCUMENT DE GESTION

33Dans les Vosges comme dans le val de Saône, l’opération s’inscrivait dans la perspective du projet européen très controversé Natura 2000. Ce programme s’appuie en partie sur des déclinaisons de la nomenclature CORINE Biotopes, qui fonde sa légitimité sur la taxonomie phytosociologique mais n’offre pas de contrepartie cartographique. Les difficultés d’application et les hésitations qui entourent Natura 2000 expliquent bien l’intérêt porté par les gestionnaires à des méthodologies robustes permettant de statuer sur l’inscription ou non d’une portion d’espace dans le réseau. Pourtant, cette rigueur technocratique de la directive européenne et des protocoles de cartographie peut toujours donner lieu à des interprétations variées, parfois fantaisistes, à l’occasion de l’application du programme par les acteurs locaux : l’objectif est-il de statuer sur des états écologiques en place ou sur des états qui pourraient voir le jour si une politique spécifique était conduite ? Cette nuance a des incidences considérables sur les délimitations et les superficies à traiter.

2.1 - DANS LE MASSIF VOSGIEN

34Dans la première expérience, le flou des contenus sémantiques de notre plan d’information pouvait être mis à profit par le gestionnaire pour exprimer la complexité des résultats de l’analyse et conserver une marge de man’uvre dans l’utilisation de la base spatiale, c’est ainsi que furent réunies des unités écologiques présentes et potentielles. Les premières sont donc celles que l’on retrouve effectivement sur le terrain, comme les emblématiques chaumes sommitales dont la naturalité climacique est loin de faire l’unanimité, les secondes étant celles qui pourraient se reconstituer ou se constituer (ont-elles jamais existé ?) par le biais d’une modification des pratiques. Pour les Vosges, la construction mêlant présent et potentiel offrait un document peu lisible mais peut-être plus facile à présenter en concertation. Cette confusion fut assumée par les gestionnaires, elle limitait les possibilités d’utilisation systématique du document, laissant place à la négociation et à certains ajustements des transitions entre les aires à protéger et les autres : habitats présents ou potentiels ?

2.2 - DANS LE VAL DE SAÔNE

35Pour le val de Saône, le gestionnaire a poussé plus loin le processus et demandé que les écosystèmes soient restitués selon des objectifs variés : deux niveaux de complexité d’assemblage des habitats présents, un troisième niveau d’analyse simulant les effets d’une politique de restauration des milieux. Nous avons ainsi proposé, en lieu et place du document cartographique exprimant des discontinuités figées, une base de données numériques vivante permettant d’adapter la restitution spatiale au projet du moment : discontinuités décisionnelles dans la continuité naturelle, les résultats du traitement d’images étant ensuite transformés en polygones pour être introduits dans une base de données autorisant des croisements multiples avec d’autres données géographiques, selon la logique cadastrale.

36Sur le tableau de la figure 10, la première colonne fait apparaître le gradient sédimento-hydrique établi à partir de l’image enregistrée en période froide de hautes eaux et codé HTS 1 à HTS 7. Pour chacun de ces types, le traitement des autres images de la base introduit en deuxième et troisième colonne les distinctions de couverture végétale avec le code NATURA 2000, patrimonial, dans l’une et le code CORINE, plus riche, dans l’autre. Chaque item de la base constitue un type écologique particulier identifié sur le terrain, des unités de composition légèrement différente implantées sur des milieux différents peuvent pourtant être rattachées au même poste de nomenclature. Connaître la position de la classe dans la hiérarchie des traitements peut être utile aux acteurs pour ajuster une mise en œuvre individualisée du programme de gestion, mais ne doivent apparaître sur la carte que des ensembles qui permettront de justifier du statut des parcelles : code CORINE ou code NATURA, dedans ou dehors. Des regroupements sont donc nécessaires, ils sont réalisés dans les trois dernières colonnes. Par le biais de multiples assemblages, la méthode autorise une reconstruction du système au niveau de complexité désiré par l’opérateur, ici, une carte très détaillée et une autre plus globale qui seront présentées successivement aux différentes catégories d’acteurs, permettant d’ajuster les discontinuités au compromis politique.

37En remontant dans la filiation entre les classes, on parvient même à proposer la vision prospective d’un environnement alluvial exploité selon des règles écologiques strictes qui élimineraient les labours du champ d’inondation : carte dont l’introduction dans le débat public pourrait s’avérer beaucoup plus délicate.

Figure 10 : Des discontinuités construites par le projet politique

Figure 10 : Des discontinuités construites par le projet politique

2.3 - LES DISCONTINUITÉS NE SONT PAS SEULEMENT SPATIALES

38Les traitements d’images ont révélé que des états différents du système pouvaient être regroupés au sein d’une même catégorie CORINE. Inversement, malgré le détail des 64 références écosystémiques élémentaires saônoises, nous ne sommes pas toujours parvenus à établir la contrepartie spatiale des discontinuités sémantiques de la nomenclature écologique. Comme dans la démarche de délimitation, le regroupement en unités de référence des multiples configurations écologiques fait en effet à nouveau violence au continuum écologique. L’observation à travers le prisme spatial de ce nouveau décalage entre continu et discontinu met en évidence deux types d’arrangements : des mosaïques et des combinaisons stratifiées.

Figure 11 : Types d’arrangements spatiaux caractéristiques des transitions entre items de la nomenclature

Figure 11 : Types d’arrangements spatiaux caractéristiques des transitions entre items de la nomenclature

39Les images que nous utilisons sont toutes ramenées par calcul à la résolution spatiale de 10 mètres. Pourtant, malgré cette précision de l’observation, nos références écologiques élémentaire réunissent parfois deux termes de la nomenclature :.forêt de frênes et d’aulnes. Avec plantation de peupliers’. Il arrive en effet que des lambeaux de forêt alluviale soient plantés sur leurs marges de quelques rangées de peupliers, produisant dans le paysage une mosaïque difficile à dissocier. Dans le cas présent, le problème est typiquement lié à la résolution des images utilisées qui ne permet pas de trancher entre deux éléments de couverture, mais l’amélioration des résolutions ne lèverait pourtant pas toutes les associations de ce type. On rencontre en effet, dans le deuxième cas, une organisation en strates avec les prairies du Bromion racemosi sous de jeunes peupleraies’, ou des ourlets hygrophiles. qui pénètrent dans l’aulnaie frênaie : véritables chevauchements entre les discontinuités de la nomenclature. Contrairement à une idée répandue, ce n’est pas l’amélioration de la résolution spatiale des images satellites qui permettra de résoudre la question de la mixité des pixels, bien sûr parce que cette mixité s’inscrit souvent dans la dimension verticale, mais aussi parce que les images à très haute résolution font apparaître d’autres organisations spatiales, composées d’objets plus petits, à des niveaux d’enchevêtrement plus fins. Ainsi, les nouvelles images SPOT 5, dont les pixels peuvent être ramenés à 2,5 mètres de résolution, permettent de nouvelles applications mais ne règlent en rien la question de la mixité des pixels en télédétection, Y. Poncet (1983) le montrait déjà pour d’autres écarts de résolution il y a une vingtaine d’années à propos des images NOAA et des images Landsat MSS.

CONCLUSION

40Si le hiatus entre le continuum spatial et le document foncier réglementaire est admis, les limites sémantiques de la nomenclature phytosociologique sur laquelle se fondent les orientations de gestion offrent un autre exemple, moins classique, de discontinuité décisoire dans la continuité naturelle. (Bourdieu, 1980), la dichotomie continu-discontinu dépasse ainsi largement le cadre des délimitations dans l’espace. Pour ces dernières, nous établissons une relation très forte entre le niveau scalaire et la discontinuité des phénomènes géographiques : à l’échelle du massif vosgien, les zonages généraux des biologistes sont confirmés par le traitement des données spatiales ; à plus grande échelle, la structuration de l’espace apparaît toute en nuances et en complexité, les transitions s’épaississent, la continuité des phénomènes se manifeste. C’est pourtant à cette échelle et au niveau parcellaire que sont établis les documents de gestion écologique de l’espace. Les discontinuités deviennent alors des constructions sociales, des discontinuités de projet dans le continuum géographique ; elles reposent bien-entendu sur une réalité écologique, mais intègrent d’autres considérations qui relèvent du jeu très compliqué des acteurs : administration, élus, agriculteurs, forestiers, associations écologistes, chasseurs. L’outil géographique de reconnaissance des milieux doit alors permettre d’adapter la restitution cartographique au compromis politique.

41Mais la technique raster. utilisée, qui fonde à la fois le modèle numérique de terrain et les images satellites, est pourtant elle-même fondamentalement discontinuiste puisqu’elle prend la forme d’une discrétisation de l’espace en mailles régulières ! L’utilisation de tels outils n’est-elle donc pas contradictoire pour analyser des phénomènes spatiaux continus ? Question d’échelle, à nouveau.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Boudot J.-P., 1976, Écologie du paysage et processus de pédogenèse sur les Grauwackes de la série du Marhstein (Hautes-Vosges), thèse de 3ème cycle, Strasbourg, 153 p.

Bourdieu P., 1980,.L’identité et la représentation. Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région., Actes de la recherche en sciences sociales, n° 35, 63-72.

Carbiener R., 1963,.les sols du Hohneck, leur rapport avec le couvert végétal’, Le Hohneck, Éd. Assoc. Philomat. Als, Strasbourg, 103-154.

Chambaud F., 2001, Influence du milieu, de la fauche et de la pâture sur la biodiversité et la valeur fourragère des prairies inondables du Val de Saône bourguignon, Mémoire soutenu pour l’obtention du titre d’Ingénieur D’E., spécialité Agriculture. ENESAD, Dijon, 46 p + annexes.

Cornaert M.H., 1992, Mieux connaître notre environnement pour mieux le gérer ; du programme CORINE à l’agence européenne de l’Environnement, Actes du colloque FI3G, Aurillac, 17-27.

Couderchet L., 2000, CORINE BIOTOPE reconnaissance par télédétection et SIG - L’exemple des Hautes-Vosges, Photo-Interprétation 1999/3-4, 28-35.

Duvigneaud J., 1965,.Distribution et écologie de Carex melanostachya dans la vallée de la Saône (France)., LEJEUNA, 36, 1-4.

Duvigneaud J., 1988,.La végétation des prairies de la plaine alluviale de la Saône (départements de l’Ain, du Rhône et de la Saône et Loire), Colloques phytosociologiques, XVI, phytosociologie et pastoralisme, Paris.

Guermond Y., 1995,.Information, informatique et systèmes d’information géographique., Encyclopédie de géographie, Éd. Economica, Paris, 277-292.

Lemoigne J.-L’, 1978, La théorie du système général, PUF, Paris.

Oberti D. 1990, Catalogue des stations forestières des Vosges alsaciennes, CRPF de Lorraine-Alsace.

Poncet Y, 1983,.La télédétection spatiale dans un inventaire géographique à petite échelle., L’espace géographique, n°3, 173-184.

Rameau J.C., 1985, Le massif vosgien, végétation naturelle, types de forêts, ENGREF Nancy, 30 p.

Rameau J.-C. 1995, Typologie et cartographie des milieux naturels en vue de leur gestion, Colloque Nancy.

Simonnot J-L. et al., 1990,.Élaboration d’un schéma d’aménagement hydraulique destiné à limiter l’impact des crues justes débordantes’, Rapport de phase 3 : état de fonctionnement des écosystèmes du val de Saône, CAE, Université de Bourgogne, pour Agence de bassin Rhône-Méditerranée-Corse.

Trivaudey M.-J., 1995, Contribution à l’étude phytosociologique des prairies alluviales de l’Est de la France (Vallées de la Saône, de la Seille, de l’Ognon, de la Lanterne et du Breuchin) : Approches systémiques, Thèse Université de Franche-Comté, 205 p.

Verger F., 1982, L’observation de la terre par les satellites, PUF, Paris.

Notes

1 Maître de conférences de géographie, UFR géographie et aménagement et laboratoire Intermet, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Schéma théorique de l’étagement de la végétation dans le massif vosgien
Légende D’après J.C. RAMEAU, ENGREF Nancy, 1985
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Figure 2 : Organisation générale du massif
Légende Inspiré de R. Carbiener, 1963
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Figure 3 : Distribution des climats et limites d’influences
Légende Inspiré de Boudot 1976
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 4 : Continuité des évènements naturels
Légende D’après J.C. Rameau, ENGREF Nancy, 1995
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2379/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Figure 5 : Introduction des transitions dans les délimitations
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2379/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Figure 6 : Les écocomplexes du massif vosgien
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2379/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Figure 8 : Fonctionnement de l’aquifère aux environs de Seurre (vallée de la Saône)
Légende D’après Simmonot et al. 90
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2379/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Figure 9 : Principe de déconstruction/reconstruction du système alluvial
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2379/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Figure 10 : Des discontinuités construites par le projet politique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2379/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 11 : Types d’arrangements spatiaux caractéristiques des transitions entre items de la nomenclature
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2379/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable