Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles)

 | 
Myriam Bacha

Partie I. Fabrications politiques et identitaires

Orientalisme, folklore, romanité, méditerranéité, modernité : débat sur la construction de la ville coloniale en Libye au cours des années 1930

Federico Cresti

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’URBANISME ET L’ART DE GOUVERNER LES PEUPLES

Avec la conquête de l’Éthiopie (1936) et la proclamation de l’empire1, le débat sur l’architecture dans les colonies, qui avait commencé en Italie quelques années auparavant dans le cadre d’une problématique plus générale concernant l’architecture du régime fasciste2, prit une nouvelle envergure. La politique impériale eut parmi ses conséquences le lancement de nouveaux projets pour l’aménagement des principales villes des territoires colonisés. La question se posa alors des « formes », du « style » à adopter pour les villes africaines et, pour trouver une réponse à cette question, plusieurs architectes et théoriciens de l’architecture se tournèrent vers l’une des expériences coloniales italiennes les plus anciennes en terre d’Afrique : celle de la Libye.

Le débat ne tournait pas seulement autour de l’esthétique urbaine : il avait surtout des implications dans les domaines politique et social. La question se posait du rôle de l’urbanisme e...

Auteur

Cresti Federico, professeur des Universités en histoire, directeur du Centro per gli studi sul mondo islamico contemporaneo e l’Africa – Cosmica, université de Catane, Italie.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540