Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre VI − La consolation

Érasme : théorie et pratique de la lettre de consolation

Etienne Wolff

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En préalable, on soulignera la difficulté qu’il y a à définir la lettre de consolation. En effet comment la distinguer du genre de la consolation ? Dans les deux cas il s’agit de textes adressés à un destinataire (qui peut parfois être l’auteur lui-même, ainsi pour la célèbre Consolation perdue de Cicéron). Deux critères paraissent néanmoins pouvoir être retenus : la longueur d’abord, qui est plus grande dans le genre de la consolation ; ensuite, la présence ou l’absence, en tête et à la fin, des formules qui ouvrent et terminent traditionnellement les lettres. Ainsi les trois Consolations de Sénèque, qui sont des lettres publiques, ne portent pas ces formules. Encore moins les trouve-t-on, par exemple, dans la Consolation en trois livres qu’au xvie siècle le médecin milanais Jérôme Cardan s’adressa à lui-même1. Mais venons-en à Érasme.

Érasme a écrit un grand nombre de lettres, dont il a publié des recueils partiels2, et il a théorisé l’art épistolaire dans le De conscribendis epist...

Auteur

Université Paris Ouest Paris X

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable