Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre VI − La consolation

Compassion et consolation dans les lettres de Maxime Planude

Jean Schneider

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la correspondance de Maxime Planude, et probablement dans beaucoup d’autres recueils épistolaires, la douleur intervient principalement à trois niveaux. Planude peut exprimer sa douleur d’être séparé du destinataire1, ou celle qu’éprouve le destinataire d’être séparé de lui2, voire celle d’un tiers qui est séparé de l’un des deux partenaires de l’échange épistolaire3. Cette douleur de la séparation doit être atténuée par la lettre4. Si cette consolation fait défaut, le silence épistolaire cause un supplément de douleur5. Cette douleur convient à la lettre amicale, le premier des Types épistolaires du Pseudo-Démétrios, le septième des Genres épistolaires du Pseudo-Libanios, et dans une telle lettre l’expression de la douleur relève d’une sorte de métalangage, puisqu’elle légitime et commente la pratique épistolaire elle-même. À un deuxième niveau, la douleur peut motiver une sollicitation, dans une lettre de requête (axiômatikos, douzième type dans le répertoire du Pseudo-Démétr...

Auteur

Université Lyon II

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable