Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre VI − La consolation

La lettre, remède souverain chez les auteurs grecs chrétiens

Marie-Ange Calvet-Sebasti

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Théodoret, évêque de Cyr au ve siècle, écrit de façon un peu vive à Domnus, évêque d’Apamée1 : « La loi de la charité fraternelle réclamait qu’en ce moment nous recevions beaucoup de lettres de ta piété. Car le divin apôtre invite à pleurer avec ceux qui pleurent et à se réjouir avec ceux qui se réjouissent. »2

Cet appel à la sympathie, à la compassion, et spécialement par l’intermédiaire de la lettre, qui peut en être le vecteur, sous-tend, avec ou sans cette justification scripturaire précise, la correspondance des auteurs grecs chrétiens de l’Antiquité tardive, qui ont rempli, pour la plupart, des fonctions épiscopales (outre Théodoret de Cyr, Grégoire de Nazianze, Grégoire de Nysse et son frère Basile de Césarée, Jean Chrysostome, Firmus de Césarée, qui seront principalement cités3). Les mots de l’apôtre Paul, ceux de Jésus dans le passage du Sermon sur la montagne connu sous le nom de « Béatitudes »4 sont présents à l’esprit de ces épistoliers lorsqu’ils demandent une consolatio...

Auteur

CNRS
Maison de l’Orient et de la Méditerranée

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable