Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre V − Le deuil

Catulle et la mort du frère

Déborah Roussel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son « Catulle épistolier », Léon Nadjo avait étudié notamment le carmen 68a de Catulle, sa composition, sa parenté avec l’élégie latine, et il concluait ainsi : « Au terme de cette étude, il apparaît que la souffrance est, quoi qu’il en dise, loin d’inhiber chez Catulle toute possibilité de création poétique. On en vient même à se demander si les poèmes ainsi créés n’ont pas pour vertu d’apaiser le chagrin, de transfigurer la douleur dans le chant. »1 Je souhaite donc poursuivre cette réflexion, en élargissant ma recherche aux autres poèmes catulliens qui s’apparentent à des lettres et qui expriment la souffrance du poète à la suite de la disparition de son frère.

En effet, parmi le peu d’éléments biographiques dont nous disposons concernant Catulle, nous savons que le poète, né en 87 si l’on en croit la Chronique de saint Jérôme2, perdit son frère, alors que ce dernier effectuait un voyage à Troie, vers l’an 60 avant notre ère. Trois années après, avec son ami Helvius Cinna, Ca...

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable