Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre V − Le deuil

Après la mort de Tullia : parole et silence

François Guillaumont

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De façon quelque peu inattendue, Prosper Mérimée parle de Cicéron dans sa fameuse nouvelle Colomba, publiée en 1840. Voici ce qu’il écrit : « Cicéron, désespéré de la mort de sa fille Tullia, oublia sa douleur en repassant dans son esprit toutes les belles choses qu’il pourrait dire à ce sujet. »1

Cicéron a-t-il oublié rapidement sa douleur ? Ce n’est pas ce que suggère une lecture tant soit peu attentive et objective de sa correspondance2. Mais nous voudrions surtout montrer qu’en fait l’orateur n’a, pour ainsi dire, jamais parlé de la mort de sa fille. Dans les lettres qui vont de mars à mai 45, il évoque régulièrement son chagrin paternel, mais ne revient jamais sur l’événement douloureux en lui-même, ne nomme jamais sa fille et ne rappelle que très rarement la personnalité de celle-ci : dans ces lettres, tout aussi important que la parole apparaît donc le silence.

Nous commencerons par un rappel biographique et chronologique : à l’automne 46, Tullia, fille de Cicéron, âgée d’une t...

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540