Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre IV − La souffrance amoureuse

La douleur de l’absence : les lettres de Pline le Jeune à Calpurnia

Nicole Méthy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’une des caractéristiques les plus évidentes de la correspondance de Pline le Jeune est l’extrême variété des personnages, presque aussi grande que celle des textes. La plupart ne sont destinataires que d’une seule lettre. Rares sont ceux qui en reçoivent plusieurs et acquièrent, par là, un peu plus de relief. Parmi eux, se détache la figure de l’épouse de Pline, Calpurnia, en raison de son identité, mieux connue que celle de bien des correspondants, et de sa proximité avec l’épistolier, comme du nombre de passages qui lui sont consacrés. Simplement mentionnée à diverses reprises, elle constitue le sujet de trois lettres, et trois autres lui sont adressées1. Le premier groupe est d’une relative hétérogénéité, due aux faits relatés et aux circonstances de sa rédaction. Le second doit son homogénéité à l’omniprésence de celle qui en est non seulement destinataire mais aussi objet ; car, écrivant à Calpurnia, Pline parle de Calpurnia elle-même. Il semble donc être le plus significatif...

Auteur

Université Bordeaux 3

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540