Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre IV − La souffrance amoureuse

La souffrance de Byblis dans la lettre à son frère Caunus

Simone Viarre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le thème de l’inceste est fréquent chez Ovide, qui l’aborde à la fois du point de vue moral et du point de vue psychologique. Le nom de Byblis apparaît dans l’Art d’aimer1 et dans l’Ibis2, en dehors de l’important épisode des Métamorphoses qui m’intéresse ici. On rencontre aussi, et souvent en même temps, Myrrha3, Phèdre4 et Canacé5 plusieurs fois, avec un passé littéraire sous-jacent et des accents euripidéens6. Mais Byblis est la seule à écrire dans un poème épique une lettre d’aveu et de prière qui détermine la fuite de son frère et sa propre transformation en fontaine de larmes, sans qu’il y ait eu la moindre consommation de l’inceste Selon la version la plus connue, Byblis est la fille de Milet, lui-même fils d’Apollon, et de Cyanée, fille du Méandre. Remarquons en passant qu’il y a là beaucoup d’eau avant même que Byblis ne devienne source. Le récit d’Ovide et la lettre de son héroïne peuvent être appréhendés de deux façons que je considérerai tour à tour, puisqu’il y a ici un...

Auteur

Université Charles de Gaulle Lille 3

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540