Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre III − L’exil

Douleur et inspiration dans les Héroïdes et les lettres d’exil d’Ovide

Élisabeth Gavoille

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Vous n’écoutez pas mon chant ?, cria Ovide, c’est le chant du poète Ovide, celui qui a enseigné l’art d’aimer, qui a parlé de courtisanes et de fards, de miracles et de métamorphoses !
Mais sa voix était un sifflement indistinct...
Antonio Tabucchi, Rêves de rêves
« Rêve de Publius Ovidius Naso, poète et courtisan »

Dans la 15e Héroïde, assez généralement attribuée à Ovide1, c’est une Sappho abandonnée et déchue qui confesse : Dolor artibus obstat, « La douleur fait obstacle aux œuvres2 ». Trahie par l’oublieux Phaon, la poétesse se lamente d’avoir perdu ses facultés créatrices. La douleur (le mot revient 3 fois dans l’épître) se manifeste dans l’oubli du cultus, la négligence corporelle (v. 73 sqq.) et la décadence de l’art. Son ingenium, dit-elle, est réduit au silence (v. 100 et 122). Une telle représentation remonte, comme le précise Heinrich Dörrie dans son commentaire, à la définition platonicienne de l’âme comme toujours en mouvement (ἀεὶ κινητόν), de sorte que mutisme signifie m...

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540