Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre III − L’exil

Les souffrances de l’exil dans la Correspondance de Cicéron

Émilia Ndiaye

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Élu à l’unanimité consul en 63, Cicéron réprime la conjuration menée par son rival malheureux Catilina en faisant voter, en décembre de la même année et contre l’avis de César, l’exécution de tous les complices. Cette décision est appliquée le jour même et une fois le dernier conjuré exécuté, Cicéron s’adresse à la foule par un Vixerunt célèbre, acclamé par le peuple comme le sauveur de l’État et qualifié de Pater Patriae. Mais, dans les années qui suivent, la fortune change en la personne de Clodius, soutenu par César et qui brigue le tribunat de la plèbe en 58. À peine entré en charge, Clodius propose, parmi d’autres, un projet de loi, De capite ciuis Romani, visant Cicéron : tout citoyen ayant mis à mort un autre citoyen romain sans jugement serait aquae et igni interdictus, c’est-à-dire retranché de la communauté. Cicéron n’attend pas le vote pour quitter Rome, après avoir tenté de persuader ses amis, dont Pompée dans sa villa d’Albe, de plaider en sa faveur. Clodius fait voter ...

Auteur

Université d’Orléans

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540