Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre II − Le corps et ses maux

Des mots aux maux : la correspondance d’Érasme ou comment apprivoiser la douleur

Christine Bénévent

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Érasme était connu pour avoir l’épiderme sensible : parmi ses nombreux détracteurs, certains furent des opportunistes qui, à la manière d’Érostrate, préféraient être connus pour les méfaits dénoncés dans la réponse indignée qui allait assurer leur célébrité, que rester dans l’ombre. Leur virulentia s’exprime sous forme de flèches et traits empoisonnés (iniecto iaculo venenis, Ep. 1, 30, 40)1, auxquels Érasme oppose un simple bouclier (l’hyperaspistes est le titre de sa réponse à Luther) ; le calame est une arme dont on use comme d’une épée, pour faire rendre gorge (quam vt calamo iugularet quem gladio non poterat, Ep. 1, 28, 2-3). Dans le Catalogus d’où sont extraites ces citations, comme dans la correspondance en général, la violence des attaques menées plume à la main se traduit par des images guerrières et des atteintes physiques.

C’est à cette réalité physique, à un épiderme non métaphorique, que je voudrais m’intéresser ici : Érasme a consacré nombre de lettres à la description ...

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable