Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours

 | 
Patrick Laurence
, 
François Guillaumont

Chapitre II − Le corps et ses maux

Galien de Pergame et la pratique épistolaire

Véronique Boudon-Millot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on excepte le cas bien connu des Lettres hippocratiques, vingt-quatre lettres apocryphes censées être écrites par Hippocrate, à Hippocrate ou à propos d’Hippocrate dont les plus anciennes existaient déjà au ier siècle de notre ère, le genre épistolaire semble avoir assez peu inspiré les médecins grecs1. En outre, quand elles existent, ces lettres de médecin sont rarement consacrées à un contenu purement médical : le premier groupe de lettres hippocratiques (Lettres 1-9) est ainsi relatif à l’invitation faite à Hippocrate par le roi de Perse Artaxerxès et au refus du médecin de Cos de soigner un peuple de barbares ; le deuxième groupe (Lettres 10-21 et 23) relate la rencontre d’Hippocrate avec le philosophe Démocrite d’Abdère ; tandis que les deux lettres 22 et 24 rassemblent l’une, les conseils adressés par Hippocrate à son fils Thessalos et l’autre, des préceptes de bonne santé adressés au roi Démétrios de Macédoine2.

Au iie siècle de notre ère, le médecin Galien, originaire de...

Auteur

CNRS Université Paris-Sorbonne - Paris IV

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540