Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Conclusions

Maurice Sartre

Texte intégral

1Lorsque les organisateurs de ce colloque commencèrent à réfléchir au titre qu’il convenait de lui donner, le mot « patriciat » s’imposa sans discussion : tous, en apparence, nous savions de quoi nous voulions parler. Pourtant, lorsqu’on procéda à un tour de table, nous eûmes à peu de choses près tous la même réaction : le mot ne convenait en aucun cas aux réalités de la période qui nous intéressait personnellement mais nous étions prêts à l’accepter, malgré l’anachronisme ou son caractère inapproprié, puisqu’il semblait convenir aux autres ! Même les romanistes ne l’acceptaient que pour une brève période et un groupe étroitement défini de la société romaine au temps de la République. En choisissant un tel titre, nous étions donc, semble-t-il, en porte-à-faux avec les réalités, et risquions fort de ne pas nous faire comprendre. Ce ne peut être par inconscience, ou par incapacité à trouver mieux, que nous avons malgré tout poursuivi dans la même voie. Avons-nous eu raison ?

2Au terme de ces trois jours de débats, je crois que oui, et nous voici pleinement rassurés, et aussi satisfaits qu’on peut l’être au sortir d’un colloque aussi dense : nous avons bien parlé de la même chose, et nous avons même eu la bonne surprise de découvrir que le mot avait été employé par les intéressés eux-mêmes pour se décrire, à Nuremberg au xvie siècle (Thomas Zotz), à Besançon (Claude-Isabelle Brelot) et à Mulhouse (Sylvie Aprile) au xixe, et que de grands historiens du passé (Lestocquoy, Pirenne) (Henri Dubois) n’avaient pas eu scrupule à l’employer au sujet des sociétés médiévales. D’ailleurs, a rappelé Gérald Chaix, l’historiographie allemande contemporaine ne se prive pas d’employer le terme, même s’il l’on distingue des niveaux à l’intérieur de cette catégorie unique. Est-ce à dire que la notion a soudain acquis une légitimité ? J’en doute, et on peut regretter que cet emprunt à une réalité très précise, à la fois juridique, sociale et religieuse de la Rome républicaine, ne masque un peu l’hétérogénéité du sujet. Tout compte fait, le mot qu’employaient les Grecs pour désigner ce qui a été l’objet de nos débats, oἱ πρῶτοι, « les Premiers », aurait sans doute l’avantage de mieux préserver la diversité des situations, car ce n’est sûrement pas la même chose d’être « le Premier » à Athènes ou à Cremna, à Paris ou à Rodez, à Nuremberg ou à Marvejols.

3L’absence d’un mot commun aux historiens est sans doute le reflet de cette hétérogénéité du sujet, même si, à une époque donnée, s’impose un vocabulaire commun qui peut créer l’illusion : Stephen Mitchell nous a bien montré comment les mêmes mots pour dépeindre l’évergétisme traduisaient des réalités différentes en Phrygie, en Lycie, en Pisidie, pour ne rien dire de la Syrie ou de la Cappadoce. Mais la difficulté remonte à l’origine même de ces groupes privilégiés. Eux-mêmes, pour se désigner, utilisent quantité de noms aux connotations bien différentes : des « Gras », des « Biens-Nés » ou des « Cavaliers » grecs au « Tout-Lyon » du début du xxe siècle, on se situe dans des champs sémantiques fort éloignés. C’est donc que les « patriciats » se perçoivent eux-mêmes selon des critères variables ; leurs mots traduisent leurs systèmes de valeur et leurs critères de reconnaissance. Comment s’étonner que nous ayons nous-mêmes autant de peine à les désigner ? Les communications ont présenté une telle variété de situations de l’Allemagne au Portugal, de l’Asie Mineure antique à l’Alsace contemporaine en passant par le Rouergue, qu’on pourrait être tenté de nier l’existence même d’un tel groupe. Pourtant, il me semble que les traits communs ne manquent pas et que, si les réponses diffèrent, voire partent dans des directions opposées, les questionnements, les modes d’analyse des historiens se rejoignent sur l’essentiel pour décrire cette nébuleuse plus ou moins stable mais toujours puissante.

4La logique aurait voulu que l’on commençât, comme Claude Petitfrère y invitait dans son introduction, par une stricte définition de ces patriciats urbains. Et l’historien de l’Antiquité s’attendait naturellement à ce que la dimension politique, au sens large, c’est-à-dire la participation au pouvoir de gouvernement de la cité, vienne au premier rang. Sans que vous vous soyez donné le mot, il est bien évident que cet aspect des choses ne vous a guère retenu. Certes, tous les patriciens que l’on a vu défiler sont bien détenteurs d’un pouvoir, souvent politique, mais aussi bien judiciaire, plus rarement économique (dans les chambres de commerce) ou universitaire (les Doktoren de Strasbourg). Cette amorce de diversité conduit à s’interroger sur la coexistence ou la fusion de plusieurs patriciats dans une même ville : se mélange-t-on facilement entre gens dont la notabilité repose sur des bases différentes ? Sans doute la réponse varie-t-elle selon la taille des villes, mais on n’a eu que peu l’occasion d’aborder ce thème, peut-être parce qu’il était le mieux établi par les travaux antérieurs.

5En revanche, la plupart des thèmes dont Claude Petitfrère soulignait l’importance à l’ouverture des débats ont fait l’objet de nombreuses communications, richement illustrées d’exemples pris à toutes les époques et dans des régions très diverses. Le relevé de conclusions ne s’en trouve pas nécessairement facilité car la variété des situations interdit les extrapolations. Mais elle fournit à chacun des éléments de réflexion en dehors de ses propres préoccupations, ce qui est bien l’objectif essentiel d’un colloque interdisciplinaire ou, plus exactement, trans-périodes.

6Plusieurs des intervenants ont mis l’accent sur une question essentielle, celle de la stabilité et du renouvellement des patriciats urbains. Certes, il faut attendre la fin du Moyen Âge (Boris Bove) pour pouvoir disposer d’une densité de documents suffisante pour une étude statistique. Mais les résultats présentés semblent prometteurs même s’ils mettent en évidence la complexité des situations. En fait, là encore, on se heurte à des questions de vocabulaire ou de définition. Si l’on veut parler de dynastie patricienne, il faudra d’abord s’entendre sur le terme de dynastie : à partir de combien de générations de notables d’une même famille concédera-t-on qu’il s’agit d’une dynastie (Guy Saupin) ? Dans le même ordre d’idée, la notion même de famille devient contestable. Lorsque l’on étudie les relations matrimoniales de certains milieux patriciens comme celui de Paris au xiiie siècle, on se demande s’ils ne finissent pas par constituer une seule et même grande famille (Boris Bove). À Rodez (Sylvie Mouysset) comme au Mans et à Orléans (Jean-Marie Constant), les impressionnantes « pelotes » mettent en évidence l’intensité des liens familiaux entre les membres de ce groupe privilégié, même si quelques familles paraissent plus au centre du dispositif que d’autres. Sans doute une partie de la clientèle, des alliés et parents nous échappe-t-elle mais la documentation donne sans doute une image relativement précise et crédible de ces réseaux.

7Pourtant, quand bien même on prouve le caractère dynastique de la transmission du pouvoir municipal, il reste à mesurer un élément non moins déterminant : la densité d’occupation des fonctions. Est-il légitime de parler d’une dynastie patricienne pour une famille qui, à chaque génération, fournit les titulaires occasionnels de quelques charges municipales ? Peut-on parler de « dynastie » patricienne pour des familles qui, entre 1500 et 1670 fournissent deux consuls à Rodez ? Certes non, et l’on nous a fait observer que 75 % des 325 familles qui entrèrent à la maison commune de Rodez se trouvent dans cette situation (Sylvie Mouysset). La notion d’intensité paraît donc primordiale et il faut prendre en considération aussi bien la durée d’occupation des fonctions que leur importance réelle. Tout compte fait, il n’y a à terme que la vénalité des charges qui finisse par créer de véritables dynasties patriciennes en stabilisant la transmission des pouvoirs (Anne-Marie Cocula).

8Les patriciens apparaissent ainsi comme une sorte de nébuleuse relativement étendue mais où il existe un noyau dur : tous les notables ne le sont pas de la même façon, au même degré, avec la même constance. Comme le notait Guy Saupin, en faisant tourner les fonctions, on satisfait le besoin d’honneurs des gens aisés, même si, parallèlement, une minorité contrôle le vrai pouvoir. Cette manière de procéder possède le double avantage de contenter les aspirations à la notabilité et d’élargir le cercle de ceux qui sont invités à contribuer au nécessaire évergétisme municipal.

9Le renouvellement des élites tient à des causes plus variées qu’il n’y paraît. On se doutait évidemment de l’importance de la mobilité des fortunes, on ne peut s’étonner des reclassements imposés par les guerres ou les épidémies. Mais on reste surpris qu’à Rodez les notables n’aient pas réussi à contourner les règles strictes qui favorisent le renouvellement. D’une façon générale, la diversité des situations locales impose une extrême prudence : tandis que les familles se succèdent à la tête des cités à Rodez, à Nantes ou à Bordeaux, au contraire en Bourgogne une même famille peut monopoliser le mairat pendant un siècle ou plus, et parfois régner en même temps sur deux ou trois villes (Christine Lamarre). Voilà qui devrait nous mettre en garde contre toute extrapolation. Quant à Limoges, on a vu ce qu’il en coûte à celui qui est trop pressé de grimper dans la hiérarchie, alors que celui qui a su attendre a permis à sa lignée de se prolonger jusqu’au xixe siècle (Jean Tricard).

10L’Antiquité est généralement absente de ce débat, faute que nous disposions de sources assez denses. Pourtant, l’exemple des Vedii d’Éphèse (François Kirbihler) rejoint celui de quelques familles éparses, celle d’Hérode Atticus à Athènes que l’on peut suivre pendant trois siècles, quelques familles moins célèbres mais bien documentées de Lycie, d’Asie, auxquelles on pourrait ajouter des exemples syriens. Mais on voit bien qu’on est incapable de mesurer autre chose que la durée, non la densité des charges : parce que chaque femme des Vedii a occupé pendant un an, une fois dans sa vie, la fonction prestigieuse de prêtresse d’Artémis, sommes-nous autorisé à proclamer les Vedii comme « dynastie patricienne » ? L’antiquisant a tendance a répondre oui, mais confronté aux exemples fournis par ses collègues médiévistes ou modernistes, il bat en retraite et sans renoncer à ses thèses in petto, il convient publiquement qu’il ne peut s’agir que d’une hypothèse de travail.

11Une autre manière d’aborder la question des « dynasties » est sans doute de s’interroger sur la conscience qu’ont les familles patriciennes de constituer un groupe à part. Bien des communications ont mis en relief des traits de distinction que l’on trouve en totalité ou en partie dans les sociétés les plus diverses. C’est le souci de généalogie des aristocrates siciliens, le recours à un nom noble tombé en désuétude pour quelqu’un issu d’un milieu misérable (Janine Cels Saint-Hilaire), la permanence des prénoms (d’autant plus faciles à repérer qu’ils sont plus exotiques comme un Othon limougeaud), la valorisation du souvenir généalogique remontant jusqu’au temps où les membres de ladite famille n’était que « des jean-foutres » (Besançon). Car la dynastie n’existe que s’il y a prise de conscience familiale de la solidarité des générations là où l’historien n’enregistre qu’une succession biologique. La transmission d’un patrimoine symbolique, qui peut comprendre aussi bien des tableaux (Claude-Isabelle Brelot), des bijoux que des tombeaux de famille, constitue l’élément clef de cette prise de conscience. Faut-il rappeler que dans l’Athènes classique, le citoyen de vieille souche, le seul légitime aux yeux de beaucoup, est précisément celui qui peut dire où se trouvent ses tombeaux de famille ?

12On a peu pris en compte ici le rôle de l’argent et de sa mobilité dans le renouvellement des élites. Certes on ne peut exercer le pouvoir sans argent, et le jeune Cicéron avait su lui accorder une place légitime dans les biens enviables et utiles à la cité (Claire Feuvrier-Prévotat). Mais n’y a-t-il pas le plus souvent d’autres justifications à l’exercice du pouvoir : idéologiques, militaires, morales, religieuses ? Ces pistes ont été peu explorées et mériteraient de l’être davantage. A l’inverse, l’argent ne suffit pas à faire le patricien : peut-on parler d’un patriciat des chambres de commerce (Jean-Marie Moine) ? Et si oui, s’intègre-t-il aisément au patriciat que constitue le pouvoir municipal ?

13En revanche, le mode de vie constitue un élément essentiel des processus de reconnaissance des patriciats. Comment se distinguer lorsqu’il n’y a au départ, dans la société coloniale grecque, aucune tradition propre de distanciation sociale ? Sophie Collin a bien mis en évidence que cette aristocratie nouvelle s’employait à suivre le modèle des héros homériques, référence identifiable par tous, avec ses traits caractéristiques : un mode de vie luxueux, le combat à cheval ou en char, et individuel !

14À ce propos, le cheval mériterait d’être associé sans discontinuer au mode de vie riche : on a rappelé comment les riches citoyens d’Agrigente antique faisaient dresser des tombeaux pour leurs chevaux (Sophie Collin-Bouffier). Certes, le cheval appartient au départ davantage à un mode de vie aristocratique que patricien, du moins dans l’Antiquité grecque, mais seulement parce que la notion intermédiaire de patriciat y semble inexistante. En montant à cheval, les élites patriciennes s’identifient, ne serait-ce qu’un instant aux milieux aristocratiques, quitte à quitter un instant la robe qui les désigne comme notables aux yeux de tous (Denise Turrel). En Allemagne du Sud, l’organisation de tournois est l’un des éléments de la vie patricienne (Thomas Zotz). Plus près de nous, la mode du duel chez les bourgeois du xixe siècle, le goût pour l’équitation des jeunes bourgeois, la promenade en calèche « au Bois », l’appartenance à un cercle nommé « Jockey Club » ne sont-ils pas autant de moyens de marquer la distance sociale entre les nouveaux patriciens et le reste du peuple, en même temps qu’ils donnent l’illusion d’approcher l’ancienne aristocratie ?

15Mais les patriciats ne veulent pas pour autant s’identifier à l’ancienne noblesse pour laquelle ils peuvent nourrir un certain mépris. Certes, à Tours, les gens aisés visent les charges d’officiers pour obtenir l’anoblissement (François Caillou), mais au Mans on refuse l’anoblissement du corps de ville (Jean-Marie Constant) ! Il est difficile pour ce groupe de trouver sa place entre les autres « ordres » de la société. Là encore, la variété des situations qu’on nous a présentées exclut toute synthèse. A Porto, la grande bourgeoisie urbaine que l’on s’attendait à voir investir dans le négoce, se trouve contrainte de se replier sur la terre puisque c’est la noblesse qui, par grâce royale, s’enrichit du grand commerce (Pedro de Brito). Inversion des rôles qui pousse cette bourgeoisie urbaine à se rapprocher de la noblesse rurale. En Bourgogne, on nous a montré combien se maintenait une stricte séparation entre les corps de ville et les officiers royaux (Christine Lamarre), alors que c’est l’inverse dans d’autres régions de France. Mais s’il y a partage des tâches, le groupe n’est-il pas néanmoins plus cohérent qu’il n’y paraît par la culture, les loisirs, les modes d’ostentation ?

16En réalité, les patriciats semblent contraints à de perpétuelles innovations pour se distinguer aussi bien du peuple que de l’aristocratie. Rien ne peut être laissé au hasard, aussi bien le choix des couleurs des costumes d’apparat que les loisirs. On peut suivre par l’archéologie, dans les sociétés antiques, comment des comportements réservés pendant un temps aux élites civiques se popularisent et, en conséquence, perdent leur fonction de distinction sociale. On l’observe dans la pratique du sport, les comportements amoureux (l’homosexualité par exemple), les banquets, mais plus encore les coutumes funéraires.

17Car, l’un des grands moments de la vie d’un patricien, c’est, si j’ose dire, sa mort ! Occasion unique d’une mise en scène, si du moins on le souhaite. Car, en ce domaine aussi, la variété des situations défie l’analyse. À Palmyre aux ier-iiie siècles ap. J.-C. (Jean-Baptiste Yon) comme à Rouen, à Amiens ou au Havre aux xixe-xxe siècles (Jean-Pierre Chaline), on donne dans le monumental, le grandiose, mais à Besançon et à Dôle (Claude-Isabelle Brelot), comme dans la Bostra antique (Annie Sartre-Fauriat), la stèle la plus simple, la sépulture sans relief sont de rigueur pour les notables, et la modestie des éloges funèbres gravés sur la pierre confine au silence (Annie Sartre-Fauriat). Reflet des croyances ou comportement social ? Sans doute les motivations changent-elles d’une ville à l’autre, d’une époque à l’autre. Mais il n’y a que des parvenus de fraîche date ou des anoblis du Premier Empire pour oser faire dresser un monument voyant (pyramide, obélisque) au-dessus de leur tombeau (Claude-Isabelle Brelot).

18L’effort fait à Palmyre comme à Rouen pour reconstituer « les beaux quartiers de l’au-delà » (Jean-Pierre Chaline) tient sans doute à l’importance « physique » des nécropoles : à Palmyre, les nécropoles, réparties tout autour de la ville tiennent autant d’espace que la ville elle-même ! Et certains grands notables ne craignent pas d’aller à l’encontre des plans d’urbanisme pour imposer leur tombeau à l’endroit le plus en vue. Le cimetière-panthéon n’est-il pas le reflet, l’espace condensé de la notabilité dont les portraits s’éparpillent dans la ville antique ? La statue civique anticipe ou accompagne, dans la ville des vivants le tombeau de la cité des morts.

19On touche là à l’un des points-clefs de l’histoire des patriciats : les limites de l’ostentation. Dans l’Antiquité, on ne craignait pas de voter des lois somptuaires pour marquer le caractère illicite de certaines démonstrations. Parallèlement, tout un discours théorique, bien représenté chez Plutarque, considère le luxe comme réservé aux barbares, aux tyrans, aux marginaux, en d’autres termes à ceux qui sont en dehors de la cité (Pauline Schmitt Pantel). Mais il est à l’occasion un luxe licite, celui que des riches tels Cimon ou Nicias mettent au service de la communauté, alors que les dépenses privées d’un Alcibiade relèvent de l’ostentation illicite. Discours théorique certes, mais essentiel puisqu’il fonde à sa manière le comportement évergétique que l’on retrouve, sous des formes variées, chez tous les patriciats évoqués ici.

20La qualité des travaux qui ont été présentés ici n’empêche pas, ou peut-être stimule, l’appétit d’en savoir plus, de voir poursuivre des enquêtes ébauchées ou annoncées. Beaucoup de questions ont été posées, les époques se répondant l’une à l’autre. Est-il possible d’en faire la synthèse ? Sans doute pas mais il m’appartient d’en relever quelques unes qui, choix sans doute subjectif, m’ont particulièrement marqué.

21On devra s’interroger sur l’effet de la taille des villes sur les comportements des patriciens : un notable d’Éphèse, pour se distinguer des autres gens riches, doit être vraiment très riche, et se livrer à des actes d’évergétisme qui dépassent souvent les moyens d’une seule famille. Peut-être est-ce précisément ce besoin de distinction dans une ville où les riches abondent qui poussent les Vedii à sortir du cercle urbain pour entreprendre une carrière à l’échelle de l’Empire (François Kirbihler). On pourrait sans doute en dire autant pour les métropoles modernes, à ceci près qu’une même ville, comme Paris, Londres ou Rome, abrite des niveaux divers de notabilités. Comment savoir quand on passe d’un patriciat relativement unifié aux élites multiples d’une grande cité ? Lorsque l’on est obligé d’éditer, en 1902, un annuaire du Tout-Lyon, n’est-ce pas le signe que le patriciat local a changé de visage puisque ceux qui le constituent peuvent ne pas se connaître ? À l’inverse, dans une toute petite ville, peut-on parler de patriciat urbain quand celui-ci se réduit à une famille hégémonique, comme à Marvejols (Yves Pourcher) ou dans les petites cités de l’Est bithynien (Henri-Louis Fernoux) ?

22On devra aussi poursuivre le travail sur les patrimoines de ces notables : est-ce qu’il y a un mode patricien de constituer et de répartir son patrimoine ? Certes, beaucoup nous l’ont montré, on peut devenir un notable par la robe, le savoir, le corps de métier, etc. Mais n’y a-t-il pas pour tous obligation de s’ancrer dans une terre, de multiplier les rentes dont on nous a dit qu’elles étaient « recognitives du crédit social » (Boris Bove) ? Les membres du parlement de Bordeaux, originaires de Paris ou d’ailleurs, finissent bien par s’enraciner en Guyenne, et de l’Aunis au Périgord (Anne-Marie Cocula). À travers leur implantation dans les campagnes, les patriciats urbains se trouvent non seulement en position de consommer la richesse des campagnes, ce qu’on a souligné depuis longtemps, mais aussi d’organiser le territoire, de le modeler en fonction de leurs propres objectifs. Jean Andreau a montré que le débat n’était pas posé en termes différents dès l’Antiquité et que les thèses en présence n’étaient pas nécessairement exclusives l’une de l’autre. Il serait bon de pousser là encore les enquêtes, lorsque c’est possible.

23Cette question des terres et du patrimoine en induit une autre : les liens des notables urbains avec le plat pays. Certes, on peut s’approprier le paysage extra-urbain de façon symbolique par les représentations peintes, comme dans la chapelle des Strozzi à Florence (Maurice Brock). Mais, plus concrètement, quel contraste entre les notables manceaux, fortement impliqués dans le plat pays environnant (Jean-Marie Constant), et les Chifflet de Besançon qui, certes, contrôlent les campagnes mais restent profondément citadins, jusque dans leur nom, dépourvu de la particule qui pourrait évoquer l’enracinement terrien (Claude-Isabelle Brelot). A l’inverse — et pour sauter le temps à reculons — les notables hauranais paraissaient bien plus actifs dans leurs villages que dans la cité voisine où ils exerçaient les fonctions municipales (Annie Sartre-Fauriat). Peut-être retrouve-t-on là un clivage qui explique certains aspects de la morale patricienne, selon la même ligne de partage que ce que l’on notait plus haut pour les modes d’inhumation. A Bostra comme à Besançon, il est de toute évidence de fortes limites à l’ostentation. Quelles limites ? Quelles évergésies sont licites, lesquelles ne le sont pas ? L’enquête devrait être poussée, au moins pour les périodes plus récentes où des textes peuvent nous instruire.

24Dans un tout autre domaine, beaucoup ont souligné le rôle des femmes. Celles des Vedii d’Éphèse constituent le lien entre les générations et sont, comme partout, les enjeux des échanges matrimoniaux entre grands notables à l’échelle de la plus riche des provinces romaines. Mais on a vu aussi bien la place des femmes, venues de loin, dans la petite société de Marvejols, où l’origine étrangère et les apparentements prestigieux ne peuvent que renforcer la distanciation sociale entre les Chambrun et les autres éventuels notables, si d’aventure certains contestaient la suprématie des premiers (Yves Pourcher). Rôle de légitimation des femmes à Tours où 43 % des hommes nouveaux épousent des filles d’anciennes familles (Claude Petitfrère).

25Mais il faudrait aussi étudier les femmes du patriciat pour elles-mêmes : quelle éducation doivent-elles recevoir ? On en a eu des exemples pour les notables de Camerino (Fabrice d’Almeida). Quelle conduite attend-on d’elles ? Quel rôle social veut-on leur voir jouer ? Elles tiennent une place de premier plan dans la mondanité, c’est-à-dire dans l’aspect spectaculaire — au sens propre — des relations sociales : leur salon joue à la fois comme pierre de touche des bonnes manières et des réputations, et comme vitrine d’un mode de vie distancé. Mais les fondations pieuses n’ont pas moins d’importance aux yeux d’une partie de la population, notamment les femmes du petit peuple. Comme les femmes des Vedii et de tous les notables grecs sous l’Empire exerçaient les prêtrises les plus prestigieuses de la cité, de même les femmes patriciennes possèdent des devoirs spécifiques auprès de Dieu et de ses saints.

26Mais les femmes ne sont pas seules dans cette relation à l’Église et il faudrait consacrer un colloque entier aux rapports entre patriciat et vie religieuse, voire le rôle des confréries, des frairies, des fondations d’hôpitaux ou de chapelles, l’offrande de retables (Thomas Zotz), voire des thiases antiques dans le renforcement des solidarités. Le règlement d’un thiase dionysiaque d’Athènes sous l’Empire, réservé aux gens aisés comme le prouve le montant élevé de la cotisation d’entrée, et prévoyant explicitement une bonne tenue (on s’abstiendra d’y faire des cabrioles ou de vaticiner hors de propos !), fournirait un bon point de départ.

27Salons et églises ne sont pas les seuls lieux où l’on se donne en spectacle. On a aussi évoqué les cercles lyonnais et les sociétés savantes de Strasbourg : la différence de nature décrit presque à elle seule ce qui sépare le patriciat lyonnais du patriciat strasbourgeois, les entrepreneurs des Doktoren (Jean-Luc Pinol). On rejoint là, ou l’on prolonge, les belles études conduites ces dernières décennies sur les sociétés savantes et les académies de toute sorte.

28Le pouvoir s’inscrit dans un espace et dans des édifices publics. L’allure, la taille, le décor des hôtels de ville ne peuvent laisser indifférents. Mais leur rôle d’ostentation ressort d’autant mieux que les plus nombreux, les plus beaux, les plus grands sont construits en France précisément dans une période, le xviie siècle, où la vie municipale ne brille pas par son activité (Pascal Liévaux). Il n’empêche que la fonction même des patriciats urbains, « porteurs d’une image, celle de leur cité » (Christine Bousquet-Labouérie) impose la somptuosité des lieux qui caractérisent leur pouvoir. Mais d’une manière générale, les patriciats urbains comptent sur les monuments pour laisser leur nom à la postérité. Dans l’Antiquité, on a noté depuis longtemps que les donations évergétiques sinon les plus nombreuses, du moins les plus coûteuses, étaient destinées à l’embellissement des villes. Tous les types de bâtiments y sont représentés mais les lieux de spectacles, les promenades, tous les lieux de loisirs ont nettement la faveur des donateurs. Ce goût pour l’embellissement monumental, si net chez nous jusqu’à la tête de l’État royal puis républicain, se retrouve chez les notables citadins à travers l’Histoire. Mais il y eut sans aucun doute des variantes d’une époque à l’autre, qu’il conviendrait de préciser. L’étude de l’évergétisme monumental des élites municipales m’a semblé largement à faire, et il faut sans doute l’étendre aux constructions financées par le trésor public sur décision des corps de ville car l’évergétisme proprement dit atteint assez tôt ses limites.

29Mais le pouvoir des notables ne s’inscrit pas seulement dans l’espace public. Les questions d’habitat n’ont été abordées qu’occasionnellement mais ce qui en a été dit marque assez l’importance que les patriciats attachent à cet aspect de leur vie matérielle. On a vu, sur plan, comment se groupaient les notables de Rodez dès l’âge moderne, comment les bourgeois de Strasbourg se distinguaient dans l’habitat selon leur origine, comment ceux de Lyon se déplaçaient ou non de la vieille ville vers les nouveaux beaux quartiers au temps du développement des Brotteaux, une subtile hiérarchie sociale se traduisant par le fait qu’on habite le bon ou le mauvais côté du boulevard (du Nord à Lyon) ou de l’avenue (Foch à Paris). Sans compter que ces patriciens peuvent avoir à coeur de donner d’eux-mêmes une image de modernité en se faisant gloire de l’absence de monuments anciens dans la ville et en projetant un urbanisme nouveau, comme on l’a vu à Mulhouse (Sylvie Aprile).

30L’étude de la maison patricienne à travers les âges reste à faire. On en a décrit certains éléments au Moyen Âge, avec la place de la salle de réception et du salon de musique, espace à la fois privé et public, dont le décor sera ensuite copié et recopié dans les demeures moins huppées (Catherine Arlaud, Joëlle Burnouf, Jean Maire). Mais il arrive que l’emplacement compte davantage que les possibilités de confort et de modernisation (Jean-Luc Pinol). Là encore, on retrouve ces comportements apparemment contradictoires d’une ville à l’autre, celles où l’ostentation est de mise, celles où, au contraire, le vrai patriciat se masque derrière une apparence austère. Mais la simplicité de l’appartement lyonnais peut être compensée par la possession d’une vaste maison de campagne, dont l’emplacement importe aussi à cette classification sociale, et permet au notable modeste dans sa ville de jouer au grand notable dans sa petite communauté rurale.

31On ne peut réduire l’étude des patriciats à celle de leurs biens, de leurs femmes ou de leurs modes de vie et de mort. On a peu évoqué dans nos débats la place de la culture dans ce groupe social. On l’a mentionné pour l’Italie, pour Strasbourg au xixe siècle. Mais ailleurs ? Il m’a semblé à vous entendre que partout la connaissance du droit passait au premier plan, c’est-à-dire la possession d’un savoir utilitaire. On est même frappé par l’accroissement considérable du nombre des maîtres à Poitiers (Bernard Chevalier). Mais on a signalé aussi que la connaissance du droit ne suffisait pas : les notaires ne font pas partie habituellement du patriciat urbain (en dehors de quelques grands Siennois), alors que les juges lui appartiennent (Odile Redon). Mais le droit n’est pas seul et, dans le patriciat bordelais, les humanistes forment un noyau consistant (Anne-Marie Cocula). Mais y a-t-il donc si peu d’exemples, après l’Antiquité, qu’on ne s’introduise dans les cercles dirigeants par d’autres savoirs, comme le faisaient les sophistes, les rhéteurs, les philosophes, voire les grammatikoi des cités grecques ou de Rome ?

32La condition patricienne est certes enviable, et qu’une réforme comme celle de L’Averdy en entrouvre l’accès à des hommes nouveaux, voilà que les candidats ne manquent pas (Béatrice Legrand-Baumier). Mais, dans le même temps, d’autres groupes cherchent à s’en distinguer, tandis que des membres de ces patriciats urbains s’en échappent. La noblesse d’Empire constitue, à sa manière, un anti-patriciat, c’est-à-dire un groupe dont la vocation à servir l’État exclut qu’elle se mette au service de sa seule cité (Nathalie Petiteau). Mais cela n’empêche les cités de se réapproprier ces notables issus de son sein, en dressant dans les squares statues et plaques commémoratives à leur gloire. Quitte à ce que quelques générations plus tard, la fonction de cette noblesse d’État ayant disparu ou s’étant pour le moins émoussée, les ultimes rejetons ne viennent rejoindre le conseil municipal pour acquérir l’enracinement local (et souvent rural) qui fait défaut à ces citadins (Monique de Saint Martin).

33Mais il existe aussi une forte tendance des notables citadins à essayer de sortir d’un cadre qui peut leur sembler trop étroit. Si à l’occasion il suffit d’étendre sa sollicitude évergétique à l’ensemble des villes d’une province, comme on le voit en Lycie, parfois il faut s’éloigner davantage comme ce grand notable d’Aizanoi de Phrygie qui non seulement accumule les prêtrises provinciales mais siège au Panhellénion d’Athènes (Stephen Mitchell). Et les Vedii, visiblement à l’étroit à Éphèse, ou y ayant exercé toutes les charges, se mettent au service de l’administration impériale (François Kirbihler), comme les Domitii de Prusias de l’Hypios (Henri-Louis Fernoux). Curieusement, ce sont plutôt les Antiquisants qui ont évoqué ce processus, qui doit pourtant se retrouver à toutes les époques. On le devine à travers les tableaux du patriciat parisien au xiiie siècle, où le service du roi tire le notable parisien hors du groupe (Boris Bove).

34Faut-il donner une conclusion à ces conclusions ? La richesse des débats est certes une invitation à poursuivre mais je préfère mettre l’accent sur l’intérêt que j’ai personnellement éprouvé pour cette confrontation entre spécialistes d’une même question à des époques aussi éloignées. La variété des situations nous oblige sans cesse à remettre en cause nos propres méthodes d’analyse et à nous demander si, dans notre propre domaine, les questions que se posent nos voisins ne seraient pas pertinentes. Et n’est-ce pas là la condition même du progrès de nos études, tant il est vrai que l’historien n’a définitivement aucune chance de répondre aux questions qu’il ne s’est pas posées.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540