Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Le patriciat en représentation, représentation du patriciat

Le patriciat urbain dans l’historiographie allemande contemporaine1

Gérald Chaix

Texte intégral

  • 1 La préparation de cette communication doit beaucoup, une fois encore, au soutien logistique et int (...)
  • 2 Cité par F. von KLOCKE, Das Patriziatsproblem und die Werler Erbsdlzer, Munster, 1965, p. 16.

1Bien qu’on puisse citer un document du duc Jean de Lorraine, daté de 1306, qui parle déjà des : « patricii et patriciae familiae urbis nostrae Bruxellensis »2, le terme patricien — patricius — est définitivement introduit par les humanistes et plus précisément par Christoph Scheurl, en 1516, dans une lettre, déjà citée, adressée à Johannes Staupitz, dans laquelle il présente les institutions nurembergeoises. Empruntée explicitement au monde romain — en référence aux patres héréditaires de l’ancienne Rome —, utilisée par ces hommes frottés de droit romain et bons connaisseurs de la Renaissance italienne, dans leur correspondance, les épitaphes, les oraisons funèbres ou les écrits généalogiques, la notion sert à rendre raison de la légitimité et de l’exercice politique du pouvoir dans les cités dans lesquelles ils vivent ou qu’ils observent. En effet, elle légitime historiquement les familles que la richesse, le pouvoir, le connubium, le mode de vie aristocratique et l’ancienneté ont porté au sommet de la cité. Elle se substitue aux appellations de milites et de nobiles (Nuremberg), de meliores, d’optimates, de Geschlechter, Gute Leute, Bürger der Bürger, Erbbürger (Vienne), d’Erbmänner (Munster), d’Erbsassen (Dortmund), d’Erbgenossen (Hamm, Unna), de Gefreunde (Erfurt), d’Alten (Mayence), d’Ältere (Nördlingen), d’Achtbürger (Bâle), de Herren, Weisen, Constafler (Strasbourg), de Mussiggänger (Rottweil). Autrement dit à des appellations évoquant richesse, sagesse, héritage, lignage, exclusivité politique, notabilité, voire connétablie.

  • 3 J. H. ZEDLER, Universallexicon, t. XXVI, p. 1349 : « Patricii, Geschlechter, Stadt-Juncker, lat. N (...)

2Reprise dans la terminologie officielle au xviie siècle — dans un acte de la chancellerie d’Empire daté de 1627 concernant Augsbourg et, plus intensément, à partir de 1665, dans la pratique de l’électorat de Bavière concernant les villes de résidence de Landshut, Munich et Straubing — la notion fait partie, à partir du xviiie siècle, du vocabulaire courant des historiens et des juristes, qui en font une sorte de noblesse parallèle propre aux villes d’Empire. En témoigne l’Universallexicon de Johann Heinrich Zedler, en 1740, où l’on trouve la définition suivante : « Patricii, Geschlechter, Stadt-Juncker, lat. Nobiles Urbani, franz. Noble homme, werden heutiges Tages in Deutschland insgemein die in den Städten verbürgte von Adel genennet, weil sie gemeiniglich das Regiment führen. Die Gelegenheit, wodurch der Adel, der sich vom Anfang her auf dem Felde aufhielt, in die Stddte gerathen seyn soll, ist gar verschiendentlich. »3

  • 4 H. RÔSSLER ed., Deutsches Patriziat 1430-1740 (Büdinger Vorträge, 1965) (Schriften zur Problematik (...)

3Se démarquant de cette assimilation entre patriciat et noblesse, la notion accompagne l’essor de l’historiographie allemande au xixe siècle, depuis l’ouvrage de Roth von Schreckenstein en 1856 — Das Patriziat in den deutschen Städten — jusqu’au colloque de Büdingen, en 1965, dont les Actes publiés en 1968 par H. Rössler marquent sans doute l’achèvement, au double sens du terme — parfaire et annihiler — d’une histoire programmatique du patriciat4.

  • 5 I. BÂTORI, « Das Patriziat der deutschen Städten. Zu der Ergebnissen über das Patriziat besonders (...)
  • 6 C. H. HAUPTMEYER, « Probleme des Patriziats oberdeutschen Stàdte vom 14. bis zum 16. Jahrhundert » (...)
  • 7 F. de CAPITANI, « Sozialstruktur und Mechanismen der Herrschaft in der spätmittelalterlichen Stadt (...)
  • 8 H. BURGHARD, Kaiserswerth im spaten Mittelalter, Cologne, 1994.
  • 9 E. J. VERSCHAREN, Gesellschaft und Verfassung der Stadt Marburg beim Übergang vom Mittelalter zur (...)
  • 10 F. WEINFORTH, Studien zu den politischen Fuhrungsschichten in den klevischen Prinzipalstädten vom (...)
  • 11 H. STEENWEG, Gottingen um 1400, Bielefeld, 1994.
  • 12 M. PAULY, Luxemburg im spaten Mittelalter, t. 1, Luxembourg, 1992.
  • 13 M. MATHEUS, Trier am Ende des Mittelalters, Trèves, 1986.
  • 14 H. MAURER, Konstanz im Mittelalter, Constance, 1989.
  • 15 H. HAUMANN et H. SCHADEK eds, Geschichte der Stadt Freiburg im Breisgau, t. 1, Stuttgart, 1996.
  • 16 G. WUNDER, Die Bürger von Hall. Sozialgeschichte einer Reichsstadt 1216-1802, Sigmaringen, 1980.
  • 17 H. RÜTHING, Hoxter um 1500. Analyse einer Stadtgesellschaft, Paderborn, 1986.
  • 18 H. SCHILLING et D. HERMAN eds, Bürgerliche Eliten in den Niederlanden und in Nordwestdeutschland. (...)

4À dire le vrai, dès 1929, dans un article publié dans la Zeitschrift fur vaterländische Geschichte und Altertumskunde, Luise von Winterfeld plaidait pour l’abandon du terme et préconisait le retour au vocabulaire même des contemporains : meliores, optimi, maiores civitatis. Sa prudence méthodologique a finalement trouvé un écho auprès des historiens des deux dernières décennies qui ont marqué souvent leurs réticences à l’égard de la notion de patriciat. En effet, à partir des années 1970, emblématiquement marquées par la publication des articles d’Ingrid Bátori en 19755 et de C. H. Hauptmeyer en 1977 à propos des villes de l’Allemagne supérieure6, les historiens se montrent plus prudents, recourant à la notion de « couche supérieure » (Berne7, Kaiserswerth8, Lùbeck, Marbourg9), de « couche dirigeante » (Clèves10, Göttingen11, Luxembourg12, Trèves13), de « groupe dominant » (Hildesheim, Minden), de « société des lignages » (à Constance14), de « groupe oligarchique » (Fribourg-en-Brisgau15), de « seigneurs du conseil » (Hall16), d’« élites bourgeoises » (Hoxter17), sans que ce dernier terme — élites — ne se soit imposé18, à la différence de l’historiographie urbaine française, si l’on en juge par le titre du colloque de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, organisé à Rome en mai 1996 sur le thème des « Élites urbaines au Moyen Âge ».

  • 19 H. LIEBERICH, Handwörterbuch der deutschen Rechtsgeschichte, t. 3, 1984, col. 1551-1558.
  • 20 K. MILITZER, Lexikon des Mittelalters, t. 6, 1993, col. 1797-1806.
  • 21 E. ENGEL, Die deutsche Stadt des Mittelalters, Munich, 1993 ; E. ISENMANN, Die deutsche Stadt im S (...)
  • 22 G. GOTTLIEB ed., Geschichte der Stadt Augsburg von der Römerzeit bis zur Gegenwart, Stuttgart, 198 (...)
  • 23 K. D. BECHTOLD, Zunftbürgerschaft und Patriziat. Studien zur Sozialgeschichte der Stadt Konstanz i (...)
  • 24 K. BUND, « Frankfurt am Main im Spàtmittealter 1311-1519 », dans Frankfurt am Main. Die Geschichte (...)
  • 25 D. HECKMANN, Andre Voey de Ryneck. Leben und Werk eines Patriziers im spätmittelalterlichen Metz, (...)
  • 26 W. EGER ed., Geschichte der Stadt Speyer, Stuttgart, 1982.
  • 27 M. ALIOTH, Gruppen an der Macht. Zünfte und Patriziat in Straβburg im 14. und 15. Jahrhundert, Fra (...)

5Il n’empêche, le Handwörterbuch der deutschen Rechtsgeschichte d’un côté19, le Lexikon des Mittelalters20 d’autre part, pour prendre l’exemple de deux dictionnaires largement utilisés, contiennent encore des articles intitulés « patriciat » qui, tout en faisant état des récentes discussions, persistent à souligner la pertinence du terme patriciat. Tout comme les ouvrages généraux consacrés à l’histoire urbaine de la fin du Moyen Âge21. Et de nombreuses monographies récentes sur Augsbourg22, Constance23, Francfort-sur-le-Main24, Metz25, Spire26 ou Strasbourg27, villes où existent, pour la plupart d’entre elles, comme le fait remarquer Pierre Monnet, des cercles à l’accès codifié et réglementé, exerçant sur les institutions urbaines un pouvoir, autrement dit constituant un patriciat de droit.

6Pour survoler cette longue et abondante historiographie, enrichie et des recherches conduites par les historiens allemands sur d’autres espaces que le Saint Empire et des travaux réalisés par les autres historiographies nationales notamment sur le monde germanique, plusieurs feuilles de route sont possibles. Mêlant perspective génétique et typologie des approches historiques, on pourrait ainsi voir se constituer — première étape — une historiographie contemporaine de l’unification allemande, qu’elle contribue à réaliser, dominée par l’analyse politique et les problèmes juridiques, se préoccupant du statut des villes — surtout celles disposant du statut de villes libres d’Empire — du rôle joué respectivement par la noblesse terrienne, le patriciat et la bourgeoisie dans l’histoire politique des villes, des territoires et, finalement de l’unité allemande ; puis — seconde étape — se développer une historiographie contemporaine de l’essor de la classe ouvrière et des mouvements sociaux du xixe siècle finissant et des premières décennies du xxe siècle, plus soucieuse d’analyse sociale et économique, se tournant vers l’analyse des affrontements entre le pouvoir patricien et les corporations, interprétés sur le modèle de la lutte entre élites et classes populaires ; enfin — dernière étape — s’épanouir une historiographie plus attentive aux réalités culturelles, en germe au tournant des xixe et xxe siècles, mais qui n’a triomphé que récemment, avec le renouvellement de l’historiographie allemande à partir des années soixante.

7La place nous étant mesurée, je me bornerai à jalonner cette évolution en reprenant trois des principaux problèmes abordés par les études sur le patriciat : celui des origines, celui de l’exercice du pouvoir et celui de la culture patricienne et de ses représentations.

Le patriciat : le problème des origines

  • 28 C. H. ROTH von SCHRECKENSTEIN, Das Patriziat in den deutschen Städten besonders Reichsstàdten a/s (...)
  • 29 Ibid., p. 46 : « Les villes allemandes, au sens propre du terme, se sont développées mais n’ont pa (...)

8Dès 1856 et l’ouvrage du juriste C. H. Roth von Schreckenstein, le premier grand problème auquel est confrontée l’historiographie du patriciat est celui de ses origines. Roth von Schreckenstein s’efforce de situer le patriciat face à la noblesse territoriale (l’aristocratie des chevaliers) d’un côté et à la bourgeoisie d’un autre côté. Il fait ainsi d’une pierre deux coups. Tout d’abord, explicitement soucieux de rassembler toutes les forces nécessaires à l’unité de la nation — « Gerade im Interesse nationaler Einheit muss die durch den Gegensatz der Zûnfte und der Geschlechter erfolgte, wechselseitige Paralysierung der beiden Hauptfaktoren des stadtbürgerlichen Emporstrebens, als eine günstige Fügung betrachtet werden »28 — il présente la bourgeoisie comme le pendant de la noblesse et en fait un élément constitutif en quelque sorte de la nation allemande. Pour lui « les villes allemandes » — et la bourgeoisie — « sont engendrées non pas créées » et la bourgeoisie est de même nature que l’aristocratie : « die deutschen Städte im eigentlichen Sinne des Wortes geworden, nicht aber gemacht sind. »29 Par ailleurs il propose une interprétation évolutive en trois phases qui voient se succéder Altbürger, Geschlechter et, à partir du xvie siècle, Patrizier. Dans cette perspective, le patriciat est présenté comme s’étant constitué sur les ruines de l’altbürgerthum et comme étant lui-même à son tour victime de la victoire des corporations.

  • 30 L. von WINTERFELD, Handel, Kapital und Patriziat in Köln bis 1400, Lübeck, 1925.
  • 31 F. LERNER, Die Frankfurter Patriziergesellschaft Alten-Limpurg und ihre Stiftungen, Francfort/M., (...)

9À cette question des origines posée par Roth von Schreckenstein, trois réponses vont être successivement apportées. La première consiste à voir les patriciens comme des nobles terriens, libres (Edelsbürger). La naissance — Geburt — formerait l’origine exclusive du patriciat. La seconde leur assigne une origine marchande, communale et citadine (Handelspatriziat)30. Un modèle interprétatif qui a prévalu pour Cologne, étudié par Luise von Winterfeld, où les patriciens se regroupent rapidement dans la Richerzeche, pour les villes hanséatiques telle Lubeck et sa Zirkelgesellschaft ou encore Francfort-sur-le-Main et la société patricienne Alten-Limpurg où abondent les grandes familles marchandes : les Holzhausen, les Knoblauch, les Rohrbach, les Glauberg pour ne citer que quelques exemples31. Quitte à proposer des distinctions régionales, comme Friedrich von Klocke qui suggère, en 1927, de distinguer un patriciat westphalien d’origine terrienne, et un patriciat, comme celui de Lübeck, d’origine marchande. Origine marchande qui n’exclut pas la mainmise rémunératrice sur certains privilèges comme le monopole du sel à Lüneburg et Werl, l’exploitation minière à Goslar et les activités de change en plusieurs villes.

  • 32 G. L. KRIEGK, Frankfurter Bürgerzwiste und Zustände im Mittelalter, Francfort/M., 1862.
  • 33 F. ORTH, « Stadtherrschaft und auswärtiger Bürgerbesitz : Die territorialpolitischen Konzeptionen (...)

10Une troisième réponse concerne la place de la ministérialité dans l’origine du patriciat (Verwaltungspatriziat). Les ministériaux et, avec eux, les échevins et les collecteurs du cens, ont ainsi été rattachés tantôt au premier groupe, tantôt au second groupe. Mais, en 1862, G. L. Kriegk voit encore dans le patriciat un groupe de ministériaux du roi, implantés localement et ayant progressivement accaparé le pouvoir politique et économique32. L’analyse est reprise, toujours pour Francfort, en 1985, par l’historien Orth, tout en défendant désormais l’origine plurielle du patriciat francfortois : « À la fin de la royauté des Staufen, au cœur géographique de la Wetterau impériale, plus particulièrement dans ses quatre villes d’Empire, vit un patriciat formé par le mariage, le commerce et la tradition, agrégé par toutes ces voies également à la ministérialité née des mêmes racines que lui, tous deux liés au roi par les mêmes devoirs et les mêmes engagements. »33

  • 34 P. MONNET, « Doit-on encore parler de patriciat ? », op. cit., p. 58.

11Ces longs mais déjà lointains débats intéressent surtout la fin du xiie siècle et le xiiie siècle. En ce qui concerne les xive et xve siècles, on admet à présent que l’essentiel de la couche dominante et plus particulièrement du patriciat est constituée de quatre éléments : 1) les hommes du pouvoir urbain (conseillers et échevins) ; 2) les ministériaux (d’un roi, d’un prince ou d’un seigneur territorial) ; 3) les marchands ; 4) et enfin une partie de la noblesse34. C’est déjà la vue de l’historien Planitz dans les années 50. Et c’est de lui que s’inspirent largement Philippe Dollinger et Charles-Edmond Perrin qui diffusent en France ce type d’analyse. Pour Philippe Dollinger, qui s’appuie essentiellement sur le cas strasbourgeois, le patriciat de cette ville — qui s’oppose aux corporations — est composé de marchands, de propriétaires fonciers, de nobles et de ministeriales (dans les villes d’Empire). Pour lui, le patriciat ressortit au xive siècle à la catégorie des bourgeois (Burger), l’une des trois reconnues par le Schwörbrief de 1334 qui distingue les milites et armigeri (autrement dit les Rit ter et les Knechte), les cives (autrement dit les Burger) et les artifices (autrement dit les Handwerker). Une tripartition que l’on retrouve dans la répartition des sièges au Conseil et qui semble plutôt une particularité du Haut-Rhin (Colmar, Mulhouse, Bâle, Zurich) car ailleurs on a généralement affaire à une bipartition opposant patriciens et gens de métier. L’opposition entre Ritter et Burger n’étant d’ailleurs pas aussi tranchée qu’on pourrait le croire.

12L’historiographie de la dernière décennie a multiplié les critères à prendre en considération : la capacité financière, matérielle et intellectuelle à siéger au Conseil (Ratsfähigkeit), l’exercice effectif des charges politiques dans les villes autonomes, des revenus réguliers et confortables, une stratégie matrimoniale, l’appartenance à des cercles d’influence et de prestige, un art de vivre. Ou encore, l’indépendance dans le métier, l’exercice des droits et devoirs de bourgeoisie, l’implication dans le gouvernement urbain, la propriété immobilière, les revenus du travail d’autrui, les privilèges sociaux de naissance, les rapports de force utiles envers d’autres groupes, d’autres familles ou d’autres pouvoirs, l’éducation. Ou bien la proximité avec le roi et la royauté, les pratiques juridiques et testamentaires liées à l’idée de génération, la maîtrise de l’histoire et des origines, une stratégie patrimoniale, une organisation en clan ou en réseau (Verflechtung), un habitat spécifique dans certains quartiers, un mode de vie noble lié à la représentation et au paraître, le contrôle foncier du plat-pays, l’investissement dans les nouvelles techniques du savoir, de la production ou de la vente, une pratique dévotionnelle et une spiritualité différentes.

  • 35 U. DIRLMEIER, « Zu den materiellen Lebensbedingungen in deutschen Städten des Spàtmittelalters : à (...)

13Bref, une diversité dont à la vérité les humanistes déjà évoqués étaient bien conscients et qu’ils savaient rendre dans leurs analyses, depuis le dominicain Felix Faber, auteur du Tractatus de civitate Ulmensi en 1488, en passant par Conrad Celtis (entre 1495 et 1502) et Christoph Scheurl en 1516 pour Nuremberg, pour retrouver à Berne, Diebold Schilling, Thüring Frickart, Niklaus von Diesbach et Peter Kistler, qui savaient tous distinguer origine, honneur, mariage, exercice du pouvoir, métier, prestige et vie sociale comme éléments de distinction et facteurs d’ascension35.

Le patriciat : approche politique et sociale

  • 36 O. G. OEXLE, « Ein politischer Historiker : Georg von Below (1858-1927) », dans N. HAMMERSTEIN ed. (...)
  • 37 F. von KLOCKE, Patriziat und Stadtadel im alten Soest, Lubeck, 1927, p. 7 : « Le patriciat, c’étai (...)

14Sous la double influence et de la construction politique, consécutive à la formation de l’Empire allemand, et des problèmes sociaux qui secouent l’Allemagne au lendemain des lois de 1878 contre les socialistes, l’historiographie urbaine, largement dominée au tournant des xixe et xxe siècles, par la personnalité de Georg von Below (1858-1927)36, s’oriente vers l’analyse de l’exercice du pouvoir, l’un des marqueurs du patriciat, comme le rappelle Friedrich von Klocke : « Patriziat war der sozial und politisch zusammengeschlossene, ständisch hervorragende Kreis eines städtischen Gemeinwesens, dem die ausschlagende Leitung des Stadtregiments zustand. »37 Trois questions sont ainsi tour à tour abordées : celle de la légitimité de ce pouvoir politique : la Ratsfahigkeit ; celle de la contestation de ce pouvoir : la « révolution des corporations » (Zunftrevolutionen) ; celle des modalités d’exercice du pouvoir : l’oligarchisation.

  • 38 G. von BÜLOW, « Zur Enstehung der deutschen Stadtverfassung (Zweither Theil) », Historische Zeitsc (...)
  • 39 J. FRÖCHLING, « Georg von Below - Stadtgeschichte zwischen Wissenschaft und Ideologie », Die alte (...)

15Pour Georg von Below, la Ratsfahigkeit est la caractéristique principale du patriciat38. Celle-ci lui apparaît en effet comme la réussite d’un contrôle aristocratique de la vie politique, qui réalise, à l’époque médiévale, véritable modèle d’inspiration, ce pour quoi il combat à son époque : le refus de la démocratie, tant dans l’Empire wilhelmien que dans la république de Weimar, dont il est l’un des nombreux opposants39.

  • 40 K. CZOK, Städtische Volksbewegungen im deutschen Spätmittelalter. Ein Beitrag zu Bürgerkämpfen und (...)
  • 41 Soutenue en 1931, la thèse d’habilitation de F. von KLOCKE — Patriziat und Honoratiorentum in West (...)

16Les affrontements (Zunftrevolutionen) qui passent pour avoir opposé — pour l’essentiel au xive siècle — patriciens et corporations (Zünfte)40, avec des destins contradictoires allant de la victoire totale du patriciat à Nuremberg, à celle tout aussi totale des corporations à Cologne, en 1396, en passant par — le cas le plus fréquent — le partage du pouvoir comme à Augsbourg, Francfort ou Strasbourg pour ne citer que quelques exemples, sont du même coup abordés par l’historiographie allemande du xixe siècle, comme par celle du premier xxe siècle, comme la préfiguration des luttes entre une conception aristocratique et un idéal démocratique de la vie politique. Pour von Klocke, comme pour von Below — qui privilégie, on l’a vu, le modèle aristocratique — la légitimité du patriciat ne fait aucun doute. Il fonde son analyse sur l’opposition entre noblesse (elle-même composée des Ritter et de l’Adel) et la bourgeoisie (Kleinbürger, Honoratiores et, le cas échéant, patriciens), la grande évolution étant selon lui le passage d’un système fondé sur la naissance (Geburtsstände) à un système fondé sur l’activité (Beruf). Pour lui, la ruine du patriciat n’est finalement accomplie que par le succès de la funeste trilogie — liberté, égalité, fraternité — qui, importée de France, achève l’évolution individualiste commencée à la Renaissance — on retrouve bien sûr le modèle proposé par Burckhardt — et donne naissance à la société de classe (Klassenkampf) au détriment de l’unité nationale (Volkseinheit). Nous sommes en 193141.

17Cette vision manichéenne des conflits sociaux a été triplement remise en cause. Tout d’abord dans les années soixante, l’historiographie se réclamant du marxisme, qui s’écrit dans une large mesure dans la RDA naissante, a eu beau jeu de montrer que les conflits n’opposaient nullement patriciens et « prolétaires », comme le prétendait l’historiographie nationale et ajoutait-on alors « bourgeoise », mais qu’il s’agissait de luttes internes aux couches dirigeantes. Ensuite, on a montré que les conflits opposaient moins les corporations aux patriciens qu’aux conseils. Enfin et surtout, on a cessé de faire des affrontements sociaux le facteur exclusif de l’évolution socio-politique.

  • 42 K. SIEH-BÜRENS, Oligarchie, Konfession und Politik im 16. Jahrhundert. Zur sozialen Verflechtung d (...)

18C’est finalement sur les modalités de l’exercice du pouvoir et les pratiques d’oligarchisation par le biais des stratégies d’alliances et des tactiques mises en œuvre pour se maintenir au pouvoir — comme à Cologne la réélection systématique tous les trois ans, délai imposé par le Verbundbrief de 1396, confirmé en 1513 — que les historiens ont porté leur attention au cours des deux dernières décennies. On a déjà évoqué les analyses de réseau (Verflechtung) qui reflètent le jeu des alliances mais contribuent aussi à expliquer, par exemple à Augsbourg, étudié par Katarina Sieh-Bürens, le rejeu des divisions sur une base confessionnelle42.

19D’une historiographie qui en étudiant le patriciat entendait fonder la légitimité du gouvernement aristocratique et la nécessité de l’obéissance face au pouvoir — Professor Unrat et der Untertan — on est passé aujourd’hui à une réflexion sur la nature même du politique : il y a patriciat au sein de la couche dirigeante, écrit excellemment Pierre Monnet, quand s’effectue la liaison d’un nouveau pouvoir conquis avec une position économique et sociale déjà acquise. La clef de cette liaison reposant sans doute sur le prestige.

Le patriciat en représentation

  • 43 P. MONNET, « Doit-on encore parler de patriciat ? », op. cit., p. 59.
  • 44 P. M. GRÜBER, « Kurzweil viel ohn’ Maβ und Ziel » Augsburger Patrizier und ihre Feste zwischen Mit (...)
  • 45 M. SCHATTENHOFER, « Das Münchnerpatriziat », Zeitschrift fur bayerische Landesgeschichte, 38, 1975 (...)

20Plus encore en effet que la richesse ou le pouvoir, c’est sans doute la conscience de sa supériorité qui forme l’une des bases de l’être patricien. Richesse et pouvoir ne sont alors pas des valeurs en soi ou des buts à atteindre mais les moyens de concrétisation d’une domination43. Le patriciat, est aussi un mode de vie44. Cette importance de la « mise en scène » de la représentation patricienne — tant à l’usage de la noblesse terrienne et urbaine avec laquelle on entend se situer sur un pied d’égalité — adelsähnlich comme l’écrit M. Schattenhofer à propos du patriciat munichois45 — que des citadins auxquels on doit imposer sa supériorité — a été déjà et excellemment étudiée ici même par Thomas Zotz, je me bornerai donc dans ce troisième temps à esquisser les trois axes autour desquels peuvent s’ordonner les recherches récentes.

  • 46 K. TERLAU-FRIEMANN, Lüneburger Patrizierarchitektur des 14. bis 16. Jahrhunderts. Ein Beitrag zur (...)
  • 47 K. SCHREINER, « Laienfrömmigkeit - Frömmigkeit von Eliten oder Frömmigkeit des Volkes ? Zur sozial (...)

21Le premier est celui de l’espace urbain qu’il s’agit de contrôler, même si le patriciat investit largement dans les terres avoisinant la cité et cultive volontiers, dans l’aménagement de ses jardins urbains, l’image d’une puissance terrienne. Cette présence dans la ville passe par la construction de demeures dont les façades donnent à voir la richesse et indiquent le statut de ceux qui les habitent et dont les aménagements intérieurs, susceptibles de réaménagements, suggèrent à ceux qui y pénètrent la légitimité d’un pouvoir — on a déjà évoqué les tableaux historiques qui ornent les murs de certaines maisons patriciennes — et le mode de vie d’une famille46. Elle passe aussi par l’appropriation des lieux « publics ». Ainsi les hôtels de ville qui servent de salles de bal pour les fêtes patriciens. Au point qu’à Nuremberg, en 1521, on considère comme patriciennes les 43 familles qui « depuis toujours ont dansé et peuvent encore danser à l’hôtel de ville ». Même si l’on observe, largement contemporaine des conflits du xive siècle, l’apparition de lieux de réunion privés. Ainsi également les églises où l’on fonde tombeaux et chapelles funéraires, ou, plus modestement, un tableau ou un vitrail gardant mémoire de la famille du donateur, invitant à la prière et bénéficiant en retour de celle-ci47.

22Le second est celui d’une histoire à maîtriser. Celle d’abord de sa propre famille qui explique l’essor des « livres de famille » (Familienbücher) à partir du xive siècle, fondant ainsi la généalogie d’une famille (avant que celle-ci ne soit attestée par la puissance impériale comme pour les Erbsälzer de Werl qui obtiennent de l’empereur Sigismond la confirmation qu’ils sont issus de bons vieux rameaux (von altem guten Stamme) ou écrite par les généalogistes professionnels, comme à Francfort à partir de 1585 (Ahnennachweis), conservant la mémoire de ses alliances et exaltant la geste d’une participation au pouvoir de la cité.

  • 48 K. SCHREINER, « Sozialer Wandel im Geschichtsdenken und in der Geschichtsschreibung des spaten Mit (...)
  • 49 H. SCHMIDT, Die deutschen Städtechroniken als Spiege des bürgerlichen Selbstverständnis im Spätmit (...)
  • 50 P. MONNET, Pouvoirs, affaires et parenté..., op. cit., p. 110.
  • 51 Cf., parmi de multiples exemples, le cas exemplaire de Hermann Weinsberg, bourgeois de Cologne, G. (...)

23Car cette histoire familiale est aussi une histoire de la ville à laquelle elle est intimement liée48. Parce que la généalogie familiale peut se confondre avec les origines légendaires de la cité — comme à Cologne par exemple où les Geschlechter prétendent descendre des familles sénatoriales que Trajan aurait envoyées dans la cité rhénane, remontant ainsi aux origines romaines — historiques cette fois — de la ville49. Parce que l’histoire politique de la ville est présentée comme celle de ses élites et surtout, comme vient de le montrer Pierre Monnet à la lumière des Rohrbach de Francfort-sur-le-Main, parce que cette appropriation de la mémoire urbaine est utilisée comme un moyen d’intégration pour ces nouveaux venus de l’establishment50. Une histoire qui cependant, au tournant des xve et xvie siècles, tend à s’individualiser, mettant en scène et la famille dont le scripteur est l’héritier et l’« auteur », au sens humaniste du terme, qui prend conscience que son acte d’écriture est aussi fondateur de la lignée51.

  • 52 E. MASCHKE distingue cinq critères d’appartenance : le droit de bourgeoisie, l’appartenance à un m (...)
  • 53 H. H. HOFMANN, « Nobiles Norimberges. Beobachtungen zur Struktur der reichsstädtischen Oberschicht (...)
  • 54 F. LERNER, Die Frankfurter Patriziergesellschaft Alten-Limpurg, op. cit.
  • 55 A. DREHER, Das Patriziat der Reichsstadt Ravensburg. Von den Anfängen bis zum Beginn des 19. Jahrh (...)
  • 56 A. O. STOLZE, Der Siinfzen zu Lindau. Das Patriziat einer schwäbischen Reichsstadt, Constance-Lind (...)
  • 57 P. EITEL, Die oberschwäbischen Reichsstädte im Zeitalter der Zunftherreschaft, Stuttgart, 1970.
  • 58 R. EIRICH, Memmingens Wirtschaft und Patriziat von 1347 bis 1551. Fine wirtschafts und sozialgesch (...)

24Un troisième axe enfin qui est celui des comportements, des habitus patriciens. Un mode de vie, largement fondé sur un luxe tout à la fois ostentatoire et symbolique d’une richesse qui passe les besoins élémentaires, qui repose sur des pratiques de sociabilité dont Erich Maschke, dans ses recherches sur les couches sociales urbaines, dans les années soixante52, avait déjà fait l’un des marqueurs du patriciat, s’appuyant sur l’analyse des sociétés patriciennes existant à Nuremberg53, à Francfort-sur-le-Main (Alt-Limpurg)54, à Ravensburg (zum Esel)55, à Lindau (Zum Sünfzen)56, à Überlingen (Zum Löwen)57, à Memmingen (Zum goldenen Löwen)58, à Wangel (Zum Narren), à Kempten (Zum Strauss) pour ne prendre que quelques exemples pour lesquels nous disposons d’une monographie, et qui trouve aujourd’hui un second souffle avec l’étude du mouvement confraternel. Des comportements qui passent aussi par l’intériorisation des normes, dont témoignent par exemple les pratiques de piété déjà évoquées, mais qui n’excluent pas — on l’oublie trop souvent — la possibilité d’écarts qui sont autant de refus d’un modèle qui ne s’impose pas sans réaction des acteurs sociaux, voire la disparition du patriciat par extinction ou par incapacité à tenir son rang.

25On comprend mieux ainsi que ce soit la remise en cause de ces valeurs dans le premier tiers du xvie siècle qui ait ébranlé ces élites, plus encore que la critique de leur richesse, de leur monopole politique ou même de leur savoir.

26Au total, l’historiographie du patriciat, même simplement survolée, paraît riche d’un triple enseignement. Elle étaye la réponse positive donnée spontanément à la question posée par Janine Cels Saint-Hilaire au début de notre colloque : l’histoire du patriciat est bien à sa manière l’histoire des interrogations des historiens sur leur propre temps : rôle de l’aristocratie, légitimité du pouvoir, médiation d’une domination.

27Elle souligne tout à la fois l’importance d’un retour à la terminologie des contemporains, préalable à toute démarche qui entend restituer à l’histoire — en l’occurrence celle d’un groupe social et de quelques centaines d’individus — toutes les potentialités dont elle était porteuse à un moment donné — eine vergangene Zukunft (un futur passé) pour reprendre l’expression de R. Koselleck — et la nécessité d’une critique des outils conceptuels hérités des historiographies successives ou concurrentes, qui n’implique pas pour autant leur abandon.

28Enfin, elle rappelle la spécificité de la démarche historique qui sait qu’elle ne peut atteindre que les représentations des objets d’étude qu’elle se propose, mais qui se refuse à renoncer au principe de réalité qui fonde la singularité de sa pratique narrative, un peu à la manière dont les dames Buddenbrook, dans le roman de Thomas Mann, patricien de Lubeck, réagissent à la mort du petit Johann :

  • 59 T. MANN, Buddenbrooks Roman. Verfall einer Familie (1922), Berlin, 1978, p. 516-517 ; trad. franç. (...)

29« - Hanno, petit Hanno ! poursuivit Mme Permaneder, et les larmes coulaient sur l’épiderme terne et duveteux de ses joues. Tom, papa, grand-père et tous les autres, où sont-ils passés ? On ne les voit plus. Ah ! Que c’est dur et que c’est triste ! - Nous les reverrons, dit Frédérique Buddenbrook en joignant les mains sur ses genoux, les yeux baissés, le nez en l’air [...] Mais alors Sesemi Weichbrodt se dressa [...] - C’est la vérité ! dit-elle de toutes sa force, avec un regard de défi à la ronde. Sie stand da, eine Siegerin in dem guten Streite, den Sie wàhrend der Zeit ihres Lebens gegen die Anfechtungen von seiten ihrer Lehrerinnenvernunft gefùhrt hatte, bucklig, winzig und bebend von Überzeugung, eine kleine, strafende, begeisterte Prophetin.59 »

Bibliographie

Bibliographie

I. BÀTORI, « Das Patriziat der deutschen Städten. Zu der Ergebnissen über das Patriziat besonders der süddeutschen Städte », Die alte Stadt. Zeitschrift fur Stadtgeschichte, Stadtsoziologie und Denkmalpflege, 2, 1975, p. 1-30.

P. DE BRITO, « O patriciado urbano na recente historiografia alemana », Revista da Faculdade de Letras, 2e s., 9, 1992, p. 319-334.

P. DOLLINGER, « Patriciat noble et patriciat bourgeois à Strasbourg au xive siècle », Revue d’Alsace, 90, 1950-1951, p. 52-82.

Id., « Le patriciat des villes du Rhin supérieur et ses dissensions internes dans la première moitié du xive siècle », Schweizerische Zeitschrift fur Geschichte, 3, 1952, p. 248-258.

J. FRÖCHLING, « Georg von Below — Stadtgeschichte zwischen Wissenschaft und Ideologie », Die alte Stadt, 6, 1979, p. 54-85.

F. GUNTHER, Bibliographie zum Patriziat der Reichsstadt Nurnberg, Nuremberg, Selbstverlag des Vereins fur Geschichte der Stadt Nurnberg, 1994.

V. GROEBNER, « Ratsinteressen, Familieninteressen, Patrizistiche Konflikte in Nurnberg um 1500 », dans K. SCHREINER et U. MEIER eds, Stadtregiment und Bürgerfreiheit..., Gottingen, 1994, p. 278-308.

C.-H. HAUPTMEYER, « Probleme des Patriziats oberdeutschen Stàdte vom 14. bis zum 16. Jahrhundert », Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte, 40, 1977, p. 39-59.

Id., « Vor und Frühformen des Patriziats mitteleuropàischen Stàdte. Theorien zur Patriziatsentstehung », Die alte Stadt, 6, 1979, p. 1-20.

H. H. HOFMANN, « Nobiles Norimbergenses. Beobachtungen zur Struktur der reichsstädtischen Oberschicht », Zeitschrift fiir bayerische Landesgeschichte, 28, 1965, p. 114-150.

E. MASCHKE, « Verfassung und soziale Kräfte in der deutschen Stadt des spaten Mittelalters, vornehmlich in Oberdeutschland », Vierteljahrschrift für Sozial und Wirtschaftsgeschichte, 46, 1959, p. 289-349 et 433-476.

Id. et J. SYDOW eds, Stadt und Ministerialitàt (Veröffentlichungen der Kommision für eschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, Reihe B : Fgn 76), Stuttgart, 1983.

P. MONNET, « Doit-on encore parler de patriciat (dans les villes allemandes de la fin du Moyen Âge) ? », Bulletin de la Mission historique française en Allemagne, 32, 1996, p. 54-66.

Id., Pouvoirs, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance allemande : les Rohrbach de Francfort, Genève, Droz, 1997.

H. PLANITZ, « Studien zur Rechtsgeschichte des stàdtischen Patriziats », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichte, 58, 1950, p. 317-335.

Id., Die deutsche Stadt im Mittelalter. Von der Römerzeit bis zu der Zunftkämpfen, 1975, p. 256-275.

H. RÖSSLER ed., Deutsches Patriziat 1430 bis 1740 (Schriften zur Problematik der deutschen Fuhrungsschichten in der Neuzeit 3), Limburg/Lahn, 1968.

C. H. Freiherr ROTH von SCHRECKENSTEIN, Das Patriziat in den deutschen Städten, besonders Reichsstädten als Beitrag zur Gechichte der deutschen Städte und des deutschen Adels, Tubingen, 1856 (repr. 1970).

M. SCHATTENHOFER, « Das Münchnerpatriziat », Zeitschrift fiir bayerische Landesgeschichte, 38, 1975, p. 877-899.

K. TERLAU-FRIEMANN, Lüneburger Patrizierarchitektur des 14. bis 16. Jahrhunderts : Ein Beitrag zur Bautradition einer städtischen Oberschicht, Lüneburg, Museumsverein für das Fürstentum Lüneburg, 1994.

Notes

1 La préparation de cette communication doit beaucoup, une fois encore, au soutien logistique et intellectuel de la Mission historique française en Allemagne et plus particulièrement à Patrice Veit, son directeur, et à Pierre Monnet, responsable des études médiévales, auquel cet article est largement redevable ; cf. P. MONNET, « Doit-on encore parler de patriciat (dans les villes allemandes de la fin du Moyen Âge) ? », Bulletin de la Mission historique française en Allemagne, 32, 1996, p. 54-66 ; cf. aussi P. de BRITO, « O patriciado urbano na recente historiografia alema », Revista da Faculdade de Letras, 2e s., 9, 1992, p. 319-334.

2 Cité par F. von KLOCKE, Das Patriziatsproblem und die Werler Erbsdlzer, Munster, 1965, p. 16.

3 J. H. ZEDLER, Universallexicon, t. XXVI, p. 1349 : « Patricii, Geschlechter, Stadt-Juncker, lat. Nobiles Urbani, franç. Noble homme, on nomme ainsi communément de nos jours, en Allemagne, ceux qui, en ville, sont réputés de noblesse authentique, parce qu’en général ils exercent le pouvoir. Les processus par lesquels la noblesse qui, à l’origine, résidait à la campagne, a fini par s’installer en ville, sont divers. »

4 H. RÔSSLER ed., Deutsches Patriziat 1430-1740 (Büdinger Vorträge, 1965) (Schriften zur Problematik der deutschen Führungsschichten in der Neuzeit, 3), Limburg/Lahn, 1968.

5 I. BÂTORI, « Das Patriziat der deutschen Städten. Zu der Ergebnissen über das Patriziat besonders der süddeutschen Städte », Die alte Stadt. Zeitschrift fur Stadtgeschichte, Stadtsoziologie und Denkmalpflege, 2, 1975, p. 1-30.

6 C. H. HAUPTMEYER, « Probleme des Patriziats oberdeutschen Stàdte vom 14. bis zum 16. Jahrhundert », Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte, 40, 1977, p. 39-59, qui distingue six critères : 1) forte réalité identitaire ; 2) accession au contrôle et exercice du pouvoir ; 3) autonomie économique ; 4) endogamie ; 5) statut reconnu dans la cité ; 6) mode de vie propre.

7 F. de CAPITANI, « Sozialstruktur und Mechanismen der Herrschaft in der spätmittelalterlichen Stadt Bern », dans R. ENDRES ed., Nurnberg und Bern. Zwei Reichsstädte und ihre Landgebiete, Erlangen, 1990, p. 39-48.

8 H. BURGHARD, Kaiserswerth im spaten Mittelalter, Cologne, 1994.

9 E. J. VERSCHAREN, Gesellschaft und Verfassung der Stadt Marburg beim Übergang vom Mittelalter zur Neuzeit, Marburg, 1985.

10 F. WEINFORTH, Studien zu den politischen Fuhrungsschichten in den klevischen Prinzipalstädten vom 14. bis 16. Jahrhundert, Cologne, 1982.

11 H. STEENWEG, Gottingen um 1400, Bielefeld, 1994.

12 M. PAULY, Luxemburg im spaten Mittelalter, t. 1, Luxembourg, 1992.

13 M. MATHEUS, Trier am Ende des Mittelalters, Trèves, 1986.

14 H. MAURER, Konstanz im Mittelalter, Constance, 1989.

15 H. HAUMANN et H. SCHADEK eds, Geschichte der Stadt Freiburg im Breisgau, t. 1, Stuttgart, 1996.

16 G. WUNDER, Die Bürger von Hall. Sozialgeschichte einer Reichsstadt 1216-1802, Sigmaringen, 1980.

17 H. RÜTHING, Hoxter um 1500. Analyse einer Stadtgesellschaft, Paderborn, 1986.

18 H. SCHILLING et D. HERMAN eds, Bürgerliche Eliten in den Niederlanden und in Nordwestdeutschland. Studien zur Sozialgeschichte des europaischen Bürgertums im Mittelalter und in der Neuzeit, Cologne-Weimar-Vienne, 1985.

19 H. LIEBERICH, Handwörterbuch der deutschen Rechtsgeschichte, t. 3, 1984, col. 1551-1558.

20 K. MILITZER, Lexikon des Mittelalters, t. 6, 1993, col. 1797-1806.

21 E. ENGEL, Die deutsche Stadt des Mittelalters, Munich, 1993 ; E. ISENMANN, Die deutsche Stadt im Spätmittelalter 1250-1500, Stuttgart, 1988, p. 269-290 ; P. MORAW, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. Das Reich im spaten Mittelalter 1250 bis 1490, Francfort/M., 1989, p. 117-118, cité et traduit par P. MONNET, Pouvoirs, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance allemande : les Rohrbach de Francfort, Genève, Droz, 1997, p. 215 Si l’on observe la situation économique des grandes et petites villes de la fin du Moyen Âge on peut isoler à chaque génération un nombre d’individus et de familles particulièrement aisées. Mieux encore, on peut constater qu’ils conservent sur plusieurs générations la position acquise. Si l’on se tourne maintenant vers les forces politiques dirigeantes, c’est-à-dire le groupe de ceux qui occupent les sièges de l’échevinage et du Conseil, on peut aboutir avec plus de certitude à la même conclusion. Si l’on étudie enfin, sous l’angle de la répartition des groupes sociaux, l’exclusivité de ces familles, de leur politique matrimoniale par exemple, c’est le même schéma qui prévaut. Si l’on rencontre dans les trois cas les mêmes familles il est alors possible de parler de patriciat. »

22 G. GOTTLIEB ed., Geschichte der Stadt Augsburg von der Römerzeit bis zur Gegenwart, Stuttgart, 1984.

23 K. D. BECHTOLD, Zunftbürgerschaft und Patriziat. Studien zur Sozialgeschichte der Stadt Konstanz im 14. und 15. Jahrhundert, Sigmaringen, 1981.

24 K. BUND, « Frankfurt am Main im Spàtmittealter 1311-1519 », dans Frankfurt am Main. Die Geschichte der Stadt in neun Beiträgen, Sigmaringen, 1991, p. 53-151.

25 D. HECKMANN, Andre Voey de Ryneck. Leben und Werk eines Patriziers im spätmittelalterlichen Metz, Sarrebruck, 1986.

26 W. EGER ed., Geschichte der Stadt Speyer, Stuttgart, 1982.

27 M. ALIOTH, Gruppen an der Macht. Zünfte und Patriziat in Straβburg im 14. und 15. Jahrhundert, Francfort/M.-Bâle, 1988.

28 C. H. ROTH von SCHRECKENSTEIN, Das Patriziat in den deutschen Städten besonders Reichsstàdten a/s Beitrag zur Geschichte der deutschen Stàdte und des deutschen Adels, Tübingen, 1856, p. 244 : « Si précisément on se place dans la perspective de l’unité nationale, on doit considérer la réciproque paralysie des deux agents principaux du dynamisme urbain, qui résultait de l’opposition entre les corporations et les lignages, comme une situation favorable. »

29 Ibid., p. 46 : « Les villes allemandes, au sens propre du terme, se sont développées mais n’ont pas été créées. »

30 L. von WINTERFELD, Handel, Kapital und Patriziat in Köln bis 1400, Lübeck, 1925.

31 F. LERNER, Die Frankfurter Patriziergesellschaft Alten-Limpurg und ihre Stiftungen, Francfort/M., 1952.

32 G. L. KRIEGK, Frankfurter Bürgerzwiste und Zustände im Mittelalter, Francfort/M., 1862.

33 F. ORTH, « Stadtherrschaft und auswärtiger Bürgerbesitz : Die territorialpolitischen Konzeptionen der Reichsstadt Frankfurt am Main im spaten Mittelalter », dans H. K. SCHULZE ed., Städtisches Um und Hinterland in vorindustrieller Zeit, Cologne-Vienne, 1985, p. 99-156.

34 P. MONNET, « Doit-on encore parler de patriciat ? », op. cit., p. 58.

35 U. DIRLMEIER, « Zu den materiellen Lebensbedingungen in deutschen Städten des Spàtmittelalters : àußerer Rahmen, Inkommen, Verbrauch », dans R. ELZE et G. FASOLI eds, Stadtadel und Bürgertum in den italienischen und deutschen Städten des Spätmittelalters, Berlin, 1991, p. 50-86.

36 O. G. OEXLE, « Ein politischer Historiker : Georg von Below (1858-1927) », dans N. HAMMERSTEIN ed., Deutsche Geschichtswissenschaft um 1900, Wiesbaden, 1988, p. 283-312.

37 F. von KLOCKE, Patriziat und Stadtadel im alten Soest, Lubeck, 1927, p. 7 : « Le patriciat, c’était au sein d’une communauté urbaine ce cercle au statut prééminent, socialement et politiquement fermé, qui détenait la conduite des affaires urbaines. »

38 G. von BÜLOW, « Zur Enstehung der deutschen Stadtverfassung (Zweither Theil) », Historische Zeitschrift, 58, 1877, p. 221.

39 J. FRÖCHLING, « Georg von Below - Stadtgeschichte zwischen Wissenschaft und Ideologie », Die alte Stadt, 6, 1979, p. 54-85.

40 K. CZOK, Städtische Volksbewegungen im deutschen Spätmittelalter. Ein Beitrag zu Bürgerkämpfen und innerstädtischen Bewegungen der frühbürgerlichen Revolution, Leipzig, 1963.

41 Soutenue en 1931, la thèse d’habilitation de F. von KLOCKE — Patriziat und Honoratiorentum in Westfalen — a été rééditée à Münster, en 1965, après la mort de l’auteur en 1944, sous le titre : Das Patriziatproblem und die Werler Erbsälzer.

42 K. SIEH-BÜRENS, Oligarchie, Konfession und Politik im 16. Jahrhundert. Zur sozialen Verflechtung der Augsburger Bürgermeister 1518-1618, Munich, 1986.

43 P. MONNET, « Doit-on encore parler de patriciat ? », op. cit., p. 59.

44 P. M. GRÜBER, « Kurzweil viel ohn’ Maβ und Ziel » Augsburger Patrizier und ihre Feste zwischen Mittelalter und Neuzeit, Augsburg, 1994.

45 M. SCHATTENHOFER, « Das Münchnerpatriziat », Zeitschrift fur bayerische Landesgeschichte, 38, 1975, p. 877-899.

46 K. TERLAU-FRIEMANN, Lüneburger Patrizierarchitektur des 14. bis 16. Jahrhunderts. Ein Beitrag zur Bautradition einer städtichen Oberschicht, Lüneburg, 1994.

47 K. SCHREINER, « Laienfrömmigkeit - Frömmigkeit von Eliten oder Frömmigkeit des Volkes ? Zur sozialen Verfaßtheit laikaler Frömmigkeitspraxis im spaten Mittelalter », dans K. SCHREINER et E. MÜLLER-LÜCKNER eds, Laienfrömmigkeit im spaten Mittelalter. Formen, Funktionen, politisch-sozial Zusammenhànge, Munich, 1993, p. 1-78.

48 K. SCHREINER, « Sozialer Wandel im Geschichtsdenken und in der Geschichtsschreibung des spaten Mittelalters », dans H. PATZE ed., Geschichtsdenken und Geschichtsbewuβtsein im spaten Mittelalter, Sigmaringen, 1987, p. 237-286.

49 H. SCHMIDT, Die deutschen Städtechroniken als Spiege des bürgerlichen Selbstverständnis im Spätmittelalter, Gottingen, 1958.

50 P. MONNET, Pouvoirs, affaires et parenté..., op. cit., p. 110.

51 Cf., parmi de multiples exemples, le cas exemplaire de Hermann Weinsberg, bourgeois de Cologne, G. CHAIX, De la cité chrétienne à la métropole catholique. Vie religieuse et conscience civique à Cologne au xvie siècle, thèse dactyl., Strasbourg, 1994, t. 2, p. 575-626, notamment p. 623.

52 E. MASCHKE distingue cinq critères d’appartenance : le droit de bourgeoisie, l’appartenance à un métier, le respect des obligations statutaires, la position dans la profession et la fortune.

53 H. H. HOFMANN, « Nobiles Norimberges. Beobachtungen zur Struktur der reichsstädtischen Oberschicht », Zeitschrift fur bayerische Landesgeschichte, 28, 1963, p. 114-130.

54 F. LERNER, Die Frankfurter Patriziergesellschaft Alten-Limpurg, op. cit.

55 A. DREHER, Das Patriziat der Reichsstadt Ravensburg. Von den Anfängen bis zum Beginn des 19. Jahrhunderts, Stuttgart, 1966.

56 A. O. STOLZE, Der Siinfzen zu Lindau. Das Patriziat einer schwäbischen Reichsstadt, Constance-Lindau, 1956.

57 P. EITEL, Die oberschwäbischen Reichsstädte im Zeitalter der Zunftherreschaft, Stuttgart, 1970.

58 R. EIRICH, Memmingens Wirtschaft und Patriziat von 1347 bis 1551. Fine wirtschafts und sozialgeschichtliche Untersuchung über dem Memminger Patriziat während der Zunftverfassung, Weißenhorn, 1971.

59 T. MANN, Buddenbrooks Roman. Verfall einer Familie (1922), Berlin, 1978, p. 516-517 ; trad. franç. G. BIANQUIS, Paris, 1932, t. 2, p. 413 : « Elle se dressait là, victorieuse dans le bon combat qu’elle avait mené toute sa vie contre les doutes que lui insufflait sa raison d’institutrice, bossue, minuscule et frémissante de conviction, petite prophétesse courroucée et enthousiaste. »

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540