Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Le patriciat en représentation, représentation du patriciat

Les élites urbaines sous le regard des médiévistes français depuis 1945

Henri Dubois

Texte intégral

1Les lignes qui suivent ne constituent ni un palmarès, ni un catalogue. Elles sont une revue, malheureusement incomplète. Les médiévistes français se sont beaucoup intéressés à des villes étrangères, italiennes et espagnoles principalement et il faut les en louer. Mais j’ai dû me limiter aux travaux concernant l’espace francophone, sans pouvoir d’ailleurs, et je le regrette, les mentionner tous.

  • 1 J. LESTOCQUOY, « Les dynasties bourgeoises d’Arras », Mémoires de la Commission départementale des (...)
  • 2 H. PIRENNE, « Les périodes de l’histoire sociale du capitalisme », Bulletin de l’Académie royale d (...)
  • 3 Histoire générale, publiée sous la direction de G. GLOTZ, 2e section : Histoire du Moyen Âge, t. V (...)
  • 4 G. ESPINAS, Les origines du capitalisme, t. I, Sire Jehan Boinebroke, patricien et drapier douaisi (...)
  • 5 Histoire économique de l’Occident médiéval, op. cit., p. 339.

2Il est symbolique que, dès 1945, Jean Lestocquoy ait publié son étude sur les dynasties bourgeoises d’Arras du xie au xve siècle1. Au sortir des années de guerre, il relevait ainsi le flambeau de l’histoire urbaine « pirennienne ». Rappelons qu’Henri Pirenne n’est pas seulement le fondateur d’une théorie explicative de l’histoire économique du Moyen Âge. Dès 1914, dans ses « Périodes de l’histoire sociale du capitalisme »2, puis dans de nombreux écrits jusqu’à sa mort survenue en 1935, notamment dans sa vaste et brillante contribution à la Collection Glotz3, il a fourni une clé de l’histoire sociale urbaine : parallèlement à l’essor du « commerce capitaliste » s’est constituée dans les villes une fortune bourgeoise et, dès le xiiie siècle, « une aristocratie de patriciens, de viri hereditarii, de divites, de majores », passés du commerce ambulant à la rente foncière, a contrôlé le sol urbain et monopolisé dans ses familles le gouvernement municipal (échevinage, conseil). Certes, Pirenne n’est pas le premier utilisateur du mot « patricien » dans le sens de membre d’une élite urbaine, mais il a donné à cette utilisation un éclat incomparable, aidé en cela par les travaux, considérables, de Georges Espinas, le découvreur dès 1933 du type extrême, caricatural, de patricien exploiteur, Jean Boinebroke, bourgeois de Douai4. La même année, Pirenne a réaffirmé ses vues sur le patriciat au pouvoir « partout » dès le xiie siècle, se transformant en une « oligarchie ploutocratique fermant jalousement l’accès du pouvoir à tous ceux qui n’appartenaient pas aux quelques familles qui l’exerçaient »5. Les abus de cette administration oligarchique auraient finalement entraîné un choc en retour et les conflits avec les métiers amenant l’accession d’hommes nouveaux.

  • 6 Paris, PUF, 1952, 248 p.
  • 7 Id., ibid., p. 41, 71, 74, 86.

3Cette vision des choses, d’ailleurs exprimée souvent d’admirable façon, domine encore la réflexion des médiévistes français sur l’histoire sociale des villes dans les années de l’immédiat après-guerre. Il est caractéristique que la renaissante revue Annales introduise un débat sur l’origine des patriciens, qu’en 1951 E. Coornaert préface une Histoire économique de l’Occident médiéval qui est un recueil de travaux de Pirenne et que l’année suivante, 1952 (mais le livre a été fini au plus tard en 1950), Jean Lestocquoy donne une synthèse claire et encore utile aujourd’hui, intitulée Les villes de Flandre et d’Italie sous le gouvernement des patriciens (xie-xve s.)6. L’avant propos de ce travail situe résolument l’histoire urbaine dans la tradition ouverte en 1827 par Augustin Thierry et l’idée de la liberté arrachée aux princes du xiie siècle par les bourgeois, puis Lestocquoy se rattache explicitement à Pirenne pour ce qui est de la classe dirigeante urbaine. Plus souple que le maître sur la question des origines du patriciat urbain (il admet qu’il ait pu y avoir des chevaliers à l’origine du patriciat d’Arras), il affirme vigoureusement la généralité de la formation du patriciat, « ceux qui unissent la richesse acquise par le commerce à une participation aux affaires publiques dans leurs villes », « classe sociale » reposant sur des familles, comme à Arras et Douai, « qui dominera partout où un pouvoir politique trop proche et trop fort ne lui portera pas ombrage ». Lestocquoy insiste sur la structure familiale de ce groupe, utilisant à son propos l’expression de « dynasties bourgeoises » (alors mise à la mode pour une époque bien postérieure). Il concède toutefois que, à l’origine de la fortune patricienne, il puisse y avoir, outre le commerce, l’industrie et le prêt à intérêt7. Nous sommes donc toujours, pour ce qui concerne la France, dans le Nord.

  • 8 J. SCHNEIDER, La ville de Metz aux xiiie et xive siècles, Nancy, 1950, XXVII-606 p.

4C’est alors que la thèse « patricienne » reçoit un renfort éclatant avec la parution, en 1950, de la thèse de Jean Schneider, consacrée à la ville de Metz aux xiiie et xive siècles8. En effet, dans un secteur non couvert par les « pirenniens », les pays lorrains, Schneider, au terme d’une recherche commencée avant la guerre, présente une ville dont la société urbaine est le parangon et la quintessence du régime patricien. Le patriciat de Metz, centre de l’étude, cité dès l’introduction, est bien une classe dirigeante oligarchique dont l’auteur étudie la puissance politique et la fortune. Voilà un patriciat qui, éclos au xiie siècle, s’est emparé du pouvoir au xiiie et ne l’a plus lâché. Schneider, qui identifie bourgeoisie et patriciat, insiste beaucoup sur les structures familiales du groupe, les regroupements de familles en cinq paraiges, et les étapes de leur contrôle du gouvernement municipal : échevinage, conseil des Treize. Si ces familles n’ont pas échappé à des divisions au xiiie siècle, elles ont su conserver le pouvoir, concédant seulement l’entrée de nouvelles familles dans un 6e paraige. Au début du xive siècle, l’oligarchie messine réussit à déjouer la révolte du commun de 1326, à diviser les métiers et à conserver « toute son autorité ». Même, en même temps, ce patriciat a su constituer, seul en Europe du Nord-Ouest, un État urbain, le « pays de Metz ».

  • 9 M. MOLLAT, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, 1952, XXV-617 p. ; P. WOLFF, (...)

5La thèse du patriciat semble bien avoir triomphé et le thème, provisoirement, n’est plus porteur. Peut-être sous l’influence de l’économisme de Pirenne, et non plus de sa vision sociale, deux autres grands travaux de peu postérieurs, abordent l’histoire urbaine sous un angle tout à fait différent, par l’examen d’une activité et d’un groupe socioprofessionnel adonné à cette activité, ceux de Michel Mollat, dont la thèse, parue en 1952, a été commencée pendant la guerre, et de Philippe Wolff (thèse parue en 1952, commencée au lendemain de la guerre)9. Mais Mollat ne centre pas son « Commerce maritime normand » sur une étude des marchands et armateurs de Rouen et de Dieppe, et il n’aborde les hommes que bien après la description des activités. Il n’évoque d’ailleurs pas leur place dans la société urbaine (sinon sous l’angle de leur fortune) ni leur rôle dans le gouvernement municipal : ce n’était pas son sujet. Ph. Wolff axe, lui aussi, son travail sur les activités plus que sur les hommes. Toutefois, il note la pérennité des grandes familles, la présence de négociants et changeurs parmi les prud’hommes ou probi homines de la ville et il consacre un chapitre entier (le ch. XV) aux « marchands dans la cité », s’interrogeant notamment sur leur place dans le gouvernement municipal : un quart des capitouls, donc minoritaires, mais présents, et encore plus minoritaires au Grand Conseil. Wolff examine aussi la participation de certaines familles au gouvernement municipal. Donc deux livres dans lesquels l’économique l’emporte sur le social, du fait de la nature des activités étudiées.

  • 10 B. GUENÉE, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Âge (vers 13 (...)
  • 11 R. FÉDOU, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge. Étude sur les origines de la classe de (...)

6On s’éloigne en revanche de l’économie avec deux autres grandes thèses, mises en chantier dans les années cinquante et qui sont également consacrées à un groupe socioprofessionnel, le même d’ailleurs, parues l’une et l’autre en 1964. B. Guenée a étudié les tribunaux et les « gens de justice » à la fin du Moyen Âge dans le bailliage de Senlis, où comptent quatre villes : Beauvais, Senlis, Compiègne et Pontoise10. À nouveau, ce n’est pas une recherche d’histoire urbaine à proprement parler, mais l’auteur ne manque pas de s’interroger sur la place de certains de ses gens de loi — en l’occurrence les avocats — dans l’élite urbaine, où, à Beauvais, ils pénètrent grâce à leur fortune. Il les montre aussi accédant aux charges municipales et à la mairie et remarque le maintien de leurs positions au xve siècle. Pour René Fédou, avec les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge11, c’est encore ce groupe socioprofessionnel, mais suivi dans le cadre d’une grande ville, dans sa constitution, son essor avant 1450, son apogée dans la deuxième moitié du xve siècle. Fédou insiste sur la naissance de dynasties de légistes et note parmi les facteurs de l’ascension de certains la participation aux charges municipales. Il peut situer leurs fortunes dans l’échelle de celles de la ville, fait voir leur part croissante dans l’immobilier urbain et étudie (ch. IV), les modalités de leur influence sur le gouvernement municipal, par occupation d’offices administratifs, accès au consulat, conseil à l’administration urbaine, donc leur accès à l’élite.

  • 12 G. de VALOUS, Le patriciat lyonnais aux xiiie et xive siècles, Paris, 1973, 490 p.

7Marchands, hommes de loi, à l’évidence deux composantes de l’élite urbaine, mais que ces études traitent séparément. Pourtant le patriciat dans son ensemble ne cesse pas d’intéresser : voici, en 1973, le livre posthume de Guy de Valous sur le patriciat lyonnais aux xiiie et xive siècles. Les notices lignagières y sont riches et fournies, et l’étude qui les précède définit encore une fois cette classe dirigeante par sa richesse et sa participation continue aux charges municipales et met l’accent sur son apogée avant 1436, sa fidélité au commerce, et sa présence constante au conseil de la ville : une vision assez traditionnelle des choses, mais un répertoire très complet et très utile12.

  • 13 A. DERVILLE, Saint-Omer, des origines au début du xive siècle, Lille, Presses universitaires, 1995 (...)
  • 14 A. DERVILLE est revenu sur ce sujet, avec une fougue remarquable, dans sa contribution au Congrès (...)

8Le patriciat intéresse aussi Alain Derville, mais c’est qu’il en nie l’existence. Dans sa thèse consacrée à la ville de Saint-Omer du xie au début du xive siècle, soutenue en 1971 et publiée seulement en 199513, cet auteur traite abondamment de la classe dominante de la ville, mais exécute sans appel la notion de patriciat : « quant aux patriciens, c’est simple, il n’y en a pas dans les textes » et : « l’imaginaire des historiens est encore bien encombré par le portrait-robot du patricien pirennien » et encore : « Finalement, les historiens sérieux ont renoncé à ce terme malencontreux : le patriciat n’est pas un outil, c’est un problème ». Cependant, Derville montre à Saint-Omer, se constituant au xiie siècle, une bourgeoisie fondée d’abord sur la terre, puis sur le commerce et sans doute aussi l’usure, une « société de marchands qui se dégage de la société rurale ou féodale et au sein de laquelle on peut reconnaître des familles « en vue ». Au début du xiiie siècle, les grands marchands confisquent le commerce lointain par la constitution d’une hanse, et les échevins confisquent la commune : ainsi, « c’est vraiment une classe qui se saisit du pouvoir politique et économique »14, les échevins contrôlent les métiers, et visent à l’hérédité. Les riches se confondent avec les bourgeois, lesquels sont les propriétaires, et guettent les fiefs. Au sommet, les hansés n’exercent aucune autre activité que le grand commerce. Au-dessous, les ouvriers. C’est une société à trois classes, la classe marchande et échevinale au sommet.

9Plusieurs des livres qui précèdent, même si ce n’est pas leur propos, dessinent les contours d’une classe dirigeante urbaine plus composite que celle dessinée par l’école pirennienne, avec comme principaux éléments les marchands, les hommes de loi, les officiers du prince ou de la commune. Mais se trouverait-elle saisissable en une seule et même ville ?

  • 15 B. CHEVALIER, Tours, ville royale (1356-1520). Origine et développement d’une capitale à la fin du (...)

10Une réponse se trouve dans la thèse de Bernard Chevalier, soutenue en 1972 et publiée en 1975 sous le titre Tours, ville royale15. L’ouvrage présente de nombreux aspects originaux : on revient, après une vingtaine d’années, à l’examen d’un exemple urbain. D’autre part, Chevalier remet en honneur le concept de « bonne ville » ; surtout, il accorde une place considérable à l’étude de la population urbaine dans son ensemble et dans ses hiérarchies internes. L’auteur insiste sur les critères de la distinction sociale, l’un étant le travail, manuel ou non, l’autre l’absence de métier, un autre évidemment la fortune. Les bourgeois, qui ont en commun de ne rien fabriquer de leurs mains et de ne rien vendre monopolisent la direction de la ville avant 1450. Mais, en même temps montent au sein de l’élite municipale les hommes de loi et les marchands. La société d’après 1460 exhibe les « états honorables » : la marchandise, les métiers juridiques, la médecine, les offices royaux. Il y a un sommet dans cette élite : le petit monde des « honorables hommes » soudés par diverses solidarités. B. Chevalier n’utilise pas le terme de « patriciat » pour désigner ces grandes familles. Il est vrai que nous sommes loin des schémas pirenniens et que l’époque étudiée n’est plus la même.

  • 16 É. FOURNIAL, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux xiiie et xive siècles, Paris, 1967, L (...)

11En 1973, la thèse d’André Chédeville avait eu l’originalité d’étudier simultanément une ville moyenne et son plat-pays aux xiie et xiiie siècles. A Chartres, l’ascension des familles à partir du xiie siècle se fait au sein de l’administration royale, comtale ou ecclésiastique (comme dans le Forez étudié par E. Fournial16), et les fortunes sont foncières.

  • 17 P. DESPORTES, Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, Paris, 1979, 743 p.

12On revient toutefois aux problèmes du patriciat avec le grand travail de Pierre Desportes, consacré à la société rémoise, publié en 197917. L’auteur a ici la chance de pouvoir envisager les choses du xiie au xive siècle. De ce fait, il peut montrer la constitution d’un patriciat rémois avant 1250, amalgame de vieux lignages de ministériaux et de nouveaux riches, sa structure interne en une cinquantaine de familles qui dominent l’échevinage, les fondements de sa fortune (change, foires et immobilier, et aucune autre activité professionnelle que le trafic et le change). Desportes montre la longévité de ce groupe, à travers un renouvellement interne. Il donne une fine analyse de ce qu’il appelle « la disparition du patriciat » après 1338, principalement par extinction des familles. Parallèlement à ce qui se passe à Tours, on assiste ici à l’émergence d’une nouvelle élite, étroite, fondée sur les professions juridiques et le service du roi. De surcroît, P. Desportes incorpore à son étude sociale celle du clergé, le grand oublié de l’histoire urbaine. Il n’échappera à personne que le patriciat rémois n’est pas sans ressembler à l’élite audomaroise.

  • 18 A. RIGAUDIÈRE, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et (...)

13Publié en 1982, l’important travail d’Albert Rigaudière sur Saint-Flour à la fin du Moyen Âge est beaucoup plus que l’étude d’histoire administrative et financière de cette ville annoncée par l’auteur18. Rigaudière procède en effet à l’analyse de la société sainfloraine (la communauté des habitants) avec son clivage permanent en deux groupes, bourgeois et habitants, grande et petite communauté. C’est la grande communauté qui organise sa direction de la ville au xive siècle. Cette classe dirigeante exclut les paysans, les métiers et la noblesse et repose, ici aussi, sur les marchands et les juristes. Elle s’ouvre quelque peu au xive siècle en direction des taverniers, hôteliers et petits commerçants.

  • 19 J.-P. LEGUAY, La ville de Rennes au xve siècle à travers les comptes des Miseurs, Paris, 1969, XII (...)
  • 20 J.-P. LEGUAY, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xive et xve sièc (...)

14L’histoire financière urbaine avait déjà retenu l’attention de J.-P. Leguay qui avait publié en 1968 sa thèse de 3e cycle qui abordait l’histoire municipale de Rennes selon une optique originale : l’analyse des comptes des « miseurs » ou trésoriers de la ville19. Cet examen des finances urbaines mettait en évidence la part énorme des dépenses militaires et de fortification au xve siècle. Le même historien a publié en 1981 sa thèse de 1978 qui est une étude du réseau des villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles20. L’étude du paysage urbain y tient une grande place, mais un livre est consacré à l’étude de la population citadine, qui évoque notamment les exclus et les élites. Ces dernières, à la vérité, ne sont guère connaissables avant 1430. Après cette date, on discerne à Nantes et à Rennes une « bourgeoisie aisée » de marchands, hommes de loi et officiers de la cour ducale. Leguay, après Chevalier, s’interroge sur les « indices de notabilité » parmi lesquels ne semble pas figurer la participation au gouvernement municipal, pourtant certaine. Mais, les villes n’étant pas très importantes, c’est l’obtention et l’exercice d’offices ducaux qui font les grandes carrières (P. Landais, J. Thierry).

  • 21 T. DUTOUR, Une société de l’honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge, Par (...)

15Le travail de Thierry Dutour sur les notables dijonnais au xive siècle, issu d’une thèse de 199421, aborde de front les problèmes de l’élite urbaine. Il s’inscrit dans un double courant et révèle une double influence : d’une part, les travaux de B. Chevalier et sa réflexion sur les hiérarchies sociales ; d’autre part, le courant sociologique ou « sociologie de l’élite » qui va de Mosca et Pareto à Boudon et Bourdieu. Dans le cadre du Dijon des années 1340 à 1390, Dutour examine le fonctionnement et l’organisation de la société pour en définir l’élite selon des critères résolument sociologiques : le discours social, les degrés de l’estime sociale, la distinction sociale, les éléments d’un consensus fondant la reconnaissance d’une élite « apte à occuper dans la société les positions conférant l’essentiel de l’autorité sur autrui ». Élite qui est ensuite minutieusement scrutée.

16Ainsi pendant ce demi-siècle, par un effort continu et se soutenant les uns les autres, les médiévistes français ont-ils édifié un monument d’analyse des sociétés urbaines, s’attachant de plus en plus à définir l’élite et à préciser ses modes de fonctionnement. Très naturellement, cet effort a été traversé par plusieurs essais de synthèse, dont je ne retiendrai que deux.

  • 22 Histoire de la France urbaine, sous la direction de G. DUBY, t. 2, La ville médiévale, des Carolin (...)

17Au tome second de l’Histoire de la France urbaine, paru en 198022, la ville médiévale est traitée par André Chédeville, Jacques Le Goff et Jacques Rossiaud. La partie centrale, due à J. Le Goff, contient des développements sur la société urbaine. L’accent est mis sur le clivage fondamental entre « gros » et « menus » et la fiscalité urbaine, qui a entraîné une classification des habitants. Le Goff ne répudie pas le concept de patriciat et y voit la « forme médiévale de l’oligarchie » accaparant le pouvoir social et politique. Le poids du patriciat messin est sensible dans cette présentation qui tient compte aussi des travaux de Desportes, mais moins, semble-t-il, de ceux de Chevalier.

  • 23 B. CHEVALIER, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982, 345 p.

18De 1982 est la première édition de l’essai de B. Chevalier sur les « bonnes villes » de France, prises du xive au xve siècle, villes partenaires du roi ou des princes23. Il s’agit d’une étude sur le deuxième stade de l’urbanisation médiévale, entendue comme forme d’organisation sociale. Chevalier reprend ici la définition du patriciat et l’analyse des fondements de son pouvoir sur la société. Il y voit bien une ploutocratie et s’interroge, après Desportes, sur les causes de sa disparition après 1350. Il insiste sur le renouvellement de l’élite par alliance entre marchands, gens de finance et hommes de loi, les « honorables hommes », non plus ploutocratie, mais élite, ou plutôt élite des trois élites ci-dessus, dont la fonction sociale est justement l’exercice du pouvoir dans la ville. Naturellement influencé par la situation tourangelle, il insiste sur l’action du roi dans la mise en place des échevinages, leurs fonctions, leur mode de cooptation. Ce n’est qu’un des apports de cette riche et vraiment lumineuse synthèse.

19Il est frappant que le patriciat soit présent, fût-ce sous un autre nom, fût-ce pour être nié, dans les travaux centrés sur le xiiie siècle. Il ne l’est plus dans les études axées sur la fin du xive et le xve siècle. Il paraît ainsi certain qu’il s’est produit, quelque part dans le xive siècle, plus ou moins tôt selon les villes, un changement de classe dirigeante, une mutation dans les élites et qu’un peu partout la trilogie : marchands, juristes, officiers, a pris la tête des sociétés urbaines.

20Je ne crois donc pas que dans les années 1945-1998 la notion de patriciat ait freiné notre histoire urbaine ni écrasé la recherche. Elle n’a pas empêché l’examen attentif de telle ou telle élite dans telle ou telle ville et de leurs rapports au gouvernement de la ville. Puis, les travaux de Chevalier et de Desportes ont montré qu’une fine analyse de société urbaine pouvait, ou pouvait ne pas, avoir recours à la notion de patriciat. Lestocquoy magnifiait le patriciat. Derville l’exécute et lui nie toute existence. Il y a quelque exagération de part et d’autre. Gardons-nous de réveiller, à propos de ce concept finalement utile, la querelle bien médiévale des universaux !

Notes

1 J. LESTOCQUOY, « Les dynasties bourgeoises d’Arras », Mémoires de la Commission départementale des Monuments historiques du Pas-de-Calais, V, 1, 1945.

2 H. PIRENNE, « Les périodes de l’histoire sociale du capitalisme », Bulletin de l’Académie royale de Belgique, classe des Lettres, n° 5, 1914.

3 Histoire générale, publiée sous la direction de G. GLOTZ, 2e section : Histoire du Moyen Âge, t. VIII, La civilisation occidentale au Moyen Âge, du xie au milieu du xv siècle, Paris, PUF, 1933, p. 7-189, réimprimé dans H. PIRENNE, Histoire économique de l’Occident médiéval, Bruges, 1951, p. 155-361.

4 G. ESPINAS, Les origines du capitalisme, t. I, Sire Jehan Boinebroke, patricien et drapier douaisien ( ?-1286), Lille, 1933.

5 Histoire économique de l’Occident médiéval, op. cit., p. 339.

6 Paris, PUF, 1952, 248 p.

7 Id., ibid., p. 41, 71, 74, 86.

8 J. SCHNEIDER, La ville de Metz aux xiiie et xive siècles, Nancy, 1950, XXVII-606 p.

9 M. MOLLAT, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, 1952, XXV-617 p. ; P. WOLFF, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, 1952, XXX-675 p., cartes.

10 B. GUENÉE, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Âge (vers 1380-vers 1550), fasc. 144, Paris, Publications de la faculté des lettres de l’université de Strasbourg, 1963, XII-587 p., cartes.

11 R. FÉDOU, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge. Étude sur les origines de la classe de robe, Annales de l’université de Lyon, 3e série, Lettres, fasc. 37, Paris, 1964, XXIV-626 p.

12 G. de VALOUS, Le patriciat lyonnais aux xiiie et xive siècles, Paris, 1973, 490 p.

13 A. DERVILLE, Saint-Omer, des origines au début du xive siècle, Lille, Presses universitaires, 1995, 404 p.

14 A. DERVILLE est revenu sur ce sujet, avec une fougue remarquable, dans sa contribution au Congrès de 1966 de la Société des historiens médiévistes : « Les élites urbaines en Flandre et en Artois », dans Les élites urbaines au Moyen Âge, XXVIIe Congrès de la SHMES, Paris et Rome, 1997, p. 119-135.

15 B. CHEVALIER, Tours, ville royale (1356-1520). Origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Louvain et Paris, Publications de la Sorbonne, série « N. S. Recherches », 14, 1975, 634 p.

16 É. FOURNIAL, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux xiiie et xive siècles, Paris, 1967, LI-821 p. ; A. CHÉDEVILLE, Chartres et ses campagnes, xie-xiiie siècles, Paris, 1973.

17 P. DESPORTES, Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, Paris, 1979, 743 p.

18 A. RIGAUDIÈRE, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et financière, 2 vol., Paris, PUF, 1982, 1012 p.

19 J.-P. LEGUAY, La ville de Rennes au xve siècle à travers les comptes des Miseurs, Paris, 1969, XIII-356 p.

20 J.-P. LEGUAY, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, 1981, 407 p.

21 T. DUTOUR, Une société de l’honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge, Paris, 1998,548 p.

22 Histoire de la France urbaine, sous la direction de G. DUBY, t. 2, La ville médiévale, des Carolingiens à la Renaissance, par A. CHÉDEVILLE, J. LE GOFF et J. ROSSIAUD, Paris, 1980, 656 p.

23 B. CHEVALIER, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982, 345 p.

Auteur

Université de Paris IV

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540