Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Le patriciat en représentation, représentation du patriciat

Patriciens pour l’éternité : les monuments funéraires dans trois villes du Nord-Ouest de la France

Jean-Pierre Chaline

Texte intégral

  • 1 P. ARIÈS, Essais sur l’histoire de la mort en Occident, Paris, 1975.

1Dans un ouvrage pionnier1, Philippe Ariès montrait naguère à quelle mutation profonde dans les sensibilités et dans les attitudes devant la mort correspond en Occident la naissance du cimetière moderne, avec ses tombeaux durables fixant la mémoire et matérialisant le souvenir des défunts. On voudrait en faire apparaître ici la dimension sociale et, plus spécialement, patricienne.

2Rappelons d’abord les grands traits de cette évolution. Après des siècles dominés par le souci des fins dernières et, dès lors, caractérisés par une sépulture Ad Sanctos, dans cet étroit terrain plus ou moins attenant à l’église où nulle construction tumulaire n’était envisageable vu le manque d’espace et la rotation rapide des corps inhumés là, voici, avec tout à l’inverse une fixation sur la dépouille mortelle et sa conservation, un quasi-lotissement de l’ancien champ commun des morts, lui-même d’ailleurs rejeté hors de l’espace urbain. La déclaration royale du 10 mars 1776 interdit en effet l’enterrement intra-muros et suscite l’ouverture de vastes nécropoles à la périphérie des villes. L’hygiénisme « éclairé » préside à cette mesure qui, rompant brutalement une symbiose séculaire entre morts et vivants, va inciter à retrouver sur d’autres bases, plus sentimentales sans doute, un lien avec les parents ou amis disparus. Dans l’espace élargi des nouveaux cimetières, les tombes peuvent être plus durables et l’on pourra plus aisément venir s’y recueillir ou verser de ces « torrents de larmes » dont le pré-romantisme a ouvert les vannes. Mais tout cela reste précaire jusqu’au décret du 23 prairial-an XII (12 juin 1804), acte essentiel autorisant l’établissement de sépultures pérennes sur des portions de terrain concédées aux particuliers. Dès lors, sur ces concessions de préférence perpétuelles, vont pouvoir s’élever des édifices funéraires parfois très imposants, expression d’une piété familiale, sans doute, mais aussi d’une volonté d’affirmation sociale. Tels ces tombeaux qui jalonnaient les routes à la sortie des villes romaines, ils vont être un moyen d’éterniser la gloire d’un patriciat local à travers une architecture, un décor, des épitaphes, pour ne pas parler de la « pompe funèbre » souvent spectaculaire qui accompagne alors certaines inhumations.

  • 2 Sur les monuments du Père-Lachaise, cf. notamment A. LE NORMAND-ROMAIN, Mémoire de marbre. La scul (...)
  • 3 Cf. pour Amiens R. GILMANN, La Grande Madeleine d’Amiens, Amiens, 1988 ; pour Le Havre, N. CASTETZ (...)

3Naguère, seuls les grands de ce monde, seigneurs, princes de l’Église, accédaient à de tels honneurs. Désormais, la législation nouvelle sur les cimetières en étend l’avantage aux privilégiés de la fortune, en même temps qu’à ces personnages dont quelque souscription publique consacrera le statut nouveau de « grands hommes ». Sur le modèle parisien du fameux Père-Lachaise, vaste parc funéraire aménagé à partir de 1804 par l’architecte Brongniart et peu à peu garni des impressionnants tombeaux des diverses élites de la capitale2, plusieurs villes de province vont se doter d’une telle nécropole de prestige. On examinera ici le cas de trois grandes cités du Nord-Ouest français, Amiens, Rouen et Le Havre3, très loin par conséquent de l’effusion baroque dont pourrait témoigner tel cimetière méditerranéen. L’ampleur des monuments que nous y découvrons n’en a que plus de signification sur un plan strictement social.

  • 4 A.M. Rouen, 1 D, Délibération municipale du 24 avril 1823.
  • 5 A.D. Seine-Maritime, OP 197Z, Délibération du Conseil de fabrique de la paroisse Saint-Vincent de (...)

4C’est en 1823 que le maire de Rouen Charles Deshommets de Martainville, répondant, dit-il, au vœu de nombreuses personnes, lance le projet d’un nouveau cimetière dit « monumental », vu qu’il aurait le monopole des concessions autorisant des constructions durables4. D’emblée, l’opération est conçue comme une source de revenus pour la Ville, et comme une sorte de taxe sur la vanité de ceux qui voudront trouver là un moyen de distinction. Car au prix élevé (initialement 50 F le m2 et assez vite beaucoup plus) de concessions, souvent de très grande dimension, s’ajoutent une taxe d’un montant au moins égal perçue au profit des hospices et des droits à payer à la Ville, tandis que les tarifs des pompes funèbres (ceux des deux premières classes dépassaient 3 à 400 F) se voient d’office majorés d’un tiers dans le but de financer les quelques 2 000 enterrements d’indigents que l’on comptait annuellement. Comme l’écrira plus tard le Conseil de fabrique d’une des paroisses rouennaises, « la pensée qui a présidé à la création du Cimetière Monumental a visé les classes riches de la société. On a voulu leur offrir contre quelques sacrifices d’argent le moyen de conserver après la mort quelque chose des distinctions qu’ils avaient aimées pendant la vie »5... Tout est dit en ce peu de mots et, de fait, le « Monumental », comme on l’appellera désormais à Rouen, ouvert en 1828 sur le coteau nord de la ville, va bientôt s’imposer comme le cimetière par excellence d’une bourgeoisie soucieuse de distinction sociale. D’où, sur ces quelque cinq hectares doublés par la suite, une densité monumentale tout à fait extraordinaire.

5Un processus un peu semblable aboutit, à Amiens, à l’ouverture du cimetière de la Madeleine. Sur l’emplacement d’une ancienne maladrerie très à l’écart de la cité, vers le nord-ouest, on avait lancé dès 1785 l’idée d’une vaste nécropole pour la capitale picarde. Le projet n’aboutit en fait qu’en 1817, avec une bénédiction solennelle puis l’inhumation — non prévue — de l’évêque décédé peu après. Et c’est seulement en 1827, avec un doublement de sa superficie, que la Grande Madeleine d’Amiens prend son visage définitif : près de 18 ha d’espace paysager dans lesquels vont progressivement s’implanter les tombes, semées par petits groupes le long des allées d’un parc à l’anglaise.

  • 6 Cf. A. CORVISIER dir., Histoire du Havre, Toulouse, 1983.

6Le Havre offre un exemple plus tardif puisque c’est seulement en 1851, époque où la ville fait craquer son ancien corset de remparts, qu’ouvre le Cimetière Sainte-Marie6. Exemple en même temps moins caractérisé, dans la mesure où cette vaste nécropole, portée plus tard jusqu’à 28 ha, remplace tous les anciens cimetières urbains et n’est donc aucunement réservée aux sépultures monumentales, même si celles-ci n’y manquent pas, s’imposant par leur luxe et leur pérennité face aux tombes ordinaires.

  • 7 Cf. A. FOURCAUT dir., la Ville divisée, France xviiie-xxe siècles, Paris, 1996.
  • 8 J.-P. CHALINE, Les Bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au xixe siècle, Paris, 1982.

7Les deux cas précédents, eux, ajoutent à cette faculté de construire des édifices de prestige le privilège d’être inhumé à part, entre gens du même monde, expression funéraire de cette « ségrégation »7 alors si souvent notée dans la cité vivante. Nulle part sans doute cette tendance n’est mieux affirmée qu’au Cimetière Monumental de Rouen dont le plan même reproduit, à travers ses allées, ses carrés plus ou moins recherchés, la géographie sociale de la ville avec ses contrastes et ses voies plus ou moins patriciennes8. Déjà spatialement séparé d’un pendant populaire, le Cimetière dit du Nord, rejeté symboliquement à l’est de la route d’accès, exactement comme l’axe urbain de la rue de la République sépare le Rouen occidental aisé des quartiers misérables de l’est, le « Monumental » offre des secteurs particulièrement luxueux. Ainsi le long de son avenue centrale où seuls sont concédés des lots d’au moins 10 m2 (et souvent beaucoup plus), autorisant les constructions les plus somptueuses, ou, perpendiculairement, le long de la grande allée est-ouest, à l’opulence caractérisée : beaux quartiers de l’au-delà où se retrouvent post mortem ceux que fortune et rang social avaient fait voisiner de leur vivant dans les rues les mieux habitées de la ville, et notamment dans cette « grande croisée » rouennaise réalisée sous Napoléon III — rue de l’Hôtel-de-Ville/rue de l’Impératrice, aujourd’hui rues Lecanuet et Jeanne-d’Arc — dont on retrouve ici le fidèle reflet.

  • 9 Cf. R. HUBSCHER dir., Histoire d’Amiens, Toulouse, 1986.
  • 10 J.-P. SARTRE, La Nausée, Paris, Gallimard, p. 120.

8Car les registres d’inhumation du Monumental, par leurs mentions professionnelles ou ce qu’on peut reconstituer des anciens « état ou qualité », ne laissent aucun doute : à Rouen, fin Second Empire, 85 % des défunts enterrés ici appartenaient aux couches sociales supérieures avec, à côté de hauts fonctionnaires, professions libérales ou grands propriétaires, quelque 20 % d’industriels et négociants. En d’autres termes, à part de rares nobles, essentiellement des représentants du patriciat bourgeois urbain et, surtout, presque tous les noms connus de l’époque, au point de faire ressembler ces registres d’entrée à une sorte de Who’s Who local. Il en va pratiquement de même à Amiens. A la Madeleine comme au Monumental, les noms qu’on déchiffre à longueur de pages ou que l’on découvre au hasard des pas, gravés sur les tombeaux, rappellent qui l’usine, qui la notabilité politique ou la gloire du barreau9. A leur manière ils font songer à ce « musée des grands hommes de Bouville » — un pseudonyme littéraire du Havre — que Sartre nous décrit dans La Nausée : « Tous ceux qui faisaient partie de l’élite bouvilloise étaient là [...]. Ils avaient eu droit à tout : [...] à la richesse, au commandement, au respect, et pour finir, à l’immortalité »10...

9Un trait commun, pas toujours remarqué, à ces nécropoles patriciennes est d’admettre, à côté du tombeau des notables ceux d’individus socialement plus modestes mais recommandés par quelque œuvre intellectuelle ou quelque action d’éclat : ouverture au mérite, surmontant l’obstacle du coût par quelque souscription publique ou une inhumation aux frais de la municipalité. C’est le cas, à Rouen et au Havre, de pompiers morts au feu ou d’humbles sauveteurs en mer ; à Amiens, de telle infirmière héroïque de 1870-1871 ; tout comme, dans les trois villes, de tel artiste ou inventeur sans fortune dont le nom fait pourtant honneur à la ville. De même que ces gloires urbaines pour lesquelles rien ne semblera trop cher — ainsi à Rouen du très élégant cénotaphe immortalisant le compositeur Boieldieu dont le cœur sera déposé ici en 1834 ; ainsi à Amiens du spectaculaire tombeau élevé à Jules Verne en 1907 —, ces diverses célébrités apportent leur prestige et font comme un Panthéon de ce qui, sans elles, risquerait de n’être qu’un rendez-vous de l’opulence bourgeoise. Par leur sacrifice héroïque, par leurs talents de toute nature, ils légitiment à leur manière le patriciat qui les accueille à ses côtés, tous apparaissant dès lors comme les illustrations diverses d’une même élite urbaine.

10L’étude des monuments eux-mêmes, dans leur architecture, leurs inscriptions ou leur décor, confirme ce désir de consécration et de pérennisation d’une position sociale. Il faut distinguer ici entre deux sortes de tombeaux. Les uns, purement individuels, sont les plus fortement personnalisés. On a cité déjà celui de Jules Verne à Amiens, œuvre du sculpteur Albert Roze : il suggère l’immortalité du célèbre écrivain qu’on voit soulever la dalle du tombeau. On peut y joindre, à Rouen, celui de l’amiral Cécille, théâtrale composition autour d’un mât brisé d’où retombe une voile drapant comme d’un catafalque un massif sarcophage où se trouvent gravés les titres de gloire du marin ; ou celui du philanthrope Dumanoir dont un monument Renaissance avec bas-reliefs immortalise les bienfaits. On songe encore à ces maires décédés en cours de mandat, tel à Rouen Charles Verdrel, à qui leur ville offre en reconnaissance un tombeau de prestige rappelant leurs réalisations ou leur patriotisme. Mais il n’est pas rare que le défunt lui-même, ou ses proches, aient préparé semblable glorification. Dus aux frères Duthoit, artistes dont la renommée dépassait les limites de la Picardie, de multiples bustes ou groupes de pierre éternisent les patriciens amiénois. Au Cimetière Monumental de Rouen, c’est plutôt le bronze, spécialité du ferronnier d’art Marrou, qui prévaut en bustes ou en médaillons, immortalisant les traits d’écrivains, d’artistes, mais aussi de savants, professeurs ou médecins.

11À ces monuments célébrant un individu, dans ses mérites personnels ou dans sa réussite professionnelle, s’ajoutent, bien plus nombreux, ceux qui font prévaloir l’aspect familial des choses. L’esprit du Who’s Who le cède, en quelque sorte, à celui du Bottin Mondain. Et c’est là que s’exprime le mieux une affirmation patricienne enracinée dans le lignage.

12L’une des opportunités offertes par la concession perpétuelle, et qui en rentabilise le coût sur le long terme, est en effet la création de caveaux de famille où plusieurs personnes pourront successivement être inhumées. Philippe Ariès a souligné combien, en un siècle où la famille « large » tend à disparaître, cet ultime regroupement des corps fait du tombeau comme la dernière « maison de famille ». Dans la perspective qui est ici la nôtre, insistons plutôt sur l’affirmation lignagère d’une position sociale. La conception, le style du monument pourront être des plus variés, du temple antique à la chapelle néo-médiévale en passant par toutes les combinaisons de l’éclectisme, sans oublier le type de l’enclos familial, avec stèles juxtaposées derrière une chaîne ou un balustre symboliques. Des formes très différentes mais qui toutes expriment une même intention : affirmer le rang d’une famille, sa place dans la cité, la richesse ou les éminents mérites de ses membres.

13Une attention trop exclusive à l’individu dans sa réussite personnelle, ou à l’inverse au groupe social dans sa masse anonyme, nous fait souvent sous-estimer le niveau intermédiaire, si important encore au xixe siècle, de la dynastie avec ses filiations et ses alliances. N’est-ce pas pourtant à cette époque que la grande bourgeoisie, à son tour, découvre l’intérêt de la généalogie et entreprend de rédiger des biographies d’ancêtres ? Et il faut voir un Flaubert, traduit comme on sait en justice pour son roman Madame Bovary, écrire à son avocat Jules Senard ces mots où revit tout l’orgueil d’une gens romaine : « Il faut qu’on sache à Paris que nous sommes une Famille... » C’est bien cette réalité patricienne qu’exaltent des tombeaux monumentaux, avec le culte familial que sous-entend leur fréquente allure d’oratoires, avec leur galerie d’ancêtres évoqués par des épitaphes sinon des représentations figurées — bustes, vitraux, photographies... —, avec enfin le nom de la famille qu’affiche l’édifice à son fronton, accompagné parfois de quelque décor symbolique rappelant profession ou titre de gloire.

14Ce modèle, dominant au « Monumental » de Rouen ou à la Madeleine d’Amiens, et bien représenté aussi au Havre, souffre pourtant des exceptions, d’origine notamment confessionnelle, comme le fait apparaître la législation d’alors, séparant les cultes dans les cimetières. Le carré protestant, à Rouen, se distingue ainsi par la modestie de ses tombes, souvent une simple dalle gravée de quelque citation biblique. N’est-ce pas là, pourtant, que se trouve inhumée toute une bourgeoisie négociante ou industrielle, souvent la plus ancienne et la mieux assise de la cité ? On pourra apprécier cette sobre dignité. A moins qu’en sa simplicité presque affectée, elle ne soit précisément le summum de la distinction patricienne, dans un cimetière jugé trop accueillant au luxe de « nouveaux riches »...

  • 11 Lettre de G. Flaubert à la municipalité de Rouen au sujet d’un vote concernant Louis Bouilhet, Par (...)

15Car c’est en fait une attitude assez voisine qu’on retrouve chez certaines grandes familles à faible attache religieuse comme à Rouen les Flaubert. Pour ces grands bourgeois riches et respectés, pas de tombeau monumental, pas même un de ces bustes en bronze dont de moindres médecins seront par la suite honorés, mais de simples stèles gravées de leurs nom et titres. Et c’est à l’écrivain, leur fils et frère, qu’on laissera le mot final pour qualifier ces tombeaux de prestige que la concession perpétuelle, une construction défiant le temps et, souvent aussi, une rente d’entretien payée à la Ville semblent préparer pour l’éternité. Évoquant précisément dans une lettre ouverte à la municipalité rouennaise les tombes patriciennes du « Monumental », Gustave Flaubert en donnera cette définition sans appel : « Ces édicules grotesques où l’orgueil tâche d’empiéter sur le néant »11...

Fig. 1 : Des tombeaux dans un parc : la Madeleine d’Amiens (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 2 : Les patriciens de l’ère industrielle : tombeau de Charles-Sénateur MAZE, manufacturier rouennais (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 3 : L’immortalité par le bronze : tombeau de Duprey, Professeur à l’Ecole de Médecine de Rouen (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 4 : Tombeau d’un couple à la Madeleine d’Amiens (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 5 : Lignée de patriciens à la Madeleine d’Amiens (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 6 : Gloire et modestie : le tombeau des Flaubert au Cimetière Monumental de Rouen (cliché J.-P. Chaline)

Notes

1 P. ARIÈS, Essais sur l’histoire de la mort en Occident, Paris, 1975.

2 Sur les monuments du Père-Lachaise, cf. notamment A. LE NORMAND-ROMAIN, Mémoire de marbre. La sculpture funéraire en France de 1804 à 1914, Paris, 1995.

3 Cf. pour Amiens R. GILMANN, La Grande Madeleine d’Amiens, Amiens, 1988 ; pour Le Havre, N. CASTETZ, Mémoire de tombes. Cimetière Sainte-Marie du Havre, s. d. Sur Rouen, à l’ouvrage ancien de J. RIVAGE, Le Cimetière Monumental, Rouen, 1864, s’est ajouté, sous la dir. de J.-P. CHALINE, Mémoire d’une ville. Le Cimetière Monumental de Rouen, Rouen, 1997.

4 A.M. Rouen, 1 D, Délibération municipale du 24 avril 1823.

5 A.D. Seine-Maritime, OP 197Z, Délibération du Conseil de fabrique de la paroisse Saint-Vincent de Rouen, 3 mars 1894.

6 Cf. A. CORVISIER dir., Histoire du Havre, Toulouse, 1983.

7 Cf. A. FOURCAUT dir., la Ville divisée, France xviiie-xxe siècles, Paris, 1996.

8 J.-P. CHALINE, Les Bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au xixe siècle, Paris, 1982.

9 Cf. R. HUBSCHER dir., Histoire d’Amiens, Toulouse, 1986.

10 J.-P. SARTRE, La Nausée, Paris, Gallimard, p. 120.

11 Lettre de G. Flaubert à la municipalité de Rouen au sujet d’un vote concernant Louis Bouilhet, Paris, 1872, p. 5.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Des tombeaux dans un parc : la Madeleine d’Amiens (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Fig. 2 : Les patriciens de l’ère industrielle : tombeau de Charles-Sénateur MAZE, manufacturier rouennais (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2174/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 3 : L’immortalité par le bronze : tombeau de Duprey, Professeur à l’Ecole de Médecine de Rouen (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2174/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Légende Fig. 4 : Tombeau d’un couple à la Madeleine d’Amiens (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2174/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Légende Fig. 5 : Lignée de patriciens à la Madeleine d’Amiens (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2174/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 658k
Légende Fig. 6 : Gloire et modestie : le tombeau des Flaubert au Cimetière Monumental de Rouen (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2174/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 569k

Auteur

Université de Paris IV

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable