Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Le patriciat en représentation, représentation du patriciat

La réinvention du patriciat au xixe siècle à travers nécrologies et tombes bisontines

Claude-Isabelle Brelot

Texte intégral

  • 1 C.-I. BRELOT, Noblesses et villes (1780-1950). Actes du colloque de Tours, 17-19 mars 1994, Tours, (...)

1La notion de patriciat urbain recouvre-t-elle une réalité dans la France du xixe siècle ? Le colloque Noblesses et villes1 a apporté des éléments de réponse en soulignant la périodisation rigoureusement pré et post-révolutionnaire d’une ruralisation conjoncturelle des noblesses. Reste que, dans le langage de l’époque, la qualification de patricien n’est pas éliminée par celle de châtelain. Ses occurrences dans le corpus des nécrologies retiennent d’autant plus l’attention qu’elles font exception au triomphe de la France châtelaine et qu’elles font écho à l’urbanisation des sépultures de la noblesse. Qui dit patriciat implique en effet non seulement insertion urbaine, mais aussi rapports privilégiés, institutionnels, culturels et mémoriels avec la ville.

  • 2 Dr LABRUNE, « Le vicomte Chifflet. Notice biographique », Mémoires de l’Académie de Besançon, 1879, (...)
  • 3 L. FEBVRE, Histoire de la Franche-Comté, Paris, Boivin, 1912, p. 152-175, et Philippe II et la Fran (...)
  • 4 Toutes les familles citées sont étudiées dans notre thèse, à laquelle nous renvoyons une fois pour (...)

2C’est un « patricien distingué »2 que salue l’Académie de Besançon en la personne du vicomte Chifflet, au décès de ce dernier, survenu en 1879. Chargé de faire son éloge académique, le docteur Labrune juge nécessaire de s’excuser du contraste entre sa « plume essentiellement plébéienne » et « les titres » de cet aristocratique patricien. Titres, il est vrai, qui cumulent bien des singularités dans la surenchère à la distinction : port d’un patronyme sans particule, refus d’accoler le nom d’une terre à un nom jugé illustre, regret jamais éteint d’une vocation manquée d’artiste, quête d’une utopie sociale rendant au peuple sa dignité... Mais surtout, sa famille est l’incarnation la plus parfaite de la portée de l’anoblissement par les Habsbourg : anoblis par Charles Quint en 1552, les Chifflet trouvent leur honneur dans le rappel des heures de gloire qu’ils ont vécues à la cour de l’empereur et qu’a connues Besançon au xvie siècle comme ville libre impériale, lorsque Jules Chifflet transfigurait sa ville en Chrysopolis3. Cette étude de cas met sur la voie : l’attribution de la qualité de patricien a bien un sens4.

3Autre repère, lui aussi très significatif, et dans les mêmes années : la sépulture citadine, banalisée par la création des cimetières urbains et par l’abandon, au fil du siècle, de l’inhumation dans une propriété privée puis, plus tardivement, dans le sol de l’église seigneuriale. Ainsi, en 1861, l’enterrement à Besançon, au cimetière des Chaprais, du marquis de Vaulchier du Deschaux rompt avec les pratiques de ses ancêtres, dont la tombe se trouve dans leur seigneurie rurale. Or dates et appartenance sociale doivent être relevées : comme les Chifflet, les Vaulchier ont été anoblis par les Habsbourg — en 1516, par l’archiduchesse Marguerite, tante de Charles Quint. Les uns et les autres développent une culture patricienne dans la ville de Besançon, en ces années 1860.

Des sépultures patriciennes

4Au cimetière, la sépulture noble transpose le modèle seigneurial : une dalle plate porte blason et épitaphe, avec ou sans stèle. La simplicité demeure la norme : point de longues épitaphes, point de décoration ostentatoire, tout au plus un blason. Parfois même les armes suffisent à l’identification de la sépulture : l’individu s’efface alors devant sa lignée.

  • 5 Archives privées, Souvenirs d’un gentilhomme, par Louis-Anne marquis de Vaulchier du Deschaux, fos (...)
  • 6 A.-L. THIERRY, Une nécropole romantique : le cimetière des Chaprais à Besançon au xixe siècle, Besa (...)

5Ainsi en va-t-il pour le marquis de Vaulchier du Deschaux, au cimetière des Chaprais. Le témoignage de son petit-fils, daté du 31 août 1861, est explicite : « Mon grand-père, sans doute par humilité chrétienne, n’a point voulu qu’on le transportât loin du lieu de son décès, quoique nous eussions le désir de l’emporter au Deschaux. Nous avons dû respecter son vœu exprimé dans ses dernières volontés. Il a donc été enterré sans grande pompe — également d’après son commandement exprès — dans le cimetière de Besançon. Néanmoins son cœur, dont nous avons fait faire l’extraction, sera déposé dans l’église du Deschaux. »5 Son vœu est exécuté : une tombe du cimetière des Chaprais reçoit son cadavre6. Simple dalle plate avec blason et nom, elle deviendra caveau de famille : elle se rouvrira pour sa femme et pour sa vieille bonne, Ursule, qui nourrissait pour lui une véritable dévotion.

  • 7 C.-I. BRELOT dir., Tombes d’autrefois, Lons-le-Saunier, Société d’émulation du Jura, 1997, 153 p., (...)
  • 8 Cf. note 5.

6Cette recherche de la simplicité n’exclut cependant pas les pratiques distinctives et coûteuses — mais jugées barbares puisque seule Ursule a le courage d’assister avec l’héritier du nom à l’extraction du cœur, embaumé pour être placé à l’église de la seigneurie du Deschaux, près du banc du château, dans le mur du bas-côté droit sur lequel est apposée une plaque, selon le vœu du défunt7 : « Ici a été déposé le cœur de Louis René Simon marquis de Vaulchier du Deschaux mort à Besançon le 26 août 1861. » (fig. 1) Sa famille, lorsqu’elle assistera à la messe dominicale, méditera le verset qui complète ce sanctuaire de la mémoire : « Satiabor cum apparuerit gloria tua. Ps. XVI, 15. » Ainsi, les funérailles urbaines n’occultent pas l’enracinement rural : un quarantal a lieu à l’église du Deschaux le 10 octobre 1861, et l’affluence atteste la puissance de l’enracinement châtelain. Mais celle-ci n’est pas exclusive : l’excellence aristocratique implique désormais cumul des statuts de patricien et de châtelain. « Les gens du pays se sont bien montrés et l’église était plus remplie qu’elle ne l’est souvent les jours de grandes fêtes. Il est vrai qu’un tel hommage était bien dû à la mémoire de l’homme qui les a toute sa vie comblés de bontés et auquel on faisait le reproche d’entretenir au Deschaux la paresse des pauvres gens à force d’aumônes. »8

  • 9 A.-L. THIERRY, Une nécropole romantique...., op. cit., p. 130, note 95.
  • 10 Ibidem, p. 61.
  • 11 Autre sépulture conservée : concession Reculot/Lebœuf de Valdahon.
  • 12 C.-I. BRELOT dir., Tombes d’autrefois, op. cit., n° 208.

7L’adoption de la sépulture citadine n’est pas exceptionnelle. Elle est le fait de cette noblesse bisontine qui doit tout aux Habsbourg et qui s’est maintenue au Parlement puis dans les cours de la capitale comtoise. Elle se regroupe dans quelques allées du cimetière des Chaprais, reproduisant dans la cité des morts la ségrégation spatiale de la ville des vivants. La simplicité s’y impose, du caveau des Varin d’Ainvelle9 — simple dalle plate qui réunit en 16 m2 22 personnes — au sarcophage à piétement en consoles qui distingue discrètement la concession des Desbiez de Saint-Juan10. Même comportement dans les rangs des anoblis par la robe des autres cités : la noblesse de l’ancienne capitale de la Comté, Dole, se rassemble en un petit faubourg Saint-Germain au cimetière comme à la ville11. La sobriété y culmine avec l’enclos des Reculot et des Garnier de Falletans : carré clos d’une murette très basse, dalle plate s’ornant au centre d’une croix, stèle, enfin, portant crucifix et couronne, avec pour seule inscription : « Famille Garnier de Falletans »12 (fig. 2). L’affectation de la simplicité est ici certaine : tout Dole sait que ce lignage incarne à lui seul les fastes de la cité : anobli en 1551 par Charles Quint, héritier par les femmes de Jean Boyvin — âme de la résistance lors du siège de Dole en 1636 —, il habite toujours la maison Boyvin où sont conservés pieusement les portraits de famille.

  • 13 N. PETITEAU, Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au xixe siècle (1808-1914), Paris, La Bouti (...)
  • 14 M. VOVELLE, « Le deuil bourgeois », Le débat, 1981, n° 12, p. 69.

8Nouveaux nobles et nouveaux riches, quant à eux, se distinguent par des sépultures ostentatoires. Les anoblis du Premier Empire adoptent pyramides et obélisques13, donnant ainsi un caractère monumental à la partie la plus ancienne du cimetière des Chaprais. À l’entrée du cimetière de son modeste chef-lieu de canton natal, le baron Dériot est inhumé sous une pyramide fortement surélevée et décorée d’un obélisque (fig. 3). Maire fastueux de Besançon, Flavien Henrion de Magnoncour, de noblesse non centenaire, repose aux Chaprais sous un obélisque après avoir multiplié dons et legs en faveur de sa ville au début de la monarchie de Juillet. La bourgeoisie de Dole s’impose également dans le paysage funéraire dolois : une dynastie de maîtres de forges décline sur sa tombe la variété de ses savoir-faire métallurgiques (fig. 4), et le monument de l’ancien cuisinier du roi de Prusse, Bernard, reçoit tous les attributs du deuil bourgeois — pleureuse, voiles funéraires, banc pour les visites de la famille, le tout en marbre blanc. Très fortes, les connotations sociales matérialisent dans l’espace funéraire la distance sociale entre surenchère nobiliaire à la simplicité et deuil bourgeois14. La sensibilité funéraire anticipe ici sur les évolutions ultérieures du vêtement, par exemple.

  • 15 C.-I. BRELOT, « Savoir-vivre, savoir-être : attitudes et pratiques de la noblesse française au xixe(...)

9Les patriciats nobles du xixe siècle se démarquent ainsi. Forts d’un ancrage multi-séculaire et des fastes municipaux, ils font l’économie de l’ostentation : l’orgueil noble la rend inutile, qui prétend dominer le temps et l’espace social, tant la notoriété familiale est acquise et rend inutile la mise en scène individuelle. La charité se fait anonyme, et l’intériorisation du christianisme encourage pareille discrétion. L’évergétisme patricien refuse l’ostentation des nouveaux notables comme des patriciats hellénistiques. Les monuments érigés dans l’espace public sont l’exception, et ils signalent des cas particuliers : la statue érigée au centre du village en mémoire des époux Pétremand de Valay honore un nom qui s’est éteint avec eux, et les souscriptions publiques ouvertes pour les généraux d’Empire rendent hommage aux militaires qui ont sauvé leur pays de l’invasion (fig. 5). Bref, la surenchère à la simplicité affectée par les patriciats des villes comtoises souligne une évolution profonde et durable des sensibilités, qu’expriment aussi la présentation et la rédaction des faire-part mortuaires15. La certitude de l’identité sociale est à la ville plus forte qu’au château, en dépit des concurrences bourgeoises.

La tombe, symbole d’une culture patricienne

10Nombreux sont les facteurs qui se conjuguent pour favoriser l’inhumation urbaine. L’hygiénisme fait interdire l’inhumation dans les propriétés privées comme dans le sol de l’église villageoise : elle n’est plus tolérée qu’à titre exceptionnel, et il faut un fier passé et une grande fortune pour faire les frais d’une sépulture dans la chapelle castrale du parc d’un château. Les progrès de la médicalisation font de la ville le lieu où l’on soigne : on meurt plus en ville parce qu’on y est venu se soigner à l’hospice, ou à l’hôpital. Le cimetière urbain, enfin, peut permettre de faire l’économie des frais de transport d’un cadavre. Il apparaît enfin comme le lieu symbolique où se scellent définitivement, dans la relative proximité de la tombe, appartenance citadine et relation de longue familiarité avec les habitants comme avec les institutions urbaines. Grands et beaux noms des fastes citadins, évergètes, confrères de Saint-Vincent-de-Paul et vieillards sans postérité, derniers de leur nom, s’y trouvent dans leur cercle familier, comme si la société urbaine était pour eux un substitut de la famille. Ceux qui ont le mieux intériorisé l’égalitarisme post-révolutionnaire y trouvent la simplicité, la discrétion, voire l’anonymat qui scellent leur adaptation à la France post-révolutionnaire.

  • 16 Cité par A. PIDOUX DE LA MADUÈRE, Le vieux Dole, Besançon, Séquania, 1929-1931, t. IV, p. 544-545.
  • 17 L. FEBVRE, Histoire de la Franche-Comté, Paris, Boivin, 1932 (9e éd. rev. et corrigée), p. 161-162 (...)

11La sépulture urbaine est donc plus qu’une affaire de commodité ou de mode. Elle est l’expression de la culture spécifique que développent les élites nobles dans la ville libre impériale qu’a été Besançon. A la nostalgie des « franchises » respectées par Charles Quint se mêle la gratitude de nobles dont beaucoup — et non des moindres — lui doivent leurs titres ou leur promotion. « Sans Charles Quint nous serions tous des jean-foutre », lance Louis-Anne de Vaulchier, auquel Marmier fait écho : « La noblesse de Franche-Comté ne doit pas oublier qu’elle doit tout à la maison d’Autriche. »16 Or les Marmier comme les Vaulchier ont été anoblis par l’archiduchesse Marguerite, tante de Charles Quint. Avec eux et comme eux, la noblesse comtoise a ses raisons pour idéaliser le xvie siècle, où se rejoignent mythe de l’âge d’or et mythe des origines nobles. La période de prédilection est celle de la Franche-Comté des Habsbourg. Dans la mouvance de l’empire d’Autriche, la province bénéficie alors d’une autonomie de fait, mais revêt une réelle importance stratégique ; nobles et légistes comtois sont bien en cour auprès de l’empereur17. Cet âge d’or du xvie siècle s’est prolongé avec le gouvernement réparateur des Archiducs, illustré en 1608 par le miracle de Faverney.

  • 18 C. WEISS, Journal (1834-1837), éd. par S. LEPIN, Annales littéraires de l’université de Besançon, C (...)
  • 19 REBOUR (fils), « Discours prononcé à la séance publique et solennelle du 24-I-1864 », et J.-M. JUNC (...)
  • 20 Abbé BRUNE, Dictionnaire des artistes comtois, Dijon, 1991, p. 56.
  • 21 A.D. Doubs, 7 Q 128, décl. mut. décès, 12-II-1836.
  • 22 Baron d’ALIGNY et A. PIDOUX DE LA MADUÈRE, Catalogue de la bibliothèque franc-comtoise du château d (...)

12La volonté de réinsertion dans la ville qu’exprime l’élection de sépulture dans son espace collectif procède donc d’un univers symbolique organisé autour de repères que fournit l’exaltation archivistique, historique et patrimoniale de l’âge d’or de la Comté. La publication des papiers d’État du cardinal Granvelle en est un épisode décisif. Le fils aîné du marquis de Vaulchier participe avec enthousiasme à la commission constituée par arrêté de Guizot le 12 octobre 183418. Son goût pour cette même période de prédilection pousse le marquis Flavien Froissard de Broissia, en 1863, à communiquer à un chercheur de la Société d’émulation du Jura trente-six lettres inédites des archives du château de Bersaillin, qui avaient été adressées par le cardinal Granvelle au conseiller Froissard de Broissia en 1582 et 158319. Quant aux Chifflet, le culte de l’âge d’or prend dans leur lignée la dimension d’une véritable piété familiale. Le vicomte Ferdinand consacre une partie de ses loisirs à exécuter les copies des portraits d’ancêtres du xvie siècle20. Jusqu’à lui, de père en fils, ses aëux se sont transmis par testament, et comme « leur plus précieux bien de famille », les œuvres d’art qui rappellent la grandeur des Chifflet au temps des Habsbourg21. Une Descente de croix de Van Eyck vaut moins, à leurs yeux, par sa signature que comme souvenir de l’Infante Isabelle-Claire-Eugénie dont Philippe Chifflet avait été chapelain en 1623. Tableau d’autel de l’Infante, elle représente Philippe le Bon et sa famille au pied de la croix22. Une croix d’écaille a été offerte par Philippe IV d’Espagne à son filleul Chifflet pour son baptême. Le même Philippe-Eugène a eu pour marraine l’Infante Isabelle-Claire-Eugénie, et c’est ainsi que le portrait de celle-ci, peint par Van Eyck, est entré dans la famille. L’assimilation de l’histoire familiale à l’histoire provinciale est telle qu’à la fin de sa vie, en 1873, le vicomte Chifflet fait la ville de Besançon destinataire d’un des joyaux de la collection familiale : un bronze antique, le taureau d’Avrigney ; faute de pouvoir le lui donner — « bon comme un Chifflet », disait-on à Besançon —, il le lui vend moyennant 20 000 F.

  • 23 C.-I. BRELOT, cf. aussi « Le sentiment provincial en Franche-Comté pendant la première moitié du xi (...)

13Ainsi le culte de l’honneur de la lignée rejoint le goût de l’histoire provinciale23. Il conduit à l’identification totale d’une maison à sa ville et à son histoire — et là est le trait distinctif d’un patriciat. La sépulture urbaine est alors lieu de mémoire, non seulement du défunt et de sa maison, mais de l’âge d’or de la Comté, quand Besançon était ville libre impériale.

Un style patricien, la simplicité

14La culture patricienne qui s’exprime ainsi n’est pas résiduelle. Elle marque un nombre assez grand de familles pour imposer une mode, et même un modèle — le modèle patricien de la sépulture urbaine — qui s’impose au fil des décennies.

  • 24 C-I. BRELOT, « Salins, ville de noblesse au xixe siècle ? », dans Mélanges Roland Fietier, Paris, L (...)
  • 25 C-I. BRELOT dir., Tombes d’autrefois, op. cit., n° 54.
  • 26 Ibidem, n° 233.

15Avec le début du xixe siècle, les familles de moindre noblesse, mais identifiées à leur ville par leurs fonctions, délaissent elles aussi le cimetière rural pour la sépulture urbaine. Ville de présidial, Salins a ses anoblis qui, pour avoir été moqués autrefois pour leur noblesse récente, font désormais figure de patriciat24 et, à leurs seigneuries toute proches, les Girod de Miserey préfèrent l’inhumation dans la commune de leur hôtel citadin. Saint-Amour, siège d’un subdélégué sous l’Ancien Régime, voit le développement d’un véritable clientélisme nobiliaire : alors qu’un républicain dénonce avec une extrême virulence l’appropriation par la noblesse locale de toutes les institutions urbaines — conseil municipal, fabrique, bureau de bienfaisance —, le cimetière voit s’ériger des concessions nobiliaires aussi vastes que des enclos familiaux : celle des Gaillard de Dananche aligne ainsi au fil du xixe siècle et des générations successives onze dalles plates identiques25 (fig. 6). À Lons-le-Saunier, la configuration du cimetière accuse le caractère de ville bourgeoise et administrative du chef-lieu du département : quelques tombes nobles y constituent des isolats à la fois plus isolés et plus ornés, tels les monuments jumeaux, taillés dans le marbre blanc, du baron Desvernois et de sa femme, morts sans postérité directe26. Ce sont au contraire les vieilles familles de la bourgeoisie de la robe qui adoptent la simplicité funéraire.

  • 27 Église du Deschaux : sous le Second Empire est encore accepté par le conseil municipal l’enterremen (...)
  • 28 Tombe de Louis de Vaulchier (t 1892). En marbre blanc, elle reprend les éléments décoratifs de styl (...)
  • 29 Au cimetière, devant le temple grec, qui date du début de l’entre-deux-guerres, la tombe de Louis-M (...)
  • 30 Sont enterrés dans l’église, dans la nef et juste avant le chœur, le grand-père (?) (François Marie (...)

16Reste que cette émergence d’une culture patricienne, qui fait exception à l’apogée de la France rurale et qui anticipe sur les grandes vagues d’urbanisation de la province, est circonscrite dans le temps. Les dernières décennies du xixe siècle voient un infléchissement des comportements dans certaines familles : les Vaulchier du Deschaux sacrifient à nouveau à l’insertion châtelaine et seigneuriale. Dans ce cas, l’étude dans le long terme des lieux de sépulture se révèle extrêmement intéressant : dans les deux années qui suivent la mort du marquis, le sol de l’église campagnarde du Deschaux se rouvre pour recevoir la dépouille de deux de ses petits-enfants — un bébé et une jeune fille27 (fig. 7) — ; en 1892 puis en 1910, les tombes de son fils puis de son petit-fils viennent flanquer la porte d’entrée de l’église28 (fig. 8), au grand dam des républicains du crû. La génération suivante est enterrée au cimetière, mais en situation d’isolement, quoique sans clôture, à l’entrée du cimetière, la dalle plate, fortement surélevée, recevant la même décoration que celles de 1892 et 1910. La distinction aristocratique reprend ses droits lorsqu’un temple néoclassique est érigé pour abriter les descendants de la lignée29 (fig. 9). Du sol de l’église seigneuriale — Villers-Robert30 sous l’Ancien Régime, puis Le Deschaux — au cimetière du Deschaux, le statut châtelain l’a emporté, et les tombes de Besançon sont le fait d’une seule génération, celle du marquis et de sa femme, tellement attachée à la ville de sa jeunesse. L’étude de cas illustre parfaitement l’infléchissement des sensibilités collectives — encore qu’il ne faille pas sous-estimer le caractère aléatoire du choix des sépultures, souvent compensé par des transferts ultérieurs.

  • 31 M. HAU, « Traditions comportementales et capitalisme dynastique. Le cas des « grandes familles », E (...)
  • 32 C.-I. BRELOT, « Fins de race ou familles prolifiques ? Approche intergénérationnelle de la noblesse (...)

17La quête d’identification d’une culture patricienne dans la nébuleuse des noblesses, au xixe siècle, n’est donc pas vaine. Elle réserve même des surprises : là où l’emploi du mot de patriciat est légitime, aucune référence directe n’est faite à l’Antiquité. Plus, le statut de patricien exclut l’ostentation d’un évergétisme assez méritoire pour susciter l’érection d’une sépulture monumentale par souscription publique. Dans les provinces de l’Est, en tout cas, ce sont les références aux institutions urbaines de l’époque moderne et à la culture des élites de la ville libre impériale — Besançon — qui légitiment les choix citadins. Et, même là, la culture patricienne est une culture familiale ; elle n’est jamais une « culture d’ordre », sinon par mimétisme tardif. La culture patricienne distingue quelques lignages qui font figure de conservatoires de la mémoire institutionnelle de la cité — et sans doute est-ce pourquoi elle est minoritaire. Reste que la notion de culture familiale est importante : essentielle à la noblesse comme aux dynasties négociantes du monde germanique31, elle trouve également un sens au regard de l’étude démographique des familles32.

18Elle permet également de nuancer le triomphe de la culture d’ordre qui donne aux noblesses restaurées une nouvelle cohésion. Châtelaines ou patriciennes, les cultures nobiliaires sont rivales. L’une se réactive avec la ruralisation des revenus, des fortunes et des modes de vie, entre 1780 et 1880, mais l’autre ne disparaît pas pour autant. Qui plus est, dans un même lignage, les deux cultures sont susceptibles de coexister. Aussi l’excellence est-elle dans le cumul ou dans l’alternance de ces deux cultures, qui permettent la maîtrise de l’institution urbaine comme celle de la société campagnarde.

  • 33 J.-D. URBAIN, La société de conservation. Sémiologie des cimetières d’Occident, Paris, Payot, 1990  (...)

19Une dernière conclusion s’impose, de méthode celle-là. L’intérêt de l’étude des sépultures33 apparaît démontré. Elle doit trouver sa place aux côtés de l’étude sérielle des testaments et des nécrologies, qu’elle enrichit singulièrement. Comment, d’ailleurs, analyser le conflit entre individualisme et culture familiale, entre sépulture collective et tombe individualisée par l’épitaphe, le décor et les attributs professionnels, sans prendre en compte les dernières volontés de chacun ?

Annexes

Fig. 1 : Église du Deschaux, plaque funéraire signalant le cœur du marquis Louis-René-Simon de Vaulchier du Deschaux (cliché C.-I. Brelot)

Fig. 2 : Cimetière de Dole, tombe de Valdahon-Reculot, jumelle identique à celle des Garnier de Falletans (cliché C.-I. Brelot)

Fig. 3 : Cimetière de Clairvaux-les-lacs, monument du baron Dériot (cliché F. Péroz)

Fig. 4 : Cimetière de Dole, tombe familiale des Boilley, maîtres de forges (cliché Michel Paris)

Fig. 5 : Cimetière de Nozeroy, monument du général Pajol, comte du Premier Empire (carte postale ancienne)

Fig. 6 : Cimetière de Saint-Amour, tombes Gaillard de Dananche (cliché P. Merlin)

Fig. 7 : Église du Deschaux, dalle plate d’un enfant du château (cliché C.-I. Brelot)

Fig. 8 : Façade de l’église du Deschaux, blason identifiant la dalle plate du marquis Louis de Vaulchier (cliché C.-I. Brelot)

Fig. 9 : Cimetière du Deschaux, tombe de la famille de Vaulchier du Deschaux (cliché C.-l. Brelot)

Notes

1 C.-I. BRELOT, Noblesses et villes (1780-1950). Actes du colloque de Tours, 17-19 mars 1994, Tours, université François Rabelais, Maison des Sciences de la ville, 1995, 374 p.

2 Dr LABRUNE, « Le vicomte Chifflet. Notice biographique », Mémoires de l’Académie de Besançon, 1879, p. 152.

3 L. FEBVRE, Histoire de la Franche-Comté, Paris, Boivin, 1912, p. 152-175, et Philippe II et la Franche-Comté. Étude d’histoire politique, religieuse et sociale, Paris, Champion, 1912, p. 180-395 ; J.-F. SOLNON, Quand la Franche-Comté était espagnole, Paris, Fayard, 1983, p. 15-31, 45-53 et 60-72.

4 Toutes les familles citées sont étudiées dans notre thèse, à laquelle nous renvoyons une fois pour toutes : C.-I. BRELOT, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, Annales littéraires de l’université de Besançon, nos 477 et 478 (Série historique, nos 6 et 7) [Diffusion Paris, Les Belles Lettres], 1992, 1243 p. en 2 tomes ; cf. p. 879-880.

5 Archives privées, Souvenirs d’un gentilhomme, par Louis-Anne marquis de Vaulchier du Deschaux, fos 114-115.

6 A.-L. THIERRY, Une nécropole romantique : le cimetière des Chaprais à Besançon au xixe siècle, Besançon, Annales littéraires de l’université de Besançon, 1987, 143 p.

7 C.-I. BRELOT dir., Tombes d’autrefois, Lons-le-Saunier, Société d’émulation du Jura, 1997, 153 p., p. 37-44.

8 Cf. note 5.

9 A.-L. THIERRY, Une nécropole romantique...., op. cit., p. 130, note 95.

10 Ibidem, p. 61.

11 Autre sépulture conservée : concession Reculot/Lebœuf de Valdahon.

12 C.-I. BRELOT dir., Tombes d’autrefois, op. cit., n° 208.

13 N. PETITEAU, Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au xixe siècle (1808-1914), Paris, La Boutique de l’histoire éd., 1997, 714 p.

14 M. VOVELLE, « Le deuil bourgeois », Le débat, 1981, n° 12, p. 69.

15 C.-I. BRELOT, « Savoir-vivre, savoir-être : attitudes et pratiques de la noblesse française au xixe siècle », Romantisme, n° 96 (n° spécial, Le nouveau savoir-vivre), 1997, n° 2, p. 31-40.

16 Cité par A. PIDOUX DE LA MADUÈRE, Le vieux Dole, Besançon, Séquania, 1929-1931, t. IV, p. 544-545.

17 L. FEBVRE, Histoire de la Franche-Comté, Paris, Boivin, 1932 (9e éd. rev. et corrigée), p. 161-162 et 166-171.

18 C. WEISS, Journal (1834-1837), éd. par S. LEPIN, Annales littéraires de l’université de Besançon, Cahiers d’études comtoises, 1991, p. 75 (11 novembre 1834).

19 REBOUR (fils), « Discours prononcé à la séance publique et solennelle du 24-I-1864 », et J.-M. JUNCA éd., « Lettres inédites du cardinal de Granvelle (1582-1583) », Mémoires de la Société d’émulation du Jura, 1863, p. 13, et 1864, p. 5-246.

20 Abbé BRUNE, Dictionnaire des artistes comtois, Dijon, 1991, p. 56.

21 A.D. Doubs, 7 Q 128, décl. mut. décès, 12-II-1836.

22 Baron d’ALIGNY et A. PIDOUX DE LA MADUÈRE, Catalogue de la bibliothèque franc-comtoise du château de Montmirey-la-ville, Besançon, Jacques et Demontrond, 1931, p. V et VI.

23 C.-I. BRELOT, cf. aussi « Le sentiment provincial en Franche-Comté pendant la première moitié du xixe siècle : persistances et sociologie », dans Provinces et États dans la France de l’Est. Actes du colloque de l’Association interuniversitaire de l’Est, Besançon, 3-4 octobre 1977, Cahiers de l’Association interuniversitaire de l’Est, n° 19/Annales littéraires de l’université de Besançon, n° 216, Paris, Les Belles Lettres, 1979, p. 109-126 et La Franche-Comté à la recherche de son histoire, Paris, Les Belles Lettres, 1982, 488 p. (en collaboration avec R. LOCATELLI, M. GRESSET, J.-M. DEBARD et J.-F. SOLNON).

24 C-I. BRELOT, « Salins, ville de noblesse au xixe siècle ? », dans Mélanges Roland Fietier, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. 143-195 + 1 carte et 1 graphique.

25 C-I. BRELOT dir., Tombes d’autrefois, op. cit., n° 54.

26 Ibidem, n° 233.

27 Église du Deschaux : sous le Second Empire est encore accepté par le conseil municipal l’enterrement dans le bas-côté droit de l’église d’une belle-fille (1853), d’un petit-fils (1862) et d’une petite-fille (1863) de Louis -René-Simon de Vaulchier marquis du Deschaux.

28 Tombe de Louis de Vaulchier (t 1892). En marbre blanc, elle reprend les éléments décoratifs de style roman, cher au défunt, amateur d’art et restaurateur du château du Deschaux dans les années 1860-1880.
Tombe de Louis-Anne de Vaulchier, marquis du Deschaux, fils de Louis et petit-fils de Louis-René-Simon (t 1910). Quoiqu’en pierre, elle est identique à celle de son père, reprenant la même croix au fleurs de lys et le blason familial. L’alliance de la croix et de l’épée — celle du garde mobile de la guerre de 1870, décoré de la légion d’honneur — vaut profession de foi du défunt, catholique et royaliste.

29 Au cimetière, devant le temple grec, qui date du début de l’entre-deux-guerres, la tombe de Louis-Mathilde Joseph de Vaulchier (mort en 1900) et de sa femme, née Mareschal de Longeville, est conçue sur le même modèle que celles de son père et grand-père, placées à l’entrée de l’église : symbole de continuité familiale, soulignée par la reprise des thèmes décoratifs — croix fleurdelisée, épée et couronne de marquis.

30 Sont enterrés dans l’église, dans la nef et juste avant le chœur, le grand-père (?) (François Marie), le père et l’oncle du marquis Louis-René-Simon.

31 M. HAU, « Traditions comportementales et capitalisme dynastique. Le cas des « grandes familles », Entreprises et histoire, n° 9, septembre 1995, p. 43-59.

32 C.-I. BRELOT, « Fins de race ou familles prolifiques ? Approche intergénérationnelle de la noblesse au xixe siècle », à paraître dans les Annales de démographie historique, vol. thématique 1998, Trajectoires individuelles et analyse longitudinale en démographie historique.

33 J.-D. URBAIN, La société de conservation. Sémiologie des cimetières d’Occident, Paris, Payot, 1990 ; B. LABES, La mémoire des tombes. Les épitaphes en France, Paris, Éd. du Cherche-Midi, 1996, 264 p. ; M. LASSÈRE, « Voyage au Père-Lachaise », L’Histoire, novembre 1996, p. 14-15 ; Mémoire de marbre. La sculpture funéraire en France 1804-1914, Éd. de la Ville de Paris, 1995 (catalogue d’une exposition de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, été 1995) ; H. JOUIN, La sculpture dans les cimetières de Paris, Mâcon, 1898 ; H. HOURS, Le cimetière de Loyasse, Lyon, service régional de l’Inventaire, 1996 ; A.-S. BEAU, « Le cimetière dans la ville : la Guillotière à Lyon au xixe siècle », Bulletin du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, n° spécial Urbanisation et industrialisation, 1996, n° 1-2, p. 7-24.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Église du Deschaux, plaque funéraire signalant le cœur du marquis Louis-René-Simon de Vaulchier du Deschaux (cliché C.-I. Brelot)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 2 : Cimetière de Dole, tombe de Valdahon-Reculot, jumelle identique à celle des Garnier de Falletans (cliché C.-I. Brelot)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 3 : Cimetière de Clairvaux-les-lacs, monument du baron Dériot (cliché F. Péroz)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2172/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 4 : Cimetière de Dole, tombe familiale des Boilley, maîtres de forges (cliché Michel Paris)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2172/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 5 : Cimetière de Nozeroy, monument du général Pajol, comte du Premier Empire (carte postale ancienne)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2172/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Fig. 6 : Cimetière de Saint-Amour, tombes Gaillard de Dananche (cliché P. Merlin)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2172/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 7 : Église du Deschaux, dalle plate d’un enfant du château (cliché C.-I. Brelot)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2172/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Fig. 8 : Façade de l’église du Deschaux, blason identifiant la dalle plate du marquis Louis de Vaulchier (cliché C.-I. Brelot)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2172/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende Fig. 9 : Cimetière du Deschaux, tombe de la famille de Vaulchier du Deschaux (cliché C.-l. Brelot)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2172/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 653k

Auteur

Université de Lyon II

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540