Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Le patriciat en représentation, représentation du patriciat

Un symbole architectural du pouvoir communal : l’hôtel de ville dans la France du xviie siècle

Pascal Liévaux

Texte intégral

  • 1 Par ordre alphabétique : Agde, Aigues-Mortes, Aix-en-Provence, Amiens, Arles, Barbentane, Beaucair (...)
  • 2 Bourges, Le Cateau-Cambrésis, Doullens, Gourdon, Mende, Noyon, La Rochelle.

1Le xviie siècle pris dans son acception large, du règne de Henri IV à la mort de Louis XIV, fut la grande époque de l’architecture communale dans notre pays. A la différence des cités italiennes ou flamandes, les villes françaises n’ont pas construit d’hôtels municipaux dignes de ce nom avant la fin du xve siècle et surtout le xvie siècle (Saumur, Orléans, Beaugency, Compiègne, Paris). Le mouvement s’amplifia au xviie siècle durant lequel on édifia quelques grands palais communaux (Reims, Lyon, Marseille, Aix-en-Provence, Arles), mais aussi de nombreux hôtels plus modestes qui présentent cependant de réelles qualités architecturales (Agde, Tarascon, Beaucaire, Mantes, Montauban, Sarlat). Nous avons recensé pour cette période trente et un édifices entièrement nouveaux1, plus sept hôtels notablement agrandis ou partiellement reconstruits2.

2C’est paradoxalement alors que le pouvoir royal met progressivement les villes sous tutelle que l’architecture municipale connaît ses développements les plus brillants. Il semble que, privés de la réalité du pouvoir, consuls et échevins s’attachent plus que jamais aux apparences, multipliant les fêtes et les cérémonies. Ces manifestations, auxquelles participaient autrefois tous les citadins, sont désormais réglées par une stricte étiquette et font l’objet de spectaculaires mises en scène baroques.

3Dans les villes d’importance, les élites bourgeoises aspirent à trouver en leur hôtel les commodités jusqu’alors réservées aux demeures aristocratiques : élévations d’une architecture savante et raffinée, salles d’apparat desservies par un escalier monumental, bref un édifice vraiment représentatif qui fasse honneur à la ville et donne d’elle une image flatteuse.

  • 3 P. GIRAUD, Marseille. L’hôtel de ville, la Loge, les deux maisons du roi, Marseille, 1962, p. 25-3 (...)
  • 4 A.C. Salon, BB 9 F0 164.
  • 5 A. CERNE, Les anciens hôtels de ville de Rouen, leurs beffrois et la Grosse Horloge, Rouen, 1934, (...)
  • 6 A.C. Aix, BB 101 F° 161, 13 mars 1636.

4Or on devait la plupart du temps se contenter d’installations d’une grande indigence. Les consuls de Marseille par exemple, occupaient depuis le xve siècle un édifice plusieurs fois remanié, qui se trouvait en 1648 dans un tel état de délabrement que des experts conclurent à l’impossibilité de l’occuper plus longtemps3, ceux de Salon-de-Provence furent contraints en 1654 de tenir conseil « [...] dans le réfectoire des révérents cordeliers de ladite ville attendu que la maison de ville est devenue en ruines »4. A Rouen, en 1606, les agents royaux de la voirie sommaient les échevins de reconstruire le vieux manoir du Chastel, acheté en 1352, dont les façades sur rue mettaient les passants en danger5. Pire, en 1636, le grand escalier de l’hôtel d’Aix-en-Provence s’effondrait sur des malheureux venus chercher secours auprès des consuls6.

  • 7 « Auparavant que les gens du Conseil eussent pris la résolution de bastir une maison de ville qui (...)

5On est frappé par la grande misère de ces édifices publics qui ne pouvaient en aucun cas assurer décemment leurs traditionnelles fonctions représentatives7.

Naissance du projet

6L’absence d’hôtels municipaux dignes de ce nom était ressentie d’autant plus cruellement que les services des villes ne cessaient dans le même temps de se développer. Si le pouvoir politique échappait aux édiles, ces derniers n’en intervenaient pas moins dans tous les domaines de la vie urbaine tels que commerce, justice, travaux publics, santé... On voit se former au cours du xviie siècle une administration communale dont les effectifs croissent en même temps que la population augmente et qui ne trouve pas sa place dans des locaux inadaptés et dégradés.

7Certaines circonstances plus strictement locales pouvaient pousser les édiles à édifier un nouvel hôtel. À Reims, par exemple, la construction d’un palais communal permit au conseil de ville de triompher du vieil échevinage auquel il disputait de longue date le gouvernement de la cité. Dans le sud du royaume, le chantier marseillais en 1653 ouvrit une véritable compétition entre les cités provençales (Aix et Salon en 1655, travaux de P. Puget à Toulon l’année suivante, premier projet arlésien en 1657).

8Ainsi, poussées par le désir de paraître autant que par les besoins d’une administration moderne, les villes s’engagèrent dans des projets de construction dont l’hétérogénéité témoigne de contextes politiques, économiques et artistiques extrêmement variés.

  • 8 On notera avec intérêt qu’à Tarascon, les travaux se déroulent sous les consulats de Mrs de Gras, (...)

9En toute logique, l’initiative de la construction revenait aux édiles et plus particulièrement au premier magistrat dont les goûts pouvaient parfois influer sur le dessin architectural8. Selon leur importance et leur richesse, les villes faisaient appel à un praticien local ou à un architecte de plus grande renommée. Faute de documents, les modalités du choix nous échappent le plus souvent mais quelques indices nous permettent d’imaginer les passions que suscitait une telle entreprise.

10À Marseille par exemple, on constate que les architectes changent avec les municipalités. Le cas le plus caricatural est celui des édiles arlésiens qui, en l’espace de seize années, mirent à contribution une dizaine de praticiens régionaux avant de se tourner pour finir vers Jules Hardouin-Mansart de passage en Provence. Le recours assez fréquent au concours, qui mettait en concurrence tous les talents d’une région, permettait en principe d’éviter les cabales et les compromissions (Rouen, Lyon, Tarascon, Salon, Troyes). À Aix, les consuls procédèrent d’une façon originale : leur cité étant pourvue d’un grand nombre d’artistes de qualité, ils demandèrent à six d’entre eux parmi les plus talentueux de travailler collectivement à l’élaboration de leur palais. Bien entendu, les petites agglomérations telles que Gourdon, Gignac ou Mirepoix n’eurent sans doute pas l’embarras du choix. Il est en outre probable que des édifices aussi peu monumentaux que ceux de Saint-Jean-de-Luz ou de Saint-Chamas furent le fruit d’une simple collaboration entre les édiles et un maçon de la ville.

  • 9 Louis ΧIV donna son accord par lettre de cachet du 8 mai 1646 approuvant le projet de « [...] fair (...)
  • 10 A.C. Lyon, CC 801.

11En avançant dans le siècle, on constate que l’administration royale prend de plus en plus souvent l’initiative. Les projets s’inscrivent alors dans une politique générale de modernisation des villes du royaume dont il ne semble pas que l’on ait encore exactement évalué l’ampleur et le systématisme. Déjà à Lyon, le dessin approuvé par le roi le 8 mai 16469 devait sans doute beaucoup à l’intervention du gouverneur Nicolas de Neuville de Villeroy, qui suggéra au conseil de faire viser les plans du voyer de la ville Simon Maupin par « [...] les plus expertz architectes de la ville de Paris [...] », en l’occurrence Jacques Lemercier, architecte du roi et de Richelieu, et le mathématicien Girard Désargues10. Les édiles faisaient rarement appel à leur architecte voyer. Ils préféraient s’adresser à des praticiens locaux de plus grande réputation (Reims, Toulon, Tarascon) ou à des artistes extérieurs, parfois même parisiens, ce qui ne laisse pas d’étonner pour un édifice qui devait en principe exprimer la vigueur des particularismes locaux. À Aix, les auteurs des plans élaborés sous la direction du parisien Pierre Pavillon, exercent en ville mais sont presque tous étrangers à la Provence. L’orléanais Pierre Levesville se voit confier les chantiers de Mende et de Montauban, tandis que le parisien Pierre Cottard intervient à Troyes.

12Cette tendance se confirme à la fin du siècle car les intendants ont alors la haute main sur tous les projets. En 1673, les consuls arlésiens, incapables de prendre un parti, se dessaisirent volontairement de leur pouvoir décisionnel au profit du coadjuteur de Grignan qui, à la grande satisfaction de tous, imposa Jules Hardouin-Mansart. Le dessin très versaillais de l’architecte du roi, introduisit localement le « goût royal », que ses travaux ultérieurs, au service de plusieurs capitales provinciales, contribuèrent à propager dans tout le royaume. Les intendants, auxquels appartenait désormais l’initiative, favorisèrent la diffusion du style officiel qui caractérise l’architecture des hôtels de ville du xviiie siècle.

  • 11 O. LOMBARD, L’hôtel de ville de Beaucaire, Beaucaire, 1979, p. 2.
  • 12 L. HAUTECŒUR, Histoire de l’architecture en France, Paris, 1948, t. II, p. 423-424.

13Il semble que le premier édifice réalisé sur ordre de l’administration royale soit celui de Beaucaire : les consuls avaient déjà commencé de réparer leur vieille bâtisse lorsqu’un arrêt du Conseil du 3 septembre 167811 leur ordonna de procéder à une reconstruction totale sous le contrôle de l’intendant d’Aguessau et de son trésorier, ainsi que sous la direction de l’ingénieur De la Feuille, architecte de la province. Ces pratiques expéditives se généralisèrent après l’édit de 1683 par lequel Colbert attribuait aux intendants l’initiative et la surveillance des travaux qu’ils jugeaient utiles aux villes de leur ressort12. L’histoire du chantier nîmois au début du siècle suivant, illustre bien l’état de dépendance dans lequel se trouvaient désormais les communautés : l’intendant Nicolas de Lamoignon imposa à la fois ses idées et son architecte Charles-Augustin Daviler, ne laissant aucune liberté de choix aux pauvres consuls. Même configuration à Gap en 1693 ou à Merville en 1715.

Élaboration du projet

  • 13 C’est le cas à Noyon, Montauban, Reims, Sarlat, Gourdon, Mantes, Aigues-Mortes, Gignac, Arles, Le (...)

14Il s’agissait tout d’abord de disposer d’un emplacement à la fois central et spacieux. L’activité commerciale étant historiquement à l’origine du pouvoir communal, le vieil hôtel de ville s’élevait souvent sur la place du marché, à proximité des halles, ou, pour les cités maritimes, sur le port (Marseille, Toulon). Quand ils le purent, les édiles du xviie siècle restèrent fidèles à ces lieux13 qu’ils agrandirent parfois en faisant l’acquisition de parcelles mitoyennes. D’une manière générale, ils n’abandonnaient ces emplacements traditionnels que poussés par d’impérieuses nécessités, ou par l’attrait de grands avantages. Le plus souvent, le choix d’une situation nouvelle était dicté par la croissance urbaine : à Agde, en 1650, les consuls entérinèrent le déplacement du centre ville consécutif à la destruction du rempart en choisissant de bâtir sur une parcelle située à l’extrémité occidentale des anciens murs, tandis qu’à Salon, la vieille enceinte était abattue pour faire place à la façade monumentale du nouvel hôtel consulaire que l’on prit soin d’orienter vers le Bourg Neuf. Plus intéressant encore est le cas lyonnais où la construction du palais communal sur l’ancien fossé de la lanterne, anticipa le développement de la ville vers le nord, autour de la place des Terreaux que l’on aménagea devant le nouvel édifice.

15Dans tous les cas, on préférait utiliser des terrains appartenant déjà à la ville, ce qui limitait les dépenses et laissait plus d’argent pour bâtir.

  • 14 A.C. Bourges, II 14, 13 janvier 1624.
  • 15 L. BLANCHARD, La Mairie et eschevinage de Troyes, capitale de la Province de Champagne..., Troyes, (...)

16L’emplacement étant choisi, on procédait à l’adjudication des travaux qui, par souci d’économie, se faisait presque toujours au rabais. Les moins-dites étaient parfois considérables comme à Bourges où la construction de la nouvelle galerie, estimée à 10 000 livres, fut adjugée 4 000 livres, soit une différence de 60 %14. Aussi arrivait-il que l’entrepreneur ait du mal à tenir ses engagements et soit tenté de jouer sur la qualité du travail et des matériaux. Pour assurer une certaine transparence aux opérations d’attribution et éviter autant que faire se pouvait la corruption, le pouvoir royal imposait parfois aux municipalités de respecter des procédures précises : à Troyes, « Sa Majesté ordonne que les adjudications des ouvrages se feront d’orénavant comme ils ont accoutumé de ce faire, scavoir au rabais par devant les Maire et Eschevins, en public, en la maison de Ville, et se fera la reception des ouvrages par eux qui en dresseront procez verbal »15. À partir de la fin du siècle, les adjudications furent systématiquement placées sous la surveillance de l’intendant. C’est ce que nous avons constaté à Beaucaire ou à Nîmes.

17Le coût de ces constructions varie énormément d’une ville à l’autre en fonction de l’importance des bâtiments, elle-même déterminée par les besoins de l’agglomération et, en principe, par ses capacités financières.

18Les plus petites communautés, comme Saint-Chamas ou Lodève, se contentaient de simples maisons qui ne se différenciaient guère des habitations environnantes. Des villes plus importantes ont su, elles aussi, s’en tenir à des projets très raisonnables. Ainsi à Toulon où, avant l’intervention de Pierre Puget (1656), l’hôtel consulaire construit cinquante ans plus tôt ne se distinguait des autres immeubles du port que par ses proportions légèrement supérieures. Les consuls de Montauban se bornèrent pour leur part à relever sans l’agrandir la modeste maison commune incendiée en 1614, de même qu’à Mantes, l’hôtel de ville, bien bâti mais de médiocre envergure, était assez modeste pour une cité aux revenus conséquents.

  • 16 La première pierre en avait été posée le 18 juin 1627 par Nicolas Lespagnol, lieutenant des habita (...)

19Cette modération ne fut cependant pas, et de loin, partagée par tous : plusieurs villes, emportées par leur désir de briller, s’engagèrent dans de vastes desseins qu’elles ne purent mener à bien. Les échevins rouennais ne construisirent qu’une seule aile du palais municipal conçu par Jacques Ier Gabriel en 1607 et ceux de Troyes durent, en 1665, demander à l’architecte Pierre Cottard de réduire de moitié l’ambitieux projet élaboré et entrepris un demi-siècle plus tôt. Le grand hôtel de ville d’Amiens, commencé sous le règne de Henri IV, ne fut achevé pour sa part qu’en 1760, celui de Reims en 182516... Les consuls marseillais, qui avaient pourtant eu le réalisme d’écarter les vues trop ambitieuses de Pierre Puget, ne mirent pas moins de vingt années à terminer leur pavillon sur le port.

20Les quelques communautés qui comme Arles, Aix-en-Provence et surtout Lyon, parvinrent à édifier des monuments d’exception, furent confrontées à de graves problèmes de trésorerie.

21En effet, la construction d’un nouvel hôtel représentait une dépense d’autant plus lourde à supporter que la situation financière des villes françaises était dans l’ensemble très mauvaise. Les revenus ordinaires ne pouvant assurer seuls le financement, les municipalités devaient trouver d’autres moyens.

  • 17 A.C. Lyon, CC 1975, 1649.
  • 18 On récupéra cependant les matériaux « [...] quy pourront servir au nouveau bastiment [...] et le s (...)
  • 19 A.C. Reims, Carton 647, 10 avril 1627.
  • 20 A.C. Lyon, BB 233.
  • 21 Père E. ARNOULD, Histoire de Merville, 1893. Manuscrit conservé à la bibliothèque de l’évêché de L (...)
  • 22 A.C. Salon, BB 9, F° 164, 14 juin 1654.

22Lorsque la réédification ne se faisait pas sur place, la vente de l’ancienne bâtisse dégageait quelques fonds, comme à Lyon où les 52 000 livres de l’ancien hôtel de la Couronne furent directement remises aux maçons17. Les échevins amiénois tentèrent, eux aussi, de céder en 1595 l’hôtel des Cloquiers dans lequel ils tenaient jusque-là leurs séances, mais son état était si mauvais que l’on ne trouva pas preneur et dut le détruire18. A Reims, c’est le remboursement inespéré des 20 000 livres empruntées à la ville par le duc de Guise pendant la Ligue qui fut à l’origine même du projet19. Cette somme importante ne suffit cependant pas à alimenter correctement le trop vaste chantier et l’on dut emprunter. Le plus souvent, les édiles demandaient l’autorisation de prélever de nouvelles taxes dont le produit était entièrement consacré à la construction du nouvel édifice. En 1677, Louis XIV autorisa le consulat lyonnais à lever durant sept ans un droit sur le vin, destiné au remboursement des sommes empruntées pour l’achèvement du palais communal20, même chose à Merville en 1713 (il s’agissait cette fois d’une taxe sur la bière)21. Les consuls de Salon obtinrent de la Cour des Comptes aixoise, la création pour trois ans d’un impôt ou « [...] cappage [...] de trois livres sur chaque habitant et autres possédant biens en ladite ville [...] », dont le produit fut directement versé aux adjudicataires des travaux22.

  • 23 A.C. Marseille, BB 101, F° 247, 9 août 1667.
  • 24 A.C. Saint-Jean-de-Luz, DD1, n° 1 et 32.
  • 25 A.C. Amiens, BB 41, F° 186v, 14 avril 1674.

23Souvent, les fonds venant à manquer, on recourut à l’emprunt pour éviter l’abandon du chantier. En 1667, les magistrats marseillais expliquèrent à leur conseil qu’ils étaient « [...] obligés de faire tous les jours de grandes dépances pour la construction de la fabrique de l’hostel de ville estant necessaire d’emprunter pour subvenir à lad. dépance attendu que les deniers des fermes de lad. ville ne peuvent pas suffire [...] pour couvrir led. hostel de ville tant seulement et conserver par ce moyen tout ce qui a este faict basty et construics jusques aujourd’huy »23. Certaines villes durent se résoudre à abandonner les travaux : ce fut le cas de Rouen où le chantier ferma définitivement en 1609 ou encore de Saint-Jean-de-Luz où l’on céda en 1641 le terrain sur lequel l’hôtel commun avait été commencé quelques années plus tôt. De nouveau en 1706, alors que l’on avait enfin mené à bien la construction sur un autre site, il fallut vendre une partie des locaux pour financer la réalisation d’une digue24. À Amiens aussi, les dettes de l’échevinage étaient si grandes qu’en 1674 on songea à vendre le palais municipal en plusieurs lots25.

  • 26 A.C. Lyon, CC 1939, 1646.

24L’emplacement défini, le projet dessiné et chiffré, le financement trouvé, les édiles pouvaient enfin songer à marquer l’ouverture du chantier par une cérémonie qui donnerait à leur entreprise toute la publicité souhaitée. La première pierre, le plus souvent gravée d’une inscription commémorative, était posée par le premier magistrat de la ville, plus rarement par le gouverneur ou l’intendant qui ne prenait généralement pas la peine de se déranger : à Troyes, par exemple, le duc de Nevers, sollicité par les échevins, se fit représenter par le maire. A Lyon, le gouverneur Nicolas de Neuville de Villeroy délégua son frère Camille, mais la cérémonie n’en fut pas moins brillante, comme en témoignent les reçus des paiements faits aux maçons, aux soldats de la compagnie des arquebusiers, tambours, trompettes et tambours des suisses pour leur prestation26. À la nuit tombée, un feu d’artifice clôtura les festivités.

  • 27 A.C. Reims, Rha 5.
  • 28 A.C. Lyon, BB 201.
  • 29 A.C. Lyon, BB 202.
  • 30 A.C. Lyon, BB 210, 1655.
  • 31 A.C. Lyon, AA 121, F° 143-186, 21 mai-17 septembre 1647.

25Ces mises en scène flattaient les édiles et servaient leur politique. Dans les grandes villes, l’émission de médailles commémoratives, la publication de gravures et de descriptions du monument, achevaient de porter au loin sa renommée. Moreau, qui grava la façade de l’hôtel de ville rémois dessiné par Jehan Bonhomme, légenda ainsi son œuvre : « Messieurs, j’ose bien me promettre que ce petit ouvrage ne vous sera pas desagreable, puisqu’il tire de vous son origine, vous en êtes les auteurs, je n’en suis que le copiste [...], vous l’avez fait si gran et si admirable en son original, que cela m’a donné l’envie de raccourcir côme vous voyez ; outre qu’ayant fait voir au public tous les vieux miracles de notre ville, ie n’ay deu le priver de cette nouvelle merveille sous la faveur de laquelle tous les défauts des autres peuvent estre a couvert [...] »27 Agrémentée d’une si habile légende, cette gravure fut fort goûtée des magistrats qui la serrèrent précieusement dans leur cartulaire. Ailleurs, c’était parfois l’architecte lui-même qui, à la demande des édiles, gravait son œuvre. Ainsi à Lyon, Simon Maupin reçut en 1647, 690 livres « [...] pour la graveure de quatre planches de cuivre où est figuré le plan du nouvel Hostel commun [...] »28, et proposa l’année suivante de le compléter par « [...] le plan en prospective et eslevation de toute l’estendue de l’Hostel commun [...] », et d’en tirer mille exemplaires, ce qui fut accepté par le consulat29. D’autres artistes produisirent des vues plus ou moins ressemblantes du bâtiment et quelques littérateurs tournèrent des descriptions : un étudiant fut par exemple gratifié de 200 livres « [...] en recognoissance et gratitude pour les vers qu’il a desdiés au Consulat, contenant la description du nouvel hostel de ville [...] »30. Plusieurs médailles furent gravées dont une à Paris par le célèbre maître Jean Varin31. On constate à la lecture des archives qu’en dépit de sérieuses difficultés financières, la ville n’hésitait pas à consacrer de grandes sommes à la publicité du prestigieux chantier.

L’édifice

  • 32 Vauban remettra ce type architectural à l’ordre du jour dans ses projets d’aménagement des places (...)

26À l’exception de l’hôtel de ville-halle, auquel peu de cités restent attachées (Saintes-Maries-de-la-Mer, Montauban), il n’existe pas de type architectural propre à ces édifices32. Les architectes proposent des plans très divers, qui doivent beaucoup à l’architecture privée, château, hôtel particulier ou simple maison bourgeoise.

  • 33 BEAUDOT DE JULLY, « Description de l’ancienne maison commune de Sarlat vers 1740 », Revue du Pays (...)

27La référence au château était naturelle et se fondait sur la tradition médiévale : le beffroi par exemple, peut être rapproché du donjon seigneurial en tant que représentation architecturale du pouvoir. Les édiles du xviie siècle étaient encore très attachés à cette symbolique qui faisait de leur communauté une sorte de « seigneurie bourgeoise ». À Sarlat, l’hôtel construit en 1618-1625, était flanqué de quatre échauguettes et « [...] percé de meurtrières et de machicoulis grillés »33. Au milieu du siècle, à Tarascon et Salon-de-Provence, l’échauguette faisait une dernière apparition sur des façades pourtant bien éloignées de l’esthétique médiévale.

28Autrement plus importante fut l’influence du château classique. L’hôtel de ville parisien commencé en 1532 par Dominique de Cortone et dont le chantier était encore ouvert sous le règne de Henri IV, présentait déjà le long corps de logis et les pavillons d’angle caractéristiques du château français. L’idée fut reprise à Reims (1627) et à Lyon (1646). Dans ces trois édifices, la présence d’un haut beffroi axial, permettait d’annoncer clairement la fonction de l’édifice.

  • 34 J.-L GLOTON, Renaissance et baroque à Aix-en-Provence, Rome-Paris, 1979, p. 290.

29Mieux adapté à la construction en site urbain, l’hôtel particulier était un modèle facilement adaptable, qui s’imposait avec d’autant plus d’évidence que maisons communes et grandes demeures étaient souvent construits par les mêmes architectes et pour les mêmes familles. Pour l’édifice aixois, Pierre Pavillon s’inspira de l’hôtel d’Antoine (dit de Lestang-Parade), qu’il avait édifié peu auparavant. Comme le souligne Jean-Jacques Gloton : « Il est conçu comme une grande résidence de prestige, celle du premier magistrat municipal, entouré de ses secrétaires et domestiques [...] »34

  • 35 O. LOMBARD, L’hôtel de ville de Beaucaire, Beaucaire, 1979, p. 4-5.

30Le plan de ces hôtels n’adoptait cependant jamais la disposition entre cour et jardin, la plus courante à Paris, mais peu indiquée pour un édifice public dont les façades devaient être visibles de la rue. Le parti à corps de logis en fond de cour, fut néanmoins retenu à Beaucaire par l’architecte de l’intendant, Alexis de la Feuille, qui dans un souci de conformité avec les modèles parisiens, alla jusqu’à imposer aux consuls éberlués un toit brisé couvert d’ardoise, qui ne tarda pas à être emporté par le mistral35.

31Enfin, dans les villes plus petites, on s’en tenait généralement aux règles de l’architecture vernaculaire. A Saint-Chamas, Lodève, Gignac, Mirepoix ou Huningue, l’hôtel de ville n’était qu’une maison bourgeoise dont le portail, un peu plus orné, annonçait seul la fonction.

32D’une manière générale, c’est autour de l’entrée que se concentrait l’essentiel du décor sculpté dont l’iconographie se partageait entre la ville et le roi. La porte était surmontée des armes de la cité qui permettaient au passant d’identifier l’édifice. Elle pouvait parfois s’inscrire dans une vaste composition comme à Toulon où les atlantes de Puget, portefaix environnés de coquillages, formaient une allégorie de l’activité maritime de la cité. Les armes ou l’effigie du souverain surmontaient toujours le reste du décor. Dans la seconde moitié du siècle, la mainmise du pouvoir royal se matérialisa par un renforcement de l’iconographie monarchique. Deux exemples nous paraissent particulièrement significatifs : celui de Marseille où le programme mis en œuvre en 1668 consacrait toute la façade sur le port à l’éloge de Louis XIV, reléguant les armes de la ville sur l’entrée latérale ; celui de Lyon où le fronton dessiné en 1646 par Simon Maupin, dans lequel s’inscrivaient les armes du roi, fut remplacé au début du siècle suivant par un relief équestre accompagné de figures allégoriques. Cet ensemble sculpté imaginé par Mansart portait la louange de Louis XIV à un degré rarement atteint sur un édifice communal. Il formait sur la place des Terreaux le pendant de la statue équestre installée par les soins du même architecte au centre de la place Bellecour et faisait curieusement de l’hôtel de ville un édifice à la gloire du monarque, ce qui n’était certainement pas le but poursuivi à l’origine par les consuls...

33Cette perte de sens de l’architecture communale se confirme au cours du xviiie siècle qui connaît pourtant une importante floraison d’édifices. L’initiative n’appartient plus aux édiles et la nature des bâtiments s’en trouve profondément changée : l’hôtel de ville, édifice public au style uniformisé, a perdu son âme. Il n’est plus le chef-d’œuvre collectif qui exprimait dans son architecture l’identité d’une cité et la puissance de ses dirigeants.

Notes

1 Par ordre alphabétique : Agde, Aigues-Mortes, Aix-en-Provence, Amiens, Arles, Barbentane, Beaucaire, Charlemont, Gap, Gignac, Givet, Huningue, Lodève, Lyon, Mantes, Marseille, Merville, Mirepoix, Montauban, Nîmes, Le Quesnoy, Reims, Rouen, Saint-Chamas, Saint-Jean-de-Luz, Saintes-Maries-de-la-Mer, Salon-de-Provence, Sarlat, Tarascon, Toulon, Troyes.

2 Bourges, Le Cateau-Cambrésis, Doullens, Gourdon, Mende, Noyon, La Rochelle.

3 P. GIRAUD, Marseille. L’hôtel de ville, la Loge, les deux maisons du roi, Marseille, 1962, p. 25-34.

4 A.C. Salon, BB 9 F0 164.

5 A. CERNE, Les anciens hôtels de ville de Rouen, leurs beffrois et la Grosse Horloge, Rouen, 1934, p. 47.

6 A.C. Aix, BB 101 F° 161, 13 mars 1636.

7 « Auparavant que les gens du Conseil eussent pris la résolution de bastir une maison de ville qui put respondre à la noblesse de la cité de Reims, ce que l’on appelait pour lors Maison de ville, estoit un lieu qu’on n’aurait pas voulu faire voir à aucun estranger.... », cité par E. LEBLAN, L. PARIS, Les monuments historiques de la ville de Reims, l’hôtel de ville, Reims, 1882.

8 On notera avec intérêt qu’à Tarascon, les travaux se déroulent sous les consulats de Mrs de Gras, d’Abeille et de Raoulx dont les demeures sont parmi les plus belles construites à cette époque et avec lesquelles l’hôtel consulaire présente de nombreuses affinités stylistiques.

9 Louis ΧIV donna son accord par lettre de cachet du 8 mai 1646 approuvant le projet de « [...] faire construire et édifier un nouvel Hôtel Commun en nostre ville de Lyon, au lieu de celuy qui y est à présent, lequel ne se trouve pas assez grand ny assez commode dans une ville de cette considération et si peuplée [...] » (A.C. Lyon, CC 301).

10 A.C. Lyon, CC 801.

11 O. LOMBARD, L’hôtel de ville de Beaucaire, Beaucaire, 1979, p. 2.

12 L. HAUTECŒUR, Histoire de l’architecture en France, Paris, 1948, t. II, p. 423-424.

13 C’est le cas à Noyon, Montauban, Reims, Sarlat, Gourdon, Mantes, Aigues-Mortes, Gignac, Arles, Le Quesnoy.

14 A.C. Bourges, II 14, 13 janvier 1624.

15 L. BLANCHARD, La Mairie et eschevinage de Troyes, capitale de la Province de Champagne..., Troyes, 1679, p. 59.

16 La première pierre en avait été posée le 18 juin 1627 par Nicolas Lespagnol, lieutenant des habitants. A.C. Reims, Carton 645, Liasse 12.

17 A.C. Lyon, CC 1975, 1649.

18 On récupéra cependant les matériaux « [...] quy pourront servir au nouveau bastiment [...] et le surplus desdictes matières [...] vendu aux plus offrans et derniers enchérisseurs, pour estre les deniers employez à l’establissement dudict nouveau bastiment [...] ».

19 A.C. Reims, Carton 647, 10 avril 1627.

20 A.C. Lyon, BB 233.

21 Père E. ARNOULD, Histoire de Merville, 1893. Manuscrit conservé à la bibliothèque de l’évêché de Lille, p. 73-74.

22 A.C. Salon, BB 9, F° 164, 14 juin 1654.

23 A.C. Marseille, BB 101, F° 247, 9 août 1667.

24 A.C. Saint-Jean-de-Luz, DD1, n° 1 et 32.

25 A.C. Amiens, BB 41, F° 186v, 14 avril 1674.

26 A.C. Lyon, CC 1939, 1646.

27 A.C. Reims, Rha 5.

28 A.C. Lyon, BB 201.

29 A.C. Lyon, BB 202.

30 A.C. Lyon, BB 210, 1655.

31 A.C. Lyon, AA 121, F° 143-186, 21 mai-17 septembre 1647.

32 Vauban remettra ce type architectural à l’ordre du jour dans ses projets d’aménagement des places fortes de Charlemont et de Givet, pour d’évidentes raisons d’économie.

33 BEAUDOT DE JULLY, « Description de l’ancienne maison commune de Sarlat vers 1740 », Revue du Pays sarladais, n° XXX, 22 septembre 1838.

34 J.-L GLOTON, Renaissance et baroque à Aix-en-Provence, Rome-Paris, 1979, p. 290.

35 O. LOMBARD, L’hôtel de ville de Beaucaire, Beaucaire, 1979, p. 4-5.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable