Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Le patriciat en représentation, représentation du patriciat

La « livrée de distinction » : les costumes des magistrats municipaux dans les entrées royales des xvie et xviie siècles

Denise Turrel

Texte intégral

  • 1 P. C.-F. MENESTRIER, Histoire civile ou consulaire de la ville de Lyon..., Lyon, 1696, p. 537.
  • 2 É.-C. BENETON DE MORANGE DE PEYRINS, Traité des marques nationales..., Paris, 1739, p. 204.
  • 3 S. MOUYSSET, « Rouge et noire, la robe fait le consul : l’exemple de Rodez aux xvie et xviie siècl (...)
  • 4 Cf. les analyses de P. BOURDIEU, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éd. de Minu (...)

1Le privilège d’un habit de cérémonie est un des caractères du gouvernement municipal. Ces costumes, écrit le P. Menestrier à la fin du xviie siècle, servent « de marque d’honneur et de distinction »1. La même formule est reprise par Beneton de Morange au xviiie siècle : « Chaque corps a sa livrée de distinction, des habits désignatifs de leur office. »2 Parmi les différents rôles de la robe consulaire3, en particulier être identifié, se faire obéir, être distingué, c’est donc ce dernier qui a été ici recherché. Les sources montrent en effet comment les costumes cérémoniels sont à la fois l’enjeu et le résultat de ces luttes pour être « distingué » et plus précisément, comment le « processus de distinction »4 se fait à partir des couleurs.

  • 5 Sur l’utilisation de cette source pour l’étude des couleurs, C. LACOSTE, Étoffes et couleurs : les (...)

2Les livrets d’entrées royales des xvie et xviie siècles ont fourni le corpus de base. La description des cortèges permet de rapporter les couleurs à des pratiques datées et surtout mises en situation : elles ont des supports précis — des tissus, mais aussi des personnes, qui défilent dans un ordre hiérarchique déterminé5. Cet ensemble de données est éclairé par un second type de source, d’une grande richesse qualitative, constitué par les délibérations municipales qui présentent les argumentations de ces choix : pourquoi porter telle couleur ? Pourquoi vouloir s’approprier telle autre ? C’est donc à la fois à travers des pratiques et des discours, que peut être analysée l’utilisation des couleurs par les patriciats urbains, comme instrument dans les luttes de classement qui caractérisent les comportements des différents groupes à l’intérieur de la ville.

3Ce système de distinction traverse toute l’époque moderne avant d’être rompu, d’un coup, en juillet 1789, et de disparaître avec l’Ancien Régime.

La distinction par les couleurs

  • 6 Angers, Avignon, Bayonne, Bordeaux, Caen, Bourg-en-Bresse, Dijon, Grenoble, Mâcon, Lyon, Marseille (...)

4Entre la fin du xve siècle et la fin du règne de Louis XIV, un grand nombre de textes relate les entrées royales : livrets imprimés contemporains ou relations restées longtemps manuscrites (le plus souvent dans les registres de délibérations municipales) et éditées depuis un siècle par des historiens. Parmi eux a été recensée une centaine de récits mentionnant les couleurs des robes consulaires, concernant 22 villes moyennes ou grandes6. Pour certaines cités, en particulier les plus importantes (Paris et Lyon par exemple), les données sont nombreuses et rapprochées (une vingtaine d’entrées chacune) et permettent de suivre finement les variations du cérémonial.

  • 7 Échevins, syndics, consuls, capitouls, jurats... selon le cas.
  • 8 Le tanné est la « couleur que les tanneurs donnent aux cuirs » (Dictionnaire étymologique de la la (...)
  • 9 Par analogie avec l’héraldique, ce terme caractérise un vêtement composé de deux moitiés de couleu (...)
  • 10 Les étoffes sont variées : velours, satin, drap..., mais la couleur n’est pas liée à la qualité du (...)

5Sur l’ensemble du xvie siècle, les robes portées par les échevins7 sont rouges (un tiers des cas), noires (un quart), violettes (15 %), enfin tannées (10 %)8. Le bleu et le blanc sont marginaux et ne s’emploient qu’en mi-parti9. Ce dernier cas, combinaison verticale de deux couleurs, est minoritaire : un quart des villes seulement l’emploie, mais parmi elles se trouvent les plus grandes — dont Paris (avec l’association rouge/tanné), Bordeaux (rouge/blanc) et Toulouse (rouge/noir)10. Les noms de couleur des robes échevinales expriment rarement des nuances. Seules les dénominations de rouge définissent une gamme chromatique très large, dont l’éventail s’ouvre du brun au violet : escarlate vermeille, rouge, brune, violette ; velours, damas ou satin vermeil, incamadin cramoisi, cramoisi rouge, cramoisi haute couleur, cramoisi brun, cramoisi violet.

  • 11 Le très ample vêtement de dessus des magistrats de Bordeaux est d’ailleurs appelé tantôt manteau ( (...)
  • 12 Le vêtement porté sous la robe est souvent un saye, dont A. DUCHESNE écrit qu’il s’agit de « longu (...)
  • 13 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t. 1, p. 1002.
  • 14 Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. XVII (1616-1620), Histoire générale (...)
  • 15 T. GODEFROY, Le cérémonial..., ορ. cit., t.1, p. 973.

6Lorsque l’entrée est détaillée, les jeux de couleur se montrent plus complexes et nuancent, pour le spectateur, la répartition chromatique ci-dessus. Car la robe n’est que le vêtement de dessus11. Elle est le plus souvent, à l’époque moderne, largement ouverte sur la ou les pièces de dessous, le pourpoint auquel s’ajoute parfois la soutane12. Pendant les trois siècles de l’Ancien Régime, le costume municipal n’est stable que dans sa structure globale, fondée sur le « droit de robe ». Les formes, elles, changent avec le temps : les vêtements sur lesquels s’ouvre la robe sont de plus en plus des habits de ville, comme le montrent les portraits officiels des élites municipales du xviiie siècle. La coupe de la robe elle-même s’adapte aux changements de la mode urbaine : à Troyes en 1629, les maire et échevins sont « couverts chacun d’une robbe à la citaddine couleur de violet et de rouge »13 ; et en 1619 à Paris, le registre des délibérations mentionne « que, encores que par ledict brevet [du roi] il soit porté que la robe de Monsieur le prevost des marchans seroit doublée de martes sublines, toutesfois, pour ce que la fourrure n’est guere plus en usage, il a trouvé plus à propos de la faire doubler de peluche de soye de cramoisy rouge »14. Le seul archaïsme réside, pour un certain nombre de ces ensembles vestimentaires, dans l’ajout d’un chaperon comme insigne de fonction. Utilisé comme écharpe et non plus comme couvre-chef, il se porte sur l’épaule, ainsi que l’indiquent textes et images. Cet accessoire n’est pas toujours cité dans les relations d’entrée. Il est davantage connu par les représentations iconographiques, les achats de fournitures dans les comptes municipaux, ou des remarques dans le récit de la cérémonie : à Bordeaux en 1615, « Messieurs les jurats » ont « leurs chaperons de livrée seulement, encore qu’ils eussent resolu de prendre leurs robbes, mais tout fust si précipité, qu’il fallut se contenter desdits chaperons »15.

  • 16 Comte A. de COËTLOGON, Les armoiries de la ville de Paris, t.1, Histoire générale de la ville de P (...)

7La palette des teintes s’élargit encore si l’on ajoute les doublures (visibles aux revers, aux manches, aux cols et très souvent mentionnées), les couvre-chefs (toques ou bonnets), les ceintures, les housses des chevaux avec leurs ornements (franges et glands). Toute une série de combinaisons de touches colorées est possible, que les relations détaillent ou non : lors de l’entrée de Louis XIV à Paris en 1660, « le prevost des marchands allait [...] en robe du palais my partye de velours rouge et tanné, aux parements de mesme couleur, ayant par dessoubz une soustane de satin rouge cramoisy avecq boutons, ceinture et cordons noir ; la housse de son cheval de velours noir, enrichye de franges et houppes d’or et d’argent (ce qui est particulier a Monsieur le prevost des marchans n’y ayant que luy qui doive avoir des housses avec de l’or) »16.

  • 17 Cf. en couverture le portrait de Benoist de la Grandière ; autres exemples à Angers en 1518 (robe (...)
  • 18 La superposition de deux vêtements de couleur « plaine » (terme utilisé pour désigner un textile u (...)
  • 19 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 901.
  • 20 Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. IV, Histoire générale de Paris, Par (...)

8Une des associations les plus courantes est la robe rouge doublée de noir, ou portée sur un vêtement noir : c’est ainsi que sont vêtus les maires de Tours17. L’inverse est fréquent aussi : une robe noire ouverte sur un vêtement cramoisi, comme à Lyon en 1548 et Orléans en 155118. Dans les accessoires ou les pièces secondaires peuvent apparaître des teintes qui ne sont jamais présentes comme couleur plaine d’une robe, tel que le bleu (porté en 1564 à Lyon en pourpoint et chausses de satin sous des robes de satin noir et sayes de velours noir19) ou même le jaune, qui n’est que très rarement mentionné sur des vêtements consulaires : à Paris en 1558, le prévôt des marchands « se vestit d’une robbe de satin my partie de cramoisy et tanné, à grant collet renversé doublé de jaune, de velours cramoisy rouge »20.

  • 21 Entrée du duc de Bourgogne en 1701, citée par G. SABATER, « Solis avi speculum », Mélanges offerts (...)

9Il est tentant de rapprocher les couleurs des représentants de la ville de celles des armoiries urbaines. Or, il n’y a presque pas d’exemple, à l’époque moderne, de robes consulaires « en conformité d’armoiries ». Dans notre échantillon, le seul cas de transposition directe de l’écu à la robe, celui de Bourg-en-Bresse (dont la robe, mi-partie de vert et de noir au xve siècle, était la copie conforme de l’écu, parti de sinople et de sable), a été abandonné en 1477 au profit d’une couleur non héraldique, le violet. Les autres robes mi-parties (Paris, Bordeaux...) ne proviennent pas d’un écu parti. Cependant, un rappel discret des couleurs héraldiques de la ville peut se lire parfois dans certains détails des vêtements : ainsi, la livrée des échevins de Grenoble à la fin du règne de Louis XIV était la « robe de velours amarante, doublée de satin de même, le chaperon de velours rouge et jaune »21, transposition du champ (d’or) et des ornements (trois roses de gueules) de l’écu.

  • 22 Comte A. de COËTLOGON, Les armoiries de la ville de Paris, op. cit., t.1, p. 203-213.
  • 23 Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, op. cit., t. I (1499-1526), Paris, 188 (...)
  • 24 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 208 et 238.
  • 25 id., t. 2, p. 266.
  • 26 Registre des délibérations du bureau de la ville de Paris, op. cit., t.1, p. 221.
  • 27 Les mentions du port des couleurs rouge/pers par les échevins renvoient à des événements de l’époq (...)

10Le rapport des couleurs des robes échevinales parisiennes aux armoiries de la ville a été longuement discuté22. Mais si l’on suit les textes des entrées, le costume de cérémonie de l’échevinage est mi-partie depuis 1502, sa couleur étant définitivement fixée au rouge/tanné depuis 150423. Pour les deux entrées précédentes (1484 et 1498), il était rouge24. Aucune relation d’entrée postérieure au xve siècle ne le montre en conformité d’armoiries, c’est-à-dire rouge et bleu (ces couleurs héraldiques n’étant portées que par les menus officiers), si ce n’est un texte de l’entrée de 1515 dans Godefroy25, ce dernier étant contredit par un autre plus sûr qui, dans le registre des délibérations de la ville26, le décrit en rouge/tanné27.

  • 28 La magnificque Entrée du reverendissime [...] legat de la ville et cité d’Avignon [...], Avignon, (...)

11La plupart de ces robes de cérémonie du patriciat municipal n’ont donc à l’époque moderne aucune correspondance avec l’héraldique. Ainsi à Avignon, dont les armoiries portent trois clés d’or sur champ de gueules, les trois consuls arborent en 1553 « leurs grandes robbes et casaquins de velours noir, fourrées de martres sublines »28. Du reste, dans les délibérations relatives au choix des robes, cet argument de l’éventuelle conformité aux armoiries n’est jamais évoqué.

  • 29 M. PASTOUREAU donne, dans son Traité d’héraldique (3e éd., 1997, p. 117), des chiffres globaux pou (...)
  • 30 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 895 et 1002.

12On constate, certes, au niveau de la fréquence globale des couleurs, dans les deux cas (armoiries29 et robes consulaires) une domination des rouges et des noirs ainsi qu’une quasi-absence du vert : dans notre échantillon, le vert n’apparaît sur aucune robe de magistrat municipal, il n’est porté — en mi-parti — que par des officiers subalternes. Mais les différences sont importantes : la couleur bleue, dont l’usage héraldique s’intensifie depuis la fin du Moyen Âge, disparaît au contraire des habits. Le maire et les échevins de Troyes, par exemple, portaient en 1564 des robes mi-parties rouges et bleues — en 1629, le mi-parti est devenu rouge/violet30. Inversement, deux teintes intermédiaires (le violet et le tanné) sont spécifiques aux vêtements : elles caractérisent un quart des costumes.

13La livrée des magistrats municipaux qui n’a plus, dans l’écrasante majorité des cas, de rapport avec les couleurs héraldiques de la ville, n’est donc pas une livrée de servitude (aux couleurs du maître) mais, selon le vocabulaire de l’époque, une « livrée d’honneur », une « robe d’honneur ». Par elle, les élites municipales manifestent, non pas leur appartenance à la ville, mais leur dignité patricienne, alors que, dans les cortèges d’entrées, les compagnies de milices bourgeoises portent les couleurs de leur capitaine, les laquais celles de leur maître, des groupes spécifiquement désignés (très souvent les enfants de la ville) celles du roi ou de la reine et les officiers subalternes celles de la ville.

  • 31 S. MOUYSSET, « Rouge et noire... », op. cit., p. 130.
  • 32 Mercure galant,janvier 1701, p. 270. Les robes sont alors de satin et non de damas.
  • 33 Les Entrées de Éléonore d’Autriche, reine de France et du Dauphin fils de François Ier dans la vil (...)
  • 34 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t. 1, p. 806. Même changement dans des teintes proches po (...)

14Ces habits de cérémonie mis pour une entrée royale sont toujours neufs : les comptes municipaux en témoignent. En quelques occasions, ils peuvent différer de la livrée consulaire fournie habituellement par toute ville à ses consuls. Le choix de la robe cérémonielle est tout d’abord étroitement lié à la personne royale qui fait son entrée. Dans quelques rares cas, l’arrivée du roi est si exceptionnelle que les consuls choisissent une robe d’une couleur spéciale : ainsi à Rodez, une robe entièrement rouge remplace dans ces circonstances la livrée mi-partie habituelle31. À Bordeaux, les couleurs coutumières sont respectées mais le tissu choisi est différent : en janvier 1701, les jurats portent « des habits qu’ils ne mettent que lorsqu’ils haranguent les rois »32. Lorsque deux entrées se succèdent, celle du roi précédant par exemple celle de la reine ou du dauphin, les villes les plus fastueuses font la double dépense d’habits correspondants : à Rouen en 1532, « a esté mis en délibération en quelle habits nous debverons aller en l’entrée audevant de Monseigneur Daulphin, et est trouvé que debvions changer d’habitz, et en avoir autres que ceux de l’entrée de la Reyne »33. Les six conseillers choisissent alors le damas noir pour la première entrée et le satin tanné pour la seconde. Le plus souvent les coloris restent dans des nuances proches : pourpoint de satin cramoisi pour la reine et violet pour le dauphin à Lyon en 1533 par exemple34.

  • 35 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 968-969.
  • 36 Id., t.1, p. 985-986.

15La couleur de la robe peut aussi changer selon les circonstances de la cérémonie. Dans la capitale, où le nombre d’« entrées » est bien sûr considérable, le corps municipal établit des nuances dans le protocole des costumes. Il marque ainsi le temps du deuil royal : en octobre 1610, pour la première entrée du petit roi Louis XIII (c’est-à-dire le retour de son sacre à Saint-Denis), « lesdits sieurs prevost des marchands et eschevins [...] n’avoient que leurs habits noirs ordinaires, et non leurs robbes my-parties, estant encore en deuil à cause de la mort du défunt roi Henry »35. En 1620, la municipalité relit ses registres et constate que sur les quatre entrées d’Henri IV, deux se firent en « rouge » (1594, 1597) et deux en noir (1601, 1605)36. A chacune de ces couleurs sont liés des usages. Les robes colorées (de deux tons de rouge) s’accompagnent d’un grand cérémonial et en particulier d’un cortège qui sort de la cité pour accueillir le roi hors des faubourgs ; les habits « ordinaires » (noirs) sont utilisés pour des entrées plus simples où le corps municipal attend le roi seulement à l’une des portes de la ville.

  • 37 Relation des entrées solennelles dans la ville de Lyon [...] imprimée par Messieurs du consulat, L (...)
  • 38 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 974-975.

16Souvent, la robe de cérémonie n’est qu’un moment dans le déroulement de l’entrée. Ses contraintes (son ampleur, son poids, son caractère étouffant lorsqu’elle est doublée de fourrure) en limitent de plus en plus le port, au xviie siècle, à un rituel précis, celui de la harangue au roi pendant lequel se noue le dialogue entre la ville et son souverain : ces vêtements sont donc liés à une cérémonie de la parole. Les consuls ne revêtent cet encombrant appareil qu’au dernier moment, lorsqu’ils sont sur le lieu prévu pour l’accueil du roi et les discours. En 1630, les échevins lyonnais vont à la rencontre du roi, qui arrive par eau : « tous lesd. Sieurs ensemble seroient descendus de leurs bateaux [...] et ayans pris tous leurs robes de cérémonie [ils se sont] rangez au bord de l’eau. »37 Fréquemment ils la quittent aussitôt la harangue (à genoux) terminée : ainsi, en 1615 à Bordeaux, après celle-ci, le maréchal de Roquelaure « laissa sa robe de maire et monta à cheval » pour participer au cortège auprès du roi38.

  • 39 Mêmes changements de robes pour les visites consécutives aux entrées : en 1622, les consuls lyonna (...)

17Au fil des années se dessinent donc peu à peu et se fixent, à l’intérieur du rituel de l’entrée, des temps et des usages liés au port de la robe d’honneur, dont la couleur sert à marquer l’importance des moments et des personnes39.

18Cette robe permet aux magistrats municipaux de se distinguer à l’intérieur du cortège d’entrée qui, dans la perspective qui est la leur, se compose de trois sous-groupes emboîtés : corps de ville, élites urbaines, ensemble du cortège.

  • 40 La Magnificque et Triumphante entree de la noble ville et cité d’Orleans, faicte au treschrestien (...)
  • 41 Dans les cortèges, l’ordre hiérarchique des étoffes est en général le suivant : velours, satin, da (...)

19À l’intérieur du corps de ville, les couleurs des vêtements sont utilisées pour souligner les divisions hiérarchiques et sont donc associées à un rang. À Orléans en 1551 défilent « les douze eschevins, tous vestuz de robes de veloux noir, ayans pourpointz de satin cramoisy. Et avec eux [...] les conseillers d’icelle [ville], vestuz de escarlatte : & audevant d’eulx les cinquanteniers, habillez de livrée, qui sont de rouge & jaune, le corps de leurs robes argentez aux armoiries d’icelle ville »40. L’ordre de préséance, la valeur des tissus41 et celle des couleurs s’associent de façon complexe pour exprimer, au regard du public, la hiérarchie des statuts à l’intérieur du corps.

  • 42 Cité par S. BERTOLDI, « Les entrées des rois... », op. cit., p. 323.

20Le jeu de couleurs le plus visible est celui qui oppose les officiers subalternes d’une part (huissiers, sergents, serviteurs de ville), en vêtements éclatants et multicolores (n’excluant ni le bleu « céleste », ni le vert, ni le jaune, écartelés, « lardés », armoriés, brodés d’ornements d’argent...) et d’autre part les élites municipales (échevins, conseillers, procureur, receveur, greffier...) dans des nuances de rouge, de noir ou de violet. Entre le maire, lorsqu’il existe, et les échevins, la hiérarchie ne se traduit que par la qualité du tissu ou de la doublure : le maire et les échevins d’Angers sont en 1518 en robe d’écarlate, mais la doublure du premier est de velours noir et celle des autres de satin noir42. En revanche la frontière, très visible dans le cortège, entre ceux qui ont le droit de porter la livrée consulaire et les autres est l’objet de discussions à chaque entrée et de déplacements au cours du temps. C’est ainsi qu’à Paris, la livrée mi-partie distingue le prévôt des marchands, les quatre échevins et le greffier du reste du corps de ville (procureur, receveur, conseillers et quarteniers). Cette division met en valeur le statut particulier du procureur (homme du roi, donc en rouge) et une exclusion douloureusement vécue : à chaque cérémonie le receveur demande à être reçu du nombre de ceux qui ont le privilège de la robe de livrée. Les couleurs permettent donc à un groupe d’exprimer ses divisions, ainsi que des exclusions et des inclusions. Dans le cortège, le corps municipal apparaît comme l’un des moins homogènes, éclaté entre plusieurs identités chromatiques, certaines couleurs n’étant parfois portées que par un seul individu (comme le procureur à Paris) — à la différence d’autres corps tout d’un bloc, caractérisés par une uniformisation parfaite des costumes, telles que les compagnies de milices bourgeoises ou des enfants de la ville : cette différenciation interne de la municipalité met l’accent sur l’échelle hiérarchique et le statut juridique à l’intérieur du corps.

  • 43 S. BERTOLDI, « Les entrées des rois... », op. cit., p. 324. À Paris en 1619, « les robes [de deux (...)
  • 44 Lentree de la Reyne et de Messieurs les enfans de France [...] en la ville et cite de bourdeaulx a (...)

21En revanche, ce ne sont pas les couleurs qui sont utilisées pour traduire l’état social des membres du corps municipal. Lorsqu’une différenciation est introduite entre échevins marchands et échevins officiers, c’est seulement dans la forme des robes ou des couvre-chefs : « ceux de robbe longue auront bonnetz ronds et ceux de robbe courte tocques » à Angers en 156543. La seule exception à cette règle est le cas du maire de Bordeaux au début du xviie siècle : il porte aux entrées de 1611 et 1615 une robe de brocatel (c’est-à-dire de drap d’or), alors qu’au xvie siècle (entrées de 1530 et 1565), il est vêtu en mi-parti comme les autres jurats44. Or les draps d’or ne sont jamais portés, dans les cortèges officiels, par des membres des municipalités : ils sont réservés à la noblesse et aux défilés « en armes », ou au prévôt — c’est le cas à Paris et à Lyon. Il est vrai qu’à cette date le titulaire de la charge de maire est le maréchal de Roquelaure, également gouverneur de la ville, qui choisit de se vêtir en noble, en militaire et en gouverneur, non en jurat.

22Les couleurs sont donc un langage qui rend compte du découpage juridique du monde social ; elles s’appliquent au statut et non à la personne, et expriment, au sein d’un même corps, l’intégration dans une hiérarchie.

  • 45 L M. BRYANT, The king and the city in the parisian royal entry ceremony : politics, rituals and ar (...)

23Elles servent aussi à distinguer, à l’intérieur du groupe des élites, le corps municipal de ceux des officiers royaux. Car tous ont en partage le même champ chromatique, principalement le rouge et le noir. Une règle implicite semble rigoureusement appliquée : dans les villes de parlement, le rouge lui est réservé. Ainsi pourrait s’expliquer que trois des plus grandes villes de notre corpus (dont Paris) aient choisi le mi-parti : c’est une façon de conserver un écart sans être en dessous. Lawrence Bryant, étudiant la signification politique du cérémonial des entrées de la Renaissance, a mis en valeur l’irruption dans les cortèges parisiens des robes d’écarlate vermeille du parlement, qui devient régulière à partir des années 148045. Or c’est peu après que la municipalité de la capitale, qui était vêtue du même rouge vermeil en 1484 et 1498, adopte (à partir de 1502) le mi-parti, celui-ci étant hiérarchiquement inférieur à une couleur plaine. Les cortèges sont des démonstrations de pouvoir dans l’univers urbain et leur évolution aux xve et xvie siècles montre partout l’affirmation progressive des officiers royaux par rapport aux corps de villes.

  • 46 S. BERTOLDI, « Les entrées des rois... », op. cit., p. 323-324.

24Dans les villes de province, le même recul par rapport aux compagnies d’officiers royaux s’instaure au cours du xvie siècle, surtout après la création des présidiaux au milieu du siècle. À Angers par exemple, les échevins sont en écarlate en 1487, 1499, 1518 — mais en 1565 ils abandonnent le rouge aux magistrats du présidial et adoptent le noir46. Au sein des élites, le jeu social des couleurs traduit donc, pour les uns des situations de monopole (le rouge) et pour les autres, la recherche de l’écart.

  • 47 L’Entrée du roi Louis XII et de la reine à Rouen, 1508, précédée d’une introduction par P. Le Verd (...)
  • 48 C LACOSTE, Étoffes et couleurs..., op. cit., p. 19 : 28 % des mentions concernent le rouge et 26 % (...)
  • 49 Id., p. 25 et 62.

25Comment enfin se distinguer de l’ensemble du cortège urbain, long ruban multicolore ? Les conseillers de Rouen choisissent en 1508 le « violet afin d’être cognus et dyvis des bourgoys de lad. Ville »47 : car être distingué, c’est avant tout fuir la banalité bourgeoise. La recherche de la différence pourrait expliquer le choix du violet que plusieurs villes adoptent définitivement (Lyon et Dijon entre autres). C’est une couleur rare (5 % des mentions de couleurs dans les relations des xvie-xviie siècles48) et dans chaque cortège, il n’y a le plus souvent qu’un seul groupe en violet : ce choix permet aux échevins de porter une couleur unique. Contrairement au rouge, ce n’est pas une couleur « classante » dans une hiérarchie : elle pare aussi bien les officiers de la Maison du roi que les enfants de la ville ou les huissiers de la chancellerie de Paris49. C’est aussi une couleur associée à la gravité et à la dignité, qui caractérise les membres des facultés de théologie : elle s’oppose aussi bien aux tissus d’or et d’argent d’une noblesse étincelante qu’aux vêtements bariolés des enfants de la ville ou des milices bourgeoises. Peut-être enfin le violet est-il, comme l’indiquent certaines expressions (écarlate violette, mi-graine violette, cramoisi violet...), un simili-rouge, de même que le mi-parti qui associe, dans tous les cas rencontrés, le rouge à une autre couleur. Tous deux manifesteraient alors à la fois le recul du pouvoir des magistrats municipaux (qui renoncent au rouge plain) et la reconnaissance par ces derniers du pouvoir des officiers royaux, qu’ils cherchent à s’approprier ou imiter, fût-ce sous une forme décalée et illusoire.

26De façon plus nuancée, mais tout autant que les préséances, les couleurs signifient un statut et un rang et le cortège apparaît comme le bilan, à un moment donné, des luttes symboliques au sein de la société urbaine. Les magistrats municipaux recherchent la hiérarchie (à l’intérieur de leur corps), l’écart par rapport à leurs concurrents les plus proches (les officiers), enfin la rareté dans l’ensemble du champ urbain.

27Ce constat fait, il convient de voir par quel processus se construit cette distinction, et d’analyser les conflits et les négociations dont l’enjeu est la couleur.

Les processus de distinction

  • 50 É.-C. BENETON DE MORANGE, Traité des marques..., ορ. cit., p. 200.
  • 51 B. GUENÉE et F. LEHOUX (Les entrées royales françaises..., op. cit., p. 11-12) notent qu’au début (...)
  • 52 B. GUENÉE, F. LEHOUX, Les entrées royales..., op. cit. (entrée de 1476) ; G. GUIGUE, L’Entrée de F (...)

28Contrairement aux premières apparences, trompeuses, les cortèges sont l’objet d’incessantes innovations. Lawrence Bryant a analysé les nombreuses adaptations des entrées parisiennes du xvie siècle, sur le plan des préséances, du rituel et de la composition, telle que l’irruption alors récente, dans le cortège, du parlement et de l’université. Le choix des costumes montre les mêmes évolutions. Évoquant l’entrée de 1660 à Paris, Beneton de Morange note : « Il est à remarquer qu’à l’occasion de cette Entrée il y eut beaucoup de changement dans les livrées des six corps. »50 Les robes des échevinages elles-mêmes dans de très nombreux cas ne sont pas plus fixées au xvie siècle qu’elles ne l’étaient auparavant51. Dans notre corpus, la moitié des villes pour lesquelles on peut comparer au moins deux entrées du xvie siècle change sa livrée au cours du siècle. C’est ainsi que Lyon, en drap rouge (migraine) en 1476, adopte le tanné (avec pourpoint de satin cramoisi) aux entrées de 1507 et 1515, le taffetas armoisi et pourpoint de satin violet en 1533, robe noire et pourpoint cramoisi en 1548, robe noire et pourpoint bleu en 1564, avant d’adopter définitivement le satin violet à partir de 159552.

29La règle affirmée est pourtant celle de la coutume : toutes les argumentations développées lors des délibérations cherchent à se fonder sur une tradition. On voit souvent, comme à Paris en 1620, le conseil feuilleter ses anciens registres dans l’intention déclarée de se conformer à ce qui s’est fait lors des précédentes entrées. Mais cette utilisation de l’histoire est le plus souvent manipulée dans l’intérêt de celui qui l’utilise. Puisant dans la mémoire de la ville et les éléments changeants des cérémonies passées, chaque parti peut choisir à sa guise l’événement fondateur qui déterminera la « tradition ».

  • 53 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 790.
  • 54 Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, op. cit., t. IV, 1888, p. 534 (24-04-1 (...)

30Cet argument de référence à un passé le plus ancien possible sert à résister aux nouveautés qui déplaisent, surtout celles imposées par les autorités. Les conseillers de Paris, en 1531, opposent aux instructions du gouverneur le fait « qu’il leur sembleroit estrange de porter robbes de soye de couleurs my-parties comme lesdicts Prevost & Eschevins, parce que cela n’a esté fait par cy-devant »53. Le recours à la coutume est aussi utilisé comme argumentation dans les rivalités d’ambition internes : ainsi, c’est parce qu’il est mécontent d’un changement dans les préséances qui le défavorise, que le greffier de Paris récapitule en 1558 toutes les atteintes à la coutume, et pour les besoins de sa démonstration, se fait l’historien des traditions vestimentaires parisiennes en remontant dans le temps de deux cents ans : « remonstrant [aux échevins] toutes foys qu’ilz ne gardoient pas l’ordre antienne, qui estoit de porter robbes à collet droict de bleu et rouge my partie, ceinte avec chaperon de la mesme couleur, ainsi qu’on faisoit du temps du Roy Jehan, prisonnier en Angleterre. »54

  • 55 Id., p. 535.
  • 56 G. GUIGUE, L’Entrée de François Ier [...] en 1515, op. cit., p. 62. Même attitude à Rouen en 1517  (...)
  • 57 L’Entrée du roi Louis XII et de la reine à Rouen, 1508, précédée..., ορ. Cit.

31Dans les faits, des nouveautés interviennent sans cesse. Récapitulant tous les changements survenus, le greffier parisien de 1558 conclut : « Par quoy appert que, selon le temps et pour causes raisonnables, on peult changer d’habit », à condition, ajoute-t-il en soupirant avec amertume, que ce ne soit pas par « ambition [...], comme on voit aujourd’uy »55 — c’est-à-dire pour acquérir un statut supérieur et l’emporter ainsi sur ses rivaux. C’est ainsi qu’à Lyon en 1515, « après avoir veu les actes des précédentes entrées » (pour la dernière, en 1507, ils portaient des robes de camelot tanné), les conseillers décident de changer : « est besoin faire mieux », déclarent-ils56. Ils regardent aussi ce qui se fait ailleurs : la circulation des nouveautés et de l’information d’une ville à l’autre intervient ; à Rouen en 1508, les partisans du rouge font remarquer qu’à « l’entrée du roy a Paris, les échevins et conseillers de lad. Ville estoient vestus de satin rouge »57. Les fonctionnements cérémoniels ne sont en réalité jamais figés par la coutume : de nouvelles conventions sont presque toujours possibles, traduisant l’évolution des rapports entre les acteurs sociaux.

32Les très longues discussions auxquelles donnent lieu ces choix, au cours des délibérations municipales, permettent d’analyser les raisons et les modalités des changements. Elles traduisent les représentations des élites urbaines (par exemple, la valeur sociale de telle couleur) et leurs rationalités : comment les magistrats municipaux argumentent leurs décisions — c’est-à-dire leurs stratégies discursives, aussi bien entre eux (à l’intérieur de l’assemblée) qu’auprès de ceux qu’il faut convaincre (en général, les représentants du roi).

  • 58 Ibid., publiée par P. LE VERDIER, p. XVII et XVIII.
  • 59 Le terme d’écarlate est ici pris au sens de drap de luxe (et donc signifie une qualité de tissu), (...)
  • 60 « La couleur nommée joue un rôle toujours plus important que la couleur perçue car elle est chargé (...)

33La délibération municipale de Rouen en 1508, qui réunit les « vingt-quatre » du conseil de la ville et les notables, en est un bon exemple58. Plusieurs participants pensent que leurs robes doivent être « d’écarlate rouge » et l’un d’eux propose même hardiment que « pour l’honneur de lad. Ville, lesd. Conseilliers [...] doyvent estre vestus d’escarlate vermeille ». Le vermeil, rouge éclatant, est la couleur que portent les officiers des deux cours souveraines de Rouen, le parlement et la cour des aides. Un autre intervenant suggère alors prudemment d’« estre vestus d’escarlate entre deux couleurs »59. Cette nuance ambiguë, mais probablement située entre le rouge et le brun, place la représentation de soi des élites municipales dans une catégorie intermédiaire entre les officiers des cours de justice (en rouge) et la bourgeoisie urbaine (en brun). Allant plus loin dans la modestie, un conseiller opine alors « que escarlate brune est la plus honneste et que de luy il n’oserait vestir escarlate rouge », avec l’idée que le rouge est une couleur hiérarchiquement trop élevée pour eux, que leur groupe ne peut s’égaler aux officiers royaux. Le dernier avis propose de revenir à l’assimilation avec les officiers de justice et à l’affirmation d’un écart avec la bourgeoisie : « les officiers du roy et conseillers de ville doyvent etre vestus d’escarlate rouge et les bourgeois d’escarlate brune. » Les noms de couleur ici utilisés (rouge, brun) sont chargés d’un pouvoir symbolique, d’une identité sociale : ils mettent en jeu la conscience de soi du groupe, à travers sa culture collective, telle que l’association jamais dite mais toujours implicite du rouge avec les officiers de la justice royale60. Ce n’est pas leur valeur esthétique mais leur signification culturelle et sociale qui compte. L’expression « entre deux couleurs » renvoie moins à une nuance chromatique qu’à un sentiment de gradation hiérarchique. Le prix de l’étoffe n’est presque jamais avancé comme argument : d’ailleurs le plus souvent, comme ici à Rouen, les robes consulaires se font aux frais de la ville.

34Le choix final montre comment la municipalité sort de ce dilemme en choisissant une position située en dehors de l’échelle chromatique et hiérarchique qui conduit du vermeil au brun : les officiers du roi (le bailli de Rouen, le lieutenant général, l’avocat et le procureur du roi au bailliage) et les six conseillers de la ville porteront une robe de satin violet et les bourgeois (c’est-à-dire les autres membres des « vingt-quatre » et les notables) des robes d’écarlate brune. L’écart avec la bourgeoisie est maintenu, une égalité ambiguë s’est établie avec certains officiers royaux.

35Cette discussion montre la recherche de repères dans la représentation de soi et révèle les stratégies de positionnement à l’intérieur du milieu des élites. Le mouvement des conseillers de la ville hésite entre la prétention (« oser » le rouge, se mettre sur un pied d’égalité avec le groupe supérieur), l’intériorisation de leur situation inférieure (ne pas oser se vêtir de rouge) et le choix d’une position intermédiaire mal définie (« entre deux couleurs ») qui exprime bien leur malaise et le sentiment de l’ambiguïté de leur position.

  • 61 Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, op. cit., t. IV, p. 534 (24-04-1558).
  • 62 É.-C. BENETON DE MORANGE, Traité des marques..., op. cit., p. 340 (souligné par nous). Cependant, (...)
  • 63 En 1619, cité par É. -C. BENETON DE MORANGE, Traité des marques..., op. cit., p. 197.
  • 64 Id., p. 202-203.

36Cette lutte de classement, qui met en jeu la reconnaissance sociale de chaque groupe dans l’univers urbain — et symboliquement a pour but de signifier son pouvoir —, se situe à l’intérieur du groupe dominant ; l’enjeu en est le principe de domination : le roi d’un côté, la ville de l’autre. Peut-on oser, même sur le plan symbolique, la rivalité de l’autorité du roi avec celle de la ville ? Dans l’ensemble, la réponse est négative. Plusieurs argumentations développées pendant les délibérations montrent même, comme on l’a vu à Rouen, un sentiment d’infériorité exprimé, dès le début du xvie siècle, par les échevinages. C’est de façon analogue qu’un greffier de l’hôtel de ville de Paris explique rétrospectivement le choix, au tout début du xvie siècle, du mi-parti rouge/tanné : le tanné est la couleur « la plus honneste, avec l’escarlate »61. Cette notion de convenance entre un état social et une couleur de livrée est reprise plus précisément, un siècle plus tard, par Beneton de Morange : « l’échevinage de Paris a changé sa livrée, et a joint à la couleur qui désigne le magistrat [le rouge], celle appelée tannée, qui dans un éclat au-dessous de la rouge, convient à la prud’hommie bourgeoise. »62 Ce mi-parti de l’échevinage parisien, lorsqu’il n’est pas réduit à la simple expression conventionnelle de « robes rouges » qui désigne l’habit cérémoniel, est en effet décrit comme une juxtaposition de deux tons de rouge, l’un moins éclatant que l’autre. Les robes sont « de velours mi-parties de deux cramoisis, l’un rouge et l’autre tanné »63, mais cette dernière teinte elle-même est hiérarchiquement nuancée : le tanné du prévôt des marchands est « moins brun que celui des échevins »64, c’est-à-dire plus rouge — c’est un « cramoisi tanné », celui des échevins étant un « tanné brun ». La municipalité parisienne s’est donc située « en dessous » du parlement, dans une gradation décroissante de tons allant du rouge au brun.

37À travers ces négociations sur la couleur se construit la signification politique latente dans le cérémonial. En ne se sentant pas dignes du rouge, ces échevinages reconnaissent la supériorité des cours de justice, et donc celle du principe royal d’autorité. En choisissant des couleurs associées (le rouge en mi-parti), superposées (telle la robe noire ouverte sur un pourpoint rouge), ou « décalées » (comme le violet), ils soulignent aussi leur position intermédiaire dans l’espace social des élites.

  • 65 Elles ont été publiées par T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t. 1, p. 788-798 (1530 « avant (...)

38À la différence des conflits de préséance dans le cortège, les affrontements liés aux costumes ne peuvent être résolus par un coup de force pendant le déroulement même de la cérémonie. Le choix des étoffes fait au contraire nécessairement l’objet d’arbitrages préalables, dans les semaines et même les mois qui précèdent. Ces longues négociations se déroulent au conseil de ville, en présence du représentant du souverain. Ainsi, pour l’entrée de la reine Éléonore dans la capitale en 1531, les discussions durent quatre mois65 et nécessitent une série de réunions à l’hôtel de ville, entre les représentants du corps de ville et celui du roi, le gouverneur de Paris. Elles montrent les proportions relatives de dépendance, mais aussi d’autonomie, voire encore, à cette date, de résistance du corps de ville, dans les décisions finales.

  • 66 Ibid., p. 797.

39Dès l’automne 1530, le corps municipal avait demandé à chacun de ses trois sous-groupes (prévôt des marchands et échevins, conseillers, quarteniers) de s’assembler pour délibérer sur le choix de leurs habits. Le gouverneur de Paris intervient début décembre et « fait commandement » à chacun des trois groupes de s’habiller, les premiers en mi-partie, et les deux autres en satin tanné. Si la robe mi-partie des échevins fait l’objet d’un consensus, il en va tout autrement de celle des conseillers et quarteniers, qui résistent fermement : les quarteniers répondent qu’ils ont délibéré de porter des « robes de drap noir fin doublées de veloux avec pourpoint de satin cramoisi vermeil », et les conseillers ont décidé au contraire « qu’ils seront vestus seulement de leurs meilleurs habillements ». Les quarteniers argumentent auprès du représentant du roi qu’ils désirent porter ces habits somptueux, « nonobstant que ce ne soit leur estat [...] en considération de ce que ladite Dame aprésent Reine a esté cause du bon traitement de Messeigneurs les enfans du Roy estans captifs és pays d’Espagne, et aussi qu’elle est cause de la paix ». Le gouverneur néanmoins réitère ses ordres le 13 décembre et d’autres réunions se succèdent, en janvier et début mars. Finalement, le jour de l’entrée, le 16 mars 1531, le cortège montre que les conseillers n’ont pas obtempéré : ils sont en satin noir et non en tanné. Seuls les quarteniers se sont soumis et se sont résignés au tanné, ressemblant en cela aux groupes qui suivent dans le cortège (les corps de marchands) parmi lesquels cette couleur domine66.

  • 67 S. BERTOLDI, « Les entrées des rois... », op. cit., p. 309-310.
  • 68 En 1549 à Paris, le Châtelet invente même de faux commandements du roi concernant la couleur à por (...)

40Les conseillers de Paris ont donc réussi à se distinguer des groupes inférieurs, malgré l’insistance des ordres royaux. Cet exemple montre, du moins pour le xvie siècle, une certaine part de liberté des villes, qui se joue dans ces rapports de forces entre la représentation que chaque groupe veut donner de lui-même, et celle qui lui est imposée par les groupes dominants et le pouvoir royal. Cependant, il est clair que, dès le début de l’époque moderne, c’est le roi qui est l’arbitre de ces affrontements. L’intervention du représentant du souverain dans les préparatifs des entrées est constant, même dans les villes de province. Dès 1486 à Angers, le gouverneur de la ville assiste aux assemblées préparatoires à l’hôtel de ville et décide des points essentiels de la cérémonie67. C’est au roi que les différents corps antagonistes font appel lorsqu’ils s’affrontent sur ces questions de costumes ou de préséances68, comme à l’arbitre symbolique de la hiérarchie sociale. Le roi accepte ou refuse, et il y a alors discordance, ou non, entre la représentation proposée et celle qui est acceptée.

  • 69 T.GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 790.
  • 70 J. CHENU, Oeuvres, 1635, t. 2, 3e partie, chap. 75 : « De la préséance entre officiers royaux et é (...)
  • 71 En 1531 à Paris : « Aux Quarteniers a esté fait commandement [par le roi], qu’ils soient tous habi (...)
  • 72 Ibid., p. 987 (délibération du 05-10-1620 à Paris).

41Le roi est maître du système de classement de la société. Sa seule volonté peut changer la tradition : « ce qu’il leur en a dit ç’a esté par le commandement du Roy exprés [...] bien que [cette couleur] n’aye esté accoustumée par cy-devant », affirme le gouverneur de la capitale en 153169. Par lettres patentes de 1559, le souverain donne à ses officiers des présidiaux (nouvellement créés en 1552) la préséance sur tous les membres des municipalités70. Cette décision royale marque une étape décisive dans les luttes de classement que se livrent les patriciats urbains. Elle correspond à l’évolution chromatique observée dans les cortèges, à l’intérieur desquels les échevins, dans une éclatante égalité écarlate avec les officiers royaux au début du xvie siècle (ainsi à Paris, Lyon, Angers), reculent peu à peu dans la seconde moitié du siècle, devenant plus « obscurs », en noir, violet, mi-parti. De plus, au xviie siècle, les rapports entre les municipalités et l’autorité royale sont devenus très différents, comme le montre le changement de ton des concertations pendant les préparatifs des entrées. Les manifestations d’indépendance, voire les insolences du xvie siècle71 ont laissé la place, en 1620, à des protestations d’obéissance absolue : « Si sa Maiesté trouvoit bon que l’on allast au devant d’elle en robbes rouges [...], il seroit bien à propos : toutesfois nous attendrons la volonté de sa Maiesté [...] à laquelle nous obeyrons, & nous conformerons entierement. »72

  • 73 Au bord de la falaise : l’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris, Albin Michel, 1998, p. (...)

42Les choix de ces couleurs cérémonielles sont donc, sous l’Ancien Régime, au croisement des évolutions politique, sociale et culturelle : en elles se nouent étroitement, selon la formule de Roger Chartier, « les formes de la domination, la construction des identités sociales et les pratiques culturelles »73

Épilogue : la fin de la distinction

43Le temps de l’Ancien Régime est celui d’incessants changements, d’adaptations constantes mais jouant toujours à l’intérieur d’un même système de valeurs : celui des luttes de représentation. Les événements de 1789 marquent à cet égard une rupture absolue.

  • 74 L M. BRYANT a montré, dans son analyse de cette « entrée », comment le rituel de 1789 établissait (...)
  • 75 Mémoires de J.-S. BAILLY, cité dans J. GODECHOT, 14 juillet 1789 : la prise de la Bastille, Paris, (...)
  • 76 Bailly, qui est un savant, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie française, fait ici (...)

44Le 17 juillet 1789, trois jours après la prise de la Bastille, le nouveau maire élu de Paris — Bailly — accueille Louis XVI, qui vient de Versailles, à l’hôtel de ville. Cette cérémonie peut être comparée aux entrées traditionnelles car, point par point, ce face à face entre la ville et le roi traduit un renversement ou une subversion des anciens rituels74. Dans ce cérémonial politique inédit, le vêtement du nouveau maire signifie la rupture symbolique, autant que son attitude (il refuse de parler au roi à genoux) : en effet, Bailly dédaigne de porter l’habit de cérémonie du prévôt des marchands. Dans ses Mémoires, évoquant le port de cette robe, il écrit : « Rien n’était plus ridicule que cette prétention. »75 C’est donc la fin de ces stratégies de prétention de la municipalité et de cette forme de théâtralisation de la vie sociale. Bailly rompt le jeu en déclarant ce costume cérémoniel « prétentieux » et en refusant de voir en lui le symbole de l’honneur de la ville et l’instrument de son pouvoir. Il repousse toute complicité, toute collaboration avec les valeurs cérémonielles, c’est-à-dire profondément, politiques, sociales et culturelles, de l’ancienne municipalité76.

  • 77 Ibid., p. 414-415.
  • 78 Procès-verbal des séances et délibérations de l’assemblée générale des électeurs de Paris (26 avri (...)

45En renonçant à ce costume, le maire de la capitale refuse en outre d’apparaître comme un membre du patriciat : « J’ai pensé, écrit-il, que le premier officier de la plus grande ville du monde devait être simple dans ses mœurs et dans sa personne, comme magistrat du peuple. »77 Les échevins ayant réclamé le droit de se présenter au roi « avec les robes municipales qui étaient de velours », il leur fut répondu « que le comité municipal était le maître de s’honorer d’une telle distinction, s’il n’y voyait aucun danger »78 : les nouvelles idées révolutionnaires rendent les livrées de distinction suspectes. Il ne s’agit plus, dès lors, d’imposer une représentation de soi associée à une condition supérieure, ou de chercher à modifier les positions dans le classement traditionnel au sein de l’univers social urbain ; c’est le système même de classement qui est en train de changer. Ce jour-là, un pouvoir fondamental échappe donc au roi : celui de la maîtrise de la compétition entre les groupes et de la définition du principe classificatoire de la société. Avec la robe rutilante des patriciats municipaux, c’est symboliquement l’un des principes mêmes de l’Ancien Régime qui disparaît.

  • 79 Mémoires de J.-S. BAILLY, cité dans J. GODECHOT, 14 juillet..., op. cit., p. 418. « Je ne savais p (...)

46L’ordre ancien est vraiment renversé lorsque Bailly offre à Louis XVI la cocarde tricolore (« Sire, j’ai l’honneur d’offrir à Votre Majesté le signe distinctif des Français. »79) et que le souverain la met à son chapeau. La subversion du rituel d’entrée est alors totale : à travers son maire, le peuple fait porter ses couleurs au roi.

Notes

1 P. C.-F. MENESTRIER, Histoire civile ou consulaire de la ville de Lyon..., Lyon, 1696, p. 537.

2 É.-C. BENETON DE MORANGE DE PEYRINS, Traité des marques nationales..., Paris, 1739, p. 204.

3 S. MOUYSSET, « Rouge et noire, la robe fait le consul : l’exemple de Rodez aux xvie et xviie siècles », dans Regards sur les sociétés modernes, xvie-xviiie siècle, Mélanges offerts à Claude Petitfrère, Tours, Publication de l’université de Tours, CEHVI, 1997, p. 123-132.

4 Cf. les analyses de P. BOURDIEU, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éd. de Minuit, 1979.

5 Sur l’utilisation de cette source pour l’étude des couleurs, C. LACOSTE, Étoffes et couleurs : les costumes dans les entrées royales françaises de la Renaissance jusqu’au milieu du xviie siècle, mémoire de maîtrise dactylographié, université François-Rabelais de Tours, 1993.

6 Angers, Avignon, Bayonne, Bordeaux, Caen, Bourg-en-Bresse, Dijon, Grenoble, Mâcon, Lyon, Marseille, Narbonne, Orléans, Paris, Poitiers, Reims, Rodez, Rouen, Toulon, Toulouse, Tours, Troyes.

7 Échevins, syndics, consuls, capitouls, jurats... selon le cas.

8 Le tanné est la « couleur que les tanneurs donnent aux cuirs » (Dictionnaire étymologique de la langue française de MÉNAGE, éd. de 1750). Les dictionnaires du xviie siècle (FURETIÈRE et RICHELET) le définissent tous deux comme la « couleur qui ressemble au tan ou à la chataigne, qui est un espece de roux fort brun ».

9 Par analogie avec l’héraldique, ce terme caractérise un vêtement composé de deux moitiés de couleurs différentes : dans le cas des livrées échevinales, la division est toujours verticale.

10 Les étoffes sont variées : velours, satin, drap..., mais la couleur n’est pas liée à la qualité du tissu. Ainsi le velours peut-il être aussi bien rouge ou noir que violet ou tanné.

11 Le très ample vêtement de dessus des magistrats de Bordeaux est d’ailleurs appelé tantôt manteau (1530), tantôt robe (1565).

12 Le vêtement porté sous la robe est souvent un saye, dont A. DUCHESNE écrit qu’il s’agit de « longues cotes que nous appelons maintenant soutanes » (Les Antiquitez et recherches de la grandeur et majesté des roys de France [...], Paris, 1609, p. 353). Il est parfois associé à un pourpoint, comme à Lyon en 1533 et 1548 : « Messieurs les conseilliers & Eschevins de la Ville vestus de robes de satin noir, sayes de velours, pourpoints de satin cramoisy. » (T. GODEFROY, Le cérémonial françois contenant les cérémonies observées en France [...], Paris, 1649, t. 1, p. 806 et p. 834-835.)

13 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t. 1, p. 1002.

14 Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. XVII (1616-1620), Histoire générale de Paris, Paris, 1952, p. 229. À Rodez, Sylvie MOUYSSET a aussi montré que les consuls du début du xviie siècle suivent la mode (op. cit., p. 126-127), tout comme les maires de Bourgogne du xviiie siècle étudiés par C. LAMARRE (Petites villes et fait urbain en France au xviiie siècle : le cas bourguignon, Dijon, EUD, 1993, p. 434) : ces derniers réclament des robes « conformes à la mode et au goût actuel ».

15 T. GODEFROY, Le cérémonial..., ορ. cit., t.1, p. 973.

16 Comte A. de COËTLOGON, Les armoiries de la ville de Paris, t.1, Histoire générale de la ville de Paris, 1874, p. 326.

17 Cf. en couverture le portrait de Benoist de la Grandière ; autres exemples à Angers en 1518 (robe d’écarlate doublée de velours noir : S. BERTOLDI, « Les entrées des rois et des enfants de France à Angers de 1424 à 1598 », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1993, p. 306-331 — je remercie très amicalement Mme Brigitte Maillard de m’avoir communiqué ce document) ; à Reims en 1547 (robe de demy graine violet doublée de satin noir : « L’entrée du roi très chrétien Henri II dans la ville de Reims », document communiqué par H. KRAFFT, Travaux de l’Académie de Reims, Reims, 1913, t. 132, p. 2, et T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t. 1, p. 305).

18 La superposition de deux vêtements de couleur « plaine » (terme utilisé pour désigner un textile uni, par analogie avec l’héraldique — un écu plain étant un écu d’un seul émail) a une signification différente de celle d’un costume mi-parti, même si l’oeil du spectateur, parcourant l’ensemble du cortège, ne retenait sans doute dans les deux cas qu’une juxtaposition de couleurs.

19 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 901.

20 Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. IV, Histoire générale de Paris, Paris, 1888, p. 534.

21 Entrée du duc de Bourgogne en 1701, citée par G. SABATER, « Solis avi speculum », Mélanges offerts à B. Bonnin, Presses universitaires de Grenoble, 1996, p. 121. L’amarante est un rouge très vif (RICHELET, Dictionnaire français, 1680).

22 Comte A. de COËTLOGON, Les armoiries de la ville de Paris, op. cit., t.1, p. 203-213.

23 Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, op. cit., t. I (1499-1526), Paris, 1883, p. 64 et T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 687 et 692.

24 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 208 et 238.

25 id., t. 2, p. 266.

26 Registre des délibérations du bureau de la ville de Paris, op. cit., t.1, p. 221.

27 Les mentions du port des couleurs rouge/pers par les échevins renvoient à des événements de l’époque d’Étienne Marcel (donc antérieurs aux armoiries de gueules et d’azur) et à la première moitié du xve siècle (entrées de 1431 et 1437) : cf. Comte A. de COËTLOGON, Les armoiries de la ville de Paris, op. cit., t. 1, p. 207-208 et B. GUENÉE, F. LEHOUX, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, CNRS, 1968, p. 63 et 76.

28 La magnificque Entrée du reverendissime [...] legat de la ville et cité d’Avignon [...], Avignon, 1553, p. biiij v°.

29 M. PASTOUREAU donne, dans son Traité d’héraldique (3e éd., 1997, p. 117), des chiffres globaux pour la France médiévale et dans Figures de l’héraldique (Paris, Gallimard, « coll. Découvertes », 1996, p. 83) une synthèse sur les armoiries du xviie siècle, nobles et roturières. Mais aucune étude spécifique n’a été faite jusqu’à présent sur les couleurs des armoiries des villes de l’époque moderne.

30 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 895 et 1002.

31 S. MOUYSSET, « Rouge et noire... », op. cit., p. 130.

32 Mercure galant,janvier 1701, p. 270. Les robes sont alors de satin et non de damas.

33 Les Entrées de Éléonore d’Autriche, reine de France et du Dauphin fils de François Ier dans la ville de Rouen, au mois de février 1531, réimprimé d’après un opuscule [...] et accompagné de préliminaires historiques, par A. POTTIER, Rouen, 1866.

34 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t. 1, p. 806. Même changement dans des teintes proches pour le prévôt des marchands à Paris en 1549.

35 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 968-969.

36 Id., t.1, p. 985-986.

37 Relation des entrées solennelles dans la ville de Lyon [...] imprimée par Messieurs du consulat, Lyon, 1752, p. 176. Mêmes remarques en 1619 et 1642.

38 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 974-975.

39 Mêmes changements de robes pour les visites consécutives aux entrées : en 1622, les consuls lyonnais vont en livrée, le lendemain de l’entrée, complimenter la reine mère dans son logis. Après la réponse de la reine, « le Consulat s’étant levé [est] sorti de la chambre de ladite Dame Reyne [...], ils ont esté poser leurs robes ; et étant aussi rentrez en particulier dans ladite chambre, ils auroient vu et entendu les compliments des autres corps » (Relation des entrées solennelles dans la ville de Lyon..., op. cit., p. 147-148). Les mêmes consuls lyonnais accueillent en 1663 la nouvelle épouse du duc de Savoie en robe de cérémonie à la porte de la ville ; puis, « ayant quitté leurs robes [...] seroient allez au Gouvernement, où ils auraient fait à Madame la comtesse d’Armagnac qui y était logée, les compliments dûs » (Ibid., p. 230).

40 La Magnificque et Triumphante entree de la noble ville et cité d’Orleans, faicte au treschrestien Roy de France [...] le iiij. Iour d’Aoust. M.D.L.I., Paris, J. Dallier, 1551, p. C.

41 Dans les cortèges, l’ordre hiérarchique des étoffes est en général le suivant : velours, satin, damas, taffetas, drap.

42 Cité par S. BERTOLDI, « Les entrées des rois... », op. cit., p. 323.

43 S. BERTOLDI, « Les entrées des rois... », op. cit., p. 324. À Paris en 1619, « les robes [de deux des échevins] étant longues, d’aultant qu’ils sont de judicature, et celle [des deux autres] courtes, comme estants marchans » (Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, op. cit., t. XVII, p. 227). En règle générale, les échevins défilent avec le corps de ville, même lorsqu’ils sont également membres d’un autre corps (de justice par exemple).

44 Lentree de la Reyne et de Messieurs les enfans de France [...] en la ville et cite de bourdeaulx a grans honneur el triumphe. Le xxvij de Juillet (s. l., 1530) ; T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t. 1, p. 910, 974, 1023.

45 L M. BRYANT, The king and the city in the parisian royal entry ceremony : politics, rituals and art in the Renaissance, Genève, Droz (coll. « Travaux d’humanisme et de Renaissance », n° CCXVI), 1986, p. 84-90.

46 S. BERTOLDI, « Les entrées des rois... », op. cit., p. 323-324.

47 L’Entrée du roi Louis XII et de la reine à Rouen, 1508, précédée d’une introduction par P. Le Verdier, Rouen (Société des bibliophiles normands, 62), 1900.

48 C LACOSTE, Étoffes et couleurs..., op. cit., p. 19 : 28 % des mentions concernent le rouge et 26 % le noir.

49 Id., p. 25 et 62.

50 É.-C. BENETON DE MORANGE, Traité des marques..., ορ. cit., p. 200.

51 B. GUENÉE et F. LEHOUX (Les entrées royales françaises..., op. cit., p. 11-12) notent qu’au début de cette coutume au xive siècle, les robes varient d’une entrée à l’autre. La même analyse est valable pour le xve siècle.

52 B. GUENÉE, F. LEHOUX, Les entrées royales..., op. cit. (entrée de 1476) ; G. GUIGUE, L’Entrée de François Ier, roy de France, en la cité de Lyon, le 12 juillet 1515, Lyon, 1899, p. 62 (entrées de 1507 et 1515) ; T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t. 1, p. 806 (entrée de 1533) ; Relation des entrées solennelles dans la ville de Lyon..., op. cit., p. 30, 82, 109 (entrées de 1548, 1564, 1595 et suivantes).

53 T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 790.

54 Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, op. cit., t. IV, 1888, p. 534 (24-04-1558).

55 Id., p. 535.

56 G. GUIGUE, L’Entrée de François Ier [...] en 1515, op. cit., p. 62. Même attitude à Rouen en 1517 : cf. l’introduction à L’Entrée de François Ier [...] dans la ville de Rouen, au mois d’août 1517, réimprimé d’après deux opuscules [...] et précédé d’une introduction par Charles de Robillard de Beaurepaire, Rouen, 1867.

57 L’Entrée du roi Louis XII et de la reine à Rouen, 1508, précédée..., ορ. Cit.

58 Ibid., publiée par P. LE VERDIER, p. XVII et XVIII.

59 Le terme d’écarlate est ici pris au sens de drap de luxe (et donc signifie une qualité de tissu), puisque la discussion porte sur la nuance de la teinture de ce drap. Sur la polysémie de ce terme, cf. une des dernières mises au point de M. PASTOUREAU, Jésus chez le teinturier : couleurs et teintures dans l’Occident médiéval, Paris, Le Léopard d’Or, 1997, p. 131.

60 « La couleur nommée joue un rôle toujours plus important que la couleur perçue car elle est chargée d’un pouvoir sémantique, symbolique, affectif ou onirique beaucoup plus fort », écrit M. PASTOUREAU dans sa préface au récent dictionnaire d’A. MOLLARD-DESFOUR (Le dictionnaire des mots et expressions de couleur : le bleu, Paris, CNRS, 1998), p. 11.

61 Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, op. cit., t. IV, p. 534 (24-04-1558).

62 É.-C. BENETON DE MORANGE, Traité des marques..., op. cit., p. 340 (souligné par nous). Cependant, il fixe mal la date de ce changement (p. 195), confondant l’abandon (très antérieur) du rouge/bleu avec l’adoption, au milieu du xvie siècle par le prévôt des marchands Guyot des Charmeaux (élu en 1548 et renouvelé en 1550), du collet renversé à la place du collet droit, pour se distinguer des clercs des confréries.

63 En 1619, cité par É. -C. BENETON DE MORANGE, Traité des marques..., op. cit., p. 197.

64 Id., p. 202-203.

65 Elles ont été publiées par T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t. 1, p. 788-798 (1530 « avant Pasques » en ancien style).

66 Ibid., p. 797.

67 S. BERTOLDI, « Les entrées des rois... », op. cit., p. 309-310.

68 En 1549 à Paris, le Châtelet invente même de faux commandements du roi concernant la couleur à porter, pour l’emporter sur la compagnie rivale : Théodore GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 887.

69 T.GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 790.

70 J. CHENU, Oeuvres, 1635, t. 2, 3e partie, chap. 75 : « De la préséance entre officiers royaux et échevins », p. 539-540.

71 En 1531 à Paris : « Aux Quarteniers a esté fait commandement [par le roi], qu’ils soient tous habillez de satin tanné [...] ; lesquels Quarteniers ont fait réponse en la presence de mondit sieur le Gouverneur [qu’ils] s’estoient assemblez, lesquels avoient conclu & deliberé de eux trouver en leurs bons habits [...]. Et par mondit sieur le Gouverneur a esté demandé à Iean Turquam portant la parole pour lesdits Quarteniers, comme le plus ancien, qu’il declarast quels habillemens ils entendaient porter ; lequel Turquam a dit [...] qu’iceux Quarteniers s’habilleront tous de robbes de drap noir [...] avec pourpoints de satin cramoisy vermeil [...] ; sur ce ledit Gouverneur a dit, qu’il falloit qu’ils fussent tous vestus de satin tanné ; a dit ledit Turquam qu’il n’avoit aucune charge de ses compagnons Quarteniers, mais que volontiers leur en feroit le recit. » Mêmes répliques de la part des conseillers (T. GODEFROY, Le cérémonial..., op. cit., t.1, p. 788-789).

72 Ibid., p. 987 (délibération du 05-10-1620 à Paris).

73 Au bord de la falaise : l’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris, Albin Michel, 1998, p. 26.

74 L M. BRYANT a montré, dans son analyse de cette « entrée », comment le rituel de 1789 établissait clairement que l’ordre ancien était renversé : Bailly joue, par exemple, le rôle du chancelier (The king and the city..., op. cit., p. 219-224).

75 Mémoires de J.-S. BAILLY, cité dans J. GODECHOT, 14 juillet 1789 : la prise de la Bastille, Paris, Gallimard, 1965, p. 415.

76 Bailly, qui est un savant, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie française, fait ici « le barbare », au sens que P. BOURDIEU donne à ce terme : « La barbarie, c’est de demander à quoi sert la culture. » (La distinction..., op. cit., p. 279.) De même que le port de la robe, Bailly remet en cause l’intérêt et le sens du rituel de remise des clés : « Je demandai ce que le roi en ferait quand je les lui aurais remises. – Il vous les rendra. – Et moi ? – Vous les garderez. – Croyez-vous que je porterai ces clefs, grosses et lourdes tout le long de la marche ? je les jetterai au premier coin. » (cité dans J. GODECHOT, 14 juillet 1789..., op. cit., p. 415.)

77 Ibid., p. 414-415.

78 Procès-verbal des séances et délibérations de l’assemblée générale des électeurs de Paris (26 avril-30 juillet 1789), par M. BAILLY et M. DUVEYRIER, t. 2, Paris, 1790, p. 80 (souligné par nous).

79 Mémoires de J.-S. BAILLY, cité dans J. GODECHOT, 14 juillet..., op. cit., p. 418. « Je ne savais pas trop comment le roi prendrait la chose, et s’il n’y avait pas quelque inconvenance à cette proposition », note Bailly.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540