Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Le patriciat en représentation, représentation du patriciat

Le patriciat en représentation : « archéologie du bâti » de maisons patriciennes à Lyon et Strasbourg à la fin du Moyen Âge

Catherine Arlaud, Joëlle Burnouf et Jean Maire

Texte intégral

  • 1 Nouvelles de l’Archéologie, n° 53-54, 1993, 69 pages. Dossier sur L’archéologie du bâti réuni sous (...)

1Le développement de l’archéologie du bâti civil urbain depuis la fin des années 1980, a apporté un profond renouvellement non seulement des connaissances, sur la maison de ville, mais aussi des méthodes d’étude des bâtiments conservés en élévation. Leur application depuis plus de quinze ans a permis de reconsidérer complètement la construction en ville. Ces méthodes ont été exposées à diverses reprises1.

2L’étude de ces « maisons » a permis d’étudier les questions du choix topographique de l’implantation des bâtiments, la construction elle-même dans ses caractéristiques techniques et architecturales, les matériaux et leur mise en œuvre dans le rapport au territoire d’approvisionnement des sociétés et à l’innovation technique, les « manières d’habiter » et le confort, la fonction de représentation. Ces méthodes permettent de poser de manière concrète la question du passage de la maison à l’hôtel, de l’usage mixte privé et public de certains espaces et du rôle pionnier de l’habitat civil dans l’innovation technique et décorative par rapport aux « grands édifices publics ». Ces études archéologiques introduisent à une histoire des lieux de vie, des lieux de représentation des élites urbaines au Moyen Âge.

L’archéologie du bâti civil urbain : un profond renouvellement des connaissances depuis dix ans2

  • 2 F. JOURNOT, chapitre « L’archéologie du bâti », dans La construction en pierre, Paris, Errance, co (...)

3L’archéologie du bâti a déjà une histoire. Les archéologues qui la pratiquent appartiennent à une « famille » intellectuelle au sein de la discipline : ces familles ont une histoire, elles ont un itinéraire de formation, et des pratiques qui ont évolué depuis deux siècles. Elle représente aussi, en quelque sorte, un moment d’une réflexion épistémologique sur la recherche en archéologie de la construction que racontent, à travers des exemples sélectionnés et illustrés, les auteurs, dans cette étude des bâtiments ordinaires qui constituent la majeure partie des centres urbains.

4La plus ancienne, qui fut aussi la plus prestigieuse, s’appelait à ses débuts (tout début xvie et surtout xviie et xviiie) l’archéologie classique ; elle fut bientôt accompagnée, dans le cadre des Antiquités nationales et du regain d’intérêt pour le Moyen Âge, par l’archéologie monumentale (archéologie des grands monuments surtout religieux, parfois civils, à partir du deuxième quart du xixe siècle) ; la dernière née, à la fin des années 1980, porte modestement le nom d’archéologie du bâti : d’aucuns préfèrent dire archéologie « des élévations ». Elle est née des opérations d’archéologie préventive dans les centres urbains et, en particulier, lors des opérations de rénovation des immeubles dans les centres anciens protégés. Elle s’est aussitôt distinguée de l’archéologie monumentale dans les méthodes d’études employées.

5La méthode, construite de manière à la fois logique et chronologique, du particulier au général, de l’élément le plus simple à l’ensemble de la construction, de l’unité au tout, permet en quatre approches l’étude des constructions : l’archéologie des matériaux de construction, de leurs techniques de mise en œuvre, des aménagements intérieurs et extérieurs, de l’étude des espaces en trois dimensions.

6L’archéologie des matériaux de construction, entraîne de la carrière au chantier dans l’observation de l’objet, la pierre, le bois et l’argile, de la manière dont les ouvriers travaillent et les outils qu’ils utilisent, comment ils optimisent les conditions naturelles, le choix du matériau, les astuces de l’exploitation, l’ingéniosité de la mise en œuvre et du traitement, de la source, de la matière première au bâtiment. À chaque étape sont soulignés les effets sociaux induits de ces travaux et les informations précieuses dont ils sont porteurs en terme d’histoire, tant en ce qui concerne le « métier » que les commanditaires ou la société.

7L’archéologie des techniques de construction, conduit « du projet au chantier ». Pour chaque étape de cet artisanat qui fait de chaque objet construit, un objet unique, sont étudiés outre les techniques, les contraintes qui ont déterminé l’un ou l’autre des choix des constructeurs : maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre. À partir des dessins, maquettes et épures de chantier, il est possible de connaître quel fut le projet, à partir du bâtiment de comprendre si et dans quelle mesure il fut réalisé, avec quels moyens techniques (approvisionnement en matériaux, transport, moyens de levage et de manutention) et comment les constructeurs ont su adapter leur travail au milieu (modifications de la topographie du site, techniques de fondations). L’étude des élévations introduit non seulement à la connaissance de la construction, des fondations aux toitures, mais aussi à l’intelligence de l’espace, des circulations, des ouvertures, du rapport des vides et des pleins dans le bâti.

8Pour le Moyen Âge, entendu au sens large, l’historiographie de la question est importante et la documentation disponible, qui devient de plus en plus abondante, introduit à une réflexion sur la transmission des savoirs et des savoir-faire : le chercheur ne part jamais de rien, il est l’héritier d’une histoire intellectuelle vivante, à observer les constructions médiévales depuis les fondations jusqu’aux toits, le chercheur est dans cette minutieuse visite incité à ne laisser de côté aucun élément : du module du matériau employé au type de matériau de couverture, qui induit des solutions techniques différentes en matière de soutènement ; de la technique de taille de la pierre au liant et au revêtement ; des modes de soutènement aux types d’ouverture, jusqu’aux traces, quelquefois si discrètes qu’elles ne sont étudiées que depuis peu, des matériaux associés à la construction : le bois et le métal, qui entrent dans des proportions variables selon la période, dans la construction. Cette étude permet de comprendre que la construction médiévale évolue sur le millénaire et ne saurait être comprise sous le seul angle des styles ou de l’esthétique ; elle montre aussi quelles diversités régionales doivent être prises en compte.

9« L’archéologie du bâti », permet d’analyser les constructions en appliquant au bâti en élévation les méthodes de l’étude des couches archéologiques et de leur enregistrement, mais surtout, à partir des données obtenues par cette méthode rigoureuse, il est possible de comprendre et d’interpréter l’ensemble dans « chacun de ses états ». Depuis la mise en œuvre de ces méthodes (un peu plus de dix ans), il est possible de connaître dans un bâtiment donné, par état c’est-à-dire par moment d’utilisation, la distribution des espaces, les circulations entre eux, les éléments du confort, bref les « manières d’habiter » voir l’« art de vivre » dans ces constructions. Les moyens techniques nécessaires pour y parvenir vont de l’observation « non destructive » à l’analyse pierre à pierre, de la photographie aux systèmes d’informations géographiques. L’archéologie du bâti a fait ses preuves, elle a conduit à remettre en question nombre d’analyses et de datation d’édifices, et surtout elle a promu l’étude de constructions les plus modestes, en milieu rural comme en milieu urbain, et démontré que l’état actuel d’une construction, même la plus simple, est bien souvent le produit d’une histoire longue et complexe.

10Cette analyse rigoureuse est aussi une formidable ouverture à une réflexion sur les sociétés qui ont produit ces constructions, sur leur organisation, leur savoir-faire, leur capacité d’innovation technique, leurs moyens techniques et financiers, les solutions, les partis que ces sociétés ont adopté en fonction de leurs moyens et des contraintes qui leur étaient imposées, leur culture scientifique et technique. Elle donne à comprendre, à partir des sources mises en œuvre, que la conception linéaire du progrès est un leurre, que les savoirs se transmettent certes, mais qu’il peut aussi arriver qu’ils se perdent. Ces vestiges concrets des sociétés passées, ces objets matériels de la culture, ne renseignent pas seulement sur les pratiques, mais aussi sur les représentations, les idées, voire les idéaux de ces sociétés, et elles ne forment en aucun cas un bloc homogène : la construction a une histoire, riche, complexe et hors des idées toutes faites, c’est aussi ce que nous montrent les exemples analysés dans cet article. Chacun d’entre eux nous permet de mieux comprendre — c’est l’enjeu des recherches dans ces disciplines — à travers les vestiges matériels que sont les constructions, les hommes qui les ont fabriquées.

Exemples

11Quelques exemples représentatifs des méthodes et des résultats obtenus seront présentés ici : à Lyon, quatre exemples, situés dans les quartiers de la rive droite de la Saône et à Strasbourg deux exemples situés dans le quartier de la cathédrale.

12Les opérations d’archéologie du bâti ont été réalisées dans le cadre de la rénovation des immeubles du secteur sauvegardé de la rive droite de la Saône (quartiers Saint-Jean, Saint-Paul, Saint-Georges) de Lyon, et à Strasbourg dans le cadre de la réaffection et de la rénovation d’immeubles anciens du centre ville. Les études de ces maisons bénéficient d’un état de conservation excellent pour l’analyse archéologique et de sources documentaires très riches qui permettent, confrontées aux données archéologiques, d’en suivre l’histoire depuis au moins le xiiie ou le xive siècle. Pour la ville de Lyon, un plan scénographique daté des années 1560 et pour la ville de Strasbourg le plan Morant, daté de 1548, permettent en outre une approche de la topographie urbaine fort précieuse.

Lyon : quartier Saint-Paul, 21, rue Juiverie3

  • 3 C. ARLAUD, Étude de la parcelle 21 rue Juiverie, DFS inédit, 1986.
  • 4 C. ARLAUD, « Lyon : archéologie du bâti civil sur les deux rives de la Saône », Nouvelles de l’Arc (...)

13Cet immeuble est situé dans le quartier civil marchand de la rive droite de la Saône au pied de la colline de Fourvière, à l’est. L’étude archéologique du bâtiment a permis de mettre en évidence une maison antérieure du xive siècle : l’analyse archéologique des murs mitoyens avec les autres parcelles et l’étude complète des caves montrent qu’il existait des états antérieurs d’un bâtiment. Le niveau de cave actuel est le premier niveau, rez-de-chaussée, de la maison plus ancienne, enterré et transformé en cave, un escalier en vis a été retrouvé au milieu de la cave actuelle, un arc montre l’existence d’un niveau différent, l’escalier aboutit sur le bouchage d’une porte. La première construction s’inscrivait déjà dans un parcellaire en « touche de piano » : c’est-à-dire des parcelles de forme rectangulaire plus longues que larges, perpendiculaires à la rue, structure classique sur la rive droite de la Saône et déjà identifiée ailleurs aussi4 : les bâtiments se composent d’une « maison avant » (sur rue), d’une « maison arrière », au fond de la parcelle, et elle se compose de plusieurs niveaux, elle est dite dans ce cas, « haute et basse ».

14Lors de la campagne de travaux du début du xviie siècle les deux corps de la maison « avant » et « arrière » ont été reliés par des galeries en pierre desservies à chaque étage par un escalier en vis. Les façades sur cour et sur rue ont été refaites et un puits a été creusé dans la cour.

15Dans son état actuel le bâtiment a une façade classique et sans cette étude les états médiévaux antérieurs n’auraient pu être mis en évidence.

16L’enquête documentaire conduite dans les fonds des archives de Lyon et le fonds Pointer, ont permis de retrouver les premières traces des propriétaires au début du xive siècle. L’immeuble est mentionné pour la première fois en 1303, appartenant à Bernard de Varey, de métier inconnu. Il est successivement occupé par un clerc de notaire, un médecin puis un hôtelier. En 1630 il est racheté par Antoine Serre « qui le rebâtit » et restructure entièrement les bâtiments sur la parcelle.

Lyon : quartier Saint-Paul, 8, rue Juiverie5

  • 5 C. ARLAUD, Étude de la parcelle 8 rue Juiverie, DFS inédit, 1986.

17Cet immeuble est situé dans le même quartier que le précédent, quartier civil marchand, de la rive droite de la Saône, paroisse Saint-Paul.

18On ne sait rien de cette maison avant la documentation du début du xvie siècle par laquelle un certain Antoine Bullioud, peut-être fonctionnaire royal, charge en 1536, Philibert Delorme, architecte, de transformer l’édifice. En préalable à la campagne de travaux, au début xvie, le propriétaire a racheté les parcelles voisines et a rassemblé trois parcelles en une plus la partie arrière (qui donne sur la montée Saint-Barthélémy) : le troisième niveau de la maison arrière est le rez-de-rue sur la rue Saint-Barthélémy (très raide), la cave de cette maison arrière est au rez-de-chaussée du fond de la cour de la rue Juiverie : il y a trois ouvertures dans ce niveau et un puits qui ont constitué une contrainte pour l’architecte.

19Lors de la campagne de travaux du début du xvie siècle les deux corps de la maison « avant » et « arrière » ont été reliés par des galeries desservies à chaque étage par un escalier en vis. Les façades sur cour et sur rue ont été refaites. Les moyens du maître d’ouvrage, non négligeables puisqu’ils lui permettent de payer un architecte, mais pour une partie seulement des travaux, au nord de la parcelle, car au sud les travaux ont été réalisés plus simplement par des artisans locaux : les mêmes solutions ont été adoptées mais avec moins de panache, plus de simplicité. Le parcellaire en touche de piano, structure classique sur la rive droite de la Saône, a été regroupé et seul le bâti permet de retrouver le plan de répartition des édifices : « maison avant » (sur rue), « maison arrière » (au fond de la parcelle). Sur ces parcelles aussi l’analyse du bâti a permis de mettre au jour les états antérieurs des édifices avant leur restructuration foncière et architecturale. L’analyse archéologique a permis de démontrer que l’îlot n’avait pas été « rebâti » comme le laisse entendre la documentation écrite mais seulement réaménagé à partir et en tirant parti de la topographie accidentée de l’emplacement et des constructions antérieures, ainsi que mis au goût du jour avec une décoration des façades intérieures et extérieures par l’architecte Philibert Delorme.

Lyon : quartier Saint-Jean, 10 et 22, rue du Bœuf6

  • 6 C. ARLAUD, Une maison et son jeu de paume, 10 rue du Bœuf, analyse historique et architecturale, D (...)

20L’étude de cet immeuble a été entreprise dans les mêmes conditions que les précédents. Les édifices étudiés se situent dans le même secteur géographique au sud des précédents dans un quartier résidentiel du patriciat lyonnais médiéval.

  • 7 F. BONNEFOY, « Jeu de paume, Histoire », dans Galerie Nationale du Jeu de Paume, Paris, RMN, 1991.
  • 8 Ces immeubles où les vestiges des jeux de paumes ont été conservés et mis en valeur sont actuellem (...)

21La structure parcellaire est identique à celle qui a été décrite pour les immeubles précédents, mais plus que l’étude de l’ensemble des bâtiments ce que nous avons choisi de présenter ici sont les lieux, les salles où se pratiquait le jeu de « courte paume »7. Ces salles de sport se trouvaient au rez-de-chaussée sur rue des immeubles patriciens8.

22La structure du bâtiment est conçue pour la pratique de ce sport, en ville, en milieu clos. Ce sport se pratiquait aussi en plein air comme on peut le voir sur le plan scénographique de Lyon qui montre un « stade » au sud de la presqu’île au milieu du xvie siècle. Il s’agit d’une grande salle dont les dimensions sont de 30 mètres de longueur et de 10 mètres de largeur. Les murs latéraux sont soigneusement appareillés. Ils sont construits de dalles alternativement sur champ et debout (15 cm et 50 cm), les traces de l’auvent, appelé « toit », ont été retrouvées : il s’agit d’une galerie couverte accolée à un des murs latéraux, supportée par des piliers de bois et isolée du terrain par un muret. Le mur du fond est percé de deux ouvertures : une porte, pour aller ramasser les balles et la « lune », orifice où les joueurs cherchent à envoyer la balle (celui qui y parvient directement de volée, gagne 15 points).

23Les recherches documentaires ont permis de découvrir que six jeux de paumes (minimum) étaient attestés dans les sources écrites (mentionnés par les textes entre le XIIIe et le XVIe rue du Bœuf (aux nos 10, 13, 14, 15, 17, 22). Les deux salles étudiées sont attestées, pour le 22, rue du Bœuf entre 1493 et 1755 et pour le 10, rue du Bœuf entre 1522 et 1731. Ces salles de sport, conçues dès la construction de l’immeuble par le propriétaire n’étaient pas exploitées par lui mais louées à des maîtres paumiers.

24Ce sport, très réglementé, n’était pas un loisir aristocratique. Il était très largement pratiqué, pour autant qu’on le sache, mais les infrastructures étaient construites par des patriciens qui tiraient revenu de la location de la salle.

Lyon-Vaise : « Maisons des champs »9

  • 9 C. ARLAUD, M. ROLLAND, S. SAVAY-GUERRAZ, « Maison du Faisant » (55 rue Michel Berthet, Lyon-Vaise) (...)
  • 10 J. BURNOUF et al., Les fouilles du site de Gorge de Loup à Vaise, DFS, 1989.
  • 11 J. BURNOUF, « Le paléoenvironnement du site de Gorge de Loup (Lyon 9e) : les signes matériels de l (...)

25Il s’agit d’un édifice communément appelé « Maisons des champs », qui est connu en une douzaine d’exemplaires sur le territoire de l’agglomération urbaine actuelle de Lyon, à Saint-Cyr, La Cadière à Oullins, Vaise, sur les pentes de la colline de Fourvière : montée Saint-Barthélémy (arrière « Tour Rose »), Maison Gondi à Pierre Bénite. Ces édifices aujourd’hui insérés dans le tissu urbain, se trouvaient sur de grands espaces dont la maîtrise foncière appartenait aux élites urbaines qui possédaient par ailleurs une maison de ville. La « Maison du Faisant » se trouve au nord-ouest et au pied de la colline de Fourvière au débouché du vallon de Gorge de Loup. L’édifice se présente comme un grand corps de bâtiment avec galerie de façade au premier étage. L’analyse archéologique a permis d’identifier cinq phases de travaux sur ce bâtiment. Le premier état qui est conservé dans la partie orientale de la construction pourrait être contemporain de l’important atelier de traitement du minerai, fouillé à proximité10 en bordure du ruisseau de Gorge de Loup11. Le deuxième état correspond à une profonde restructuration de l’ensemble par adjonction au xvie siècle d’un autre corps. Cet agrandissement comporte dans la construction une grande quantité de matériaux recyclés provenant de la ville qui connaît à ce moment-là une grande activité de construction. La galerie de façade n’est pas comme on l’écrit trop souvent pour l’architecture lyonnaise une mise « à la mode italienne » mais une caractéristique de ces demeures « de campagne » de la région au sens large et on retrouve cette structure en Bresse et dans l’ensemble des campagnes autour de Lyon. Parmi toutes les maisons étudiées sur l’espace de l’agglomération lyonnaise, un seul édifice est assurément construit par une famille italienne à la manière des « campagnes » de leur pays c’est la « Maison Gondi » à Pierre Bénite. Ces « campagnes » formaient pour le patriciat lyonnais des résidences secondaires à proximité du centre urbain où ils avaient leurs hôtels.

Strasbourg : Droguerie du Serpent12

  • 12 J. MAIRE, M. D. WATON, M. WERLE, « Une maison de Musique à Strasbourg », Archéologia, n° 327, octo (...)
  • 13 Une copie de l’original, réalisé en 1548 par Conrad Morant, conservé à Nuremberg, est déposé au Mu (...)

26L’édifice est situé à l’intérieur du castrum, tout près et au nord de la cathédrale. Il est bien visible sur le document exceptionnel qu’est le Plan Morant daté de 154813. Il occupe le centre d’une grande parcelle en lanière irrégulière, grossièrement trapézoïdale. Tel qu’il a été conservé jusqu’aujourd’hui, il est dans la forme définitive de l’extrême fin du xiiie siècle : 1299-1300 (note : dates dendrochronologiques sur charpente Archéolabs : automne-hiver 1297-1298). C’est un grand bâtiment de plan rectangulaire : 15,60 m de longueur, 12,85 m de largeur. Il est conservé sur sept niveaux : un niveau de caves, un rez-de-chaussée surélevé, deux étages et trois niveaux de combles. Le rez-de-chaussée est un volume unique de 160 m2. La disposition architecturale de la fin du xiiie siècle est entièrement conservée : portes, baies à coussièges, cheminées, plafonds à solives (15 de 11,30 m de longueur) sur sablières, sur corbeaux et poutre médiane (14,40 m de longueur) sur deux poteaux axiaux en chêne (datation : 1299-1300). La pièce était éclairée par six fenêtres à coussièges et chauffée par une cheminée à colonnettes. Dans les embrasures des fenêtres ont été conservées des peintures du xive siècle représentant des musiciens, peints en taille réelle tenant des instruments de musique à la main et inscrits sous des arcades. Les autres exemples connus de ces représentations le sont en contexte religieux et les personnages sont nimbés représentant là des « anges musiciens » : dans l’église des Dominicains de Guebwiller, peintures vers 1330, dans l’église de Mutzig, vitraux du XIVe, dans l’église de Molsheim, vitrail du début du XIVe. L’originalité de ce décor, dans un habitat civil, tient à la taille des représentations et à l’absence de nimbe des personnages. Par ailleurs, dans l’angle nord-ouest du premier étage, a été mise au jour une rangée de cinq pots acoustiques, noyés dans la maçonnerie à 1,50 m du plancher sur les faces intérieures des murs et dans les ébrasements des fenêtres. Ils sont placés légèrement en oblique, avec l’ouverture à fleur de la paroi intérieure. Ce sont des céramiques de type « grise cannelée ». Le joint de scellement des pots est recouvert par les peintures murales ce qui permet d’affirmer que l’aménagement est contemporain de la construction et du décor. Jusqu’à cette découverte, les attestations de poteries acoustiques avaient seulement été mises en évidence dans des édifices religieux : à Strasbourg, dans le chœur de l’ancienne église des Dominicains, au Temple Neuf et étaient datées de la première moitié du xive siècle, dans la synagogue de Rouffach, datées de la fin du xiiie siècle.

27La recherche documentaire a permis de retrouver la trace des noms de la maison : du xiiie au xviiie elle porte le nom « Zu dem Schultheiss Walther », personnage connu de l’histoire de la ville qui était prévôt, fonctionnaire épiscopal vers 1218-1219. Il appartenait à la grande famille patricienne des Ripelin-Zorn, une des deux plus puissantes familles au plan politique, militaire et financier de la ville des xiiie-xive siècles. En revanche, les états antérieurs de l’édifice mis en évidence par l’étude du bâti et les fouilles sont bien identifiés par l’archéologie mais pas par la documentation écrite. Au xiie siècle il est fait mention d’une chapelle Saint-Jacques, construite dans sa maison par le Schultheiss Rodolphe de la famille Zorn, en 1189, puis par l’écuyer Jacques Zorn. La parcelle occupée par l’édifice antérieur est donc déjà dans le patrimoine foncier de cette famille et un grand bâtiment occupe cet espace. À la fin du xiiie siècle, en 1298, un incendie détruit en partie l’édifice. La reconstruction en est entreprise immédiatement si on se fie aux dates proposées par les analyses dendrochronologiques effectuées sur l’ensemble des bois conservés. Cette reconstruction est entreprise entre 1298 et 1300 sur les caves et le premier niveau de l’édifice précédent qui étaient bâtis en grès et en grès et briques. C’est en 1774 qu’est attesté pour la première fois le nom, encore porté par la maison : « au grand serpent » et son changement de fonction : la maison patricienne devient une droguerie. L’étude de cet édifice a permis d’approcher le patriciat strasbourgeois dans ses fonctions de représentation et d’apparat, qu’elles soient publiques ou privées : dans cette grande maison à corps unique, une grande salle était entièrement conçue dès la construction pour être un « salon de musique », un lieu de réunion, de réception, de loisir, réservé à la musique et sans doute aussi à la danse.

Strasbourg : anciens établissements Istra, 15, rue des Juifs14

  • 14 J. P. RIEB et al, « Un ensemble médiéval urbain exceptionnel rue des Juifs à Strasbourg », dans Ar (...)
  • 15 J. J. SCHWIEN, Strasbourg. Document d’Évaluation du Patrimoine Archéologique Urbain, Tours, CNAU, (...)

28L’immeuble est situé dans l’enceinte de l’ancien castrum, au nord-est de la cathédrale, à l’angle de la rue des Juifs et de la rue des Charpentiers actuelle15. L’histoire en est complexe mais seule nous occupera « la grande maison patricienne » construite à la fin du XIIIe (et remarquablement conservée jusqu’au xxe) et en particulier la période du milieu du xve siècle. La construction est située dans l’angle sud-ouest d’une très grande parcelle, les murs goutterreaux parallèles le long de la rue.

  • 16 L’analyse dendrochronologique d’échantillons a été effectuée sur les poutres du rez-de-chaussée, d (...)

29Le bâtiment a été construit autour de 129016. Le constructeur de cet imposant édifice est peut-être une grande famille juive qui l’occupe jusqu’en 1349. Après les événements de cette année leurs biens sont confisqués aux Juifs par la ville. L’immeuble est d’abord loué par la ville, puis vendu en 1392 à un drapier. À la fin du xive elle est propriété des Boecklin de Boecklinsau, famille dont Jean est stettmeister de Strasbourg entre 1450-1482, il est l’époux de Christine de Mullenheim et leur fils occupera la maison après eux.

30Le bâtiment étudié est un grand immeuble de plan rectangulaire de 23,7 mètres de long, 13 mètres de large, 26 mètres de haut. Il est constitué de six niveaux : quatre étages et deux niveaux de combles. Il a été construit en briques, crépies à l’extérieur. À l’intérieur les appartements étaient peints : la fouille a permis de voir que dans le premier état au xiiie siècle la couleur était gris uniforme. Au xive d’autres peintures ont recouvert ce premier décor. Mais c’est au moment où la maison est reprise au milieu du xve siècle qu’un décor peint exceptionnel est mis en œuvre sur les murs et les plafonds du rez-de-chaussée, du premier et du deuxième étage, ainsi que dans une chambre, sur l’arrière, dans un retour d’aile qui a disparu en élévation. La documentation écrite permet de savoir que ces grandes salles de réception servaient non seulement à l’usage privé de la famille qui la possédait mais était aussi « empruntée » par la ville pour y organiser des réceptions lors du passage des hôtes de marque qu’elle souhaitait honorer.

Leçons d’une approche archéologique du bâti civil urbain

31Dans cette communication les auteurs ont choisi de présenter en raison des objectifs de ce colloque, la fonction de représentation. Mais l’analyse de ces « maisons » a permis d’étudier les questions du choix topographique, de l’implantation des bâtiments, la construction elle-même dans ses caractéristiques techniques et architecturales, les matériaux et leur mise en œuvre dans le rapport au territoire d’approvisionnement des sociétés, à l’innovation technique, les « manières d’habiter » et le confort. Elles permettent de poser de manière concrète la question du passage de la maison à l’hôtel, de l’usage mixte privé et public de certains espaces et du rôle pionnier de l’habitat civil dans l’innovation technique et décorative par rapport aux « grands édifices publics ».

  • 17 Rouen (recherches de D. Pitte et P. Cailleux), Metz (D. Henrotay), Cahors (M. Scelles), Figeac (A. (...)
  • 18 Des maisons du quartier canonial ont été étudiées dans le cadre des fouilles préalables à la const (...)

32Le nombre de maisons présentées ici, moins de dix, peut-il être considéré comme un échantillon représentatif ? À Lyon où l’archéologie du bâti a commencé il y a une quinzaine d’années, 21 maisons ont été étudiées par C. Arlaud jusqu’en 1996 (et quelques unes après), à Strasbourg, 2 (mais nous savons avec certitude qu’il y en a plusieurs autres dont l’étude reste à faire). Une masse documentaire est disponible partout17, de nombreuses thèses ont été réalisées ou sont en cours et un certains nombre de points communs apparaissent à travers les différentes études. Tout d’abord des données sur le choix topographique en ville : ces maisons patriciennes sont nombreuses dans certains quartiers des villes, à Lyon dans les quartiers Saint-Jean, quartier aristocratique, hors les murs du quartier canonial18, et Saint-Paul, quartier civil laïc, marchand ; à Strasbourg, dans le quartier de la cathédrale. Les recherches conduisent aussi à s’interroger sur les éléments structurants du tissu urbain selon les époques : parcelle, îlot, réseau viaire. L’unité topographique de référence en ville est l’îlot ou la parcelle. Il semble que l’on passe de la grande parcelle « le tènement » (avant le XIIIe) à la parcelle rectangulaire (parcellaire « en touche de piano ») (à partir du XIIIe) mais aussi en ce qui concerne le bâti dans la parcelle, de la maison en cœur de parcelle (XIe-XIIIe) à la maison sur rue (XIVe voire XIIIe). Enfin, on observe une nouvelle expression de la maîtrise foncière et un regroupement de parcelles à partir du XVe. Le réseau viaire introduit une contrainte, mais son extension ne peut être connue que si les fouilles permettent de reconnaître son tracé exact. Une fois fixé, sans projet d’urbanisme d’envergure qui le transforme, il exerce une contrainte sur l’organisation du bâti et c’est la possibilité d’acquérir plusieurs parcelles qui permet de remodeler complètement les structures d’un édifice et donc de passer de la maison à l’hôtel. Dans la construction urbaine au Moyen Âge les innovations techniques dans l’architecture, l’utilisation des matériaux et leur mise en œuvre sont clairement mises en évidence : dans la structure des bâtiments (technique et architecture) : la maison-bloc, puis le couple maison avant/maison arrière sur la parcelle, l’apparition de galeries pour joindre les bâtiments avant et arrière : d’abord des galeries en bois puis en pierre avec escalier en vis dans un angle pour desservir les étages. On observe une différenciation fonctionnelle des niveaux : au rez-de-chaussée, boutiques, jeux de paume, qui permettent de rentabiliser ces espaces ; la grande salle, au premier et dans les combles des surfaces importantes interprétées comme lieux de stockage (greniers à blé). L’innovation technique et décorative semble bien être civile et laïque avant ou en même temps que religieuse et princière. Enfin la réflexion sur les espaces de vie conduit à construire une histoire des manières d’habiter : du confort dans la maison (lumière, isolation, chaleur, cheminées, poêles avec leur type d’alimentation en combustible, galeries, circulation dans les salles et les cours, puits privé, approvisionnement en eau, sanitaires) ; du souci de la représentation à travers le décor ; de la sociabilité à travers la spécification d’espaces à usages privés, d’espaces à usages publics ou semi-publics, de pièces à fonctions spécialisées. Toutes ces observations concourent à éclairer les manières d’habiter, introduisent à une réflexion sur les pratiques culturelles autour de « la maison » et à des modèles : y-a-t-il une influence du modèle aristocratique ou au contraire une innovation du patriciat urbain ? Elle permet de comprendre concrètement comment se met en place et se diffuse un modèle culturel.

Fig. 1 : Maison du Faisant, Lyon. Diagramme stratigraphique

Fig. 2 : Maison du Faisant, Lyon. Relevé de la façade sud

Fig. 3 : Maison du Faisant, Lyon. Façade nord, partie ouest. Mise en séquence (publiée dans J.-P. ARRIGNON, S. CURVEILLER, L’Occident chrétien (xiie-xve siècle) : éducation et cultures, Paris, 1999, p. 217)

Fig. 4 : 8, rue Juiverie, Lyon. Relevé de la façade sur cour

Fig. 5 : 8, rue Juiverie, Lyon. Plan du 3e étage. Échelle 1/500

Fig. 6 : 8, rue Juiverie, Lyon. Plan du rez-de-chaussée. Échelle 1/500

Fig. 7 : 10, rue du Bœuf, Lyon. Pian du rez-de-chaussée (la partie tramée indique l’emplacement du jeu de paume). Échelle 1/800

Fig. 8 : 10, rue du Bœuf, Lyon. Relevé d’un des murs du jeu de paume : mur de fond de parcelle (ouest). Échelle 1/200

Fig. 9 : Istra, Strasbourg. Plan de l’îlot et fouilles (publié dans M. D. WATON, « Strasbourg : Istra », dans Vivre au Moyen Âge, 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990, p. 61-66)

Fig. 10 : Rue des Hallebardes, Strasbourg. Plan de localisation, d’après le plan cadastral mis à jour en 1966 (publié dans J. MAIRE, M. D. WATON, M. WERLE, « Les éléments romans et gothiques d’une maison médiévale à la Droguerie du Serpent à Strasbourg comportant d’exceptionnelles peintures murales de la première moitié du xive siècle », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, Société pour la conservation des Monuments Historiques d’Alsace, t. XXXIX, 1996, p. 65-71)

Fig. 11 : La grande salle de réception du deuxième étage de la maison des Boecklin, Aquarelle de Jean-Claude GOEPP, architecte, restituant l’état initial au xve siècle

Fig. 12 : Les « Musiciens » dans les embrasures des fenêtres du « Salon de Musique » (rez-de-chaussée de la Droguerie du Serpent) (cliché Jean Maire)

Notes

1 Nouvelles de l’Archéologie, n° 53-54, 1993, 69 pages. Dossier sur L’archéologie du bâti réuni sous la direction de C. ARLAUD et J. BURNOUF.

2 F. JOURNOT, chapitre « L’archéologie du bâti », dans La construction en pierre, Paris, Errance, collection « Archéologiques », n° 4, 1999.

3 C. ARLAUD, Étude de la parcelle 21 rue Juiverie, DFS inédit, 1986.

4 C. ARLAUD, « Lyon : archéologie du bâti civil sur les deux rives de la Saône », Nouvelles de l’Archéologie, n° 53-54, 1993, p. 7-11 ; C. ARLAUD et al., Lyon Saint-Jean, Les fouilles de l’îlot Tramassac, DARA, n° 10, 1994, p. 26.

5 C. ARLAUD, Étude de la parcelle 8 rue Juiverie, DFS inédit, 1986.

6 C. ARLAUD, Une maison et son jeu de paume, 10 rue du Bœuf, analyse historique et architecturale, DES inédit, 1989 ; C. ARLAUD, Analyse historique et architecturale, 22 rue du Bœuf, DFS inédit, 1989.

7 F. BONNEFOY, « Jeu de paume, Histoire », dans Galerie Nationale du Jeu de Paume, Paris, RMN, 1991.

8 Ces immeubles où les vestiges des jeux de paumes ont été conservés et mis en valeur sont actuellement les hôtels de « la cour des loges » et la « Tour Rose ».

9 C. ARLAUD, M. ROLLAND, S. SAVAY-GUERRAZ, « Maison du Faisant » (55 rue Michel Berthet, Lyon-Vaise), SRA/AFAN, DFS, 1994, 90 pages.

10 J. BURNOUF et al., Les fouilles du site de Gorge de Loup à Vaise, DFS, 1989.

11 J. BURNOUF, « Le paléoenvironnement du site de Gorge de Loup (Lyon 9e) : les signes matériels de la dégradation d’après l’étude interdisciplinaire du gisement », dans L’homme et la dégradation de l’environnement, actes des XVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, 20-22 Octobre 1994, s. d. ; S. VAN der LEEUW, APDCA, Sophia Antipolis, 1995, p. 43-77 (coll. A. VÉROT-BOURRÉLY, J. ARGAND, J.-P. BRAVARD, L. CHAIX, C. BELLON, C. PLANTEVIN).

12 J. MAIRE, M. D. WATON, M. WERLE, « Une maison de Musique à Strasbourg », Archéologia, n° 327, octobre 1996, p. 20-25 ; J. MAIRE, M. D. WATON, M. WERLE, « Les éléments romans et gothiques d’une maison médiévale à la Droguerie du Serpent à Strasbourg comportant d’exceptionnelles peintures murales de la première moitié du xive siècle », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, Société pour la conservation des Monuments Historiques d’Alsace, t. XXXIX, 1996, p. 65-71 ; J. MAIRE, M. WERLE, Exceptionnelles peintures murales du xive siècle au 17 rue des Hallebardes à Strasbourg, rapport dactylographié, DRAC/SRA Alsace, 1996, 28 pages ; J. J. SCHWIEN, Strasbourg. Document d’Évaluation du Patrimoine Archéologique Urbain, Tours, CNAU, 1992 ; M. D. WATON, M. WERLE, Strasbourg, Droguerie du Serpent, 17 rue des Hallebardes, rapport de sondages, 67482838 AH, DRAC/SRA Alsace, 1996.

13 Une copie de l’original, réalisé en 1548 par Conrad Morant, conservé à Nuremberg, est déposé au Musée historique de Strasbourg.

14 J. P. RIEB et al, « Un ensemble médiéval urbain exceptionnel rue des Juifs à Strasbourg », dans Archéologie médiévale en Alsace, nouvelles recherches, n° spécial du Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, n° 3, 1987, p. 149-169 ; B. PARENT, M. D. WATON, « Découverte de peintures dans une maison gothique à Strasbourg », Archéologia, n° 229, 1987, p. 16-22 ; M. D. WATON, « Strasbourg : Istra », dans Archéologie médiévale en Alsace, nouvelles recherches, n° spécial du Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, n° 3, 1987, p. 77-82 ; M. D. WATON, « Strasbourg : Istra », dans Vivre au Moyen Âge, 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990, p. 61-66.

15 J. J. SCHWIEN, Strasbourg. Document d’Évaluation du Patrimoine Archéologique Urbain, Tours, CNAU, 1992. Le bâtiment est visible sur le plan Morant. Une copie de l’original, réalisé en 1548 par Conrad Morant, conservé à Nuremberg, est déposée au Musée historique de Strasbourg.

16 L’analyse dendrochronologique d’échantillons a été effectuée sur les poutres du rez-de-chaussée, des étages et des combles : la date d’abattage des arbres donne, avec les réserves d’usage : automne-hiver 1289-1290 (datations effectuées par le laboratoire Archéolabs-Saint-Bonnet-de-Chavagnes).

17 Rouen (recherches de D. Pitte et P. Cailleux), Metz (D. Henrotay), Cahors (M. Scelles), Figeac (A. L. Napoleone).

18 Des maisons du quartier canonial ont été étudiées dans le cadre des fouilles préalables à la construction de la ligne D du métro. Cf. C. ARLAUD et al, Lyon Saint-Jean. Les fouilles de l’îlot Tramassac, DARA, n° 10, 1994, p. 26 ; C. ARLAUD et J. BURNOUF, « Les chanoines de la cathédrale de Lyon du xiie au xviiie siècle », dans Les prélats, l’Église et la société, xie-xve siècles, Hommage à B. Guillemain, Bordeaux, 1994, p. 245-259 ; C. ARLAUD et al., « Lyon », dans J.-C. PICARD dir., Les chanoines dans la ville, recherches sur la topographie des quartiers canoniaux en France, 1994, p. 271-285.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Maison du Faisant, Lyon. Diagramme stratigraphique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Fig. 2 : Maison du Faisant, Lyon. Relevé de la façade sud
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 3 : Maison du Faisant, Lyon. Façade nord, partie ouest. Mise en séquence (publiée dans J.-P. ARRIGNON, S. CURVEILLER, L’Occident chrétien (xiie-xve siècle) : éducation et cultures, Paris, 1999, p. 217)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 4 : 8, rue Juiverie, Lyon. Relevé de la façade sur cour
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 5 : 8, rue Juiverie, Lyon. Plan du 3e étage. Échelle 1/500
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 6 : 8, rue Juiverie, Lyon. Plan du rez-de-chaussée. Échelle 1/500
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 7 : 10, rue du Bœuf, Lyon. Pian du rez-de-chaussée (la partie tramée indique l’emplacement du jeu de paume). Échelle 1/800
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 8 : 10, rue du Bœuf, Lyon. Relevé d’un des murs du jeu de paume : mur de fond de parcelle (ouest). Échelle 1/200
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 9 : Istra, Strasbourg. Plan de l’îlot et fouilles (publié dans M. D. WATON, « Strasbourg : Istra », dans Vivre au Moyen Âge, 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990, p. 61-66)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 10 : Rue des Hallebardes, Strasbourg. Plan de localisation, d’après le plan cadastral mis à jour en 1966 (publié dans J. MAIRE, M. D. WATON, M. WERLE, « Les éléments romans et gothiques d’une maison médiévale à la Droguerie du Serpent à Strasbourg comportant d’exceptionnelles peintures murales de la première moitié du xive siècle », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, Société pour la conservation des Monuments Historiques d’Alsace, t. XXXIX, 1996, p. 65-71)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 11 : La grande salle de réception du deuxième étage de la maison des Boecklin, Aquarelle de Jean-Claude GOEPP, architecte, restituant l’état initial au xve siècle
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Fig. 12 : Les « Musiciens » dans les embrasures des fenêtres du « Salon de Musique » (rez-de-chaussée de la Droguerie du Serpent) (cliché Jean Maire)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2165/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 426k

Auteurs

Archéologue Afan, Montpellier

Université de Tours

École de Chimie, Strasbourg

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540