Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Le patriciat en représentation, représentation du patriciat

Visages et fonctions du patriciat dans l’iconographie des Grandes Chroniques de France

Christine Bousquet-Labouérie

Texte intégral

  • 1 Cf. les différentes communications de ce colloque.
  • 2 B. GUENÉE, « Les Grandes Chroniques de France », dans P. NORA dir., Les lieux de mémoire, la natio (...)
  • 3 B. GUENÉE, op. cit., p. 206. Le notaire de Louis XI, Pierre de Taise, l’historien Nicole Gilles, É (...)

1L’ensemble iconographique représenté par les manuscrits des Grandes chroniques de France est d’une ampleur telle qu’il dépasse de très loin, l’objet d’une communication cherchant à cerner la manière dont sont mis en scène des hommes dont la définition est bien mal aisée à formuler1. Le texte imagé que nous pouvons parcourir permettra peut-être de proposer une définition incomplète certes mais soutenue par le support iconographique. Le support politique que forment les Grandes Chroniques de France a été étudié par Bernard Guenée notamment dans l’ouvrage Les lieux de mémoire2. Le texte original de 1274 écrit par le moine Primat à la demande de Louis IX et offert à son successeur Philippe III le Hardi subit des modifications au cours des recopies. Celles-ci ne doivent pas être imputées à des approximations de scribes mais à une volonté politique de mettre en valeur la mémoire dynastique des rois, ainsi que celle des commanditaires nobles jusqu’à la fin de la première moitié du xve siècle. Après 1450, la diffusion s’accentue et se diversifie socialement puisque les gens de robe en commandent : les inventaires de bibliothèques le montrent de manière claire3.

  • 4 BNF, ms fr. 2813 vers 1375.

2Le nombre de manuscrits des Grandes chroniques de France, même si le champ des manuscrits enluminés est plus circonscrit, ne permet pas une étude exhaustive dans le cadre présent. Cette étude ne peut donc s’appuyer que sur quatre manuscrits répartis sur la période xive-xve siècle4. Ce dernier siècle étant particulièrement important grâce à la diffusion accrue des Chroniques auprès d’un public plus hétérogène et qui intéresse notamment les gens des villes.

  • 5 C. BOUSQUET, « Image de la ville : Miroir du prince ou pouvoir urbain ? », dans La ville au Moyen (...)

3De manière générale, les villes sont intensément présentes dans l’ensemble iconographique : elles servent pratiquement toujours de cadre aux actions royales, aux batailles qui scandent l’histoire politique des Capétiens et de leurs prédécesseurs sur le trône français. Ces villes souvent stéréotypées s’individualisent progressivement et acquièrent un nouveau statut qui dépasse et transforme un cadre architectural en un partenaire politique à part entière5.

  • 6 P. WOLFF, « Les villes au temps de Philippe Auguste », dans La France de Philippe Auguste, le temp (...)
  • 7 C RAYNAUD, Les représentations de la violence dans les premiers livres d’histoire enluminés rédigé (...)
  • 8 Fol. l50, 404v, 407v, 415, 439v, 469, 472.

4Le manuscrit 2813 de la BNF porte aussi le nom de Grandes Chroniques de France dites de Charles V : il comporte 543 feuillets en deux volumes et contient 180 enluminures. Il est la première copie non monastique puisque l’abbaye dionysienne perd la rédaction officielle des GCF en 1360. Élaboré sous le contrôle direct du roi Charles V, le travail de recopie fut accompli d’abord par son scribe Henri de Trévou puis par Pierre d’Orgemont et Raoulet d’Orléans. L’empreinte royale y est particulièrement sensible : les remaniements furent nombreux tant dans le texte que dans l’iconographie dont les thèmes furent directement inspirés par le roi. La coloration politique générale insiste d’une part sur les exploits des ducs de Normandie : Charles V avait été lui-même duc de Normandie6 et il choisit de mettre en valeur Rollon arrivant à Rouen, aux dépens de la scène initiale du départ des Normands chassés par le duc de Bourgogne. L’insistance sur la vassalité des ducs de Guyenne et par là même sur celle du roi d’Angleterre à l’égard du roi de France marque la deuxième grande modification imposée par Charles V. Le cadre de la reconquête du royaume par Charles V sert à fonder définitivement les prétentions royales des Valois sur l’ensemble du royaume de France. L’iconographie du manuscrit permet de distinguer au moins cinq mains différentes dont seules deux ont été clairement identifiées ; le maître de la Bible de Jean de Sy et le maître du Livre de Sacre qui comptent tous deux parmi les enlumineurs habituels du roi7. Parmi les images plusieurs retiennent l’attention : la reddition de Tours devant Philippe Auguste, le dauphin Charles recevant le prévôt des marchands, le dauphin allant aux halles, le roi de Navarre arrivant à l’hôtel de ville, la reddition de Burgos à Bertrand du Guesclin ; l’empereur Charles IV reçu par le prévôt des marchands et les échevins de Paris ; la remise de présents au roi et à l’empereur par les habitants de Paris8. Toutes ces images ne peuvent être reproduites ici mais elles doivent toutes être considérées malgré tout.

  • 9 B.M. Lyon, ms Palais des Arts 30.
  • 10 Fol.3, 210v et 235v.

5Le manuscrit du Palais des Arts de Lyon date du début XVe9 ; sa réalisation montre qu’il s’inscrit dans la filiation du précédent : c’est une copie secondaire du 2813 à laquelle ont été rajoutés quelques chapitres concernant la mort de Charles V en 1380, l’arrivée au pouvoir de Charles VI. Le manuscrit s’achève sur l’évocation de l’échec de la chevauchée des Anglais devant Nantes. 43 images de deux mains différentes l’enluminent. Trois images sont particulièrement à retenir ici : une scène de départ où trois cavaliers quittent une ville ; l’entrée du roi Louis VII dans Paris après la mort de son père, et enfin la prise de Tours ou du Mans par Philippe Auguste10.

  • 11 A. D. HEDEMAN, The royal illustration of the Grandes Chroniques de France, 1274-1422, University o (...)
  • 12 Fol. 74, 75, 162, 237.

6Le manuscrit 512 de la bibliothèque municipale de Toulouse provient de l’est de la France, il est daté de 1420 et sa couverture iconographique est attribuée au Maître de Troyes11. Quelques images se détachent particulièrement ; le siège d’Avignon par Charles Martel, la reddition de Griffon le troisième fils de Charles Martel à ses frères Carloman et Pépin, l’archevêque de Rouen accueillant Rollon, le premier duc de Normandie, et enfin la prise de Tours ou du Mans par Philippe Auguste12.

  • 13 Le manuscrit de l’ermitage ne figure pas dans la recension d’Anne Hedeman car il sort du cadre chr (...)

7Enfin le manuscrit de l’Ermitage, nettement plus tardif que les trois autres fut commandé par Guillaume Fillastre, évêque de Toul et abbé de Saint-Bertin à un atelier urbain du Hainaut. La mise en forme textuelle s’appuie sur la reprise d’un manuscrit antérieur à 1380, présent dans l’abbaye. Il était destiné à être offert au duc de Bourgogne Philippe le Bon et il a lui aussi vocation à soutenir une histoire favorable aux intérêts bourguignons ; il tente d’offrir une justification aux prétentions des ducs de Bourgogne à la couronne de France. Plusieurs artistes ont participé à l’élaboration du manuscrit, notamment Simon Marmion qui a exécuté les 25 grandes miniatures colorées. Les 75 petites en grisaille pour la plupart sont, dans l’ensemble, attribuées au second maître des Grandes Chroniques13. Deux images colorées peuvent retenir l’attention ; le partage du royaume mérovingien entre les quatre fils de Clotaire d’une part et une scène urbaine d’ensevelissement des morts lors de la septième croisade accomplie par Louis IX.

  • 14 BNF, ms fr. 2813 fol. 150.

8L’analyse précise d’un certain nombre d’images est nécessaire. La figure l14 représente la remise des clefs de la ville par deux hommes sortant par la porte ouverte : ils n’ont pas quitté l’espace urbain ou du moins leur proximité avec les murailles protectrices est grande. La distance avec l’armée du roi vainqueur s’exprime par le chemin à parcourir, matérialisé par le dessin et par l’éloignement des cavaliers qui n’ont aucun contact avec leurs vaincus. Les clés tendues semblent être confiées aux chevaux caparaçonnés aux couleurs du roi Philippe Auguste. Celui-ci est présent dans l’image : sa couronne l’individualise au premier plan de l’armée victorieuse. La position des deux citadins ne reflète pas une humiliation de vaincus : le premier se courbe quelques peu vers le cortège royal en brandissant la clé tenue à l’envers, quant au second, il se contente de tendre la clé sans se courber le moins du monde. Ces deux hommes sont les seuls citadins visibles sur l’image puisque les remparts et la maison de ville sont complètement désertés. La ville de Tours est incarnée par ces deux personnages à la mise modeste mais à l’attitude fière.

  • 15 B.M. Lyon, ms P.A. 30 fol. 210v.

9La figure 2 tirée du manuscrit du Palais des Arts de Lyon représente l’entrée du roi Louis VII dans sa capitale, après la mort de son père Louis VI le Gros15. Le cortège royal mené de manière claire par le roi entre dans la ville déserte. La mise en valeur du roi est très forte : sa couronne, son manteau jeté sur son armure, la couverture du cheval d’un rouge éclatant, le tapis de selle bleu qui associe dans la monture du roi les deux couleurs royales par excellence, enfin, la force armée massive montre un cortège de vainqueurs qui arrive en maître. La ville est comme toujours symbolisée par ses murailles et sa porte qui, ici est ouverte. Mais l’essentiel de la ville est représenté par la maison urbaine élevée recouverte d’un toit rouge tout aussi éclatant que le manteau royal. Deux pouvoirs s’affichent dans l’image, et la hiérarchie des tailles est à l’avantage de la maison de ville qui domine nettement l’armée royale.

  • 16 B.M. Lyon, ms P.A. 30 fol. 3.

10Dans le même manuscrit, une autre image (fig. 3) met en scène un cadre urbain et trois hommes qui quittent la ville16. Les personnages qui s’éloignent sont richement vêtus, de rouge et de bleu. Leurs chevaux sont harnachés de manière importante. L’allure générale des cavaliers, la jambe tendue du premier qui fait écho à la patte antérieure levée du cheval, la main tendue qui indique la direction montrent des personnages sûrs d’eux et puissants. Le premier est particulièrement mis en scène et son importance réelle est soulignée par l’ampleur du manteau qui balaie littéralement le sol derrière lui. Les robes et les manteaux des trois hommes reprennent les couleurs de la ville qu’ils sont en train de quitter et ses couleurs sont loin d’être anodines : bleu et rouge sont le plus souvent les couleurs du pouvoir, lorsqu’elles sont associées comme ici. La ville dont ils sont issus s’affirme avec autant de force : les maisons urbaines constituent l’essentiel de la cité derrière les murailles qui ne sont là que pour la mise en valeur des éléments civils. La muraille n’offre plus une fonction de protection mais sert d’écrin à la mise en scène d’un pouvoir urbain fort souligné par l’emploi général et généreux des couleurs rouges.

  • 17 B.M. Toulouse, ms 512 fol. 162.

11La figure 4 provient du manuscrit de Toulouse17 ; elle met en scène l’arrivée de Rollon à Rouen, accueilli par l’évêque et la population massée derrière son prélat à l’entrée de la ville. L’évêque qui accueille le chef normand est le maître attentif à son nouveau duc, relayé par les quelques citadins qui se pressent derrière lui dans l’embrasure de la porte. Le chef normand est beaucoup plus petit sur cette image que l’évêque incliné vers lui. Cette image veut enraciner la légitimité de Charles V comme duc de Normandie en établissant des liens entre la lignée normande et celle des Valois. En représentant cette scène dans un manuscrit qui n’a sans doute jamais appartenu au roi, l’imagier s’inscrit dans la tradition des manuscrits 2813, et de ceux déposés à la bibliothèque Sainte-Geneviève : les 782 et 783. Quelques modifications, cependant, sont apportées par l’imagier : la majesté ducale n’est guère mise en valeur, elle est même entachée par le bateau qui émerge à gauche : les turbans des marins et le dessin d’un dragon sur la voile rattache le duc à une lignée inquiétante. Ce qui émerge de cette image est, à nouveau, la place des personnages, massés sous la porte, représentant une ville plus identifiable, aux éléments variés ; murailles, portes, tour, église, maison urbaine affichent une ville dans toutes ses dimensions.

12Les images tirées du dernier manuscrit étudié représentent deux moments très différents de l’histoire de France : la première fait allusion au partage du royaume mérovingien entre les quatre fils de Clotaire, la seconde montre des scènes liées à la croisade entreprise par Saint Louis. L’une comme l’autre montrent des éléments communs différents des premiers manuscrits. Le cadre scénique est beaucoup plus large embrassant la ville mais aussi la campagne ; la ville domine un véritable plat pays. La population représentée est aussi beaucoup plus touffue : il ne s’agit plus de deux ou trois personnages mais d’un groupe humain nettement plus consistant.

13La première des deux images (fig. 5) permet de voir une scène interne à la ville : un groupe d’hommes habillés de robes longues bleues et rouges discute sous un auvent de la ville : ce groupe semble occuper la place traditionnelle des marchands urbains. Le toit de l’auvent accolé à l’église offre généralement l’abri coutumier des activités de marché de la ville. Ces citadins semblent être les décideurs qui expédient un groupe d’habitants à la recherche d’un autre territoire. Le partage du royaume est ainsi exprimé. La ville dont est issu ce groupe porte sur ses murailles, au-dessus de la porte, les armoiries du roi de France ; le blason aux fleurs de lys rappelle le statut de bonne ville soumise à l’autorité royale capétienne.

14La dernière image (fig. 6) présente elle aussi un large espace à la fois urbain, rural et maritime avec un arrière-plan lointain. La structure générale de l’image marque nettement les évolutions d’une représentation en profondeur et non plus en plans superposables. La ville semble avoir été assiégée par une armée innombrable qui quitte le terrain. À l’arrière-plan, les bateaux rappellent le cadre de la septième croisade entreprise par Louis IX et permettent de situer la ville en Orient bien que celle-ci soit manifestement occidentale : l’église, les fenêtres, les toits pentus dessinent une cité française et on ne trouve aucun des signes classiques de la ville orientale, notamment les coupoles traditionnelles, marque distinctive et conventionnelle de l’Orient citadin. Les personnages qui accompagnent le roi dans sa macabre besogne forment deux groupes distincts ; celui des clercs et des femmes affligées massés auprès de la tombe derrière le prêtre qui lit l’office. Une deuxième série de personnages peut être identifiée : quatre hommes séparés en deux groupes semblent baliser l’espace de l’inhumation. Ces deux groupes sont constitués de deux hommes qui offrent une certaine symétrie : l’un porte une robe longue, l’autre une robe courte, tous se tiennent en retrait semblant considérer la scène avec une certaine distance : le personnage qui tient sa manche devant sa bouche ne semble pas exprimer un désespoir lié à la mort mais une protection prophylactique devant les odeurs et la putréfaction. Les vêtements portés par les uns et les autres ne sont pas des habits de deuil mais plutôt des vêtements recherchés ; le bas de la tunique porte une fourrure en guise d’ourlet, les chapeaux qui les recouvrent sont des couvre-chefs importants ; seul le bonnet carré du premier pourrait être celui d’un médecin dont les mains dirigées vers le sol expriment l’impuissance devant la mort. Les hommes du fond semblent garder l’entrée de la ville, leur attitude en retrait leur donne une place particulière dans l’espace de l’ensevelissement : ils semblent introduire le lecteur à la scène qui se déroule dans la ville.

15Le choix de quelques images prises dans un corpus iconographique important pose des problèmes méthodologiques. En quoi ces images sont-elles porteuses de sens lorsqu’elles sont isolées et sorties de leur contexte ? Cette question n’est pas anodine et il convient d’y répondre. L’ensemble des Grandes chroniques de France est enluminé de très nombreuses scènes de prises de ville, de punitions collectives ou individuelles (hérétiques et partisans d’Amaury de Bène...) d’entrées de villes d’un roi ou d’un autre. Toutes ces images mettent en scène des hommes souvent des soldats, l’entourage du roi, des citadins parfois mais assez rarement. Il était donc possible de limiter le corpus choisi aux images où véritablement apparaissent de manière autonome et reconnaissable des hommes de la ville. Les entrées royales ne permettent pas de distinguer véritablement entre hommes du roi et citadins ou du moins les distinctions sont parfois trop peu fiables. Les quelques images choisies tiennent compte de ce problème et doivent être restituées dans un ensemble plus vaste dont la prise en compte ne peut être qu’évoquée ici.

  • 18 B.M. Toulouse, ms 512 fol. 75.
  • 19 B.M. Besançon, ms 677 fol. 70.
  • 20 Cette image est étudiée par C RAYNAUD, La violence au Moyen Âge, xiiie-xve siècle, Paris, Le Léopa (...)

16À travers ces quelques scènes apparaissent dans des situations différentes quelques hommes et quelques lieux clés qui sont liés de manière presque intime à la ville dont ils partagent les destinées. Il s’agit toujours d’un groupe d’hommes ; deux au moins mais jamais un homme seul ne représente la ville : dans toutes les scènes de reddition, celui qui tend les clés au roi vainqueur est toujours accompagné au moins d’un compagnon à l’exemple de la figure 1 ; le même manuscrit de Toulouse comporte lui aussi une scène de reddition : Griffon se rend à ses frères Carloman et Pépin (fig. 6)18. Le contexte de cette image est un peu diffèrent de la première scène de reddition car c’est un roi qui en est l’acteur. Le roi et ses compagnons sont légèrement excentrés par rapport à la porte de la ville de Laon qui se rend avec eux. La ville n’est pas représentée par ses édiles ou des citadins importants ni par des clés : c’est le roi qui tend son épée pour se rendre. Les deux hommes qui entourent Griffon portent la même livrée que celui-ci, ce sont ses hommes et non ceux de la ville ; l’un d’entre eux et situé complètement en dehors de l’espace urbain marqué par le chemin qui se déploie tel un tapis d’honneur. La ville dans cette image ne s’affirme que par sa puissance architecturale, les différents éléments de la puissance sont défensifs avec les murailles et le château crénelé, religieux bien entendu avec une église contiguë au château mais également urbaine avec la masse des maisons de villes qui occupe le premier plan de la cité. Ce type de représentation de reddition n’est d’ailleurs pas une marque particulière des Grandes chroniques de France. L’exemple des Fleurs des chroniques de Bernard Gui (fig. 8)19 montre une même scène où deux hommes tendent les clés à leur vainqueur. Le folio 52 du même manuscrit montre la reddition d’Abdeville à Hue de Châtillon20. Ces exemples peuvent se multiplier. Il s’agit toujours d’un groupe d’hommes qui affronte ensemble les périls de ce genre de situations.

17Les scènes d’accueil d’un nouveau duc se font aussi de manière collective ; la personne de l’évêque se détache certes au centre de la rencontre mais la population de la ville est massée derrière lui. La masse des hommes qui apparaît dans l’embrasure de la porte n’est pas constituée de clercs : aucun d’entre eux n’est tonsuré. Le premier qui se détache derrière l’évêque est tout entier visible alors que seuls les visages des suivants se détachent. L’importance du personnage est donc réelle, à la deuxième place derrière l’évêque certes. Cet homme et ceux qui se pressent derrière lui sont les représentants d’une cité orgueilleusement plantée sur les rives de la Seine, à l’abri dans ses murailles et qui consent par sa volonté propre à s’ouvrir devant son nouveau duc.

18Le troisième grand élément de participation des hommes de la ville dans ces images est du domaine décisionnel. Les décisions se prennent également ensemble, c’est un groupe d’hommes qui décide du départ d’une partie des habitants pour constituer un nouveau royaume. Les départs, eux non plus, ne sont pas solitaires. Un groupe social est toujours présent : les personnages clés de la ville forment un groupe réduit parfois sur l’image par convention iconographique puisque, le plus souvent, la multitude est incarnée par quelques têtes regroupées. Ils peuvent aussi s’incarner simplement à travers les maisons de ville qui avec ostentation affirment face au pouvoir royal en plein déploiement, leur place et leur justification à gouverner la ville.

19Le visage dominant des quelques hommes présents sur ces images permet alors d’esquisser une définition du patriciat dans les villes de France tel que l’iconographie l’a saisi et restitué. Il faut donc comparer cette représentation incomplète et la vision traditionnelle historiographique.

  • 21 É. CROUZET-PAVANT, « Les élites urbaines : aperçus problématiques », dans Les élites urbaines au M (...)
  • 22 P. MONNET, « Doit-on encore parler de patriciat ? », Bulletin de la mission historique française e (...)

20La reprise du modèle historiographique français sur la notion de patriciat faite par Elisabeth Crouzet-Pavant21 montre toute l’importance des critères économiques dans la définition du patriciat, aussi bien en France qu’en Italie. Les critères juridiques traditionnels en Allemagne qui définiraient le patriciat comme le groupe des échevins ou des ministériaux dans un premier temps augmenté des marchands et d’une partie de la noblesse influente, repose lui aussi sur une perception très économique du patriciat22. Dans l’ensemble cette vision économique l’emporte puisque finalement ces patriciens semblent bien être ceux qui introduisent la ville dans un espace et une domination économique.

21Les images proposent une vision incomplète de cette suprématie : en effet toutes les composantes ne sont pas perçues dans les représentations issues des manuscrits des Grandes Chroniques de France.

22La sphère privée et notamment les politiques matrimoniales fondamentales pour inscrire et pérenniser une autorité ne figure pas dans l’iconographie des Chroniques. Cependant d’autres critères discriminants sont bien présents ; l’honneur : ils reçoivent au nom de la ville les jours fastes lors des entrées royales ou ducales et en même temps représentent la ville les jours de malheur ; le prestige de la puissance leur revient en propre. La fortune s’incarne à travers leurs vêtements qui les différencie sans peine des autres citadins occupés à des besognes moins honorifiques ; on distingue physiquement et socialement les fossoyeurs qui aident le roi Louis IX, des hommes de l’élite qui figurent au deuxième plan. La vie sociale et l’exercice du pouvoir se marquent sans peine ; ils sont les artisans de la discussion, de la décision, le métier et la fortune les assimilent facilement à l’élite marchande des villes dont l’ascension spectaculaire leur permet de convoiter et d’obtenir les charges édilitaires dans leur cité.

  • 23 Cf. M. LE MENÉ et E. CARPENTIER, La France du xie au xve siècle, population, société, économie, Pa (...)
  • 24 Id., p. 269 sq. E. Carpentier donne les critères caractéristiques de ce groupe d’hommes dans les v (...)

23Pourtant à l’époque où ces manuscrits des Grandes chroniques ont été réalisés, le patriciat, au moins dans les villes de France, représente un groupe d’hommes qui a perdu son importance réelle dans les villes menacé qu’il était par l’affaiblissement lignagier et par l’évasion vers la noblesse foncière23. On peut donc y voir une survivance d’un groupe décimé par la peste, qui a tendance à se replier sur lui-même. Les marqueurs traditionnels de la puissance et de l’autorité qui certes, apparaissent dans les images laissent la place à une autre définition. À travers ces quelques manuscrits, la perspective économique, politique de richesse et de confiscation des pouvoirs telle qu’elle est le plus souvent définie doit être revue24. Si le patriciat est traditionnellement celui qui ouvre la ville aux relations économiques, on ne peut retrouver cette dimension dans les manuscrits sauf dans celui plus tardif de l’Ermitage où l’espace urbain est aussi un espace dominant un plat pays qui lui est soumis.

24Le groupe que l’on peut définir comme patriciat présente un visage et une fonction différente, bien individualisés : ce sont les acteurs des relations de la ville avec le pouvoir royal, religieux, ducal. Ils sont les gardiens et les touriers de la ville : porteurs d’une image, celle de leur cité, ils en sont l’incarnation extérieure. Plus que des fonctions officielles, édilitaires, marchandes qui se devinent certes dans l’iconographie, mais qui sont peu marquées, c’est une fonction diplomatique d’affirmation de la puissance à travers les rencontres et les maisons qui les abritent qui permet peut-être alors de parler de patriciat et de patriciens dans les Grandes chroniques. Porteurs de la parole de la ville, ils sont également l’image de celle-ci et de sa grandeur dans les rapports d’autorité et d’obéissance parfois houleux entretenus avec les puissants.

Fig. 1 : ms fr. 2813 fol. 150 (cliché Bibliothèque nationale de France)

Fig. 2 : ms Palais des Arts 30 fol. 210v (Bibliothèque municipale de Lyon ; crédit photo : IRHT, Orléans)

Fig. 3 : Chevauchée hors de la cité (ms Palais des Arts 30 fol.3, Bibliothèque municipale de Lyon ; crédit photo : IRHT, Orléans)

Fig. 4 : ms 512 fol. 162 (Bibliothèque municipale de Toulouse ; crédit photo : IRHT, Orléans)

Fig. 5 : Ermitage fr. 88 fol. 35v (Saint-Petersbourg ; crédit photo : IRHT, Orléans)

Fig. 6 : Histoire du bon roi Louis IX durant la septième croisade (Ermitage fr. 88 fol. 337, Saint-Petersbourg ; crédit photo : IRHT, Orléans)

Fig. 7 : ms512 fol. 75 (Bibliothèque municipale de Toulouse ; crédit photo : IRHT, Orléans)

Fig. 8 : ms 677 fol. 70 (Bibliothèque municipale de Besançon, © Photographie J.-Paul Tupin ; crédit photo : IRHT, Orléans)

Notes

1 Cf. les différentes communications de ce colloque.

2 B. GUENÉE, « Les Grandes Chroniques de France », dans P. NORA dir., Les lieux de mémoire, la nation, Paris, Gallimard, 1997, 1.1, p. 189-211.

3 B. GUENÉE, op. cit., p. 206. Le notaire de Louis XI, Pierre de Taise, l’historien Nicole Gilles, Étienne Boucherat, marchand à Troyes en 1485, sont cités par l’auteur parmi les possesseurs d’un manuscrit des GCF.

4 BNF, ms fr. 2813 vers 1375.

B.M. Lyon, ms Palais des Arts 30 vers 1400.

B.M. Toulouse, ms 512 vers 1400-1410.

Saint-Petersbourg, Ermitage, ms fr. 88, 1450-1460.

5 C. BOUSQUET, « Image de la ville : Miroir du prince ou pouvoir urbain ? », dans La ville au Moyen Âge, sociétés et pouvoirs dans la ville, Paris, CTHS, 1998, vol. Π, p. 247-261.

6 P. WOLFF, « Les villes au temps de Philippe Auguste », dans La France de Philippe Auguste, le temps des mutations, Paris, CNRS, 1982, p. 645-676.

7 C RAYNAUD, Les représentations de la violence dans les premiers livres d’histoire enluminés rédigés en français (xiiie-xve siècle), thèse de l’université de Tours, 1989, p. 14.

8 Fol. l50, 404v, 407v, 415, 439v, 469, 472.

9 B.M. Lyon, ms Palais des Arts 30.

10 Fol.3, 210v et 235v.

11 A. D. HEDEMAN, The royal illustration of the Grandes Chroniques de France, 1274-1422, University of California, 1991, p. 263. Le manuscrit compte 54 images.

12 Fol. 74, 75, 162, 237.

13 Le manuscrit de l’ermitage ne figure pas dans la recension d’Anne Hedeman car il sort du cadre chronologique qu’elle s’était fixé. Une présentation détaillée figure dans le catalogue de l’exposition rédigé par F. AVRIL et N. REYNAUD, Les manuscrits à peinture en France, 1440-1520, Paris, Flammarion, 1993, p. 144. L’ouvrage de référence concernant ce manuscrit est celui T. P. VORNOVA, Les Grandes Chroniques de France, enluminures du XVe, Saint-Petersbourg, 1980.

14 BNF, ms fr. 2813 fol. 150.

15 B.M. Lyon, ms P.A. 30 fol. 210v.

16 B.M. Lyon, ms P.A. 30 fol. 3.

17 B.M. Toulouse, ms 512 fol. 162.

18 B.M. Toulouse, ms 512 fol. 75.

19 B.M. Besançon, ms 677 fol. 70.

20 Cette image est étudiée par C RAYNAUD, La violence au Moyen Âge, xiiie-xve siècle, Paris, Le Léopard d’Or, 1990, p. 333.

21 É. CROUZET-PAVANT, « Les élites urbaines : aperçus problématiques », dans Les élites urbaines au Moyen Age, XXVIIe Congrès de la SHMES (Rome, 1996), Paris, Publications de la Sorbonne et École française de Rome, 1997, p. 14-15.

22 P. MONNET, « Doit-on encore parler de patriciat ? », Bulletin de la mission historique française en Allemagne, n° 32, juin 1996, p. 57-58.

23 Cf. M. LE MENÉ et E. CARPENTIER, La France du xie au xve siècle, population, société, économie, Paris, PUF, 1996, p. 481.

24 Id., p. 269 sq. E. Carpentier donne les critères caractéristiques de ce groupe d’hommes dans les villes de France à partir du xiiie siècle.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : ms fr. 2813 fol. 150 (cliché Bibliothèque nationale de France)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2161/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Fig. 2 : ms Palais des Arts 30 fol. 210v (Bibliothèque municipale de Lyon ; crédit photo : IRHT, Orléans)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2161/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 3 : Chevauchée hors de la cité (ms Palais des Arts 30 fol.3, Bibliothèque municipale de Lyon ; crédit photo : IRHT, Orléans)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2161/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Légende Fig. 4 : ms 512 fol. 162 (Bibliothèque municipale de Toulouse ; crédit photo : IRHT, Orléans)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2161/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Fig. 5 : Ermitage fr. 88 fol. 35v (Saint-Petersbourg ; crédit photo : IRHT, Orléans)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2161/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 6 : Histoire du bon roi Louis IX durant la septième croisade (Ermitage fr. 88 fol. 337, Saint-Petersbourg ; crédit photo : IRHT, Orléans)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2161/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 7 : ms512 fol. 75 (Bibliothèque municipale de Toulouse ; crédit photo : IRHT, Orléans)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2161/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Fig. 8 : ms 677 fol. 70 (Bibliothèque municipale de Besançon, © Photographie J.-Paul Tupin ; crédit photo : IRHT, Orléans)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2161/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

Auteur

Université de Tours et Université des Antilles-Guyane

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540