Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Le patriciat en représentation, représentation du patriciat

Le rôle de la ville, vu par les élites romaines

Jean Andreau

Texte intégral

  • 1 Parmi ces nombreux travaux, citons par exemple : I. SHATZMAN, Senatorial Wealth and Roman Politics(...)

1À l’époque républicaine aussi bien que sous l’Empire, la cité de Rome et l’ensemble de ses conquêtes étaient dominées et dirigées par des élites à la fois politiques et sociales, qui surent se reproduire pendant des siècles tout en se renouvelant. Les plus importants des membres de ces élites (c’est-à-dire les sénateurs de Rome, les chevaliers et la partie la plus distinguée des aristocraties municipales) avaient des intérêts surtout fonciers et immobiliers (agriculture, élevage, immeubles de rapport), auxquels s’ajoutaient des intérêts complémentaires. Sur ces patrimoines de l’élite et sur leur gestion, il y a eu depuis un quart de siècle beaucoup d’études et de discussions1. Mais ce n’est pas d’eux que je vais traiter dans le présent article.

  • 2 M. I. FINLEY, The Ancient Economy, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1973 (tra (...)
  • 3 C. R. WHITTAKER, Land, city and trade in the Roman Empire, Aldershot, Variorum, 1993, surtout chap (...)
  • 4 C. GOUDINEAU, dans G. DUBY dir., Histoire de la France urbaine, vol. 1, La ville antique, surtout (...)
  • 5 D. W. ENGELS, Roman Corinth, An alternative model for the classical city, Chicago-Londres, The Uni (...)

2Depuis la publication de L’Économie antique de M. I. Finley2, un autre débat a concerné les relations de la ville et de la campagne. Est-ce que la ville romaine (non pas Rome elle-même, mais les autres villes, petites ou moyennes) avait un rôle économique actif par rapport à sa campagne, ou bien vivait-elle en parasite de la campagne ? En Angleterre, le problème a beaucoup intéressé M. I. Finley, puis ses disciples, D. Whittaker et K. Hopkins3 ; en France, C. Goudineau et P. Leveau4 ; aux États-Unis, D. W. Engels5. Mais peu de textes antiques ont été mis à contribution. L’argumentation de C. Goudineau et celle de P. Leveau étaient avant tout fondées sur les inscriptions et les restes archéologiques, et très peu sur les textes.

3Je vais me demander ici comment les auteurs latins, qui, sauf exception, faisaient partie des élites sociales et politiques, se représentaient ces relations entre villes et campagnes. Je ne chercherai pas à énumérer et à analyser tous les textes disponibles, ce qui pourrait faire l’objet d’un livre entier. Je m’appuierai sur un petit nombre de textes qui me semblent très significatifs. Ces textes remontent au dernier siècle avant notre ère ou aux deux premiers siècles de notre ère.

4Je désire montrer que les deux ou trois thèses opposées qui, pour être schématique, s’affrontent dans l’historiographie récente, étaient déjà présentes dans les textes latins, mais qu’elles n’étaient pas alors conçues comme exclusives les unes des autres. Deux d’entre elles, ou même toutes les trois, sont parfois présentes dans les mêmes textes antiques, par exemple dans ceux des agronomes. Pour terminer, je m’interrogerai sur les conclusions à tirer de cette situation.

5En principe, la ville n’est que le chef-lieu de la cité. Elle en est le centre abstrait, et constitue donc le cadre de la vie politique et judiciaire de la cité. Mais cette fonction de capitale du centre urbain n’en fait pas un milieu social différent de la campagne. Les citoyens de la ville et ceux de la campagne ont les mêmes droits et les mêmes devoirs, les esclaves de la ville et ceux de la campagne ont le même statut. C’est ainsi que les lois municipales antiques concevaient la cité, et c’est ainsi que la conçoivent encore les spécialistes des institutions municipales.

6On ne s’étonnera pas que les sénateurs romains, dans le cadre de leurs fonctions officielles, aient aussi raisonné en ces termes. C’est le cas de Cicéron, quand il enquête sur les méfaits de Verrès en Sicile, ou de Pline le Jeune, quand il correspond avec Trajan sur les cités de Bithynie. Pour un magistrat, la ville ne peut être que le chef-lieu de la cité, dont tous les citoyens sont officiellement placés sur le même plan. Mais la même vision se retrouve dans beaucoup d’autres textes latins ou grecs, traitant d’affaires davantage privées. Je ne prendrai que trois exemples : le Pro Tullio et le Pro Cluentio de Cicéron ; les discours bithyniens de Dion de Pruse.

7L’affaire dont traite le Pro Tullio se déroule entièrement à la campagne, sur le territoire de Thurium ; dans les fragments du discours qui nous sont parvenus, il n’est jamais question de la ville. Mais, dans la manière dont Cicéron parle de la campagne, des propriétés, des maisons, des esclaves et de leurs exactions, jamais rien ne suggère qu’il ait pu y avoir des clivages sociaux entre ville et campagne. Rien n’indique ni que la ville ait pu vivre aux dépens de la campagne, ni que la campagne ait formé un monde à part, autonome, coupé des élites urbaines.

  • 6 CICÉRON, Pro Cluentio, 5, 11 et 8, 24.
  • 7 CICÉRON, Pro Cluentio, 8, 24.
  • 8 CICÉRON, Pro Cluentio, par exemple 13, 38 et 14, 40.
  • 9 Sur la société de Larinum, cf. P. MOREAU, « Structures de parenté et d’alliance à Larinum d’après (...)

8Comme chacun sait, le Pro Cluentio a pour cadre Larinum, cité sur l’histoire de laquelle il fournit de précieuses informations. Elle apparaît dans le discours comme une unité insécable. Les notables, par exemple Aulus Cluentius Habitus, le père du client de Cicéron, ou Aulus Aurius, sont renommés dans leur municipe, chez eux, domi (ce qui, on le sait, est une autre façon de désigner la cité), ou bien dans toute la région, mais jamais rien n’indique qu’ils puissent être mieux connus ou appréciés à la ville ou, au contraire, en dehors de la ville6. À la mort de Marcus Aurius, ce sont tous les habitants du municipe qui, dit Cicéron, éprouvèrent un sentiment de haine pour Oppianicus7. Plus encore que la ville, c’est le forum qui est le centre de la cité ; c’est au forum qu’on va pour rencontrer les gens, pour avoir des informations ou, au contraire, pour informer les autres8. La cité constitue une unité autour de son forum, tant il est vrai que la ville n’est jamais distinguée de la campagne. Même quand il est question des Martiales, ces dépendants appartenant au dieu Mars, Cicéron n’introduit entre le centre urbain et le territoire rural aucun clivage9.

  • 10 DION DE PRUSE, Discours, 47, 12 et 15.
  • 11 DION DE PRUSE, Discours, 40, 5-15.
  • 12 DION DE PRUSE, Discours, 47, 15.
  • 13 DION DE PRUSE, Discours, 44, 11 et 45, 12-16.
  • 14 DION DE PRUSE, Discours, 47, 13.

9Dans les discours de Dion de Pruse, la ville (surtout celle de Pruse) apparaît bien davantage, avec ses monuments, ses maisons, ses espaces publics. Elle est, aux yeux de Dion, un ornement pour l’ensemble de la cité, qui doit en être fière10. Aussi a-t-il pris lui-même l’initiative d’un projet d’embellissement de Pruse11. Une jolie ville est « aérée, dotée de larges espaces, offrant de l’ombre l’été et des abris ensoleillés l’hiver, et possédant, au lieu de maisons basses et misérables, des édifices élevés dignes d’une grande cité »12. Mais cette beauté de la ville n’est conçue que comme un atout parmi d’autres de l’ensemble de la cité. La cité tout entière rêve d’avoir une plus belle ville, comme elle rêve d’être un chef-lieu de district judiciaire (conventus), d’avoir davantage de conseillers, davantage de territoire ou de revenus, et d’accroître le nombre de ses citoyens et de ses résidents. Tout cela fait partie des avantages qu’un notable comme Dion voudrait assurer à sa cité13. Là non plus, la ville n’est un milieu social et économique spécifique. Il y a des rivalités, une concurrence entre les cités, il y a des rivalités entre les notables, mais on ne trouve pas place, dans un tel propos, pour des rivalités entre ville et campagne. Certes, les projets de Dion, qui, si on le croit, avaient d’abord suscité l’enthousiasme des Prusiens, furent ensuite vivement critiqués. Mais rien n’indique dans le texte ni que les ruraux les aient rejetés davantage que les urbains, ni l’inverse. Et, dans les autres cités, c’est la population tout entière qui souhaite des embellissements : tous les citoyens, dit-il, quelles que soient par ailleurs leurs différences, sont d’accord sur un tel sujet14.

10Malgré cette vision institutionnelle de la cité comme une parfaite unité dont la ville n’est que le chef-lieu, les historiens et archéologues sont d’accord, sauf exception, pour affirmer la spécificité sociale et économique de la ville, et je pense avec raison. Ils se divisent sur le rôle respectif de la ville et de la campagne, mais tous ou presque considèrent que la cité se composait de deux milieux hétérogènes.

  • 15 Il ne faut pas confondre cette notion avec celle de « cité de consommation ». Cette seconde notion (...)

11Pour être schématique, trois grandes tendances se sont affirmées. Les tenants de la première tendance ont lancé le débat. C’était d’abord M. I. Finley en Angleterre, puis, à sa suite, C. Goudineau en France. La ville antique, selon eux, ne produisait guère pour la campagne, elle vivait aux dépens de la campagne. Elle payait son propre équipement et son entretien, non pas grâce aux fruits de son activité économique, mais en dépensant à son profit une portion importante des surplus réalisés par le labeur des paysans, et prélevés par les notables. C’est la notion de « ville de consommation », probablement empruntée à Werner Sombart, et peut-être aussi à Max Weber15. Ou bien, si l’on préfère utiliser l’expression volontairement provocatrice de C. Goudineau, c’est la notion de « ville parasite ».

  • 16 Mais tous trois ne s’orientent pas vers les mêmes types d’activité de la ville. D. Engels insiste (...)
  • 17 P. LEVEAU, Caesarea de Maurétanie : une ville romaine et ses campagnes, Rome, École française de R (...)

12La deuxième tendance, dont le porte-drapeau a été P. Leveau, et à laquelle il faudrait rattacher, pour faire bref, D. W. Engels et K. Hopkins, insiste sur l’activité de la ville16. P. Leveau pense que, par ses prélèvements mêmes, l’élite urbaine contribue au développement des échanges entre la campagne et la ville, et intègre ainsi le paysan dans un nouveau système qui débouche sur un surplus — surplus précisément consommé par la ville. Du commerce entre la campagne et la ville, il fait donc un signe du rôle organisateur de cette dernière. Il a montré en outre, dans le cas de Cherchell par exemple, comment l’élite urbaine organisait activement et transformait les campagnes, en fonction de ses propres besoins et idéaux17.

  • 18 A. FERDIÈRE, Les campagnes en Gaule romaine, 2 vol., Paris, Errance, 1988.

13La troisième tendance, par exemple représentée par Alain Ferdière, s’est exprimée indépendamment des deux autres, et sans polémiquer avec elles. Elle met l’accent sur l’autonomie des campagnes, sur les permanences d’une histoire rurale qui n’est pas immobile, mais dont l’évolution ne dépend que très partiellement de la « grande histoire ». A. Ferdière, certes, écrit avec raison que « la ville ne peut exister sans son territoire » ; et il est très attentif aux formes romaines de propriété et d’exploitation du sol. Mais il insiste surtout sur la continuité rurale. Le monde rural gallo-romain vit en quelque sorte en marge de la ville, sous sa coupe certes, mais en préservant ses spécificités18.

14Trouve-t-on trace, dans les textes antiques, de ces trois conceptions empruntées par l’historiographie récente ? Je pense que oui. La distance est énorme, certes. D’abord, les Latins ne présentaient pas de telles idées de la même façon que nous. Les notions utilisées ne sont pas celles que nous sommes portés à utiliser ou à élaborer. Il n’est évidemment question ni de surplus, ni de parasitisme, ni de ville de consommation, ni de ville organisatrice. Ensuite, il s’agit toujours de cas individuels — d’une personne, d’une famille, et jamais de l’ensemble de la population de la cité — ou bien d’une cité, et non pas de l’ensemble des cités. Les Anciens usent d’exemples, et n’établissent jamais de statistiques.

15Enfin et surtout, la relation entre ville et campagne n’est presque jamais exprimée dans le domaine économique. Les textes des agronomes traitent d’aspects précis de la vie économique concrète ; on y trouve donc des réflexions sur les relations économiques de la ville et de la campagne. Mais, même dans ces textes-là, la place du social, du culturel et du symbolique est très importante. À plus forte raison dans les autres. Les deux discours de Cicéron et d’Apulée dont je vais parler ci-dessous, le Pro Roscio Amerino et l’Apologie, font souvent allusion aux patrimoines des gens dont ils parlent, ainsi qu’à des problèmes de mariage et de succession, mais on n’y trouve presque rien de spécifiquement économique. Nous allons voir cependant que s’en dégage une certaine conception des fonctions de la ville et de la campagne. Cette conception s’exprime dans le domaine culturel sur le plan des valeurs. Les satisfactions matérielles sont évidentes, et l’on sait que la vie d’un sénateur ou d’un chevalier n’est pas du tout celle d’un paysan ou d’un esclave agriculteur. Mais il va surtout être question des satisfactions culturelles et sociales. Il va être question aussi des valeurs de la société romaine, qui n’habitent pas nécessairement au même endroit que ces satisfactions. D’une certaine façon, la campagne, dans la pensée romaine, compense, par son capital de valeurs, les satisfactions non seulement économiques, mais encore culturelles et sociales dont la ville est fière de posséder la quasi-exclusivité.

16Prenons successivement ces trois voies de l’historiographie récente, en commençant par la ville de consommation, la ville qui vit aux dépens de sa campagne. Elle s’exprime dans les textes latins par un partage totalement inégal des valeurs et des satisfactions culturelles et sociales. Les premières sont le fait de la campagne, les secondes de la ville. La campagne est présentée comme l’inverse de la ville. La ville est le lieu du surplus, de l’argent, du luxe, de toutes les distractions, de la culture et de l’innovation culturelle. La campagne, au contraire, est le lieu de l’austérité, de l’épargne et de l’activité laborieuse. Pour souligner encore davantage cette coupure, les auteurs opposent parfois la situation de leur époque à ce qui avait existé précédemment : autrefois, la ville n’était pas ainsi opposée à la campagne, les notables habitaient sur leurs terres, ou, en tout cas, ils veillaient assidûment à organiser la campagne, à la transformer par le travail, ce que désormais ils ont renoncé à faire. Ce partage des satisfactions et des valeurs permettait à l’auteur de faire l’éloge à la fois de la ville et de la campagne, et de valoriser la vie rurale comme origine idéale de toutes les qualités romaines. En même temps, il justifiait, tout en la condamnant, l’exploitation de la campagne par la ville.

  • 19 CICÉRON, Pro Sex. Roscio Amerino, 14, 39 à 15, 43.
  • 20 CICÉRON, Pro Sex. Roscio Amerino, 41, 120.
  • 21 CICÉRON, Pro Sex. Roscio Amerino, 14, 39 et 18, 52.

17Quoi qu’on pense de la véracité des arguments de l’avocat Cicéron, son Pro Roscio Amerino fournit un bel exemple de ce double mouvement. On y perçoit très bien que tous les revenus de cette famille, ou presque tous ses revenus, provenaient de la campagne. Cicéron présente la campagne comme le lieu de la diligentia. C’est aussi le lieu de l’officium, c’est-à-dire à la fois du devoir et des services mutuels dans l’exploitation des terres. C’est au contraire dans la ville qu’on peut faire preuve de cupiditas, qu’on peut donner libre cours aux passions et aux excès, parce que dans la ville se concentrent les surplus19. C’est là qu’ils sont consommés, et que se situe la culture. Sextus Roscius le fils, qui vit à la campagne, est un maître de maison rusticanus20 ; ses esclaves ne sont que des hommes de peine, des manœuvres. Il n’a jamais participé à un seul festin, parce qu’à la campagne il n’y a pour lui ni fêtes ni festins21. Il serait normal qu’il vive de l’autre côté de la barrière, du côté de la consommation. L’accusateur peut donc tirer argument de ce qu’il appelle sa relégation. Mais Cicéron, de son côté, rétorque que le fils Roscius se trouve du côté des valeurs morales. Sur le plan des valeurs, la campagne est parée de tous les prestiges, mais elle est dépouillée de tous les surplus.

  • 22 APULÉE, Apologie, 87, 10 à 88, 7.

18Plus de deux siècles après Cicéron, la situation est presque analogue dans l’Apologie d’Apulée. Pudentilla avait dû faire des distributions au peuple, dans le centre urbain de sa cité d’Oea, quand son fils Pontianus s’était marié, et quand son autre fils avait pris la toge. Au moment où elle épouse Apulée, ils décident de se marier à la campagne, pour éviter, dit-il, d’avoir en plus à distribuer cinquante mille sesterces de sportules22. Qu’il soit ou non sincère, que son explication soit bonne ou non, la remarque est intéressante. En principe, les sportules étaient destinées à tous les citoyens, et non pas aux seuls habitants de la ville ; mais c’est en ville qu’on les faisait. Même dans une villa suburbana comme celle de Pudentilla et de son mari, l’évergétisme n’avait pas sa place. Le lieu des surplus et de leur redistribution, c’était la ville.

  • 23 COLUMELLE, De re rust., 1, Praef., 17-19.

19Ce genre de discours n’est pas réservé aux plaidoyers et aux œuvres d’éloquence. On le retrouve par exemple au début du traité agronomique de Columelle23. Comme Cicéron, il revient sur le passé, qui est présenté comme le revers de la situation présente : les notables s’y occupaient de la terre, ce qu’ils ont cessé de faire en Italie, dit-il.

  • 24 APULÉE, Métam., 1, 4, 2-5 ; 1, 21 à 1, 25 ; 2, 19, 5-6 ; 2, 21, 3-6 ; 3, 1 à 3, 11 ; etc.
  • 25 APULÉE, Métam., 1, 5, 2 ; 2, 21, 3-6 ; 2, 27 ; 2, 30 ; etc.
  • 26 APULÉE, Métam., 3, 29, 2 et 5.

20On le retrouve aussi dans l’autre grande œuvre d’Apulée, les Métamorphoses. D’un bout à l’autre du récit, la ville est toujours présentée comme le lieu de la culture et des distractions, comme le lieu du commerce et des échanges24, mais aussi comme le lieu de l’information, ce qui est très important25. Le vicus, l’agglomération secondaire, peut lui aussi avoir ces mêmes fonctions26. A la campagne, au contraire, on ne trouve rien de tout cela.

21Dans les textes que je viens de présenter, la ville apparaît comme une espèce de rentière qui stocke et surtout consomme les profits, matériels et symboliques, venus de la campagne. Si le travail y reste l’apanage de la campagne, les surplus et la culture y sont du côté de la ville. Mais d’autres textes vont dans le sens de la seconde thèse récemment défendue, celle de la ville organisatrice de P. Leveau. Car si la ville est le lieu des satisfactions sociales de tous ordres, c’est aussi le lieu de l’innovation, et pas seulement de l’innovation culturelle ; c’est le lieu de l’innovation technique et économique. Le notable propriétaire est celui qui va en quelque sorte féconder la campagne en utilisant le travail dans les meilleurs conditions possibles. Il va se ressourcer aux valeurs de la campagne, mais en même temps il matérialisera ces valeurs en leur donnant une efficacité pratique. Certes, il ne cherche pas à révolutionner la campagne ; aucun agronome latin ne propose de plan de diffusion des innovations agricoles. Mais le propriétaire, le notable a l’idée d’exploiter ses terres en fonction de ses intérêts et de sa vision de l’agriculture, et, en plus du contrôle que toute cité exerce sur son territoire, ces initiatives individuelles façonnent dans une certaine mesure l’espace rural des cités.

  • 27 CATON, De Agr., 5, 2.

22C’est très visible dans les traités de Caton et de Varron. Tous deux se situent dans l’hypothèse d’un propriétaire venant de la ville (Rome ou une autre ville), et qui veut sur toute chose imposer ses choix et sa volonté à ses dépendants. Il est très loin de se borner à prélever sa rente. Pour Caton, le propriétaire doit intervenir dans toutes les opérations techniques. Il ne se fie jamais à la compétence de ses dépendants27. Il ne joue pas un rôle commercial, mais est très soucieux de la vente des produits et s’en occupe activement. La vente peut avoir lieu n’importe où, au domaine, dans la ville la plus proche, dans un port fluvial ou maritime, etc. Si le propriétaire qui a acheté une terre n’est pas encore inséré dans le voisinage, il doit s’y insérer, car cette insertion facilitera la vente et l’achat des produits, elle permettra d’avoir de la main-d’œuvre saisonnière, etc. Il est donc vrai que la présence de la villa contribuera à la commercialisation des récoltes des paysans alentour et leur fournira des ressources complémentaires. D’autre part, les contacts du propriétaire avec le voisinage visent à empêcher le vilicus ou ses autres dépendants de nouer à ses dépens des relations trop étroites avec le reste du milieu rural. C’est la lutte contre une trop forte autonomie rurale.

  • 28 Cf. par exemple VARRON, De re rust., 2, 5, 1 et 2, 8, 1. Sur ces aspects du traité de Varron, cf. (...)
  • 29 Cf. par exemple VARRON, De re rust., 1, 2, 10 et 12 ; 1, 3.
  • 30 VARRON, De re rust., 3, 2, 1-6.

23Quant aux rapports entre la ville et la campagne, le traité de Varron est emblématique, car le discours sur l’agriculture et l’élevage y est tenu dans le cadre de la ville de Rome. Chacun des trois livres du traité est conçu comme un dialogue, qui, à chaque fois, se tient à Rome. Ce sont des espèces de petites pièces de théâtre, dont les personnages entrent et sortent de scène en fonction de leurs obligations, et des allusions sont souvent faites à des événements politiques ou religieux qui se déroulent dans la Ville28. Ceux qui parlent sont des experts de telle ou telle partie de l’agriculture ou de l’élevage ; mais il est important aussi qu’ils se distinguent par le rang social, par la dignitas et l’honos29. Le livre 3 commence par une comparaison entre la Villa publica, monument de Rome où va avoir lieu le dialogue, et une villa privée30. Quel plus beau symbole pourrait-on trouver d’une campagne modelée par les élites et les valeurs de la ville ?

24Le monde rural dans sa permanence autonome est moins perceptible dans les textes anciens, puisque les auteurs de ces textes, en première approximation, étaient tous des membres des élites urbaines.

  • 31 APULÉE, Métam., 1, 7, 6-7 ; 1, 8, 3 ; 1, 15 ; 1, 17, 2 ; etc.
  • 32 APULÉE, Métam., 1, 19, 6.

25On l’entrevoit cependant dans les œuvres de fiction, dans les romans, comme par exemple les Métamorphoses d’Apulée. Nous avons déjà parlé de ce que les voyageurs et commerçants qui sont au centre du récit trouvent dans les villes. A la campagne, à l’inverse, il n’y a rien pour eux, sauf les auberges (et les brigands, surtout la nuit). Les auberges sont le seul lieu de vie publique dans la campagne, les seuls endroits où ils puissent se ravitailler et s’informer31. Les marchands ne pénètrent pas vraiment dans le monde rural. Et c’est là que se dissimulent les brigands après avoir pillé les maisons des villes. On comprend que, pour un notable, la vie sur ses terres soit qualifiée de quies villatica32, de calme rural. Quand il est dans sa villa, il est clair que le notable n’en sort plus guère, sauf à aller visiter quelques-uns de ses pairs qui habitent dans le voisinage. La campagne, c’est le côté obscur de la cité. A travers ce mystère, on entrevoit la profondeur et l’autonomie de la vie rurale. Si les urbains sont tellement mal à l’aise dans la campagne, et se hâtent tant de se réfugier dans les villes, on imagine combien les paysans étaient en mesure de protéger leurs traditions et leurs particularités. La presque totale absence de la campagne dans un récit comme celui d’Apulée illustre a contrario, et comme en creux, la justesse des thèses de A. Ferdière.

26Même chose dans Daphnis et Chloè. Si l’on prête davantage attention à la vraisemblance sociale qu’aux éléments romanesques du récit, on découvre une campagne très distante de la ville, quoiqu’elle n’en soit éloignée que de 36 km, et que le maître de ces esclaves bergers habite Mytilène.

  • 33 CATON, De Agr., 1, 4 ; VARRON, De re rust., 1, 19, 2.
  • 34 Cf. par exemple VARRON, De re rust., 1, 16, 2-3 et 6 ; 1, 18 et 19.
  • 35 VARRON, De re rust., 2, 1, 26.

27Face à la profonde obscurité de la campagne, Caton et Varron ont une double attitude. D’un côté, ils essaient de tirer le plus grand parti du voisinage, en imitant ce que font les autres exploitants ou ce que faisaient les anciens propriétaires33, et en établissant avec les voisins les meilleurs rapports possibles34. De l’autre, ils veillent à empêcher que s’institue entre leurs dépendants et les autres paysans une solidarité rurale dont ils feraient les frais. Il faut que les esclaves s’attachent aux propriétés du maître, et les bergers aux troupeaux ; le fait de donner des compagnes aux esclaves et de permettre qu’ils aient des enfants les attache davantage au domaine35. Mais il faut aussi éviter qu’ils entretiennent des rapports trop étroits avec d’autres paysans du voisinage.

28Nous avons dit que les Métamorphoses d’Apulée témoignaient à la fois que la ville était un centre de consommation vivant aux dépens de la campagne, et qu’il y avait un monde rural autonome. Il serait facile de montrer que les trois directions présentées par l’historiographie contemporaine se rencontrent ensemble dans d’autres œuvres et chez d’autres auteurs. Le Pro Roscio Amerino, par exemple, que j’ai pris comme exemple du modèle de la ville de consommation, témoigne aussi du rôle organisateur de l’élite urbaine. Les conseils que Varron donne au propriétaire dans son traité attestent la persistance d’un milieu rural autonome, que l’influence de la ville ne pénètre pas complètement, même en Italie centro-méridionale.

29Certes, la chronologie a une grande importance. D’autre part, il existait évidemment de fortes différences régionales (C. Goudineau a par exemple insisté à juste titre sur le fait que, dans les Trois Gaules, le phénomène urbain n’a jamais connu la diffusion et le succès que l’on constate en Italie). Mais, au niveau de généralité où je me situe ici, ni la chronologie ni les particularismes provinciaux ou locaux ne suffisent à rendre compte des observations que nous avons faites.

  • 36 J. ANDREAU, Patrimoines, échanges et prêts d’argent : l’économie romaine, op. cit., surtout p. 75- (...)
  • 37 P. LEVEAU, Caesarea de Maurétanie : une ville romaine et ses campagnes, op. cit.

30Si les mêmes œuvres reflètent parfois deux ou même trois des grandes orientations actuelles, c’est que ces grandes orientations ne s’excluent pas vraiment les unes les autres. J’ai écrit à plusieurs reprises que le modèle proposé par P. Leveau, celui de la ville organisatrice, me paraissait le plus satisfaisant, et je ne m’en dédis nullement36. Mais les rapports entre ce modèle et la vision présentée par A. Ferdière ne peuvent être que dynamiques, et non pas statiques. Les brèves remarques que j’ai faites sur le traité de Varron montrent que l’élite urbaine n’a jamais totalement réussi à organiser l’ensemble de la campagne, même en Italie, à plus forte raison dans la plupart des provinces. Le livre que P. Leveau a consacré à la cité de Caesarea de Maurétanie le montre d’ailleurs à la perfection37. À l’inverse, étant donné le régime de propriété, l’existence des cités, la fiscalité et toutes les formes de contrôle exercées par l’État romain, l’autonomie rurale n’a jamais pu jouer à plein ; les idées de A. Ferdière ne sont valables que si on ne les pousse pas à bout. Quant au modèle de la ville de consommation, il n’a aucune valeur si on y voit le signe d’un parasitisme de la ville. Mais il n’est pas faux que la ville était un centre privilégié de consommation. Le pouvoir organisateur de la ville et son rôle dans la consommation ne sont pas exclusifs l’un de l’autre. Les couches sociales qui consommaient le plus étaient d’ailleurs celles qui contribuaient avant toute autre à l’organisation du territoire. En posant la consommation comme exclusive de l’action et de l’innovation économiques, M. I. Finley a donc mal posé le problème.

31La preuve qu’il a été mal posé, c’est que certains phénomènes peuvent être interprétés de façon contradictoire. La fonction d’information, par exemple. Si l’information était concentrée dans la ville, est-ce un signe de l’activité organisatrice de la ville, ou au contraire une rente de situation dont elle profite ? Le commerce, aussi. Les textes latins, écrits par des membres de l’élite sociale et politique, en parlent évidemment assez peu. Quand ils en parlent (songeons au Satiricon, ou aux Métamorphoses d’Apulée), le commerce apparaît comme une activité urbaine, mais il concerne souvent des produits agricoles. Au début des Métamorphoses, les commerçants raisonnent en fonction des villes et vont de ville en ville, et ils vendent du miel ou du fromage. Quelle place accorder au développement d’un tel commerce ? P. Leveau y voit un signe du rôle organisateur de la ville. Il n’a sûrement pas tort. Mais ne peut-on pas considérer aussi le commerce comme un des moyens par lesquels le surplus agricole est drainé vers la ville et approprié par la ville pour sa consommation, aux dépens des productions de la campagne ?

32Ville et campagne sont prises dans une relation sociale de type classiste, et une telle relation implique : d’une part, une activité économique des milieux dominants (activité qui apporte des satisfactions à l’ensemble de la société, mais des satisfactions évidemment inégales) ; d’autre part, d’importants prélèvements aux dépens des couches dominées ; enfin, une grande distance sociale, et une résistance des couches dominées, qui cherchent, de façon parfois active et souvent passive, à échapper au contrôle et aux orientations des milieux dominants. L’ensemble des villes et campagnes des sociétés historiques préindustrielles fonctionne ainsi. Selon qu’on insiste sur l’un ou l’autre des trois aspects, on parvient à l’une ou l’autre des trois directions dont il a été question ci-dessus. Ce sont trois façons différentes, mais complémentaires, d’analyser la même situation. Cette situation, la notion de ville de consommation n’aide guère à la comprendre.

Notes

1 Parmi ces nombreux travaux, citons par exemple : I. SHATZMAN, Senatorial Wealth and Roman Politics, Bruxelles, collection Latomus, 1975 ; J. H. D’ARMS et E. C. KOPFF dir., The Seaborne Commerce of Ancient Rome : Studies in Archaeology and History, Memoirs of the American Academy in Rome, t. 36, Rome, 1980 ; J. H. D’ARMS, Commerce and Social Standing in Ancient Rome, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1981 ; P. GARNSEY, K. HOPKINS et C. R. WHITTAKER dir., Trade in the Ancient Economy, Londres, Chatto et Windus, 1983 ; P. LEVEAU dir., L’Origine des richesses dépensées dans la ville antique, Aix-en-Provence, université de Provence, 1985 ; A. TCHERNIA, Le Vin de l’Italie romaine, Rome, École française de Rome, 1986 ; D. MANACORDA, « Le anfore dell’Italia repubblicana : aspetti economici e sociali », dans Amphores romaines et histoire économique. Dix ans de recherches, Rome, École française de Rome, 1989, p. 443-467 ; J. ANDREAU, Patrimoines, échanges et prêts d’argent : l’économie romaine, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1997 ; et J. ANDREAU, Banking and business in the Roman World (310 B.C.-A.D. 284), Cambridge University Press, 1999.

2 M. I. FINLEY, The Ancient Economy, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1973 (traduction française : L’Économie antique, Paris, Éditions de Minuit, 1975).

3 C. R. WHITTAKER, Land, city and trade in the Roman Empire, Aldershot, Variorum, 1993, surtout chap. 8 et 9 ; K. HOPKINS, « Taxes and trade in the Roman Empire », Journal of Roman Studies, t. 70, 1980, p. 101-125.

4 C. GOUDINEAU, dans G. DUBY dir., Histoire de la France urbaine, vol. 1, La ville antique, surtout p. 365-381 ; P.-A. FÉVRIER et P. LEVEAU dir., Villes et campagnes dans l’Empire romain, Aix-en-Provence, université de Provence, 1982 ; P. LEVEAU, « La ville antique et l’organisation de l’espace rural : villa, ville, village », Annales Économies, Sociétés, Civilisations, t. 38, 1983, p. 920-942 ; C. GOUDINEAU et P. LEVEAU, « La ville antique, ville de consommation », Études rurales, n° 89-91, 1983, p. 275-289.

5 D. W. ENGELS, Roman Corinth, An alternative model for the classical city, Chicago-Londres, The University of Chicago, 1990.

6 CICÉRON, Pro Cluentio, 5, 11 et 8, 24.

7 CICÉRON, Pro Cluentio, 8, 24.

8 CICÉRON, Pro Cluentio, par exemple 13, 38 et 14, 40.

9 Sur la société de Larinum, cf. P. MOREAU, « Structures de parenté et d’alliance à Larinum d’après le Pro Cluentio », dans M. CEBEILLAC-GERVASONI dir., Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux iie et ier siècles av. J.-C, Naples, Centre Jean Bérard, 1983, p. 99-123 ; et P. MOREAU, « Patrimoines et successions à Larinum au ier siècle av. J.-C. », Revue historique de droit français et étranger, t. 64, 1986, p. 169-189.

10 DION DE PRUSE, Discours, 47, 12 et 15.

11 DION DE PRUSE, Discours, 40, 5-15.

12 DION DE PRUSE, Discours, 47, 15.

13 DION DE PRUSE, Discours, 44, 11 et 45, 12-16.

14 DION DE PRUSE, Discours, 47, 13.

15 Il ne faut pas confondre cette notion avec celle de « cité de consommation ». Cette seconde notion intéresse la cité dans sa globalité, et ne regarde donc pas les rapports entre ville et campagne ; elle provient de l’œuvre de Max Weber, qui voyait dans les cités antiques des cités de consommation et dans les cités médiévales des cités de production. Cf. J. ANDREAU, Patrimoines, échanges et prêts d’argent : l’économie romaine, op. cit., p. 371-384 ; et H. BRUHNS, « De W. Sombart à M. Weber et à M. I. Finley : la typologie de la ville antique et la question de la ville de consommation », dans Ρ. LEVEAU dir., L’origine des richesses dépensées dans la ville antique, op. cit., p. 254-273.

16 Mais tous trois ne s’orientent pas vers les mêmes types d’activité de la ville. D. Engels insiste sur le rôle de la ville dans le domaine des services (c’est ce que C. R. Whittaker appelle la « service-city »), et K. Hopkins sur la façon dont elle servait d’intermédiaire entre les campagnes et le gouvernement impérial, notamment dans le domaine de la fiscalité. Cf. là-dessus C. R. WHITTAKER, Land, city and trade in the Roman Empire, op. cit., chap. 9 (= « Do theories of the ancient city matter ? », dans T. J. CORNELL et H. K. LOMAS dir., Urban society in Roman Italy, Londres, UCL Press, 1993, p. 1-20).

17 P. LEVEAU, Caesarea de Maurétanie : une ville romaine et ses campagnes, Rome, École française de Rome, 1984.

18 A. FERDIÈRE, Les campagnes en Gaule romaine, 2 vol., Paris, Errance, 1988.

19 CICÉRON, Pro Sex. Roscio Amerino, 14, 39 à 15, 43.

20 CICÉRON, Pro Sex. Roscio Amerino, 41, 120.

21 CICÉRON, Pro Sex. Roscio Amerino, 14, 39 et 18, 52.

22 APULÉE, Apologie, 87, 10 à 88, 7.

23 COLUMELLE, De re rust., 1, Praef., 17-19.

24 APULÉE, Métam., 1, 4, 2-5 ; 1, 21 à 1, 25 ; 2, 19, 5-6 ; 2, 21, 3-6 ; 3, 1 à 3, 11 ; etc.

25 APULÉE, Métam., 1, 5, 2 ; 2, 21, 3-6 ; 2, 27 ; 2, 30 ; etc.

26 APULÉE, Métam., 3, 29, 2 et 5.

27 CATON, De Agr., 5, 2.

28 Cf. par exemple VARRON, De re rust., 2, 5, 1 et 2, 8, 1. Sur ces aspects du traité de Varron, cf. C. NICOLET, « Le livre 3 des Res rusticae de Varron et les allusions au déroulement des comices tributes », Revue des Études anciennes, t. 72, 1970, p. 113-137 ; et S. AGACHE, « Construction dramatique et humour dans le Traité d’Agriculture de Varron », dans M. TREDE et P. HOFFMANN dir., Le rire des Anciens, Paris, PENS, 1998, p. 201-230.

29 Cf. par exemple VARRON, De re rust., 1, 2, 10 et 12 ; 1, 3.

30 VARRON, De re rust., 3, 2, 1-6.

31 APULÉE, Métam., 1, 7, 6-7 ; 1, 8, 3 ; 1, 15 ; 1, 17, 2 ; etc.

32 APULÉE, Métam., 1, 19, 6.

33 CATON, De Agr., 1, 4 ; VARRON, De re rust., 1, 19, 2.

34 Cf. par exemple VARRON, De re rust., 1, 16, 2-3 et 6 ; 1, 18 et 19.

35 VARRON, De re rust., 2, 1, 26.

36 J. ANDREAU, Patrimoines, échanges et prêts d’argent : l’économie romaine, op. cit., surtout p. 75-98 et p. 371-384.

37 P. LEVEAU, Caesarea de Maurétanie : une ville romaine et ses campagnes, op. cit.

Auteur

EHESS, Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540