Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Le patriciat en représentation, représentation du patriciat

La présence des notables dans l’espace périurbain à Palmyre

Jean-Baptiste Yon

Résumé

Quand on fait le bilan de ce qui reste aujourd’hui des notables palmyréniens, un élément se détache particulièrement, les grands tombeaux de famille. Pour le visiteur de Palmyre, dans le désert de Syrie, une des caractéristiques de l’oasis encore aujourd’hui est l’existence de tombeaux monumentaux des trois premiers siècles de notre ère1.
La construction de ces tombes est une des stratégies par lesquelles les notables cherchaient à se rendre présents sur le plan urbanistique et à affirmer les différences sociales. Cet ensemble donne un témoignage significatif sur la population de Palmyre, et en particulier sur l’élite qui seule avait les moyens de se faire construire de tels monuments.
À travers l’étude de la localisation et du décor des monuments funéraires, on peut tenter de voir de quelle manière les notables de la ville cherchaient à manifester leur pouvoir et leur influence.

Texte intégral

Les rivalités de localisation entre familles

Généralités

1Il peut exister une véritable rivalité et une concurrence entre les membres de l’aristocratie locale qui, chacun à leur tour, essayent de dominer leurs voisins et de les écraser de leur luxe. Ce désir de rivaliser est ainsi visible dans la manière dont les tombeaux sont installés au sein des nécropoles. Les différentes tombes placées au sommet d’une butte (Umm Belqis) qui domine la route conduisant de Palmyre vers l’ouest, à l’entrée de la Vallée des Tombeaux, en donnent un bon exemple (fig. 1 et 2).

  • 2 C’est l’explication proposée par A. MACHATSCHEK, Die Nekropolen und Grabmäler im Gebiet von Elaiuss (...)
  • 3 I. BALDASSARE, « La necropoli dell’Isola Sacra (Porto) », dans H. VON HESBERG et P. ZANKER éd., Rom (...)

2À titre de comparaison, à Elaioussa-Sébasté en Cilicie, à la même époque, les tombes sont installées en fonction de la route que longe la nécropole. Mais il est possible que dans certains cas un souci personnel se fasse jour. Des positions plus ou moins éloignées de la route, mais bien en vue, s’expliquent peut-être par la présence d’un paysage ou d’une vue particulièrement aimée par le constructeur du tombeau. Et, en effet, la position de la nécropole, non loin de la mer et en surplomb, peut facilement accréditer cette théorie2. Mais on peut aussi penser au désir de rivaliser avec ses semblables et d’être dans la position la plus en vue possible. En Italie, la nécropole de l’Isola Sacra, près d’Ostie, est située le long d’une route qui est la condition déterminante de la naissance de la nécropole. Le principe de la plus grande visibilité possible pour le passant conditionne l’organisation de l’espace. Il n’y a pas d’isolement de la cité des morts dans un espace cultuel défini, mais ce qui est privilégié est le rapport avec le monde des vivants3.

3Il en est ainsi à Palmyre. Il faut être vu ; et pour l’être, la tendance naturelle est de se placer, soit en position dominante (sur une butte dans l’exemple de Umm Belqis), soit à proximité de l’endroit où passe la route (tours d’Atenatan et d’Elahbel).

Bene Baa et Jamblique

  • 4 Les inscriptions sont citées d’après J.-B. CHABOT éd., Corpus Inscriptionum Semiticarum, Pars secun (...)

4On a la chance d’avoir, pour certaines des nécropoles de Palmyre, des inscriptions de fondation datées. Elles permettent de retracer l’évolution de l’installation à cet endroit. Deux tombes d’une famille appelée Bene Baa (« Fils de Baa ») sont voisines sur la butte Umm Belqis. La tour 68, qui va nous intéresser plus particulièrement, a été fondée en avril 83 (CIS 4124 = Inv IV, 3)4.

5Au même moment — la même année et le même mois (avril 83) —, une autre tombe est fondée à proximité immédiate de celles des Bene Baa. C’est une des tombes les mieux connues de Palmyre, celle de Jamblique (n° 51), dont on sait qu’il appartenait à une famille aisée, comme une grande partie de ceux qui se faisaient construire des tombes dans les nécropoles.

6L’exacte concordance des dates pourrait être la conséquence d’un souci de concurrence des familles de Jamblique et de celle des Bene Baa, pour avoir la priorité sur cette colline. Mais cette concurrence n’est pas le seul phénomène à mettre en évidence à cet endroit. Un coup d’ceil sur le plan (fig. 1) montre assez bien la position privilégiée que ces tours occupent, dans le prolongement exact de la colonnade transversale. Elles se trouvent non seulement en surplomb de la route qui va vers l’ouest, mais à proximité immédiate de la route vers le sud, avant que celle-ci atteigne la nécropole sud-ouest. Selon toute vraisemblance, à la fin du ier siècle, la ville de Palmyre était située au sud du wadi (cours d’eau temporaire), donc au sud de la zone occupée actuellement par le site archéologique et ses monuments. L’Agora, le sanctuaire de Nabu ouvrent d’ailleurs de ce côté. De la partie du site qui était occupée par le centre urbain, on a une très belle vue sur la colline, et en particulier sur ces quelques tours funéraires, comme celle de Jamblique ou les numéros 67 et 68 (fig. 3).

7On peut tenter d’aller un peu plus loin et de préciser les choses à propos des Bene Baa.

Le prestige familial

  • 5 M. GAWLIKOWSKI, op. cit., p. 83.

8Les deux tombeaux des Bene Baa (n° 67 et 68) sont pratiquement l’un contre l’autre. Il est possible que la propriété de ce clan n’ait pas consisté seulement dans la tour, mais se soit étendue quelques mètres autour, et c’est là que la seconde tour a été construite, sans doute pour pouvoir rester sur le terrain de la famille. La tour n° 68 des Bene Baa a été fondée en avril 83 (CIS 4124 = Inv IV, 3) ; elle remplace la tour n° 67 fondée seulement 50 ans auparavant par le grand-père des fondateurs, Hairan. Bien qu’on ait prévu la place de certains des petits-fils dans la tour n° 67, ceux-ci ont néanmoins fondé une nouvelle tombe. Hairan lui-même avait déjà abandonné le tombeau de sa famille (tour n° 21, antérieure à 8-9 de notre ère) pour faire construire sa tombe bâtie d’après les procédés traditionnels. Celle-ci (n° 67), qui pouvait contenir au moins 150 sépultures, n’a donc été utilisée que par deux générations, celle de Hairan et celle de son fils. Comme le montre l’aspect très différent des deux tombes, c’est sans doute parce qu’ils n’étaient pas satisfaits de la tombe de leur grand-père (= n° 67) que les petits-enfants de Hairan ont construit la tombe n° 685.

  • 6 M. GAWLIKOWSKI, op. cit., p. 99.
  • 7 C’est-à-dire de fonder ou refonder sa propre lignée.

9D’autres faits repérables dans les nécropoles de Palmyre viennent peut-être appuyer cette hypothèse. Il est possible que des familles aient abandonné le tombeau traditionnel et ancien pour en refonder un autre, plus riche et plus digne de ce que la famille estimait être son rang, et cela peut expliquer l’abandon rapide de certains tombeaux, comme la tour n° 70. Fondée vers la fin du ier siècle, d’après son architecture, elle est de dimension moyenne. Le texte de fondation a disparu, mais on connaît deux textes de concession (Inv IV, 1 = CIS 4206) datés des années 30 du iiie siècle de notre ère. Comme le signale M. Gawlikowski6, « trois quarts de ce tombeau [...] restaient libres et pouvaient être cédés ». Le cas n’est pas unique, et on peut se demander quelles raisons ont fait que ce tombeau n’a été que peu utilisé. La famille a pu s’éteindre, mais une autre explication est possible. Le désir de paraître, de fonder soi-même un sépulcre familial7 a sans doute été plus d’une fois la cause de l’abandon et de l’arrêt de l’utilisation d’une tombe.

  • 8 M. GAWLIKOWSKI, op. cit., p. 99-102.

10D’autre part, ce désir de paraître est aussi un souci de faire mieux que le voisin. La tour n° 67 a été la première à s’installer sur ce versant de la colline Umm Belqis. Dans les dernières décennies du ier siècle, plusieurs tours furent construites dans cette zone, comme la tour n° 51 de Jamblique. On sait aussi que la tour n° 63 lui est antérieure de quelques années (79 ap. J.-C. d’après le texte CIS 4121 = Inv TV, 5) ; les tours n° 62, 69, 70, 71 appartiennent elles aussi aux dernières années du ier siècle8. On peut soupçonner que devant cette concurrence, les propriétaires de la tour n° 67 ont décidé de construire une tour qui permette à leur famille de faire meilleure figure. Ces raisons de prestige familial expliquent sans doute dans bien des cas les décisions de construction de nouveaux sépulcres par les familles de Palmyre. On a ici la chance d’avoir un cas qui permet de reconstruire les faits de manière hypothétique, certes, mais assez vraisemblable.

  • 9 Sur ces problèmes, cf. aussi l’article de K. MAKOWSKI, « La sculpture funéraire palmyrénienne et sa (...)

11Une partie de la population s’est enrichie grâce au commerce qui se développe dès le ier siècle de notre ère. L’exemple qu’on vient de développer prouve l’existence d’une classe de notables, possesseurs de ces riches tombes, qui se concurrencent. À ce moment prend sans doute place un double mouvement qui force une partie de l’élite à vouloir se différencier. Il existe une classe qu’on pourrait qualifier de moyenne, enrichie comme l’ensemble des Palmyréniens par le commerce caravanier (cf. le grand nombre d’inscriptions caravanières entre 130 et 161). Cette classe « moyenne » a peut-être renoncé aux sépultures individuelles à fosse, pour se rabattre sur les grands tombeaux collectifs, caractéristiques des familles importantes de l’oasis. Faute de moyens financiers et à cause du coût élevé des hypogées, la plupart d’entre eux durent pourtant se contenter de quelques parties seulement de ces tombes, concédées par les familles des fondateurs, soit en raison de difficultés financières, soit par spéculation, soit pour d’autres raisons (comme par exemple la disparition de la famille ou la construction d’un nouveau tombeau plus riche à proximité)9. Les divisions à l’intérieur des tombes qui se généralisent à cette période sont intégrées dans l’art et la mentalité d’une partie de la population. Le lieu de la différenciation sociale n’est plus tellement dans ce cas, la tombe elle-même, mais l’aménagement particulier à la famille, avec une décoration et des sculptures qui dépendent souvent de la forme préexistante du tombeau. Le nombre relativement important des textes de concession (52 textes dans le recueil de M. Gawlikowski) est sans doute à mettre en rapport avec l’enrichissement accru de cette catégorie de la population de la ville, car la plupart d’entre eux sont postérieurs à 170 ; on en possède maintenant un nombre trop important pour penser que leur répartition chronologique tient seulement au hasard des découvertes. D’autre part, la partie la plus prospère de cette « classe moyenne » a dû vouloir participer aux modes de vie de l’élite jusque dans les pratiques funéraires, y compris par des constructions de tombeaux, sans se contenter d’en occuper seulement une partie. Et il semble bien qu’à Palmyre, au moment de la grande prospérité économique (iie et iiie siècles), les tombes qui étaient jusqu’alors la norme, ne suffisent plus aux élites, sans doute par un souci de se différencier de ceux qui commencent à utiliser les mêmes tombeaux qu’elles. C’est une raison qui peut expliquer qu’on soit passé à des tombeaux de structure architecturale élaborée comme les tombeaux-temples, forme qui a des antécédents dans d’autres parties de la Syrie.

Les temples funéraires

12Si on peut définir les tours funéraires comme des monuments qui mettent en valeur de manière exceptionnelle le désir de représentation des notables de Palmyre, cette définition est encore plus valable pour les temples funéraires. L’avènement de ce type de monument, qui remplace au milieu du iie siècle les tours funéraires, marque aussi une présence massive de l’influence romaine, puisque ce type de tombeau connaît de nombreux parallèles contemporains ou plus anciens dans le reste de l’Empire.

Des localisations privilégiées

  • 10 C. WATZINGER, dans T. WIEGAND, Palmyra. Ergebnisse der Expeditionen von 1902 und 1917 (2 vol. Text (...)
  • 11 Ce niveau inférieur est aussi attesté pour un autre temple funéraire, le n° 150 dans la nécropole n (...)
  • 12 À titre de comparaison, le temple de Baalshamin mesure environ 8,50 m. sur 15. Le temple funéraire (...)

13Répartis dans toutes les nécropoles de la ville, les temples funéraires sont, comme les tours funéraires, placés de manière à être bien en vue. Le désir de représentation des notables a trouvé là le domaine par excellence de son expression. Un des exemples les plus extraordinaires est la localisation d’un groupe de quelques tombeaux à l’extrémité de la grande colonnade : c’est en particulier le cas du tombeau n° 86 qui en ferme la perspective. C’est aussi à proximité de ce lieu qu’arrivait la colonnade transversale qui, à l’endroit précis où elle rejoignait la grande colonnade, aboutit aussi sur ce tombeau (fig. 1). Ce dernier a été pendant longtemps le mieux connu de ce type de monument, grâce à la publication de C. Watzinger10 ; il a été fortement restauré depuis. Son apparence extérieure en fait un exemple classique de ce que peut être un temple funéraire (fig. 4). Un simple coup d’œil donne d’ailleurs la raison de cette appellation. Précédé par les six colonnes de son pronaos, il mesure en tout 18,50 mètres sur 15,50 (14 mètres sur 14 pour la cella). Il est placé sur un socle, qui servait à mettre en valeur son élévation, et en particulier l’étage. En dessous, existait une crypte où sont installées des travées de loculi11. Dix-neuf travées de cinq loculi étaient installées à l’étage principal. Au fond de la cella, un emplacement était réservé pour un banquet funéraire. L’aménagement du premier étage est moins clair, mais il est évident que son décor devait être aussi complexe et raffiné que celui du rez-de-chaussée. L’impression d’ensemble est celle d’un monument très riche, dont la décoration d’inspiration nettement occidentale devait faire une impression puissante à ce croisement de deux des axes principaux de la ville. Des critères stylistiques permettent de le dater du tournant des iie et iiie siècles, c’est-à-dire sans doute quelques années avant le tombeau n° 36. Il est malheureux que ce tombeau qui fait partie des plus grands12 n’ait pas livré d’inscription de fondation. Il aurait été intéressant de savoir quel notable de la cité avait les moyens de marquer autant de son empreinte ce quartier de la ville.

Un conflit avec l’organisation urbaine ?

  • 13 E. WILL, op. cit., p. 123.

14Si on considère, comme on le fait généralement, que la colonnade transversale s’est mise en place vers le début du iie siècle, et que la section correspondante de la grande colonnade lui est juste postérieure13, cela signifie que la tombe n° 86 est postérieure à l’organisation du quartier. Sa position a donc été choisie en parfaite connaissance de cause. Il a fallu tenir compte des programmes de construction, qui sont d’ailleurs plutôt la juxtaposition d’éléments séparés qu’un véritable plan d’ensemble.

15Ce qui était plutôt un quartier de commerçants et de magasins est devenu aussi un lieu d’apparat et de prestige avec la construction des deux colonnades. Les premières constructions funéraires leur sont postérieures. C’est sans doute à cause du changement de fonction du quartier que les temples funéraires n° 86, 173a-d se sont installés à cet endroit. Ils ont été construits dans une zone qui était vide de tombes, et après la construction des monuments publics.

16Il n’y a pas meilleure preuve de cette volonté de localisation en plein cœur de l’organisation urbanistique de Palmyre que le tombeau n° 173d dont le fondateur reste inconnu, car seule la fin de l’inscription qui en donnait le nom est conservée sur les fragments du linteau qu’on peut encore voir sur le site (CIS 4214). Encore plus que ses voisins, il est placé au cœur du système urbanistique, en bordure du carrefour des deux colonnades. La situation de ces monuments est révélatrice sans doute de relations de concurrence au sein de la société palmyrénienne. Elle permet de penser qu’en parallèle au « schéma d’urbanisme », de riches personnages ont lutté entre eux pour placer de la manière la plus voyante possible leurs tombes. Ils ont déployé dans l’architecture et la décoration de celles-ci toutes les possibilités offertes par les traditions occidentales mais aussi orientales. Il n’est pas indifférent néanmoins que l’art gréco-romain domine nettement dans la structure et la décoration de ces monuments. C’est en effet à ce moment, en particulier dans les colonnades, que la ville se couvre d’édifices très influencés par le monde occidental. Les notables de Palmyre qui ont fait construire ces tombeaux appartiennent comme leurs contemporains d’Antioche ou d’Apamée à une élite dont la culture et les références architecturales et artistiques sont communes, même s’ils conservent en même temps des traits très originaux.

  • 14 Comme me l’ont fait remarquer plusieurs personnes lors du colloque, il peut s’agir non pas d’un con (...)

17Mais la présence de leurs tombeaux à cet endroit appelle aussi une autre remarque. Leur position est en quelque sorte en conflit avec toute l’organisation urbanistique de la ville, dont ils auraient dû être bannis. Leur existence même prouve que, dans l’opposition qui existe entre les grands notables et les institutions civiques, ce sont vraisemblablement les premiers qui l’emportent, au moins à ce moment. Certes, on n’en sait pas plus, mais l’exemple du commerce caravanier montre que parfois des notables acquièrent une position absolument prépondérante sur la scène politique et civique locale. On a visiblement affaire à quelque chose de ce genre14.

18En ce qui concerne ce quartier de la nécropole (aux confins de la nécropole nord et de la Vallée des Tombeaux), on doit pourtant se contenter de ces remarques assez générales : l’absence de textes empêche toutes les recherches précises sur le statut et la richesse sans doute considérable des notables qui ont fait construire dans cette zone. On peut supposer, comme on l’a fait, qu’ils étaient entre eux en relation de concurrence, mais rien n’empêche qu’ils aient au contraire appartenu au même clan ou à des familles apparentées qui dominaient la ville.

Conclusion

19Il ne faut pas exagérer les différences entre les temples funéraires et les monuments qui les ont précédés dans leur fonction (tours funéraires). Si le changement est très important du point de vue architectural, leur rôle social est tout à fait semblable.

  • 15 Le mouvement entamé plus tôt semble s’amplifier à partir de la deuxième moitié du ier siècle de not (...)
  • 16 Cf. l’introduction de H. VON HESBERG et P. ZANKER, « Einleitung », dans H. VON HESBERG et P. ZANKER (...)

20Une chose est sûre du point de vue chronologique, c’est la concomitance entre, d’une part, la date de ces constructions15 et, d’autre part, la prospérité économique, mais aussi le dynamisme de ce qui n’était, un siècle plus tôt, qu’une modeste oasis du désert syrien. Le développement de la nécropole de Palmyre suit un schéma classique qu’on retrouve ailleurs dans le monde gréco-romain. La formation de ces véritables rues à tombes (Gräberstraßen) est toujours liée à la vitalité d’un lieu donné16. Leur éclosion nécessite la présence d’une classe dynamique dont les membres rivalisent entre eux pour s’affirmer. Les monuments funéraires ne sont qu’une modalité de cet affrontement (qui n’est pas seulement symbolique). L’élite de la cité, dont les monuments typiques étaient les tours funéraires, a sans doute connu à cette époque une concurrence de la part de classes sociales montantes. La prospérité croissante de la ville en est sans doute la cause. C’est dans un contexte de prospérité générale que se développe le souci de se mettre en valeur et surtout de souligner les différences sociales.

21C’est dans un tel contexte que les membres des « classes moyennes » éprouvent le besoin d’imiter les gens plus riches qu’eux et de se lancer dans la construction de monuments importants, même si, malgré tout, leur fortune moins grande ne leur permet pas d’avoir des tombes aussi riches. À Palmyre, le même phénomène conduit ces mêmes gens à se faire enterrer dans des monuments semblables à ceux des grands notables, mais en les partageant à plusieurs, ce qui permet de participer de façon plus économique aux modes de vie (et de mort) de l’élite. Il a donc fallu que les notables découvrent un nouveau moyen de se différencier de ces gens qui commençaient à se faire construire eux aussi des monuments funéraires coûteux. C’est de cette manière qu’on peut expliquer l’apparition des temples funéraires à Palmyre. Le modèle choisi, particulièrement prestigieux, est un modèle d’inspiration occidentale, car c’est pendant cette période que Palmyre s’ouvre au monde occidental.

22C’est aussi le moment où la langue grecque s’installe définitivement dans l’épigraphie funéraire. La culture gréco-romaine a manifestement été utilisée par les élites pour se différencier de ceux qui n’en faisaient pas partie. L’effet était double. Non seulement le monument par sa taille et sa localisation était offert à la vue de tous ; cela était déjà vrai des tours funéraires. Mais la décoration d’inspiration grecque devait aussi se présenter comme une manifestation de culture et d’intégration de la culture dominante par les notables de Palmyre.

Fig. 1 : Plan de Palmyre (DAO C. Yon et J.-B. Yon)

Fig. 2 : Palmyre. La butte Umm Belqis : à droite, la tour la mieux conservée est celle de Jamblique (n° 51) ; au centre, se trouvent les tours n° 67 et 68 de la famille des Bene Baa (cliché J.-B. Yon)

Fig. 3 : Palmyre. La butte Umm Belqis, vue depuis les environs de la colonnade transversale (cliché J.-B. Yon)

Fig. 4 : Palmyre. Le temple funéraire n° 86 (cliché J.-B. Yon)

Notes

2 C’est l’explication proposée par A. MACHATSCHEK, Die Nekropolen und Grabmäler im Gebiet von Elaiussa Sebaste und Korykos im Rauhen Kilikien, Ergänzungbande zu den Tituli Asiae Minoris, 2, Ôster. Akad. der Wiss., phil.-hist. Kl., Denkschriften, 96. Band, Vienne, 1967, p. 23.

3 I. BALDASSARE, « La necropoli dell’Isola Sacra (Porto) », dans H. VON HESBERG et P. ZANKER éd., Romische Gräberstrafen, Selbstdarstellung - Status - Standard, Bayerische Akad. der Wiss., phil.-hist. Kl, Abh, NF, Heft 96, Münich, 1987, p. 131.

4 Les inscriptions sont citées d’après J.-B. CHABOT éd., Corpus Inscriptionum Semiticarum, Pars secunda. Tomus III : Inscriptiones palmyrenae, Paris, 1926 et 1947 (cité CIS). Certaines ont été publiées ou reprises dans J. CANTINEAU, J. STARCKY, J. TEIXIDOR et A. BOUNNI éd., Inventaire des Inscriptions de Palmyre, I-XII, Beyrouth-Damas, 1930-1975 (cité Inv).

5 M. GAWLIKOWSKI, op. cit., p. 83.

6 M. GAWLIKOWSKI, op. cit., p. 99.

7 C’est-à-dire de fonder ou refonder sa propre lignée.

8 M. GAWLIKOWSKI, op. cit., p. 99-102.

9 Sur ces problèmes, cf. aussi l’article de K. MAKOWSKI, « La sculpture funéraire palmyrénienne et sa fonction dans l’architecture sépulcrale », dans Studia Palmyrenskie, 8, Varsovie, 1985, p. 69-117.

10 C. WATZINGER, dans T. WIEGAND, Palmyra. Ergebnisse der Expeditionen von 1902 und 1917 (2 vol. Text und Taffeln), Archäologisches Institut des deutschen Reiches, Abteilung Istanbul, Berlin, 1932, p. 71-76 et pl. 38-44. Cf. aussi M. GAWLIKOWSKI, op. cit., p. 140-144.

11 Ce niveau inférieur est aussi attesté pour un autre temple funéraire, le n° 150 dans la nécropole nord. Il n’a pas été fouillé, mais le texte de fondation (CIS 4209) indique son existence : c’est d’ailleurs l’unique attestation à Palmyre de ce mot en grec (τò μνημεĩον τοτο σν πογεί).

12 À titre de comparaison, le temple de Baalshamin mesure environ 8,50 m. sur 15. Le temple funéraire n° 173, tout proche, mesure 10 m de côté. Le temple funéraire n° 36 a des dimensions proches, ainsi que sans doute le tombeau dit « de l’aviation ».

13 E. WILL, op. cit., p. 123.

14 Comme me l’ont fait remarquer plusieurs personnes lors du colloque, il peut s’agir non pas d’un conflit, mais plus simplement d’une manifestation de pouvoir et de domination.

15 Le mouvement entamé plus tôt semble s’amplifier à partir de la deuxième moitié du ier siècle de notre ère.

16 Cf. l’introduction de H. VON HESBERG et P. ZANKER, « Einleitung », dans H. VON HESBERG et P. ZANKER éd., Romische Graberstraßen, Selbstdarstellung - Status - Standard, Bayerische Akad. der Wiss., phil.-hist. Kl., Abh, NF, Heft 96, Munich, 1987, p. 17.

1 On trouvera un exposé général sur Palmyre dans J. STARCKY et M. GAWLIKOWSKI, Palmyre, Paris, Maisonneuve, 1985, et dans E. WILL, Les Palmyréniens, Paris, Armand Colin, 1992. La seule étude d’ensemble sur les monuments funéraires reste celle de M. GAWLIKOWSKI, Monuments funéraires de Palmyre. Travaux du centre d’archéologie méditerranéenne, Varsovie, 1970.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Plan de Palmyre (DAO C. Yon et J.-B. Yon)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 2 : Palmyre. La butte Umm Belqis : à droite, la tour la mieux conservée est celle de Jamblique (n° 51) ; au centre, se trouvent les tours n° 67 et 68 de la famille des Bene Baa (cliché J.-B. Yon)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2157/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 3 : Palmyre. La butte Umm Belqis, vue depuis les environs de la colonnade transversale (cliché J.-B. Yon)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2157/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende Fig. 4 : Palmyre. Le temple funéraire n° 86 (cliché J.-B. Yon)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2157/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 790k

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable