Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Le patriciat en représentation, représentation du patriciat

Les élites urbaines en Sicile Grecque du viie au ve siècle av. J.-C. ou la reproduction d’un modèle homérique

Sophie Collin-Bouffier

Texte intégral

  • 1 En dernier lieu et brièvement, cf. R. VAN COMPERNOLLE, « La signoria di Terone », dans Agrigento e (...)
  • 2 G. VALLET, « Pindare et la Sicile », dans Entretiens sur l’Antiquité Classique, t. XXXI, Vandœuvre (...)
  • 3 DS. 8. frgt 11. 1-2 : « Agathoclès, chargé de diriger la construction du temple d’Athéna, en fit l (...)
  • 4 Comme le souligne B. d’AGOSTINO, « Problemi d’interpretazione delle necropoli », dans R. FRANCOVIC (...)
  • 5 Cf. la dédicace du temple d’Apollon généralement interprétée comme une signature de l’architecte, (...)
  • 6 Cf. G. VALLET, loc. cit.
  • 7 Certains ont voulu voir là l’allusion à la refondation de Syracuse par Gélon, appelé nouvel oicist (...)

1Les aristocraties siciliotes n’ont pas fait, jusqu’à présent, l’objet d’études approfondies1, car les sources textuelles sont rares, généralement tardives et indirectes. Les plus anciens témoignages sont ceux de Pindare2 et de Bacchylide : marqués par la propagande des tyrans, ils nous renseignent surtout sur les familles qui ont accaparé le pouvoir et institué des dynasties autocratiques et guère sur la naissance, l’essor et le mode de fonctionnement des élites siciliotes. Diodore, puis Athénée montrent quelques personnages qu’ils veulent représentatifs de leur milieu social, mais sont tributaires de leurs informateurs, comme Philistos ou Timée de Tauroménion, souvent critiques sur les mœurs de leurs prédécesseurs. Dans l’ensemble, les auteurs se limitent à donner des noms génériques : les aristocrates de Mégara Hyblaea sont appelés Pacheis, les Gras, terme qui évoque aussi bien leur richesse que leur mode de vie autour d’une vie de loisir et de bonne chère. Les Syracusains sont les Gamoroi, propriétaires de la terre, les Léontiniens, les Hippeis, les cavaliers. Apparaît ainsi une aristocratie comparable à celles que l’on trouve dans le monde grec à l’époque archaïque et dont le pouvoir est fondé sur la propriété de la terre et les capacités militaires. Les données archéologiques ne confirment pas pour l’instant les informations textuelles. Que reste-t-il du luxe ostentatoire des citoyens agrigentins du ve siècle ? Nulle trace de la gigantesque maison de Tellias, ni de sa cave gargantuesque. À Syracuse, les fouilles de la Piazza Duomo donnent une mince idée du temple d’Athéna, dont, au vie siècle, un certain Agathoclès aurait assumé seul la dépense3, et il faut parfois avoir recours à des données d’interprétation fort discutée, comme les rites funéraires4 ou l’architecture monumentale5, pour tenter de cerner cette aristocratie qui émerge progressivement mais qui n’apparaît dans les textes qu’à partir du vie siècle. L’archéologie urbaine des colonies grecques a cru déceler dans les premières villes installées en Sicile une société égalitaire, où chacun possédait un lot de dimensions égales, et cette organisation spatiale ne laisse guère de place à la présence d’une élite d’origine6. Celle-ci est issue de colons qui ont participé à la fondation des cités ; ainsi, Agésias de Syracuse, chanté par Pindare (O. 6.5-6), est synoiciste de la cité : il faut bien sûr entendre « son ancêtre »7 ; l’ancêtre de Gélon, Télinès, est lui-même le descendant d’un cofondateur de Géla, Deinoménès, qui accompagna depuis Lindos de Rhodes, l’oiciste Antiphémos (HDT. VII.153). Pour se donner une légitimité, ces aristocrates choisissent un modèle à imiter, issu de l’exemple par excellence, le héros homérique. Ils adoptent un mode de vie et des valeurs qui apparaissent comme épiques.

  • 8 Cf. R. VAN COMPERNOLLE, Étude de chronologie et d’historiographie siciliotes, Bruxelles-Rome, 1960 (...)

2Il faut d’abord se trouver de nobles origines. Le héros homérique possède une généalogie, qui, pour les plus braves, remonte à un dieu : Achille est fils de Thétis ; Ajax et, bien sûr, Agamemnon et Ménélas sont descendants de Zeus. Les familles siciliotes qui ont accaparé les pouvoirs politiques, religieux et économiques ont reconstruit a posteriori leurs lignages. Ainsi à Syracuse, Agésias, chanté par Pindare dans la 6e Olympique, est issu du genos des Iamides, famille sacerdotale qui exerce à Olympie un ministère prophétique, et qui prétend descendre à la fois d’une divinité de la première et de la seconde génération : le fondateur de la lignée, Iamos, était fils d’Évadné, elle-même petite-fille de Poséidon et épouse d’Apollon. Cette illustre généalogie justifie sa fonction comme lieutenant de Hiéron, et ses privilèges religieux, à la fois à Pise, où il est préposé à l’autel fatidique, et à Syracuse où il assume, avec autant de succès que son aïeul, la fonction de devin. C’est aussi le cas des familles ayant accédé à la tyrannie, et dont nous connaissons les lignages grâce à la propagande qu’ils ont orchestrée. Les Emménides d’Agrigente se flattent de descendre de la race des Labdacides, rois mythiques d’Argos, issus d’Oedipe8. L’historiographe Hippostratos, dans le sillon d’un Hécatée de Milet, a composé des Sikelikai Genealogiai, aujourd’hui perdues. Tout porte à croire qu’il existait chez ces élites siciliotes une volonté d’établir des racines mythiques destinées à les rattacher à la Grèce métropolitaine et à leur donner l’ancienneté nécessaire à l’assise de leur pouvoir. Cette généalogie doit permettre à certains d’entre eux d’assurer le rôle de « basileus » dans un gouvernement oligarchique, tel un Agamemnon sur l’ensemble des guerriers achéens, ou un Ulysse à Ithaque : ainsi, Théron et Gélon, comme leurs successeurs, prennent le titre de « basileus », à la différence de Pisistrate ou des Kypsélides, qui sont qualifiés de « tyrannoi », sans nuance péjorative à l’origine. D’ailleurs une partie de ces tyrans siciliotes a l’aristocratie comme principal soutien : ainsi Gélon est appelé à la rescousse par les Gamoroi syracusains contre le peuple révolté. Il élimine ensuite les classes inférieures des cités détruites, Camarina, Léontinoi ou Mégara Hyblaea, pour rassembler les couches supérieures de leur population à Syracuse (HDT. VII. 155-156).

3Deuxième aspect : les héros homériques agissent en se conformant à une morale individualiste qui les incite à se surpasser pour être les meilleurs de leur génération ou de leur milieu. Il s’agit d’acquérir la gloire (le kléos), soit à la guerre, soit dans la compétition sociale (dans le sport en particulier).

4Les aristocrates siciliotes tirent d’abord leur supériorité de leur comportement dans les combats. A la tête des lignages, on trouve de valeureux guerriers qui se sont illustrés en remportant les victoires militaires destinées à garantir la sécurité de la colonie, voire à étendre sa puissance : avant son arrivée au pouvoir, Gélon est mis à la tête de la cavalerie géloenne par le tyran Hippocratès parce qu’il a « fait preuve dans les combats d’une bravoure exceptionnelle » (HDT. VII.154). Ainésidémos, fils de Pataicos, et père du futur tyran d’Agrigente, fait partie de la garde du même Hippocratès (HDT. ibid.) ; Chromios, fils d’Agésidamos, s’est distingué à la bataille d’Héloros en 492 aux côtés d’Hippocratès. Tous ces hommes forment un compagnonnage guerrier qui ressemble fort à celui des héros homériques.

  • 9 Cf. R. PANVINI, GELAS. Storia e archeologia dell’antica Gela, Turin, 1996, tav. 32.
  • 10 La question a été abordée pour la Grande Grèce par N. LUBTCHANSKY, « La valse tragique des cavalie (...)

5Ces aristocrates doivent généralement cette supériorité militaire à leur rôle dans la cavalerie : cet aspect est une des caractéristiques principales de l’aristocratie siciliote et se retrouve à tous les niveaux de leur représentation. Ainsi, les premières monnaies frappées à Géla, qu’il faut attribuer au tyran Hippocratès au début du ve siècle, présentent au droit un cavalier nu, armé d’une lance, symbole de l’aristocratie géloenne9 : celle-ci avait, en effet, aidé le tyran à éliminer son frère, Cléandros, qui soutenait le peuple contre le régime oligarchique des éleveurs de chevaux de la plaine géloenne. Les élites siciliotes prolongent le modèle du cavalier homérique : dans l’Iliade, les héros se déplacent et combattent sur leur char ; Andromaque sert à manger et à boire aux chevaux d’Hector avant même de contenter son époux (7. 8.187) : pour eux elle mélange le vin. Le poète leur attribue des sentiments et des comportements humains : on se rappellera les larmes des chevaux d’Achille à la mort de Patrocle (J. 17.426-440), et leurs recommandations avant son départ au combat (7. 19.407-417). Les Siciliotes se posent comme les dignes héritiers de cette tradition homérique. À la guerre, même au ve siècle av. J.-C, lorsqu’en Grèce la victoire est désormais l’apanage des hoplites, et que Marathon puis Platées sont des victoires de fantassins, les Grecs de Sicile l’emportent sur les Carthaginois grâce à leur cavalerie : ainsi le destin de la bataille d’Himère en 480 est scellé par les Hippeis de Gélon. Ceux-ci commencent par faire dix mille prisonniers puniques, en patrouillant sur le territoire à la recherche de pillards ; puis ils vont tuer leur chef Hamilcar au sein même de son camp, en prenant par surprise l’ensemble de l’armée ennemie. L’armée d’hoplites n’a plus qu’à tirer profit de la panique des soldats carthaginois, désemparés par la mort de leur général. À la lumière de ce témoignage en particulier, et d’autres qu’il n’est pas possible de détailler ici, on constate qu’il n’y a pas de décadence de la cavalerie en Sicile : celle-ci représente la force militaire majeure, au moins jusqu’au milieu du ve siècle10. Il semble même que les cavaleries des différentes cités entretiennent des rapports étroits de « philia », comparables à ceux qui lient Ulysse, et donc son fils, à Ménélas ou Nestor. Tellias d’Agrigente, que Diodore qualifie d’homme le plus riche de la cité, loge cinq cents cavaliers et leurs chevaux ; Antisthénès fait suivre le char nuptial de sa fille de huit cents attelages conduits à la fois par des citoyens et par des étrangers. Mais cette extraordinaire « xénia » qui frappe l’historien d’admiration, est probablement à mettre sur le compte d’un calcul politique : peut-on parler d’une « internationale » des cavaliers, qui intervient dans les moments où le pouvoir des élites est battu en brèche par la montée du demos, comme c’est le cas à Agrigente après la chute de la tyrannie en 466 av. J.-C. ?

6C’est de l’élevage que ces aristocrates tirent leurs richesses. Ainsi, le tyran Hiéron de Syracuse est appelé « ami de l’art équestre » (PD. O. 1.35-36) ; Pindare exalte le zèle de Psaumis de Camarine au soin de ses haras (O. 4. 22-24). Il semble que ces haras soient installés pour certains, au cœur même de la ville : d’après les scholies à Pindare (P. 2.10-15), Hiéron aurait construit son écurie de pouliches dans l’île d’Ortygie, centre de son pouvoir et siège de son palais. À Agrigente, il faudrait reprendre l’interprétation de toute une zone de la ville, au débouché de la porte 5 : une grande esplanade, propre à des revues de cavalerie, ouvre sur une zone fermée sur deux côtés par un portique abondamment alimenté en eau.

7Toute une activité artisanale se développe autour de cet élevage : la Sicile est célèbre pour ses « chars de mules bien ouvragés » (PD. Hypochermes, À Hiéron). « Suivant d’autres, c’est la Sicile qui fit paraître d’abord le char. Bacchylide et Pindare, en effet, qui célébrèrent Hiéron et Gélon, les maîtres de la Sicile, et les admirèrent fort à la course de chars, pour leur plaire, dirent que les Siciliens furent les premiers inventeurs du char. » (BACCHYL. frgt 6) Or les guerriers homériques ne circulent que de cette manière.

  • 11 Cf. C. ROLLEY, BCH, n° 114,1990, p. 285-297.
  • 12 On a interprété certaines tombes monumentales de Tarente comme les sépultures d’Olympioniques en s (...)
  • 13 PD. P. 1 et P. 2 ; BACCHYL. Épinicie 5. 37-40 : avec la description de l’étalon, et Enkomia, frgt (...)

8Cet attachement aux chevaux, les élites siciliotes l’affichent de manière ostentatoire dans les concours panhelléniques. D’après les épinicies de Pindare, la majorité des vainqueurs à des courses engageant des chevaux et des mules sont des Siciliotes : sur quatorze Olympiques, six sur les sept consacrées à des Siciliens chantent les victoires équestres de quatre propriétaires, et aucun autre cavalier grec n’a droit à une Olympique ; sur douze Pythiques, quatre sur les six composées pour des vainqueurs à des courses équestres exaltent les qualités de propriétaires siciliotes. Sur huit Isthmiques, la seule consacrée à un Siciliote, Xénocratès, évoque là aussi un éleveur de chevaux. Même observation pour les Néméennes : les deux seules consacrées à des Siciliotes célèbrent des victoires équestres. La présence des tyrans de Syracuse dans les concours panhelléniques n’est plus à prouver, avec en particulier la consécration par Hiéron, à Olympie, du quadrige encadré de chevaux montés, évoquée par Pausanias (6.12.1 et 8.42.8), auquel on a voulu associer un groupe dédié en parallèle à Delphes et dont il resterait un fragment : le fameux aurige11. Si l’on accepte ce modèle d’interprétation, les vainqueurs se font même ensevelir avec le prix de leur victoire, comme en témoigne cette amphore panathénaïque, décorée d’un quadrige en course des environs de 500, et enfouie dans une tombe d’Agrigente12. Pour ces défis sportifs, les Siciliotes ont besoin d’auriges et de chevaux exceptionnels. La tradition nous a transmis quelques noms, comme Nicomaque pour Xénocratès d’Agrigente, ou l’étalon de Hiéron Ier, Phérénicos, « qui apporte la victoire », et l’emporte par deux fois à Delphes avant de s’illustrer à Olympie13. Cette surestimation des chevaux est relevée par Diodore de Sicile, à une époque qui ne comprend plus pourquoi les Agrigentins élèvent des monuments funéraires somptueux aux bêtes qui ont remporté des prix (XIII. 82.6). Certes, l’élevage est une des richesses essentielles de l’aristocratie siciliote, mais c’est un moyen de reconnaissance internationale. Plus elle concourra dans les différentes épreuves équestres, plus elle aura de chances d’appartenir au Gotha du monde grec. Pindare évoque le kléos acquis par un Hiéron à la course de chevaux montés ; et l’on ne peut s’étonner si les aristocrates siciliotes engagent leurs équipages dans plusieurs épreuves à la fois. La seconde Isthmique de Pindare est encore plus explicite : Xénocratès d’Agrigente « aimait à élever des coursiers pour se conformer aux règles des fêtes panhelléniques » (I. 2.54 sq.). Faire concourir ses bêtes dans les concours métropolitains, c’est donner une vision positive de sa communauté, et affirmer son identité grecque au même titre que les autres. Les aristocraties siciliotes sont les vitrines de leur cité, à l’instar d’Alcibiade : « Les Grecs s’imaginaient d’abord que notre cité [Athènes] était sortie épuisée de la guerre, mais la démonstration éclatante que j’ai faite devant eux aux Jeux Olympiques leur a maintenant donné une idée presque exagérée de sa puissance. N’ai-je pas fait courir sept chevaux à la fois, c’est-à-dire plus qu’aucun autre particulier avant moi ? Et j’ai remporté la première place, ainsi que la seconde et la quatrième et j’ai ensuite fait ce qu’il fallait pour célébrer dignement une telle victoire. Indépendamment de l’honneur qui s’attache traditionnellement à ces choses, le fait d’avoir pu réaliser un tel exploit constitue aux yeux de l’opinion, un indice de puissance. » (THC. VI. 16) Gagner dans les concours panhelléniques, c’est agir pour sa communauté, c’est apporter la gloire à ses concitoyens.

9À l’intérieur de leur cité, ces élites mènent un mode de vie conforme à l’idéal homérique.

  • 14 BACCHYL. Enkomia, frgt 5, « les compagnons de banquet » et la musique.
    PD. P. 1.70-73 ; 6.53-55 ; I (...)
  • 15 P. SCHMITT PANTEL, La cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, Paris-R (...)
  • 16 O. MURRAY le date dès le 3e quart du viiie siècle av. J.-C, en s’appuyant sur la coupe de Nestor : (...)
  • 17 Cf. O. MURRAY, « Sympotic History », Sympotika, Oxford, 1990, p. 3-13.
  • 18 A. BRUGNONE, « Le leggi suntuarie di Siracusa », PP, n° 262,1992, p. 5-24.
  • 19 Sur la présence des cratères dans les tombes, cf. J. DE LA GENIÈRE, « À propos d’un cratère en cal (...)

10Axé autour du banquet d’abord : Pindare et Bacchylide insistent sur les banquets offerts par les uns et les autres14. Outre le festin offert au retour des Jeux pour célébrer la victoire, et qui justifie la composition de l’épinicie, ces aristocrates organisent des deipna (PD. Ν. 1. 30), des daïtes (PD. I. 2. 55 sq.), des symposia (BACCHYL. Epin. frgt 5 ; PD. P. 6.552 ; Enk. 5), des thaliai (PD. P. 1. 70-73). Le terme de deipnon évoque la nourriture, celui de dais, le repas homérique par excellence où l’on partage équitablement les mets entre les compagnons15, le mot symposion, inconnu chez Homère, est le mieux étudié : il désigne le moment où l’on boit ensemble, après le deipnon, et caractérise un mode de vie aristocratique au moins jusqu’au milieu du ve siècle av. J.-C. Enfin, thalia nomme à l’origine une des Trois Grâces, la muse de la comédie légère et de la poésie, puis évoque le divertissement (musique, danse). Donc, on y consomme des plats variés — Platon renchérit sur l’abondance et la diversité des mets syracusains (Rép. 404d) jusqu’au dessert —, on y boit ensemble et l’on y joue de la musique. Il semble que le passage du banquet au symposion, que l’on date généralement en Grèce de la fin du viie siècle av. J.-C. et peut-être un siècle plus tôt en Grande Grèce16, ne se soit pas opéré en Sicile. Contrairement au symposion attique qui réunit les aristocrates des hétairies uniquement pour des beuveries17, le festin siciliote est complet. Peut-être cette spécificité explique-t-elle l’absence de lois somptuaires sur le vin dans l’île18. Chez Homère déjà, le banquet rassasiait la soif et l’appétit, puis contentait les esprits par le chant et la danse, « ces atours du festin » (O.1.150-152). Le jeu du cottabe aurait été inventé en Sicile (ΑΤΗ. XI.479d), tandis que les Syracusains passent pour aimer la chanson chorale et les ïambes (ΑΤΗ. V.181b). Les lits siciliens semblent avoir des dimensions particulières, comme l’affirme le poète comique Euboulos (ap. ΑΤΗ. 2.47f) : dans une salle à manger prévue pour sept lits, on dispose cinq lits siciliens. Peut-être sont-ils destinés à accueillir les courtisanes avec plus de confort, comme le sous-entend Platon, lorsqu’il se lamente de la vie syracusaine : « Vivre en se goinfrant deux fois le jour, ne jamais dormir seul. » (Ep. 7.326b) L’importance des banquets en Sicile est confirmée par la présence et l’iconographie de cratères et de coupes, d’importation corinthienne puis attique, dans certaines tombes archaïques et classiques. Sur ces vases, l’imagerie du banquet répète et exalte un idéal de vie que le défunt a dû suivre ou tenter de suivre19.

  • 20 Purifications, frgt 112 : « Ports vénérés où les étrangers peuvent se reposer à l’abri de tout dan (...)

11À la pratique du banquet, il faut associer le rite de l’hospitalité. Les aristocrates siciliotes sont fidèles à cette valeur homérique, qu’ils respectent de manière fastueuse. Pindare et Bacchylide célèbrent plus que pour tout autre vainqueur panhellénique la xénia de Hiéron de Syracuse (PD. 0.1), de Théron (PD. O.2.11 ; 0.3) et de Xénocratès d’Agrigente (PD. I.2.54 sq.), de Chromios d’Etna (PD. N. 1.29 sq.) ou Psaumis de Camarine (PD. 0.4.25). Leur table est dite « hospitalière ». Pindare, poète de cour qui écrit sur commande, n’est pas le seul à insister sur cette spécificité siciliote : on la trouve également chez Empédocle pour Agrigente20, ou Diodore (13.82-84), lorsqu’il présente quelques riches Agrigentins : Tellias a fait construire, à l’intérieur de sa maison, plusieurs appartements pour recevoir des hôtes, et a placé devant sa porte des domestiques chargés d’inviter tous les étrangers de passage. Le terme employé par l’historien, xénôn, n’apparaît que trois fois dans les textes d’époque classique : Euripide l’utilise pour désigner l’hospitalité d’Admète qui malgré son deuil, se refuse à mettre un hôte dehors, en l’occurrence Héraclès ; ce xénôn est indépendant de la maison d’Admète et composé de plusieurs pièces (Alc. 543 ; 547). La seconde occurrence est attribuée à l’interlocuteur de Socrate, Hermocrate, accueilli par Critias dans un logis destiné à l’hospitalité (PL. Ti. 20c). Dans les deux cas, on a affaire à des situations hors du commun : un contexte héroïque d’un côté, une des plus grandes familles aristocratiques d’Athènes de l’autre. La rareté des occurrences linguistiques suggère la rareté de l’objet : l’archéologie en effet n’a guère identifié, pour les époques archaïque et classique, de maison suffisamment grande pour abriter des hôtes de passage. Tellias aurait également logé et vêtu de tuniques et de manteaux les cinq cents cavaliers venant de Géla, la métropole d’Agrigente. Cette règle de l’hospitalité est suivie à l’excès : Nestor, puis Hélène proposaient draps et couvertures au fils d’Ulysse (O. 3.348-355), mais dressaient leur lit dans l’entrée. Chez Ménélas, Télémaque et son compagnon ont été simplement revêtus de la robe et du manteau de laine après avoir été baignés et frottés d’huile par les servantes. Même si l’on tient compte de l’exagération diodoréenne, la distribution de manteaux et de tuniques accentue la richesse ostentatoire de l’Agrigentin. De même pour recevoir, il faut une cave digne de celle de Tellias : celle-ci abrite trois cents tonneaux, taillés dans une même roche, qui sont alimentés par une citerne imperméabilisée, d’une contenance de mille amphores, c’est-à-dire environ 20 000 litres. C’est plus que celle d’Ulysse où les jarres de vin vieux sont simplement alignées et dressées le long du mur. On retrouve ici les deux topoi des critiques contre la tryphè des Grecs d’Occident : vêtement et vin.

12Cette générosité qui s’affiche se manifeste également dans les grandes occasions familiales : les mariages aristocratiques sont célébrés avec faste. Antisthénès, entre autres, fait accompagner le cortège nuptial de sa fille de huit cents chars menés par les invités de la noce : Hermione, fille de Ménélas, est envoyée à Néoptolème, encadrée de chars et de chevaux (O. 4.7-8). L’Agrigentin offre à tous les citoyens un festin dans les rues mêmes où ils demeuraient. Il fait allumer à tous les autels de la ville des torches qui transforment l’ensemble de la cité en palais et provoquent l’admiration des spectateurs, citoyens comme étrangers.

  • 21 C. BÉRARD, L’héroon à la porte de l’ouest. Érétrie III, Berne, 1970.
  • 22 J. KARAGHEORGIS, Excavations in the necropolis of Salamis, Chypre, I,1967 ; II, 1970.
  • 23 C. ALBORE LIVADIE, dans Contribution à l’étude de la société et de la colonisation eubéennes, Napl (...)
  • 24 Références données par A. PONTRANDOLFO, loc. cit., p. 193.
  • 25 Veder Greco. Le necropoli di Agrigento, Rome, 1988.
  • 26 « Attic symposia after the Persian Wars », Sympotica, Oxford, 1990, p. 105-121.
  • 27 Regroupées entre elles et isolées des autres, ces sépultures présentent des monuments d’un grand s (...)

13C’est enfin dans la mort que les aristocrates siciliotes se veulent des héros homériques : cette idée a déjà été suggérée par J. de La Genière, qui s’appuie sur la coutume de l’incinération en grands récipients, identifiée dans la plupart des nécropoles grecques de Sicile. On a proposé, et c’est un des arguments de datation du monde homérique, qu’aux époques géométrique et archaïque, ceux qu’on a qualifiés de princes se faisaient ensevelir à la manière de Patrocle, funérailles qui ne sont que la répétition générale de celles d’Achille : on l’a souligné à Érétrie21, à Chypre22, et en Occident, dans la nécropole de Cumes23 du VIIIe et du viie siècle, av. J.-C. Les chefs sont incinérés, leurs cendres recueillies dans un chaudron ou un récipient de métal (souvent un cratère à partir du vie siècle) et accompagnées d’offrandes qui prouvent l’importance du défunt, fondateur ou chef de la communauté, membre d’une élite qui détient tous les pouvoirs. On n’a jamais cherché à l’analyser en détail en Sicile, car pour l’instant, on ne dispose pas d’échantillon suffisant sur les premières tombes des colonies ; et logiquement, si cette aristocratie n’apparaît que progressivement, on peut supposer le même phénomène pour les tombes dites « princières ». Parmi les tombes à incinération syracusaines et mégariennes du viie siècle, on trouve quelques chaudrons en bronze ; puis vont se répandre des cratères en céramique corinthiens, laconiens et enfin attiques au ve siècle24. Le rite de l’incinération en cratères attiques se répand largement à Agrigente à partir de 48025. Peut-être, comme le suggère M. Vickers26, ces vases ne sont-ils que de pâles copies de la vaisselle métallique qui orne la table des aristocrates. L’historien montre bien que l’archéologie ne renvoie pas la vision fastueuse des élites, donnée par les textes d’Hérodote, de Thucydide ou de Plutarque. Et la découverte récente d’une nécropole métapontine, datée de 600-580, qui se détache des autres nécropoles connues par la topographie, la typologie et le mobilier, doit nous inciter à la prudence27 : nous ne disposons peut-être pas des sépultures aristocratiques de Sicile et il faut faire de ces témoignages funéraires une lecture à un second niveau. Néanmoins, l’iconographie de ces vases illustre les modes de vie aristocratiques : scènes de banquet, de sport (en particulier équestre), scènes de guerre...

  • 28 A. PONTRANDOLFO pour Poseidonia : les tombes de la période qui suit l’occupation de la cité par le (...)

14Cette pratique funéraire répond-elle, comme le propose J. de La Genière, à l’influence de la poésie épique, qui se diffuse à ce moment-là avec Pindare, Bacchylide et les autres poètes de passage en Sicile ? Ou doit-on y voir l’imitation, par les classes populaires enrichies du butin des victoires sur les Carthaginois, d’un comportement aristocratique, resté jusque-là confidentiel ? Ces choix pourraient correspondre à l’intégration politique et sociale d’une société jusque-là tenue à l’écart du pouvoir. On l’a prouvé pour d’autres régions, la Grande Grèce en particulier28. La mauvaise qualité technique et artistique de certains de ces vases tendrait à prouver des disparités dans les dépenses consacrées à l’ensevelissement, sans qu’il faille bien sûr attribuer à telle ou telle catégorie sociale les vases de grande ou de médiocre facture.

  • 29 L. KURKE, « The politics of habrosyné », Cl.Ant., n° 11,1992, p. 91-120.
  • 30 L. GALLO, « Le leggi suntuarie greche e l’alimentazione », AION, n° 15,1993, p. 173-203.

15Générosité et ostentation semblent donc être les deux règles d’or de cette aristocratie, qui apparaît comme parvenue aux yeux des Grecs de métropole. En effet, la description diodoréenne de Tellias et d’Antisthénès entre dans le discours moralisateur sur le luxe et la tryphé des Grecs d’Occident : la dépense pour le superflu apparaît comme un témoignage d’hybris, notion qui se mêle à celle de tryphé à partir du milieu du ve siècle av. J.-C.29. À chaque fois que les Anciens réprouvent la luxure de tel ou tel personnage ou peuple, ils mettent en évidence leurs excès dans le domaine de la nourriture30 et du vêtement (ΑΤΗ. XII), et les lois somptuaires s’attaquent en priorité à ce type de déviation. Chez Platon, comme chez les moralistes, ce mode de vie relève de l’oisiveté méprisable, mais les aristocrates siciliotes ne font après tout qu’imiter Ménélas et Alcinoos, qui passent leur vie à festoyer et à soigner leurs chevaux, ou les prétendants de Pénélope, répréhensibles uniquement parce qu’ils banquettent au détriment de la maison d’Ulysse et dilapident les biens de ce dernier. L’appartenance à l’élite, comme l’a bien montré N. Lubtchansky pour la Grande Grèce, « ne repose plus seulement sur la fortune, mais sur la façon de la dépenser et de l’afficher selon un certain code, un certain style ». L’image négative de la tryphé des aristocrates occidentaux, à laquelle s’apparente celle des Italiotes de Sybaris ou de Tarente, est essentiellement due à la montée du peuple, qui condamne un mode de vie dont il se sent exclu. D’un autre côté, c’est un peu comme si les Siciliotes s’étaient arrêtés aux temps héroïques : l’hybris dont font preuve les héros homériques leur sert de modèle dans leur existence quotidienne, alors qu’autour d’eux, la démocratisation progressive des différentes cités grecques et en particulier d’Athènes a rendu ce modèle obsolète.

  • 31 HDT. VII.159 ; 161 ; HOM. I. 2.546-556 : Ménesthée. Je n’adhère pas à l’interprétation selon laque (...)

16Du point de vue siciliote, s’identifier aux héros homériques, c’est obliger les Grecs de métropole à tenir compte des Siciliotes dans la politique internationale. A la veille de Salamine, les Athéniens et les Spartiates ne revendiquent-ils pas le commandement au nom de leurs origines homériques ? Lorsque Gélon réclame la direction des opérations qu’il estime justifiée au vu de sa puissance militaire, les Spartiates lui répondent : « Vraiment ! Voilà qui ferait gémir bien haut le descendant de Pélops, Agamemnon, s’il apprenait que Gélon et des Syracusains ont enlevé le commandement aux Spartiates. » Réponse analogue des Athéniens : « Le poète Homère lui-même dit que nous avons envoyé devant Ilion le guerrier le plus habile à ranger l’armée en bon ordre. »31 La parole homérique cautionne les prétentions de chacun, ce qui incite les élites et gouvernants siciliotes à se plier à la règle, avec d’autant plus de facilité qu’ils en ont les moyens financiers.

Notes

1 En dernier lieu et brièvement, cf. R. VAN COMPERNOLLE, « La signoria di Terone », dans Agrigento e la Sicilia greca, Rome, 1992, p. 61-77, pour les élites agrigentines ; ou G. VALLET, « Quelques réflexions en guise de conclusion », dans Les Grecs et l’Occident, Actes du colloque de la Villa Kérylos, Rome, 1995, p. 155-157 ; G. VALLET, « Note sur la « maison » des Deinoménides », dans Philias Charin. Miscellanea di Studi Classici in onore di Ε. Manni, VI, Rome, p. 2141-2154.

2 G. VALLET, « Pindare et la Sicile », dans Entretiens sur l’Antiquité Classique, t. XXXI, Vandœuvres-Genève, 1984, p. 285-319.

3 DS. 8. frgt 11. 1-2 : « Agathoclès, chargé de diriger la construction du temple d’Athéna, en fit la dépense sur ses propres biens ; il choisit les plus belles pierres de taille et en fit bâtir pour lui-même une très belle maison. La divinité s’en vengea ; Agathoclès fut frappé par la foudre et périt dans les flammes de sa maison. Les Gamoroi déclarèrent que ses biens appartenaient à l’État, malgré les protestations de ses héritiers qui prouvaient qu’Agathoclès n’avait rien pris sur les fonds réservés au culte. » Pour le temple, cf. P. ORSI, dans MonAL, n° 25,1918, col. 370-380.

4 Comme le souligne B. d’AGOSTINO, « Problemi d’interpretazione delle necropoli », dans R. FRANCOVICH et D. MANACORDA, Lo scavo archeologico : dalla diagnosi all’edizione, Florence, 1990, p. 401-420.

5 Cf. la dédicace du temple d’Apollon généralement interprétée comme une signature de l’architecte, et peut-être du tailleur de colonnes : « Kléoménès, fils de Knideidas, a fait pour Apollon ; [il a] aussi [exécuté] ces illustres colonnes, superbes œuvres d’art. » Il faut, à mon avis, y voir plutôt le nom de l’aristocrate chargé officiellement de la construction, phénomène attesté en Sicile à l’époque archaïque. Ainsi Agathoclès : supra, note 3. De même, lorsque Phalaris et Théron, à quelques générations d’intervalle, s’emparent du pouvoir à Agrigente, ils exercent une magistrature qui leur confie les fonds et la direction des travaux, l’un du temple de Zeus Polieus, l’autre du sanctuaire d’Athéna sur l’acropole (POLYEN. V.l.l).

6 Cf. G. VALLET, loc. cit.

7 Certains ont voulu voir là l’allusion à la refondation de Syracuse par Gélon, appelé nouvel oiciste de la cité après le synœcisme opéré sur la Sicile orientale. D’où le titre de synoiciste pour Agésias.

8 Cf. R. VAN COMPERNOLLE, Étude de chronologie et d’historiographie siciliotes, Bruxelles-Rome, 1960, p. 365-382.

9 Cf. R. PANVINI, GELAS. Storia e archeologia dell’antica Gela, Turin, 1996, tav. 32.

10 La question a été abordée pour la Grande Grèce par N. LUBTCHANSKY, « La valse tragique des cavaliers sybarites selon Aristote », AION, n° 15,1993, p. 31-57.

11 Cf. C. ROLLEY, BCH, n° 114,1990, p. 285-297.

12 On a interprété certaines tombes monumentales de Tarente comme les sépultures d’Olympioniques en se fondant sur la présence d’amphores panathénaïques : cf. en dernier lieu A. PONTRANDOLFO, « Simposio e Élites sociali nel Mondo Etrusco e Italico », dans O. MURRAY et M. TECUSAN dir., In vino Veritas, Rome-Naples-Salerne, 1995, p. 176-195. Il est assez peu vraisemblable que les vainqueurs les aient vendues : comme le suggère P. VALAVANIS, « Les amphores panathénaïques et le commerce athénien de l’huile », BCH, suppl. n° 13,1986, p. 453-460.

13 PD. P. 1 et P. 2 ; BACCHYL. Épinicie 5. 37-40 : avec la description de l’étalon, et Enkomia, frgt 5.

14 BACCHYL. Enkomia, frgt 5, « les compagnons de banquet » et la musique.
PD. P. 1.70-73 ; 6.53-55 ; I. 2.54 sq. ; N. 1.29 sq. ; N. 2.str.l0 ; sans compter les enkomia, chants exécutés lors du banquet.

15 P. SCHMITT PANTEL, La cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, Paris-Rome, Collection de l’École française de Rome, 1992, p. 39-40.

16 O. MURRAY le date dès le 3e quart du viiie siècle av. J.-C, en s’appuyant sur la coupe de Nestor : « Nestor’s cup and the origins of Greek Symposion », AION, 1994, n.s. 1, p. 47-54.

17 Cf. O. MURRAY, « Sympotic History », Sympotika, Oxford, 1990, p. 3-13.

18 A. BRUGNONE, « Le leggi suntuarie di Siracusa », PP, n° 262,1992, p. 5-24.

19 Sur la présence des cratères dans les tombes, cf. J. DE LA GENIÈRE, « À propos d’un cratère en calice d’une tombe sélinontine », dans Studi sulla Sicilia Occidentale in onore di V. Tusa, Padoue, 1993, p. 41-45. Sur leur iconographie, cf. les tombes T. 974, 1144, 1157, à Camarina.

20 Purifications, frgt 112 : « Ports vénérés où les étrangers peuvent se reposer à l’abri de tout danger. »

21 C. BÉRARD, L’héroon à la porte de l’ouest. Érétrie III, Berne, 1970.

22 J. KARAGHEORGIS, Excavations in the necropolis of Salamis, Chypre, I,1967 ; II, 1970.

23 C. ALBORE LIVADIE, dans Contribution à l’étude de la société et de la colonisation eubéennes, Naples, 1975, p. 53-58.

24 Références données par A. PONTRANDOLFO, loc. cit., p. 193.

25 Veder Greco. Le necropoli di Agrigento, Rome, 1988.

26 « Attic symposia after the Persian Wars », Sympotica, Oxford, 1990, p. 105-121.

27 Regroupées entre elles et isolées des autres, ces sépultures présentent des monuments d’un grand soin architectonique et un riche mobilier : entre autres, des coupes en bronze, une patère d’argent, des épées, des boucliers et un nombre élevé de broches. Cette nécropole, la première de ce type connue pour la zone achéenne, a été interprétée comme l’espace réservé à une élite qui affirme sa volonté d’accentuer par le rituel funéraire le caractère timocratique du régime politique de Métaponte.

28 A. PONTRANDOLFO pour Poseidonia : les tombes de la période qui suit l’occupation de la cité par les Lucaniens sont remplies de services de banquet, alors que ce n’était pas le cas pour les tombes grecques de la période antérieure. Même phénomène dans les nécropoles de l’arrière-pays de Sybaris. Le cas diffère néanmoins de celui d’Agrigente, en ce qu’il s’agit désormais de non-Grecs, qui prolongent un comportement aristocratique, véhiculé en occident par les premiers colons grecs à partir de la fin de l’époque géométrique.

29 L. KURKE, « The politics of habrosyné », Cl.Ant., n° 11,1992, p. 91-120.

30 L. GALLO, « Le leggi suntuarie greche e l’alimentazione », AION, n° 15,1993, p. 173-203.

31 HDT. VII.159 ; 161 ; HOM. I. 2.546-556 : Ménesthée. Je n’adhère pas à l’interprétation selon laquelle ces références homériques seraient, pour l’historien, un moyen de railler l’attitude des Grecs de métropole. Ainsi, en 476 av. J.-C, lorsque Cimon rapporte de Skyros les prétendus ossements de Thésée, il légitime la prise de possession de l’île par les Athéniens et en tire un grand prestige aux yeux du Démos.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540