Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Instrumentalisation et légitimation du pouvoir patricien

Des maîtres de forges à la présidence du CNPF : une nouvelle figure de patricien ?*

Monique de Saint Martin

Texte intégral

  • * Je remercie Jean-Marie Moine, Monique Pinçon-Chariot et Michel Pinçon pour leurs remarques et leur (...)

1Novembre, décembre 1997, le baron Ernest-Antoine Seillière de Laborde est à la une ou sur les grands titres des journaux, largement interviewé sur les différentes radios et chaînes de télévision. Souvent grinçants et caustiques, les différents titres et les commentaires qui les suivent rappellent presque tous la naissance, les origines familiales et professionnelles ainsi que le titre de baron de Ernest-Antoine Seillière qui vient de se porter candidat à la présidence du CNPF, Jean Gandois ayant démissionné de ce poste à la suite du sommet de Matignon sur la réduction du temps de travail à 35 heures, organisé par le gouvernement Jospin le 10 octobre 1997. « CNPF : un baron prêt à être le « tueur » de service », Le Canard Enchaîné, 12 nov. 1997 ; « Ernest-Antoine Seillière, un baron pour les patrons », La Tribune, 12 nov. 1997 ; « Seillière, le baron qui veut se percher au CNPF », Libération, 13 nov. 1997 ; « Un patron né coiffé », Libération, 13 nov. 1997 ; « Un héritier devenu un vrai patron », Les Échos, 13 nov. 1997 ; « Un baron diplomate issu d’une famille de « maîtres des forges », La République du Centre, 13 nov. 1997 ; « CNPF : Seillière relève le gant », La Nouvelle République, 13 nov. 1997 ; « Le trône patronal promis au baron Seillière », Libération, 17 nov. 1997 ; « Seillière, un héritier presque parfait », Le Nouvel Observateur, 20 nov. 1997.

  • 1 Il s’agit là de quelques titres de quotidiens, d’hebdomadaires ou de revues. Une étude systématiqu (...)

2Une fois son élection assurée le 16 décembre 1997, les titres mettent davantage l’accent sur l’homme d’action sans cependant cesser d’évoquer ses origines. « L’irrésistible ascension d’Ernest-Antoine Seillière », Le Figaro, 16 déc. 1997 ; « Un diplomate qui ne prendra pas de gants », Le Figaro, 16 déc. 1997 ; « Ernest-Antoine Seillière, 60 ans, nouveau patron du CNPF, est un « tueur » élégant pour qui la vie est belle. Premier de la caste », Libération, 17 déc. 1997 ; « Le patron qui tranche », L’Express, 11 décembre 1997 ; « Le tueur vaut 3 milliards », L’Humanité, 16 déc. 1997 ; « La croisade d’Ernest-Antoine Seillière », Le Monde, 17 déc. 1997 ; « Le baron Seillière part en guerre », Paris-Μα tch, 26 fév. 19981.

  • 2 R. ALEXANDRE, « Un patricien chez les patrons », L’Expansion, 3-16 juin 1988, p. 84.

3Un grand bourgeois et aristocrate, porteur d’un titre de baron, PDG d’un holding financier, la CGIP, devenait président du CNPF, ce qui a priori n’ allait pas de soi, ce poste ayant, depuis sa création, été plus souvent occupé par des patrons d’anciennes PME en ascension ou des bureaucrates du CNPF que par les héritiers des grandes familles. Comment Ernest-Antoine Seillière était-il arrivé là ? Qu’est-ce qui avait conduit celui qu’un journaliste de la presse économique avait appelé « un patricien »2 à briguer ce poste ? Que signifiait ce choix ? Avant de chercher à comprendre la logique et le sens de ses actions, il paraît utile de donner quelques repères biographiques importants.

Les origines familiales

4Né le 20 décembre 1937 à Neuilly-sur-Seine, Ernest-Antoine Seillière de Laborde est fils du baron Jean Seillière de Laborde, industriel, et de Renée de Wendel, présidente de l’œuvre des Petits Lits blancs, petit-fils de Maurice-Marie Ignace de Wendel, maître de forges, et de Andrée des Monstiers Mérinville, arrière petit-fils de Paul François Henri de Wendel et de Berthe-Henriette Corbel-Corbeau de Vaulserre. François de Wendel, qui fut président du Comité des forges, régent de la Banque de France, député puis sénateur est son grand-oncle, le frère aîné de son grand-père. Jean-Martin de Wendel qui s’établit maître de forges à Hayange en 1704 est son ancêtre et Ernest-Antoine Seillière fait partie de la neuvième génération de la dynastie. Ainsi, du côté maternel, il est issu de la famille de maîtres de forges la plus illustre et l’une des plus anciennes ; du côté paternel, on compte des industriels du textile, des banquiers ; les Seillière, bourgeois anoblis, étaient comme les Pereire ou les Rothschild de grands collectionneurs de peinture et le baron Ernest Seillière, membre de l’Académie française, est son grand-père paternel.

5Ancienneté des dynasties, plus grande du côté maternel, mais non négligeable du côté paternel, héritage économique qu’il se plaît à minimiser, héritage culturel, réseau étendu et diversifié de relations, reconnaissance, cosmopolitisme, rien ne paraît faire défaut à cet héritier qui dispose de nombreux atouts dans son jeu.

  • 3 « Ernest-Antoine Seillière, le patron qui tranche », L’Express, 11 déc. 1997.

6Quatrième et dernier enfant, né après trois filles, « il est le garçon tant attendu, pour sauver un nom qui s’éteignait. Résultat, il a toujours été encensé par ses proches et ne supporte pas la contradiction », raconte un membre de sa famille3. Il passe sa jeunesse dans le splendide hôtel particulier de sa mère, quai de New York et est élevé par une nurse alsacienne qui le surnomme Ernekind, comme se plaisent à le répéter les journalistes.

Les études

  • 4 « Ernest-Antoine Seillière, le patron qui tranche », L’Express, 11 déc. 1997, p. 85.

7Ernest-Antoine Seillière fait ses études secondaires au collège de Ladycross en Grande-Bretagne, puis au lycée Janson de Sailly à Paris dans le 16e arrondissement, où il « fait les quatre cents coups ». Il mène ses études supérieures à l’Institut d’études politiques de Paris, où il est vice-président du bureau des élèves alors contrôlé par l’UNEF, et à la faculté de droit, et se présente à l’ΕΝΑ, au moment où les jeunes de l’aristocratie découvrent cette école. Il y est reçu à la première tentative en 1961. « Si je n’avais pas réussi, j’aurais choisi une formation d’entrepreneur. »4

8Avant de suivre la scolarité de l’ENA, il part faire son service militaire en Algérie. Passé par Saumur, il est envoyé en 1961 comme sous-lieutenant du 2e régiment de spahis dans le Sud-Oranais. Après 14 mois dans un poste isolé de l’Atlas saharien, il devient attaché au cabinet de Christian Fouchet, alors haut commissaire de la République en Algérie. Au retour d’Algérie, il fait sa scolarité à l’ENA.

Les débuts de la carrière : diplomatie et cabinets ministériels

  • 5 H. BENTOGEAT, « CNPF le vrai faux patron », Le Point, n° 1156,12 nov. 1994, p. 82.

9Ernest-Antoine Seillière sort de l’ENA en 1965 dans la promotion Stendhal, la même promotion que Jean-Pierre Chevènement, Lionel Jospin, Alain Gomez, Jacques Toubon ; il est classé 20e, c’est-à-dire dans un classement moyen qui ne lui permet pas de « choisir » les grands corps, mais qui n’est pas non plus un mauvais classement. Il intègre le ministère des Affaires étrangères, et passe neuf ans dans le corps diplomatique. « J’aurais bien choisi la préfectorale... si j’avais pu sauter le stade de sous-préfet. »5 Celui qui se dira homme de terrain, proche des petits entrepreneurs, préfère alors être un peu à l’écart de la mêlée et du terrain.

10En 1966, il est secrétaire des Affaires étrangères à la direction des Affaires économiques et financières du ministère des Affaires étrangères, et occupe ce poste de 1966 à 1969 ; il partage alors le bureau de Jospin. Il est membre des délégations françaises pour les négociations de Bruxelles (Communauté économique européenne) et de Genève (General Agreement on Tarif and Trade, GATT) et participe aux négociations.

11Nommé conseiller des Affaires étrangères en 1969, il est appelé dans plusieurs cabinets ministériels importants. C’est ainsi que de 1969 à 1972, il est chargé de mission au cabinet de Jacques Chaban-Delmas, Premier ministre, puis de Pierre Messmer, Premier ministre en 1972. De 1972 à 1973, il est conseiller technique au cabinet de Maurice Schumann aux Affaires étrangères puis au cabinet de Robert Galley, ministre des Armées.

  • 6 V. MALINGRE, C. MONNOT, « La croisade d’Ernest Seillière », Le Monde, 17 déc. 1997.
  • 7 « Je veux surtout devenir le tueur du chômage ! » Camarade de promotion de Jospin, héritier de la (...)

12« L’échec de Chaban-Delmas aux élections présidentielles de 1974 l’éprouve. Il en gardera une certaine rancoeur à Giscard d’Estaing. »6 Il passe un an à Harvard en 1975, au Center for International Affairs. « Maurice Schumann, alors ministre des Affaires étrangères, m’avait assigné la mission de « faire rayonner la culture française ». Je m’en suis ouvert au doyen de la faculté américaine qui a tempéré mes ardeurs d’un « ]ust enjoy yourself ». C’est dans ce contexte que j’ai pris ma décision [de quitter la diplomatie], étant entendu que ce que j’aime, c’est d’abord décider. Une latitude plutôt exclue du monde diplomatique. »7 À son retour de Harvard, il est mis en disponibilité.

Le mariage

13C’est lorsqu’il était fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères qu’il épouse, à 34 ans, Antoinette Barbey, genevoise, fille d’un banquier suisse, journaliste à Vogue, puis propriétaire d’une galerie d’art dans le Marais. Sa femme est son meilleur soutien. Ils ont cinq enfants : Valentine, Joséphine, Jean-Baptiste, Noémie, Alexandre ; sa deuxième fille a épousé en 1996 Alain Missoffe, lui aussi un descendant des Wendel.

La carrière dans les affaires

  • 8 V. MALINGRE, C. MONNOT, « La croisade d’Ernest Seillière », Le Monde, 17 déc. 1997.

14De retour de Harvard, Ernest-Antoine Seillière entre, à la surprise de la majorité de ses amis, dans la société Marine-Wendel, au moment où les groupes de la famille Sollac-Sacilor et Usinor sont proches de la faillite. Après un stage ouvrier rapide, il est nommé en 1976 directeur général adjoint de la politique industrielle de Marine-Wendel puis devient directeur de la politique et des filiales industrielles à la CGIP, holding créé en 1977 pour reprendre les actifs non sidérurgiques du groupe, et présidé par son oncle Pierre Celier. La CGIP est alors « un portefeuille de participations boiteuses »8 dont il est nommé directeur général adjoint en 1979 puis administrateur directeur général en 1982. Pendant ce temps, en 1978, l’État nationalise Sacilor-Sollac, de fait le groupe de Wendel, groupe qui avait compté 150 000 salariés au plus fort de sa gloire.

  • 9 R. ALEXANDRE, « Unpatricien chez les patrons », op. cit., p. 84.

15« Du croulant empire d’acier et de mécanique, le descendant a fait surgir en quelques années un groupe performant dans l’emballage, les services informatiques ou les biotechnologies », souligne Roger Alexandre9. À partir de 1978, Ernest-Antoine Seillière entreprend la reconstruction ou le redéploiement du holding ; il revend des sociétés, élague, diversifie et parvient à faire ce que les actionnaires n’auraient sans doute pas laissé faire à un étranger au groupe familial. En 1987, il devient PDG de la CGIP, succédant à Pierre Celier qui devient président d’honneur du conseil d’administration et PDG de Marine-Wendel, holding de contrôle de la CGIP.

  • 10 C OCKRENT et J.-P. SERÉNI, Les grands patrons. Comment ils voient notre avenir, Paris, Plon, 1998.

16En 1996, le groupe CGIP compte 31 000 personnes, a un chiffre d’affaires de 25 milliards de francs ; la holding financière CGIP regroupe 1 134 personnes en 1997 et a un chiffre d’affaires de 1 milliard 554 millions. Le siège social se trouve dans un vieil hôtel rénové de la rue Taitbout dans le 9e arrondissement. « La famille aurait pu sortir de l’industrie et faire gérer ses derniers capitaux par George Soros ou la banque américaine J. P. Morgan. Nous avons préféré le faire nous-mêmes et cela ne nous a pas mal réussi. Sur les vingt dernières années, la valeur du patrimoine de nos actionnaires, tant familiaux que publics, dividendes compris, s’est accrue de plus de 20 % par an », explique Ernest-Antoine Seillière en septembre 1997 à Christine Ockrent et Jean-Pierre Séréni10.

17Outre la présidence de la CGIP et de Marine-Wendel, Ernest-Antoine Seillière est membre de nombreux conseils d’administration ou de surveillance. Sur le curriculum vitae officiel, remis au CNPF, il est précisé qu’il est administrateur de la Société générale, d’Eridiana Beghin-Say, de Valéo, de Crown Cork and Seal, président du conseil de surveillance de Cap Gemini et de Reynolds, membre du conseil de surveillance de Peugeot SA et d’Hermès.

  • 11 S. HATTEMER-LEFÈVRE, « Comment le baron gère son empire », Le Nouvel Économiste, n° 1104, 20 mai 1 (...)
  • 12 Ibid. En 1998, il décide une réduction du capital de la CGIP et la valeur des titres chute.

18Mais la réussite de Ernest-Antoine Seillière dans les affaires et la gestion du groupe familial n’est cependant pas totale. « Fin de règne ? Ernest-Antoine Seillière, le chef du clan Wendel, a porté la CGIP au faîte de sa gloire. Jusqu’à quand ? Les marchés boudent les holdings familiales. Et les querelles intestines minent le groupe », remarque Sylvie Hattemer-Lefèvre dans Le Nouvel Économiste11. Certains membres de la famille (non cités dans cet article) « se plaignent de s’être retrouvés piégés, minoritaires dans une structure à la fois peu liquide et sous-évaluée. Une fois, c’est un des cousins qui dénonce la méthode trop personnelle d’EAS et sa manière, quand l’occasion s’en présente, de se servir mieux que les autres. Une autre, c’est une cousine qui se plaint de la faible valorisation de ses actions, coincées dans une holding familiale où ne jouent pas les libres lois du marché »12. Est-ce en raison de ces difficultés qu’il se présente au CNPF ? On peut être tenté de le penser, et cela serait sans doute réducteur. Il faut au moins se poser la question.

Seillière au CNPF

  • 13 Cf. É. BERTIER, « Ernest-Antoine Seillière de Laborde : le chef des de Wendel », L’Expansion, n° 3 (...)
  • 14 La chronologie du patronat français, réalisée par G. LATOURNERIE, avec le concours des services d’ (...)
  • 15 « Ernest-Antoine Seillière, le patron qui tranche », L’Express, 11 déc. 1997.
  • 16 On disait d’ailleurs à l’époque qu’il n’avait aucune chance de devenir président du CNPF.

19Lorsqu’Ernest-Antoine Seillière se présente en novembre 1997 à la présidence du CNPF, il n’est pas un homme nouveau pour l’organisation patronale ; il a en fait pris le temps de se faire connaître et reconnaître. Pour réussir au CNPF, il faut en effet, être du sérail. Dès 1986, Ernest-Antoine Seillière est l’un des trois patrons vedettes invités sur la scène du Zénith aux assises du CNPF, qui furent cette année-là consacrées au thème « Jeunesse et entreprise ». Son intervention porte sur « un monde en mutation »13. En novembre 1987, il participe activement au colloque sur l’internationalisation de l’économie organisé par l’Institut de l’entreprise. Membre du conseil exécutif du CNPF de 1988 à 1997, vice-président du CNPF de 1988 à 1997, il préside aussi la commission économique du CNPF de 1988 à 1994. Il succède à Jacques Lallement à la tête de cette commission et Denis Kessler lui succédera en décembre 199414. En 1996, il organise le cinquantenaire du CNPF à Poitiers et fait appel pour cela au Club Med. « Vu la façon dont il s’était impliqué dans cet événement, il était évident qu’il irait plus loin dans la maison », estime un permanent du CNPF15. Avec le départ de Gandois, l’occasion s’est présentée, Seillière l’a saisie alors qu’il avait préféré ne pas se présenter en 1994 au moment de la succession de Périgot16. Et, en 1997, avant de faire acte de candidature, il s’assure le soutien de l’UIMM, « sa » fédération qui se trouve être celle qui « tient » financièrement le CNPF et consulte la plupart de ceux qui comptent et font les élections ; il prend aussi le soin d’annoncer sa candidature le plus tard possible pour être sûr qu’ aucun concurrent de poids ne se présente (Didier Pineau-Valencienne, autre vice-président du CNPF, pouvait difficilement être candidat, étant donné ses démêlés avec la justice belge).

  • 17 « Je veux surtout devenir le tueur du chômage ! » Camarade de promotion de Jospin, héritier de la (...)

20En accédant à la présidence du CNPF, Ernest-Antoine Seillière réalise une ambition de plusieurs années. Même s’il se plaît à dire que « le CNPF n’a par définition pas de pouvoir » et que « la puissance du CNPF relève d’un mythe : c’est l’État qui concentre tous les circuits de décision », il veut être celui qui permettra au CNPF de « devenir plus influent »17. « Les entrepreneurs et leurs organisations n’ont qu’une petite épée de bois entre les mains, face aux capacités de contrainte de l’État et aux possibilités de blocage — des routes et des services publics — des syndicats... Le CNPF ne dispose de rien d’autre que d’un pouvoir de conviction. » Ernest-Antoine Seillière entend développer le pouvoir de conviction et de lobbying du CNPF et prendre ses distances avec la négociation et le paritarisme. Ses premières déclarations et prises de position sont tonitruantes et brutales et manifestent son souci d’être présent sur le terrain de la lutte politique et de se présenter en chef possible de la droite. Rappelons seulement qu’il annonce un jour qu’il va « déstabiliser Jospin », qu’il se présente un autre jour comme « un tueur d’illusions, un tueur d’idées fausses, un tueur de chômage », qu’à une autre occasion il déclare qu’« on ne peut pas mener les combats avec un regard concentré sur l’infirmerie », autrement dit, les chômeurs et le chômage.

21Cette carrière, retracée de façon sommaire, peut être analysée de diverses manières ; on propose ici sous forme d’esquisse, différentes lectures possibles de la trajectoire d’Ernest-Antoine Seillière suggérées par une première analyse de quelques entretiens qu’il a donnés dans des ouvrages, des revues, à la télévision ou à la radio ainsi que d’un ensemble d’articles de la presse générale ou économique qui lui ont été consacrés depuis dix ans. On peut souligner la continuité de l’héritier qui cumule les différentes ressources, à qui tout ou presque tout réussit, qui retourne vers la gestion des affaires familiales après s’être essayé à la diplomatie et à la politique dans les cabinets ministériels et qui devient président du CNPF avec l’accord de sa famille. On peut préférer s’attarder sur les moments de ruptures apparentes et les tentatives de reconversions successives d’un descendant de grande famille qui entre à l’ENA plutôt qu’à HEC ou à Centrale, qui par la suite quitte le service public auquel il s’était préparé pour une carrière de gestionnaire et de financier du groupe familial, qui, devenu président du CNPF, prône le libéralisme, prend ses distances avec l’État après avoir été à son service et avoir été bénéficiaire. On peut aussi se demander si Ernest-Antoine Seillière n’est pas un oligarque, voire un « patricien », membre d’une grande famille, financier et gestionnaire qui ne se satisfait pas de la puissance économique et sociale mais souhaite avoir aussi un pouvoir de décision politique, non plus au niveau de la ville mais au niveau national et si possible international, et se donne les moyens d’y parvenir. La réussite de ce « patricien », qui diversifie ses activités et ses investissements, paraît l’emporter sur les échecs qui sont soigneusement évités ou contournés.

La continuité — L’héritier d’une dynastie

  • 18 « Comment les dynasties d’entrepreneurs se voient-elles ? », Propos recueillis par F. CROUZET, Ent (...)

22Ernest-Antoine Seillière peut apparaître comme le riche héritier d’une grande et puissante famille qui a suivi le chemin préparé pour lui et qui s’est trouvé bien placé pour donner l’impulsion nécessaire au groupe familial au moment où le patrimoine collectif de la famille était considérablement affaibli et pour permettre la reproduction de la dynastie familiale et de son patrimoine. Les études à la faculté de droit, à l’IEP puis à l’ENA font partie du champ des possibles pour un jeune de sa génération issu de la grande bourgeoisie ou de l’aristocratie ; chez les Wendel comme chez les Seillière, on faisait des études. Après quelques années dans la diplomatie, débouché relativement traditionnel dans son milieu, il se consacre à la gestion du groupe et des affaires familiales. Et, d’une certaine façon, il suit la tradition familiale, et en particulier l’exemple de son grand-oncle, François de Wendel, président du Comité des Forges, en s’engageant à la tête du Conseil national du patronat français après avoir de fait longuement préparé cette entrée. Lui-même insiste d’ailleurs sur cette continuité et sur le désir qu’il a de travailler à assurer la continuité de la dynastie. A la question de savoir si l’appartenance à une dynastie d’entrepreneurs a joué un rôle important dans son enfance et dans son éducation, il répond : « Oui, cette appartenance m’ayant amené à faire de fréquents séjours en Lorraine, où se trouvait concentré l’ensemble sidérurgique et minier de la maison de Wendel et à fréquenter les principaux responsables du Groupe. Il en est résulté un profond sentiment d’appartenance et le désir d’assurer la continuité, dans un esprit de responsabilité. »18

  • 19 R. ALEXANDRE, op. cit., p. 86.

23Mais cette continuité relative de son itinéraire, ces ajustements successifs opérés en fonction des offres et en tenant compte des demandes familiales ne sont pas nécessairement le produit d’une stratégie consciente orientée dès le départ et à tous moments vers la reproduction du groupe familial. Les observateurs relèvent des moments d’hésitation et d’incertitude, des contradictions dans la carrière d’Ernest-Antoine Seillière. Incertitude qui n’est pas complètement anecdotique, notamment à propos de son prénom, de son nom et de la manière dont il souhaite être nommé. Ernest-Antoine ou Antoine ou Ernest, Seillière ou Laborde ou Seillière de Laborde. Plusieurs des articles qui lui sont consacrés rappellent qu’une nurse alsacienne l’a baptisé Ernekind (Petit Ernest) et que des amis ou des proches continuent de l’appeler ainsi. Pendant un moment, il se débarrassa d’Antoine et se faisait appeler Ernest, « mais Ernest tout seul ne l’enchantait pas. Il laissa donc tomber Ernest au profit d’Antoine ; mais les proches estimèrent qu’Antoine, décidément, ce n’était pas lui. Au bout du compte, entre Ernekind, Ernest Seillière et Antoine de Laborde, il finit par trouver sa voie. Il s’appelle désormais Ernest-Antoine Seillière »19. Les hésitations sur son nom paraissent trahir des incertitudes sur sa destinée. Diplomate, entrepreneur, financier, homme politique, il expérimente différentes voies, évitant toujours de s’enfermer dans l’une au détriment des autres.

Les tentatives de reconversion individuelles

  • 20 Sur les reconversions, cf. P. BOURDIEU, L. BOLTANSKI, M. de SAINT MARTIN, « Les stratégies de reco (...)

24L’histoire de Ernest-Antoine Seillière de Laborde, peut aussi se lire comme l’histoire de tentatives de reconversion plus ou moins achevées des différentes ressources qu’il détient et de l’expression d’ambitions différentes20. Reconversion du descendant par sa mère d’une grande famille de maître des forges, et par son père d’une famille d’industriels et de banquiers anoblie au début de ce siècle, qui fait des études à la faculté de droit, à l’Institut d’études politiques de Paris puis à l’École nationale d’administration, investit dans les études et accumule les diplômes, ne se contentant pas d’un seul diplôme comme c’était souvent le cas dans son milieu. Reconversion d’un énarque, membre de plusieurs cabinets ministériels, haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères et, qui, après neuf années dans la haute fonction publique et les cabinets ministériels, renonce à une belle carrière de diplomate pour devenir directeur d’un groupe financier, la CGIP (Compagnie générale d’industrie et de participations), alors en très mauvais état, puis président directeur général de ce même groupe où il saura user de diplomatie et saisir les occasions propices aux restructurations. Diversification des investissements ou reconversion du PDG d’un grand groupe financier, proche de la retraite, qui devient le 16 décembre 1997 président du Conseil national du patronat français et se propose de jouer un rôle politique au moment où le CNPF traverse une période de crise et de divisions.

25Encore faut-il expliquer ces tentatives de reconversion et comprendre ce qui a incité Ernest-Antoine Seillière à se lancer dans ce qui pouvait apparaître comme risqué. Ce sont d’abord les circonstances ou plus précisément l’état de l’offre des possibles qui lui ont été favorables, pour l’entrée à l’ENA, à la CGIP ou au CNPF.

26En outre, il a pu s’appuyer sur un large ensemble de ressources diversifiées, ancienneté des familles, nom, titre, diplômes, culture, patrimoine, revenus, cosmopolitisme, surtout réseau de relations étendu et important (dans toutes les sphères : monde politique, média, culture, entreprises, banque...) accumulé de façon continue, et travail de gestion de ces relations (par exemple en organisant ou en confiant à sa femme l’organisation de grandes fêtes, son 50e anniversaire qu’il fête avec 350 amis et proches, le mariage de sa fille qui rassemble 650 personnalités à déjeuner et autant l’après-midi, mais aussi travail de gestion de tous les instants) et il est reconnu et considéré comme étant porteur d’un riche portefeuille de ressources. Or, les probabilités d’entreprendre des reconversions sont beaucoup plus grandes chez ceux qui disposent de ressources diversifiées et surtout d’un réseau de relations important et régulièrement entretenu que chez ceux qui ne peuvent compter que sur un seul type de ressources, économiques ou culturelles par exemple, aussi abondantes soient-elles.

  • 21 R. ALEXANDRE, op. cit.

27Ernest-Antoine Seillière tire aussi grand profit de la légitimité qu’il a acquise, d’abord celle du diplôme et du concours, ensuite celle du « patron qui a réussi un prodigieux redressement de sa société [...] et celle du descendant d’une grande dynastie industrielle, qui symbolise des siècles d’esprit d’entreprise », dit de lui un dirigeant du CNPF21, enfin celle de son élection au CNPF avec 82 % des voix ; et la légitimité ainsi acquise favorise ses projets.

  • 22 Les trois autres candidats Jean-Pierre Gérard, membre du Conseil de politique monétaire de la Banq (...)

28Ce sont enfin les réactions des autres groupes qui pourraient s’opposer à ces tentatives de reconversion qu’Ernest-Antoine Seillière parvient à neutraliser ; par exemple à l’entrée au CNPF, il anticipe ces réactions. Sachant qu’a priori les PME peuvent être réticentes face à un grand héritier, énarque et PDG d’un groupe financier, il proclame qu’il va défendre les PME, et se vante de connaître les entreprises et le terrain ; il évite les fortes hostilités, et ne se présente que parce qu’il sait qu’il n’y aura pas d’autre candidat de poids. « Si je suis élu, j’exprimerai clairement les ambitions, les exigences et les inquiétudes des entrepreneurs de France, et surtout du plus grand nombre, les PME », annonce-t-il dans sa déclaration de candidature22.

29Ernest-Antoine Seillière se trouve ainsi dans des conditions tout à fait favorables à l’élaboration de projets de reconversion. Mais ces différentes tentatives de reconversion ne sont pas menées à leur terme et Ernest-Antoine Seillière ne renonce jamais aux investissements effectués ou aux ressources précédemment accumulées. Des reconversions achevées auraient par exemple supposé qu’il renonce à l’héritage symbolique et familial pour devenir un haut fonctionnaire, serviteur de l’État ou qu’il abandonne la CGIP pour devenir président du CNPF. Il s’agit plutôt de reconversions inachevées et conservatrices qui lui permettent d’élargir son champ d’action en évitant les fortes ruptures et les grands risques.

Les reconversions collectives

30Si Ernest-Antoine Seillière évite en ce qui le concerne directement de mener les reconversions à leur terme et de renoncer aux anciens investissements, il paraît avoir engagé de façon plus assurée la reconversion du groupe industriel en déclin, vers le groupe financier ainsi que celle du patrimoine familial.

  • 23 « Comment les dynasties d’entrepreneurs se voient -elles ? », Propos recueillis par F. CROUZET, En (...)

31Ernest-Antoine Seillière a largement contribué à la reconversion de l’ancien groupe industriel sidérurgique en groupe financier-actionnaire et à la reconversion des modes de direction et de gestion de ce groupe. Lorsqu’il est interrogé sur « le modèle de reconversion suivi par sa famille dans la période récente », il préfère parler de la politique de reconversion menée par le groupe Wendel et il souligne notamment que celui-ci est doté d’« une organisation très légère et très décentralisée, la société holding jouant un rôle essentiel dans le choix de dirigeants pleinement responsables, dans la définition des stratégies, dans l’appui financier apporté aux filiales, en vue de leur développement, tout en se gardant d’intervenir dans la gestion quotidienne »23.

  • 24 M BAUER et B. BERTIN-MOUROT, Les 200. Comment devient-on un grand patron ? Paris, Le Seuil, 1987, (...)
  • 25 J.-M MOINE, Les barons du fer. Les maîtres de forges en Lorraine du milieu du xixe siècle aux anné (...)
  • 26 M PINÇON et M. PINÇON-CHARLOT, Grandes fortunes, dynasties familiales et formes de richesse en Fra (...)
  • 27 C OCKRENT et J.-P. SÉRÉNI, Les grands patrons. Comment ils voient notre avenir, op. cit., p. 321.

32Quant à la famille au sens large, elle s’est également engagée, de façon plus ou moins assurée, selon les générations, les branches ou les groupes et les individus dans ce processus de reconversion. Michel Bauer et Bénédicte Bertin-Mourot estiment que « la famille Wendel a gagné le pari de la reconversion, si ce n’est de la sidérurgie, du moins de son patrimoine »24. « Plus aucun héritier des dynasties métallurgiques n’exerce de responsabilité de direction dans la sidérurgie lorraine aujourd’hui », remarquait Jean-Marie Moine en 1989. Et il précise que les descendants de ces dynasties travaillent dans la banque, la grande distribution, la fonction publique, etc. et que les plus âgés jouissent de leurs rentes. En ce qui concerne les patrimoines familiaux, il est probable qu’ils ont subi le contrecoup de la débâcle financière de l’industrie qui en avait été le fondement. « Les descendants sont actionnaires — dans quelles proportions ? — de holdings aux portefeuilles diversifiés et dont les raisons sociales ont gardé le souvenir d’anciennes sociétés sidérurgiques mais n’ayant plus de liens avec la fabrication de l’acier. Les Wendel ont conservé des intérêts dans la métallurgie fine (Ugine-Gueugnon, Allevard Industries, Carnaud), mais le holding CGIP est orienté vers les activités de services et les placements internationaux. »25 Le processus de dessaisissement des héritiers des familles fondatrices s’est enclenché après la seconde guerre mondiale, avec l’élargissement des financements et donc de l’endettement, les restructurations et l’entrée en scène de l’État. La famille et les actionnaires se sont d’ailleurs élargis. « Avant la guerre de 1940, je crois qu’il n’y avait que 35 actionnaires. Ils se connaissaient tous. Mais maintenant, lorsque je vais à une réunion des Petits-Fils, il y a plein de cousins et de cousines qui ont entre vingt et vingt-cinq ans que je ne connais pas ! C’est devenu une société financière où tout le monde est cousin, parfois à des degrés très éloignés », explique Véronique de Montrémy, fille de Philippe de Montrémy et de Berthilde de Wendel, cousine de Ernest-Antoine Seillière26 ; de fait, la société holding compte maintenant quelque 400 actionnaires. Ernest-Antoine Seillière qui a œuvré pour la reconversion et la diversification du patrimoine de la famille, estime qu’elle doit désormais être à la recherche de nouvelles voies pour maintenir son pouvoir ou ce qu’il appelle son « influence ». Lorsqu’il lui est demandé si dans sa propre famille il souhaiterait que ses enfants lui succèdent aux responsabilités, il répond : « Parmi mes enfants ou ceux de mes innombrables cousins, aucun n’imagine qu’il va être appelé à la tête de telle ou telle entreprise. Nous sommes beaucoup trop nombreux. L’influence familiale passera sans doute par d’autres canaux, il y aura par exemple quelqu’un de la famille au Conseil de surveillance, pas forcément à la Direction générale. La position que j’occupe a correspondu à notre génération et la suivante devra s’organiser en fonction de la stratégie qui sera définie par la suite. Il se peut qu’il n’y ait pas de management familial. »27 Y a-t-il ou non reconversion de la famille ou de certaines fractions de la famille ? Une étude est ici nécessaire pour analyser les carrières suivies par les différents descendants de plusieurs générations et les projets des plus jeunes.

Un « patricien » ?

  • 28 Cf. J. LE GOFF, « L’apogée de la France urbaine médiévale », dans A. CHÉDEVILLE, J. LE GOFF, J. RO (...)

33Si les descendants des maîtres de forges ne constituent vraisemblablement pas un patriciat, si les descendants de la famille Wendel ne forment sans doute pas une famille patricienne, il se pourrait cependant qu’Ernest-Antoine Seillière incarne une nouvelle figure de « patricien » et qu ‘il contribue à la réinvention d’un nouveau type de patriciat, s’appuyant sur de nouvelles technologies, de nouveaux réseaux et de nouvelles formes de domination et de gestion dans un contexte où la formation et la reproduction des groupes dirigeants sont de moins en moins contrôlées par les États-nations. Détenant de la puissance économique, Ernest-Antoine Seillière ne se laisse pas définir par une seule profession ou une seule activité. C’est ainsi que, devenu président du CNPF, il se maintient à la CGIP. Surtout, même s’il s’en défend, il souhaite tout à la fois défendre les intérêts des entreprises et des entrepreneurs et peser sur la politique, non pas au niveau de la ville mais au niveau national et si possible international. Beaucoup plus proche de l’oligarchie financière que de la « noblesse d’état », même s’il est passé par l’ENA, il se conduit en patricien cosmopolite, homme de réseaux, qui ne se contente pas du pouvoir économique et qui cherche à « accaparer le pouvoir social et politique »28 au moment où les partis politiques de droite sont relativement affaiblis. Soucieux de communication et de sa représentation, ce patricien qui a engagé la transformation du CNPF en MEDEF (Mouvement des entreprises de France) ne peut cependant avoir de légitimité que s’il parvient entre autres choses à faire oublier qu’il est un patricien.

Notes

* Je remercie Jean-Marie Moine, Monique Pinçon-Chariot et Michel Pinçon pour leurs remarques et leurs suggestions.

1 Il s’agit là de quelques titres de quotidiens, d’hebdomadaires ou de revues. Une étude systématique ferait apparaître des divergences entre les différentes représentations proposées par la presse.

2 R. ALEXANDRE, « Un patricien chez les patrons », L’Expansion, 3-16 juin 1988, p. 84.

3 « Ernest-Antoine Seillière, le patron qui tranche », L’Express, 11 déc. 1997.

4 « Ernest-Antoine Seillière, le patron qui tranche », L’Express, 11 déc. 1997, p. 85.

5 H. BENTOGEAT, « CNPF le vrai faux patron », Le Point, n° 1156,12 nov. 1994, p. 82.

6 V. MALINGRE, C. MONNOT, « La croisade d’Ernest Seillière », Le Monde, 17 déc. 1997.

7 « Je veux surtout devenir le tueur du chômage ! » Camarade de promotion de Jospin, héritier de la grande industrie, défenseur des PME : Ernest-Antoine Seillière retrace son parcours atypique, et explique ce qu’il va faire à la tête du CNPF. Propos recueillis par Michel Chabot », Le Figaro Magazine, 13 déc. 1997.

8 V. MALINGRE, C. MONNOT, « La croisade d’Ernest Seillière », Le Monde, 17 déc. 1997.

9 R. ALEXANDRE, « Unpatricien chez les patrons », op. cit., p. 84.

10 C OCKRENT et J.-P. SERÉNI, Les grands patrons. Comment ils voient notre avenir, Paris, Plon, 1998.

11 S. HATTEMER-LEFÈVRE, « Comment le baron gère son empire », Le Nouvel Économiste, n° 1104, 20 mai 1998.

12 Ibid. En 1998, il décide une réduction du capital de la CGIP et la valeur des titres chute.

13 Cf. É. BERTIER, « Ernest-Antoine Seillière de Laborde : le chef des de Wendel », L’Expansion, n° 302, février 1987, p. 158.

14 La chronologie du patronat français, réalisée par G. LATOURNERIE, avec le concours des services d’information et de documentation du CNPF, s. d.

15 « Ernest-Antoine Seillière, le patron qui tranche », L’Express, 11 déc. 1997.

16 On disait d’ailleurs à l’époque qu’il n’avait aucune chance de devenir président du CNPF.

17 « Je veux surtout devenir le tueur du chômage ! » Camarade de promotion de Jospin, héritier de la grande industrie, défenseur des PME : Ernest-Antoine Seillière retrace son parcours atypique, et explique ce qu’il va faire à la tête du CNPF. Propos recueillis par Michel Chabot », Le Figaro Magazine, 13 déc. 1997.

18 « Comment les dynasties d’entrepreneurs se voient-elles ? », Propos recueillis par F. CROUZET, Entreprises et histoire, 9 sept. 1995, p. 111.

19 R. ALEXANDRE, op. cit., p. 86.

20 Sur les reconversions, cf. P. BOURDIEU, L. BOLTANSKI, M. de SAINT MARTIN, « Les stratégies de reconversion », Information sur les sciences sociales, n° 12 (5), 1973, p. 61-113 ; M. de SAINT MARTIN, L’espace de la noblesse, Paris, Métailié, 1993, spécialement chapitre 7.

21 R. ALEXANDRE, op. cit.

22 Les trois autres candidats Jean-Pierre Gérard, membre du Conseil de politique monétaire de la Banque de France, Marie-Louise Bertini, dirigeante d’une chaîne d’épicerie de luxe, Dominique Lebel, promoteur immobilier) ne réunissent que moins de 20 % des voix. Ernest-Antoine Seillière obtient 82 % des suffrages exprimés.

23 « Comment les dynasties d’entrepreneurs se voient -elles ? », Propos recueillis par F. CROUZET, Entreprises et histoire, n° 9, sept. 1995, ρ. 120-121.

24 M BAUER et B. BERTIN-MOUROT, Les 200. Comment devient-on un grand patron ? Paris, Le Seuil, 1987, spécialement p. 85-91.

25 J.-M MOINE, Les barons du fer. Les maîtres de forges en Lorraine du milieu du xixe siècle aux années trente. Histoire sociale d un patronat sidérurgique, Nancy, Éd. Serpenoise, Presses universitaires de Nancy, 1989.

26 M PINÇON et M. PINÇON-CHARLOT, Grandes fortunes, dynasties familiales et formes de richesse en France, Paris, Payot, 1995, p. 357.

27 C OCKRENT et J.-P. SÉRÉNI, Les grands patrons. Comment ils voient notre avenir, op. cit., p. 321.

28 Cf. J. LE GOFF, « L’apogée de la France urbaine médiévale », dans A. CHÉDEVILLE, J. LE GOFF, J. ROSSIAUD, La ville en France au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1998, p. 319.

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540