Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Instrumentalisation et légitimation du pouvoir patricien

Les chambres de commerce aux xixe et xxe siècles : un patriciat économique ?

Jean-Marie Moine

Texte intégral

  • 1 Qui a créé aussi, en 1803, 126 chambres consultatives des arts et manufactures dans de petits cent (...)
  • 2 Le présent texte est une version fortement réduite de la synthèse issue de cette enquête (54 p.), (...)

1L’objet de cette communication est une lecture de l’histoire des chambres de commerce à l’aune de la notion de patriciat. Dans quelle mesure, jusqu’à quand, ce concept, auquel se rattachent des connotations de domination sur la ville, par la richesse, le pouvoir et le prestige, de monopole de ces propriétés, de continuité lignagère et d’enracinement dans la durée, peut-il s’appliquer à ces institutions électives, dont les plus anciennes remontent au début du xviiie siècle (voire plus haut pour Marseille et Dunkerque), supprimées par la Révolution, rétablies par le Consulat1 et dont le mouvement ultérieur des créations a peu à peu couvert l’ensemble du territoire national, qui représentent les milieux économiques auprès des pouvoirs publics, à travers leur mission consultative, tout en ayant peu à peu développé une activité administrative par la gestion d’équipements et services de plus en plus nombreux ? L’ensemble de la littérature susceptible d’apporter des indications sur l’évolution du recrutement du milieu consulaire, produite soit par les chambres elles-mêmes, soit, plus récemment, par les chercheurs, a été prise en compte pour cette synthèse qui s’appuie sur les exemples de quelques 90 chambres parmis les 150 environ qui forment l’effectif actuel2.

Les régimes électoraux consulaires au xixe siècle

2Emboîtant le pas à certains observateurs contemporains les historiens des chambres de commerce ont généralement décrit leur recrutement comme aristocratique, oligarchique, monopolisé par une élite étroite et fermée, davantage encore parfois, le cas échéant, que sous l’Ancien Régime. Les premières élections en l’an XI (une vingtaine de chambres alors) se sont faites par et au sein d’une liste restreinte à quelques dizaines de notables choisis par le préfet parmi les négociants « les plus distingués » ou « les plus recommandables ». Passé le scrutin initial le système s’est resserré encore un peu plus puisque sous l’Empire et la Restauration a régné la cooptation. Les renouvellements annuels par tiers, les sortants étant désignés par tirage au sort puis par ancienneté, se traduisaient ainsi par une large auto-désignation, la réélection étant possible, et ils n’étaient fréquemment qu’une simple formalité. Afin de tempérer les abus qui pouvaient naître de cette faculté de se perpétuer indéfiniment, les règlements intérieurs de certaines chambres édictèrent qu’une réélection ne pourrait intervenir qu’après une certaine interruption, mais en pratique cela ne modifiait par grand chose car on retrouvait bien vite son fauteuil, une telle disposition n’élargissant qu’à peine un cercle de recrutement des plus étroits. Un tel système a favorisé une large continuité entre les chambres d’Ancien Régime et celles reconstituées par Bonaparte, trait propre à caractériser un milieu patricien et qui s’est perpétué bien au-delà de l’Empire. On l’a observé pour Bordeaux, Lille, Lyon ou Nantes où cependant des hommes nouveaux ont pu se faire une place, moins cependant qu’à Marseille où la Révolution s’est traduite par un renouvellement social plus marqué.

  • 3 F. DÉMIER, « La crise des chambres de commerce à la veille de la révolution de 1830 », Revue d’his (...)
  • 4 A. SORIA, La chambre de commerce de Lyon au xixe siècle (1832-1908), thèse, université de Lyon II, (...)

3L’ordonnance du 16 juin 1832 a constitué le premier jalon sur le long chemin de la démocratisation des chambres de commerce. Elle mettait fin à la cooptation pure et simple et consacrait le retour au choix par une assemblée de « notables électeurs » qui n’était pas désignée par le préfet mais formée des membres de la chambre de commerce, du tribunal de commerce et du conseil des prud’hommes (ou conseil municipal si ces derniers n’existaient pas) et de commerçants en nombre égal à l’effectif de la chambre et du tribunal de commerce et choisis par ceux-ci, avec un minimum de 20. Les conditions d’éligibilité étaient assouplies : 5 ans d’exercice professionnel au lieu de 10. La réélection n’était possible qu’une fois sans interruption, le mandat demeurant de trois ans avec renouvellement annuel par tiers, soit une durée possible de 6 ans au maximum consécutivement. Cette réforme était la retombée d’une crise qui s’était ouverte en 1828 dans le sillage d’une enquête économique lancée par le ministre du Commerce par suite des divisions entre chambres de commerce portuaires sur la question des droits sur les sucres. Un mouvement de contestation s’en prit aux notabilités en place, exprimant les aspirations d’une nouvelle génération et de milieux jusque-là tenus à l’écart à accéder aux responsabilités3. Le corps électoral, avec la réforme de 1832, n’était en réalité guère plus étoffé que trente ans plus tôt, entre 50 et 80 en moyenne. Le renouvellement n’a guère été facilité. Si à Rouen on comptait trois quarts de nouveaux entre 1830 et 1834, à Bordeaux 13 membres sur 15 furent reconduits en 1832 et 7 sur 9 à Boulogne. Le système demeurait tout aussi oligarchique que précédemment, une sorte de cooptation indirecte, puisque les consuls désignaient leurs électeurs, la participation du tribunal de commerce n’y changeant pas grand chose car à la chambre ou au tribunal c’étaient à peu près les mêmes. En principe on devait tenir compte des capacités pour choisir les électeurs mais la tendance était de les mesurer par le volume des affaires, plus ou moins apprécié au vu du montant de la patente. D’où le mécontentement de ceux qui, alors qu’ils étaient électeurs au tribunal de commerce, étaient exclus par une telle rigueur censitaire. C’est pourquoi, afin d’assouplir un peu ce carcan social, la chambre de Lyon, décida-t-elle de dresser une liste de 120 noms parmi lesquels elle tirait au sort chaque année les 15 qu’elle avait à désigner, nul ne pouvant exercer le droit électoral plus de deux fois et jamais consécutivement4.

4L’arrêté du 19 juin 1848, qui instituait le suffrage universel de tous les patentés inscrits depuis au moins un an sur les rôles, n’eut pas les effets qu’on pouvait en attendre. La participation, déjà chroniquement fragile avec le système des notables, fut, sauf exception, dérisoire et le renouvellement des élus n’intervint qu’à la marge. Hostiles au suffrage universel, les chambres de commerce applaudirent au décret du 17 septembre 1851 qui allongeait à un minimum de cinq ans le paiement de la patente dans la circonscription (plus deux années de domicile) et qui portait le mandat à six ans avec renouvellement par tiers tous les deux ans, sans restriction de rééligibilité ; et plus encore à celui du 30 août 1852 qui abolissait le suffrage universel au profit d’un corps électoral réduit, le même que pour les tribunaux de commerce (ou formé sur les mêmes bases), moins étroit que celui des chambres sous la monarchie de Juillet puisque de l’ordre de quelques centaines de personnes.

5La chute du Second Empire devait entraîner un élargissement relatif de l’électorat, le décret du 22 janvier 1872 alignant les chambres de commerce sur le régime nouveau des tribunaux établi par la loi du 21 décembre 1871. La liste des électeurs comportait 1/10 des patentés, avec un minimum de 1 000 par arrondissement, choisis non plus par le préfet mais par une commission formée de représentants du conseil général, de la chambre et du tribunal de commerce, du conseil des prud’hommes, avec le maire. On ne sortait pas du système des notables, progressivement contesté d’autant plus que le suffrage universel a été institué pour les tribunaux de commerce en décembre 1883. Pendant toute cette période les chambres de commerce, à de rares exceptions, n’ont cessé d’émettre un discours élitiste visant à conjurer ce risque pour ce qui les concernait tout en admettant la nécessité d’une ouverture relative. Cependant un élément nouveau contribuait à faire évoluer les mécanismes de la cooptation occulte : la montée en puissance des syndicats professionnels. De plus en plus ceux-ci ont été associés à la constitution des listes de candidats, quand ils ne l’ont pas carrément prise en main, répartissant les sièges entre les diverses branches dominantes de l’activité économique, comme ainsi la Société pour la défense du commerce et de l’industrie, à Marseille, ou l’Union des chambres syndicales lyonnaises.

Une sociologie marquée par l’élitisme

  • 5 J. CAVIGNAC, Les vingt-cinq familles. Les négociants bordelais sous la monarchie de Juillet (Cahie (...)
  • 6 P. BUTEL, Les dynasties bordelaises, Paris, 1991,445 p.
  • 7 G. DUPEUX, dans P. BUTEL dir., Histoire de la chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux des o (...)
  • 8 O. PÉTRÉ-GRENOUILLEAU, Négoce maritime et monde moderne : le milieu négrier nantais du milieu du x (...)
  • 9 Y. GUIBERT, La chambre de commerce de La Rochelle au xixe siècle, thèse, université de Poitiers, 1 (...)
  • 10 P. GUEYRAUD, « Origine, liens d’affaires et parenté de quelques notables marseillais du xixe siècl (...)
  • 11 J.-P. CHALINE, Les bourgeois de Rouen, une élite urbaine au xixe siècle, Paris, 1986, p. 326-329.

6Le caractère oligarchique qui s’observait dans l’électorat des chambres de commerce se retrouvait sur un mode encore amplifié dans le recrutement des élus. Comme l’a noté J. Delécluse, historien de la chambre de Rouen, elles étaient « patriciennes dans leur composition ». Les élus consulaires au xixe siècle, c’étaient les « gros », la fraction la plus en vue du monde commercial et industriel, un concentré. C’est d’abord dans les ports qu’on se trouvait en présence d’un groupe social particulièrement homogène, dominant sans partage les chambres de commerce parmi les plus anciennes. À Bordeaux la chambre était par excellence le domaine du haut négoce et, de ce fait, elle représentait « la tête de la cité », selon l’expression de J.-A. Tudesq dans ses Grands notables. Ces négociants-armateurs et négociants en vin (« l’aristocratie du bouchon »), issus de maisons déjà puissantes au xviiie siècle, souvent protestantes et d’origine étrangère, appartenaient aux « 25 familles » étudiées par Jean Cavignac pour la monarchie de Juillet5, aux « dynasties bordelaises » peintes par Paul Butel sur la longue durée6, qui élisaient domicile dans les quartiers huppés des Chartrons, du Chapeau rouge ou du cours de Tourny. Les industriels étaient tenus en lisière. En 1898 encore, sur 18 membres de la chambre, 15 étaient issus de grandes maisons d’armement ou de grosses entreprises de négoce de vins, de bois du nord7. À Nantes une élite négociante traditionnelle « bercée par les souvenirs de l’Ancien Régime », un milieu « exclusif » dans ses alliances, « sélectif », dont les « ramifications [couvraient] toute la cité », et même « l’[écrasant] littéralement sous la Restauration »8, affirmait sa suprématie sur la chambre de commerce. Sur les 12 familles qui se sont partagé la charge de président entre 1804 et 1848, 2 seulement ne se rattachaient pas directement au commerce maritime. Dans la deuxième moitié du xixe siècle, ce négoce, dont quelques maisons éminentes avaient consolidé leur fortune grâce à l’industrie, continuait de contrôler la chambre de commerce. Même type d’hégémonie à La Rochelle où au xixe siècle sur 12 présidents on comptait 6 armateurs, 3 consignataires de navires ou négociants maritimes, 2 exportateurs d’eau de vie et aucun industriel9 ; à Boulogne ou à Lorient ; à Marseille, où la chambre de commerce était peuplée par l’élite de l’armement, certes aux origines souvent moins anciennes que dans d’autres ports, qui, avec quelques fabricants de corps gras, formait les trois quarts d’un échantillon de 45 familles d’affaires constitué par Paul Gueyraud pour la période 1814-1870, dont presque toutes ont fourni des membres à la chambre, soit 56 personnes dont 11 présidents10. À Rouen le monde des notables consulaires était moins homogène car la place était aussi une ville de fabrique textile. Mais on y observait aussi une suprématie des négociants : 90 % jusqu’en 1830, les deux tiers en 191311.

  • 12 A. SORIA, op. cit., p. 11.
  • 13 J. LORCIN, Économie et comportements sociaux et politiques : la région de Saint-Étienne de la Gran (...)
  • 14 Expression empruntée à N. MAVRIDORAKIS, Le ruban et le métal. Recherches sur les élites économique (...)

7Dans les grandes villes de l’intérieur, la position hégémonique des négociants et armateurs des ports était occupée par d’autres groupes du monde des affaires. A Lyon la chambre subissait le « poids de la fabrique », conséquence directe de la « prépondérance des soyeux au sein de l’économie locale »12. Le premier président industriel non soyeux, un patron d’une firme chimique, ne fut élu qu’en 1910. Lyon est un exemple assez typique de la sociologie consulaire au xixe siècle : en termes de représentation les nouveaux secteurs industriels en expansion étaient reconnus avec un retard certain. Sous la IIIe République la chambre lyonnaise était toujours une « émanation de la Fabrique », et plutôt dans ses composantes traditionnelles, les industriels qui développaient le tissage mécanique n’ayant été admis dans ses rangs qu’à partir de 1908. Saint-Etienne a été souvent décrite comme la « chambre du ruban », une vieille industrie animée par des dynasties dont beaucoup puisaient leurs racines sous l’Ancien Régime, et le système électoral notabilitaire qui a prévalu tout au long du xixe siècle a entretenu la suprématie de la rubanerie. Pour l’ensemble de la période 1833-1913 le monde de la soie a totalisé 60 représentants sur 130, la quincaillerie 9, les armes et cycles 16, la métallurgie 16, les mines 10, la verrerie 413. Le partage du pouvoir entre « le ruban et le métal »14 ne s’est opéré qu’à partir des années 1880 et 1890, avec les présidences successives de deux maîtres de forges, mais en 1913 le patriciat du ruban, avec un peu plus du tiers des sièges, disposait encore du groupe le plus nombreux, deux fois supérieur à la sidérurgie.

  • 15 P. LACOMBRADE, La chambre de commerce de Paris et la modernisation du capitalisme français. 1880-1 (...)
  • 16 R. FONTAINE, D. SEITE, La chambre de commerce de Calais au xixesiècle. La chambre de commerce de C (...)

8En revanche, dans un certain nombre de chambres de commerce fondées dans les premières décennies du xixe siècle, la sociologie consulaire était plus hétérogène. Là aussi c’était une oligarchie de privilégiés qui siégeait, mais plus composite, reflet d’une structure économique plus diversifiée, où plusieurs fractions patronales rivalisaient sans qu’aucune ne s’impose d’une manière aussi marquée que dans les exemples ci-dessus, l’augmentation des effectifs facilitant du reste la diversification. L’élite des grandes affaires délaissait parfois, du reste, les chambres de commerce, tels « l’aristocratie financière » à Paris sous la IIIe République15, les Wendel à Metz ou les Michelin à Clermont-Ferrand. Caen se partageait entre les négociants en produits alimentaires et les marchands fabricants de dentelles. A Calais le monde du port a dû faire sa place aux fabricants de tulle, une industrie née en 181616. À Orléans si on examine la liste présidentielle on observe que les négociants (en tous genres) l’emportaient sur la fabrique textile tandis qu’à Reims c’était l’inverse, la laine ayant fourni 7 présidents entre 1832 et 1919 et le négoce des vins 3 seulement. En règle générale les activités les plus anciennes étaient les mieux représentées. La présence dans les chambres de commerce semblait conforter une sorte de patine plutôt qu’elle n’était le signe d’une ouverture à la modernité.

  • 17 Chambre de commerce et d’industrie d’Armentières-Hazebrouck 1867-1967. Centième anniversaire, 1967
  • 18 P. GRESSE, La chambre de commerce et d’industrie de Mazamet (1892-1990), mémoire de maîtrise, univ (...)
  • 19 C THOUVENEL, Étude sur la chambre de commerce de Nancy d’après les procès-verbaux des séances de 1 (...)
  • 20 C CHATAIN, La chambre de commerce de Vienne de 1864 à 1908, Vienne, 1931, p. 58.
  • 21 P. BOULANGER, Les membres titulaires de la chambre de commerce de Valenciennes de 1836 à 1914, mém (...)
  • 22 Chambre de commerce de Chambéry et de la Savoie, Centenaire 1860-1960,1961.

9On peut se demander si, en définitive, ce n’était pas dans les chambres de commerce créées le plus récemment (en général dans la seconde moitié du xixe siècle, et en prenant parfois la suite d’une chambre consultative), dans les villes moyennes, que la sociologie des membres était l’expression la plus fidèle des structures industrielles et commerciales, la moins déformée au profit d’une fraction plus ou moins hégémonique, sans doute tout simplement parce qu’aucun groupe n’avait vraiment les moyens d’exercer une telle hégémonie ou les avait perdus. Certes, parfois, une telle domination existait et a perduré un certain temps. À Beaune le négoce en vins a longtemps contrôlé bureau et présidence. À Armentières-Hazebrouck entre 1866 et 1967 filateurs de lin et fabricants de toile ont fourni 61 membres sur 117 et les 7 présidents jusqu’en 193717. Mazamet (1892) a placé un délaineur à sa présidence jusqu’en 1980, les deux autres postes les plus importants du bureau étant réservés au textile et à la mégisserie18. À Saint-Dizier (1848), le déclin de la métallurgie a obligé les maîtres de forges à réduire leur emprise. En revanche à Nancy (1855) le négoce et le textile n’ont pu, au début du xxe siècle avec la multiplication des aciéries, continuer à freiner leur représentation19. À Vienne (1864) la draperie était la première industrie mais les fabricants voisinaient avec des distillateurs et liquoristes, des soyeux et des teinturiers, des métallurgistes, et ils n’ont accédé à la présidence qu’en 1882, lorsqu’un constructeur-mécanicien a décliné, à cet effet, la réélection20. Le papier et le cognac à Angoulême (1877) ne semblent pas avoir tenu en lisière la fonderie et la tannerie. À l’exemple de Valenciennes (1836), les nombreuses branches de l’économie locale étaient représentées de manière équilibrée à Avesnes (1887) ou à Béthune (1887) où les directeurs des compagnies houillères ne sont apparus qu’avec un retard de quelques années21. Cependant à Chambéry (1860) les pionniers de la houille blanche n’ont été admis, vers 1910-1911, que comme membres correspondants, sorte de stage lié à l’hésitation des anciens élus à appeler auprès d’eux des représentants de cette industrie nouvelle22.

Fortune, longévité, dynasties, pouvoir social

10Patriciens régnant sans partage ou notables issus des diverses fractions d’une bourgeoisie plus diversifiée et moins hégémonique, les membres des chambres de commerce cumulaient un certain nombre de caractéristiques communes. Ils appartenaient à l’élite de la fortune quand bien même ils ne la résumaient pas à eux-seuls, surtout dans la première moitié du xixe siècle, mais avec de grandes variations locales. Les élus consulaires figuraient ainsi en bonne place sur les listes censitaires. Ils habitaient de beaux hôtels particuliers dans les nouveaux quartiers à la mode, comme autour du cours Bonaparte à Marseille sous le Second Empire, villégiaturaient dans des bastides provençales, des châteaux du Médoc ou de la campagne normande, de superbes villas du bassin d’Arcachon. Le choix des électeurs parmi les deux premières classes des patentés confortait cette domination des plus opulents, d’une « timocratie », ainsi désignée par bien des historiens.

  • 23 C CHARLE, Les élites de la République (1880-1900), Paris, 1987, p. 164.

11Une gérontocratie de surcroît. Il était assez rare d’entrer jeune dans une chambre de commerce. En règle générale il fallait justifier d’une carrière déjà bien engagée. Il y avait des nuances, les rejetons de dynasties bien assises ayant davantage de chances d’être reçus plus tôt que les hommes nouveaux qui devaient « passer par des étapes plus nombreuses : notamment la présidence ou la trésorerie d’une chambre syndicale »23. Une fois élu on l’était pour longtemps : le constat de stabilité, parfois analysé comme une manifestation de sclérose, est un leitmotiv des études historiques sur les chambres de commerce. La réélection était monnaie courante, y compris lors des renouvellements complets et, les lendemains de vote, les assemblées présentaient très fréquemment un air de déjà vu. La rééligibilité indéfinie, consacrée en 1851, a favorisé la longévité consulaire. Les exemples de mandats longs de 3 ou 4 décennies, voire un peu davantage, étaient forts répandus. La charge présidentielle, en général exercée au terme d’un cursus honorum au sein du bureau, signe donc d’une carrière consulaire souvent plus longue que celle des membres ordinaires, était fréquemment marquée elle-aussi par le phénomène de longévité et il n’était pas rare de mourir en fonction. Les dispositions qui ont parfois limité la durée de cette fonction pouvaient être facilement tournées grâce à l’alternance.

  • 24 E. NICOD, La chambre consultative des Arts et Manufactures et la chambre de commerce d’Annonay, An (...)

12Ces riches qui s’incrustaient volontiers dans le mandat consulaire manifestaient aussi un sens certain de la famille, un trait caractéristique du monde des notables. Encore qu’il ne soit pas toujours facile de démêler entre les effets du poids d’entreprises contrôlées par des familles de manière prolongée et de stratégies dynastiques délibérées dans l’exercice de ce type de responsabilités électives. Bien rares sont les chambres de commerce qui n’offrent pas des exemples de continuités familiales, quelles que soient leur ancienneté, l’importance des villes qui les abritent et les professions concernées. Pour les appréhender il convient de ne pas se limiter à la répétition des patronymes et d’avoir une connaissance précise des filiations : le gendre a pris la succession de son beau-père, le neveu de son oncle... Le phénomène est omniprésent et la continuité s’étend allègrement d’un siècle sur l’autre. On pourra résumer les multiples exemples, non exhaustifs, donnés dans la version complète de cette étude par cette remarque à propos des Canson et Montgolfier à Annonay : « Le fils y succédait à son père et tout s’y passait en famille. »24 Mais la réalité était souvent plus complexe, des familles s’étant démultipliées en différentes branches exerçant des activités différentes ou dirigeant des entreprises séparées.

13Le temps a eu des effets contraires. Des lignées se sont effacées parce que les firmes avaient cessé leur activité ou parce que les familles en avaient perdu le contrôle. Dans d’autres cas, des dynasties déjà puissantes au xixe siècle ont attendu le siècle suivant pour s’affirmer parmi les notables consulaires, tels les Wendel à Nancy et surtout Metz ou les Peugeot. Sur les 5 générations de Labbé, maîtres de forges dans le Pays-Haut lorrain depuis 1832, ce sont les 3 dernières qui ont siégé à la chambre de commerce de Nancy. Les fonctions nouvelles qui se sont greffées progressivement à celle de membre titulaire : correspondant puis associé, conseiller technique, délégué consulaire, ont pu contribuer à l’élargissement de la représentation de certaines familles et d’autant mieux qu’elles ont pu figurer dans plusieurs chambres de commerce d’une même région industrielle.

  • 25 A. SORIA, op. cit., p. 260.
  • 26 Idem, p. 313.

14C’est finalement à Paris, où le vivier de recrutement était le plus vaste, que les occurrences multiples de patronymes ont été les plus rares. Mais des liaisons familiales ont pu être observées entre divers membres de la chambre de commerce, caractéristique encore plus répandue dans les chambres de province, conséquence d’une forte endogamie dans les milieux économiques homogènes. A Bordeaux, le système des alliances a atteint une sorte de perfection dès la monarchie de Juillet. La plupart des grandes familles négociantes, à part quelques isolées et les Israélites, ont noué de multiples alliances qui ont fait de cette société et donc de la chambre de commerce qui en émanait « une oligarchie de cousinage » (expression d’Haussmann, alors sous-préfet de Blaye). Des dynasties moins anciennes se sont rapprochées des vieilles maisons. À Lyon l’imbrication des réseaux de parenté, au niveau des notables consulaires, de même que la constitution de dynasties par transmission du mandat de père à fils ou gendre, ont commencé à se manifester surtout sous le Second Empire et se sont amplifiées sous la Troisième République où les familles représentées à la chambre de commerce se caractérisaient par « tout un maillage matrimonial et dynastique »25 et par l’enchevêtrement plus ou moins complexe des généalogies. Des alliances ont pu être mises en évidence à Marseille, La Rochelle, au Havre, à Boulogne, Besançon, Rouen, Tours, Épinal, Valence, Valenciennes, etc., reflet voire même amplification des structures du patronat local. On peut penser que les solidarités familiales ont contribué, en complément des systèmes électoraux élitistes, à freiner le renouvellement des chambres, à retarder la prise en compte de la réalité et des évolutions du tissu économique. Les observateurs ont parfois vivement critiqué les effets de cette concentration clanique du recrutement mais, de l’intérieur, on était d’un autre avis. Lors d’un banquet en son honneur, en 1911, un ancien président lyonnais commentait ainsi les liens de parenté entre deux de ses prédécesseurs et le président en fonction : « C’est bien ce qu’on pourrait appeler de l’aristocratie commerciale. »26

15La concentration du pouvoir social des membres des chambres de commerce résultait de multiples formes d’accumulation. En plus du mandat consulaire ils additionnaient les fonctions et justifiaient de réseaux relationnels particulièrement étendus. Le phénomène, là encore un trait constitutif des notables, était encore plus massif que les aspects dynastiques car il concernait pratiquement tous les élus. On laissera de côté ici tout ce qui relevait des intérêts professionnels et économiques au sens étroit : les fauteuils dans les conseils d’administration d’entreprises, pour retenir tout le reste qui était d’une infinie variété. L’élection était en partie conditionnée par cette multitude d’engagements auxquels le mandat consulaire apportait une sorte de couronnement. Elle ouvrait aussi d’autres portes, les élus étant appelés à siéger dans une multitude d’organismes, de plus en plus nombreux avec le temps. Le poste de juge dans un tribunal de commerce était l’objet d’un cumul particulièrement répandu. Ou bien il représentait une première étape dans un cursus dont la chambre de commerce était un jalon ultérieur. Le conseil des prud’hommes était aussi un point de passage fréquent. Les élus consulaires affectionnaient les conseils d’administration des Caisses d’épargne, des succursales de la Banque de France, plus tard des Banques populaires. À partir de la IIIe République surtout, les responsabilités dans les unions commerciales ou industrielles, les syndicats professionnels, les fédérations patronales, ont occupé une place croissante et durable. Appartenance qui a été souvent précédée ou complétée par des cercles ou des clubs de commerçants. Les élus figuraient parmi les animateurs des groupes de pression économiques tant à l’échelon local qu’au niveau national, en particulier dans les groupements protectionnistes ou libre-échangistes. Ils siégeaient dans les divers comités consultatifs, encore peu nombreux au xixe siècle. On les trouvait dans les syndicats d’électrification, les commissions de classement des vins, les jurys d’expositions, les syndicats d’initiative... Ils ont investi les académies et les sociétés savantes, les groupements à finalité économique étant naturellement privilégiés. Les Lyonnais, par exemple, fréquentaient assidûment la Société d’économie politique, fondée en 1866, que 9 présidents de la chambre ont présidée d’ici à 1950. Les questions d’enseignement étaient suivies avec attention à travers les comités de patronage et conseils d’administration d’établissements en tous genres, et les groupements divers intervenant dans le domaine éducatif. La présence dans les secteurs de l’assistance et de la santé n’était pas moindre avec les commissions administratives des hospices, dépôts de mendicité, bureaux de bienfaisance, monts-de-piété, conseils départementaux de l’hygiène, caisses d’allocations familiales, etc. Cette typologie n’épuisant pas la boulimie des engagements... Il semble que la tendance à un exercice plus professionnalisé de la charge de membre d’une chambre de commerce se soit traduite par une recomposition et une spécialisation au détriment des participations généralistes et mondaines, caractéristiques d’une élite bourgeoise, du type sociétés savantes ou charitables ou franc-maçonnerie, fréquentes surtout au xixe siècle, et au profit des engagements complémentaires au mandat consulaire, plus techniques, en passant de modes d’intégration sélectifs fondés sur la cooptation et le parrainage à des procédures de désignation ou d’élection reposant sur la valorisation des compétences et des réseaux.

16Pour ce qui concerne les mandats politiques il semble bien que la montée en ligne de concurrents plus nombreux, après l’avènement de la IIIe République, en mettant en cause le monopole des notables, a conduit à amoindrir la place des membres des chambres de commerce parmi les élus du suffrage universel. Cela ne s’est opéré que progressivement, des notables républicains sacrés par celui-ci mais socialement pas toujours très différents de leurs prédécesseurs des temps du suffrage censitaire ou de la candidature officielle, ayant assuré la transition. En dépit de bien des nuances selon les villes et les régions, les exemples de mandats politiques ayant précédé, suivi, coïncidé (ou s’étant intercalés) avec le mandat consulaire sont innombrables au xixe siècle. Souvent l’engagement civique se limitait au mandat municipal, conseiller, adjoint, maire, le plus répandu. Parfois, il existait une véritable osmose entre la chambre de commerce et l’hôtel de ville, comme à Bordeaux sous la monarchie de Juillet où se sont succédés 3 maires membres de la chambre dont un président, comme à Rouen ou Boulogne. Dans les villes moyennes où la chambre était de création récente il n’était pas exceptionnel que le premier président soit en même temps le maire, rejoignant ainsi la tradition du début du xixe siècle quand les maires (là où il n’y avait pas de préfet) étaient présidents-nés. Les mandats de conseiller général (voire de président du conseil général) ou de conseiller d’arrondissement étaient également très fréquents. Les chambres de commerce qui ont compté dans leurs rangs des députés et sénateurs (ou d’anciens, ou de futurs parlementaires) sont légion, derrière les grandes places comme Bordeaux, Nantes, Rouen, Marseille... Les cumuls n’étaient pas rares entre mandats locaux et nationaux. Les chambres de commerce ont aussi « fourni » ou accueilli des ministres de la Marine, des Finances et surtout du Commerce. Et même un président de la République, le tanneur Félix Faure, titulaire au Havre de 1875 à 1894. Au xxe siècle, si les exemples de cumuls du mandat consulaire et de mandats politiques (surtout locaux) sont encore assez nombreux, la dissociation est plus apparente et croissante. Désormais les consuls étaient élus par l’ensemble des patentés, source nouvelle de légitimité rendant peut-être moins nécessaire l’onction du suffrage universel. Surtout la professionnalisation de leur charge freinait là aussi les possibilités de cumul et le perfectionnement des pratiques de lobbying rendait moins utile l’exercice personnel des mandats électifs.

Exclusivisme géographique

17La question de la représentativité économique et sociale recoupait partiellement celle de la représentation territoriale. Les intérêts des groupes hégémoniques épousaient en général le destin d’une ville dominante. Sous l’Ancien Régime l’existence des chambres de commerce était liée à l’activité d’une place de négoce et cette situation s’est prolongée au xixe siècle. La notion de circonscription ne s’est imposée que progressivement, en partie pour des raisons fiscales et avec le développement de la mission administrative. En imposant l’existence d’une chambre dans tous les départements (dont 33 étaient encore dépourvus), la loi de 1898 a fait coïncider le quadrillage économique avec le découpage administratif, en particulier dans les 49 cas de chambre unique. Auparavant les chambres de commerce étaient partagées entre le souhait d’une circonscription étendue, afin de percevoir des centimes additionnels sur une base plus large, et une indifférence plus ou moins grande envers les intérêts extérieurs à la ville-siège. D’où d’innombrables difficultés avec les milieux qui animaient économiquement les cités secondaires, qui s’estimaient négligés ou mal défendus, les conflits étant souvent liés aux questions douanières. Les grands centres monopolisaient volontiers les sièges, le souci d’un certain équilibre géographique se révélant assez rare, présent plutôt dans les chambres de fondation tardive. Les demandes de création de nouvelles chambres, même si elles se justifiaient par des évolutions économiques, avaient donc fréquemment pour origine des mésententes et des mécontentements. Lorsque les villes qui avaient le sentiment d’avoir été délaissées obtenaient satisfaction, d’autres discordes surgissaient avec des cités de la circonscription des chambres nouvelles.

18Les chambres de commerce en place se sont régulièrement opposées à l’apparition de rivales dans des villes figurant (ou susceptibles de figurer) dans leur circonscription. On ne les jugeait pas dignes d’accéder à ce rang et les considérations de perte de ressources n’étaient évidemment pas étrangères à ces réticences. Face à la kyrielle d’exemples d’attitude négative ou d’abstention nourrie de réticence, les cas des chambres qui se sont montrées bien disposées face aux créations nouvelles ont été nettement plus rares. Pour prévenir d’éventuelles candidatures, en tout cas pour satisfaire les désirs de leur périphérie, les chambres de commerce avaient la possibilité de demander au gouvernement l’augmentation de leur effectif. L’ordonnance de 1832 permettait l’élection, en sus des 9 ou 15 membres, d’un membre supplémentaire pour chacun des arrondissements de la circonscription. Mais il semble qu’il ait été fait relativement peu usage de cette faculté. Le décret de 1851 élevait l’effectif maximum à 21 et autorisait, dans le même nombre que les titulaires, la désignation de membres correspondants avec voix consultative. Cette forme de représentation pouvait permettre d’éviter une prolifération des chambres de commerce dans les petites villes déçues par les grandes cités. Les chambres en place ont observé des attitudes variables, certaines nommant des correspondants immédiatement ou dans un délai rapproché tandis que d’autres ont attendu, arguant parfois que les correspondants étaient des personnalités désignées et non pas élues et jurant bien que tous les intérêts étaient soigneusement pris en compte.

19Les réticences du centre envers la périphérie n’étaient pas toujours dues à cette sorte d’exclusivisme patricien qui conduisait les élites économiques à renâcler à entrouvrir leur monopole de la dignité consulaire. On craignait, parfois à juste titre, un absentéisme lié à l’éloignement. Lors des scrutins la participation était d’ailleurs souvent tributaire des contraintes de déplacement imposées aux électeurs et elle était influencée par l’origine géographique des candidats. Aussi les chambres de commerce ont-elles fréquemment demandé des aménagements tels que la multiplication des bureaux de vote au niveau du canton ou la présentation de listes différentes selon les arrondissements au lieu de listes communes pour l’ensemble de la circonscription. Le régime électif de 1872 leur donnait satisfaction sur ce point. Il fut critiqué par la chambre stéphanoise qui, parce que le nombre maximum d’électeurs était fixé à 1 000 au chef-lieu comme ailleurs, redoutait que les arrondissements « étrangers aux grandes affaires », « dominés par l’esprit local et par l’esprit un peu étroit du petit commerce » ne prissent désormais « une prépondérance considérable au préjudice des intérêts les plus légitimes des grands centres industriels ». Concrètement elle visait là l’ancien chef-lieu du département : Montbrison.

20Les antagonismes géographiques et leurs expressions hiérarchiques se sont peu à peu atténuées avec le temps, encore qu’ils aient pu persister parfois très longtemps. De plus en plus de chambres de commerce ont élargi leur titulature en y ajoutant le nom du département à celui de la ville-siège, affirmant ainsi une identité plus large. Quelques fusions interviendront à partir des années 1960. Des délégations, antennes et réunions décentralisées ont été organisées, l’augmentation des titulaires et des correspondants (devenus membres associés), la création des délégués consulaires ayant répondu à l’objectif d’une meilleure représentation territoriale.

1908 : le suffrage universel pondéré

  • 27 Le Journal des chambres de commerce, 1908. Cité par A. SORIA, op. cit., p. 510.

21La question de l’adoption du suffrage universel des patentés était posée au moins depuis 1883, date de son adoption pour les tribunaux de commerce. Mais le Sénat y avait fait obstacle de même qu’au projet plus modéré d’élargissement du corps électoral à tous les patentés qui payaient les centimes additionnels. Il a fallu attendre la loi du 19 février 1908 pour que les chambres de commerce soient alignées sur les tribunaux de commerce, faisant passer les électeurs de 142 000 en 1906 à 819 000, soient tous les patentés justifiant de 5 ans d’exercice de leur profession et de résidence dans la circonscription. En règle générale le tournant du suffrage universel n’a pas été accueilli favorablement par les chambres. Ce commentaire peu amène résumait l’opinion majoritaire : « Avec l’ancienne organisation les chambres de commerce étaient des corps d’élite. La nouvelle loi peut introduire dans les hautes assemblées des éléments médiocres, pour ne pas dire moins. »27 On redoutait notamment l’invasion des débitants de boissons. Pourtant de solides garde-fous ont été élevés face à la piétaille du petit commerce. La double règle des 5 ans d’exercice et de résidence, en retrait par rapport aux textes de 1848 et même de 1851, permettait d’écarter beaucoup de boutiquiers. Mais surtout les sièges étaient répartis en catégories définies « en tenant compte du montant des patentes, de la population active et de l’importance économique » des industries et commerces. Il s’agissait d’éviter les effets jugés dévastateurs d’un égalitarisme niveleur qui aurait pu confiner les dominants dans une position de minorité.

22Ce système doit beaucoup à la chambre de commerce de Saint-Étienne et à son président Adrien de Montgolfier. Hostile au suffrage universel, elle n’était pas favorable à un aménagement du statu quo sous la forme de l’élargissement du suffrage sur une base censitaire. Il convenait de conserver la prééminence et la majorité aux « industries-mères » : ruban, grosse métallurgie et mines de houille, armureries, qui étaient le cœur de l’économie locale. Le projet de catégorisation, inspiré par elle, rencontra d’abord bien des réticences parmi les chambres de commerce et l’opposition de la droite conservatrice du Sénat, qui craignait l’écrasement du commerce par les grandes industries. L’institution de commissions locales chargées de la répartition des sièges entre les catégories en combinant les critères de différentiation permit de lever les appréhensions. En définitive la loi de 1908 n’a nullement remis en question la structure oligarchique ou patricienne des chambres de commerce. La majorité a adopté une répartition confortant les hiérarchies économiques et reléguant le petit commerce sur quelques strapontins. Cependant près de 40 % des chambres n’ont pas divisé leur électorat et leurs élus en catégories. Il est vrai qu’existaient parfois des catégories officieuses comme à Marseille, sous le contrôle de la Société pour la défense du commerce et de l’industrie, la loi de 1908 tendant à renforcer le rôle des syndicats patronaux et unions interprofessionnelles dans la préparation des élections. De même qu’elle n’a pas entraîné de bouleversement dans la composition des chambres, elle n’a pas eu d’effet positif sur la participation, passé (parfois) un frémissement initial, l’abstention affectant davantage les nouveaux électeurs que les anciens.

Des projets du Front populaire au rapport Gérolami

  • 28 Expression de J.-P. HIRSCH, « La chambre de commerce de Lille au xixe siècle », Revue d’histoire c (...)
  • 29 O. LAMBERT, Marseille entre tradition et modernité. Les espérances déçues (1919-1939), Marseille, (...)

23Les reproches formulés de longue date contre les chambres de commerce, organismes élitistes contrôlés par les « happy few »28 du grand commerce et de la grande industrie, désignés lors d’élections où les jeux semblaient faits d’avance et présentées parfois comme un simulacre ou le masque d’une cooptation de fait, où le suffrage universel avait été détourné par le système des catégories, n’ont pas manqué de resurgir dans l’entre-deux-guerres. Les bureaux ne s’entrouvraient qu’à peine aux représentants du petit commerce dont la médiocrité des taux de participation, malgré la multiplication des sections de vote locales et même s’il y avait des exceptions, illustrait la désaffection persistante. Parfois surgissaient des bouffées de contestation, comme à Marseille en 1928 où, pour la première fois fut élu un président non issu des rangs de la Défense : un négociant en gros en beurre et fromages, coup de tonnerre dans le ciel phocéen ainsi décrit dans le Sémaphore de Marseille : « Ceux qui croient aux forces de droit divin d’une aristocratie commerciale, où, à leur sens, l’argent, le gros argent crée et la vertu et le mérite, ceux-là, dis-je, regardaient d’un air étonné jusqu’au scandale ce commerçant moyen gravir les degrés d’un trône. » La Défense se mit alors à réclamer le vote par catégories qu’elle avait écarté en 1908, le système de la liste unique ne garantissant pas suffisamment contre « le danger de principe d’un envahissement de la chambre de commerce par des éléments insuffisamment représentatifs de la vie économique marseillaise [...] ayant pour eux l’argument du nombre (à défaut d’autres) [...] ». Cela ne l’empêcha pas de se voir ravir une seconde fois la présidence, en 193429.

  • 30 L KOLBOOM, La revanche des patrons. Le patronat français face au Front populaire, Paris, 1986, p. (...)

24Au moment de l’avènement du Front populaire les chambres de commerce, même si elles ne portaient pas « la marque honnie [···] des « deux cents familles », représentaient toujours les « patrons les plus riches et les mieux établis [...] y compris [...] les « aristocrates » de chaque branche »30. Pour répondre aux doléances du petit commerce la proposition des frontistes Bergery et Izard répartissait les sièges en tenant compte du seul critère du nombre des patentés. Elle suscita un tollé qui rappelait de très près les arguments développés dans le passé chaque fois que l’électorat avait été élargi. En fin de compte un décret-loi du 17 juin 1938 confirma les catégories et permit aux chambres de demander une augmentation de leur effectif afin d’accorder une représentation supplémentaire au petit commerce et à la petite industrie. La contestation devait rebondir sous la IVe République avec le poujadisme et pour la première fois avec efficacité en raison du dynamisme de l’UDCA et de son organisation à l’échelon national. Les chambres de commerce sont devenues rapidement un de ses objectifs majeurs. Après quelques premiers succès en 1953 l’UDCA a remporté, en décembre 1955, la plupart des sièges dans les catégories réservées aux petits commerçants. Mais si elle fit battre plusieurs présidents sortants, elle ne réussit nulle part à conquérir la majorité et la vague fut de courte durée. Elle eut pour résultat, en 1961, la généralisation du système des catégories, en se fondant sur l’unique critère du nombre des salariés employés, moyen d’accorder un gage au petit commerce tout en le contenant et en marginalisant les poujadistes. En 1972-1973 plusieurs décrets ont uniformisé les catégories : industrie, commerce, services, avec répartition des sièges proportionnellement à l’importance économique mesurée par la moyenne entre le montant des bases d’imposition à la taxe professionnelle et la population active. Elles pouvaient être divisées en sous-catégories afin d’assurer une représentation distincte des petites et moyennes entreprises. Les élections de 1974 démontrèrent que dans bien des cas les sous-catégories avaient été définies de telle manière que les candidats du petit commerce se retrouvent minoritaires dans chaque collège. Le système continuait à favoriser les notables. Cependant l’obligation de représentation des trois catégories au bureau a facilité l’accès de petits commerçants. D’autres mesures adoptées sous la Ve République avaient pour objectif d’accélérer la démocratisation et d’apporter des remèdes à la sous-participation électorale chronique : renouvellement par moitié tous les 3 ans, au lieu du tiers tous les 2 ans, vote par correspondance, limitation du mandat consulaire... L’âge moyen des consuls s’est abaissé, la fréquence du phénomène dynastique s’est réduite. Néanmoins les chambres de commerce affrontent depuis quelques années une crise de légitimité, face aux collectivités locales dopées en matière de pouvoirs et de moyens financiers par la décentralisation, en raison d’une certaine obsolescence d’une structure héritée du passé et des interrogations quant à la pertinence de son maillage géographique, par suite de l’abstentionnisme, en termes d’image enfin. En 1994 à la demande du gouvernement Juppé le préfet Gérolami a suggéré un affermissement des chambres régionales, des regroupements interconsulaires, un élargissement de la base électorale. Le monde consulaire a exprimé ses réticences devant un projet qui lui apparaissait parfois comme une tentative de recentralisation. Suspendue un temps par suite de l’alternance politique de 1997, la question de la réforme est revenue à l’ordre du jour à l’automne 1998 avec le projet présenté, sur les instances du gouvernement Jospin, par l’Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie. La révision du système électoral des chambres de commerce en même temps que la redéfinition de leur mission demeurent ainsi un chantier en cours.

Notes

1 Qui a créé aussi, en 1803, 126 chambres consultatives des arts et manufactures dans de petits centres caractéristiques de la France proto-industrielle du début du xixe siècle. Beaucoup ont végété. Près de la moitié finiront par être transformées en chambre de commerce, en particulier celles siégeant au chef-lieu de département.

2 Le présent texte est une version fortement réduite de la synthèse issue de cette enquête (54 p.), et donc fatalement édulcorée, appauvrie de précisions et de nuances, amoindrie quant aux exemples et à l’appareil critique, faute de place dans ces actes. La version intégrale peut être demandée à l’auteur via le CEHVI de l’université de Tours.

3 F. DÉMIER, « La crise des chambres de commerce à la veille de la révolution de 1830 », Revue d’histoire consulaire, n° 4, mai 1993, p. 17-23 ; n° 5, novembre 1993, p. 24-31.

4 A. SORIA, La chambre de commerce de Lyon au xixe siècle (1832-1908), thèse, université de Lyon II, 1997, p. 83.

5 J. CAVIGNAC, Les vingt-cinq familles. Les négociants bordelais sous la monarchie de Juillet (Cahiers de l’Institut aquitain d’études sociales, n° 6), Bordeaux, 1985,316 p.

6 P. BUTEL, Les dynasties bordelaises, Paris, 1991,445 p.

7 G. DUPEUX, dans P. BUTEL dir., Histoire de la chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux des origines à nos jours, 1705-1985, Bordeaux, 1988, p. 217.

8 O. PÉTRÉ-GRENOUILLEAU, Négoce maritime et monde moderne : le milieu négrier nantais du milieu du xviiie siècle à 1914. Contribution à l’étude des rapports entre dynamique sociale et histoire, thèse, université de Rennes II, 1994, p. 387 et 637.

9 Y. GUIBERT, La chambre de commerce de La Rochelle au xixe siècle, thèse, université de Poitiers, 1982, p. 113.

10 P. GUEYRAUD, « Origine, liens d’affaires et parenté de quelques notables marseillais du xixe siècle », Marseille, n° 97,1974, p. 63-66.

11 J.-P. CHALINE, Les bourgeois de Rouen, une élite urbaine au xixe siècle, Paris, 1986, p. 326-329.

12 A. SORIA, op. cit., p. 11.

13 J. LORCIN, Économie et comportements sociaux et politiques : la région de Saint-Étienne de la Grande Dépression à la seconde guerre mondiale, thèse, université de Paris 1,1987, p. 176.

14 Expression empruntée à N. MAVRIDORAKIS, Le ruban et le métal. Recherches sur les élites économiques de la région stéphanoise au xixe siècle, thèse, université de Lyon Π, 1995.

15 P. LACOMBRADE, La chambre de commerce de Paris et la modernisation du capitalisme français. 1880-1914, mémoire de DEA, université de Paris X, 1995, p. 13-17.

16 R. FONTAINE, D. SEITE, La chambre de commerce de Calais au xixe siècle. La chambre de commerce de Calais aujourd’hui, Calais, 1978, p. 37.

17 Chambre de commerce et d’industrie d’Armentières-Hazebrouck 1867-1967. Centième anniversaire, 1967.

18 P. GRESSE, La chambre de commerce et d’industrie de Mazamet (1892-1990), mémoire de maîtrise, université de Toulouse II, 1991, p. 54.

19 C THOUVENEL, Étude sur la chambre de commerce de Nancy d’après les procès-verbaux des séances de 1871 à 1914, DES, université de Nancy, 1967, p. 56.

20 C CHATAIN, La chambre de commerce de Vienne de 1864 à 1908, Vienne, 1931, p. 58.

21 P. BOULANGER, Les membres titulaires de la chambre de commerce de Valenciennes de 1836 à 1914, mémoire de maîtrise, université de Lille III, 1994 ; S. TREDEZ, Histoire de la chambre de commerce d’Avesnes de 1887 à 1912, mémoire de maîtrise, université de Lille III, 1991 ; F. FLORENT, La représentation du milieu d’affaires de l’arrondissement de Béthune. Un exemple : la chambre de commerce de Béthune (1887-1940), mémoire de maîtrise, université de Lille ΠΙ, 1993.

22 Chambre de commerce de Chambéry et de la Savoie, Centenaire 1860-1960,1961.

23 C CHARLE, Les élites de la République (1880-1900), Paris, 1987, p. 164.

24 E. NICOD, La chambre consultative des Arts et Manufactures et la chambre de commerce d’Annonay, Annonay, 1898, p. 8.

25 A. SORIA, op. cit., p. 260.

26 Idem, p. 313.

27 Le Journal des chambres de commerce, 1908. Cité par A. SORIA, op. cit., p. 510.

28 Expression de J.-P. HIRSCH, « La chambre de commerce de Lille au xixe siècle », Revue d’histoire consulaire, n° 9, novembre 1995, p. 10.

29 O. LAMBERT, Marseille entre tradition et modernité. Les espérances déçues (1919-1939), Marseille, 1995, p. 416-421.

30 L KOLBOOM, La revanche des patrons. Le patronat français face au Front populaire, Paris, 1986, p. 175 et 227.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540