Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Instrumentalisation et légitimation du pouvoir patricien

Un discours patricien sur la ville : la représentation de Mulhouse au xixe siècle par ses industriels

Sylvie Aprile

Texte intégral

1S’il existe une élite urbaine qui au xixe siècle réponde pleinement au qualificatif de patriciat, c’est sans aucun doute l’ensemble des membres du patronat mulhousien, héritier d’une oligarchie bourgeoise ancienne — la République de Mulhouse — et promoteur de toutes les transformations économiques et sociales de la cité alsacienne depuis le milieu du xviiie siècle.

  • 1 S. JONAS, La Révolution industrielle, les questions urbaines et du logement à Mulhouse (1740-1870) (...)

2Le discours identitaire de ce patriciat est bien connu, marqué par une volonté affichée de se distinguer de toutes les autres élites qu’elles soient nobles, terriennes, régionales ou nationales. Ce particularisme revendiqué s’est forgé à partir de pratiques religieuses, d’une exaltation du travail et de l’austérité. Son originalité tient surtout au fait qu’il est incarné collectivement non par la municipalité mais par une société : la Société industrielle de Mulhouse. Cette organisation a déjà fait l’objet de nombreuses études et controverses1. Il ne s’agit pas ici de relancer un débat qui oppose avec un certain systématisme, l’historiographie locale et celle qui n’est pas mulhousienne. Mon propos est de déplacer l’angle d’approche. L’idée première était de convoquer les témoignages des industriels mulhousiens sur leur ville. Mais les Mulhousiens parlent peu d’eux-mêmes et écrivent peu sur leur ville, laissant ce soin à leurs nécrologues et généalogistes et à tous ceux qu’ils chargent de s’exprimer sur leur espace urbain. Ce sont ces chroniques et les bulletins de la Société industrielle qui sont ici analysés. Ces sources mettent tout d’abord en évidence une réalité originale du moins pour la France, la construction simultanée d’une ville, de son élite et de sa représentation. Cette image mérite d’être décryptée et comparée à la fois à l’iconographie urbaine et à la réalité de cet espace urbain. Que les représentations ne correspondent pas à la réalité est une évidence. Mais ce discours a semble-t-il reçu l’assentiment de nombreux contemporains et d’historiens actuels. Il paraît alors nécessaire de « relire » attentivement ce qui fut effectivement dit et fait à propos du Nouveau Quartier tant célébré, le symbole de cette « réussite architecturale » avant l’éclat des cités ouvrières.

Naissance d’un patriciat et d’une ville

  • 2 Charles de LA SABLIÈRE dans la notice historique qu’il consacre à la ville dans la Revue d’Alsace (...)
  • 3 Le thème de la réunification est d’ailleurs très subjectif puisque Mulhouse n’a pas été française (...)

3Ce qui frappe tout d’abord lorsqu’on se penche sur ce patriciat mulhousien, c’est une contradiction permanente entre le rappel d’un glorieux passé et la célébration d’une modernité qui a fait table rase de ce passé. Ce paradoxe va s’inscrire dans la construction même de la ville tant matérielle qu’imaginaire. Cette contradiction se nourrit tout d’abord d’un mystère soigneusement entretenu sur les origines de la ville et celles de son élite industrielle. Il n’est alors jamais aisé de répondre à deux questions simples en apparence : de quand date Mulhouse ? d’où viennent ses élites urbaines ? Mulhouse ne naît pas au xixe siècle, elle est mentionnée dès le viie siècle, époque à laquelle son évêché est actif, et surtout notable comme ville impériale à partir du xiie siècle. Les chroniques historiques sur la ville n’insistent guère sur l’origine mythique et ne dégagent aucune figure emblématique des nombreux épisodes guerriers qui ont jalonné les siècles précédents2. C’est une image plus globale qui est toujours dégagée, celle d’une cité qui résiste, qui est courageuse et solidaire. La ville se veut surtout l’héritière de la République de Mulhouse, terme ambigu puisqu’il s’agit d’un petit État indépendant gouverné par une oligarchie restreinte. Cette référence « démocratique » constamment et fièrement rappelée au xixe siècle n’est pas non plus détaillée. Elle est surtout assimilée aux valeurs déjà évoquées, ce désintéressement et cet esprit de solidarité sont surtout convoqués pour magnifier la seconde naissance de la ville, en 1798, lors de la Réunion de la ville à la France3. Mulhouse selon la formule communément reprise « s’est volontairement donnée à la France ». Cette seconde naissance obéit à des nécessités politiques mais aussi économiques qui ne sont pas éludées et qui démontrent ce sens du progrès qui est l’une des caractéristiques des élites industrielles. L’industriel alsacien, organe des industriels, résume ainsi le 28 novembre 1835, la transformation de la ville :

4« Mulhouse n’a voulu être française que pour fabriquer à son aise. Cette république a déposé ses magistrats, sauté par dessus ses murs d’enceinte, inscrit France sur ses portes et puis elle s’est mise au travail, manufacturant, toujours manufacturant. Rasez les hautes cheminées de Mulhouse, détruisez ses métiers et Mulhouse n’est plus rien. »

  • 4 S. Jonas, s’appuyant sur les définitions de Max Weber, considère que la domination patricienne et (...)

5D’où vient ce patriciat ? L’abondance des nécrologies, et des arbres généalogiques conservés aux archives municipales ou publiés dans les bulletins de la SIM, n’épuisent pas le mystère et le flou entretenus sur les liens entre l’ancien patriciat et le milieu des jeunes entrepreneurs. Ce débat est encore actuel, certains historiens et urbanistes considérant que le patriciat mulhousien disparaît lors d’une véritable conquête du pouvoir4. D’autres soulignent au contraire, une intégration des fondateurs de l’industrie d’impressions sur coton avec l’ancienne élite des six tribus. On peut citer un cas qui démontre l’absence de rupture, celle de la famille Rott. Nicolas Rott membre de la tribu des tailleurs, devient au moment de la réunification, employé d’une fabrique d’impressions sur étoffes puis fonde sa propre entreprise. Fortune faite, il se retire des affaires laissant son entreprise à son gendre issu d’un milieu d’épicier en gros de Colmar. Nicolas Rott devient conseiller adjoint auprès du maire. On voit donc des interpénétrations plus complexes que ne le suggère une rupture.

6Ces mystères sont fortement liés à l’échelle même de la ville. Mulhouse a au moment de la Réunion, 6 000 habitants, il s’agit donc d’une bourgade longtemps à l’écart des grands axes du monde rhénan, pratiquant un artisanat somnolent. La référence à la probité et la réussite solidaire de l’ancienne oligarchie ne gagnerait donc pas à être détaillée par les chroniqueurs. La référence nostalgique est d’emblée une convention littéraire. La réussite mulhousienne n’a au début du xixe qu’une trentaine d’années d’existence. Et ceux qui prennent en charge le destin économique de la ville sont confrontés à un espace étroit, et à une explosion de la population. Cas classique mais qui est ici marqué par une croissance spectaculaire. On va bien entendu détruire les murailles et vanter, ce qui est plus original peut-être, l’absence de monuments anciens. Mulhouse est résolument moderne et cette modernité est prouvée par la médiocrité du patrimoine architectural. Tous les guides de voyage, toutes les notices sur la ville sont d’accord : pour voir une belle ville, il faut aller à Strasbourg ou à Bâle, pour voir une ville en accord avec sa mentalité industrielle et industrieuse, il faut voir Mulhouse. L’image de la ruche et des abeilles est récurrente. L’absence de monuments en dehors de l’hôtel de ville et du temple, tous deux en piteux état au début du siècle, est l’expression d’un goût de la modernité et le reflet d’une austérité ostentatoire.

7Ceci s’explique cependant d’une autre façon : l’absence de fonctions administratives et de la monumentalité qui accompagne ces fonctions. Tardivement intégrée à la France, Mulhouse n’est guère présente dans le réseau politico-administratif, ce n’est que sous le Second Empire, qu’elle parvient à arracher à Altkirch, le chef-lieu de la sous-préfecture du Haut-Rhin.

  • 5 « Grandes demeures mulhousiennes des xviiiie et xixe siècles », Bulletin de la Société industriell (...)

8Cet esprit d’économie et de frugalité paraît aussi entrer en contradiction avec la distinction des demeures privées. Des villas patriciennes longtemps oubliées et redécouvertes depuis quelques années suggèrent un mode de vie plus ostentatoire qu’austère5.

9Cette ville et son patriciat qui émergent dans cette première moitié du xixe siècle, comment vont-ils se représenter ?

« Le Manchester français »

  • 6 C’est dans une demeure patricienne que l’on trouve la représentation d’une famille mulhousienne da (...)
  • 7 L LEVRAULT, « Esquisses du Haut-Rhin », Revue d’Alsace, 1836, p. 23.

10Les fabricants mulhousiens ont eu très vite le souci de construire une représentation urbaine iconographique et littéraire en harmonie avec la vocation industrielle de la ville. L’image qui prédomine dans les descriptions et qui devient un véritable topos, est celle du « Manchester français », « la ville aux cent cheminées ». La comparaison avec la capitale du travail de coton anglaise est ici prestigieuse, si l’on songe à la différence d’échelle qu’elle gomme entre les deux cités. Elle ne résisterait pas à l’iconographie car les panoramas urbains des deux villes sont fort différents. Manchester est une ville industrielle et noire, Mulhouse est encore une ville artisanale. Pourtant toutes les descriptions insistent sur ces cheminées, dont le nombre — cent — devient vite une nouvelle convention littéraire. On s’attendrait à d’autres métaphores ou comparaisons avec les cités de la Renaissance italienne hérissées de tours et symboles de leur puissance6. Mais ces cheminées qui sont le signe distinctif de la ville ne suscitent guère le lyrisme des commentateurs. On trouve une seule analogie qui n’est peut-être pas sans ironie mais avec une cité d’Orient, les cheminées étant comparables à des « minarets élancés dans les airs et l’on s’attendrait presque à voir des imams grimper sur ces aiguilles de briques rouges pour appeler à la prière les enfants de Mahomet »7

11Toutes les descriptions de la ville procèdent de façon identique. Selon un schéma classique, le « guide » présente tout d’abord ce panorama urbain du « Manchester français » puis fait pénétrer le lecteur dans la ville. Emile Boissière, un de ces guides accrédités, le déclare d’une façon péremptoire :

  • 8 É. BOISSIÈRE, Vingt ans à Mulhouse (1855-1875), Mâcon, 1876, p. 9. La publication après l’annexion (...)

12« Qui voudra voir Mulhouse devra sortir de la ville et gravir le coteau qui la domine. C’est des hauteurs du vignoble qu’on se rend un compte exact de ce qu’est, de ce qu’eut été avec le temps la grande cité manufacturière. »8

13Les visiteurs lorsqu’ils pénètrent dans l’espace urbain sont alors surpris par l’aspect de la ville, laide, mal bâtie et surtout silencieuse. Cette absence de bruit semble peu compatible avec une activité industrielle décrite comme débordante. Émile Souvestre, autre auteur d’un portrait de Mulhouse, écrit :

  • 9 É SOUVESTRE, Revue de Paris, II, 17/07/1836. On retrouve ce même étonnement et des propos étrangem (...)

14« Vous prêtez l’oreille, nul bruit ne parvient jusqu’à vous, [...] parfois seulement des cent cheminées qui s’élèvent dans l’air vomissent de plus épais tourbillons de fumée comme si la fabrique en travail poussait une respiration plus forte, mais le silence n’est point troublé, il semble que dans ce grand corps, tout se fasse mystérieusement et au dedans. On sent qu’il vit sans l’entendre vivre. »9

  • 10 B.N. N.A.F. 12704, f° 20-21.

15Le mystère peut être vite dissipé, les indienneries et autres fabriques se sont installées à la périphérie de la ville. Ce qui explique l’absence du thème des nuisances urbaines et surtout de la pollution de l’air dans ces témoignages et même dans les délibérations du conseil municipal. La pollution de l’eau n’est évoquée qu’au détour de certains projets d’assainissement, elle devait pourtant être une gêne olfactive réelle durant l’été. Auguste Scheurer-Kestner qui vécut ensuite à Thann, évoque sans regret la ville de son enfance : « Mulhouse où le canal avec son bassin d’eau croupie et son rideau monotone de peupliers ne pouvait pas donner même l’illusion de la campagne. »10

16Mulhouse reste une ville artisanale aux maisons anciennes. Émile Souvestre et tant d’autres sont tout d’abord déçus :

  • 11 Ce système fait aussi partie de l’originalité de la ville mais la municipalité tente de réorganise (...)

17« En entrant dans la ville l’aspect change complètement. Vous ne trouvez plus que des rues étroites qui ne portent pas de noms bordées de boutiques sans enseignes et par de laides maisons que l’on a eu la bizarre idée de numéroter par unités et fractions. »11

  • 12 A.M. Mulhouse, 1 TT3. L’auteur déclare dans son avertissement : « Je passe dans tous les établisse (...)
  • 13 L’industriel alsacien, supplément au n° 1,4 juillet 1835.

18Bien vite « cette déception » est atténuée par l’ode au progrès qui lui succède et par la découverte au-delà des vieux quartiers du Nouveau Quartier, œuvre architecturale résolument moderne. On peut relever la contradiction qui ne semble guère relevée à l’époque entre le mépris de tout embellissement ostentatoire et la réalisation d’un quartier neuf prestigieux. La rupture de ton dans la présentation de la ville semble reprendre la segmentation urbaine du xlxe, les industriels ne flânant pas à pied et ne pénétrant pas comme le voyageur par la vieille ville. Il convient bien entendu de distinguer dans ces descriptions les textes de commande, des tableaux plus critiques. Il existe des textes très laudatifs, le plus souvent cité est celui d’Émile Boissière. Il témoigne tout d’abord de la déception du parisien contraint de séjourner dans la cité du Haut-Rhin, il révise son jugement et passe comme l’indique le titre de son livre « Vingt ans à Mulhouse ». On peut aussi citer un texte anonyme, conservé aux archives municipales de la ville, qui est une œuvre de 226 vers qui est un hymne aux industriels et à leurs entreprises12. On retrouve bien entendu ce même ton laudatif dans la presse locale. L’industriel alsacien qui commence sa parution en 1835, qualifie la ville de « nouvelle cité élevée par enchantement », née « d’une terre fécondée par la pluie de Danae »13.

19On voit ainsi que parallèlement à la constitution d’une élite plus nombreuse et le développement d’une ville plus vaste et plus peuplée, a été mis en place un discours d’autocélébration dont la stratégie et la valeur publicitaires n’échappent pas à certains contemporains qui sont eux les détracteurs du patriciat mulhousien. La Revue d’Alsace livre en 1835 et en 1836, une longue description très négative de la ville. Le publiciste Louis Levrault y dénonce un discours et une mise en scène déjà bien rodés voir codifiés :

  • 14 L LEVRAULT, « Esquisses du Haut-Rhin », Revue d’Alsace, 1836.

20« J’aurais beau jeu comme vous le voyez à vous peindre un Mulhouse à l’eau de rose et à envoyer l’idylle accoutumée sur l’aspect fortuné du Manchester français, sur les mœurs pittoresques de sa population d’artisans, sur la touchante bienfaisance de son aristocratie d’argent et la touchante reconnaissance de ses laborieux prolétaires... etc. Mais il y aurait une lâcheté à suivre les errements de ces voyageurs bénévoles, toujours prêts à des admirations de commande et qui après avoir sablé le Champagne des maîtres trouvent nécessairement les ouvriers fort heureux. »14

21Ce jugement paraît tout à fait justifié si l’on en juge par l’ouvrage de Boissière. Mais il témoigne aussi d’un regard extérieur marqué par les premières enquêtes sociales. Émile Souvestre qui apporte lui aussi un témoignage très critique sur les fabricants mulhousiens est l’ami du bon docteur Guépin qui étudie et soulage la population ouvrière de Nantes. Ses critiques sont d’ailleurs largement exploitées à l’époque par les Mulhousiens. On souligne en effet l’incompréhension de ce Breton, incapable de pénétrer la mentalité mulhousienne et ses réalisations.

Le Nouveau Quartier, un échec ?

22Il n’a guère été question de la Société industrielle de Mulhouse jusqu’à présent. Ses bulletins n’offrent aucune description de l’espace urbain, ce qui n’est guère surprenant, ces rapports étant essentiellement à usage interne. On peut peut-être s’étonner cependant, du peu de prix qu’elle semble attacher à l’aménagement urbain. On s’attendrait aussi à plus de référence et de révérence à la grande réalisation du Nouveau Quartier où elle a son siège, siège qui lui a été donné par un des membres de la SIM, Nicolas Kœchlin, promoteur de ce projet immobilier.

23C’est pourtant à travers les bulletins de la SIM et l’édification de cette réalisation qu’il paraît suggestif de réexaminer le discours des élites sur leur ville. Leur bienfaisance, leur attachement à la ville, leur réussite sont-elles véritablement aussi étroitement liées qu’on le dit à ce projet urbanistique ? On peut en douter, où du moins relativiser certains présupposés.

24La Société industrielle de Mulhouse, née en 1826, a su comme le patriciat qui la constitue être un puissant élément de prestige pour les Mulhousiens.

  • 15 M.-C. VITOUX, « Une entrée royale au xixe siècle : Charles X à Mulhouse en 1828 », Revue d’histoir (...)
  • 16 É. SOUVESTRE, op. cit.

25La visite du roi Charles en témoigne dès 182815. La visite du roi a lieu dans la « ville nouvelle » encore en chantier où est installé le lieu de l’exposition des produits industriels et qui va servir bientôt de siège à la SIM. Tout est donc intimement lié. Le Nouveau Quartier affiche l’ambition de ses promoteurs, celui d’être le cœur de la nouvelle ville industrielle, juxtaposé à l’ancienne ville médiévale. Tous les visiteurs sont enthousiastes et célèbrent comme Emile Boissière et même Émile Souvestre, le caractère « français » de ces constructions. Celui-ci écrit : « C’est seulement après avoir traversé les vieux quartiers que vous rencontrez la nouvelle ville bâtie à l’instar de Paris et dont vous voyez s’étendre au loin les colonnades blanches. »16

  • 17 S. JONAS, op. cit.

26Le Nouveau Quartier ressemble en effet à la rue de Rivoli, dessinée par Perier et Fontaine, avec au rez-de-chaussée, des galeries bordées d’arcades en plein cintre avec des balcons en continu au premier étage. On retrouve ce bel enthousiasme chez les historiens qui pour certains en font « un modèle précoce de plan d’embellissement et d’extension d’une ville industrielle », « le noyau futur du centre tertiaire du xixe siècle », « l’œuvre du génie de Nicolas Kœchlin et de la diplomatie de Jean Zuber »17. Sans nier la beauté de cette réalisation, il faut peut-être raison garder et la lecture attentive des archives municipales et celle des bulletins de la SIM révèlent des surprises concernant ce qui en fait de Nouveau Quartier ne sera qu’une vaste place triangulaire entourée d’immeubles.

27La SIM n’intervient pas dans le montage de cette opération immobilière imaginée par Nicolas Kœchlin et qui doit avoir une grande ampleur, le terme de quartier est alors tout à fait légitime. On montre souvent le projet tel qu’il a été pensé et non tel qu’il a été réalisé. Les lithographies soulignent cette ambiguïté en montrant des promeneurs admirant le quartier entièrement terminé, ce qui n’aura jamais lieu. Il s’agit en effet d’une réalisation inachevée et même dans un certain sens d’un échec, si l’ambition véritable était d’embellir et d’aménager la ville. L’acte de fondation de la société met en avant le caractère philanthropique de cette construction qui vise à résoudre le problème du logement à Mulhouse et de l’entassement de la population. Mais le Nouveau Quartier qui ne voit qu’en partie le jour, n’a bien entendu pas vocation de loger les ouvriers, il doit être habité par la bourgeoisie industrielle.

28Là encore la réussite est très mitigée, car le patriciat mulhousien hormis les familles des promoteurs eux-mêmes ne s’y installent guère ou de façon très éphémère préférant bientôt s’écarter des quartiers populaires et des nuisances industrielles et se fixer au sud-est de la ville, sur la colline. Quant à l’embellissement il est axé sur la réalisation d’un jardin central qui n’est en définitive à la disposition que des résidents, inaccessibles aux promeneurs et longtemps séparé d’eux par une disgracieuse palissade ; même la SIM n’y a pas accès. Quelle sa participation effective ? Elle ne s’intéresse guère au projet de construction, et l’on peut d’ailleurs signaler que la SIM se préoccupe plus, en dehors de l’industrie, du sort des campagnes que de l’amélioration de la construction en Alsace. On s’en étonne même :

  • 18 Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, n° 48, 1836. La SIM comme elle en a l’habitude me (...)

29« Il est étonnant que chez nous où il se fait tant de constructions, où les matériaux sont de mauvaise qualité et d’un prix élevé, on s’attache si peu à chercher comme dans d’autres pays qui se trouvent dans le même cas à tirer meilleur parti de la brique... Bien des maisons et notamment tout le nouveau quartier furent bâtis de la sorte. »18

  • 19 B.S.I.M., n° 13, 1829. Il faut signaler également que le bâtiment n’est pas entièrement terminé et (...)
  • 20 B.S.I.M., n° 47, 1836. « Maintes fois, nous avons eu l’occasion de déplorer le peu de succès qu’on (...)

30La SIM a donc reçu en don l’un des cotés du triangle de la place qui de centre devient l’unique réalisation du projet. Mais ce don n’est pas dénué de restrictions. Nicolas Kœchlin sera propriétaire à charge d’une plantation de peupliers à partager au bout de vingt ans entre la société et le donateur19. Cette entreprise va se révéler catastrophique et en 1836 la SIM renégocie son contrat et s’engage alors à édifier un bâtiment derrière son local initial20. La lecture du bulletin, quelques mois plus tard montre un nouvel échec : le président lit le rapport qui relate l’écroulement de ce bâtiment et les mesures arrêtées pour protéger la Société de toute poursuite, l’effondrement ayant entraîné la mort d’un ouvrier. Sa veuve est dédommagée.

31L’expérience malheureuse des plantations de peupliers et l’épisode dramatique de la chute du bâtiment peuvent paraître anecdotiques, ils n’en remettent pas moins en cause l’image d’une SIM préoccupée, à l’instar de ses membres, d’urbanisme, inspiratrice de ses réalisations et représentative de toutes ses réussites.

32L’histoire de Mulhouse et de son urbanisme reste encore une histoire militante et par là même subjective. L’exemple mulhousien rappelle la nécessité de croiser des sources, de réexaminer les jugements des contemporains, de se méfier de la postérité de certains textes toujours cités tandis que d’autres sont oubliés. Le témoignage de Louis Levrault est tout aussi intéressant que celui d’Émile Souvestre mais il n’est jamais mentionné. Il semble pourtant s’adresser à la fois aux panégyristes des débuts du xixe siècle qu’à ceux d’aujourd’hui :

  • 21 L LEVRAULT, op. cit.

33« Loin de moi la pensée de flétrir les utiles travaux de nos grands industriels. Mais il est temps peut-être d’appeler les choses par leur nom, il est temps de se guérir d’un engouement et de plus admirer de la philanthropie là où régnent avant tout le désir du gain et l’amour plus généreux quoique non moins égoïste de la célébrité. »21

Notes

1 S. JONAS, La Révolution industrielle, les questions urbaines et du logement à Mulhouse (1740-1870), thèse d’État, sous la direction de G. Livet, université de Strasbourg, 1989.

2 Charles de LA SABLIÈRE dans la notice historique qu’il consacre à la ville dans la Revue d’Alsace en 1850, écrit : « On ne sait rien de sa première époque. » On ne peut guère citer sur ces origines que le tableau peint en 1897, par Peter A. Becker qui représente le récit légendaire de la fondation de Mulhouse : la fille d’un meunier installé sur les bords de l’III sauve de la mort un guerrier blessé et l’épouse. D’autres colons les rejoignent et sont à l’origine de la fondation de la ville au moulin, Mulhouse. Ce tableau est conservé à l’hôtel de ville.

3 Le thème de la réunification est d’ailleurs très subjectif puisque Mulhouse n’a pas été française auparavant.

4 S. Jonas, s’appuyant sur les définitions de Max Weber, considère que la domination patricienne et la ville patricienne s’achèvent lors de la création en 1742 d’une « nouvelle tribu » celle des marchands-fabricants. Naîtrait alors la « ville plébéienne ». Il ajoute cependant que cette prise de contrôle se fait par alliances matrimoniales et non par la « violence ». S. IONAS, Le Mulhouse industriel, un siècle d’histoire urbaine 1740-1848, Paris, L’Harmattan, Collection Villes et entreprises, 1995, tome I, p. 48.

5 « Grandes demeures mulhousiennes des xviiiie et xixe siècles », Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, n° 3,1991.

6 C’est dans une demeure patricienne que l’on trouve la représentation d’une famille mulhousienne dans un paysage de la Renaissance italienne, la chambre des époux Mieg évoque très certainement la Chambre des époux peinte par Mantegna au palais de Mantoue.

7 L LEVRAULT, « Esquisses du Haut-Rhin », Revue d’Alsace, 1836, p. 23.

8 É. BOISSIÈRE, Vingt ans à Mulhouse (1855-1875), Mâcon, 1876, p. 9. La publication après l’annexion allemande explique la fin de la phrase. L’iconographie urbaine reprend bien entendu cette vision panoramique et de nombreuses lithographies présentent Mulhouse vue de la campagne environnante. A l’inverse l’intérieur de la ville est peu représenté.

9 É SOUVESTRE, Revue de Paris, II, 17/07/1836. On retrouve ce même étonnement et des propos étrangement similaires bien plus tard en 1887, chez E. LAMI auteur d’un Voyage pittoresque dans la France industrielle : « Voyez combien on se croirait peu dans une ville manufacturière de premier ordre, pas de bruit, pas de mouvement, peu de gens affairés. Ce grand corps a une puissance énorme et l’on entend à peine respirer. Le travail est ici mystérieux. »

10 B.N. N.A.F. 12704, f° 20-21.

11 Ce système fait aussi partie de l’originalité de la ville mais la municipalité tente de réorganiser cette numérotation incohérente, les travaux sont longs, les géomètres parfois peu scrupuleux. En 1837, le conseil municipal est contraint de racheter à un particulier le plan unique de la ville que le géomètre lui avait déjà vendu.

12 A.M. Mulhouse, 1 TT3. L’auteur déclare dans son avertissement : « Je passe dans tous les établissements et je donne succinctement un détail exact de tout ce qui m’a paru digne d’être relaté. Je place Messieurs les fabricants dans le rang qu’ils doivent occuper c’est-à-dire que sans flatterie ils sont les protecteurs et les bienfaiteurs de la classe ouvrière. »

13 L’industriel alsacien, supplément au n° 1,4 juillet 1835.

14 L LEVRAULT, « Esquisses du Haut-Rhin », Revue d’Alsace, 1836.

15 M.-C. VITOUX, « Une entrée royale au xixe siècle : Charles X à Mulhouse en 1828 », Revue d’histoire économique et sociale, n° 2, avril-juin 1998, p. 287-298.

16 É. SOUVESTRE, op. cit.

17 S. JONAS, op. cit.

18 Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, n° 48, 1836. La SIM comme elle en a l’habitude met au concours un prix de 500 F pour récompenser le perfectionnement de la fabrication des briques.

19 B.S.I.M., n° 13, 1829. Il faut signaler également que le bâtiment n’est pas entièrement terminé et la SIM doit hypothéquer son bâtiment et trouver un emprunt de 25 000 F.

20 B.S.I.M., n° 47, 1836. « Maintes fois, nous avons eu l’occasion de déplorer le peu de succès qu’ont eu jusqu’à ce jour nos plantations de peupliers entreprises comme conditions de l’acte de donation de M. Nicolas Kœchlin. Différentes causes paraissent y avoir contribué, dans tous les cas il était pénible de voir que plusieurs années s’étaient écoulées sans qu’on fut parvenu pour ainsi dire à aucun résultat tangible. »

21 L LEVRAULT, op. cit.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540