Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Instrumentalisation et légitimation du pouvoir patricien

Les notables et leur rôle dans l’urbanisme du Hauran à l’époque romaine

Annie Sartre-Fauriat

Texte intégral

  • 1 Cette région du basalte qui forme une unité géographique et de peuplement homogène n’appartint à l (...)

1Que ce soit en parcourant le Hauran ou en répertoriant les inscriptions, on est frappé par l’abondance de monuments qui y furent construits au cours de l’Antiquité. Dans cet espace qui couvre une superficie d’environ 10 000 km2, actuellement situé dans le sud de la Syrie et le nord de la Jordanie1, rarissimes sont les villages, sur un total de trois cents, qui ne possèdent pas de ruines antiques et qui n’ont pas livré au moins une inscription.

  • 2 La majorité du reste est constitué par des stèles funéraires individuelles, quelques bornes millia (...)
  • 3 A. SARTRE-FAURIAT, Des tombeaux et des morts, 2 vol., BAH, Beyrouth, sous presse.

2Sur trois mille six cents textes découverts à ce jour, un millier environ font état de constructions2. Beaucoup sont des inscriptions funéraires relatives à des constructions de tombeaux qui, étudiées par ailleurs, ne serviront ici que d’élément de comparaison éventuel3. Six cents textes environ, répartis dans cent quarante villages différents, font état quant à eux de constructions d’utilité publique. C’est à cet ensemble que veut s’attacher cette étude.

3Face à cet abondant corpus, une constatation préalable s’impose : il n’existe dans le Hauran aucun grand décret honorifique où, à l’exemple de l’Asie Mineure, pour ne citer qu’une région proche, les générosités, édilitaires ou autres, des notables s’étalent complaisamment. On ne trouve pas davantage ces brèves dédicaces, ni même ces épitaphes, dans lesquelles l’essentiel de la carrière des magistrats, ainsi que leurs bienfaits envers leurs concitoyens, sont exprimés, comme c’est le cas en de multiples provinces du monde romain.

4L’examen des inscriptions du Hauran pose donc plusieurs interrogations à l’historien qui peut constater que l’activité édilitaire est intense, jusque dans le moindre village, et que les monuments construits sont variés, souvent de grande taille, parfois richement ornés, comme en témoignent les vestiges encore visibles. Mais pourquoi les magistrats, qui devraient être les plus riches et sont partout ailleurs les constructeurs principaux des monuments de leurs cités, apparaissent-ils si peu en tant que tels dans le Hauran ? Qui donc dans ces conditions finance ces multiples édifices ?

5L’ensemble du corpus du Hauran permet de dresser un catalogue de monuments impressionnant, bien que cependant très incomplet. En effet, beaucoup d’inscriptions sont perdues, ce que nous confirme la présence d’édifices dont on n’a pas retrouvé l’inscription dédicatoire, c’est le cas d’à peu près tous les théâtres de la région, de nombreux temples, thermes, basiliques, nymphées, arcs, tétrapyles... D’autres sont lacunaires et le nom du monument n’y est pas lisible. D’autres enfin, au moins une cinquantaine actuellement, ne prennent pas la peine de préciser le nom du monument construit, puisque sa nature était évidente pour tous ceux qui lisaient l’inscription en place.

  • 4 Cent quatre vingt quinze inscriptions seulement sont datées, dont 11 du ier siècle, 42 du iie, 41 (...)
  • 5 Sur les 41 inscriptions datées du iiie siècle, 20 le sont d’après 250.

6Cette activité édilitaire, dans la mesure où les inscriptions sont datées, se développe entre la fin du ier s. av. J.-C. et la fin du vie s. ap. J.-C.4. Au cours de cette période, villes et villages du Hauran se sont couverts de constructions diverses dont la nature a évolué au fil des événements politiques, militaires et des changements religieux. Enfin, contrairement à d’autres régions du monde romain, il ne semble pas y avoir eu de ralentissement dans les constructions entre le milieu du iiie siècle et le début du ive5.

Les différents monuments construits d’après les inscriptions

7Les constructions les plus fréquentes sont celles qui concernent l’édification de monuments utilitaires, habituels dans les centres urbains, à savoir :

  • des bâtiments à usage civique, destinés à réunir les habitants et les responsables, non seulement des cités, mais également des villages. Ainsi, on relève la construction, entre 253 et 362 ap. J.-C, de 21 « maisons communes » appelées δημόσιος οἶκος, κοινòς οἶκος ou τò δημόσιον6. C’est le même type d’édifice que l’on dénomme parfois καμάρα « du village » ou « commune »7, ou άψíκς8. Cette dernière désignation renvoie certainement à l’architecture de ces salles de réunion, dont quelques exemples archéologiques ont été mis en évidence9. De forme rectangulaire, la salle est enjambée en son milieu par une arcade, tandis que des banquettes sont ménagées sur trois des côtés et que de multiples placards s’ouvrent dans les murs10. Dans un village, à une date inconnue, on mentionne l’édification d’une tribune publique (βῆμα δημόσιον)11 et, à Bosra, capitale de la province, sous Caracalla, fut bâtie une salle de banquets (conviviorum aedium)12. Enfin, quatre inscriptions parlent de la construction de basiliques civiles13 ;
  • des monuments des eaux, dont un nymphée à Suweida, construit en 107 ap. J.-C. sous le règne de Trajan avec ses adductions d’eau depuis plusieurs villages de la montagne (Sahwet Balatah, El Afineh, Raha) ainsi qu’un château d’eau à une époque ultérieure, sous Commode14 ; un réservoir est mentionné à Qreyyeh15 ; une « source aménagée », sans doute une fontaine, est attestée à Bousan en 365 ap. J.-C.16 et un bain (βαλανεϊον) fut construit à Ezra, sous Sévère Alexandre entre 222 et 235 ap. J.-C.17 ;
  • -des bâtiments d’accueil : deux « auberges publiques » (δημόσιον πανδωχέϊον) pour les hôtes de passage18, l’une à Harran construite en 398 ap. J.-C.19 et l’autre à Rimet Hazem20 ; une hôtellerie (ξενεών), à Suweida, non datée, mais d’époque chrétienne21 ;
  • des bâtiments à caractère économique : des boutiques-ateliers (εργαστήρια) avec « tout leur décor » à Suweida, sous le règne de Commode22, ainsi qu’à Atil23 et à Qanawat24, à des dates non précisées ; des boutiques de ce type sont dites « publiques » (έργαστήριον δημόσιον) à Bousan en 378 et 38625 ; un pigeonnier, non daté, à Nimreh26 ; une grange avec son enceinte (άχυρων και ταπερίβολα) à Duweiri en 326 ap. J.-C.27 ;
  • des monuments de spectacle : un odéon, à Qanawat qui sert aussi de bouleutérion car des sièges y ont été édifiés pour les proèdres de cette capitale de cité28 ; un théâtre, à Kfeir29 ;
  • pas moins de 51 inscriptions concernent des constructions de temples30, édifiés entre la fin du Ier s. av. J.-C, ou le début du Ier s. ap. J.-C, comme celui de Sia, ou celui de Zeus Kyrios en 45-46 ap. J.-C. à Sanamein31, et le IVe s. ap. J.-C. comme le Tychéion de Khabab, construit en 303 ap. J.-C.32, et 362 ap. J.-C date de la restauration, après l’édit de Julien, du temple de Anz33 ;
  • une trentaine de fondations d’églises ou de monastères sont évoquées par des inscriptions datées entre 392-393 ap. J.-C. pour une église à Kafr34, et 624-625 ap. J.-C. pour une église (ou un monastère) Saint-Georges, à Sammeh35. On ne peut signaler qu’une seule construction de synagogue, à Tafas36, bien que des communautés juives soient attestées en plusieurs endroits du Hauran.
  • 37 XVI/1,144 ; PAES, III, 410b = XVI/1,145 ; AAES, III, 409 = XVI/1,146 ; AAES, III, 407 = XVI/1, 147 (...)

8Malgré ces nombreux exemples faisant état de constructions d’édifices dans leur totalité, la majeure partie du corpus est constituée d’inscriptions dans lesquelles il est question d’édifications de parties de monuments. On constate en effet, et ceci n’est pas indifférent pour notre propos, que beaucoup d’édifices étaient élaborés par « morceaux », grâce au concours de plusieurs participants différents (chaque colonne du temple de Zeus Kyrios à Qanawat est offerte par une personne différente37) et sur une plus ou moins longue période (les dons au sanctuaire de Mismyyeh s’étalent de 161/169 à 180/192).

  • 38 Sanamein : PAES, III, 654 = XIV, 553 ; Tarba : W., 2203 b = XVI/2, 774 ; Mushennef : W., 2218 = XV (...)
  • 39 Atil : W., 2372 = XVI/1, 111 ; Qanawat : XVI/1, 202 ; Suweida : Musée, 21 = XVI/1, 305 et XVI/1, 3 (...)
  • 40 Mismiyyeh : W., 2533-2535 = XV, 8-10 en raison de la gravure des inscriptions sur les bases des co (...)
  • 41 On traduit ainsi le terme γων(ί)α à Juneineh : RB, 1932,45 = XVI/2, 664 ; à Bosra : ΧΠΙ/1, 9030 le (...)
  • 42 Majadel : PAES, III, 7S73 = XV, 462 ; Qanawat : XVI/1,143 ; Hit : XVI/2,594.
  • 43 Harran : W., 2469 = XV, 266 ; Mushennef : W., 2216 = XVI/2, 812 ; Damit el-Aliya : W., 2453 = XV, (...)
  • 44 Arica : XV, 342.
  • 45 Hebran : W., 2288 = XVI/1, 430.
  • 46 Bosra : XIII/1, 9112.
  • 47 Shahba : W., 2080 = XV, 416 ; Deir el Leben : W., 2394 = XVI/1, 26 ; Sia : AAES, III, 431 = XVI/1, (...)
  • 48 Bosra : XIII/1, 9111 ; Smeid : PAES, III, 786 = XV, 477.
  • 49 Bosra : XIII/1, 9030.
  • 50 Tafas : XIV, 261 ; Mushennef : W., 2217 = XVI/2, 838 ; Imtan : W., 2034-2035 = XVI/2,1334-1335, où (...)
  • 51 Heit, mosaïque sur le sol d’une église : XIV, 331 ; Dael (έπλάκωσας ) : XIV, 350 ; Ezra (πλακώσω)  (...)
  • 52 Dhakir : XV, 498 et Ρ A, 20525 = XV, 499, en raison de l’emplacement sur lequel sont gravées les d (...)
  • 53 Jadel : PAES, III, 799 = XV, 92 ; Mushennef : XVI/2, 823, déduit de la nature du bloc sur lequel l (...)
  • 54 Nimreh : XVI/2, 731.
  • 55 Ezra : M. DUNAND, « Nouvelles inscriptions du Djebel Druze et du Hauran », Archiv Orientalni, 18, (...)
  • 56 Bosra : XIII/1, 9107 ; Sheikh Saad : XIV, 346 ; El Harrah : XIV, 490 ; Aqrabat : W., 2413 b = XIV, (...)
  • 57 PAES, ΠΙ, 6553 = XIV, 559 et Ewing, 46 = 561.
  • 58 XIII/1, 9107.
  • 59 Juneineh : RB, 1932, 50 = XVI/2, 665 ; Shenireh : XVI/2,1359 ; Jizeh : MSM, 155 = ΧΠΙ/2,9715.
  • 60 Sanamein : Ewing, 46 = XIV, 561.

9On relève ainsi plusieurs constructions de niches (κόνχη)38 et d’absides (ψαλίς), destinées à abriter des statues de divinités39, de colonnes40, de piliers ou pilastres41, de vestibules (πρόναος)42, de propylées (πρόπυλον)43, de marches (βάθμοί)44, de stucage des murs (έκονίησα)45 ou de rénovation de celui-ci46, d’enceinte (περίβολος47 ou τέμενος48), de soubassement (κρήπις)49, de portiques (στοά ou ἒμβολος)50, de pavages (13 mentions)51, de parties d’entablement52 ou de corniche53, de chapiteaux54, voire même de simples blocs55. Enfin, on ne rencontre pas moins de 31 mentions de dons de battants de portes56, dont certains sculptés comme au temple de Zeus Kyrios à Sanamein « avec les petites victoires, la grande victoire, et les petits lions »57, ou « ferrés »58 comme au temple de Zeus Ammon à Bosra. Ailleurs, il peut s’agir tout simplement du linteau (το ὑπέρθυρον)59, ou des montants (τὰ θυρώματα)60.

  • 61 Bosra : XIII/1, 9104, où la dédicace, faite par la cité, est gravée sur un linteau, datée de 181 a (...)

10Quant aux autels, si un très grand nombre d’entre eux sont de petits édifices de dévotion personnelle, pour d’autres, en raison du support sur lequel est gravée l’inscription ou de la participation financière, il s’agit vraisemblablement de l’autel monumental du sanctuaire61 ;

  • les dons concernent aussi des statues de culte62, parfois dorées, comme celle de la Tychè de Sanamein (τὴν Τυχέαν σὺν tῇ κόνχῇ τῇ πατρίδι χρυσῷ) ἐκόσμησεν)63, ou en argent (statua argentea) comme au sanctuaire de Zeus Ammon à Bosra64. De très nombreuses victoires65 ou des objets, destinés à orner les édifices, sont également offerts comme des candélabres66, un porte-flambeau67, une vasque68, ou un cadran solaire69.
  • 70 XIV, 10,14,18,19 ; PAES, III, 636 = XIV, 15 entre 255 et 275 ap. J.-C.
  • 71 Adraha : XTV, 16, en 263-264 ap. J.-C. ; Nimreh : W., 2173 = XVI/2,736 et Voyage, 12 = 737 ; Bosra (...)
  • 72 Adraha : XIV, 14 et PAES, III, 636 = 15, en 262-263 ap. J.-C. ; Shaqqa : W., 2142 = XVI/2, 512 ; R (...)
  • 73 Bteineh : Voyage, 3 = XVI/2, 650 ; Juneineh : W., 2188 = XVI/2, 671 ; Rdeimeh Sharquiyeh : RB, 193 (...)
  • 74 Qasr el Baiq : PAES, III, 21, en 411 ap. J.-C. ; Deir el Kahf : PAES, III, 228 et 229, en 306 et 3 (...)
  • 75 Camp pour une cohorte à Teima : XVI/1,708, en 296 ap. J.-C.
  • 76 Taaleh : XIII/2,9820, en 145 ap. J.-C. ; Bosra : XIII/1,9123, en 490-491 ap. J.-C.

11À partir de la fin du iiie siècle, la politique de mise en défense des villes de l’Empire, se manifeste par la construction de fortifications : les « décanta » d’Adraha70, des murs71, des tours72, des postes de garde (φροὺριον)73, des fortins (καστελλος)74, ainsi que des camps pour les détachements militaires75 et des prétoires76.

  • 77 Dhibbin : Voyage, 70 = XVI/2,1212 ; Qanawat : XVI/1,197.
  • 78 Qanawat : XVI/1, 194.
  • 79 Mellah : MSM, 61 = XVI/2, 981, en 485-486 ap. J.-C. On pourrait suggérer de restituer πόλ[ος], « c (...)
  • 80 Qanawat : XVI/1, 144 et 170 qui peut convenir pour[δí]στµλoν et [περί]Ιστυλον. On préférera toutef (...)
  • 81 Kafr Shams : Ewing, 33 = XIV, 534.
  • 82 Shaqqa : W., 2161 = XVI/2, 513. À moins qu’il faille suivre H. C. BUTLER (PAES, II A2, p. 112) qui (...)
  • 83 Shaqqa : AAES, IIΙ, 377 = XVI/2,514 et RB, 1932,10 = XVI/2,515.
  • 84 PAES, III, 169 = XVI/2, 1016, rénové en 430-431 ap. J.-C. L’inscription était en place sur l’arc t (...)
  • 85 RB, 1933,224 = XVI/2,1246, en 314-315 ap. J.-C.
  • 86 PAES, TU, 209.
  • 87 PAES, ΙΠ, 696 = XVI/2,1066, en 372-373 ap. J.-C.
  • 88 F. VILLENEUVE, op. cit., p. 98. Cf. H. C. BUTLER, PAES, II, A2, p. 120, ill. 95, pour la maison de (...)
  • 89 Hayat en 578 ap. J.-C. : W., 2110 = XVI/2, 628 ; Malikiyyeh : W., 2199 = XVI/2, 696 ; Saleh : XVI/ (...)
  • 90 PAES, III, 672 = XVI/1, 405. E. LITTMANN (PAES, III A, 672) suggère un rapprochement soit avec le (...)
  • 91 Voyage, 1 = XVI/2, 644. La mandra n’est que l’un des éléments du don fait en ex-voto, il se compos (...)
  • 92 XV, 78. Le mot est gravé sur un autel à couronnement « en raison d’un voeu », pour le fils du dédi (...)
  • 93 PAES, III, 76513 et 76512 = XV, 447 et 448. L’inscription est en place sur un édifice ouvert par u (...)

12Enfin, un grand nombre de monuments restent d’aspect mdéterminé en raison de l’imprécision du texte qui parle des « travaux » (τò ἔργον)77, du « grand cadeau éternel » (μέγα δῶρον αἰώνιον)78, ou de mots fragmentaires comme le ΠΟΛΙ...]79, ou [..ΣTΎΛON80. Dans d’autres cas, il est difficile d’identifier le sens précis du mot utilisé pour désigner la construction : c’est le cas des quatre édifices appelés στάβλοv, dont un le fut en même temps qu’un relais de poste (ἀλλάγιν)81, il pourrait s’agir dans ce cas d’une écurie. Mais un autre, à Shaqqa, est dit περίκλινον (avec des banquettes tout autour)82, tandis que deux autres, dans le même site, sont construits avec chacun deux τρίκλινα (salle à trois banquettes)83, édifice que l’on retrouve mentionné seul à Majdal esch-Shor84, Ghariyeh85 et Umm el-Qottein86. Enfin, à Orman, le τρίκλινο v possède une « étable à l’intérieur » (καì τοῦ ἔνδον βουστασίου)87. Dans son étude sur l’habitat et la vie rurale dans le Hauran antique, F. Villeneuve propose de voir dans ces constructions les éléments propres à l’architecture domestique dans le Hauran où les étables sont au rez-de-chaussée des maisons et les salles d’habitation (les triclinoi) à l’étage88. Le même problème se pose avec les nombreuses constructions ά’αὐλή, qui désignent sans doute des « résidences à cour », ou « organisées autour d’une cour » comme l’étaient les villae, plutôt que des cours seules89. Quant au σαλαθον de Kafr90, la μανδρα de Zeus Kyrios à Btheineh91, le βδαλλος de Khabab92 et la sacrée καλυβη de Umm es-Zeitun93, construits pour les quatre derniers dans un contexte religieux, leur apparence comme leur destination précise restent à définir. Ces termes peu classiques recouvrant, semble-t-il, des réalités différentes en fonction des dates d’édification.

Urbanisation et exercice des magistratures

  • 94 Tisiyyeh : PAES, III, 103 = XIII/2, 9601 ; Sleim : XVI/1, 82 ; Majdal esch-Shor : XVI/2,1020.
  • 95 Breikeh : W., 2414 = XV, 406.
  • 96 A. SARTRE-FAURIAT, Des tombeaux et des morts, op. cit., vol. II.

13Lorsque l’on met en relation toutes ces constructions avec la personnalité des constructeurs, une première remarque s’impose : alors que dans la plupart des cités et des villes du monde romain, construire, restaurer ou entretenir les bâtiments de la cité revient aux magistrats, soit au titre de la summa honoraria, soit dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions civiles ou religieuses, soit dans celui des liturgies où ils peuvent chaque fois donner libre cours à leur évergétisme, dans le Hauran, cela ne semble pas être le cas. Certes, la vie civique est assez peu évoquée dans l’épigraphie de la région, mais les magistratures de cités existent bel et bien sans contestation possible. Ici et là, on relève dans les cités (Bosra, Adrahra-Deraa, Canatha-Qanawat, Dionysias-Suweida, Philippolis-Shahba puis, plus tard, Maximianopolis-Shaqqa, Buraq et Sheikh Meskin) la mention de boulé, de bouleutes, d’archontes, d’agoranomes, d’astynomes, ainsi que la pratique des liturgies avec la mention d’épimélètes, chargés d’une mission précise. Les inscriptions funéraires font quant à elles allusion à des ambassades94 qui, dans certains cas, ont donné lieu à des récompenses, telles que le don par la communauté de statues95, d’un tombeau ou de l’emplacement pour le construire96.

  • 97 M. SARTRE, « Communautés villageoises et structures sociales d’après l’épigraphie de la Syrie du S (...)

14Il n’est en outre pas moins intéressant de constater que la vie civique dans le Hauran dépasse le cadre des cités. Elle est en effet très active aussi dans les moindres villages où les magistrats portent une dizaine de titres différents, au nombre desquels les syndics, pronoètes, dioicètes, décaprotes, pistoi et autres épiscopes97, et les constructions y sont abondantes.

  • 98 Dion : XIV, 295 entre 118-135 ap. J.-C. ; Adraha : XIV, 18 en 269-270 ap. J.-C. ; Mismiyyeh : W., (...)
  • 99 Bosra : ΧIIΙ/1,9008 et 9111.
  • 100 Adraha : XIV, 18.
  • 101 Sleim : XVI/1,79.
  • 102 Ezra : W., 2502 = XV, 176.
  • 103 Tafas :XIV, 261.

15Malgré cela, les inscriptions dans lesquelles des individus disent qu’ils ont construit quelque chose et se désignent comme magistrats sont en nombre infime par rapport au total (23 exemples, soit 3,6 %). Ce sont essentiellement des bouleutes (17 fois)98, mais on trouve aussi un archonte et un astynome99, un questeur et archidecanos100, un agoranome101, un « notable »102, et un « père de la cité »103, dans lequel il faut certainement identifier un magistrat honoré par ce titre. Cependant, dans la plupart des cas, rien ne permet d’affirmer que ces constructions furent entreprises dans le cadre des obligations liées à leurs fonctions.

  • 104 Atil : RB, 1932, 78 = XVI/1,122 ; PA, 20210 = XVI/1, 123 ; RB, 1932, 77 = XVI/1,124 ; Qanawat : W. (...)
  • 105 Bosra : XIII/1, 9138-9131 et 9134 et 9135. Muarribeh : W., 2070 a = XIII/2, 9692 ; Kerak : W., 241 (...)
  • 106 W., 2331 a = XIII/2, 9815. C’est par la simple préposition διά que l’action du bouleute et des épi (...)

16Seules cinq inscriptions émanant de bouleutes, et qui comportent dans le formulaire les termes έκ φιλοτιμίας ou φιλοτειμησάμενος, peuvent introduire un doute104. On peut en effet être tenté de traduire ces termes par : « libéralité pour l’honneur » et pas seulement « par générosité », ce qui, dans ce dernier cas, ne met pas forcément en rapport direct le don et la fonction. Toutefois, dans la mesure où ces expressions sont aussi employées pour désigner les actes émanants de l’empereur et de collectivités105, il n’est pas certain qu’il faille leur donner le premier sens. D’autre part, trois des bouleutes qui emploient ces expressions construisent des boutiques dans le village d’Atil, alors qu’ils sont bouleutes d’Adraha, une cité éloignée, située dans le sud de la plaine, du territoire de laquelle Atil ne fait pas partie. En admettant que ces hommes aient eu des propriétés dans le djebel druze (nous savons que les bouleutes du Hauran ne résident pas forcément sur le territoire de la cité dont ils sont magistrats), ce n’est donc pas pour l’honneur de leur charge sur place qu’ils ont réalisé ces constructions. De même, le bouleute de Canatha qui fait construire avec ses frères, sur lesquels on ne donne pas de précision, et « à leurs frais à tous », les propylées du temple d’Athéna à Mushennef avec leur décor, ne le fait certainement pas dans le cadre d’une obligation liée à ses fonctions, mais dans le cadre d’une évergésie familiale libre, parce qu’il est originaire de ce village ou que le sanctuaire est prestigieux. Dans une situation inverse, le bouleute de Canatha, dépêché à Deir el Khuleif pour y présider à la construction d’un monument, en compagnie d’épimélètes, chargés de la surveillance des travaux, ne semble pas davantage en avoir assumé les frais106. C’est la même situation que celle de Zenon et Zénodôros, tous deux magistrats à Adraha au moment de la construction des remparts sous Aurélien qui, respectivement, en tant que questeur et bouleute sont chargés de la surveillance des travaux (ἐπνσκοπευόντων) et n’apparaissent en aucune façon comme les payeurs à titre personnel de cette opération.

17Le problème des obligations financières ou édilitaires se pose aussi pour les nombreux magistrats de villages. Lorsque les noms et les titres de ces derniers apparaissent au fronton des monuments, il n’est jamais précisé que les constructions ont été faites « à leurs frais », alors que l’expression est quasi-systématique lorsqu’il s’agit de constructions effectuées par des particuliers, mais ce sont toujours les termes « par les soins de » (δία), ou « grâce à la prévoyance de » (έκ προνοία), qui sont employés. Certes, cela pourrait sous-entendre leur participation financière, mais là encore ce sont les mêmes expressions qui sont utilisées lorsque le financement est clairement assuré par la collectivité qu’ils dirigent (cf. plus loin). C’est donc bien la surveillance des travaux et la gestion des fonds collectifs qui est leur seule obligation.

18Cette absence de lien précis entre magistrats en exercice et obligation de constructions édilitaires nous conduit à douter très fortement de l’existence d’une summa honoraria dans les cités et, par extension, dans les villages du Hauran pourvus d’institutions civiques, et à ne pas systématiser le rapport magistrature-construction. Il reste bien sûr à penser que c’est par modestie que ces magistrats ne font pas état de leur engagement dans la dépense. Nous n’y croyons guère, mais il faut signaler cependant que dans leurs épitaphes, tous les individus récompensés par leur cité d’une statue ou d’un tombeau, à la suite de bienfaits, restent très discrets sur la nature précise de ceux-ci, même si les formules de rhétorique employées ne s’y prêtent pas bien. Il n’en reste pas moins que l’extrême rareté de la présence des magistrats, riches notables en général, dans les programmes édilitaires, pose la question de savoir qui est à l’origine de ces multiples constructions ?

L’identité des constructeurs

  • 107 XIV, 8,10 ; W., 2070 e = XTV, 13 ; XTV, 16.
  • 108 ΧΠΊ/1, 9128 et 9129.
  • 109 ΧΙΠ/1, 9108.
  • 110 XVI/1, 75.
  • 111 PAES, m, 224 = XVI/2, 1367.
  • 112 RB, 1932,108 = XVI/2, 688.
  • 113 XVI/2,9857.
  • 114 Cf. note 14.
  • 115 ΧΙΠ/1, 9134.
  • 116 A. SARTRE-FAURIAT, op. cit., cf. note n° 14.

19Dans le cas des fortifications (mur, tours, postes de garde, portes dans des remparts), on relève la participation des empereurs et des agents impériaux. Ainsi à Adraha entre 259 et 264 ap. J.-C, c’est grâce aux dons (έκ δωρεᾶς) des empereurs que sont construits les murs, les tours, les portes du rempart107 ; c’est aussi le cas à Bosra où, grâce à la générosité (έκ φιλοτιμίας) de Justinien en 540 ap. J.-C, est entreprise la reconstruction de la courtine du rempart108. À d’autres occasions, à Bosra en 278-279 ap. J.-C. pour la construction d’un mur109, à Sleim en 345 ap. J.-C. pour la construction d’un poste de garde110, à Inak en 348 ap. J.-C. pour une tour111, à Rdeimeh Sharquiyeh en 349 ap. J.-C. pour un poste de garde et son décor112 et à Nahiteh en 392 ap. J.-C, pour la réparation de tours113, ce sont les gouverneurs, les ducs ou des préfets qui apparaissent comme ordonnateurs des constructions dont l’exécution est parfois confiée à un centurion, sans qu’il soit fait mention d’intervention des cités ou des villages. Mais la prise en charge par les empereurs ou leurs représentants ne se limite pas aux éléments de défense, ce qui paraît normal dans le cas d’édifices destinés à des soldats. En divers endroits de la montagne en 107 ap. J.-C, c’est le gouverneur qui fait réaliser les travaux d’adduction d’eau pour alimenter le nymphée tout neuf de la bourgade de Suweida, en pleine expansion urbaine114. Il faut attendre ensuite 540 ap. J.-C. pour voir l’empereur Justinien participer financièrement à la construction d’un aqueduc à Bosra115. Le comportement évergétique des empereurs, bien que rare, est donc attesté dans le Hauran, et on peut supposer qu’à Suweida en 107 il est lié à l’inquiétude du pouvoir face aux réactions possibles au lendemain de l’annexion du royaume de Nabatène et de la création de la nouvelle province d’Arabie, située juste au sud. Il n’est pas impossible que cette situation ait incité le pouvoir central à jouer les évergètes dans un domaine essentiel dans ces régions, l’approvisionnement en eau116.

  • 117 Imarrin : ΧIII/2, 9660.
  • 118 Rakkam : R. DUNAND, Mélanges R. Dussaud, Paris, 1939, n° 289 (abrégé ensuite Mélanges) = XIII/2,98 (...)
  • 119 Deir el-Adas : XIV, 593.
  • 120 Buaidan : XIV, 611, pour Atargatis ; Hébran : Musée, 175 = XVI/1, 426, pour Zeus Keraunios ; Tafha (...)
  • 121 Sleim : W., 2380 = XVI/2, 72 par un prêtre d’Antonin et Commode ; Hébran : PAES, III, 661 = XVI/2, (...)
  • 122 Des porte-flambeaux par d’anciens flamines à Bosra : XIII/1, 9008-9009.

20On ne sera pas étonné de trouver très souvent cités des diacres, prêtres, évêques et archevêques lorsqu’il s’agit de construire et d’aménager des églises, monastères et martyria (au moins 22 exemples) dont ils précisent souvent que ce fut fait « à leurs frais ». Mais ils apparaissent aussi dans une rénovation de tour117, la construction d’une étable118 et la réalisation d’un pavement de mosaïque119. Tous ces édifices devant être en relation avec des bâtiments religieux ou des couvents. Les prêtres des cultes païens en revanche sont moins fréquemment présents dans les constructions, sinon dans le cadre de consécration de petits autels120, de quelques statues de culte121 ou d’objets122.

21Cette relative absence des titulaires de sacerdoces renforce encore l’impression évoquée plus haut à propos des magistratures civiles, à savoir l’inexistence de rapport entre fonctions officielles et dons.

  • 123 Tarba : W., 2203 b = XVI/2, 774 « pour Athéna et le salut de son fils ».
  • 124 Busan : W., 2249 = XVI/2, 890. Cette femme se présente comme l’épouse d’un martyr.

22C’est sans doute pour cela qu’une foule de particuliers participe abondamment aux constructions civiles mais surtout religieuses, les païens plus fréquemment semble-t-il que les chrétiens, si l’on en juge par le volume respectif des constructions : près de 200 païennes et 22 seulement concernant des édifices chrétiens. Ces inscriptions témoignent des dons faits par des individus mâles, seuls ou en famille (mère, frères, femme et enfants), de tout ou partie de la construction d’un monument. Deux femmes seulement ont œuvré seules, l’une en faisant don d’une niche123, l’autre en participant financièrement à la construction d’une maison de prières124.

  • 125 W., 2413 b = XIV, 512.
  • 126 « Tiberius Aphianus Aianès et Vettius Iustus » : PAES, III, 794 = XV, 259.
  • 127 « Pontios Ouros, Pontios Tannelos et Gafalos, fils de Gafalos » : ΡΑ, 20522 = XV, 501.
  • 128 W., 2372 = XVI/1,111.
  • 129 « Ouaros, fils de Kyrillos et Kyrillos son fils » : W., 2412 ρ = ΧΠΙ/2,9851.
  • 130 « Kyriakos et Osebos son fils et ses enfants » : W., 2412 m = XIII/2,9858.
  • 131 Shaqqa : W., 2145 = XVI/2,523 ; Murduk : W., 2391 = XVI/1,18 ; Feki : C. FOSSEY, « Inscriptions de (...)

23Ces particuliers n’indiquent malheureusement pas toujours la nature du monument construit, mais les raisons invoquées : « leur salut et celui des leurs », leur « piété » envers telle ou telle divinité, « en ex-voto », « pour le repos de l’âme »..., laissent deviner qu’il s’agit bien, dans la majorité des cas, de constructions religieuses. Est également très souvent absente l’indication de leur métier ou de leurs fonctions, il est donc difficile de cerner à quel milieu appartiennent ces donateurs et constructeurs souvent généreux. Ainsi, pour prendre quelques exemples, qui était et que faisait Aoueidos, fils de Malichatos, qui « a fait réaliser à ses frais les battants de porte avec leur décor ainsi que l’autel » du temple de Zeus Maleikat d’Aqrabat en 69-70 ap. J.-C.125 ? Qui étaient et que faisaient les deux hommes, qui « ont fait construire le temple du dieu Aumos » à Harran126, ou ceux qui « firent restaurer, avec l’argent de leur père, la basilique » de Dhakir127, ou encore Ouadelos, fils de Matteios, qui « à ses frais » fit réaliser « les parastases, les petites colonnes et leur entablement, ainsi que les absides » d’un des temples d’Atil au IIe s.128 ? Qui sont les constructeurs d’églises comme celle de Saint-Léontios à Dur129, ou du sanctuaire Saint-Georges à Nahiteh130 ? Sans doute, pour les dons les plus importants, s’agit-il de riches personnages, mais dont nous ignorons tout de l’origine de leurs richesses. La terre et ses dérivés (céréales, vigne) sont des sources de revenus probables, comme nous le devinons dans le cas de certains propriétaires de grands tombeaux de la région qui les firent construire « sur les fruits de la terre »131, ou bien encore l’élevage (les étables sont nombreuses dans les maisons antiques), le commerce, le maniement d’argent ou le tout à la fois.

  • 132 W., 2295 = XVI/1, 387.
  • 133 XIII/1, 9134.
  • 134 ΧΠΙ/1,9161-9163.
  • 135 Voyage, 16 = XVI/2, 776.
  • 136 XVI/2, 625.

24Parmi ceux (un tiers) qui donnent une indication sur leurs fonctions, on relève au moins deux fois la participation de bijoutiers pour l’aménagement d’une source et la construction de sa voûte de couverture à Ain Mousa132 et sous Justinien à Bosra133, la corporation de la ville participe à la construction d’un monument de nature inconnue ainsi qu’à celle de l’aqueduc. Connus comme titulaires de sièges réservés au théâtre de Bosra, et auteurs de dédicaces honorifiques, ils devaient faire partie de l’aristocratie financière de la ville134. À Tarba135, ce sont deux artisans, sans autre précision, qui ont fait édifier une porte, sans doute de temple si l’on en juge par la mention « en signe de piété ». Enfin, à Hayat136, si la restitution de la lacune dans le texte est exacte, ce serait des « chefs de caravanes » (συνο[διάρχης) qui auraient participé, « à leur frais, depuis les fondations jusqu’au sommet », à la construction du Tychéion du village (mais des doutes pèsent sur cette restitution séduisante et unique).

25Par ailleurs, la mise en évidence de familles de donateurs sur plusieurs générations est quasi impossible à faire, tout au plus trouve-t-on plusieurs hommes de la même famille, le père et ses fils, qui s’associent dans la dédicace. Dans sept villages différents on retrouve bien des noms identiques, deux à chaque fois, qui pourrait laisser penser que l’on a affaire à la même famille, mais avec seulement le nom et le patronyme, il est difficile de l’affirmer ; certains noms sont d’une grande fréquence dans la région.

  • 137 Sanamein : PAES, III, 652 = XIV, 548 ; Mismiyyeh : W., 2528 a = XV, 5 et XV, 21.
  • 138 Meshkuq : PAES, III, 177 = XVI/2,1310.
  • 139 Bosra : ΧIIΙ/2,9476.
  • 140 Ezra : XIV, 192.
  • 141 Kafr : PAES, ΠΙ, 672 = XVI/1,405 par le « protedor » Maximus.
  • 142 Atil : W., 2374 a = XVI/1, 114.
  • 143 Suweida : XVI/1,337.
  • 144 Mismyyeh : W., 2526-27 et 2536 a = XV, 2,3,20 ; Shaqra : Musée, 164 = XV, 154.
  • 145 Nimreh : XVI/2,730 ; Uyun : W., 1984 b = XVI/2, 1158.
  • 146 Ewing, 137 = XVI/1, 165.
  • 147 W., 2399 = XVI/1, 34.

26Il est en revanche une catégorie d’individus qui figure régulièrement à toutes époques et abondamment dans les dédicaces de monuments, ce sont les soldats. Pas moins de cinquante inscriptions rappellent les constructions effectuées par des militaires, même si nous ne savons pas toujours quel monument précis ils ont construit. Quand cela est précisé, nous constatons que les simples soldats, notamment ceux de la garnison de Bosra, se contentent de consacrer des autels en ex-voto. En revanche, les gradés et les vétérans participent à des constructions de plus grande envergure : des temples137, une tour138, une salle de banquet139, deux kamara140, un « salathon »141, ou des parties d’entre elles comme des portes142, des niches avec leurs cimaises143, des statues144, des pavages145, ou encore des dons d’argent (150 drachmes à Qanawat pour l’autel monumental146, de 300 à 450 drachmes à Kafr Laha pour un monument inconnu147). En outre, dans un grand nombre de cas, le fait que l’inscription soit gravée sur un linteau, même si nous ignorons la nature du monument, indique qu’il s’agissait d’une construction et non d’un simple autel.

  • 148 Bosra : ΧΙII/1,9422 ; Mzeirib : XIV, 306 ; Umm al-Jimal : PAES, ΙII, 284.
  • 149 Umm es-Zeitun : PAES, III, 66513 = XV, 447 et Juneineh : RB, 1932,50 = XVI/2,665.
  • 150 El Hoyyeh : MSM, 64 = XVI/2,950 et Sahwet el-Khodr : W., 1969 = XVI/1,457.
  • 151 Jmarrin : PAES, III, 603 = XIII/2, 9663 ; Busan : PAES, III, 735 = XVI/2, 896 ; Kharaba : MSM, 164 (...)
  • 152 Majdal : W., 2405 = XVI/1, 43.

27Les soldats apparaissent donc dans cette région, et tout particulièrement les vétérans, comme des notables dont l’aisance leur permet d’investir, à titre privé et comme évergètes, dans les constructions de leur cité d’origine ou d’adoption. Mais, chose curieuse, ils n’en sont pourtant pas les magistrats. On ne relève en effet que trois exemples seulement de soldats bouleutes148, deux de soldats-pronoètes149, et deux qui sont également trésoriers sacrés150. Cette constatation de leur présence très fréquente dans les inscriptions édilitaires des villes et villages du Hauran ne vient que confirmer ce que nous avions déjà relevé à propos de leurs tombeaux monumentaux construits dans les villages « sur les revenus du service »151 et parfois, en même temps, « sur les revenus de la terre »152

  • 153 Waqm : PAES, III, 788 = XV, 318 ; Umm el-Liwan : PAES, III, 722 ; Majadel : PAES, III, 787 et 7877(...)
  • 154 Hebran : PAES, m, 659 = XVI/1,432 ; Sur : XV, 104 ; Umm Taiyeh : PAES, III, 37.
  • 155 Harran : W., 2460 = XV, 262 ; Kerak : W., 2412 f = XIII/2, 9801.
  • 156 Sahwet Balatah : RB, 1933, 160 = XVI/1, 372.
  • 157 Juneineh : W., 2188 = XVI/2, 671.
  • 158 Sanamein : PAES, III, 655 et 6551 = XIV, 554 et 555.
  • 159 Mismiyyeh : W., 2525 et 2530 = XV, 1 et 17.
  • 160 Lubbein : PAES, m, 793, 7931 et 7932 = XV, 275-277.
  • 161 Damit el-Aliyyah : PAES, ΙΠ, 800 et 8007 = XV, 298-299.
  • 162 Ezra : W., 2481 = XIV, 172 ; W., 2497 = XIV, 179 ; W., 2480 = XIV, 191.
  • 163 Mushennef : W., 2213 = XVI/2,830.
  • 164 Sur : Ewing, 61 = XV, 96.
  • 165 Sia : W., 2367 = XVI/1, 266.
  • 166 Zebireh, « Les Arisenoi et les Iachphineroi » : W., 2512 = XV, 90 ; Kafr Laha, « la tribu des Sax. (...)
  • 167 W., 2332 = XVI/1,190.
  • 168 A. SARTRE-FAURIAT, op. cit. = XVI/1,331.
  • 169 ΧΠΙ/1,9029 et 9104.

28Il reste enfin à évoquer les nombreuses inscriptions, une cinquantaine de textes suffisamment clairs, qui mentionnent des constructions assurées par les collectivités elles-mêmes. Dans ces villages, les magistrats locaux apparaissent comme simples exécutants et surveillants de la bonne marche des constructions, effectuées à « frais commun de tout le village » ou « par une libéralité commune »153, ou encore « sur les fonds sacrés »154. Dans d’autres cas, l’édification est signée par les villageois seuls : « le village »155, « les habitants du village »156, « la communauté entière »157, « la communauté des Airésiens »158, « les Phainésiens »159, « la communauté d’Agraina »160, « la communauté de Damatha »161, « les Saaméniens de Zorava », « les habitants de Zorava », « les habitants de la métrokomia de Zorava »162, « le koinon des Manéens »163, « le koinon des Sauroi »164, « le koinon des Seeiniens »165. Parfois, ce sont les noms des tribus, ethniques plutôt que civiques (encore que le problème soit posé), qui sont indiqués166. Ce mode de financement collectif est également attesté dans les cités, comme à Qanawat où c’est « la cité » qui a financé la statue d’Elagabal et Iulia Maesa167, à Suweida où le nymphée est construit par « la cité » (à cette date, Suweida est une bourgade du territoire de Qanawat)168, ou à Bosra dans le cas d’autels169.

  • 170 XV, 40.

29Le nombre même de ces inscriptions villageoises interdit d’y voir un simple épiphénomène. Il est clair que les communautés géraient des finances publiques, alimentées par des locations de boutiques (cf. plus haut l’existence de boutiques publiques) ou de terres, par l’encaissement de taxes ou d’amendes (celles des violations de tombeaux), et que les temples, eux aussi, avaient leurs propres revenus provenant des dons des fidèles, ou de l’exploitation de terres (existence de hiérodules à Sahr170).

  • 171 W., 2399 = XVI/1, 34.
  • 172 W., 2412 f = XIII/2, 9801.
  • 173 PAES, III, 7877 = XV, 459.
  • 174 PAES, III, 363-364 = XVI/2,626 et 627.

30Certes, il arrive parfois que les biens de la communauté ne suffisent pas, il est alors fait appel à des particuliers qui y vont de leur obole supplémentaire, jouant ainsi les évergètes. Ils sont alors nommés dans la même dédicace, comme à Kafr Laha où ce sont trois vétérans qui, en complément de la collectivité, ont donné chacun respectivement 300, 400 et 450 drachmes entre 235 et 238 ap. J.-C.171 ; à Kerak, un particulier a rajouté 570 deniers en 253-254 ap. J.-C. pour la construction de la maison commune172 ; à Majadel, c’est le terrain pour l’édifier qu’ont donné deux frères, sans doute habitants et propriétaires dans le village173. Et à Hayat, malgré la mise en commun des fonds de la caisse du village et de celle du trésor sacré pour la construction du tychéion qui coûtait 60 000 deniers, un père avec ses fils, sans doute notables du village, ont donné 3 000 deniers, puis, l’un des fils avec ses enfants a, quant à lui, donné 2 000 drachmes, plus une porte174.

  • 175 LIBANIOS, XXXVIII, 2,15-20.
  • 176 M. SARTRE, « Vie municipale et intégration des notables dans la Syrie et l’Arabie romaine », Acta (...)

31Comme on vient de le voir, les constructions monumentales dans le Hauran sont majoritairement le fait de multiples donateurs et non pas celui de la seule générosité des magistrats et liturges des cités et des villages. C’est un peu comme si personne n’étant suffisamment riche pour assumer le pouvoir et ses charges, il fallait recourir à de multiples dons afin que les cités, et les petites agglomérations, dans l’espoir de promotion, puissent se donner l’apparence de vraies villes. Cela veut-il dire que les grandes fortunes n’existaient pas, ou en nombre insuffisant pour permettre d’assumer les obligations ou les ambitions de ces communautés ? On citera l’exemple au ive siècle du rhéteur hauranais Gaudentios, ancien élève de Libanios que ce dernier décrit comme un homme pauvre, et qui fut, ainsi que son fils, exempté de charges curiales à Antioche175. Le faible nombre de cités, le très faible nombre de citoyens romains avant 212 chez les magistrats, ainsi que les rares accessions aux ordres supérieurs dans le Hauran sont-ils une autre illustration de cette relative pauvreté et de l’absence d’investissement personnel176 ? Le recours massif à tous ces soldats, dont on ne sache pas qu’ils soient si riches en général, malgré leurs privilèges, est-il le signe que, dans le Hauran, ils passent pour des nantis, dans la mesure où le riche est toujours celui qui a un peu plus que les autres ?

32Les modalités d’accès aux magistratures et aux liturgies, ainsi que les obligations qui en découlaient sont très mal connues dans le Hauran, faute d’une documentation claire sur le sujet. Tout aussi méconnue est la question de l’importance des fortunes et de leur origine. Ce dernier point mérite d’être approfondi, mais à l’heure actuelle, les réponses passent certainement par une meilleure connaissance de la répartition et de la nature de la propriété foncière dans la région. Elle permettra peut-être d’expliquer les différences que révèlent plusieurs indices entre les comportements socio-économiques des habitants de la plaine à l’ouest et ceux de la montagne à l’est.

Notes

1 Cette région du basalte qui forme une unité géographique et de peuplement homogène n’appartint à la même unité administrative que sous Septime Sévère qui rattacha le nord du Hauran (auparavant dans la province de Syrie) au sud, au sein de la province d’Arabie.

2 La majorité du reste est constitué par des stèles funéraires individuelles, quelques bornes milliaires ou de limites de territoire, quelques dédicaces à des empereurs ou à des officiers de la légion. Cf. IGLS, XIII, Paris, 1982 et IGLS, XIII/2, XIV, XV, et XVI (à paraître, c’est pourquoi les références mentionneront l’actuelle publication où les inscriptions sont accessibles et leur futur numéro dans IGLS ; quand seul le numéro IGLS est indiqué, c’est que l’inscription est inédite).

3 A. SARTRE-FAURIAT, Des tombeaux et des morts, 2 vol., BAH, Beyrouth, sous presse.

4 Cent quatre vingt quinze inscriptions seulement sont datées, dont 11 du ier siècle, 42 du iie, 41 du iiie, 55 du ive, 14 du ve et 32 du vie siècle.

5 Sur les 41 inscriptions datées du iiie siècle, 20 le sont d’après 250.

6 Mleihat Hizkin : R. DUSSAUD et F. MACLER, Rapport sur une mission scientifique dans les régions désertiques de la Syrie moyenne, Paris, 1908, n° 7 (abrégé ensuite MSM) = IGLS, XV, 73 ; Sur : XV, 104, seul le mot « maison » est gravé dans la pierre, mais l’intervention des responsables du village dans la construction plaide pour une maison de village. Cf. infra ; Waqm : E. LITTMANN, D. MAGIE, D. R. STUART, Publications of the Princeton University Archaeological Expéditions to Syria in 1904-1905 and 1909, Leyde, 1913-1921, n° 788 (abrégé ensuite PAES) = XV, 318 ; Majadel : PAES, III, 78T7 = XV, 459 ; Tafha : W.-H. WADDINGTON, Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris, 1870, n° 2169 (abrégé ensuite W.) = XVI/2, 723 et W. K. PRENTICE, Publications of an American Archaeological Expédition to Syria in 1899-1900, New York, 1908, n° 388 (abrégé ensuite AAES) = XVI/2, 724 ; Bousan : PAES, III, 732 = XVI/2, 875 ; Rusheideh : MSM, 74 = XVI/2, 925 ; Majdal esch-Shor : PAES, III, 705 = XVI/2,1015 ; Awwas : W., 2045 = XVI/2,1031 ; Muarribeh : PAES, III, 611 = XIII/2,9692 ; Kerak : W., 2412 f = XIII/2,9801.

7 Ezra : XV, 192 ; Mebna el-Beit : W., 2426 b = XV, 359 ; Sijin : XVI/1, 49 ; Mushennef : W., 2220 = XVI/2, 835 ; Bousan : W., 2240 = XVI/2, 883 ; Shenireh : M. DUNAND, « Nouvelles inscriptions grecques et latines du Hauran et du Djebel Druze », Revue Biblique, 42,1933, p. 250, n° 220 (abrégé ensuite RB, 1933) = XVI/2,1356.

8 Damit el-Aliya : PAES, III, 8005 = XV, 302 ; Mushennef : W., 2219 = XVI/2, 834.

9 Waqm, où l’inscription est en place : PAES, III, 788 = XV, 318. Cf. H. C. BUTLER, PAES, II A7, p. 417, ill. 357 et Qanawat : W., 2219= XVI/2, 834. Cf. R. BRUNNOW et A. VON DOMASZEWSKI, Die Provincia Arabia, III, 2, Strasbourg, 1909, p. 116-118 (abrégé ensuite PA).

10 Ce type de disposition se retrouve dans l’aménagement de la salle principale des habitations privées du Hauran depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. Cf. F. VILLENEUVE, « L’économie rurale et la vie des campagnes dans le Hauran antique (ier siècle av. J.-C.-viie siècle ap. J.-C.). Une approche », Hauran I, J.-M. Dentzer éd., Paris, 1985, p. 63-136.

11 Smeid : PAES, III, 7863 = XV, 479.

12 XIII/2, 9476 a.

13 Dhakir : R. E. BRUNNOW et A. VON DOMASZEWSKI, PA, n° 22 = XV, 501 où il s’agit d’une rénovation ; Juneineh : W., 2189 = XVI/2, 668 ; Sur : XV, 104 ; Awwas : PAES, ΙΠ, 701 = XVI/2, 1030, la seule qui soit datée de 330-331 ap. J.-C.

14 W., 2305 = XVI/1, 331. Cf. A. SARTRE-FAURIAT, « Le nymphée et les adductions d’eau à Soada-Dionysias de Syrie au iie siècle ap. J.-C, Hommage à E. Frézouls », Ktéma, 17, 1992 (1996), p. 133-151.

15 W., 1963 = XVI/2, 1189.

16 W., 2239 = XVI/2, 877.

17 W., 2480 = XV, 191. Aucun édifice thermal, dont certains visibles encore sur place, n’a livré d’inscription dédicatoire, c’est le cas des thermes de Bosra. Ceux de Shahba furent certainement construits par Philippe l’Arabe, responsable de la construction de l’ensemble des monuments de la ville lorsque celle-ci devint colonie en 244 ap. J.-C.

18 F. VILLENEUVE, op. cit., suggère que les « maisons communes » pouvaient également servir à héberger des hôtes, en raison des multiples placards ménagés dans les murs. Pour ma part, je préférerais voir dans ces placards des maisons communes les espaces de rangements pour les archives de la communauté.

19 W., 2462 = XV, 263.

20 W., 2408 = XVI/1, 59.

21 W., 2327 = XVI/1, 339. Selon IGLS, IV, 1397, 1750 et IGLS, V, 2155, ces gîtes d’étape, placés comme ici sous la protection de « saint Théodore », seraient destinés aux troupes dont ce saint est l’un des protecteurs avec saint Longin, saint Georges et saint Serge. Le fait qu’à Suweida il soit fait référence à l’évêque sous lequel le bâtiment a été construit conduirait plutôt à en faire un hospice, mais on peut comprendre aussi qu’il s’agit de dater ainsi la construction. On signalera l’existence d’un autre édifice de ce type, à Mismiyyeh, connu par la copie sur le montant de droite de la porte du temple de la lettre du gouverneur Iulius Saturninus aux habitants de Phainéia-Mismiyyeh du Trachôn, entre 183 et 185 ap. J.-C. Dans sa lettre, le gouverneur rappelle que les habitants ne peuvent être tenus à l’hospitium chez eux puisqu’ils ont une auberge publique (ξένων ). Cf. W., 2524 = IGLS, XV, 13.

22 W., 2309 = XVI/1,333. En l’an 10 de Commode, soit 189 ap. J.-C.

23 W., 2374 c = XVI/1,121 ; ΡΑ, 2029 et 20210 = XVI/1,122-123.

24 XVI/1, 201.

25 XVI/2, 878.

26 PAES, m, 758 = XVI/2,738.

27 M. DUNAND, Le Musée de Soueida. Inscriptions et monuments figurés, Paris, 1934, n° 163 (abrégé ensuite Musée) = XV, 254.

28 W., 2342 = XVI/1, 199.

29 PAES, ΙΠ, 180 = XVI/2, 1317. D’après H. C. BUTLER, PAES II A2, p. 131, l’inscription viendrait plutôt de Meskuq où le théâtre aurait été associé au temple de ce village. On remarquera encore une fois que les inscriptions concernant la construction d’édifices de spectacle sont rares alors que l’on peut voir des théâtres dans de nombreux sites comme Bosra, Shahba, Suweida, Shaqqa, Sahr, Deraa.

30 Comme pour les édifices de spectacle, nombreux sont les temples encore en place, dont ne subsiste aucune dédicace. C’est le cas de temples à Bosra, Sleim, Rimet Azem, Maiyamas, Mutayyeh...

31 PAES, ΠΙ, 6552 = XIV, 558.

32 W., 2514 = XV, 76.

33 PAES, III 186 = XVI/2, 1289.

34 PAES, III, 670 = XVI/1, 404.

35 PAES, III, 24.

36 XIV, 265.

37 XVI/1,144 ; PAES, III, 410b = XVI/1,145 ; AAES, III, 409 = XVI/1,146 ; AAES, III, 407 = XVI/1, 147 ; M. DUNAND, « Nouvelles inscriptions grecques et latines du Hauran et du Djebel Druze », Revue Biblique, 41, 1932, n° 57 (abrégé ensuite RB, 1932) = XVI/1, 148 ; PAES, III, 408 = XVI/1, 149 ; PAES, III, 410 = XVI/1, 150 ; PAES, III, 410 a = XVI/1, 151 ; PAES, III, 411 = XVI/1, 152 ; XVI/1,153 ; PAES, III, 413 = XVI/1,154 ; PAES, III, 413 a = XVI/1,155 ; XVI/1,156-157.

38 Sanamein : PAES, III, 654 = XIV, 553 ; Tarba : W., 2203 b = XVI/2, 774 ; Mushennef : W., 2218 = XVI/2, 832 ; Samma : XIII/2,9844.

39 Atil : W., 2372 = XVI/1, 111 ; Qanawat : XVI/1, 202 ; Suweida : Musée, 21 = XVI/1, 305 et XVI/1, 337.

40 Mismiyyeh : W., 2533-2535 = XV, 8-10 en raison de la gravure des inscriptions sur les bases des colonnes situées en façade du temple ; Dhakir : ΡΑ, 20523 = XV, 496 ; Sleim : XVI/1, 79 ; Atil : AAES, III, 427 a = XVI/1, 111 ; Qanawat : cf. note 37 ; Dail : XIV, 350 ; Hayat : W., 2102 = XVI/2, 624 ; Bosra : ΧΙΠ/1, 9117.

41 On traduit ainsi le terme γων(ί)α à Juneineh : RB, 1932,45 = XVI/2, 664 ; à Bosra : ΧΠΙ/1, 9030 le mot traduit ainsi est le terme παραστάδοκ, je préférerais quant à moi le terme « antes » ou « parastases » comme c’est le cas à Atil : AAES, III, 427 a = XVI/1, 111.

42 Majadel : PAES, III, 7S73 = XV, 462 ; Qanawat : XVI/1,143 ; Hit : XVI/2,594.

43 Harran : W., 2469 = XV, 266 ; Mushennef : W., 2216 = XVI/2, 812 ; Damit el-Aliya : W., 2453 = XV, 297.

44 Arica : XV, 342.

45 Hebran : W., 2288 = XVI/1, 430.

46 Bosra : XIII/1, 9112.

47 Shahba : W., 2080 = XV, 416 ; Deir el Leben : W., 2394 = XVI/1, 26 ; Sia : AAES, III, 431 = XVI/1, 284.

48 Bosra : XIII/1, 9111 ; Smeid : PAES, III, 786 = XV, 477.

49 Bosra : XIII/1, 9030.

50 Tafas : XIV, 261 ; Mushennef : W., 2217 = XVI/2, 838 ; Imtan : W., 2034-2035 = XVI/2,1334-1335, où il s’agit de la rénovation du portique d’une avenue, détruit par un tremblement de terre ; Bosra : XIII/1, 9122.

51 Heit, mosaïque sur le sol d’une église : XIV, 331 ; Dael (έπλάκωσας ) : XIV, 350 ; Ezra (πλακώσω) : XV, 196 ; Smeid (στρώσις) : PAES, III, 786b = XV, 478 ; Qanawat : XVI/1, 200 ; Nimreh (στρώσις) dans le sanctuaire du dieu Lycurgue : XVI/2, 730 ; Busan dans le mithreum (πλακώσις) : XVI/2, 873 ; Uyun dans le sanctuaire : W., 1984 b = XVI/2,1158 ; Bosra sous un portique : XIII/2, 9498 ; Kerak, mosaïque : XIII/2, 9804 ; Musée de Damas (στρώσις), provenance exacte inconnue : XTV, 612.

52 Dhakir : XV, 498 et Ρ A, 20525 = XV, 499, en raison de l’emplacement sur lequel sont gravées les dédicaces ; Atil : AAES, III, 427 a = XVI/1,111.

53 Jadel : PAES, III, 799 = XV, 92 ; Mushennef : XVI/2, 823, déduit de la nature du bloc sur lequel l’inscription est gravée.

54 Nimreh : XVI/2, 731.

55 Ezra : M. DUNAND, « Nouvelles inscriptions du Djebel Druze et du Hauran », Archiv Orientalni, 18, 1950.. nJ 368 (abrégé ensuite AO) = XV, 183 et XV, 184-185. Dans l’église Saint-Georges et l’église Saint-Élie, des blocs portent des inscriptions avec la simple mention « en offrande ».

56 Bosra : XIII/1, 9107 ; Sheikh Saad : XIV, 346 ; El Harrah : XIV, 490 ; Aqrabat : W., 2413 b = XIV, 512, « battants de la porte avec le décor pour Zeus Maleikathos », en 69-70 ap. J.-C. ; Sanamein : PAES, III, 6553 = XIV, 559 et W. EWING, « Greek and other Inscriptions collected in the Hauran », PEFQS, 1895, n° 46 (abrégé ensuite Ewing) = XIV, 561 « pour Zeus Kyrios », en 32 ap. J.-C. ; Shaarah : PAES, III, 8037 = XV, 62 ; Ezra : XV, 173 et W., 2483 = XV, 193 « pour le sanctuaire de Zeus » ; Waqm : PAES, III, 7883 = XV, 321 ; Ariqah : W., 2438 = XV, 338 en 126 ap. J.-C. ; Rimet el-Lohf : PAES, III, 7841 = XV, 385 ; Lahteh : W., 2538 a = XV, 487 ; Kholkholeh : XV, 512 « pour le dieu » ; Atil : W., 2374 = XVI/1,109 « pour le dieu de Ousaiathos », W., 2374 a = XVI/1, 114 en 211-212 ap. J.-C, inédit = XVI/2, 120 « pour les dieux » ; Sia : AAES, III, 431 = XVI/1, 284 ; Shaqqa : W., 2140 = XVI/2, 502 « pour le dieu Mégisthos » ; Hit : XVI/2, 594 et W., 2117 = XVI/2, 598 « pour le dieu » ; Hayat : W., 2096 = XVI/2, 627 ; Bteineh : R. DUSSAUD et F. MACLER, Voyage archéologique au Safa et dans le Djebel Druze, Paris, 1901, n° 1 (abrégé ensuite Voyage) = XVI/2, 644 « pour Zeus Kyrios » ; Nimreh : W., 2184 = XVI/2,739.

57 PAES, ΠΙ, 6553 = XIV, 559 et Ewing, 46 = 561.

58 XIII/1, 9107.

59 Juneineh : RB, 1932, 50 = XVI/2, 665 ; Shenireh : XVI/2,1359 ; Jizeh : MSM, 155 = ΧΠΙ/2,9715.

60 Sanamein : Ewing, 46 = XIV, 561.

61 Bosra : XIII/1, 9104, où la dédicace, faite par la cité, est gravée sur un linteau, datée de 181 ap. J.-C. par le nom du gouverneur Flavius Iulius Fronto ; Sleim : RB, 1932, 81 = XVI/1, 73, l’inscription est gravée sur un linteau ; Qanawat : W., 2345 = XVI/1, 141 où il est question de la consécration du terrain avec l’autel et Ewing, 137 = XVI/1, 165 où un don de 150 deniers a été consacré pour l’autel ; Deir el Leben : W., 2395 = XVI/1, 27 en raison de l’implication de plusieurs notables du village dans cette construction (έκτίσθη ) d’autel pour Zeus Anichetos Helios.

62 De la Paix et d’Isis à Mismiyyeh : W., 2526-2527 = XV, 2-3 ; d’aigle à Khureibat : PAES, ΙII, 789 = XV, 324 ; Bosra : XIII/1, 9003 et Harisè avec un lion : RB, 1932, 54 = XVI/2, 935 ; d’Athéna à Arica : Musée, 56 = XV, 334 et Amra : W., 2081 = XVI/2, 572 ; d’Hermès à Hébran : PAES, ΠΙ, 661 = XVI/1, 437 et Hayat : AAES, III, 464 d = XVI/2, 620 ; de Ganymède à Hit : W., 2118 = XVI/2, 591 et à Hayat : AAES, III, 364 a = XVI/2, 619 ; d’Aphrodite à Hayat : AAES, ΙΠ, 364 b = XVI/2, 618.

63 PAES, III, 654 = XTV, 553.

64 ΧIIΙ/1, 9107.

65 Sahr : PAES, III, 805 = XV, 39 ; Mseikeh : PAES, III, 7951 = XV, 141 ; Shaqqra : Musée, 164 = XV, 154 ; Ezra : W., 2479 = XV, 171 ; Kharsah : PAES, III, 7901 = XV, 325 ; Walgha : W., 2410 = XVI/1, 63 ; Qanawat : XVI/1,173 ; Sweida : XVI/1, 308 ; Hayat : XVI/2, 621 et avec un aigle : W., 2099 = XVI/2,622 ; Ajeilat : XVI/2,794 ; Mushennef : Musée, 55 = XVI/2, 819.

66 Sanamein : PAES, III, 653 a-d = XTV, 549-552 ; El Harrah : XIV, 489.

67 Bosra : ΧIII/1, 9008 et 9009.

68 Bosra : XIII/1, 9024.

69 Musée de Suweida : Musée, 162 = XVI/1,271.

70 XIV, 10,14,18,19 ; PAES, III, 636 = XIV, 15 entre 255 et 275 ap. J.-C.

71 Adraha : XTV, 16, en 263-264 ap. J.-C. ; Nimreh : W., 2173 = XVI/2,736 et Voyage, 12 = 737 ; Bosra : XIII/1,9108, en 278-279 ap. J.-C. et XIII/2, 9499, sous Justinien.

72 Adraha : XIV, 14 et PAES, III, 636 = 15, en 262-263 ap. J.-C. ; Shaqqa : W., 2142 = XVI/2, 512 ; Rameh : RB, 1932,131 = XVI/2,808 ; Orman : PAES, ΙΠ, 689 et 696 = XVI/2,1065 et 1066, en 372-373 ap. J.-C. ; Salkhad : Mission, 36 = XVI/2, 1118, en 351-352 ap. J.-C. ; Imtan : RB, 1933, 196 = XVI/2, 1336, en 485-486 ap. J.-C. « construite à l’abri du danger » ; Mesquq : PAES, ΙΠ, 177 = XVI/2,1310 en 391 ap. J.-C. ; Inak : PAES, III, 224 = XVI/2,1367, en 348-349 ap. J.-C. ; Jmarrin : XIII/2, 9660, rénovation sous Justinien ; Nahiteh : XIII/2, 9857, réparation en 392-393 ap. J.-C. ; Bosra : XIII/1, 9105, 9115 (restauration), XIII/1, 9118 (agrandissement), ΧIII/1, 9130, 9135, 9136, en 540 ap. J.-C. et ΧIII/1, 9106 en rapport aussi avec des fortifications ; Orman : PAES, III, 689 et 696 = XVI/2,1065 et 1066, en 372-373 ap. J.-C.

73 Bteineh : Voyage, 3 = XVI/2, 650 ; Juneineh : W., 2188 = XVI/2, 671 ; Rdeimeh Sharquiyeh : RB, 1932, 108-107 = XVI/2, 688-689, en 349-350 ap. J.-C. ; Iraj : W., 2194 = XVI/2, 701, en 351-352 ap. J.-C. ; Sleim : XVI/1,75, en 345-346 ap. J.-C. « pour la sécurité des voyageurs ».

74 Qasr el Baiq : PAES, III, 21, en 411 ap. J.-C. ; Deir el Kahf : PAES, III, 228 et 229, en 306 et 367-368 ap. J.-C.

75 Camp pour une cohorte à Teima : XVI/1,708, en 296 ap. J.-C.

76 Taaleh : XIII/2,9820, en 145 ap. J.-C. ; Bosra : XIII/1,9123, en 490-491 ap. J.-C.

77 Dhibbin : Voyage, 70 = XVI/2,1212 ; Qanawat : XVI/1,197.

78 Qanawat : XVI/1, 194.

79 Mellah : MSM, 61 = XVI/2, 981, en 485-486 ap. J.-C. On pourrait suggérer de restituer πόλ[ος], « cadran solaire », dans la mesure où nous en avons déjà un exemple au musée de Suweida.

80 Qanawat : XVI/1, 144 et 170 qui peut convenir pour[δí]στµλoν et [περί]Ιστυλον. On préférera toutefois la première solution, en raison de la présence du même mot en entier dans une autre inscription de Qanawat : W., 2347 a = XVI/1,171.

81 Kafr Shams : Ewing, 33 = XIV, 534.

82 Shaqqa : W., 2161 = XVI/2, 513. À moins qu’il faille suivre H. C. BUTLER (PAES, II A2, p. 112) qui propose de traduire ce mot par « mangeoires », et qui rapproche cette inscription de l’aspect d’un bâtiment encore en place à Subbiyeh (ill. 88) où l’étable, largement ouverte en façade par une arcade, comporte des mangeoires sur trois côtés.

83 Shaqqa : AAES, IIΙ, 377 = XVI/2,514 et RB, 1932,10 = XVI/2,515.

84 PAES, III, 169 = XVI/2, 1016, rénové en 430-431 ap. J.-C. L’inscription était en place sur l’arc transversal qui enjambait la pièce principale à l’étage de la maison.

85 RB, 1933,224 = XVI/2,1246, en 314-315 ap. J.-C.

86 PAES, TU, 209.

87 PAES, ΙΠ, 696 = XVI/2,1066, en 372-373 ap. J.-C.

88 F. VILLENEUVE, op. cit., p. 98. Cf. H. C. BUTLER, PAES, II, A2, p. 120, ill. 95, pour la maison de Majdal esch-Shor et PAES, II A2, p. 141, ill. 125 pour celle d’Umm el-Qottein.

89 Hayat en 578 ap. J.-C. : W., 2110 = XVI/2, 628 ; Malikiyyeh : W., 2199 = XVI/2, 696 ; Saleh : XVI/2, 907 ; Mellah : PAES, ΙΠ, 717, 718 = XVI/2, 980,983 et RB, 1933, 212 = XVI/2, 984 ; Deir el-Mayas : W., 2053 b = XVI/2, 1383. Cf. Y. KUBINSKA, « L’ATAH et le ΦΘΟΝΟΣ dans deux inscriptions du Hauran de l’époque du Bas-Empire », Eos, n° LXXIX, 1991, p. 195-198 et A. SARTRE-FAURIAT, Des tombeaux et des morts, op. cit., vol. II, pour les tombeaux construits dans les αύλαί.

90 PAES, III, 672 = XVI/1, 405. E. LITTMANN (PAES, III A, 672) suggère un rapprochement soit avec le latin tardif sala, soit avec un dérivé du perse sradha-, qui signifie « portique » ou « cour ». Une autre mention de salathon se lit à Qanawat, mais l’inscription est fragmentaire et le souhait de longue vie qui la conclut n’aide pas à la compréhension du mot : W., 2358 = XVI/1, 195.

91 Voyage, 1 = XVI/2, 644. La mandra n’est que l’un des éléments du don fait en ex-voto, il se composait aussi d’une porte et de quelque chose d’autre dont le nom, un féminin, est mutilé. Une mandra est en principe un espace clos et par extension il peut désigner une étable ou une écurie. Sans exclure cette dernière possibilité, en raison du contexte dans lequel se trouve le mot il faut plutôt chercher un rapport avec l’aménagement du sanctuaire.

92 XV, 78. Le mot est gravé sur un autel à couronnement « en raison d’un voeu », pour le fils du dédicant. À défaut de trouver un sens à ce don, il s’agit peut-être d’une faute de gravure, reste à trouver laquelle.

93 PAES, III, 76513 et 76512 = XV, 447 et 448. L’inscription est en place sur un édifice ouvert par une large arcade en façade avec des niches de chaque côté et qui date du règne de Probus, soit 181-182 ap. J.-C. Selon H. C. BUTLER, l’ensemble était recouvert d’un dôme. Cf. M. de VOGÜÉ, Syrie Centrale. Architecture civile et religieuse du Ier au VIIe s., Paris, 1865, p. 41-43, pl. VI et H. C. BUTLER, PAES, II A5, p. 361. Ce nom de kalybé fut donné par de Vogué à plusieurs autres édifices du Hauran présentant des similitudes de plan, comme ceux de Hayat, Shaqqa, Bosra et Shahba. Dans ce dernier cas, il s’agit d’un édifice occupant le côté ouest de la place sur laquelle fut construit, entre autres, le mausolée dynastique de la famille de l’Empereur. Cf. G. AMER et M. GAWLIKOVSKI, « Le sanctuaire impérial de Philippopolis », Damaszener Mitteilungen, 2,1985, p. 1-15.

94 Tisiyyeh : PAES, III, 103 = XIII/2, 9601 ; Sleim : XVI/1, 82 ; Majdal esch-Shor : XVI/2,1020.

95 Breikeh : W., 2414 = XV, 406.

96 A. SARTRE-FAURIAT, Des tombeaux et des morts, op. cit., vol. II.

97 M. SARTRE, « Communautés villageoises et structures sociales d’après l’épigraphie de la Syrie du Sud, L’Epigrafia del villaggio », Epigrafia e antichità, 12, Faenza, 1993, p. 117-135.

98 Dion : XIV, 295 entre 118-135 ap. J.-C. ; Adraha : XIV, 18 en 269-270 ap. J.-C. ; Mismiyyeh : W., 2535 = XV, 10 ; Khabab : W. 2514 = XV, 76 en 303 ap. J.-C. ; Shaqqra : W. 2506 = XV, 152 ; Shahba : W. 2072 = XV, 419 en 244 ap. J.-C. ; Atil : RB, 1932, 78 = XVI/1,122 ; PA, 20210 = XVI/1, 123 ; RB, 1932, 77 = XVI/1,124 ; Qanawat : PAES, III, 413 = XVI/1,154 et W., 2341 = XVI/1,198 ; Raha : W., 2302 = XVI/1, 386 ; Mushennef : W., 2216 = XVI/1, 812 ; Ghariyeh : RB, 1933, 224 = XVI/2, 1246 ; Umm el-Qottain : PAES, III, 209 en 391-392 ap. J.-C, où il s’agit du même homme que dans l’inscription précédente où il ne donnait pas son titre ; Bosra : XIII/1, 9009, 9028.

99 Bosra : ΧIIΙ/1,9008 et 9111.

100 Adraha : XIV, 18.

101 Sleim : XVI/1,79.

102 Ezra : W., 2502 = XV, 176.

103 Tafas :XIV, 261.

104 Atil : RB, 1932, 78 = XVI/1,122 ; PA, 20210 = XVI/1, 123 ; RB, 1932, 77 = XVI/1,124 ; Qanawat : W., 2340 et 2341 = XVI/1,154 et 198.

105 Bosra : XIII/1, 9138-9131 et 9134 et 9135. Muarribeh : W., 2070 a = XIII/2, 9692 ; Kerak : W., 2412 f = ΧΙΠ/2, 9801.

106 W., 2331 a = XIII/2, 9815. C’est par la simple préposition διά que l’action du bouleute et des épimélètes est introduite.

107 XIV, 8,10 ; W., 2070 e = XTV, 13 ; XTV, 16.

108 ΧΠΊ/1, 9128 et 9129.

109 ΧΙΠ/1, 9108.

110 XVI/1, 75.

111 PAES, m, 224 = XVI/2, 1367.

112 RB, 1932,108 = XVI/2, 688.

113 XVI/2,9857.

114 Cf. note 14.

115 ΧΙΠ/1, 9134.

116 A. SARTRE-FAURIAT, op. cit., cf. note n° 14.

117 Imarrin : ΧIII/2, 9660.

118 Rakkam : R. DUNAND, Mélanges R. Dussaud, Paris, 1939, n° 289 (abrégé ensuite Mélanges) = XIII/2,9836.

119 Deir el-Adas : XIV, 593.

120 Buaidan : XIV, 611, pour Atargatis ; Hébran : Musée, 175 = XVI/1, 426, pour Zeus Keraunios ; Tafha : W., 2166 = XVI/2, 718 ; Qaisama : RB, 1933, 215 = XVI/2, 966 ; Salkhad : Mélanges, 260 = XVI/2,1097.

121 Sleim : W., 2380 = XVI/2, 72 par un prêtre d’Antonin et Commode ; Hébran : PAES, III, 661 = XVI/2,437 pour Hermès.

122 Des porte-flambeaux par d’anciens flamines à Bosra : XIII/1, 9008-9009.

123 Tarba : W., 2203 b = XVI/2, 774 « pour Athéna et le salut de son fils ».

124 Busan : W., 2249 = XVI/2, 890. Cette femme se présente comme l’épouse d’un martyr.

125 W., 2413 b = XIV, 512.

126 « Tiberius Aphianus Aianès et Vettius Iustus » : PAES, III, 794 = XV, 259.

127 « Pontios Ouros, Pontios Tannelos et Gafalos, fils de Gafalos » : ΡΑ, 20522 = XV, 501.

128 W., 2372 = XVI/1,111.

129 « Ouaros, fils de Kyrillos et Kyrillos son fils » : W., 2412 ρ = ΧΠΙ/2,9851.

130 « Kyriakos et Osebos son fils et ses enfants » : W., 2412 m = XIII/2,9858.

131 Shaqqa : W., 2145 = XVI/2,523 ; Murduk : W., 2391 = XVI/1,18 ; Feki : C. FOSSEY, « Inscriptions de Syrie », BCH, 21, 1897, n° 56 = XIV, 443 ; Nahit : W., 2412 1 = XIII/2, 9860 ; Ghariyyeh Sharquiyyeh : Voyage, 88 = XIII/2, 9773 et Mélanges, 310 = XIII/2, 9774 ; Majdal : W., 2405 = XVI/1,43. Cf. A. SARTRE-FAURIAT, Des tombeaux et des morts, op. cit., vol. II.

132 W., 2295 = XVI/1, 387.

133 XIII/1, 9134.

134 ΧΠΙ/1,9161-9163.

135 Voyage, 16 = XVI/2, 776.

136 XVI/2, 625.

137 Sanamein : PAES, III, 652 = XIV, 548 ; Mismiyyeh : W., 2528 a = XV, 5 et XV, 21.

138 Meshkuq : PAES, III, 177 = XVI/2,1310.

139 Bosra : ΧIIΙ/2,9476.

140 Ezra : XIV, 192.

141 Kafr : PAES, ΠΙ, 672 = XVI/1,405 par le « protedor » Maximus.

142 Atil : W., 2374 a = XVI/1, 114.

143 Suweida : XVI/1,337.

144 Mismyyeh : W., 2526-27 et 2536 a = XV, 2,3,20 ; Shaqra : Musée, 164 = XV, 154.

145 Nimreh : XVI/2,730 ; Uyun : W., 1984 b = XVI/2, 1158.

146 Ewing, 137 = XVI/1, 165.

147 W., 2399 = XVI/1, 34.

148 Bosra : ΧΙII/1,9422 ; Mzeirib : XIV, 306 ; Umm al-Jimal : PAES, ΙII, 284.

149 Umm es-Zeitun : PAES, III, 66513 = XV, 447 et Juneineh : RB, 1932,50 = XVI/2,665.

150 El Hoyyeh : MSM, 64 = XVI/2,950 et Sahwet el-Khodr : W., 1969 = XVI/1,457.

151 Jmarrin : PAES, III, 603 = XIII/2, 9663 ; Busan : PAES, III, 735 = XVI/2, 896 ; Kharaba : MSM, 164 = XIII/2, 9680 ; Rimet al-Lohf : W., 2419 = XV, 389 ; Saneh : W., 2253 a = XVI/2, 867.

152 Majdal : W., 2405 = XVI/1, 43.

153 Waqm : PAES, III, 788 = XV, 318 ; Umm el-Liwan : PAES, III, 722 ; Majadel : PAES, III, 787 et 7877 = XV, 458 et 459 ; Qreyeh : W., 1963 = XVI/2, 1189 ; Btheineh : W., 2127 = XVI/2, 649 ; Hit : W., 2113 = XVI/2,597.

154 Hebran : PAES, m, 659 = XVI/1,432 ; Sur : XV, 104 ; Umm Taiyeh : PAES, III, 37.

155 Harran : W., 2460 = XV, 262 ; Kerak : W., 2412 f = XIII/2, 9801.

156 Sahwet Balatah : RB, 1933, 160 = XVI/1, 372.

157 Juneineh : W., 2188 = XVI/2, 671.

158 Sanamein : PAES, III, 655 et 6551 = XIV, 554 et 555.

159 Mismiyyeh : W., 2525 et 2530 = XV, 1 et 17.

160 Lubbein : PAES, m, 793, 7931 et 7932 = XV, 275-277.

161 Damit el-Aliyyah : PAES, ΙΠ, 800 et 8007 = XV, 298-299.

162 Ezra : W., 2481 = XIV, 172 ; W., 2497 = XIV, 179 ; W., 2480 = XIV, 191.

163 Mushennef : W., 2213 = XVI/2,830.

164 Sur : Ewing, 61 = XV, 96.

165 Sia : W., 2367 = XVI/1, 266.

166 Zebireh, « Les Arisenoi et les Iachphineroi » : W., 2512 = XV, 90 ; Kafr Laha, « la tribu des Sax....enon » : RB, 1932, 76 = XVI/1, 32 ; Sia, « Tribu d’Ubayshat » : W., 2366 = XVI/1, 276 ; Bousan, « Les Saouréniens de Bosana » : RB, 1932, 136 = XVI/2, 869 ; Nejran, « Ceux de la tribu des Manieron » : PAES, m, 7854 = XVI/1,364.

167 W., 2332 = XVI/1,190.

168 A. SARTRE-FAURIAT, op. cit. = XVI/1,331.

169 ΧΠΙ/1,9029 et 9104.

170 XV, 40.

171 W., 2399 = XVI/1, 34.

172 W., 2412 f = XIII/2, 9801.

173 PAES, III, 7877 = XV, 459.

174 PAES, III, 363-364 = XVI/2,626 et 627.

175 LIBANIOS, XXXVIII, 2,15-20.

176 M. SARTRE, « Vie municipale et intégration des notables dans la Syrie et l’Arabie romaine », Acta Universitatis Wratislaviensis, n° 1874, Antiquitas, XXII, Wroclaw, 1997, p. 153-174.

Auteur

Université de Clermont-Ferrand II

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable