Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Instrumentalisation et légitimation du pouvoir patricien

Le rôle public des femmes des Vedii (ier-iiie siècles)1

François Kirbihler

Texte intégral

  • 1 Le livre de R. VAN BREMEN, The Limits of Participation : Women and Civic Life in the Greek East in (...)
  • 2 Cf. cependant quelques ouvrages vieillis, ou dont le propos était plus archéologique et épigraphiq (...)

1Dans les recherches en cours d’histoire sociale concernant l’Empire romain l’Asie Mineure occupe une place de choix : l’abondance du nombre d’inscriptions, particulièrement aux deux premiers siècles de notre ère, des fouilles en plein essor, quelques textes littéraires apportent une base documentaire bienvenue pour contrebalancer quelque peu l’écrasante masse papyrologique égyptienne. Cependant les monographies de cités ne sont guère nombreuses2, alors que des villes comme Éphèse ont joué un rôle non négligeable dans l’histoire générale de l’Antiquité ; cette dernière cité est d’une grande importance documentaire pour ses inscriptions civiques concernant les notables sur quatre siècles, de l’époque tardo-hellénistique à la fin du Haut-Empire.

  • 3 Particulièrement le volume VIII A (col. 565 se.).
  • 4 E. FONTANI, « I Vedii di Efeso nel II secolo D.C. », ZPE, n° 110, 1996, p. 227-235.

2Il ne pouvait être question dans le cadre forcément limité d’un article de fournir une étude globale des notables de cette cité ; on a choisi de travailler sur la famille la plus célèbre d’Éphèse, les Vedii. Étant donné que les hommes de cette gens ont fait l’objet d’articles dans la Pauly Wissowa3, et qu’un article de 1996 de la ZPE a tenté de faire le point sur les Vedii du iie siècle4, ce sont les femmes qui constituent aujourd’hui mon centre d’intérêt. Les femmes des Vedii n’ont à ma connaissance pas fait l’objet d’une présentation groupée.

3Elles sont attestées épigraphiquement dès l’époque de Tibère, mais avec d’importantes lacunes au ier siècle ; on peut les suivre ensuite de manière continue de l’extrême fin du ier siècle au début du iiie siècle.

  • 5 Keil a cru qu’ils pouvaient descendre d’un negotiator d’origine étrusque (le nomen est attesté dan (...)

4Elles appartiennent à une famille représentative de bien d’autres d’Asie Mineure. On constate que les Vedii, peut-être de lointaine origine italienne5, ont revêtu dès la fin du ier siècle de notre ère bon nombre des magistratures municipales d’Éphèse et en tout cas les plus prestigieuses d’entre elles, la prytanie et la fonction de secrétaire (grammateus). Il leur arrive au iie siècle ce qui arrive à d’autres notables d’autres provinces de l’Empire : de municipal, leur horizon d’activité devient progressivement provincial puis impérial.

5Il est vrai que dans le cas d’Éphèse les notables les plus en vue comme les Vedii ont une activité à cheval entre la vie de la cité et celle de la province, en particulier lorsqu’ils sont grands-prêtres de la province d’Asie ; ces derniers finançaient également des concours. C’est le cas pour des Vedii hommes et femmes, car il existe depuis le milieu du ier siècle des archiereiai responsables du culte à rendre aux impératrices.

  • 6 Cf. F. IACQUES et J. SCHEID, Rome et l’intégration de l’Empire, tome I, Les Sructures de l’Empire (...)

6À partir du règne d’Antonin la famille accède au rang sénatorial ; l’empereur, ancien proconsul de la province en 134-135 ou 135-136 a du connaître personnellement M. Cl. P. Vedius Antoninus Phaedrus Sabinianus appelé le « Maître de construction » par les fouilleurs autrichiens. Pour ce premier sénateur de la famille la carrière n’est pas longue puisque pour Vedius Sabinianus elle s’arrête à la questure de l’île de Chypre, une des moins considérées des 20 questures existantes6. Nous ne connaissons pas la carrière sénatoriale de son fils Papianus Antoninus, mais on ne peut que constater la force des liens subsistants avec la cité puisque les deux personnages ont tenu à avoir une carrière municipale, ce qui est encore le cas du beau-fils de Vedius Sabinianus, le sophiste Flavius Damianus. Ce dernier, fondateur grâce à son mariage avec Vedia Phaedrina de la branche des Flavii Vedii, aura quatre fils, dont trois obtiendront le consulat (T. Flavius Damianus, T. Flavius Phaedrus, T. Flavius Vedius Antoninus), sans doute sous le règne de Septime Sévère. Les carrières deviennent alors plus intéressantes, et T. Flavius Vedius Antoninus devient proconsul d’Afrique sous les derniers Sévères. Il épouse sans doute une fille de chevalier et aura à son tour trois fils devenus sénateurs vers la fin du règne des Sévères (v. 220-240).

7Il s’agit indubitablement d’une famille patricienne, si l’on suit les quatre critères que Claude Petitfrère a définis dans son discours d’introduction ; les familles jouent un rôle-clé dans leur ville par le cumul des conditions suivantes :

  • être enraciné dans la ville depuis longtemps ;
  • être riche ;
  • exercer le pouvoir, ou du moins du pouvoir ;
  • jouir de la considération des concitoyens.

8Les Vedii entrent indubitablement dans cette catégorie de famille de premier plan : ils étaient installés au début du iie siècle depuis plusieurs générations dans la ville, et y étaient assez attachés pour continuer, même sénateurs, à revêtir des magistratures locales ; ils étaient riches, leur fortune dépassant certainement le cens sénatorial d’un million de sesterces ; ils étaient une composante du pouvoir local, et les hommes de la famille ont détenu pendant quatre générations entre deux et cinq fonctions municipales au moins, ce qui, même dans les situations de collégialité antiques, implique une présence au-dessus de la moyenne ; en y ajoutant les magistrats féminins de la famille et les occasions de paraître dues à un somptueux évergétisme, leur présence dans les « affaires » de la cité paraît une des plus actives parmi les grandes familles éphésiennes ; leurs concitoyens ne leur ont pas mesuré les honneurs, et si nous connaissons relativement bien l’action de ces gens, c’est en grande partie par les inscriptions honorifiques (en même temps bases de statues) décernées par Éphèse. Un des centres d’intérêt de cette famille réside dans l’utilisation des femmes, qui ne se sont pas contentées d’être des mères ou des épouses discrètes. C’est à elles que s’intéresse ce travail.

9Pour cette étude ont été retenus en tout dix individus. Se posait de prime abord le problème de la définition du groupe ; deux cas de figure sont en effet envisageables :

  • soit il s’agit de filles biologiques des Vedii ou de membres assimilés comme Flavius Damianus qui permit à la famille de survivre par le biais des Flavii Vedii ;
  • soit il s’agit d’épouses, par définition issues d’autres familles, ce qui nous renseigne à tout le moins quant aux stratégies familiales suivies par cette famille.

10J’ai retenu les deux critères, estimant que si les premières aidaient à montrer le rôle important de la famille à l’intérieur de la cité, les épouses pouvaient (en plus de cette première raison) laisser entrevoir leurs relations.

11Les Vediae apparaissent en effet dans toutes les possibilités de participation des femmes à la vie publique de la cité :

  • l’évergétisme était depuis longtemps ouvert aux femmes et les Vediae n’ont pas manqué d’utiliser leur fortune pour des constructions ou souscriptions ;
  • elles ont parfois revêtu des fonctions à caractère public, comme les prêtrises et des magistratures éponymiques à caractère sacré ;
  • elles ont bien entendu constitué un élément-clé des stratégies familiales ;
  • enfin, signe de récompense et de reconnaissance, elles ont fait l’objet d’inscriptions et de statues honorifiques sur emplacement public.

Les femmes bienfaitrices

  • 7 P. GAUTHIER, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs, Paris, 1985 (BCH, Suppl. 15).
  • 8 Cf. par exemple M. SARTRE, L’Orient romain, Paris, 1991, p. 148-149.
  • 9 ÖJH, n° 59, 1989, Beibl., p. 198-209, n° 37 A-H = SEG, n° XXXIX, 1989 [1993], n° 1176, qui complèt (...)

12L’évergétisme est un phénomène répandu dans l’Antiquité, et consiste en un don ostentatoire ou rappelé de toute façon par une inscription, ce qui permet d’illustrer son rang et en même temps sa famille. Depuis le travail de Ph. Gauthier7 on a souligné à maintes reprises le rôle croissant de nouvelles catégories d’évergètes jusque-là inconnues ou attestées de manière exceptionnelle8 : les femmes en font partie, et c’est par une grande liste de souscription que les Vediae font leur apparition dans l’histoire9.

Les souscriptions

  • 10 Est aussi attesté le premier membre masculin de la famille, P. Vedius Cosmus qui offre pour la mêm (...)

13Dans cette souscription publique de l’époque de Tibère (14-37), qui concerne peut-être une restauration de l’enceinte de l’Artemision (c’est sur ce mur qu’a été redécouverte cette grande inscription fragmentaire), apparaît la première Vedia (sans que nous puissions préciser les liens exacts avec les femmes de la fin du ier siècle), Vedia Secunda, qui offre 2 500 deniers10. La famille apparaît d’ailleurs à cette époque (un autre Vedius cotisant sous Néron pour une construction était connu depuis longtemps).

14Les femmes apparaissent encore dans une souscription privée, un type de souscription qui se développe sous l’Empire, de l’époque de Commode. D’anciens prytanes éponymes cotisent en faveur du collège religieux des courètes. Parmi la vingtaine d’hommes et de femmes de grandes familles d’Éphèse se trouvent :

  • Vedia Papiane qui offre 250 deniers ;
  • Vedia Phaedrina qui donne 1 000 deniers avec ses deux fils T. Flavius Damianus et T. Flavius Antoninus.

15Ces interventions certes très ponctuelles sont relayées par d’autres interventions dans l’évergétisme dit de « pétrification », à savoir des dépenses fortes qui servent à immobiliser d’importants revenus sous forme de constructions de monuments publics, attitude très fréquente sous le Haut-Empire.

Les constructions

  • 11 I. Ephesos, II, 438 ; 460.

16Flavia Papiane offre avec son époux M. Cl. P. Vedius Antoninus Phaedrus Sabinianus le gymnase près du stade en 146-147 ainsi que, plus tardivement, la salle du Conseil de la cité, le Bouleuterion11 (à la césure Antonin-Marc-Aurèle ?).

17La récolte peut ici sembler maigre, mais il ne faut pas oublier que l’équipement en grands bâtiments pouvait, durant le « second » iie siècle, apparaître comme largement achevé, et donc ne pas nécessiter d’investissements importants.

  • 12 G. M. ROGERS, « The Constructions of Women at Ephesos », ZPE, n° 90,1992, p. 215-223.

18Si nous ne trouvons pas d’attestation de monuments offerts par les femmes seules des Vedii, le cas existe cependant à Éphèse dans d’autres familles. G. M. Rogers a constaté dans un article relatif à l’activité des femmes d’autres familles dans les constructions à Éphèse12 qu’elles avaient à partir du iiie siècle construit des monuments avec leur propre argent, ce qui n’est pas le cas d’après l’état de la documentation des Vediae, mais ces dernières interviennent en leur nom propre dans les listes de souscription, de Tibère à Commode, ce qui atteste à tout le moins une certaine indépendance en matière financière. Il est vrai que cette relative autonomie financière des femmes riches était aussi traditionnellement attestée chez les prêtresses.

19Le rôle des femmes de cette famille semble nettement plus spectaculaire en tant que prêtresses du culte impérial et magistrats d’Éphèse.

Les femmes prêtresses et magistrats

Prêtresses

  • 13 Pour l’exemple on renverra à Claudia Crateia Veriane, de famille sénatoriale, cosmeteira et prêtre (...)

20Artemis étant la déesse poliade, la prêtrise d’Artemis revêt ainsi une importance particulière, tout comme d’autres fonctions religieuses en rapport avec le culte envers la déesse, comme celle de cosmeteira, responsable de la décoration et de l’habillement de la statue. Nous ne connaissons pas de Vedia ayant exercé cette responsabilité sacrée, alors que bon nombre de prêtresses d’Artemis et de cosmeteirai nous sont connues par ailleurs, souvent issues de bonne famille13. Les Vediae se sont parfois cependant illustrées au niveau provincial, en revêtant la charge d’archiereia de l’Asie (αpxιεpεια τής’Ασίας).

  • 14 Dans une bibliographie surabondante, et sujette à de grandes controverses quant au rôle des grands (...)
  • 15 I. Ephesos, III, 729.
  • 16 I. Ephesos, VI, 2067.

21C’est un fait bien connu que les grandes familles d’Asie Mineure de rang municipal élevé, ou appartenant aux deux grands ordres, ont fourni les titulaires des principaux représentants du culte impérial, les grands-prêtres et prêtresses (à partir de Caligula ou Claude pour ces dernières) d’Asie14. Vedia Marcia et Plavia Papiane ont été archiereiai de l’Asie15, fonction suprême pour une femme de la province. Plavia Papiane a d’ailleurs avec son mari érigé une statue à l’asiarque M. Ulpius Damas Catullinus de Trapezopolis ou Thyatire, rencontré sans doute dans le cadre de cette activité16.

Magistrats

  • 17 I. Ephesos, I, 13. Je ne reviens pas sur ce phénomène souvent attesté en Asie Mineure : cf. R. VAN (...)

22La prytanie était en lonie une magistrature non collégiale. À Éphèse il s’agissait aussi de la magistrature éponyme. A partir de la fin du ier siècle des femmes ont pu revêtir cette fonction coûteuse qui comportait un certain nombre d’obligations à caractère religieux17. Sont ainsi attestées :

  • Vedia Marcia entre 97 et 10018 ;
  • Vedia Papiane vers 160-18019 ;
  • Vedia Phaedrina vers 160-18020
  • 21 I. Ephesos, IV, 1135 A.

23(une Vedia Pallas non reliable précisément à la famille dans l’état de nos connaissances, apparaît sur une liste d’éponymes de la fin du iie siècle21).

  • 22 Peut-être un cas isolé de femme agonothète dans l’inscription mutilée I. Ephesos, TV, 1141.

24Comme on connaît par ailleurs des hommes de la famille ayant été prytanes, quatre au moins, ce sont au moins sept membres de la famille qui sont attestés dans la fonction éponyme. Contrairement à d’autres femmes d’Asie Mineure, les femmes de la famille ne semblent pas avoir été agonofhètes ni gymnasiarques, alors qu’il existe des femmes dans ces liturgies à Éphèse, au moins pour la gymnasiarchie22. Il est permis de se demander si par contre la disparition des mentions de femmes des Vedii magistrats de la cité à partir du début du iiie siècle ne résulte pas de l’intégration croissante des Vedii dans l’aristocratie impériale, puisque les carrières sénatoriales sont plus prestigieuses dans l’avant dernière génération connue (un cas de proconsul d’Afrique). On y reviendra à la fin de ce travail.

25Les femmes constituent bien sûr l’élément fondamental d’étude pour déterminer les choix (ou possibilités) en matière de stratégies familiales.

Les femmes des Vedii et les stratégies familiales

Les alliances matrimoniales

26Dans la mesure où nous les connaissons, nous pouvons constater les faits suivants, qui correspondent à des choix prévisibles : les Vedii ont semble-t-il privilégié des alliances avec des filles de grands-prêtres ainsi que des mariages avec des chevaliers.

27Si l’origine des deux épouses de Vedius Antoninus Phaedrus Sabinianus ne nous est pas autrement connue, son père M. Cl. P. Vedius Antoninus Sabinus a épousé Ofellia Phaedrina (activité vers 130-160) qui appartenait à une famille comptant un Ofellius asiarque, vraisemblablement son père.

  • 23 Cf. M.-D. CAMPANILE, op. cit., n° 100 p. 102-103 ; n° 115 a-f p. 116.

28Il est probable qu’une des filles de Flavius Damianus et de Vedia Phaedrina, Plavia Phaedrina ou Plavia Lepida a épousé un chevalier originaire de Tralles, C. Iulius Philippus23 ; leur fils Iulius Philippus sera sénateur. C’est un exemple typique des réseaux de notables du iie siècle, qui se sont peut-être constitués parce que les ancêtres siégeaient au koinon en tant que grands-prêtres et qu’ils ont appris à s’y connaître, s’y apprécier et s’y allier.

29C’est une alliance avec un autre chevalier qui évite à la famille une extinction totale.

Les femmes évitent aux Vedii l’extinction

30C’est Vedia Phaedrina qui conclut l’alliance matrimoniale la plus intéressante. Sous Marc-Aurèle il n’y avait plus de mâle survivant dans la famille, son frère ou demi-frère Papianus Antoninus n’ayant pas de descendance lui ayant survécu. La famille évita l’extinction par un mariage de Vedia Phaedrina avec un sophiste de rang équestre, Flavius Damianus, union qui donna naissance aux Flavii Vedii et qui s’avéra féconde, puisque Vedia Phaedrina fut la mère de quatre fils et deux filles.

31Nous ne connaissons pas d’alliances avec d’autres familles sénatoriales, mais les membres cités jusqu’à présent étaient devenus adultes dans les trois premiers quarts du iie siècle, un moment où Éphèse n’avait guère d’autre famille sénatoriale « disponible ». Peut-être les Vedii ne voulaient-ils pas chercher trop loin leurs épouses, peut-être ne le pouvaient-ils pas... Nous ne connaissons pas les épouses de la dernière génération. Il y a des présomptions pour regarder du côté de filles de sénateurs italiens, on y reviendra en conclusion.

32Ces filles et épouses ont rencontré la reconnaissance de leurs concitoyens et recueilli différentes marques honorifiques.

L’image des femmes des Vedii

33Si la première Vedia n’est guère qu’un nom sur une liste de souscription, les inscriptions concernant les descendantes (directes ?) du iie siècle sont plus explicites. Elles et les membres masculins de la famille entendaient sans doute assurer un souvenir durable grâce aux différents « signes » de représentation.

34Ce souvenir est aussi garanti par l’érection sur l’agora à partir du iie siècle de statues en nombre croissant, dont il subsiste les bases qui constituent une partie des textes utilisés pour cette étude ; ont obtenu cet honneur :

  • Ofellia Phaedrina (statue restaurée par la cité) ;
  • Valeria Lepida (statue restaurée par la cité)24 ;
  • Plavia Papiane (statue restaurée par la cité).
  • 25 I. Ephesos, VII, 1,3076 ; 3077 ; 3078 ; 3081.
  • 26 I. Ephesos, VII, 1, 3081. Sur l’ambiguïté de la mention de κράτιστη, cf. M.-T. RAEPSAET-CHARLIER, (...)

35On constate cependant que les si les Vediae ont droit à des statues, elles sont avant tout mentionnées comme fille et mère de membres masculins de la famille25. Elles font parfois mention de leur rang : ainsi Flavia Phaedrina est descendante de chevalier26.

36Elles contribuent aussi à perpétuer la mémoire d’autrui, puisqu’on les voit ériger des statues en l’honneur des membres de leur famille ou des grands-prêtres d’Asie : Vedia Papiane offre la statue de son demi-frère, Flavia Papiane avec son mari érige la statue du grand-prêtre d’Asie M. Ulpius Damas Catullinus.

37Un trait marquant à partir du début du iie siècle est constitué par la mention de plus en plus fréquente sur la pierre des généalogies, ce qui permet de rappeler les fonctions exercées par les générations précédentes et assure la conservation d’une certaine forme de mémoire familiale et publique à la fois, dans la mesure où l’action de la famille est indissociable de la vie de la cité. Un exemple dans I. Ephesos, III, 678, où le sénateur T. Fl. Vedius Apellâs mentionne aussi l’ascendance par les femmes. En voici le texte :

38[« T. Flavius Vedius Apellâs chevalier, questeur candidat, fils de Flavia Pasinice et de Flavius Vedius Antoninus consulaire, proconsul d’Afrique, (qui est) frère] des Flavii Lepida, Phaedrina, Phaedrus et Damianus consulaires, neveu de Flavia Annia Apelliane de rang équestre, petit-fils des Flavii Apellâs et Damianus, petit-fils aussi de Vedia Phaedrina, sœur de Vedius Antoninus de mémoire illustre... frère de Damianus et d’Antoninus clarissimes, petit-fils, arrière-petit-fils et neveu de nombreux consulaires... »

Conclusion

  • 27 R. VAN BREMEN, op. cit. ; J. NOLLE, « Frauen wie Omphale ? », dans M.-H. DETTENHOFFER éd., Reine M (...)

39Au terme de cette enquête, on peut tout de même constater que les membres féminins de la famille sont intervenus dans à peu près tous les champs d’action offerts à l’activité de femmes : évergétisme, prêtrises, magistratures, dédicaces, et que leur action ou leur appartenance familiale leur a plusieurs fois valu l’éloge de la cité. On est cependant dans ce cas précis étonné par le caractère un peu sporadique de la documentation, alors qu’il y a tant d’attestations de l’activité des Vedii. On est loin des exemples d’Archippè ou de Menodora27. C’est sans doute l’existence de fils à chaque génération sauf une (celle qui marque le passage des Vedii aux Flavii Vedii), puis l’activité longtemps retardée des hommes à l’échelle de l’Empire qui explique leur rôle réel mais somme toute pas très fréquent à l’échelle de la cité.

40On remarque aussi dans les deux dernières générations la raréfaction drastique puis la disparition des attestations de fonctions municipales ; les deux sexes sont concernés. Je ne vois qu’une explication satisfaisante : la famille clarissime a enfin pris ses distances avec la politique municipale et les hommes ont mené des carrières sénatoriales plus brillantes qui les ont conduits jusqu’au proconsulat dans un cas au moins. Les bases inscrites les concernant se contentent de mentionner des activités à l’échelle de l’Empire, et elles concernent sans doute des gens absents de leur cité d’origine. Certes, l’absence des femmes peut s’expliquer par des alliances matrimoniales hors Éphèse mais contractées en Asie Mineure, le mariage cité avec C. Iulius Philippus en constitue une illustration. Mais à mon sens cette disparition s’explique avant tout par une modification du lieu de domicile principal : les deux dernières générations se sont installées en Italie, les femmes ne pouvaient donc pas plus que les maris jouer de rôle actif dans le cadre des magistratures éphésiennes.

  • 28 Dernière inscription concernant la famille apparemment de 238-244 :l. Ephesos, VII, 1, 3081, datée (...)
  • 29 À titre d’exemple, R. MAC MULLEN a repris dans ses ouvrages deux diagrammes relatifs au nombre d’i (...)

41On constate la disparition de la documentation concernant cette famille vers 220-24028 ; outre la baisse du nombre d’inscriptions, constatée dans presque tout l’Empire, et semble-t-il dès Sévère Alexandre29, donc avant même la Grande Crise, l’émigration vers l’Italie d’une famille désormais de plus en plus partie prenante dans les affaires de l’Empire a mis fin à quatre ou cinq générations de femmes assez actives.

Annexes

La famille des Vedii

La famille des Vedii

(D’après M.-D. CAMPANILE, ISacerdotidelKoinond’Asia, Pisa, 1994, p. 186.). (Il est cependant probable au vu de /. Eph., VI, 2066 que Valeria Lepida est la mère de M. Claudius P. Vedius Papianus Antoninus.)

Notes

1 Le livre de R. VAN BREMEN, The Limits of Participation : Women and Civic Life in the Greek East in the Hellenistic and Roman Period, Amsterdam, 1996, ayant rendu caduques un certain nombre de recherches antérieures, cet article correspond à un autre travail de doctorat en voie d’achèvement concernant les élites municipales d’Éphèse de l’époque tardo-républicaine au Haut-Empire, sous la direction de Maurice Sartre (université de Tours) et de Marianne Coudry (université de Mulhouse).

2 Cf. cependant quelques ouvrages vieillis, ou dont le propos était plus archéologique et épigraphique qu’historique : F. W. HASLUCK, Cyzicus, Cambridge, 1910 ; J. CADOUX, Ancient Smyrna, Oxford, 1938. Il est vrai qu’un certain nombre de volumes des IK font le point sur certaines cités et constituent parfois une petite monographie, pour des villes secondaires en général.

3 Particulièrement le volume VIII A (col. 565 se.).

4 E. FONTANI, « I Vedii di Efeso nel II secolo D.C. », ZPE, n° 110, 1996, p. 227-235.

5 Keil a cru qu’ils pouvaient descendre d’un negotiator d’origine étrusque (le nomen est attesté dans cette région) : RE, VIII A, col. 565, Syme se demandait dans son article « Who was Vedius Pollio ? », JRS, n° 51, 1961, p. 23-30, si les Vedii ne descendaient pas de Vedius Pollio, cité dans la correspondance de Cicéron, hypothèse qui gagne en crédibilité grâce à Vedius Pollio du iie siècle relié à la famille par M.-D. CAMPANILE, « Contese civiche ad Efeso in eta impériale », SCEO, n° 42,1992, p. 215-223 (stemma p. 223).

6 Cf. F. IACQUES et J. SCHEID, Rome et l’intégration de l’Empire, tome I, Les Sructures de l’Empire romain, Paris, 1990, p. 170.

7 P. GAUTHIER, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs, Paris, 1985 (BCH, Suppl. 15).

8 Cf. par exemple M. SARTRE, L’Orient romain, Paris, 1991, p. 148-149.

9 ÖJH, n° 59, 1989, Beibl., p. 198-209, n° 37 A-H = SEG, n° XXXIX, 1989 [1993], n° 1176, qui complète le texte déjà connu sous la mention I. Ephesos, V, 1687. Cf. aussi le commentaire (cependant avec une datation qui depuis s’est révélée erronée) de L. MIGEOTTE, Les souscriptions publiques dans les cités grecques, Genève-Québec, 1992, p. 224-227, n° 70.

10 Est aussi attesté le premier membre masculin de la famille, P. Vedius Cosmus qui offre pour la même occasion 250 deniers.

11 I. Ephesos, II, 438 ; 460.

12 G. M. ROGERS, « The Constructions of Women at Ephesos », ZPE, n° 90,1992, p. 215-223.

13 Pour l’exemple on renverra à Claudia Crateia Veriane, de famille sénatoriale, cosmeteira et prêtresse d’Artemis, issue d’une lignée (citée d’ailleurs uniquement du côté féminin) de prêtresses et de cosmeteirai (I. Ephesos, ΙΠ, 980).

14 Dans une bibliographie surabondante, et sujette à de grandes controverses quant au rôle des grands-prêtres et prêtresses, cf. P. HERZ, « Asiarchen und Archiereiai. Zum Provinzialkult der Provinz Asia », Tychè, n° 7, 1992, p. 93-115 et M.-D. CAMPANILE, 7 sacerdoti del koinon d’Asia, Pisa, 1994.

15 I. Ephesos, III, 729.

16 I. Ephesos, VI, 2067.

17 I. Ephesos, I, 13. Je ne reviens pas sur ce phénomène souvent attesté en Asie Mineure : cf. R. VAN BREMEN, op. cit., et F. KIRBIHLER, « Les femmes magistrats et liturges en Asie Mineure (ΙIe s. av. J.-C-DP s. ap. J.-C.) », Ktema, n° 19,1994 [1997], p. 51-75.

18 I. Ephesos, IV, 1017.

19 I. Ephesos, I, 47.

20 I. Ephesos, 1,47 ; III, 733.

21 I. Ephesos, IV, 1135 A.

22 Peut-être un cas isolé de femme agonothète dans l’inscription mutilée I. Ephesos, TV, 1141.

23 Cf. M.-D. CAMPANILE, op. cit., n° 100 p. 102-103 ; n° 115 a-f p. 116.

24 Valeria Lepida est également honorée par une statue retrouvée au théâtre : i. Ephesos, VI, 2066.

25 I. Ephesos, VII, 1,3076 ; 3077 ; 3078 ; 3081.

26 I. Ephesos, VII, 1, 3081. Sur l’ambiguïté de la mention de κράτιστη, cf. M.-T. RAEPSAET-CHARLIER, Prosopographie des femmes de l’ordre sénatorial (ie-iie siècles), Louvain, 1987, p. 17.

27 R. VAN BREMEN, op. cit. ; J. NOLLE, « Frauen wie Omphale ? », dans M.-H. DETTENHOFFER éd., Reine Mannersache ? Frauen in Mànnerdomànen der antiken Welt, Cologne, 1994, p. 229-259.

28 Dernière inscription concernant la famille apparemment de 238-244 :l. Ephesos, VII, 1, 3081, datée par le grammateus.

29 À titre d’exemple, R. MAC MULLEN a repris dans ses ouvrages deux diagrammes relatifs au nombre d’inscriptions datables ayant vu le jour par période : dans Le paganisme dans l’Empire romain, Paris, 1987, p. 184 (traduction française), figure un histogramme relatif à la fréquence des inscriptions latines, basé surtout sur les richesses épigraphiques italo-africaines : un maximum s’observe vers 180-220, puis une rapide décrue qui commence dès Sévère-Alexandre ; un document similaire concernant la Lydie, où les documents sont presque systématiquement datés en fonction d’une ère locale, figure dans Le déclin de Rome et la corruption du pouvoir, Paris, 1991 (traduction fr.), p. 21 : même maximum, même décrue.

Table des illustrations

Titre Les Vediae
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre La famille des Vedii
Légende (D’après M.-D. CAMPANILE, ISacerdotidelKoinond’Asia, Pisa, 1994, p. 186.). (Il est cependant probable au vu de /. Eph., VI, 2066 que Valeria Lepida est la mère de M. Claudius P. Vedius Papianus Antoninus.)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteur

Collège Saint-André, Colmar et Université de Mulhouse

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540