Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Instrumentalisation et légitimation du pouvoir patricien

Peut-on gouverner à Rome sans argent ? À propos du de inventione de Cicéron

Claire Feuvrier-Prévotat

Texte intégral

  • 1 Cf. C. FEUVRIER-PRÉVOTAT, Pecunia. L’argent sous la République. Représentations sociales et idéolo (...)
  • 2 Cf. J.-M. DAVID, Le Patronat judiciaire au dernier siècle de la république romaine, Rome, 1992, en (...)

1Le titre de cette intervention « Peut-on gouverner à Rome sans argent ? » a de quoi surprendre car la réponse à la question est connue de tous. Les liens entre le pouvoir politique et l’argent sont constitutifs de la République romaine, état dirigé par une oligarchie riche et puissante et il n’est que d’analyser les institutions romaines ou de lire Cicéron pour prendre la mesure des liens inextricables entre les hommes de pouvoir et l’argent. Pourquoi donc cette question quelque peu provocatrice ? Elle est née d’une réflexion générale que j’ai menée sur les représentations de l’argent à la fin de la République1 et pourrait être formulée de manière plus explicite ainsi : les milieux dirigeants romains font-ils part d’une réflexion, d’une conceptualisation des rapports entre l’argent et le pouvoir ? Accordent-ils une place spécifique à l’argent parmi les moyens de gouverner ? Que disent-ils de l’argent dans son rapport au politique ? Les réponses à ces questions sont, faute de sources développées, difficiles à donner. Il m’a semblé toutefois que l’on pouvait saisir quelques indications précieuses dans les traités de rhétorique dont l’importance politique et culturelle est de premier ordre2. Dans ce monde de l’oralité qu’est le monde romain, l’apprentissage de l’art de la parole est essentiel : il s’opère par l’enseignement et par l’utilisation de manuels dont certains ont été conservés. Certes, ils sont codifiés et donnent des règles mais ils renvoient aussi des images, des représentations de la société romaine particulièrement pertinentes pour nous d’autant que les fonctions de la rhétorique à la fin de la République donnent une signification spécifique aux messages émis.

  • 3 De inventione, texte et traduction de G. ACHARD, Paris, Collection des universités de France (Asso (...)

2Je fonderai ces remarques sur le premier ouvrage écrit par Cicéron, le De inventione3, ouvrage assez peu étudié mais qui fut un maître-livre aux époques médiévale et classique. Après avoir rappelé les conditions de parution de l’ouvrage, je m’attacherai à l’analyse de quelques passages qui donnent des éclaircissements sinon des réponses aux questions posées précédemment.

  • 4 Cf. la célèbre présentation de R. BARTHES, « L’ancienne rhétorique », Communications, 16, 1970, p. (...)
  • 5 De orat., I, 5 trad. E. COURBAUD, Paris, Collection des universités de France, 1985.
  • 6 Préface à l’édition du De inventione, op. cit., p. 6-10.
  • 7 De or., 1,5.
  • 8 Cf. G. KENNEDY, The art of Rhetoric in the Roman World (300 B.C.-A.D. 300), Princeton, 1972, p. 11 (...)
  • 9 CICÉRON, De or., ΙΠ, 93-94 ; SUÉTONE, Rhet., 25L-26L ; PLINE, H.N., 17,1, 2-5 ; TACITE, Dial., des (...)
  • 10 Cf. A. MANFREDINI, « L’editto De coercendis rhetoribus latinis del 92 a. C. », SDHI, 42, 1976, p. (...)
  • 11 Cf. CICÉRON, De or., III, 93-94 : « Il y a deux ans voici que des Latins ont paru comme professeur (...)

3Le De inventione, comme son titre l’indique, est un ouvrage de rhétorique qui porte sur l’invention, une des composantes de l’art oratoire fixé par Aristote4. Elle consiste en la recherche d’arguments vrais ou vraisemblables utilisés pour développer l’argumentation. Ces arguments doivent être extraits de « lieux », de topoi, d’où il faut les ramener : l’inventio c’est la quête des arguments. Leur organisation s’opère par la dispositio et précède la mise en forme, l’elocutio, en vue de l’expression la plus adéquate et des figures les plus significatives. L’actio et la memoria, établies par les écoles post-aristotéliciennes, concernent d’une part la diction et la gestuelle, d’autre part les moyens mnémotechniques qui permettent d’utiliser au mieux la mémoire. Cicéron avait le projet ambitieux d’écrire un manuel traitant de l’ensemble de l’art oratoire. Par manque de temps ou par lassitude, il n’écrira que la partie concernant l’invention, terme que la tradition conservera pour nommer l’ouvrage dont le titre original n’est pas connu. La date de ce travail qualifié par Cicéron lui-même « d’essais de mon adolescence ou plus exactement de ma première jeunesse, ébauches encore grossières échappées de mes cahiers d’école »5 n’est pas connue ; il paraît raisonnable de se rallier à la suggestion de Guy Achard6 qui propose les années 84-83. C’est donc probablement à 21 ou 22 ans que Cicéron rédige cet ouvrage. Dans quelles perspectives ? À lire Cicéron, c’est pour mettre au clair ses notes de cours7. C’est possible, mais c’est peut-être aussi un moyen de se faire connaître et de gagner de l’argent : les écoles de rhéteurs sont nombreuses et il y a un réel marché pour cette sorte de manuels indispensables à tous ceux qui veulent apprendre l’art oratoire8. On peut se demander également si le jeune Cicéron n’a pas voulu prendre sa place dans les débats en cours sur la rhétorique dont la violence révèle la gravité. Sans nous attarder ici sur ces conflits, connus par de nombreuses sources9, rappelons qu’ils apparaissent au grand jour lorsque les écoles de rhéteurs latins, en particulier celle de L. Plotius Gallus, sont interdites par les censeurs en 92 av. J.-C.10. La condamnation est faite au nom de L'impudentia qui, selon Crassus, un des interlocuteurs du De oratorè11, qualifie tout à la fois les comportements insolents et les attitudes fondées sur l’illusion et la tromperie. La faute majeure des rhéteurs latins est de tout oser et d’apprendre à parler à leurs élèves, alors que, estime l’orateur, ils n’ont ni doctrine, ni culture dignes de ce nom ; ils parlent mais ils n’ont rien à dire.

  • 12 Cf. C. PERELMAN ET L. OLBRECHTS-TYTECA, Traire de l’argumentation, Bruxelles, 1970 ; G. CALBOLI, L (...)
  • 13 Les motivations politiques de ces mesures ont été mises en lumière depuis longtemps : cf. G. CALBO (...)

4Ces remarques de Crassus qui sont aussi celles de Cicéron témoignent des deux voies prises par l’éloquence : l’une, celle de Crassus, à laquelle se rallie Cicéron, privilégie les liens entre éloquence et philosophie ; l’autre, celle que semblent avoir prise les rhéteurs latins, tend à rapprocher la rhétorique d’une stylistique. La persuasion — car dans tous les cas il s’agit de persuader — passe moins par l’argumentation théorique que par la magie des mots, la véhémence de l’expression, l’utilisation de modèles politiques contemporains12. Au-delà de ces caractéristiques qui peuvent paraître formelles, c’est tout autant le statut de la parole que son contrôle dans la société romaine et la vie politique qui sont en cause : les mesures prises par les censeurs, à elles seules, en témoignent13. C’est au coeur de ces débats politiques que se place l’élaboration du De inventione.

  • 14 I, 1-7 ; cf. L. ALFONSI, « Dal proemio del De inventione alle virtutes del de officiis, Ciceronian (...)
  • 15 Cf. P. GIUFFRIDA, « I due proemi del De inventione (I, 1-4 ; II, 1-3, 10) », dans Laux Satura, N. (...)
  • 16 De inv., II, 4,14.
  • 17 Cf. G. KENNEDY, The art of Rhetoric, op. cit., p. 114-115.

5Le manuel commence par un long préambule, sorte de profession de foi, dans lequel Cicéron affirme, probablement à la suite de Crassus et sous l’influence d’Aelius Stilo, la nécessité impérative de soumettre l’éloquence à la philosophie, afin qu’elle puisse remplir son rôle dans la cité14 ; cette prédominance de la philosophie, si prégnante dans le De oratore, est déjà très nettement repérable dans ce premier texte qui témoigne donc de la cohérence de Cicéron et de l’authenticité de cette introduction, mise quelquefois en doute15 ; en outre, elle situe le De inventione dans ce courant de la rhétorique qui laisse une large part à la culture et au savoir. La première partie de l’ouvrage examine, de manière scolaire, les règles auxquelles l’orateur doit se soumettre pour mener à bien l’organisation de son discours. Ainsi Cicéron examine successivement l’exorde, la narration, la division, la confirmation, la réfutation, la péroraison. Dans la seconde partie où se trouvent les références à l’argent, examinées ici, il traite plus précisément de l’inventio puisqu’il informe son lecteur des lieux, des topoi où il pourra trouver des arguments ; ces lieux sont différents les uns des autres selon qu’il s’agit du genre judiciaire, délibératif ou épidictique16. C’est le genre judiciaire qui est le mieux traité puisque l’essentiel de cette seconde partie (des paragraphes 14 à 155) lui est consacré, alors qu’il n’accorde qu’une vingtaine de paragraphes — 155 à 177 — au genre délibératif et moins de deux au genre épidictique. Cette répartition inégale n’a pas lieu d’étonner : c’est celle qui avait cours dans la plupart des manuels de rhétorique dont la fonction essentielle et pratique était de former les futurs orateurs des tribunaux17.

  • 18 Cf. A. KIBEDI VARGA, Rhétorique et littérature. Études des structures classiques, Paris, 1970, p. (...)
  • 19 Rh., I 1358b-1366b, texte et traduction de M. DUFOUR, Paris, Collection des universités de France, (...)

6Les propos sur l’argent se trouvent dans l’analyse du genre délibératif c’est-à-dire celui qui a pour but de conseiller ou de dissuader l’auditeur de faire quelque chose ; l’auditoire n’a pas à juger, il écoute, se laisse ou ne se laisse pas convaincre et se décide18. C’est, par excellence, le genre qui fonctionne dans les assemblées de citoyens ; aussi son développement est-il lié, pour une bonne part, à celui de la démocratie. Ce genre fait l’objet d’une longue étude d’Aristote19 qui, par l’intermédiaire des commentateurs hellénistiques, a très largement inspiré Cicéron. Il vaut la peine de s’y arrêter brièvement car elle permet de comprendre le support idéologique sur lequel se construit le genre délibératif.

  • 20 Rh., 1359b-1360b.
  • 21 Rh., 1, 1361a-1362b.
  • 22 Cf. R. BARTHES, L’ancienne rhétorique, loc. cit., p. 174-180.

7Ce genre étant celui qui incite ou non à l’action, il importe de déterminer ce qui peut faire l’objet de conseils ou plus précisément ce qui donne matière à discussion et à délibération. On n’a pas à discuter sur les choses impossibles ou évidentes mais il est des sujets sur lesquels les hommes ont coutume de délibérer : Aristote en retient cinq comme essentiels : les revenus, la guerre et la paix, la protection du territoire, les importations et les exportations, la législation20. Chacun de ces points étant défini, Aristote s’interroge sur le but de ces délibérations. La réponse est claire : les hommes cherchent le bonheur et c’est pour cette raison qu’il faut réfléchir sur ces questions et en discuter afin de définir au mieux ce qui peut ou ne peut pas apporter le bonheur. Mais qu’est-ce que le bonheur ? Tout le chapitre cinq tente de répondre à cette question21 avant d’examiner les moyens ou lieux qui pourront être utilisés pour persuader les auditeurs de ce qu’ils doivent faire dans leur quête de bonheur. On mesure à ces remarques, si sommaires soient-elles, l’ambiguïté du statut de la rhétorique22 qui, tout en étant une technique pour apprendre à raisonner, n’est pas sans incidences, sinon sur l’éthique, du moins sur les pratiques sociales. C’est dans cette perspective aristotélicienne que se situe Cicéron.

  • 23 I, 5-7 (trad. G. ACHARD).
  • 24 Cf. G. KENNEDY, The art of Rhetoric, op. cit., p. 134-138.
  • 25 II, 52,157 (trad. G. ACHARD).
  • 26 Cf. tableau 1 : Les objets à rechercher (De inv., II, 52,157), à la fin de l’article.

8Dès l’introduction du De inventione Cicéron définit le genre délibératif comme étant celui qui « consiste en une discussion intéressant la cité et comporte l’énoncé d’un avis »23. Ce débat doit être argumenté en vue d’un objectif défini par les concepts d’honnêteté et d’utilité qui ont à voir avec le bonheur et dont la connotation stoïcienne est nette24. Comment procéder ? Il faut définir les objets ou les choses (res) qui, sous de multiples formes, permettent d’y accéder. Ces objets entrent dans trois catégories : « Il y a trois catégories de choses à rechercher et en sens inverse un nombre égal de choses à éviter. En effet il y a des choses qui nous entraînent en raison de leur caractère spécifique, qui nous attirent par leur propre prestige [dignitas], sans chercher à nous séduire par quelque récompense [emolumentum] : ainsi la vertu, la connaissance, la vérité. Une autre catégorie doit être recherchée non pas pour son caractère ou sa nature propre, mais en raison de l’intérêt [\fructus] et de l’utilité : ainsi est l’argent [pecunia]. Une dernière catégorie en outre participe des deux premières, parce qu’elle nous séduit par son caractère propre [vis] et son prestige [dignitas], mais qu’elle offre un certain intérêt [utilitas] qui la rend plus désirable... Ce qui appartient à la première catégorie, on l’appellera honnête, ce qui appartient à la seconde, utile. Quant à la troisième, puisqu’elle comporte une part d’honnêteté, et que l’honnête est plus beau, nous devrons, tout en comprenant qu’elle est indubitablement mixte et qu’elle participe des deux catégories, lui appliquer le terme le meilleur et la qualifier d’honnête. »25 Ce premier ensemble d’indications peut-être représenté sous forme de tableau26.

  • 27 Cf. T. PISCITELLI CARPINO, « Dignitas in Cicérone tra semantica e semiologia », BSL, 9,1979, p. 25 (...)
  • 28 I, 1361a, 12.

9Il apparaît bien, au regard de ce schéma, que pecunia occupe une place originale et spécifique, puisque c’est le seul objet qui n’a pas en lui-même de force attractive bée à la dignitas27, mais qui doit être recherché pour l’intérêt ou le profit (fructus) et pour l’utilité (utilitas). Cette notion defructus pecuniae est donc clairement énoncée et prend une signification particulière si on la met en relation avec les indications d’Aristote. En effet, lorsque Aristote examine dans la Rhétorique les éléments constitutifs du bonheur, il attribue une part importante à la richesse. Elle comprend « l’abondance de la monnaie, l’étendue de la terre, la possession de terrains supérieurs en nombre, étendue, beauté et en outre la possession de meubles, d’esclaves de bétail supérieur en nombre et en beauté, tous ces biens étant sûrs, dignes d’un homme libre et utiles »28. Aristote poursuit en montrant que les biens fructueux c’est-à-dire ceux d’où proviennent les revenus sont les plus utiles.

  • 29 Pol., I, 1256b 40-1257b 19, texte et traduction, J. AUBONNET, Paris, Collection des universités de (...)
  • 30 Pol., 1257b 9.
  • 31 Pol., 1258b 2.

10C’est bien cette même qualité qui est attribuée par Cicéron à pecunia, puisqu’il lie dans une formule elliptique fructus et utilitas. Mais c’est dans la Politique qu’Aristote étudie plus directement les revenus de l’argent. S’interrogeant sur la nature de la chrématistique, il montre bien comment les pratiques monétaires et marchandes se sont orientées vers la recherche d’un maximum de profit à rencontre de ce qui était, à ses yeux, la fonction originelle de la monnaie, à savoir le moyen de pratiquer l’échange en tant que besoin social29. Certains passages sont à cet égard très significatifs : « Une fois la monnaie inventée à cause de la nécessité de l’échange, une autre forme de la chrématistique vit le jour, le petit négoce, qui tout d’abord se fit probablement d’une manière toute simple, mais prit ensuite sous l’action de l’expérience une allure plus savante, en cherchant les sources et les méthodes d’échange destinées à procurer le maximum de profit. »30 L’analyse se fait plus sévère à propos du prêt à intérêt : « Ce qu’on déteste avec le plus de raison c’est la pratique du prêt à intérêt, parce que le gain qu’on en retire, provient de la monnaie elle-même et ne répond plus à la fin qui a présidé à sa création. Car la monnaie a été inventée pour l’échange tandis que l’intérêt multiplie la quantité de monnaie elle-même. »31

  • 32 De inv., II, 53, 159-55, 168.

11Cicéron ne se livre à aucune analyse de cette sorte dans le De inventione qui n’est pas, il est vrai, un traité philosophique. Il énonce comme allant de soi, répétant probablement ce que ses maître lui enseignaient ou ce que les manuels lui apprenaient, cette règle de conduite parfaitement adaptée aux pratiques d’alors : l’argent est à rechercher pour le fructus, pour ce qu’il produit. Par là il est utile. Cicéron procède ensuite à l’examen de l’honnêteté et de l’utilité, à l’aide des moyens rhétoriques traditionnels de divisions et de subdivisions. Voici ce qu’il écrit sur l’utilité : « Pour ce qui est de l’utile, il consiste soit dans les éléments corporels, soit dans les éléments extérieurs. La plus grande part — et de loin — de ces choses, se rapporte pourtant aux avantages corporels : ainsi, dans la cité, beaucoup d’éléments concernent, pour ainsi dire, le corps de l’État [corpus civitatis] : par exemple le territoire, les ports, l’argent, la flotte, les marins, les soldats, les alliés, tous moyens qui permettent aux cités de garder leur intégrité et leur liberté ; mais d’autres éléments ont une visée plus élevée et moins nécessaire : par exemple la beauté et la grandeur exceptionnelles d’une ville [urbis egregia exornatio atque amplitudo], une richesse extraordinaire [excellens pecuniae magnitude-], un grand nombre d’amis et d’alliés [amicitiarum ac societatum multitudo]. Tous ces avantages [res] aboutissent non seulement à protéger et à sauvegarder les États, mais aussi à les rendre grands et puissants. Aussi il semble qu’il y ait deux parties dans l’utile : la sécurité et la puissance. La sécurité consiste à garantir d’une manière sûre et complète notre salut ; la puissance est la possibilité de disposer de moyens suffisants pour conserver nos biens et diminuer ceux des autres. »32

  • 33 Cf. M. G. IODICE DI MARTINO, « La metafora del corpo nelle opère retoriche di Cicérone », BSL, 16, (...)

12L’utilité a donc trait au bien-être du corps qui sert ici de métaphore à la République tout au long du passage33 : il y a des choses qui lui garantissent l’intégrité et la liberté ; il y en a d’autres, ou les mêmes dans des proportions plus importantes qui promettent la grandeur et la puissance. Dans les deux cas l’argent (pecunia) a une place importante. Ainsi, dans la première énumération il est lié aux principaux facteurs qui déterminent les instances majeures de la vie en société.

  • Les terres (agri), dont la possession et l’exploitation constituent, depuis toujours mais encore plus en ce début du ier siècle, une source d’enrichissement de premier plan et fondent une assise sociale et politique bien établies.
  • La mention des ports, de la flotte et des matelots, regroupés ici sous la même rubrique évoque aussi bien l’activité militaire que marchande. Il est vrai qu’il faut attendre le principat d’Auguste pour que soit créée une véritable flotte militaire permanente, dotée de moyens réels et efficaces de fonctionnement34. Toutefois, il serait erroné de penser qu’au dernier siècle de la République, les Romains ne disposaient pas d’un potentiel naval important permettant de mener des actions concrètes. Il est, en tout cas, difficile d’imaginer que Cicéron n’ait pas pensé à la flotte marchande qui connaît un beau développement en particulier depuis le iie siècle comme en témoignent, depuis plusieurs décennies, les nombreuses épaves retrouvées et fouillées en Méditerranée35.
  • Soldats et alliés terminent cette première série. La présence des soldats n’a évidemment rien d’étonnant ; la mention des alliés revêt, à divers titres une signification particulière : elle a un écho particulier dans cet ouvrage qui est de peu contemporain de la Guerre sociale et témoigne de l’importance des alliés dans le développement de Rome36. Ainsi, instances politiques, économiques, sociales et militaires sont suggérées par ces diverses indications qui, malgré le caractère général de la terminologie ne pouvaient manquer d’évoquer les réalités les plus prégnantes de la société romaine dont l’argent constitue une composante importante.
  • 37 Cf. tableau 2 : Grandeur et puissance des cités (De inventione, II, 56, 168), à la fin de l’articl (...)

13Dans le second point qui a trait à l’autre partie de l’utilité, Cicéron mentionne les biens qui assurent aux cités non seulement la conservation mais aussi leur grandeur et leur puissance. Qu’est-ce qui permet un tel développement ? La réponse de Cicéron est claire et place une fois encore l’argent au cœur des facteurs de développement. On peut schématiser l’information par un tableau significatif37.

  • 38 La bibliographie, sur les questions évoquées ici est considérable : cf. en particulier, E. GABBA, (...)
  • 39 J.-M. DAVID, Le patronat judiciaire, op. cit., en particulier, p. 49-227 ; E. DENIAUX, Clientèles (...)

14La mention de l’ornementation des cités et de leur extension évoque tout à la fois la richesse et l’expression de la richesse. L’embellissement des cités, si important aux iie et ier siècles, témoigne de leurs possibilités financières ainsi que des pratiques ostentatoires dont on sait l’importance économique et sociale. Travaux d’urbanisme, constructions publiques, et privées, équipements collectifs révèlent et manifestent leur enrichissement et par là-même affirment et accroissent leur puissance38. Celle-ci est aussi liée à l’amplitudo des cités, c’est-à-dire l’extension du territoire. À cela doivent s’ajouter de grandes quantités d’argent ainsi que de nombreuses amitiés et alliances. Le syntagme amicitia et societas qualifie évidemment les relations politiques fondées sur l’utilité et sur les intérêts communs39 et la puissance des cités paraît bien fondée sur de solides bases que sont la terre, l’argent, les appuis politiques.

  • 40 Pour une vue d’ensemble, cf. notamment, A. GIARDINA, et A. SCHIAVONE, « Merci, mercati e scambi ne (...)

15Ainsi l’argent et le profit qu’il procure sont considérés comme des éléments essentiels de discrimination dans une argumentation sur l’utilité qui constitue, au plan personnel comme au plan collectif, un objet important de discussion dans le genre délibératif. Il donne, en effet, des outils de réflexion et des moyens de persuasion à tous ceux qui ont part au pouvoir de décision. Que ce pouvoir, soit à Rome, aux mains d’une élite ploutocratique ne fait pas l’ombre d’un doute et une telle situation limite assurément l’importance du genre délibératif mais ne le réduit pas à néant. Les assemblées politiques, malgré les limites de leur pouvoir, continuent à se réunir et c’est leur vote qui, en définitive, manifeste la légitimité des décisions qui seront prises. Ces occurrences de pecunia, dans cette partie du manuel de Cicéron, par la clarté et la force de leur énonciation, par leur enracinement dans les réalités sociales, économiques et politiques, sont riches de sens. Certes, depuis longtemps les Romains utilisent l’argent et savent tout le profit qu’ils peuvent en retirer : tout ce que l’on sait sur les activités marchandes et financières en témoigne largement40. Mais ici, ces réalités s’expriment sur le plan idéologique et sont associées à un ensemble de valeurs de poids dans la société romaine : la scientia, la virtus, la veritas, ainsi que l’amicitia et la bona existimatio.

16Enfin la présence de ces indications sur l’argent dans un manuel de rhétorique c’est-à-dire un manuel scolaire, utilisé par les jeunes Romains des classes dirigeantes, est riche de sens. Il ne paraît pas douteux que ces traités, tout en donnant des règles d’éloquence, permettaient aux futurs orateurs d’intégrer un système de valeurs qu’ils pouvaient ensuite transmettre et faire partager. Il n’est pas indiffèrent de souligner, dans cette perspective, la place importante laissée à l’argent.

Tableau 1 : Objets (res) à rechercher

Tableau 1 : Objets (res) à rechercher

Tableau 2 : Grandeur et puissance des cités

Tableau 2 : Grandeur et puissance des cités

Notes

1 Cf. C. FEUVRIER-PRÉVOTAT, Pecunia. L’argent sous la République. Représentations sociales et idéologiques, thèse d’État, dactyl, université de Franche-Comté, 1991.

2 Cf. J.-M. DAVID, Le Patronat judiciaire au dernier siècle de la république romaine, Rome, 1992, en particulier p. 321-399.

3 De inventione, texte et traduction de G. ACHARD, Paris, Collection des universités de France (Association G. Budé), 1994.

4 Cf. la célèbre présentation de R. BARTHES, « L’ancienne rhétorique », Communications, 16, 1970, p. 172-225. Il est peu vraisemblable que Cicéron ait eu en mains la Rhétorique d’ARISTOTE dont le texte, selon STRABON, XIII, 609, avait été perdu puis retrouvé. Tous les professeurs avaient l’habitude d’utiliser des commentaires. Sur ce point, cf. O. GIGON, « Cicero und Aristoteles », Hermès, 1959, Paris, p. 146-162.

5 De orat., I, 5 trad. E. COURBAUD, Paris, Collection des universités de France, 1985.

6 Préface à l’édition du De inventione, op. cit., p. 6-10.

7 De or., 1,5.

8 Cf. G. KENNEDY, The art of Rhetoric in the Roman World (300 B.C.-A.D. 300), Princeton, 1972, p. 110-112 ; S. F. BONNER, Education in Ancient Rome, Londres, 1977, p. 67-69 et plus récemment le manuel de F. DESBORDES, La rhétorique antique. L’art de persuader, Paris, 1996, et plus spécialement p. 95-100.

9 CICÉRON, De or., ΙΠ, 93-94 ; SUÉTONE, Rhet., 25L-26L ; PLINE, H.N., 17,1, 2-5 ; TACITE, Dial., des orat., 35,1 ; AULU-GELLE, 11,2.

10 Cf. A. MANFREDINI, « L’editto De coercendis rhetoribus latinis del 92 a. C. », SDHI, 42, 1976, p. 99-148 ; G. CALBOLI, « La retorica preciceroniana e la politica a Roma », Éloquence et rhétorique, Entretiens sur l’Antiquité classique, XXVIII, 1982, p. 41-108 ; J.-M. DAVID, Le patronat judiciaire, op. cit., p..369-370.

11 Cf. CICÉRON, De or., III, 93-94 : « Il y a deux ans voici que des Latins ont paru comme professeurs d’éloquence, durant ma censure [il s’agit de Crassus], j’avais, par mon édit, fermé leurs écoles non point comme, paraît-il, le disaient certaines gens, pour empêcher nos jeunes gens d’aiguiser leur talent naturel ; je ne voulais pas, au contraire, qu’on vînt émousser ce talent et fortifier le penchant à l’impudence... Ces nouveaux maîtres, je voyais qu’on ne pouvait rien apprendre d’eux, sinon à tout oser, tendance qui, même jointe à de réelles qualités, est insupportable en elle-même et doit être réprimée. Comme c’était là tout ce que nos gens enseignaient et que leur école était une école d’impudence, je crus qu’il était du devoir des censeurs de veiller à ce que le mal ne s’étendît pas. », trad. H. BORNECQUE et E. COURBAUD, Paris, Collection des universités de France, 1972.

12 Cf. C. PERELMAN ET L. OLBRECHTS-TYTECA, Traire de l’argumentation, Bruxelles, 1970 ; G. CALBOLI, La retorica preciceroniana, loc. cit., p. 90-93 ; D. LEEMAN, « The variety of Classical Rhetoric », dans Rhetoric Revalued, Papersfrom the International Society for the History of Rhetoric, New York, 1982, p. 41-46.

13 Les motivations politiques de ces mesures ont été mises en lumière depuis longtemps : cf. G. CALBOLI, La retorica preciceroniana, op. cit., p. 83-89 ; J.-M. DAVID, « L. Licinius Crassus, les accusateurs et les rhéteurs latins », MEFRA, 91,1979, p. 135-181 ; idem, « Eloquentia popularis et conduites symboliques des orateurs de la fin de la République : problèmes d’efficacité », QS, 12, 1980, p. 171-212, et en dernier lieu, idem, Le patronat judiciaire, op. cit., p. 321-366.

14 I, 1-7 ; cf. L. ALFONSI, « Dal proemio del De inventione alle virtutes del de officiis, Ciceroniana », Atti del II Colloqium Tullianum, Rome, 1975, p. 11-120 en particulier, p. 114-115 ; V. FLORESCU, La rhétorique et la néo-rhétorique, Paris, 1982, p. 64-65.

15 Cf. P. GIUFFRIDA, « I due proemi del De inventione (I, 1-4 ; II, 1-3, 10) », dans Laux Satura, N. Terzaghi oblata, Gènes, 1963, p. 113-116.

16 De inv., II, 4,14.

17 Cf. G. KENNEDY, The art of Rhetoric, op. cit., p. 114-115.

18 Cf. A. KIBEDI VARGA, Rhétorique et littérature. Études des structures classiques, Paris, 1970, p. 89-90.

19 Rh., I 1358b-1366b, texte et traduction de M. DUFOUR, Paris, Collection des universités de France, 1932.

20 Rh., 1359b-1360b.

21 Rh., 1, 1361a-1362b.

22 Cf. R. BARTHES, L’ancienne rhétorique, loc. cit., p. 174-180.

23 I, 5-7 (trad. G. ACHARD).

24 Cf. G. KENNEDY, The art of Rhetoric, op. cit., p. 134-138.

25 II, 52,157 (trad. G. ACHARD).

26 Cf. tableau 1 : Les objets à rechercher (De inv., II, 52,157), à la fin de l’article.

27 Cf. T. PISCITELLI CARPINO, « Dignitas in Cicérone tra semantica e semiologia », BSL, 9,1979, p. 253-267 et en particulier p. 256 et n. 6.

28 I, 1361a, 12.

29 Pol., I, 1256b 40-1257b 19, texte et traduction, J. AUBONNET, Paris, Collection des universités de France, 1960 ; cf. A. BERTHOUD, Aristote et l’argent, Paris, 1981, p. 158-178.

30 Pol., 1257b 9.

31 Pol., 1258b 2.

32 De inv., II, 53, 159-55, 168.

33 Cf. M. G. IODICE DI MARTINO, « La metafora del corpo nelle opère retoriche di Cicérone », BSL, 16,1986, p. 22-30.

34 Cf. M. REDDE, Mare nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine militaire sous l’Empire romain, Paris-Rome, 1986, p. 457-472.

35 La bibliographie est considérable, cf. la mise au point de J. H. D’ARMS et E. C. KOPFF éd., The seaborne of Ancient Rome : studies in Archeology and History, MAAR, 36,1980.

36 Cf. la synthèse récente et claire de J.-M. DAVID, La romanisation de l’Italie, Paris, 1994, dans laquelle les rapports entre les Romains et les Alliés sont abordés de manière globale.

37 Cf. tableau 2 : Grandeur et puissance des cités (De inventione, II, 56, 168), à la fin de l’article. La symétrie parfaite de la construction, l’allitération (amplitude, magnitude, multitudo), la place de l’argent en position centrale sont remarquables.

38 La bibliographie, sur les questions évoquées ici est considérable : cf. en particulier, E. GABBA, « Urbanizzazione e rinnovamenti urbanistici nell’italia centro-meridionale del I sec. av. C. », SCO, 21,1972, p. 73 sq. ; P. GROS, Architecture et société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles de la République, Bruxelles, 1978 ; Les « Bourgeoisies » municipales italiennes aux iie et ier siècles av. J.-C, Naples, 1983 ; P. GROS et M. TORELLI, Storia dell’ urbanistica. Il mondo romano, Rome-Bari, 1992 ; J.-M. DAVID, La romanisation de l’Italie, op. cit., p. 95-153.

39 J.-M. DAVID, Le patronat judiciaire, op. cit., en particulier, p. 49-227 ; E. DENIAUX, Clientèles et pouvoir à l’époque de Cicéron, Rome, 1993, en particulier p. 161-181.

40 Pour une vue d’ensemble, cf. notamment, A. GIARDINA, et A. SCHIAVONE, « Merci, mercati e scambi nel mediterraneo », Società rotnana e produzione schiavistica, II, Bari, 1981 et l’analyse qu’en a donnée J.-P. MOREL, « Marchandises, marchés, échanges dans le monde romain », AION, 4, 1982, p. 193-214 ; J. ANDREAU, Patrimoines, échanges et prêts d’argent. L’économie romaine, Rome, 1997.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Objets (res) à rechercher
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 2 : Grandeur et puissance des cités
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Auteur

Université de Reims

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540