Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Les processus de formation, pérennisation ou remplacement du patriciat

Comment meurent les patriciats ou la noblesse urbaine des marches devant l’Italie unitaire

Fabrice d’ Almeida

Texte intégral

1Dans l’Italie centrale, au cœur des Marches, se trouvent Camerino et Matelica, deux petites villes qui ont perdu le faste d’antan. Elles gardent cependant le charme, unique pour l’historien, d’avoir vu conservé quelques archives sur leur Sénat municipal. Pour cette raison première, le lecteur comprendra notre détour. Là, survit quelque chose des anciens patriciats.

2Trois directions de recherche permettent de préciser les enjeux d’une réflexion sur le patriciat dans la période contemporaine.

  • 1 G. C. JOCTEAU, Nobili e nobiltà nell’Italia unita, Rome-Bari, Laterza, 1997, 289 p.

3La première a été magistralement illustrée dans le livre de Gian Carlo Jocteau sur Les nobles et la noblesses dans l’Italie unifiée1 : montrer comment le nouvel État, après 1870, entend forger une élite correspondant à ses ambitions et à sa vision du monde. Son dépouillement des actes de la Consulta aradilca donne une image de ceux qui aspirent à la noblesse et des critères d’attribution des titres définis par la monarchie savoyarde. Il montre aussi comment un idéal nobiliaire survit dans les nouvelles institutions et produit même ses fantasmes littéraires dont l’enjeu est bien le dépassement de la tant redoutée lutte des classes. La noblesse reste donc un projet collectif dans lequel l’État intervient au premier chef afin de fonder une élite nationale.

  • 2 Pour un aperçu de ses hypothèses, B. G. ZENOBI, « Feudalità e patriziati cittadini nel governo dél (...)
  • 3 P. BOUTRY, « Nobiltà romana e curia nell’età délia restaurazione. Riflessioni su un processo di ar (...)

4La deuxième dimension conduit aux travaux des historiens modernistes qui ont renouvelé la notion de patriciat. Longtemps, ces assemblées ont été considérées comme dénuées de pouvoir ou comme de simples organes honorifiques. La noblesse du prince semblait garantir des avantages plus grands que les sénats urbains. Dans les États pontificaux, cette vision a été totalement renversée notamment grâce au travail de Bandino Giacomo Zenobi2. L’historien français Philippe Boutry a développé une analyse proche de celle de l’historien des Marches à propos de Rome3. Dans leur analyse, le patriciat représente le véritable pouvoir urbain, devant les envoyés du Pape, les vicaires apostoliques in temporalibus. Les grands titres accordés par le souverain ne sont parfois que des compensations pour des personnages écartés des sénats urbains. Dans les Marches étudiées par Zenobi, et où se situe Camerino, le patriciat détient la réalité du pouvoir même si en contrepartie il doit contribuer aux dépenses de fonctionnement. Les patriciens constituent une élite locale liée à la noblesse de l’État pontifical mais qui s’investit prioritairement dans sa cité. Le territoire définit leur identité autant qu’il délimite leur sphère de pensée. Or, leur pouvoir repose sur un univers décentralisé. La monarchie unitaire est centralisatrice et rompt les anciennes sphères de pouvoir. Les villes voient leur politique contrainte par la présence d’une administration nouvelle éditrice de code et prétendant aussi peser sur l’urbanisme, davantage que les anciennes principautés, plus enclines à tolérer les décisions de ceux qui devaient payer la mise en œuvre des politiques urbaines. Comment vont dès lors réagir ces élites dont le pouvoir et l’autonomie sont rognés ?

5La troisième dimension renvoie à l’histoire des catégories sociales et à l’évolution des ressources nécessaires pour appartenir à l’élite. On pourrait pour la synthétiser reprendre la notion du philosophe Vilfredo Pareto qui parlait de circulation des élites pour évoquer le renouvellement des classes dirigeantes dans la civilisation occidentale. Circulation parce que dans l’esprit de ce philosophe le modèle de changement d’élite se trouvait dans les mouvements d’ampleur telles les grandes invasions. Un déplacement dans la hiérarchie sociale autant qu’un mouvement géographique donne naissance à une nouvelle classe dirigeante.

6Notre but est donc de rechercher de quelle manière le patriciat, et la noblesse urbaine en général, a réagi devant l’unité et l’émergence d’une élite nationale qui l’accompagnait. A-t-il su convertir ses ressources alors qu’émergeait une entité politique nouvelle prétendant dépasser les particularismes et instaurer une gestion nationale et centralisée du territoire ? L’enjeu n’est d’ailleurs pas seulement de voir comment une fraction de ce patriciat réussit sa conversion mais aussi de se demander dans quelle mesure la nouvelle élite conserve des traces de son ancien investissement local.

  • 4 Archives privées de la comtesse Brunella De Sanctis, Villa De Sanctis, Rocca Varano, Camerino (Mar (...)

7Ces questions ont bien sûr été déjà abordées dans des travaux sur des corpus généraux. Mais l’opportunité d’accès à des sources privées qui montrent le fonctionnement de plusieurs familles patriciennes rattachées à une ville nous a conduit à tenter de restituer la perception que les patriciens ont pu avoir des enjeux nationaux à l’époque contemporaine4. Pour être plus précis encore à travers cette étude monographique il nous semble que se dévoilent quelques-uns des mécanismes de survie des anciennes élites locales dans l’Italie post-risorgimentale.

8Deux niveaux d’étude ont été privilégiés. Le premier, celui des alliances familiales, permet de définir l’espace du patriciat dans la composition du lignage sur le long terme. Il s’agit de montrer comment ces familles s’ouvrent à des dimensions spatiales nouvelles suivant les nécessités de leur patrimoine. Une deuxième dimension nous entraîne dans les conversions de croyances abordées par Jocteau, mais en recherchant dans la mutation des formes de l’éducation même des enfants du patriciat les conditions d’une transformation de la mentalité de ce groupe. Enfin, nous avons voulu souligner comment, entre 1870 et 1914, la notion de circulation des élites peut être pertinente pour analyser la mutation des patriciats urbains.

Familles patriciennes, lignages élitaires

9Dans les fonds d’archives de la villa De Sanctis à Varano se retrouvent les archives de trois familles patriciennes des Marches, les De Sanctis de Matelica, les Bertucci de Cingoli ainsi que celle des Pizzicanti, de Camerino. S’y ajoutent aussi des éléments issus d’une fraction de la famille Venezian. Une série de regroupements familiaux expliquent l’état actuel du fonds qui permet de reconstituer une partie de l’arbre généalogique de ces lignages. Le chef de famille de chacune d’entre elles appartenait à une assemblée de gouvernement municipale, un sénat. Ils faisaient partie d’une élite restreinte, héréditaire, une noblesse de ville dont souvent la réalité de la fortune était agricole. La puissance de ces hommes s’étendait bien au-delà des murs de la cité. On est donc en présence d’un patriciat au sens le plus classique du terme. Précisons que le terme était alors employé pour désigner ces familles par référence aux institutions politiques antiques.

10Notre objectif premier a été de rechercher le bassin géographique des alliances matrimoniales. Les De Sanctis étaient membres du sénat urbain de Matelica depuis la fin du xviie siècle (auparavant ils siègent parmi les sénateurs de Fabriano) et étaient parvenus à retrouver un rôle dans les institutions urbaines après la période napoléonienne, de même que les Pizzicanti-Bertucci à Camerino. Nous avons cherché à voir qui ces hommes et ces femmes épousaient. Se dessine un groupe qui vit à l’échelle des États pontificaux en privilégiant les fortunes proches de Camerino. Rien de très original alors. Il s’agit principalement d’obtenir des conjoints de fortune ou de rang social équivalent. Le rôle des femmes qu’Emmanuel Leroy Ladurie a pu souligner pour la noblesse de France se retrouve presque à l’identique : elles remplissent une fonction d’ascenseur de qualité et les pères cherchent à préserver leur maison en assurant l’installation d’un(e) de leur enfant dans la demeure ancestrale (les femmes peuvent porter les titres).

Les habitudes matrimoniales d’un patricien

  • 5 A.P., Camerino, Varano, Villa De Sanctis, Carte Bertucci Pizzicanti, Comte Antonio Bertucci Pizzic (...)

11Ces stratégies sont parfaitement visibles à travers un document à la fois original et classique conservé dans ce fonds. Il se situe au seuil de cette période de reconversion des politiques familiales qui nous intéresse. Il s’agit d’un cahier cousu (minutario) dans lequel se trouvent les copies des lettres d’Antonio Bertucci. La première date de mars 1866 et la dernière fut écrite en avril 1868. Antonio s’est installé depuis longtemps dans la vieille demeure familiale de Camerino. À ce moment, il entreprend de marier sa deuxième fille et cherche un fiancé pour sa dernière enfant. Sa fortune assez importante lui permet de donner pour dot à sa fille 3 000 écus, ce qui pour avoir un ordre de grandeur représente quinze ans des revenus d’un ouvrier maçon. Il cherche pour elle un parti riche mais qui aurait besoin de gagner en noblesse. Cette entreprise suscite chez lui une double activité. La première consiste à battre le rappel de ses débiteurs afin de réunir sans douleur pour lui les fonds nécessaire à la dot. Dans une lettre du 7 avril 1866 à un comte de ses amis qui reste son débiteur, il souligne ainsi l’impérieux besoin d’argent créé par la nécessité de doter sa fille : « A cette occasion je vous avertis que je dois vous réclamer les 300 écus que vous me conservez depuis 1859 car j’ai des dépenses à faire pour le mariage d’une de mes filles. »5 La seconde consiste à trouver le bon parti. Dans sa quête, Antonio s’appuie sur son réseau amical et familial. Il écrit ainsi 49 lettres et conserve 20 réponses. Une partie de ces échanges est absente du dossier soit que certains aient été poursuivis oralement soit que des réponses aient été égarées.

12Cette situation habituelle pour un chef de famille, puisque répétée à chaque génération, le conduit à reproduire les comportements classiques de son groupe. Il utilise ses relations pour déterminer les partis correspondant à son niveau de fortune et de pouvoir dans sa région. Plusieurs candidats se mettent successivement sur les rangs pour ce mariage à l’ancienne. L’objectif n’en est pas seulement de trouver une situation prestigieuse ou équivalente à ses filles et au-delà à sa descendance mais aussi de s’assurer de la pérennisation de son mode de vie en obtenant que ce second gendre s’installe dans sa maison. Car sa fille aînée déjà mariée est allée s’installer chez son mari.

  • 6 Lettre de Scipione Balducci, de Fabriano, le 3 mai 1866.
  • 7 Idem.

13Le premier candidat lui est proposé par le receveur ecclésiastique de Fabriano (cité des Marches), qui a été averti de cette quête par une relation encore plus proche d’Antonio6. L’homme n’est pas un patricien. Il ne possède pas ses entrées dans le conseil de sa ville Castelnuovo et à Rome non plus. Il possède pourtant une fortune considérable de 100 000 écus ainsi qu’un « magnifique palais sur le Corso di Roma, etc. » ; Balducci, l’auteur de la lettre, lui dit qu’il peut même s’assurer indirectement de l’état de cette fortune. En contrepartie, le prétendant, Francesco Pagnani, fait savoir qu’il « est disposé à entrer en tractations comme il l’explique dans sa réponse à condition toutefois que la future épouse soit prévenue qu’il a 39 ans passés et qu’il soit auparavant en possession d’un portrait d’elle »7.

  • 8 Copie de la lettre du 19 mai 1866 à Balducci et réponse du 28 mai 1866, « il ritratto della Nena è (...)
  • 9 Lettre de F. De Sanctis, le 10 juillet 1866.

14Malgré quelques lenteurs les affaires de Maddalena, la fille d’Antonio, vont bon train. Le 13 mai le père adresse son portrait et obtient par Balducci une réponse enthousiaste de Pagnani qui souhaite rencontrer la jeune fille afin de voir s’ils s’entendraient8. Mais Pagnani tarde à fixer la date. Il n’a toujours pas adressé son propre portrait fin juin. Ses affaires l’occupent trop9. En bon père, Antonio poursuit d’autres tractations avec d’autres prétendants et presse le candidat de lui répondre sinon il se considérera libre de tout engagement. Finalement une lettre de Francesco Pagnani nous apprend l’issue de cette négociation. La jeune fille l’a aperçu à Foligno lors d’une rencontre prévue à l’avance, mais elle n’a pas cherché à lui parler, signe qu’il ne lui a pas plu. Nena n’a pas été séduite et l’a fait savoir. Pagnani dit alors « que dans de telles affaires la spontanéité des deux partis est absolument nécessaire » et il ajoute qu’il n’a que plus d’estime pour Maddalena de s’être « franchement prononcé ». Le mariage d’intérêt stéréotypé imaginé par les auteurs romantiques ne correspondait guère aux réalités camérinaises : les stratégies familiales doivent se concilier avec le goût personnel des fiancés. Le père admet le retrait.

15Il reçoit de nouvelles candidatures notamment de jeunes gens de la Marche voisine de Fabriano. Aucun succès. Il finit par comprendre que Nena à d’autres vue que les siennes sur son hymen. Elle choisit seule d’épouser un jeune Camérinais n’appartenant pas à la noblesse de ville mais suffisamment fortuné. Ce puîné présente au moins l’avantage de rechercher une maison noble. Il s’installe avec sa femme dans une villa proche de Camerino.

16Le cas de Maddalena dit finalement bien les choix matrimoniaux et le bassin lignagier du patriciat des villes des États pontificaux. Les alliances doivent se nouer avec des familles qui ont un système de valeur équivalent. On se marie prioritairement dans sa province mais les plus riches peuvent prétendre à des mariages sur l’ensemble territorial du souverain pontife. C’est ce dernier qui a déterminé les qualités nobiliaires de la plus grande partie des lignages ajoutant des titres aux charges urbaines. À cette échelle aussi les fortunes sont plus grandes et dessinent l’existence d’une élite qui dépasse le cadre urbain lorsqu’elle pense le devenir de la lignée. Les choix de Maddalena et d’Antonio son père se situent dans un univers déjà mis à mal par l’unification. La dernière génération à raisonner dans le cadre étroit des stratégies nobiliaires d’Ancien Régime.

La rupture avec le cadre de la pensée patricienne

17Après 1870, en effet, la disparition matérielle des États du Pape étant achevée avec la prise de Rome en septembre 1870, le jeu des valeurs se modifie. Une nouvelle grandeur se dessine autour de la nation. Le patriotisme fonde une élite fille de la jeune Italie. Point de tradition encore, mais la certitude qu’accordent le mérite et le travail accompli. Aux familles patriciennes s’ajoutent des dirigeants locaux qui intègrent rapidement les normes nécessaires à la carrière. On serait tenté de prendre pour modèle le prince Salina de la Sicile décrite dans Le Guépard par Lampeduzza. Il n’en est rien. Toute la noblesse ne se tient pas à l’écart du processus de nationalisation des élites. Elle cherche majoritairement à s’approprier le nouvel État et à jouir des possibilités qu’il offre.

  • 10 F. ZUCCONI, « Giovanni Zucconi, profilo dell’uomo », dans Atti del convegno in onore di Giovanni Z (...)
  • 11 Le travail le plus complet sur ce personnage est : G. MARTINA, E. CAPIZZANO, Giacomo Venezian, Cam (...)

18Cette génération et la suivante, dans les lignages dont nous suivons les traces, présentent la marque de ces mutations. Maddalena épouse en seconde noce Giovanni Zucconi (1845-1894), noble camérinais qui a compris le sens de la période, s’engageant à 17 ans derrière Garibaldi et devenant député national huit législatures consécutives10. Surtout un grand homme, qui symbolise mieux que tout la reconversion des camérinais, entre dans la famille : Giacomo Venezian (1861-1915)11.

  • 12 Idem, p. 27-28.
  • 13 M VLROLI, Per amore délia Patria, Rome-Bari, Laterza, 1995. Mazzini « nationalise la patrie ».

19Le cas mérite qu’on s’y arrête pour mesurer la conversion intellectuelle de ces patriciens dont la mort eut pu paraître proche. Giacomo Venezian a eu un oncle du même nom qui est mort en défendant l’éphémère république romaine le 2 juillet 1849, sur le Janicule, où il a aujourd’hui encore son buste12. Cette tradition républicaine ne doit pas étonner. Les Venezian sont juifs triestins. Or, après l’émancipation révolutionnaire et les soubresauts des guerres napoléoniennes, le statut servile des Juifs a été rétabli dans de nombreuses principautés italiennes. Les Etats pontificaux restaurent le servage et le maintiennent jusqu’à l’unité en 1870. Les Juifs sont donc les premiers partisans de l’unité italienne dont ils sont persuadés qu’elle entraînera un accroissement des libertés. Ils sont républicains parce que le patriotisme de la première génération, celle de Mazzini, fait de ce régime le complément naturel de l’italianité13. Mazzini d’ailleurs transforme les Juifs en symbole même de la modernisation de l’Italie en revendiquant au nom de l’égalité républicaine l’abolition du servage. Les communautés hébraïques de langue italienne installées sur les terres irrédentes ont développé, comme souvent les hommes des marges, un nationalisme plus exacerbé que les Piémontais ou les Lombards. L’avènement de la monarchie italienne sous le règne de Victor Emmanuel II les conduit à réviser cet attachement. Le patriotisme prime sur les conditions constitutionnelles d’autant plus que la monarchie garantit les libertés et instaure un parlementarisme élitaire. Le jeune Giacomo, éduqué à Trieste, voue une grande admiration à Garibaldi et sous ce haut exemple mène ses premières actions politiques contre l’occupant autrichien. Il tâte de la prison et doit partir en 1879 vers l’Italie pour finir ses études, à Bologne où le conseil de faculté lui donne l’autorisation de s’inscrire directement en seconde année de droit pour compenser le retard que la prison lui a valu. Naturalisé italien en 1881, diplômé puis docteur, il devient professeur de droit. Sa carrière le conduit à occuper une chaire à l’université de Camerino. Le professeur rencontre l’élite locale qui tient salon. Dans ce milieu, quelques intellectuels et personnalités à la mode côtoient les patriciens, leurs femmes, leurs filles. Là, il rencontre Emma De Sanctis et l’épouse le 24 octobre 1889.

  • 14 C’est l’avis de G.MARHNA s. j., « L’azione politica di Giacomo Venezian », op. cit., p. 38-41. Pou (...)

20Son entrée dans la famille patricienne originaire de Matelica et rattachée par le mariage de Francesco De Sanctis à la famille Bertucci dont nous avons vu les recherches matrimoniales d’Antonio à la génération précédente s’accompagne d’un changement important, accompli l’année précédente au nom de l’italianité : la conversion de Giacomo Venezian au catholicisme. Le judaïsme universaliste lui semblait contradictoire avec son engagement patriotique14. Il est aussi probable que sa future belle-famille attendait un tel geste. Ce mariage manifeste un choix national net, en dehors du fait qu’il n’avait pas fait l’objet des mêmes recherches préalables d’époux qui fleuraient bon l’aristocratie d’Ancien Régime. La seconde conséquence du point de vue patricien qui est le nôtre est une délocalisation de la famille. Le professeur d’université qu’est Venezian mène une carrière nationale. Après Camerino il est nommé à Macerata, certes dans les Marches, puis à Messine et finalement à Bologne, l’une des plus prestigieuses universités d’Italie. Pour compléter le portrait de ce nationaliste, il faut préciser qu’il fut le fondateur de la société Dante Alighieri, dans le but de porter la culture italienne partout dans le monde. Interventionniste, il s’engage dans l’armée italienne en 1915, en dépit de ses 54 ans, et meurt sur le front d’une balle à la tempe. Avec lui, une famille simple de patriciens entre dans la légende italienne. La conversion a pleinement réussi et Venezian devient le grand homme modèle pour le lignage. Roturier, Juif, converti, professeur d’université, mais surtout patriote, voilà l’homme nouveau que l’unité italienne place au premier rang. Tout se passe comme si alors que le national se convertit aux valeurs du local, le patriciat en l’intégrant adoptait les idéaux nationaux. La conversion au catholicisme de l’un est parallèle à celle, nationaliste, des autres.

Traces d’un attachement patricien

21Après Giacomo Venezian, la question du mariage local ou sur les terres pontificales paraît désuète. Le lien avec les logiques du patriciat urbain du xixe siècle semble ténu ; il n’en est pas moins réel. Ténu parce que les pratiques anciennes sont révolues. Les membres des trois lignages se marient à l’étranger (au Chili où vont faire fructifier leur fortune une partie des Venezian ; ou en France pour la dernière comtesse De Sanctis), en Italie au sens le plus large, des Abruzzes à Milan). Les habitations nobiliaires dont ils ont hérité sont rarement leur habitat permanent. Les mariages ont fait entrer dans le patrimoine de nouvelles habitations qui sont devenues autant de pôles d’attraction. Le développement des carrières nationales par ailleurs entraîne à son tour un déplacement de ceux qui choisissent les carrières universitaire, juridique ou médiatique. Camerino a beau être le centre du monde pour ceux qui l’affectionnent, la ville, avec son université et son évêché, a davantage l’air d’un gros bourg rural que d’une métropole active et ses 7 000 habitants actuels ne possèdent plus la masse critique nécessaire pour conserver sur place ses éléments les plus dynamiques. Rares sont donc les familles patriciennes qui soient restées exclusivement tournées sur son Corso et qui continuent à l’arpenter quotidiennement comme le veut un usage social méditerranéen.

22Mais le lien reste réel. Les demeures familiales sont entretenues et restaurées quand elles ont souffert des tremblements de terre qui parfois dévastent la région. L’intérêt reste fort pour l’évolution des palais qui ont dû être vendus par les générations précédentes pour financer leur plaisir ou leur délocalisation. On les présente aux visiteurs comme autant de preuves de grandeur. Les blasons maintenus sur les façades par les nouveaux propriétaires (parfois des municipalités) sont des marques de fierté et des signes que les ultimes descendants des aristocraties urbaines sont parmi les rares à déceler et qui leur rendent la ville intime. Les anneaux nobles (les chevalières) ornent les mains des détenteurs des titres et l’on connaît partiellement au moins ses origines et son arbre généalogique (ce qui permet à l’historien de gagner du temps, mais provoque parfois des confusions qui nécessitent des vérifications auprès des érudits locaux souvent apparenté à quelques grandes familles). Camerino l’été redevient, le temps des vacances, le centre d’une sociabilité aristocratique. Mariage, baptême et enterrement ramène à ce berceau où l’on retrouve ses cousins à l’italienne qui remontent haut dans l’ascendance.

23Le campanilisme traditionnel en Italie revêt chez eux la forme d’un attachement par filiation. Loin de s’agréger dans les représentations à leurs nouvelles villes, ils se déclarent marchigins même s’ils ont passé plus d’années de leur existence à Milan, Rome ou ailleurs. L’identité camerinaise ne leur est pas déniée par les rares membres de ces clans qui ont fait le choix de rester vivre dans le finage ancestral. Ces derniers n’exercent d’ailleurs pas plus de fonctions édilitaires que leurs cousins partis chercher la gloire et appartenant aux élites de la société italienne contemporaine (juge à la cour de Cassation, journaliste télévisé, hommes d’affaires, avocats ou professeur, ecclésiastique...).

Raisons et moyens de la conversion patricienne

24La conversion dans la nouvelle Italie ne s’est donc pas traduite par une marginalisation de ces trois lignages patriciens. Loin de leur ôter tout pouvoir, influence ou fortune, le nouvel État a donné à certains de grandes opportunités de réussite et n’a en rien modifié le destin social des autres, au contraire, il a sans doute amorti des décadences et facilité des reconversions laborieuses. Les femmes par exemple dans ce milieu ont précocement pu exercer une activité professionnelle. Cette famille compte ainsi la deuxième femme médecin d’Italie (Maria Venezian), de nombreuses enseignantes et l’une des premières pédagogues de la péninsule.

  • 15 A.P. De Sanctis, carton Scuola. Des documents relatifs notamment aux études de Francesco De Sancti (...)
  • 16 Cf. par exemple dans les années 1890 le livret d’inscription de Gino De Sanctis en faculté de droi (...)

25Deux raisons essentielles expliquent le maintien de ces aristocraties urbaines à un niveau social important dans l’Italie unifiée. La première tient aux qualités mêmes de ces familles. Les archives relatives à l’éducation des jeunes gens révèlent une formation de qualité15. Au long du xixe siècle, les garçons comme les filles sont envoyés dans des collèges nobiliaires pour y apprendre les matières essentielles. Dans les années 1840-1860, la première génération confrontée à la question de l’unité continue à suivre des études classiques dans des institutions généralistes. L’apprentissage semble répondre à la préoccupation d’affermir la raison des élèves et de les doter de capacités qui garantissent leur rang dans la vie mondaine : instruments de musique, cours de danse, poésie... Après 1870, on constate que les études suivies par les membres de ces familles empruntent de nouveaux cours. Ainsi l’on retrouve des diplômes d’ingénieurs acquis dans des formations spécialisées16.

  • 17 Sac De Sanctis XIXe s., Gino De Sanctis Bertucci Pizzicanti, doc. Curiosità.
  • 18 Archivio centrale dello Stato, busta 1748, matriculo n° 8050. Rapport biographique en date du 16 m (...)

26Cette formation ne se limite pas seulement à un savoir scolaire auquel, nous l’avons vu, ces familles patriciennes ont compris qu’il fallait s’adapter. Elle inclut aussi un volet moins formel lié à la famille. Là, on apprend un certain usage des lettres et des codes de comportement dans l’existence. Ici, le sens aristocratique est enseigné aux jeunes. Nous croyons en voir le signe dans un exercice anodin auquel se livre le jeune Gino De Sanctis (1872-1907). Le document est lui-même exceptionnel et mérite quelques explications préalables. Il s’agit de proverbes italiens recopiés sur une feuille. Certains sont inversés et ont été marqués d’une croix par Gino, dont on reconnaît la graphie, l’encre et le trait17. Nous les reproduisons ici. On sent que l’auteur joue à magnifier l’exceptionnel. La grandeur se trouve ici dans le rejet des lieux communs et dans l’exaltation altière de la différence. Précisons que Gino De Sanctis pousse cette logique assez loin dans son existence pour devenir anarchiste18. Il ne jette toutefois pas de bombe, les cibles sont rares dans les Marches ! Il est donc possible que l’exercice reflète davantage une psychologie unique mais son caractère d’exercice même nous laisse à penser qu’il est aussi le reflet d’une éducation. Nous traduisons les plus significatifs de ces dictons sur le culte de la distinction que nous évoquions. La liste complète est donnée en note.

  • 19 Idem : « Curiosité
    Via il topo le gatte ballano
    Ignoranza vince Constanza
    Meglio mai che tardi
    Meglio (...)

« Curiosité
Mieux vaut jamais que tard Mieux vaut rien que peu
Mieux vaut la poule aujourd’hui que l’œuf demain
La parole est d’or, le silence est d’argent
Qui trop en fait rien ne veut
Qui vit chantant meurt espérant
Le docteur ne fait pas la cape
Le philosophe ne fait pas la barbe
Le moine ne fait pas l’habit
Parle trois fois avant de penser. »19

27L’éducation de ces ultimes patriciens comme celle de leurs devanciers inclut un apprentissage de la distinction. Cette distinction possède deux faces. La première que nous venons de voir revient à se reconnaître dans sa supériorité devant le vulgaire et posséder une sorte de vision individualiste dont l’incidence ultime est de pousser les jeunes nobles vers l’exceptionnalité et, dans ce sens, la réussite sociale doit être éblouissante. L’ambition est la fille de la distinction, pour le dire sous une forme proverbiale. Le second aspect de la distinction est ce qui fait l’homme distingué : une culture et surtout un polissage des mœurs. Or, ces familles descendantes de la noblesse urbaine ont parfaitement intégré les codes de comportement de la société de cour et appartiennent au monde de la politesse. Elles appliquent notamment les règles chevaleresques harmonisées en Italie à la fin du xixe siècle.

28Le nouvel État en effet est une monarchie. Le « roi-citoyen » comme il se plaît à se qualifier lui-même a maintenu la noblesse et même continue à anoblir quelques personnalités méritantes. Si bien que le modèle de la réussite sociale épouse les contours de la noblesse. Le droit a gagné toute la société. Le statut de sujet, au sens juridique et monarchique, est celui de tout Italien après 1870. Potentiellement, chacun peut devenir noble. Les rédacteurs du Code chevaleresque italien l’affirment même :

29« Aujourd’hui, nous assistons à un phénomène curieux : nous sommes tous des gentilshommes. Les enfants d’Italie naissent gentilshommes, ainsi, comme vous et moi sommes nés avec un petit doigt dans la bouche, et un grand besoin de protester, en pleurant, contre la mauvaise blague qu’on nous a faite, en nous mettant au monde sans demander notre consentement.

30La chevalerie désormais est à la portée de toutes les bourses.

31Après le suffrage universel, la gentilhommerie [en français dans le texte] universelle. [...]

  • 20 A. G. BANTI, « Prefazione », dans J. GELLI, Codice cavalleresco italiano, Milan, Hœpli, 15e éd. 19 (...)

32Nous sommes donc en présence d’un phénomène de démocratisation de la chevalerie, »20

33De fait, les duels se multiplient dans cette Italie post-risorgimentale et le code de Gelli, meilleur référence en la matière, est publié la première fois en 1879. Le jury d’honneur connaît un développement parallèle. La péninsule est saisie de cette nouvelle mode qui accorde aux valeurs et aux modes de vie nobles une place prépondérante.

34Or, qui mieux que les noblesses régionales peut interpréter le sens de cette mutation ? Qui, hors les descendants des patriciats, est déjà imprégné de ces mœurs et sait les manier ?

35La fusion dans la noblesse nationale italienne ne fut donc pas difficile pour ces familles. Ces dernières donnèrent aux éléments les plus dynamiques de la nation le moyen de pénétrer une aristocratie dont les contours furent redessinés. Loin de mourir, le patriciat se mua en une composante régionale de la noblesse du roi. Elle en prolongea l’action dans les régions où les Piémontais ne venaient guère et les Marches étaient de celles-là. La conversion fut toutefois accompagnée d’un changement de mode de vie accéléré par l’effondrement de la rente après la première guerre mondiale. Les patriciats ne furent plus de simples propriétaires terriens. Ils prirent des emplois et achevèrent ainsi de pénétrer les hautes sphères italiennes.

36De leur lointaine parenté avec les gouvernements héréditaires de ville ils ne gardèrent que peu de choses. Des meubles, bien sûr et des portraits de famille. Quelques terres, un immeuble. Des souvenirs surtout qui perpétuèrent l’attachement à la ville d’origine. La mémoire patricienne s’ancra aussi dans le campanilisme et maintint leur distinction aux yeux de leurs anciens administrés. Cette conversion ne fut pas douloureuse si l’on en croît l’exemple de ces familles camérinaises. Un nouveau régime de croyance remplaça imperceptiblement le monde d’hier. Le sentiment de grandeur y survécut, en dépit même de la République.

37Comment meurent les patriciats ? Tout simplement par nationalisation !

Notes

1 G. C. JOCTEAU, Nobili e nobiltà nell’Italia unita, Rome-Bari, Laterza, 1997, 289 p.

2 Pour un aperçu de ses hypothèses, B. G. ZENOBI, « Feudalità e patriziati cittadini nel governo délia « periferia » pontifica del cinque-seicento », dans M. A. VISCEGLIA dir., Signori, patrizi, cavalieri nell’età modema, Rome-Bari, Laterza, 1992, p. 94-107.

3 P. BOUTRY, « Nobiltà romana e curia nell’età délia restaurazione. Riflessioni su un processo di arretramento », dans M. A. VISCEGLIA dir., op. cit., p. 390-422.

4 Archives privées de la comtesse Brunella De Sanctis, Villa De Sanctis, Rocca Varano, Camerino (Marches), Italie. Les archives sont en cours d’inventaire. Pour l’instant elles sont regroupées par sac selon les périodes. Quelques documents sur des sujets particuliers avaient été isolés. Nous avons notamment utilisé un carton concernant les diplômes scolaires familiaux du xixe siècle.

5 A.P., Camerino, Varano, Villa De Sanctis, Carte Bertucci Pizzicanti, Comte Antonio Bertucci Pizzicanti (1801-1874), Dossier Corrispondanza epistolare, Copia, 7 avril 1866. « In quest incontro devo prevenirla, che sono necessitato di ribitare li 300 s[cudi] che tienete Cambio sin dal 1859 dovendo tare delle spese per la circonstanza di un matrimonio di una mia figlia. »

6 Lettre de Scipione Balducci, de Fabriano, le 3 mai 1866.

7 Idem.

8 Copie de la lettre du 19 mai 1866 à Balducci et réponse du 28 mai 1866, « il ritratto della Nena è piaciuto moltissimo al Sig. Pagnani ».

9 Lettre de F. De Sanctis, le 10 juillet 1866.

10 F. ZUCCONI, « Giovanni Zucconi, profilo dell’uomo », dans Atti del convegno in onore di Giovanni Zucconi ver il centenario délia legge sui usi civici, a cura di P. L. FALASCHI, Camerino, université de Camerino, 1991, p. 21-41.

11 Le travail le plus complet sur ce personnage est : G. MARTINA, E. CAPIZZANO, Giacomo Venezian, Camerino, Università degli studi di Camerino, 1992, 110 p. La contribution de G. MARTINA s. j., « L’azione politica di Giacomo Venezian », p. 11-68 nous a fourni l’essentiel des matériaux et constitue une remarquable analyse de l’homme.

12 Idem, p. 27-28.

13 M VLROLI, Per amore délia Patria, Rome-Bari, Laterza, 1995. Mazzini « nationalise la patrie ».

14 C’est l’avis de G.MARHNA s. j., « L’azione politica di Giacomo Venezian », op. cit., p. 38-41. Pour les mêmes raisons, il rejette la franc-maçonnerie.

15 A.P. De Sanctis, carton Scuola. Des documents relatifs notamment aux études de Francesco De Sanctis. Francesco commence par le Gimnasio Comunale de Camerino avant d’aller de 1857 à 1859 au Collegio de’ Nobili in Urbino. Là il obtient outre le diplôme quelques bons points et le 1er prix au concours de langue française. Il est ensuite admis à l’université pontificale d’Urbino. D’autres documents relatifs à la scolarisation des membres de la famille complètent ce carton.

16 Cf. par exemple dans les années 1890 le livret d’inscription de Gino De Sanctis en faculté de droit. Gino fait finalement une thèse sur Psicologia e cultura délia memoria. Cf. surtout les documents de formation d’ingénieur à l’École d’application pour ingénieur de l’université de Rome. A.P. De Sanctis, carton Scuola.

17 Sac De Sanctis XIXe s., Gino De Sanctis Bertucci Pizzicanti, doc. Curiosità.

18 Archivio centrale dello Stato, busta 1748, matriculo n° 8050. Rapport biographique en date du 16 mai 1898. Gino se déclare « anarchiste, socialiste, individualiste » ; le policier ajoute qu’il est bien éduqué.

19 Idem : « Curiosité
Via il topo le gatte ballano
Ignoranza vince Constanza
Meglio mai che tardi
Meglio niente da poco
Chi ben opera è alla meta del principio
Meglio la gallina oggi del uovo domani
Il terrore à un amico
La parola èd’oro, il silenzio d’argento
Le disgrazie si conoscono degli (dagli) amici
Chi troppo fa niente vuole
Il medico prezzolente fa la piaga pietosa
Chi vive cantando muore sperando
Si sa come si muore non si sa corne si nasce
Con limparare si sblaglia
Il dottore non fa la cappa
Il filosofo non fa la barba
Il monaco non fa l’abito
Come si balla si suona
Chi non ha il suo tempo aspetta il suo tempo
Villani paga e villani strilla
Meglio un amico morto che un dottore vivo
Parla tre volte prima di pensare. »

20 A. G. BANTI, « Prefazione », dans J. GELLI, Codice cavalleresco italiano, Milan, Hœpli, 15e éd. 1926, reprint 1980.

Auteur

Université de Paris X
avec la collaboration de Fabio Passera

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable