Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Les processus de formation, pérennisation ou remplacement du patriciat

Les titrés impériaux face au modèle patricien (1808-1914)

Natalie Petiteau

Texte intégral

  • 1 C.-I. BRELOT, « Introduction », dans Noblesses et villes (1780-1950). Actes du colloque de Tours, (...)
  • 2 Napoléon prévoit d’imposer à ses comtes une demeure située de préférence dans la capitale, à défau (...)
  • 3 Selon la définition du médiéviste : F.-O. TOUATI dir., Vocabulaire historique du Moyen-Âge, Paris, (...)

1Confronter la noblesse d’Empire à la notion de patriciat, c’est à la fois s’interroger sur le devenir du modèle patricien dans la société postrévolutionnaire et se demander quels ont été les rapports entre les nouvelles élites et la ville. Pour l’historien de la société composée par Napoléon, le concept de patriciat n’est cependant pas forcément de première utilité. Claude-Isabelle Brelot a d’ailleurs déjà posé la question de l’existence, dans la France d’après 1789, d’une noblesse patricienne en indiquant d’emblée que les noblesses récentes sont trop mobiles pour s’ancrer dans un lieu exclusif1. Le colloque Noblesses et villes a de surcroît permis de souligner combien est pesant le poids de Paris dans la définition de la noblesse impériale, quand bien même celle-ci prend timidement en compte les villes préfectorales2. Or le rôle majeur de la capitale dans la vie politique, administrative et économique du pays interdit de parler de patriciat parisien : les élites sécrétées par la capitale ne tiennent guère leur puissance de pouvoirs exercés sur la ville elle-même. Par conséquent, à l’heure où les élites se font avant tout à Paris, qu’advient-il du modèle hérité de l’Antiquité, selon lequel s’affirment des notabilités dont l’identité tient avant tout aux liens privilégiés qu’elles entretiennent avec leur cité d’appartenance et à la domination qu’elles exercent sur les institutions urbaines. Trouve-t-on, au sein de la noblesse impériale, des lignages concentrant entre leurs mains production et commerce en même temps qu’administration des villes3 ?

2Examiner ce problème à propos de la noblesse impériale conserve sa pertinence car cela conduit à déterminer le rôle des villes dans l’émergence des élites du xixe siècle. C’est également une invitation à préciser les nuances de la mobilité des élites modernes : refuser de s’ancrer en un lieu, fut-il celui de sa naissance, n’implique pas forcément de renoncer à y exercer des fonctions et à y accaparer éventuellement des pouvoirs afin d’assurer la pérennité de son lignage. C’est enfin adopter le point de vue non pas des élites mais des cités elles-mêmes : après tout ce sont elles qui définissent leurs patriciats et c’est par leur regard sur ceux de leurs enfants qui se sont illustrés qu’elles révèlent l’évolution du modèle patricien.

La noblesse par la négation du patriciat

  • 4 N. PETITEAU, Élites et mobilités. La noblesse d’Empire au xixe siècle (1808-1914), Paris, La Bouti (...)
  • 5 Calculs faits à partir de notre fichier constitué grâce à Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrée (...)

3A côté d’une étroite minorité d’anoblis d’Empire issus de modestes familles rurales, qui ne représentent pas plus de 5 % du groupe, cette aristocratie créée en 1808 compte une forte majorité d’individus nés en ville, soit dans les diverses catégories bourgeoises, soit dans le monde de l’artisanat et de la boutique : la noblesse d’Empire forme ainsi, d’emblée, une élite d’origine urbaine4. L’emprise de la ville sur les élites en devenir est cependant variée, les cités les plus grandes ne sont pas forcément celles qui donnent naissance au plus grand nombre d’anoblis. Ainsi, en Vaucluse, les dix anoblis stricto sensu sont davantage natifs des gros bourgs du département, tels Piolenc, La Palud, Mormoiron, Mazan ou Ménerbes, que des villes : deux seulement sont nés à Avignon, Claude Alexandre Besson est pour sa part né à Orange tandis que Hyacinthe Chappuis a vu le jour à Carpentras. En Gironde en revanche, 70 % des anoblis sont nés à Bordeaux, et dans le Rhône, 86 % des membres de la nouvelle aristocratie sont originaires de Lyon5.

  • 6 N. PETITEAU, « Un aristocrate de la noblesse impériale : le général comte Pajol », Mémoires de la (...)
  • 7 N. PETITEAU, « Échec institutionnel, réussite sociale : le baron Janet, anobli du Premier Empire » (...)

4Quoi qu’il en soit, l’ascension ne tient guère, ensuite, à un investissement des fonctions urbaines. Cela est particulièrement vrai pour les 68 % d’anoblis par l’épée qui doivent bien au contraire leur titre au déracinement. Tout au plus peut-on relever que l’éducation reçue en milieu urbain a facilité ces réussites : ainsi l’aristocratie impériale ne manque pas d’officiers supérieurs sagement engagés dans des études de droit durant les dernières années de l’Ancien Régime, tel le futur général comte Pajol, qui abandonne la faculté de droit de Besançon pour s’enrôler dans le premier bataillon des volontaires du Doubs en 1791, à l’âge de 19 ans6. Mais les villes permettant la montée dans l’échelle sociale, pour les civils comme pour les militaires, ne sont pas toujours celles des origines : tel Varois né à Lorgues, futur baron Mourre, fait ses études à Aix-en-Provence avant de devenir procureur général à Paris où il se fixe définitivement ; tel Jurassien, bientôt baron Janet, part à Besançon pour suivre lui aussi une formation de juriste qui le conduit finalement jusqu’au conseil d’État7.

  • 8 J.-M. WISCART, La noblesse de la Somme au xixe siècle, Amiens, Éditions Encrage, 1994, 254 p. ; L. (...)
  • 9 A. MAUREAU, Grands notables du Premier Empire, tome 1 : Vaucluse, Paris, CNRS, 1978, p. 41.
  • 10 C. MONLEZUN, Les grands industriels de la soie et de la garance en Vaucluse au XIXe siècle, mémoir (...)
  • 11 R. BAURY, « Bourges, ville de noblesse du Consulat aux Trois Glorieuses », dans Noblesses et ville (...)
  • 12 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premie (...)

5En fait, l’archétype de l’anobli d’Empire est un citadin qui, très tôt, a porté ses regards hors de sa cité natale et a tourné le dos au modèle patricien à l’heure où la Révolution vient donner à Paris d’une part, à l’armée d’autre part, un rôle jusqu’alors inédit. La réussite, à partir de 1789, appartient avant tout à l’individu prompt à jouer la carte de la mobilité géographique. Si bien que les historiens des noblesses voient très rapidement les titrés impériaux quitter leurs corpus régionaux : il en est ainsi dans la Somme, en Gironde ou en Touraine8, mais aussi en Vaucluse ou à Bourges. En Vaucluse en effet, aucun anobli ne fait souche à Avignon, pas même le baron Pézènas de Pluvinal, membre du collège électoral du département mais intégré dans la haute aristocratie impériale grâce à son mariage avec une Clary9 ; seuls se maintiennent sur place les nobles refaits tandis que ce sont les hommes d’affaires qui forment le nouveau patriciat du xixe siècle10. À Bourges en revanche demeurent quelques anoblis, mais deux seulement sont présents dans le conseil municipal de la Restauration et la noblesse impériale n’est en aucune façon venue renouveler le patriciat berruyer11. Quant à Lyon, si elle voit figurer la noblesse napoléonienne au rang de ses patriciens, c’est parce que Napoléon y a anobli quelques héritiers des échevins de la cité tandis que les anoblissements hors du patriciat préexistant ne viennent nullement grossir les rangs de celui-ci. Du reste, même les anoblis issus de l’échevinage lyonnais subissent l’attraction de Paris : ainsi, Jacques-Antoine Révéroni-Saint-Cyr, fils d’un échevin de Lyon, colonel d’état-major, baron de l’Empire sur institution de majorât, semble s’établir à Paris dès son mariage12.

6Y a-t-il pour autant réinvestissement du prestige acquis au service de l’empereur en de nouvelles cités ? La mobilité de la noblesse impériale, si elle aboutit bien souvent à un enracinement parisien, ne la conduit guère en d’autres provinces, si ce n’est de façon momentanée pour l’exercice de fonctions préfectorales ou la charge d’une magistrature : la noblesse impériale se définit en effet, à la première génération mais aussi aux générations ultérieures, comme une noblesse d’État bien davantage préoccupée de pouvoirs nationaux que de fonctions citadines, bien plus soucieuse d’être seconde, s’il le faut, à Paris, que première en province. Du moins en est-il ainsi dans les plus hautes sphères de l’aristocratie impériale : les noms qui comptent le plus, parmi elle, sont précisément ceux des lignages inscrits avant tout sur la scène parisienne.

  • 13 E BOURLOTON, G. COUGNY, A. ROBERT, Dictionnaire des parlementaires français (...) depuis le 1er ma (...)
  • 14 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premie (...)
  • 15 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premie (...)
  • 16 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premie (...)
  • 17 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premie (...)

7En revanche, ne faut-il pas lire dans la formation de lignages de députés enracinés dans telle ou telle cité une voie de réinvention du patriciat dans la France du xixe siècle ? Tandis que la désignation des maires des grandes villes revient, jusqu’en 1884, au pouvoir central, la modernisation de la vie politique s’opère dans le domaine parlementaire puisque les représentants sont désignés au suffrage censitaire jusqu’en 1848 puis au suffrage universel masculin. Ne convient-il pas, dès lors, de chercher les patriciats modernes là où s’expriment les vœux des citoyens ? Mais cette modernisation même de la vie politique prive l’historien des moyens de raisonner à l’échelle urbaine, nouvelle preuve de ce que le concept de patriciat ne survit pas, tel qu’il existait en 1789 du moins, à la Révolution. Toujours est-il qu’il convient de prendre en considération ces dynasties de représentants qui manifestent la persistance de liens entre les élites de facture impériale et leur cité d’origine. Ainsi, implantées à Châteauroux, deux générations de Bertrand se succèdent sur l’un des sièges de député de l’Indre, jouissant du prestige qu’a conféré au général son séjour à Sainte-Hélène. Le comte Henri-Gratien Bertrand est en effet élu député de l’Indre en 1831 et son fils Alexandre devient représentant de son département en 184813. En Ardèche se distingue la dynastie des Boissy d’Anglas : au fondateur du lignage, brillant défenseur de son département dès les États Généraux, succède son second fils, Jean-Théophile-Gabriel, élu à la Chambre en 1839 alors qu’il siège déjà au conseil général de son département, puis son petit-fils, victorieux aux élections de 187714. Dans la Creuse, les Cornudet, durant tout le xixe siècle, à travers quatre générations, siègent au conseil général et monopolisent un siège de député15. En Charente-Inférieure, trois générations d’Eschassériaux de Saintes font de leur département un fief bonapartiste16. Enracinés à Gex, les Girod de l’Ain se transmettent en héritage la représentation de leur département durant trois générations également17. Et la liste pourrait encore être aisément et longuement augmentée. En un siècle où l’affirmation de l’identité des grands notables se fait sur la scène politique nationale tout autant que sur les terres provinciales, la noblesse impériale conforte son agrégation à la haute aristocratie en refusant le modèle patricien traditionnel et en participant à la naissance d’une élite politique héréditaire. Du reste, il s’agit alors toujours de dynasties qui brillent autant à Paris qu’en province. Rares sont donc les anoblis véritablement patriciens ; s’ils existent, il convient de les chercher dans une seconde sphère, où la réussite, incontestable, est cependant un peu moins brillante parce que précisément essentiellement provinciale.

Avortement ou modestie des destins patriciens des anoblis de l’Empire

  • 18 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premie (...)
  • 19 Ce paragraphe est fondé sur l’analyse du corpus des barons et comtes maires constitué à partir de (...)

8Il n’existe en fait qu’une très étroite minorité d’anoblis définis institutionnellement dans l’esprit du patriciat : l’article 8 du premier statut du 1er mars 1808 portant création des titres impériaux stipule en effet que les maires des 37 « bonnes villes » de l’Empire reçoivent le titre de baron. En définitive, en 1815, la noblesse impériale rassemble deux « comtes-maires » et 38 « barons-maires » qui ne représentent que 1,3 % du corpus de l’ensemble de la noblesse impériale française. Encore faut-il relever qu’un tiers de ces anoblis par charge municipale sont issus de l’ancienne noblesse auxquels s’ajoutent de surcroît quelques membres d’une bourgeoisie urbaine ancienne et bel et bien, elle, patricienne, tel Wartelle d’Herlincourt à Arras ou Sain-Rousset de Vauxonne à Lyon. Ainsi la législation nobiliaire de l’Empire prend en compte le prestige conféré par les magistratures urbaines, respectueuse par là même des traditions de l’Ancien Régime. Mais en intégrant ces élites urbaines au sein d’une aristocratie composée essentiellement des hauts serviteurs de l’État et des cadres les plus vaillants de l’armée, elle leur assigne d’emblée une très modeste place dans la nouvelle hiérarchie sociale. Du reste, aucun baron ou comte maire de l’Empire ne fonde une dynastie liée à sa cité. Ainsi, le baron Paul Deslandes, maire de Tours, vient de Senlis : son nom puis son titre, relevés par les héritiers de sa fille unique, appartiennent finalement à un lignage parisien puis italien et allemand18. Quant aux héritiers de l’échevinage lyonnais, ils se détournent eux aussi de la mairie : ainsi les fils de Sain-Rousset de Vauxonne se consacrent l’un au tribunal civil de Lyon, l’autre au conseil général du Rhône. Du reste, nombreux sont les héritiers des maires des bonnes villes à investir leur capital symbolique dans le conseil général et la députation, nouvelle preuve de ce que les voies de la réinvention du patriciat par la noblesse impériale passent par ces fonctions et conduisent à des destins plus nationaux19.

  • 20 N. PETITEAU, « Les anoblis du Premier Empire ou la noblesse par l’aventure », dans Châteaux, noble (...)

9La prosopographie permet d’ailleurs de mieux cerner les comportements patriciens des anoblis et de comprendre comment le rôle de Paris s’impose, y compris dans les destins de barons maires exclus de la haute aristocratie impériale. Jouer sa réussite dans la première ville de France n’a en effet pas toujours impliqué de délaisser l’espace urbain d’origine mais il est alors réinvesti en tirant parti des atouts que donnent les liens avec la capitale. Il en est ainsi pour le futur baron Mercier qui, né à Paris où il fait également ses études, revient dans le berceau familial d’Alençon pour y développer son activité manufacturière. Il y devient bientôt un notable de tout premier plan. Maire, finalement, de sa cité, il est anobli en tant que tel par Napoléon qui apprécie en lui celui qui fournit aux populations de la ville travail et parfois même secours. Toutefois, le lignage fondé par le baron Jacques Mercier ne parvient guère à pérenniser sa position de force à la tête de l’économie et des institutions d’Alençon. L’entreprise fait faillite à la seconde génération, et le lignage se disperse alors entre Paris, la Seine-Inférieure, la Haute-Marne puis le Finistère. Le goût des spéculations et des hardiesses industrielles l’emporte donc ici sur la volonté de conserver le statut de patricien d’Alençon : être une noblesse aventureuse20, y compris sur le terrain des activités textiles, n’est guère compatible avec la stabilité à la tête d’un chef-lieu de département. Pour ce baron-maire d’Alençon, démontrant que l’activité économique est essentielle, désormais, pour obtenir la reconnaissance des populations, les traits constitutifs de l’identité de la noblesse impériale l’emportent sur ceux qui font l’identité patricienne.

10Plus profond est l’enracinement des Meiffren-Laugier en Arles : baron membre du collège électoral, mais également maire d’Arles, Guillaume Meiffren-Laugier de Chartrouse reçoit en héritage sa position dominante à la tête de sa cité. Fils de la bourgeoisie de robe du cru, il se trouve, à la mort de ses parents puis de son oncle, à la tête d’un beau domaine en Camargue et parvient à faire oublier, dès le Consulat, ses sympathies royalistes au point de devenir le premier magistrat de la ville tout en résidant régulièrement à Paris. Son fils poursuit son œuvre et se distingue également en encourageant ses concitoyens au progrès agricole, se faisant même entrepreneur modèle et rédigeant des enquêtes sur l’élevage ovin afin de diffuser ses convictions. Mais là encore, point de longue pérennité : les Meiffren perdent la mairie d’Arles à la troisième génération. Le seul porteur du nom s’est alors marié dans la très haute bourgeoisie protestante et il suit son épouse, née Waddington, en Normandie. Ainsi, la noblesse impériale semble décidément refuser de s’enfermer dans la logique du modèle patricien : elle préfère assurer sa réussite nationale, même au prix de la réinsertion dans une nouvelle province, plutôt que de préserver un capital social qui n’a plus de chance de s’accroître dans la cité natale.

11En forgeant son aristocratie avec des citadins, l’Empire n’a donc pas pour autant réactivé le modèle patricien. Soucieux d’asseoir son régime sur une noblesse moderne, Napoléon a voulu celle-ci à l’image de son organisation administrative. La centralisation pèse donc sur la noblesse impériale plus encore que sur le reste des Français et les structures sociales imposées par le volontarisme napoléonien ne laissent guère de place à des types d’élites hérités de l’Ancien Régime : la noblesse d’Empire ne génère aucun patriciat, elle déracine bien au contraire ceux de ses membres qui apparaissent initialement liés étroitement à la vie politique et économique de leur cité. Pourtant les villes, elles, autre acteur de l’histoire des patriciats, ne renoncent pas aussi aisément à leurs élites napoléoniennes.

Des patriciens d’honneur ?

  • 21 Général comte DE JOUFFROY, « Le comte Charles Pajol », Mémoires de l’Académie de Besançon, 1895, p (...)

12Puisqu’avec l’entrée dans le monde contemporain, les villes perdent leurs élites au profit de la capitale, elles proposent elles aussi une réinvention du modèle patricien en se réappropriant leurs grands hommes par la statuaire monumentale. Ainsi le maréchal duc de Reggio, détenteur certes d’un hôtel à Bar-le-Duc, ne réside plus que rarement dans sa cité natale dès lors qu’il est engagé dans la tourmente des guerres révolutionnaires et impériales. Sa seconde épouse s’y replie cependant plus souvent, mais aucun des sept enfants Oudinot ne fait souche dans la ville ni même en Meuse. Pourtant, à la mort du maréchal, Bar-le-Duc s’empresse de lui ériger une statue et entretient dès lors la mémoire de celui qui a contribué à sa renommée, fêtant récemment encore, le 2 décembre 1997, le cent cinquantenaire de sa mort par l’attribution de son nom à l’une des salles de l’Hôtel de Ville, ancien hôtel, précisément, du duc. Le gendre d’Oudinot, pour sa part, le général comte Pajol, perd lui aussi, à la faveur de l’Empire, ses liens avec sa ville natale de Besançon. Il n’y est revenu qu’en 1819 pour être candidat malheureux à la députation. Pourtant sa statue, érigée sous le Second Empire, a orné le Champ-de-Mars de la cité jusqu’à la première guerre mondiale tandis que la famille n’oublie pas ses liens initiaux avec la cité comtoise puisque la fille du second comte fait don d’une partie de la collection de gravures de celui-ci à la bibliothèque municipale de Besançon21.

  • 22 C. LE BOZEC, Boissy d’Anglas, un grand notable libéral, op. cit.

13De même découvre-t-on la statue de Daumesnil à Périgueux ou celle de Berthollet à Talloires tandis que l’Empire a considérablement distendu leurs liens avec leur cité natale. La statue du comte Boissy d’Anglas à Annonay manifeste la reconnaissance des populations locales pour ce grand notable représentant de l’Ardèche dès les États Généraux mais formé et distingué à Paris où il réside et décède22. A Châlons, un buste du baron Bourgeois de Jessaint, natif de l’Aube, fait de celui-ci un homme cher à la cité. Le monument érigé en sa mémoire porte en premier lieu l’hommage des habitants de Châlons puis celui des habitants du département alors que le baron s’est approprié non pas les pouvoirs municipaux de cette cité mais l’autorité préfectorale : il y détient d’ailleurs le record de la longévité dans de telles fonctions puisqu’il a été préfet de la Marne sans discontinuer de 1800 à 1838. En revanche, les Arlésiens ont confirmé l’échec du trop rapide patriciat des Meiffren dont la tombe est aujourd’hui à l’abandon et dont le nom est oublié à la mairie.

  • 23 Annuaire de la Meuse, 1848, G. DUMÉNIL, Bar-le-Duc, ses rues, ses places, ponts et cours d’eau, s. (...)
  • 24 M BERTHELOT, Bertrand, Grand Maréchal du Palais, op. cit., p. 260-262.
  • 25 A. CASTAN, Besançon et ses environs, Besançon, Jacquin, 1901, p. 372.

14Mais le détail de l’histoire de la statuaire du xixe siècle, qui reste à écrire, révèle par ailleurs le caractère national des destins des anoblis participant d’une logique patricienne. Si la statue d’Oudinot à Bar-le-Duc a été érigée à la suite d’une décision du conseil municipal du 5 octobre 1847, elle a été réalisée, à la demande même de ce conseil, grâce à une souscription nationale23. De même, la statue du général comte Bertrand, par Rude, qui orne la place Sainte-Hélène à Châteauroux, est érigée à l’initiative des Castelroussins mais elle est réalisée grâce à une souscription à laquelle participent avec enthousiasme des villes comme Lyon ou Bordeaux, et elle est inaugurée en 1854 en grandes pompes, en présence du fils du maréchal Lannes, représentant de Napoléon III en une cérémonie nationale qui évite à Bertrand d’être uniquement le grand homme de Châteauroux24. L’empereur délègue également un représentant, le duc de Conegliano, à l’inauguration de la statue du général comte Pajol en 186425, conférant là encore un caractère national à une cérémonie qui vise pourtant à une réappropriation d’un membre de l’élite impériale par une cité qui n’a bénéficié ni de sa présence ni de son action.

  • 26 E. POLLINI, Tout Nice et ses environs, Paris, Bonechi, 1987, p. 21.

15Mais les destins nationaux les plus brillants n’empêchent pas toujours les anoblis de se montrer dignes des honneurs que leur rendent leur cité d’origine : il en est ainsi des Masséna, enfants chéris de la ville de Nice. Le petit-fils du maréchal, Victor, député des Alpes-Maritimes au Corps législatif sous le Second Empire, passe l’hiver dans le berceau familial et reçoit des hôtes illustres dans la très belle villa qu’il y construit à la fin du xixe siècle. En 1919, son fils André fait don de cet édifice à la ville à condition qu’il soit consacré à un musée d’histoire locale et que ses jardins soient ouverts au public26. Ainsi, malgré un destin qui se joue hors de la ville et une insertion dans la plus haute aristocratie par des mariages avec les Ney, les Suchet ou les Reille, mais aussi les Furtado-Heine ou les Montesquiou-Fézensac, les Masséna ne font-ils pas tout de même figure de patriciens niçois ?

16Citadins par leur origine et par leur mode de vie, les anoblis ne sont pourtant que très rarement patriciens ; ils n’en ont pas moins parfois des rapports privilégiés à un espace provincial identique d’une génération à l’autre, indices de l’évolution des liens entre élites modernes et villes. D’une part la ville ne focalise pas les regards d’une aristocratie née d’un pouvoir centralisateur, d’autre part elle est englobée dans la circonscription départementale née de la Révolution. Quand bien même tel ou tel anobli est attaché à sa ville de Châteauroux, de Nice ou de Gex, il est condamné, de par les procédures du scrutin de liste, à ne pas représenter uniquement sa cité. Confiant de surcroît la nomination des maires aux préfets, l’État postrévolutionnaire semble avoir redouté la formation de nouvelles élites urbaines susceptibles de contester la centralisation jacobine.

17Mais si la noblesse impériale n’obéit pas au modèle patricien traditionnel, elle n’en permet pas moins de déceler les critères de la définition d’un patricien moderne : héritier parfois de la bourgeoisie patricienne du xviiie siècle, il est impliqué dans une activité économique dont dépend la prospérité de sa commune mais il n’est pas enfermé dans sa cité et engage ses enfants à porter leurs ambitions moins vers la mairie qu’en direction du conseil général ou de la chambre des députés, voire même des cours de justice. Il n’existe donc pas de noblesse impériale patricienne au sens classique du terme : le renouvellement des élites dans le premier xixe siècle s’opère, au sommet de la hiérarchie du moins, sans référence à ce modèle ancien. En ce sens aussi, la noblesse impériale est une élite moderne, soucieuse d’une réussite nationale et d’une insertion dans des réseaux élargis à l’ensemble du pays voire du continent. Motrices de l’industrialisation ou placées au cœur du développement commercial, les villes participent elles aussi d’une économie de moins en moins cloisonnée. Or, élite largement impliquée dans l’essor économique de la France, la noblesse de Napoléon préfigure dès les premières décennies du xixe siècle ce refus du cloisonnement. Jamais totalement patricienne, peu soucieuse de maintenir son rang et de soutenir son nom par l’intermédiaire des magistratures urbaines, elle n’en refuse pas moins certains traits du rôle des patriciens, respectueuse de toutes façons de la vocation philanthropique des notables, voie obligée du respect de ses titres.

Notes

1 C.-I. BRELOT, « Introduction », dans Noblesses et villes (1780-1950). Actes du colloque de Tours, 17-19 mars 1994, Tours, Maison des sciences de la ville, 1995, p. III-VIII.

2 Napoléon prévoit d’imposer à ses comtes une demeure située de préférence dans la capitale, à défaut dans un chef-lieu de département : N. PETITEAU, « Le Paris de la noblesse d’Empire », dans C-I. BRELOT dir., Noblesses et villes, op. cit., p. 193-204.

3 Selon la définition du médiéviste : F.-O. TOUATI dir., Vocabulaire historique du Moyen-Âge, Paris, La Boutique de l’Histoire-Éditions, 1997 (2e édition), p. 213.

4 N. PETITEAU, Élites et mobilités. La noblesse d’Empire au xixe siècle (1808-1914), Paris, La Boutique de l’Histoire-Éditions, 1997, 714 p. Cf. notamment l’annexe n° 22.

5 Calculs faits à partir de notre fichier constitué grâce à Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, Paris, Honoré Champion, 1974 (1ère édition en 1894), 11 tomes en 6 volumes.

6 N. PETITEAU, « Un aristocrate de la noblesse impériale : le général comte Pajol », Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, 1993, p. 39-55.

7 N. PETITEAU, « Échec institutionnel, réussite sociale : le baron Janet, anobli du Premier Empire », Travaux de la Société d’Émulation du Jura, 1992, p. 231-255.

8 J.-M. WISCART, La noblesse de la Somme au xixe siècle, Amiens, Éditions Encrage, 1994, 254 p. ; L. BOISNARD, La noblesse en Touraine, de Louis XVI à Mac-Mahon, université de Paris IV, 18 novembre 1989 ; M. FIGEAC, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1996,989 p. en 2 volumes.

9 A. MAUREAU, Grands notables du Premier Empire, tome 1 : Vaucluse, Paris, CNRS, 1978, p. 41.

10 C. MONLEZUN, Les grands industriels de la soie et de la garance en Vaucluse au XIXe siècle, mémoire de maîtrise sous la direction de N. PETITEAU, université d’Avignon, septembre 1998.

11 R. BAURY, « Bourges, ville de noblesse du Consulat aux Trois Glorieuses », dans Noblesses et villes, op. cit., p. 319-329.

12 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premier Empire, tome 4, p. 132 et Titres et confirmations de titres... Second Empire, p. 486-487.

13 E BOURLOTON, G. COUGNY, A. ROBERT, Dictionnaire des parlementaires français (...) depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1" mai 1889 (...), volume 1, Paris, Bourloton, 1891, p. 295-296 ; M. BERTHELOT, Bertrand, Grand Maréchal du Palais. Dans les pas d’un fidèle, Châteauroux, chez l’auteur, 1996, 302 p.

14 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premier Empire, tome 1, p. 105 ; Dictionnaire des parlementaires, op. cit., volume 1, p. 369 et C. LE BOZEC, Boissy d’Anglas, un grand notable libéral, Privas, Fédération des Oeuvres Laïques de l’Ardèche, 1995,503 p.

15 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premier Empire, tome 1, p. 248 ; Dictionnaire des parlementaires, op. cit., volume 2, p. 190.

16 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premier Empire, tome 2, p. 134 ; Dictionnaire des parlementaires, op. cit., volume 2, p. 563 ; F. PAIRAULT, Les mémoires d’un grand notable bonapartiste : le baron Eschassériaux de Saintes, 1823-1906, thèse de doctorat d’État sous la direction de R. RÉMOND, université de Paris-X Nanterre, 1990, 5 volumes.

17 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premier Empire, tome 2, p. 242 ; Dictionnaire des parlementaires, op. cit., volume 3, p. 186.

18 Vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit., Armoriai du Premier Empire, tome 2, p. 58 et Titres et confirmations de titres... Second Empire, op. cit., p. 535.

19 Ce paragraphe est fondé sur l’analyse du corpus des barons et comtes maires constitué à partir de vicomte A. RÉVÉREND, Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, op. cit.

20 N. PETITEAU, « Les anoblis du Premier Empire ou la noblesse par l’aventure », dans Châteaux, nobles et aventuriers, recueil des actes des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord, septembre 1996, à paraître.

21 Général comte DE JOUFFROY, « Le comte Charles Pajol », Mémoires de l’Académie de Besançon, 1895, p. 215.

22 C. LE BOZEC, Boissy d’Anglas, un grand notable libéral, op. cit.

23 Annuaire de la Meuse, 1848, G. DUMÉNIL, Bar-le-Duc, ses rues, ses places, ponts et cours d’eau, s. 1. n. d., p. 171.

24 M BERTHELOT, Bertrand, Grand Maréchal du Palais, op. cit., p. 260-262.

25 A. CASTAN, Besançon et ses environs, Besançon, Jacquin, 1901, p. 372.

26 E. POLLINI, Tout Nice et ses environs, Paris, Bonechi, 1987, p. 21.

Auteur

Université d’Avignon

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540