Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Les processus de formation, pérennisation ou remplacement du patriciat

Les mairies de Bourgogne au xviiie siècle : un exemple achevé de constitution d’un patriciat urbain et ses conséquences

Christine Lamarre

Texte intégral

  • 1 J. GARNIER et E. CHAMPEAUX, Les institutions communales en Bourgogne sous l’Ancien Régime, Roanne, (...)
  • 2 A.D. Côte-d’Or, C 3511 à C 3513.

1Comme partout ailleurs dans le royaume, le régime municipal fut profondément transformé en Bourgogne pendant le règne de Louis XIV, à l’occasion de la vérification des dettes des communautés puis lors de la création des offices municipaux à partir de 1692. Mais les Etats provinciaux jouèrent ici un rôle exceptionnel en obtenant du roi qu’il leur réunisse les nouveaux offices moyennant rachat des finances de ceux qui avaient été vendus ou qui restaient à vendre. Seul l’office de vicomte-mayeur de Dijon, déjà acquis par la ville, leur a échappé : la capitale provinciale conserva des élections, purement formelles d’ailleurs1. Les États ont donc officiellement nommé tous les maires de 1697 à 1789 ; les actes réunis dans leurs archives donnent de nombreux renseignements sur les 219 maires bourguignons du Siècle des lumières2.

2Ces dossiers permettent de répondre, à l’échelle d’une province, à la question centrale de ce colloque : les maires formaient-ils un patriciat au sens que Babeuf donnait, un peu plus tard à ce mot, une caste dominatrice ? À tout le moins voit-on s’installer et se perpétuer des lignages aux fonctions municipales ? Quelle est l’ampleur du phénomène ? Pourquoi a-t-il pu se mettre en place et quelles ont été ses conséquences sur le statut de maire et sur l’ensemble des hôtels de ville ou des échevinages ?

  • 3 Les mairies interrompues au χviiie siècle sont celles de très petites villes ou de bourgs : Givry, (...)

3Pour des observations plus homogènes, nous exclurons l’étude des maires de Dijon au statut tout à fait particulier et nous ne retiendrons que l’ensemble des villes et bourgs qui ont conservé une mairie le siècle durant3 : soit 36 localités qui ont vu se succéder 210 personnes à leur tête. Ces chiffres signifient qu’en 92 ans chaque communauté a connu six maires en moyenne ou encore, que la durée moyenne d’occupation de la charge de maire avoisine les seize années. Cette simple constatation indique déjà l’intérêt que l’on trouve à occuper une telle place qui, officiellement, n’était concédée que pour trois ans.

4Dans la problématique envisagée la cause de la sortie de charge prend une importance particulière. Il y en a eu 174 dont les motifs nous sont connus à 18 exceptions près (cf. tableau 1).

Tableau 1 : Les sorties de charge des maires

Tableau 1 : Les sorties de charge des maires
  • 4 E. LOCHOT, « Les deux destitutions du maire J.-F. Maufoux ou de la rivalité des pouvoirs », dans A (...)

5Quelques-uns sont rares : quatre maires ont revendu leur charge, achetée, en 1692, à titre personnel avant que les États n’aient eu le moyen d’en financer le rachat par la province : le faible nombre de ces occurrences montre à nouveau que, pour la grande majorité des acquéreurs, l’achat d’une charge municipale ne fut pas un simple placement financier. Autre cause mineure de départ : douze maires furent destitués par les États, souvent pour malversation, parfois, et cela à la fin du siècle notamment, pour insubordination4.

6Généralement les départs peuvent être attribués à deux causes qui ont des natures bien différentes. La mort est ainsi venue suspendre 67 carrières municipales parfois déjà longues. Nombreux sont en particulier les maires des bourgs et petites villes qui disparaissent encore revêtus de leur charge, probable conséquence de la difficulté à trouver « des sujets capables » dans ce milieu particulier.

7Les démissions volontaires restent, d’une courte majorité, avec 73 exemples, la cause principale des départs. Elles peuvent être motivées par des situations locales très conflictuelles, dont la petite ville militaire d’Auxonne peut fournir un exemple, car la présence de la garnison, et surtout d’un groupe d’officiers influents, rend la gestion municipale si délicate que la ville connut sept maires entre 1748 et 1789.

8Le plus fréquemment des raisons personnelles, généralement l’âge ou les infirmités, servent de justifications pour s’effacer. Mais 40 % de ces démissions sont données en faveur d’une personne nommément désignée : ce sont des résignations ; ce terme juridique précis (mais inadapté pour les mairies) est même ouvertement employé dans les lettres de nomination. Dans ce cas le maire se retire en faveur généralement d’un parent : fils, neveu ou gendre.

  • 5 A. COLAS, « Le père, l’héritier et l’ancêtre. Quelques images de la parenté chez les notables urba (...)

9Mais un décès peut aussi mener à une transmission familiale de la mairie. Là encore les lettres de nomination donnent des indications complémentaires intéressantes. Dans toutes les occasions, le bénéficiaire appartient soit à la parenté proche (cas général) soit il est un simple « parent et ami » dont l’apparentement précis n’est pas explicité. Les cousinages ne sont pas indiqués ; on est ici dans une situation proche de celle décrite par Alain Colas dans un autre temps et un autre lieu, Bourges au xve siècle5.

10Au total quarante-sept cas de successions familiales apparaissent dans les archives des États ; cela représente un peu plus d’un quart des enchaînements des titulaires de mairies que l’on a pu observer. Le phénomène s’étend à toutes les catégories de villes : 26 des 36 localités considérées ont eu au moins deux maires successifs parents, mais les petites villes constituent un terrain particulièrement favorable à cette pratique puisque l’on y observe presque un tiers des successions familiales.

11Ce phénomène se produit aussi à tous les moments du siècle, il se renforce simplement avec le temps. Si l’on divise le siècle en trois séquences trentenaires, on observe que durant la première, qui correspond aux années où les États financent le rachat des offices de maires, il y a 13 exemples de passation familiale de la mairie. La période intermédiaire des années 1730-1760 en contient le même nombre exactement, et la dernière, marquée par l’ébranlement momentané de l’autorité des États sur une partie des mairies lors de la réforme Laverdy, indique un renforcement de la fermeture de l’oligarchie municipale bourguignonne avec 21 occurrences de nomination d’apparentés (cf. tableau 2).

Tableau 2 : Transmission familiale indiquée dans la nomination du maire

Tableau 2 : Transmission familiale indiquée dans la nomination du maire
  • 6 J. NADAULT, Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Montbard (d’après le manuscrit inédit (...)

12Avons-nous une idée exacte de l’appropriation lignagère des mairies à partir du seul répertoire des nominations des États ? Il apparaît clairement qu’elle est sous-évaluée. Lorsque l’on est mieux renseigné sur le milieu dirigeant d’une ville comme c’est le cas pour Montbard où la présence de Buffon a stimulé le milieu lettré et permis la rédaction d’une histoire de la ville6, on voit que là où les archives des États permettaient de saisir la présence de deux familles aux affaires municipales (les Daubenton et les Nadault-Delafosse), il n’y a en réalité qu’un seul groupe familial lié par plusieurs mariages. Parfois, encore, certaines familles occupent les mairies de villes voisines, comme les De La Ramisse qui donnent deux maires à la ville d’Auxonne et un autre à celle de Saint-Jean-de-Losne.

13À l’échelle provinciale, la recherche généalogique pour ces 210 maires n’est pas possible ; il faut donc se résigner à estimer que la proportion d’un quart de transmissions familiales des mairies est inférieure à la réalité.

14On ne peut donc qu’appliquer la notion de patriciat aux mairies bourguignonnes du xviiie siècle qui furent parfois même occupées par la même famille durant le siècle entier comme ce fut le cas à Semur-en-Brionnais où se succédèrent trois Cudel, à Avallon où ce furent quatre Champion et à Auxerre cinq Baudesson. On tend au même résultat à Flavigny où les Clerc et leurs alliés tiennent la mairie de 1712 à 1790 et la conservent à l’époque révolutionnaire, à Bourbon-Lancy ou des Gay se sont installés dans les fonctions de maire de 1712 à 1714 puis de 1723 à 1788. Cette appropriation familiale est ailleurs moins complète ; elle se renforce tout de même à la fin du siècle d’une pratique nouvelle dont on possède plusieurs exemples : l’échange des mairies entre titulaires, ainsi Guéneau de Mussy abandonne à son fils la mairie de Semur-en-Auxois en 1781, mais reprend celle de Montbard en 1785.

  • 7 P. GUIGNET, Le pouvoir dans la ville au xviiie siècle, Paris, EHESS, 1990, 591 p.
  • 8 G. SAUPIN, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996,523 p.
  • 9 Abbé C. COUTÉPÉE et E. BÉGUILLET, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Aval (...)
  • 10 F. CADILHON, « Les amis des amis : les cercles de pouvoir et la réussite en France au χviiie siècl (...)

15Malgré une sous-évaluation probable, l’importance de la proportion des transmissions familiales des mairies mérite réflexion. Aujourd’hui la fonction politique ou administrative est tenue pour éminemment personnelle, et les tentatives de certains hommes politiques pour installer leurs enfants à leur place font souvent sourire. Mais sous l’Ancien Régime, la notion de famille se double de celle d’illustration et de mérite des ancêtres. Elle a une toute autre connotation : elle est garantie de loyauté, de probité, et gage de réussite dans la fonction. Philippe Guignet a bien montré que dans les Pays-Bas, l’appartenance familiale est un élément favorable pour un candidat, et qu’elle apparaît en bonne place parmi les raisons alléguées pour justifier le choix de telle ou telle personne dans les actes officiels7 ; il en va de même à Nantes étudiée par Guy Saupin8. Il n’existe pas de préjugés défavorables à la constitution de patriciats à la tête des villes ; ils se forment ouvertement, officiellement même puisque c’est le propre document des Etats qui indique des parentés. L’historien de la Bourgogne du temps, Courtépée, n’omet pas, lui non plus, d’indiquer les filiations des maires dans les notices d’Avallon ou d’Auxerre9. Après tout, le même phénomène se produit assez généralement à un niveau plus élevé ; on connaît bien maintenant plusieurs dynasties ministérielles ou des familles propices à la carrière épiscopale comme les Champion de Cicé étudiés par F. Cadilhon10. Seulement cette notion est peu appliquée aux villes et à leurs milieux dirigeants, car les élections et les changements rapides de législation en matière municipale du xviiie siècle ont été des facteurs peu propices à l’apparition de patriciats. Les particularités juridiques de la Bourgogne des États, la stabilité des institutions provinciales notamment, ont créé des conditions contraires dans lesquelles la tendance à la constitution de dynasties, naturelle sous l’Ancien Régime, a pu s’épanouir.

  • 11 C. LAMARRE, Petites villes et fait urbain en France au xviiie siècle, Dijon, Éditions Universitair (...)
  • 12 C. DUGAS DE LA BOISSONY, « Les voyages d’honneur des États de Bourgogne de 1682 à 1785 », Annales (...)
  • 13 C. LAMARRE, « Fiscalité et société : la réforme de la taille négociale à Semur-en-Auxois en 1788 » (...)

16De plus les mairies ont dans notre province une importance particulière : leurs titulaires forment la chambre du Tiers État. Ici, à la différence de ce qui se passe dans les autres grandes provinces d’États du royaume, tous les maires de villes assistent de droit aux séances, soit à chaque tenue, soit alternativement pour les maires des petites villes des comtés adjacents réunis tardivement ; ils sont pour cela défrayés par les villes. L’honneur de côtoyer ce que la province compte de notables et de puissants est de plus en plus apprécié au cours du siècle, les listes de présence pratiquement complètes en font foi11. Un certain nombre de maires a, de plus, la possibilité de parvenir à tour de rôle à l’administration permanente de la province. Les charges d’Alcades et surtout celles d’Élus sont lucratives, au point que des familles privées de ces émoluments par la mort inopinée d’un parent maire peuvent, avec l’appui de l’intendance, obtenir un dédommagement du successeur soudain devenu maire et Élu de la province. Puis les Élus vont à Versailles présenter les doléances provinciales au roi, ils sont présentés à la famille royale, ils sont reçus par le gouverneur Condé, on fait jouer pour eux les grandes eaux12. Deux d’entre eux, à ce même titre d’Élus, eurent même l’avantage d’être appelés aux Assemblées des Notables convoquées par Calonne et Loménie de Brienne ; l’impression en a été si forte que ce trait de biographie a été rappelé à la mort de l’un d’eux dans les journaux locaux en 181513 ! Les mairies apportent ici un prestige social et des avantages financiers que l’on retrouve rarement ailleurs et qui expliquent l’attachement des hommes ou des familles aux fonctions municipales.

17Autre singularité, la situation de 1697 a duré jusqu’en 1789, elle a donc offert un cadre juridique exceptionnellement ferme et stable tout à fait propice à l’élaboration de stratégies familiales de conquête et surtout de conservation des mairies. La Bourgogne n’a connu aucun des nombreux épisodes de créations puis de suppressions d’offices municipaux généralement observés ailleurs dans le royaume ; les États ont systématiquement négocié le rachat des offices auprès du roi. Seule la réforme Laverdy a connu un début d’exécution dans les villes dépendant du Parlement de Paris (Auxerrois, Barséquanais, Mâçonnais), mais elle ne fut pas présentée au Parlement de Dijon, qui pourtant la réclama. L’épisode fut vite refermé par la réinstallation des maires sous les auspices des États en 1771.

  • 14 C. PETITFRÈRE, « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux xviie et xviiie siècles », dans (...)
  • 15 A. LOTTIN, « Messieurs du magistrat de Lille. Pouvoir et société dans une grande ville manufacturi (...)

18Une série de restrictions a enfin considérablement réduit le milieu dans lequel on pouvait choisir les maires. Les nobles, sauf quelques écuyers de récente noblesse, ne peuvent prétendre à des fonctions qui les amèneront à siéger au sein du Tiers État. Par convention imposée par les États (mais le texte n’a pas été retrouvé) l’exercice d’un mandat de maire est incompatible avec la propriété et l’exercice d’une charge royale. La règle a été bien observée, je n’ai relevé qu’une exception, celle du dernier vierg (ou maire) d’Autun : Pierre Roux. Cette disposition différencie foncièrement la Bourgogne et tranche sur d’autres cas observés comme celui de Tours analysé par Claude Petitfrère14, qui insiste sur la banalité des cas d’installation d’officiers « moyens » dans les mairies des villes ligériennes. Ajoutons enfin les convenances, au sens ancien et fort d’absence de disparate : les maires marchent sur le même rang que le premier officier du tribunal royal de la ville, ils doivent être socialement aussi de rang équivalent. Les dossiers de nomination livrent la position de 169 maires sur les 210 étudiés. J’avais précédemment analysé leur situation dans les petites villes ; l’enquête étendue aux villes et aux bourgs à mairie ne modifie pas fondamentalement le portrait. Les maires sont massivement des avocats au parlement de Dijon, c’est-à-dire qu’ils n’exercent pas le métier mais ont un titre, ce sont donc des rentiers. Dans les bourgs les maires exercent des professions de nature juridique aussi mais moins prestigieuses : on y rencontre des praticiens et des notaires. Restent quelques médecins, probablement pour partie aussi rentiers, des bourgeois et quelques écuyers qui ne pourraient prétendre à l’entrée dans la chambre de la noblesse conditionnée par cent ans de noblesse ou la possession d’un fief ; ils sont peu différents des hommes choisis à Lille, un siècle plus tôt par les archiducs et dont Alain Lottin rapporte qu’ils sont des « gentilhommes lettrés, rentiers et autres bien qualifiés »15.

  • 16 A.D. Saône-et-Loire, C 198.

19Tout cela créait un groupe aux contours sociologiques précis. Peu nombreux étaient en définitive les compétiteurs réunissant les qualités de rang, d’âge et de culture nécessaires, ce dont témoigne un dossier de tractations préalables à la nomination d’un maire de Charolles, dossier qui a été exceptionnellement conservé dans les archives de la subdélégation16. L’homme de confiance trouvé, on ne cherche guère à le remplacer ; au contraire, les États instituent un honorariat dans les fonctions de maire qui s’obtient au bout de vingt-cinq ans d’exercice et qui permet de conserver l’exemption d’impôts directs, la vie durant. Une telle mesure, loin de favoriser le renouvellement des maires (pourtant inscrit dans une nomination explicitement faite pour trois ans), pousse au contraire à la stabilité du personnel municipal sinon à sa sclérose.

  • 17 D. LIGOU, « Quelques caractères des municipalités bourguignonnes au xviiie siècle », Annales de la (...)

20Le choix des maires, officiellement celui des États, a toujours été fait à la suite de tractations entre plusieurs personnages influents de la province, entériné soit par Monsieur le Prince avant 1740, soit par le secrétaire d’État en charge de la province après cette date, comme l’a montré Daniel Ligou17. L’éloignement de Dijon, qui entraîne une moindre connaissance des groupes de notables urbains, est le dernier élément qui favorise visiblement l’installation définitive de familles dans les mairies. Les trois villes où le processus s’est complètement accompli sont effectivement lointaines, que ce soit Semur-en-Brionnais, très petite de surcroît, ou Auxerre et Avallon, à la fois villes d’enclaves et villes de confins.

21La constitution de ces patriciats urbains très stables et fermés, dont les caractères s’exacerbent encore au cours du siècle, a eu des conséquences importantes sur les villes bourguignonnes. Les maires ont été investis d’un pouvoir réel et étendu. Les États, en rachetant systématiquement les offices, leur ont assuré notamment un plein pouvoir de police sur les villes.

22Par leur présence aux États, les maires ont joué un rôle au niveau provincial dans les luttes entre la monarchie et les Parlements. Ils ont généralement, avec l’ensemble des membres des États, soutenu l’action des intendants ; le parti est parfaitement visible dans les épisodes les plus tendus comme l’affaire Varennes. En retour ils bénéficient du soutien de l’intendance contre leurs rivaux, officiers des bailliages et agents des seigneuries, et cela jusqu’en 1788 et dans une situation souvent très difficile puisque les officiers de bailliage ne peuvent devenir maires. Les intendants sollicitent des arrêts du Conseil pour conforter la position des maires et ils les obtiennent, bien que généralement les historiens constatent, ailleurs, un déclin de ces pratiques autoritaires de gouvernement après 1750. Les rencontres périodiques aux tenues ont enfin permis aux maires de développer des politiques communes, de créer des réseaux d’amitié et ou des rivalités qui stimulèrent les projets d’équipements urbains jusque dans les plus petites villes.

  • 18 A.D. Côte-d’Or, C 2.

23Mais toutes les conséquences de l’appropriation familiale des mairies n’ont pas été aussi heureuses. Ces maires bien installés avaient à côté d’eux des échevinages élus pour des durées brèves. Les maires en place depuis longtemps, prestigieux, tendent à réduire les échevins à un rôle purement nominal contre lequel ces derniers s’insurgent, envoyant plaintes sur plaintes aux bureaux de l’intendance. Le relevé de la correspondance du ministre en charge de la Bourgogne, Saint Florentin, examiné entre 1740 et 1757, peut donner un témoignage synthétique sur les moyens employés pour résoudre la difficulté18.

  • 19 H. RICHARD, « La réforme municipale de Nolay du 4 avril 1789 », Mémoires de la société d’histoire (...)

24Le contrôle des élections est une première solution pour s’assurer de la docilité des corps municipaux. On sent la surveillance à travers la réforme du calendrier qui, à partir de 1744, tend à instituer deux grandes vagues d’élections en janvier et juillet au lieu de les laisser se dérouler sur toute l’année, en fonction des habitudes de chacune des villes. Les incidents, cabales, tumultes, brigues, irrégularités, absence des habitants font l’objet de lettres. Durant ces dix sept années, neuf destitutions ont été prononcées, vingt-trois élections ont été cassées et à treize reprises des échevins ont été nommés d’autorité ; l’un d’entre eux, à Chalon-sur-Saône a même du être élu « par compromis », procédure vague... La reprise en main, après la mort de Monsieur le Prince, fut vigoureuse ; on envoya même le commandant Saulx-Tavannes présider des assemblées électorales à Beaune et à Chalon-sur-Saône en 1741 et en 1742, mais l’événement n’explique pas tout et les interventions continuent avec fermeté jusqu’en 1757. Plus tard cette politique de surveillance fut reprise d’une autre façon : la traditionnelle assemblée des habitants fut remplacée au coup par coup par des « assemblées municipales » composées de députés des différentes catégories sociales19.

  • 20 M. DORIGNY, Autun dans la Révolution française, tome 1, Économie et société urbaines en 1789, Le M (...)

25Un autre moyen de s’assurer des corps de ville plus dociles consiste à remodeler l’échevinage lui-même. Là encore, les décisions sont prises ville par ville, mais elles vont toutes dans le même sens : le nombre des échevins est réduit et surtout l’échevinat ne s’ouvre plus qu’à des gens de condition sociale très précise : ainsi, après 1751, l’hôtel de ville à Autun « sera composé de deux avocats, un procureur ou un notaire, un bourgeois ou un marchand », décision reprise à peu de choses près pour Charolles en 1754, Montbard en 1755, Seurre en 1756 etc. Finalement maires et échevins appartiennent au même milieu social ; ils ont donc des intérêts communs, ce que montre très bien M. Dorigny pour l’Autun prérévolutionnaire : Pierre Roux et ses quatre échevins sont gens du même monde, ils habitent la même rue, fréquentent la même confrérie et, pour trois d’entre eux, la même loge maçonnique20. Des difficultés de recrutement, semblables à celles observées pour les mairies, résultent de la constitution d’un patriciat aussi étroit pour les charges échevinales qui, elles, impliquent obligatoirement un renouvellement rapide. L’intendance admet peu à peu les allongements de mandats, voire la reconduction immédiate de certains échevins dans leurs fonctions.

26Ce petit monde échevinal est aussi traversé de rivalités internes. Tous ne sont pas égaux sauf devant l’avantage fiscal, le premier d’entre eux, et lui seul, accompagne le maire aux Etats ; c’est la raison pour laquelle les querelles pour la préséance sont nombreuses opposant notaires et procureurs à Semur-en-Auxois, gradués et non gradués à Chaussin en 1743, avocats et procureurs à Autun en 1747 par exemple. La réponse de l’intendance renforce l’identité sociale du groupe dirigeant les villes, car les gradués et les avocats l’emportent toujours au nom des convenances. Cela, à terme, peut apaiser les conflits internes, mais cette solution porte en germe d’autres difficultés avec l’apparition d’un sentiment d’éviction de la conduite des affaires urbaines, au moment même où elles deviennent plus nombreuses et plus importantes.

27Sans que les témoignages en soient visibles auparavant dans les papiers administratifs, le mécontentement éclate en 1788-1789. Le règlement des litiges ponctuels, fiscaux surtout, est différé. Les cahiers urbains de la Bourgogne septentrionale que j’ai pu consulter, les cahiers généraux des bailliages, réclament unanimement une profonde transformation du système d’administration et surtout des élections au scrutin, c’est-à-dire secrètes. Ce rejet s’accompagne d’un jugement global sévère sur les États dont on souhaite aussi la réforme. Cette attitude contraste avec celle des cahiers ruraux, du moins ceux du Châtillonnais, qui n’évoquent pas la communauté d’habitants.

  • 21 J. FAYARD-DUCHÊNE, Les origines de la population de Sion à la fin du xviiiesiècle, Sion, 1994, p. (...)
  • 22 J. LAGROYE, Sociologie politique, Paris, Dalloz, 1991, p. 211.

28À l’issue de leurs travaux, de nombreux auteurs ont conclu à l’émergence d’un patriciat urbain. Souvent il se dissimule sous les apparences du renouvellement rapide des maires, tous choisis cependant dans un corps limité qui peut se coopter, comme à Nantes. J. Fayard-Duchêne a montré, en Suisse, à Sion, le fonctionnement d’un système comparable appuyé sur l’existence d’un corps d’élus à vie qui alternent au Magistrat, ce qu’un historien de 1812 a qualifié « d’aristocratique et démocratique »21. Tous ces systèmes relèvent de ce que J. Lagroye appelle « la sélection organisée des dirigeants politiques »22. En Bourgogne, les conditions étaient réunies pour aboutir à la formation d’un patriciat, mais une autre voie, celle des nominations, a conduit à une fermeture plus visible et sans doute plus réelle des mairies.

  • 23 M. AGULHON, L. GIRARD, J.-L. ROBERT, W. SERMAN, Les maires en France du Consulat à nos jours, Pari (...)

29M. Agulhon23 a étudié les cohortes des maires français du xixe siècle, il a constaté que, progressivement et aussi longtemps qu’ils sont nommés, s’affirme une tendance à un léger accroissement de la durée des mandats (elle varie de 13 ans 6 mois en 1811 à 16 ans 9 mois en 1866), et à l’apparition de dynasties : en 1866 11 % des maires ont un parent qui a déjà exercé la fonction, 2 % en ont deux. Cette installation des familles s’explique, pour lui, par la confusion entre les fonctions politiques et administratives qui renvoie à l’exemple de l’Angleterre des xviiie et xixe siècles où toute l’administration locale était aux mains de bénévoles installés, en règle générale, toute leur vie dans leurs fonctions.

30Le raisonnement peut s’appliquer à la Bourgogne où les maires ont un statut complexe et un triple rôle au service de leur ville, de la province à travers les États et de la monarchie comme fréquents subdélégués de l’intendant. Hommes de confiance, on attendait d’eux surtout une gestion prudente et conciliante, le maintien de l’ordre et du calme. Dans ces conditions n’était-il pas inéluctable qu’ils se maintiennent en fonction et même proposent leurs successeurs ? Cette situation, singulière en France par son achèvement, portait sa faiblesse en elle-même du fait de ses rigidités et de son évidence. La révolution municipale, précoce et radicale, n’épargna que quelques maires patriotes.

Notes

1 J. GARNIER et E. CHAMPEAUX, Les institutions communales en Bourgogne sous l’Ancien Régime, Roanne, Horvath, 1976 (rééd. du livre 3 de L’introduction des chartes de communes et d’affranchissements en Bourgogne, Dijon, 1918).

2 A.D. Côte-d’Or, C 3511 à C 3513.

3 Les mairies interrompues au χviiie siècle sont celles de très petites villes ou de bourgs : Givry, Bois-Sainte-Marie, Buxy, Coulmier-le-Sec.

4 E. LOCHOT, « Les deux destitutions du maire J.-F. Maufoux ou de la rivalité des pouvoirs », dans Actes du 59e CABSS (Congrès de l’Association bourguignonne des sociétés savantes), Beaune, 1991, p. 47-51.

5 A. COLAS, « Le père, l’héritier et l’ancêtre. Quelques images de la parenté chez les notables urbains au xve siècle. L’exemple de Bourges », Revue Historique, n° CCXCI/1,1994, p. 37-50.

6 J. NADAULT, Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Montbard (d’après le manuscrit inédit de J. Nadault), publié par L. MALLARD et J. NADAULT DE BUFFON, Avallon, éd. de Civry, 1979 (rééd. de l’édition de 1881).

7 P. GUIGNET, Le pouvoir dans la ville au xviiie siècle, Paris, EHESS, 1990, 591 p.

8 G. SAUPIN, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996,523 p.

9 Abbé C. COUTÉPÉE et E. BÉGUILLET, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Avallon, FERN, 1967,4 vol. (rééd. de l’édition de 1847,1 édition, 7 vol. 1778-1785).

10 F. CADILHON, « Les amis des amis : les cercles de pouvoir et la réussite en France au χviiie siècle », Revue Historique, n° CCLXXXIX/1,1993, p. 110-129.

11 C. LAMARRE, Petites villes et fait urbain en France au xviiie siècle, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 1993, 634 p.

12 C. DUGAS DE LA BOISSONY, « Les voyages d’honneur des États de Bourgogne de 1682 à 1785 », Annales de l’Est, t. 38, 1986, p. 251-308.

13 C. LAMARRE, « Fiscalité et société : la réforme de la taille négociale à Semur-en-Auxois en 1788 », dans Actes du 59e CABSS, Semur-en-Auxois, 1988, p. 63-70.

14 C. PETITFRÈRE, « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux xviie et xviiie siècles », dans Les officiers « moyens » à l’époque moderne, France, Angleterre, Espagne, études réunies par M. CASTAN, Limoges, PULIM, 1998, p. 121-138.

15 A. LOTTIN, « Messieurs du magistrat de Lille. Pouvoir et société dans une grande ville manufacturière (1598-1667) », dans Pouvoir, villes et société en Europe. 1650-1750, Actes réunis par G. LIVET et B. VOGLER, Paris, Ophrys, 1983, p. 191-201.

16 A.D. Saône-et-Loire, C 198.

17 D. LIGOU, « Quelques caractères des municipalités bourguignonnes au xviiie siècle », Annales de la faculté des Lettres et Sciences Humaines de Nice, n° 9-10, 1969, p. 145-157.

18 A.D. Côte-d’Or, C 2.

19 H. RICHARD, « La réforme municipale de Nolay du 4 avril 1789 », Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Beaune, t. LXVIII, 1987, p. 56-80 et C. LAMARRE, op. cit., note 11.

20 M. DORIGNY, Autun dans la Révolution française, tome 1, Économie et société urbaines en 1789, Le Mée, Amattéïs, 1988, 268 p.

21 J. FAYARD-DUCHÊNE, Les origines de la population de Sion à la fin du xviiie siècle, Sion, 1994, p. 49-50.

22 J. LAGROYE, Sociologie politique, Paris, Dalloz, 1991, p. 211.

23 M. AGULHON, L. GIRARD, J.-L. ROBERT, W. SERMAN, Les maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, 462 p.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les sorties de charge des maires
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau 2 : Transmission familiale indiquée dans la nomination du maire
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

Auteur

Université de Bourgogne

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540