Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Les processus de formation, pérennisation ou remplacement du patriciat

Les maires de Tours aux xviie-xviiie siècles : patriciens ou hommes nouveaux ?

Claude Petitfrère

Texte intégral

  • 1 A. FURETIÈRE, Dictionnaire Universel, 1690.

1Le patriciat existe-t-il dans la France moderne ? À cette époque le mot ne semble pas avoir été employé pour désigner une réalité sociale contemporaine mais seulement en référence à l’Antiquité romaine. Pour Antoine Furetière par exemple, était patricien « celuy qui étoit issu des Sénateurs, et des premiers fondateurs de la République romaine »1. Cela n’enlève pas aux historiens le droit d’utiliser le vocable, à condition d’en définir précisément le sens.

2J’écarterai, pour ma part, l’adéquation de « patriciat » à « élite » ou « notabilité », termes qui me paraissent trop larges, et postulerai que le patricien est celui qui appartient à une famille enracinée dans la ville et dans l’exercice du pouvoir citadin, ce qui suppose un certain niveau de richesse et entraîne la considération de ses concitoyens.

  • 2 R MAILLARD, dans B. CHEVALIER dir., Histoire de Tours, Toulouse, Privât, 1985, p. 193.
  • 3 Le montrent les documents notariés — contrats de mariage, inventaires après décès, partages — que (...)

3Les maires d’une ville importante de province comme Tours, dont la population a oscillé entre 20 et 30 000 habitants au cours des xviie et xviiie siècles, le plus haut niveau semblant atteint dans les années 16902, répondent incontestablement à trois de ces critères. Ce sont des personnages relativement fortunés3, connus et respectés dans la cité et, au sein du corps de ville, ce sont eux qui exercent principalement le pouvoir, même si leur liberté de manœuvre est toute relative en raison de la pénurie financière chronique de la ville, et si la tutelle monarchique, par le biais du contrôle des intendants, restreint largement leur initiative, dès la seconde moitié du « Grand Siècle ». Il reste à savoir si ces hommes appartiennent à des familles enracinées dans la cité et l’institution municipale.

  • 4 Gilles-Bertrand était premier président au siège présidial de Tours. Son père, Gilles, titulaire d (...)

4Un simple coup d’œil sur la liste des maires d’Ancien Régime révèle l’existence de dynasties. La plus belle est incontestablement celle des Cottereau dont la présence s’étale du début du xvie siècle au premier xviiie : cinq maires portent en effet ce patronyme, depuis Guillaume qui exerça la charge en 1525 jusqu’à son arrière petit-fils, Gilles-Bertrand maire en 1718-17194. Ils sont suivis au palmarès par les Le Blanc. Le dernier à s’asseoir au fauteuil de maire, en 1637-1638, fut Pierre, sieur de La Roche, président et lieutenant criminel au présidial. Trois de ses proches parents ont exercé avant lui la première magistrature de la ville : Jean, son demi-frère en 1618-1619, son oncle paternel, également prénommé Jean, seigneur de La Vallière, qui fut maire par deux fois en 1575 puis en 1589, enfin son grand-père paternel, Laurent, aussi seigneur de La Vallière, maire en 1558-1559. On peut citer également les Taschereau. Si le seul Jean, sieur de Baudry, a été maire (de 1679 à 1682), la famille fut très présente au sein du corps de ville puisque cinq personnages de ce nom ont été échevins dans un large xviie siècle, trois avant le mairat de Jean (Michel Taschereau, sieur du Breuil en 1611, Jean, sieur de Baudry en 1636, Michel en 1657), puis deux après lui : Michel Taschereau sieur des Tourelles, en 1686, enfin Jean Taschereau des Pictières en 1701.

  • 5 Compte non tenu des trois échevins (François Dubois, Charles Thomas et Nicolas Patas) qui exercère (...)
  • 6 La composition du corps municipal de Tours fut plusieurs fois modifiée durant les trois siècles de (...)
  • 7 P. GUIGNET, « Permanences et renouvellement des oligarchies municipales à Lille et à Valenciennes (...)
  • 8 G. SAUPIN, Nantes au xviie siècle. Vie politique et Société urbaine, Rennes, PUR, 1996, p. 351-353

5Sont donc identifiables au premier regard, trois familles que l’on peut à coup sûr qualifier de « patriciennes ». Un tout petit nombre, comparé aux 65 maires qui se succédèrent de 1619 à 17895, années que nous avons prises pour limites chronologiques de notre échantillon parce qu’elles correspondent à des réformes, plus ou moins importantes, de l’institution6. On peut toutefois se demander s’il n’existe pas de volonté ou d’espoirs dynastiques dans d’autres familles. Pour tenter de répondre à cette question, nous partirons à la recherche de dynasties embryonnaires, ainsi que l’ont fait Philippe Guignet pour les villes du Nord, notamment Lille et Valenciennes7 et Guy Saupin pour Nantes8, en repérant les maires dont pour le moins un ancêtre de leur nom a été présent avant eux à l’un des deux niveaux les plus élevés du corps de ville, le mairat et l’échevinage, afin de les distinguer de ceux dont le patronyme apparaît pour la toute première fois parmi l’élite municipale.

6Les maires qui se trouvent dans le premier cas et appartiennent à des familles que nous dirons par commodité « anciennes » sont au nombre de 17 sur 65, soit environ 26 %. Ils se retrouvent moins fréquemment au xviie siècle (10 sur 51, soit à peine 20 %) qu’au xviiie (7 sur 14, la moitié de l’effectif), ce qui est a priori peu surprenant, puisque les dynasties ont eu davantage le temps de se constituer au fil des décennies.

  • 9 Les lettres patentes de 1589 soulignaient l’importance de cet enracinement puisqu’elles précisaien (...)
  • 10 La recherche est grandement facilitée par l’existence d’un fichier exhaustif des familles, constit (...)
  • 11 Nous en avons dénombré 25 : la plupart du temps, nous déduisons ce fait de l’absence de leur patro (...)

7Efforçons-nous maintenant de circonscrire les caractéristiques des personnages appartenant à des familles « anciennes », en les rapportant à celles des « hommes nouveaux ». Et d’abord les lignages des premiers sont-ils mieux enracinés dans la ville9 ? Il le semble bien puisque les familles « anciennes » figurent toutes dans les registres paroissiaux de Tours10, au moins depuis la génération paternelle, mais parfois bien avant : depuis le bisaïeul (pour César Cottereau, Joseph Aubry, Julien Dubois, François-Nicolas Preuilly), le trisaïeul (pour Gilles Cottereau, Jean-Joseph Aubry), voire l’ascendant au 5e degré (pour Jean Taschereau ou Gilles-Bertrand Cottereau). En ce qui concerne les « hommes nouveaux » au contraire, la présence de leur famille à Tours ne remonte pas au-delà du bisaïeul (pour Charles Mathé, Jean-Jacques Rabasche et Michel Banchereau) et surtout les maires qui sont, autant qu’on en puisse juger, les premiers représentants de leur lignée demeurant à Tours constituent environ la moitié de l’effectif11.

  • 12 Nous avons traité cette question dans « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux xviie et (...)
  • 13 Il ne resta d’ailleurs en charge que deux mois, en juillet et août 1694, car il mourut à la fin de (...)

8Un deuxième élément de comparaison concernera le niveau social. Nous noterons d’abord que les maires appartenant à une famille « ancienne » sont tous des officiers, la plupart membres du présidial, ou, à un moindre degré, du bureau des finances12, à la seule exception de François Desloges, sieur de Vontes et de La Dorée, qui semble avoir vécu de ses rentes, et avoir acquis pour seul office vénal celui de maire que Louis XIV venait de créer en août 169213. Par contre, parmi les « hommes nouveaux », on trouve 6 maires qui n’étaient pas des officiers : 3 avocats (Jean Patrix et Pierre Mesnard au xviie siècle, Guillaume Josse au début du xviiie), et 3 marchands (Nicolas Leroux et Georges Péan au xviie, Michel Banchereau à la fin du xviiie siècle).

  • 14 II faut cependant tenir compte du fait que la profession de tous les pères de maires appartenant à (...)
  • 15 Il s’agit d’une part de François Hubert, trésorier de France, maire en 1686-1689, qui ne figure d’ (...)

9Au-delà de cette première différence, on peut se demander si la tradition de l’office ne serait pas mieux ancrée dans les familles « anciennes » que dans celle des « hommes nouveaux » dont les origines marchandes pourraient être moins éloignées. En fait la plupart des pères des « hommes nouveaux » appartenaient déjà au monde de l’office (19 sur 49) tout comme ceux des maires relevant des familles « anciennes » (12 sur 17), mais dans une proportion deux fois moindre (moins de 39 % contre 70 %)14. Surtout 8 maires considérés comme des « hommes nouveaux » avaient un père marchand, alors que ce n’est le cas que pour 2 des maires présumés « patriciens »15.

  • 16 G. SAUPIN, op. cit.,p. 181.

10Nous n’avons jusqu’à présent considéré que les ascendances patronymiques, ce qui nous paraît beaucoup trop réducteur. Il convient de rechercher les alliances matrimoniales des ancêtres tant du côté paternel que maternel afin de reconstituer « ces constellations familiales qui s’échangent protections et recommandations dans les réseaux de parenté » dont parle Guy Saupin16.

  • 17 Soit un aïeul au 4e degré, Guillaume Cottereau (maire en 1525-1526), 3 bisaïeux — Claude Cottereau (...)
  • 18 Les racines municipales de Jean Decop se résument à son père et deux cousins assez éloignés, les D (...)

11Douze maires sur les 17 relevant des familles « anciennes » telles que nous les avons précédemment déterminées comptent un ou plusieurs maires ou échevins parmi leurs aïeux qui ne portaient pas leur patronyme. Le cas le plus patent est celui de Jean Taschereau dont cinq des ascendants non patronymiques avaient été maires17. Ceux des présumés « patriciens » qui n’étaient pas dans ce cas étaient soit des maires du début de la période pour lesquels l’espace-temps antérieur à leur mairat est plus court — Nicolas Joubert, César Cottereau et Jacques Bouet —, soit des personnages dont les ascendances marchandes étaient très proches : François Hubert (maire en 1686-1689) et Jean Decop (maire en 1765-1768)18.

  • 19 Il reste 7 cas douteux ou incertains.

12Parmi les hommes présumés nouveaux dont nous connaissons les ascendances, 34 individus sur un total de 48 ne semblent avoir été précédés au corps de ville par aucun ancêtre, mais 7 ont, à coup sûr, été dans le cas contraire19. Certains sont même remarquablement pourvus, comme Michel Tarteret, un conseiller au présidial qui fut maire en 1662-1663. Il était le petit-neveu d’Etienne Pallu, maire en 1612, et l’arrière-petit-fils d’Eustache Gault (maire en 1595-1596). Ces deux ancêtres l’apparentaient aussi à Jean Gault (maire en 1606-1607), à Jacques Gaultier (maire en 1619-1621), aux Bedacier (dont un représentant, Thomas, fut maire en 1624-1626), ainsi qu’aux Bouet ·— deux maires portent ce patronyme, Charles (1596-1597) et Jacques (1645-1646) — et aux Milon (François Milon fut maire en 1644-1645) : 8 maires par conséquent dans sa famille grâce aux alliances de ses ancêtres, même si aucun n’avait porté son patronyme.

13Au total, ce ne sont donc plus 17 maires que l’on pourrait supposer « patriciens » comme il apparaissait à l’examen des seuls patronymes, mais 24, pratiquement 37 % de l’effectif.

14Nous devons enfin être attentif aux alliances matrimoniales conclues par les maires eux-mêmes. Ceux qui appartiennent à des familles « anciennes » épouseraient-ils plus souvent que les autres des femmes appartenant à des lignées échevinales ?

15Quinze maires précédés par un membre de leur lignée aux deux plus hauts niveaux du corps de ville se sont mariés, Pierre Leblanc et Gilles-Bertrand Cottereau étant, semble-t-il, restés célibataires. Seulement 5 d’entre eux ont épousé des filles dont le patronyme avait déjà été, au moment de leur mairat, représenté dans l’institution municipale : il s’agit de César Cottereau (maire par deux fois, en 1627-1629 puis 1641-1642), marié à Jacqueline Gaultier, fille de Jacques maire en 1619-1621, Etienne Pallu, maire en 1629-1630, qui avait épousé une sœur de la précédente, Marguerite Gaultier, Jean Taschereau, maire de 1679 à 1682, dont la femme Françoise Collin, était la fille de Charles, élu échevin en 1668, François Desloges, maire en 1694, marié à Marguerite Goulart dont un parent, Charles, avait été élevé à l’échevinage en 1664, et Joseph Aubry, maire en 1719-1721, époux de Françoise Elisabeth Aveline, la nièce du maire de 1689-1690, prénommé Philibert.

  • 20 Il est cependant probable que l’épouse de Claude Dumoulin, Anne Delasalle, était apparentée à Foul (...)

16Parmi les « hommes nouveaux », on recense deux célibataires (Jacques Touschellée et Jacques Dubois) et les épouses de 7 autres maires n’ont pas pu être identifiées20. Il reste par conséquent 39 individus, parmi lesquels 17 ont épousé des filles dont le patronyme avait déjà été représenté aux deux plus hauts niveaux du corps de ville, soit une proportion (43,5 %) supérieure à celle notée pour les individus appartenant à une famille « ancienne » (33 %). Même si l’on n’est pas dupe de l’exactitude de pourcentages calculés sur de si petits nombres, on retiendra la tendance comme un indice du souci des « hommes nouveaux » qui avaient une ambition municipale de trouver un « parti » dont le patronyme était déjà connu au sein de l’élite du corps de ville. Parmi eux 7 se sont mariés à des filles de maires : Charles Péquineau (maire en 1636-1637) à Catherine Gaultier, fille de Jacques (1619-1621), André I Coudreau (1650-1652) à Catherine Joubert fille de Nicolas (1626-1627), François Nau (1655-1656) dont la deuxième épouse était Isabelle Leroux fille du maire Nicolas (1638-1639), Charles Bigot (1660-1661) époux de Marie Foulon fille de Louis (maire en 1646-1648), Alexandre Lefeuvre (1668-1669), marié à Marie Paris, fille de François, le maire de 1643, François Delabarre (1676-1677) époux de Catherine Patrix fille de Jean (1643-1644), et Louis Benoît de La Grandière (1768-1771), le seul maire du xviiie siècle représenté dans cette liste qui s’est marié à Madeleine Rabasche, fille de Jean-Jacques (1724-1747). Ajoutons que René Chauvet (1634-1636) était le beau-frère de César Cottereau qui avait été maire une première fois avant lui, en 1627-1629 et avait été précédé sur le siège de premier magistrat du corps de ville par deux membres de sa lignée. Enfin, en épousant Madeleine Forget, François Paris (maire en 1643) avait fait alliance avec une famille qui s’était brillamment illustrée à l’hôtel de ville puisque 3 maires du xvie siècle portent son nom, Pierre Forget, élu en 1530, César élu en 1593 et le grand-père de Madeleine, Jean, élu en 1598.

17Naturellement, les épouses pouvaient aussi compter des maires ou échevins dans leur ascendance non patronymique. Ainsi Suzanne Hardy, l’épouse de Jacques Bouet, un maire (1645-1646) rangé parmi les candidats au patriciat, était par sa mère la petite fille d’Etienne Pallu (maire en 1611-1613) et comptait, grâce à sa grand-mère maternelle Suzanne Gault, deux autres maires parmi ses ancêtres (Eustache Gault,. maire en 1595-1596) et Jean Gault (1606-1607). Un « homme nouveau » comme René Cazet, maire en 1658-1659 n’était pas seulement devenu par son mariage le gendre d’un échevin, Jean Taschereau (élu en 1636), mais le petit-fils par alliance d’Aule Galland, maire en 1597-1598, et comptait dans sa nouvelle parenté Jean Patrix, maire en 1643-1644.

18En définitive, il nous semble clair que, grâce aux alliances matrimoniales, les familles « anciennes » s’ouvrent largement aux familles « nouvelles » et que ces dernières recherchent ces mariages comme un moyen de favoriser leurs ambitions municipales.

  • 21 C PETITFRÈRE, « Vox populi, vox régis ? L’élection des maires de Tours au xviie et xviiie siècles  (...)

19Résumons l’ensemble de nos informations. Il convient de réserver le cas de 7 maires dont la parenté nous est inconnue ou reste incertaine. Sur les 58 autres, il apparaît que 45 étaient apparentés, par le sang ou leurs alliances matrimoniales, à des hommes qui avaient occupé avant eux une place de maire ou d’échevin et que 13 seulement appartenaient à des familles totalement nouvelles (20 à 22 % de l’échantillon selon que l’on compte ou non les 7 cas litigieux). À deux exceptions près, les maires qui semblent ne bénéficier d’aucune ascendance ou alliance dans l’élite municipale ont tous accédé à l’étage supérieur du corps de ville avant le règne personnel de Louis XIV, c’est-à-dire à une époque où les informations généalogiques sont moins complètes et moins sûres, ce qui est peut-être responsable de quelques oublis de notre part, et où, de toute façon, les familles représentées au plus haut niveau de l’institution municipale sont moins nombreuses, donc les probabilités d’ascendance ou d’alliance moins grandes. Les deux seuls exemples recensés ultérieurement à 1660 sont des cas un peu particuliers : Jean-Baptiste Gaullepied maire en 1677-1678 était fraîchement issu de la marchandise, un milieu peu propice à l’intégration dans l’élite municipale, et Jacques Cormier de La Picardière, maire en 1764-1765, qui appartenait à une famille amboisienne dut à la faveur de Choiseul son accession au mairat de Tours21.

  • 22 Cette famille s’illustrera au plan national : le maréchal de Louis XIV, Nicolas Catinat, était le (...)
  • 23 Selon C. PORT, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Paris-Anger (...)

20De plus, à y regarder de près, il apparaît que la plupart des maires qui ne bénéficient pas d’ascendance ou d’alliance dans les familles déjà représentées aux deux plus hauts niveaux du corps municipal ne sont pas originaires de la ville. Citons par exemple, outre Cormier de La Picardière, François Morin, maire en 1630-1631, dont les ascendants vivaient à Loches du côté de son père, à Amboise du côté de sa mère, et qui a épousé la fille d’un conseiller au parlement de Rennes, Georges Catinat, maire en 1632-1634 dont le père était conseiller au parlement de Paris et la famille originaire du Perche22, ou encore Louis Foullon qui appartenait à une vieille famille de judicature bien représentée dans un corps de ville, mais celui de Saumur et non celui de Tours23.

  • 24 J. MAILLARD rejette la notion de caste municipale : « Le terme est trop fort et il donne une mauva (...)
  • 25 G. SAUPIN, op. cit., chap. XIII, « Le renouvellement des familles dans la municipalité », p. 345-3 (...)
  • 26 P. GUIGNET a montré qu’il existe dans presque toutes les villes qu’il a étudiées, à la fois une «  (...)
  • 27 C PETITFRÈRE, « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux xviie et xviiie siècles », op. c (...)

21Il existe donc bien, à notre sens, un patriciat municipal tourangeau dans les deux derniers siècles de l’Ancien Régime, mais pas plus que celui d’Angers24, de Nantes25 ou des villes du Nord26, il ne faudrait l’imaginer refermé sur lui même comme une caste. Ce patriciat ressemblerait plutôt à une nébuleuse aux contours mouvants, et qui se renouvelle progressivement au cours des décennies par l’acceptation en son sein d’éléments allogènes. Une nébuleuse qui serait organisée autour d’un noyau dense constitué par les trois dynasties repérées au début, celles des Cottereau, Leblanc et Taschereau, autour desquelles gravitent beaucoup d’autres lignées. Ainsi Gilles-Bertrand Cottereau n’avait pas seulement dans sa parentèle les 4 maires qui ont porté avant lui son patronyme au plus haut niveau du corps de ville, mais tous ceux qui avaient pour nom Gaultier, Ruzé, Leblanc, du Faultray, Forget, Aveline, Tournier : au moins 12 maires de plus. À partir de ce noyau, nous trouvons tout un dégradé de familles de moins en moins liées au mairat et à l’échevinage. La coloration patricienne est donc plus ou moins forte selon les familles, ou si l’on veut, l’intégration de ces dernières au sein du patriciat est inégale et décroissante jusqu’à cette douzaine de familles qui en sont totalement exclues, car elles se singularisent soit par des origines géographiques étrangères à la ville, soit par des origines marchandes trop récentes, ce qui constitue, comme nous l’avons montré ailleurs, un handicap pour accéder au mairat jusqu’à la fin de l’Ancien Régime27.

Notes

1 A. FURETIÈRE, Dictionnaire Universel, 1690.

2 R MAILLARD, dans B. CHEVALIER dir., Histoire de Tours, Toulouse, Privât, 1985, p. 193.

3 Le montrent les documents notariés — contrats de mariage, inventaires après décès, partages — que nous avons accumulés au cours d’une recherche entreprise il y a plusieurs années déjà.

4 Gilles-Bertrand était premier président au siège présidial de Tours. Son père, Gilles, titulaire du même office, fut maire en 1672-1675. Il était lui-même fils de César Cottereau, président au présidial, maire par deux fois en 1627-1629 puis en 1641-1642. Le père de ce dernier, Claude, seigneur du Clouzot, trésorier de France, avait accédé au mairat en 1590-1591, et le grand-père, Guillaume, seigneur du Vivier, avait été maire en 1525.

5 Compte non tenu des trois échevins (François Dubois, Charles Thomas et Nicolas Patas) qui exercèrent à tour de rôle l’office de maire alternatif réuni en 1708 à l’échevinage.

6 La composition du corps municipal de Tours fut plusieurs fois modifiée durant les trois siècles de l’époque moderne. Ses statuts originels, accordés par Louis XI en 1462, avaient créé un maire, 24 échevins et un receveur des deniers communs, mais la pratique leur avait adjoint 75 « pairs », élus à vie comme les échevins. Des lettres patentes d’Henri III, datées du 3 mai 1589, le rendirent conforme « à son premier établissement », en supprimant les pairs remplacés par 2 « élus » qui devaient siéger pendant deux ans seulement. Des lettres patentes de février 1611 réduisirent la compagnie à un maire et 4 échevins « éleus et choisis par les manans et habitans des paroisses de ladite ville, en la mesme forme et manière que ceux de la Ville de Paris », mais les « Bourgeois, Manans et Habitans » de Tours obtinrent l’abrogation de cette décision — qui n’avait d’ailleurs pas été appliquée —, par l’arrêt du Conseil du 25 juin 1619. Celui-ci conserva l’essentiel de la structure traditionnelle en se bornant à multiplier par deux le nombre des élus, précisant qu’ils devaient être « choisis des plus notables Bourgeois et Marchands ». L’arrêt de juillet 1724 devait bouleverser bien davantage l’institution. Il diminua fortement l’effectif municipal qui, avec le maire, ne comprit plus que 6 échevins, 2 conseillers assesseurs, remplaçant les anciens « élus », un procureur du roi et un greffier. D’autre part, le mandat du maire, d’annuel qu’il était jusqu’alors, fut porté à 4 ans. Enfin, Tours fut concernée par la réforme du contrôleur général L’Averdy qui, pour la première fois, avait l’ambition d’uniformiser les institutions municipales du royaume, jusque-là très diverses. Imposée pour l’essentiel par les deux édits d’août 1764 et mai 1765, elle prévoyait pour les villes de 4 500 habitants et plus, donc pour Tours, un maire choisi pour 3 ans, 4 échevins et 6 conseillers de ville dont les mandats respectifs étaient de deux et six ans, un syndic-receveur et un secrétaire-greffier (cf. C. PETITFRERE, « Vox populi, vox regis ? L’élection des maires de Tours aux xviie et xviiie siècles », dans Actes du Colloque de Pérouse, 1997 (à paraître).

7 P. GUIGNET, « Permanences et renouvellement des oligarchies municipales à Lille et à Valenciennes (de Louis XIV à la Révolution) », dans Pouvoir, ville et société en Europe 1650-1750, Actes réunis et publiés par G. LIVET et B. VOGLER, Paris, Ophrys, 1983, p. 203-216. Du même auteur, Le pouvoir dans la ville au xviiie siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, EHESS, 1990, p. 328-344.

8 G. SAUPIN, Nantes au xviie siècle. Vie politique et Société urbaine, Rennes, PUR, 1996, p. 351-353.

9 Les lettres patentes de 1589 soulignaient l’importance de cet enracinement puisqu’elles précisaient qu’aux charges de maire et échevins, ne pouvaient être « admises aucunes personnes, sinon qu’ils [sic] soient natifs et originaires de ladite ville, ou mariez à femmes ou filles nées en icelle, ou originaires, et pourveu aussi qu’ils soient nées [sic] en loyal mariage... », Tiltres de l’établissement du corps de ville de Tours. Privilèges de Messieurs les maires, eschevins et habitans d’icelle, Tours, Estienne La Tour, 1661, p. 30-35. Un exemplaire de ce recueil est conservé aux archives diocésaines de Tours.

10 La recherche est grandement facilitée par l’existence d’un fichier exhaustif des familles, constitué sous l’impulsion de la conservatrice des archives municipales de Tours, Madame Gascuel, à partir du dépouillement de l’ensemble des registres paroissiaux de la ville.

11 Nous en avons dénombré 25 : la plupart du temps, nous déduisons ce fait de l’absence de leur patronyme du fichier de l’état civil ancien, ce qui, bien sûr, n’est pas une preuve absolue car la plupart d’entre eux ont été maire avant le règne personnel de Louis XIV, c’est-à-dire que leurs ascendants vivaient à une époque où les informations fournies par les registres paroissiaux sont forcément moins nombreuses et aussi moins sûres que pour la période postérieure.

12 Nous avons traité cette question dans « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux xviie et xviiie siècles », dans Les officiers « moyens » à l’époque moderne, Etudes réunies par M. CASSAN, Limoges, PULIM, 1998, p. 121-138.

13 Il ne resta d’ailleurs en charge que deux mois, en juillet et août 1694, car il mourut à la fin de ce dernier mois.

14 II faut cependant tenir compte du fait que la profession de tous les pères de maires appartenant à une famille « ancienne » nous est connue, alors que nous ignorons celle de 12 pères d’« hommes nouveaux ».

15 Il s’agit d’une part de François Hubert, trésorier de France, maire en 1686-1689, qui ne figure d’ailleurs dans la liste des présumés « patriciens » que parce que son frère Nicolas l’avait précédé au corps de ville où il fut élu en tant qu’échevin en 1681 (leur père, Simon, était marchand drapier en soie), d’autre part de Jean Decop, avocat du roi au bureau des finances et maire en 1765-1768 dont le père, René, avait commencé sa vie active comme marchand, avant d’acquérir une charge de trésorier de France.

16 G. SAUPIN, op. cit.,p. 181.

17 Soit un aïeul au 4e degré, Guillaume Cottereau (maire en 1525-1526), 3 bisaïeux — Claude Cottereau (1590-1591), Aule Galland (1597-1598) et Jacques Gaultier (1619-1621) — enfin, son grand-père maternel, César Cottereau qui fut par deux fois le premier magistrat de Tours, en 1627-1629 et 1641-1642.

18 Les racines municipales de Jean Decop se résument à son père et deux cousins assez éloignés, les Decop de Montconseil, tous acquéreurs d’offices d’échevins à la fin du règne de Louis XIV. Cela s’explique sans doute par ses ascendances marchandes puisque le père a été le premier à acquérir une charge d’officier, celle de trésorier de France. Le cas de François Hubert (dont l’appartenance à notre échantillon de familles « anciennes » est discutable car elle est due à la seule présence, antérieure à la sienne, dans l’échevinage de son frère Nicolas) est assez semblable : lui aussi appartenait à une famille de marchands et il fut le premier à sortir de ce milieu en acquérant une charge de trésorier de France.

19 Il reste 7 cas douteux ou incertains.

20 Il est cependant probable que l’épouse de Claude Dumoulin, Anne Delasalle, était apparentée à Foulques de La Salle, maire en 1568, et qu’Isabelle Péan, femme de Nicolas Leroux, l’était à François Péan, sieur de la Léaudière, qui avait été fait échevin en 1600.

21 C PETITFRÈRE, « Vox populi, vox régis ? L’élection des maires de Tours au xviie et xviiie siècles », op. cit.

22 Cette famille s’illustrera au plan national : le maréchal de Louis XIV, Nicolas Catinat, était le neveu du maire de Tours.

23 Selon C. PORT, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Paris-Angers, 1867, art. « Foullon (François) ».

24 J. MAILLARD rejette la notion de caste municipale : « Le terme est trop fort et il donne une mauvaise image des relations qui unissent alors quelques familles d’officiers municipaux, minoritaires au sein de l’assemblée municipale. Entre elles existent des alliances, tout un réseau de parentés diverses ; mais elles n’accaparent pas toutes les places. Le recrutement du corps de ville est assez ouvert. », op. cit., p. 234.

25 G. SAUPIN, op. cit., chap. XIII, « Le renouvellement des familles dans la municipalité », p. 345-376.

26 P. GUIGNET a montré qu’il existe dans presque toutes les villes qu’il a étudiées, à la fois une « oligarchie scabinale » constituant un noyau dur de familles « pouvant se prévaloir de plus de quarante ans de fonctions au sein du Magistrat » et une « cohorte de familles scabinales éphémères » (Le pouvoir dans la ville..., op. cit., p. 343-344).

27 C PETITFRÈRE, « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux xviie et xviiie siècles », op. cit.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540