Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Les processus de formation, pérennisation ou remplacement du patriciat

Le patriciat de Porto au xvie siècle

Pedro De Brito

Texte intégral

  • 1 P. DE BRITO, Patriciado urbano quinhentista : As famtlias dominantes do Porto (1500-1580), Porto, (...)
  • 2 P. GOUBERT, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la Fran (...)
  • 3 P. DE BRITO, « Ο patriciado urbano na recente historiografia alemâ », Revista da Faculdade de Letr (...)

1Quand j’ai commencé à préparer ma thèse de maîtrise en 19871, j’ai recherché dans les bibliographies des travaux sur le sujet que je m’étais proposé : les élites urbaines au xvie siècle. Dans l’historiographie portugaise ce sujet était une nouveauté, et je n’ai rien trouvé dans les bibliographies espagnole, française, italienne et anglo-saxonne. Dans des monographies régionales telles que Beauvais et le Beauvaisis de Pierre Goubert2 on trouve bien sûr des chapitres sur ces élites, mais rien qui puisse nous aider à établir une méthode de recherches spécifique pour ce sujet. Donc je me suis résolu à développer ma propre méthode et à établir un schéma de travail. Ce n’est que beaucoup plus tard, ma thèse déjà écrite et présentée à la Faculté de Lettres de Porto, que j’ai découvert l’énorme expérience qu’avait l’historiographie allemande3 dans ce champ, et j’en ai fait fort usage depuis lors.

Le réseau des familles dominantes

  • 4 C. A. DE MORAIS, Pedatura Lusitana (Nobiliario das familias de Portugal), publicado por Alexandre (...)
  • 5 F. GAYO, Nobiliario das Familias de Portugal, 15 vol., 28 tomos, Braga, 1938-1941.

2Les archives municipales de Porto possèdent une collection presque complète des actes du conseil municipal depuis 1395, ce qui m’a permis d’établir une liste non seulement des échevins, procureurs et secrétaires municipaux, mais aussi de tous ceux qui étaient présents aux conseils. Pour la période 1500-1580 cette liste est composée de 1 602 personnes différentes. Utilisant ensuite deux gros traités de généalogie déjà publiés (l’un du xviie siècle4, l’autre du xviiie-xixe siècle5) j’ai réussi à classer la plupart de ces personnes dans soixante dix familles. Je suis finalement arrivé à la conclusion qu’un groupe plus réduit d’à peu près une douzaine de familles a détenu le contrôle effectif de la ville pendant cette période.

Les familles à d’échevins

3La figure 1 représente les charges principales dans la ville de Porto au xvie siècle. D’une part nous avons les charges dépendantes du pouvoir central, de la Couronne, d’autre part, les charges strictement municipales. Dans le sociogramme de la figure 2 on peut voir les familles qui ont détenu les charges de juges, échevins et procureurs pour cette période. L’ordre d’importance de ces familles est en rapport avec le nombre de charges détenues.

4Les Carneiros, par exemple, ont détenu le nombre le plus considérable de charges, ce qui est aussi dû au fait qu’ils étaient très nombreux — ils ont établi des rapports par mariage avec les 22 familles qui les entourent, dont quelques membres ont aussi tenu des charges d’échevin ou procureur. Cela signifie qu’entre 1500 et 1580 il y avait toujours un Carneiro ou l’un de ses parents directs dans chaque échevinage. On peut se rendre compte du pouvoir que cette famille exerça dans la ville ; le fait que les secrétaires royaux ont été successivement des Carneiros — Antonio Carneiro, du roi D. Manuel, son fils Pedro d’Alcâçova Carneiro du roi D. Joâo III — renforça certainement son pouvoir.

5Les Brandôes Sanches étaient des parents par ligne féminine des Brandôes, les contadores (intendants des finances) héréditaires de Porto depuis le xve siècle. Ils vont acquérir de l’importance au xvie siècle comme famille typique de robins. Il est curieux que leurs parents contadores ne se soient jamais intéressés aux charges municipales — mais ils avaient atteint un niveau social où ces charges ne servaient plus à leur promotion.

6On ne peut pas dire la même chose des Leites. Ils étaient capitaines de la monnaie, c’est-à-dire les chefs héréditaires de l’Hôtel des Monnaies de Porto depuis le xve siècle. Famille aussi prolifique que les Carneiros, ils n’ont pas dédaigné des charges de juge et échevin : 7 charges pour la période, une seule de moins que les Carneiros.

Les familles de fonctionnaires de la Couronne

  • 6 C. A. DE MORAIS, op. cit., t. II, ν. I, p. 198.

7Les charges dépendantes de la Couronne, qui correspondaient aux offices de l’administration centrale pour la ville de Porto et la contrée environnante, étaient pratiquement de transmission héréditaire depuis le dernier quart du xve siècle, en exceptant celle de corregedor (intendant), dont le mélange de fonctions administratives et judiciaires justifiait l’emploi de juristes de formation universitaire. Cette charge constituait, avec l’office des Juizes de Fora (« Juges de Hors-lieu »), le premier échelon du cursus honorum d’un magistrat, les derniers étant des charges dans les tribunaux supérieurs siégeant à la Cour. Ce type de carrière, qui se développe pendant les xve et xvie siècles, va contribuer à l’apparition d’une noblesse de robe circonscrite à la Cour au xve siècle et qui commencera à se répandre dans toute la magistrature au siècle suivant. Nous en avons trouvé quelques exemples parmi les familles étudiées. Outre le cas déjà mentionné de la famille Brandâo Sanches, ont peut ajouter les cas des Leite, Pais, Rangel, et des Carvalho. Le cas de Cristovâo Mendes de Carvalho est exemplaire : fils de Rui Mendes, contador (intendant des finances) dans la province d’Entre Douro e Minho, il ne succédera pas à son père — ce sera son frère Henri qui obtiendra la succession. Cristovâo aura néanmoins une carrière beaucoup plus brillante : corregedor de la province de Beira e Riba Coa6, auditeur du crime à la Casa da Suplicaçâo (l’un des trois tribunaux supérieurs de la Cour Royale), chancelier de la Casa do Civel (deuxième tribunal supérieur de la Cour), conseiller du Desembargo do Paço (le troisième tribunal de la Cour) et enfin, grand chancelier du Royaume, deuxième figure en importance de la magistrature portugaise de ce temps, juste après le gouverneur de la Casa do Civel. Pendant ce temps il a aussi entassé une énorme fortune, qui lui permit de faire bâtir un couvent à Trancoso, dont lui et ses descendants deviendront les donateurs avec droit de nommer les abbesses, substantiel pourcentage des rentes, etc. Son frère aîné, Joâo, sera tout simplement échevin à Porto, après un riche mariage dans la famille des Figueiroas.

« Verflechtung » = l’entrelacement

  • 7 P. DE BRITO, « Verflechtung » — Um Método para a Pesquisa, Exposiçâo e Anâlise de Grupos Dominante (...)

8Le professeur Wolfgang Reinhard, de l’université de Freiburg, a développé une méthode pour l’étude des élites sociales dans l’histoire, désignée sous le nom de Verflechtung7. Je ne sais pas si la traduction la plus correcte en français serait « l’entrelacement », mais n’en ayant trouvé aucune autre j’en ferai usage. D’après Reinhard « une oligarchie n’a besoin d’aucun groupe social comme substrat, il lui suffit de l’entrelacement de ses membres », c’est-à-dire, ce qui renforce une élite (de pouvoir, dans ce cas) ce sont les rapports de parenté ou patronage entre ces membres.

  • 8 W. REINHARD, Freunde und Kreaturen. « Verflechtung » als Konzept zur Erforschung historischer Führ (...)
  • 9 K. SIEH-BURENS, Oligarchie, Konfession und Politik im 16. Jahrhundert. Zur sozialen Verflechtung d (...)

9Cette méthode, que Reinhard avait utilisé dans l’étude des familles de la Curie romaine au xviie siècle8, a été depuis lors appliquée à des recherches sur le patriciat urbain de l’Allemagne du Sud, du xve au xviie siècle. Sans la connaître auparavant, je l’ai tout de même utilisée dans mes recherches sur l’élite urbaine de Porto au xvie siècle. Je suis arrivé exactement à cette conclusion. Le pouvoir dans la ville était circonscrit à une douzaine de familles unies par un, deux et même trois liens de mariage (fig. 3). Ce que Katarina Sieh-Burens9 a déterminé pour Augsbourg, où les Welser et les Fugger étaient les centres des deux principaux réseaux de pouvoir, j’ai réussi à le déterminer pour Porto, où la famille des Carneiros joue un rôle semblable. On peut arriver au pouvoir dans la ville par un simple lien de mariage avec cette famille, ce qu’il est possible de vérifier dans le sociogramme déjà présenté. Pour la deuxième moitié du siècle d’autres réseaux vont se développer, surtout ceux des Brandâo Sanches et des Figueiroas, mais ils ont tous leur origine dans le cercle des Carneiros.

10Cette concentration de pouvoir dans quelques familles était dû aussi au fait qu’elles avaient toutes des lignées saines et nombreuses, dans un temps où la mortalité périnatale et enfantine était ce qu’on sait.

« La trahison de la bourgeoisie »

  • 10 F. BRAUDEL, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1982, vol. (...)
  • 11 H. SOLY, « The betrayal of the sixteenth-century bourgeoisie : a myth », Acta Historica Neerlandic (...)

11Bien que cette affirmation de Fernand Braudel10 ait déjà été contestée, au moins en ce qui concerne les Pays-Bas11, elle semble bien s’appliquer à la bourgeoisie portugaise, du moins à celle de Porto. En effet nous avons confirmé qu’au commencement du xvie siècle la plupart de ces familles de Porto se consacrait au grand commerce international ; c’était même leur source principale de revenus. Mais plus le siècle avance, moins cette activité marchande paraît évidente ; les investissements de ces familles se détournent vers les biens immobiliers, pas seulement citadins, ce qui se faisait depuis toujours, mais surtout terriens.

Le monopole royal des épices de l’Inde — inflation de fonctionnaires

12Outre les raisons attribuées par Fernand Braudel à cette « trahison », il me semble que dans le cas portugais on peut en ajouter une autre de grand poids. En 1498 Vasco da Gama avait découvert la route maritime des Indes Orientales, en doublant le cap de Bonne-Espérance. L’objectif de la Couronne portugaise, qui avait préparé ce voyage, était d’arriver au contrôle du commerce des épices vers l’Europe qui, jusqu’à cette date, se faisait à travers la Mer Rouge et Venise. La Couronne s’est organisée militairement pour cette entreprise en essayant de contrôler les parcours de l’Océan Indien, et commercialement en montant un réseau de factoreries en Orient chargées de l’achat et chargement des épices, et une factorerie à Anvers chargée de leur vente. Mais la Couronne ne pensa pas à utiliser l’expérience commerciale et les capitaux de ces bourgeois marchands, spécialement ceux de Porto. Les offices de facteurs était remplis par des gens dépendants de la Cour, petite noblesse appauvrie par l’inflation galopante du siècle, ou fils cadets des grandes maisons appauvris par les majorats. Ils n’avaient pas les connaissances techniques nécessaires et leur but était de s’enrichir rapidement, non pour augmenter leur commerce, mais pour dépenser dans un luxe qui améliorerait leur image, ce qui tenait à leur conception de l’honneur. Afonso d’Albuquerque est le premier à s’en plaindre, mais la Couronne ne corrigera pas en temps utile ses défauts d’organisation, ce qui mènera en un siècle à la faillite de son effort commercial en Orient.

13D’autre part il ne faut pas oublier que les épices étaient pour le Portugal du xvie siècle la principale monnaie d’échange dans le commerce international. Qui commandait leur vente à Anvers, commandait aussi les produits d’importation qu’elles payaient. Ainsi la Couronne — ou les courtisans qui s’en servaient — contribua à étouffer le principal commerce international qui s’était fait jusqu’alors. Nos bourgeois marchands s’en sont découragés, et cela fut une raison de plus pour les éloigner du commerce.

14Si, pour l’Europe en général, ce fut au xvie siècle que débuta la croissance de l’appareil d’État dans le cadre de la monarchie absolue, ce fut encore plus vrai pour le Portugal. Outre la magistrature judiciaire et administrative, il existait une multitude de fonctionnaires au service de l’appareil économique de la Couronne : facteurs et secrétaires, portiers et magasiniers, des Casas da Mina e da Îndia, des factoreries d’Orient, d’Anvers, d’Andalousie, du Maroc, de la Mine et des autres forts du Golfe de Guinée. Une habitude de dépendance à l’égard de l’emploi public a pénétré la mentalité portugaise, qui n’a pas encore complètement disparu de nos jours, et qui fait obstacle au développement de l’esprit de libre entreprise.

Transferts des investissements — du commerce aux biens fonciers et à la dette publique

15Découragées du commerce international, les grandes familles de la bourgeoisie marchande de Porto commencèrent à tourner leurs investissements vers les biens fonciers et vers la dette publique. Cela ne veut pas dire qu’un certain type de commerce international n’a pas perduré. Les produits des îles atlantiques, surtout le sucre de Madeira n’était pas couvert par le monopole de la Couronne. Quand vers la fin du premier quart du siècle la production sucrière s’est déplacée d’abord vers l’île de S. Tomé, ensuite vers le Brésil, les commerçants de Porto servirent d’intermédiaires avec les marchés européens. Mais le commerce du sucre n’avait pas encore la portée qu’il allait acquérir plus tard, et son importance était loin de celle des épices. De toute façon, les familles de Porto qui au début du siècle détenaient le gros du commerce avec l’Europe (dont celui des textiles était le plus important), s’éloignèrent progressivement de la marchandise et commencèrent à vivre graduellement de rentes agraires. Certes peu de propriétés agricoles étaient disponibles, parce qu’elles appartenaient en grand partie à la noblesse et à l’Église, mais les familles bourgeoises prirent à bail les propriétés, pour les sous-louer. Un autre champ d’investissements de ces familles sera aussi celui des titres de la dette publique, que la ruineuse administration financière du roi D. Manuel, et après, celle de son fils D. Joâo III, avait multipliés. Finalement, l’ex-bourgeoisie marchande de Porto contribuait au financement de l’entreprise royale, mais de façon passive et non-productive : la dette de l’État ne cessa de croître et, menacé d’insolvabilité, D. Joâo III dut liquider la factorerie d’Anvers.

Hérédité et vénalité des offices

16Peut-on déduire de la transmission héréditaire des offices dépendants de la Couronne, l’existence d’une vénalité des charges ? Les Ordenaçôes Afonsinas, un code de toutes les lois en vigueur vers 1445, défendaient formellement la vente des offices, mais l’usage croissant de la succession héréditaire a conduit sans doute à une vénalité qui, pour n’être pas formelle — n’étant pas mentionnée dans des documents notariaux —, n’en existait pas moins. Cependant le phénomène ne se vérifie pas pour toute les sortes de charges ; il existe d’avantage pour les charges inférieures que pour les supérieures. L’étude de la vénalité des charges au Portugal est encore dans l’enfance, mais on sait au moins qu’elle n’a jamais atteint chez nous le degré de sophistication qu’elle atteint dans l’Ancien Régime français ; on n’a jamais eu une paillette au Portugal, par exemple. Les charges municipales supérieures — juges, échevins, procureur de la ville — n’ont jamais été sujettes à la vénalité, les charges de la magistrature judiciaire, non plus. Mais ce fut le cas pour presque toutes les petites charges de l’administration ainsi que pour une grande partie des hautes charges de la Cour. Avant que l’histoire des institutions n’approfondisse davantage l’étude de cette vénalité, on n’en peut parler qu’incidemment. Il suffit de dire que je n’ai trouvé sur les documents concernant ces familles de Porto aucune référence à des actes de vénalité d’offices, même chez les familles où l’ont sait qu’ils ont eu sûrement lieu. Une certaine pudeur empêchait les gens d’en parler ouvertement, et surtout d’en faire faire des actes notariés.

Pérennisation des familles

17Ces familles qui au début du siècle orientaient leur stratégie matrimoniale suivant des critères bourgeois de renforcement des fortunes et rapprochements d’affaires, sans aucune préoccupation de concentration de biens fonciers, commencent, à mesure que le siècle avance, à constituer des majorats. Ceci est bien un signe qu’elles s’éloignaient du commerce et recouraient à l’investissement en biens fonciers. En effet, le majorât n’a aucune utilité pour l’accroissement de fortunes consacrées au commerce, dont le capital doit être libre et mobile, mais il est très convenable pour la conservation de fortunes rentières, surtout pour celles composées de biens fonciers agricoles.

18Mais la conséquence du majorat est l’appauvrissement des fils cadets et des filles. Les dots pour marier ces filles étaient lourdes et amoindrissaient le cash flow des majorats, du fait que leurs biens fonciers ne pouvaient pas être vendus. La solution pour ces demoiselles était ainsi le couvent ; pour les fils cadets, une carrière dans l’Église, ou la recherche de la fortune aux Indes. Et voilà les bons bourgeois de Porto assimilés à la noblesse rurale qu’ils s’étaient efforcés jadis de maintenir à la porte de la ville, à cause de leurs coutumes et leur indiscipline face à l’administration bourgeoise. En effet, le fait qu’aucun noble ne pouvait séjourner à Porto plus de trois jours figurait parmi les privilèges de la ville dès le xiiie siècle. Pour la première moitié du xvie siècle on peut encore trouver dans les actes du conseil municipal plusieurs affirmations de ce droit, mais après 1549 on n’en trouve plus aucune.

Le pouvoir dans la ville et le pouvoir central

19Bien qu’ayant abandonné le commerce, ces familles se perpétuent dans le contrôle de la ville. Elles le font à travers un rapprochement graduel de la Couronne.

20Et cela parce que la Couronne, dans sa recherche croissante du pouvoir absolu, essayait progressivement d’intervenir dans le pouvoir urbain. D. Joâo III commence par exiger que les listes des candidats à l’échevinage soient soumises à son approbation chaque année avant les élections. Ensuite il essaye d’intervenir dans la nomination du secrétaire de l’hôtel de ville, une fonction qui était subordonnée aux échevins, mais qui se prolongeait pendant plus d’un échevinage, assurant ainsi un réel pouvoir à qui la détenait. La nomination appartenait traditionnellement à la ville, mais le roi la revendiqua. Le sénat résista, mais finalement on arrivera à un accord avec le roi sur la personnalité choisie. Cet accord permettra au secrétaire choisi de se maintenir dans son poste pour une longue période, car la ville voulait éviter de nouveaux ennuis avec le roi.

21La Couronne, qui avec le commerce des épices s’était assurée une certaine indépendance vis-à-vis des impôts de perception locale, renforça son pouvoir sur les villes dont la seigneurie lui appartenait. Ce fut le cas à Porto et à Lisbonne, qui était la principale résidence de la Cour. Lisbonne fut la première à en souffrir et on peut confirmer qu’il exista un véritable contrôle royal sur cette ville et son gouvernement depuis D. Manuel (1495-1521). Porto était suffisamment éloigné de la Cour pour maintenir une certaine indépendance. Du point de vue judiciaire elle a pu se soustraire aux juizes de Fora nommés par le roi, pendant le premier quart du siècle. C’est-à-dire que tous les procès, civils ou criminels, qui ne pouvaient donner lieu à des peines capitales ou d’amputation de membre, étaient jugés par les juges locaux, en l’occurrence par les deux échevins les plus âgés, ce qui naturellement ajoutait énormément à leur pouvoir. Ce n’est qu’en 1525 que les Juizes de Fora ont commencé à séjourner dans la ville, remplaçant les juges locaux, une mesure qui renforça le pouvoir central.

Citoyens ou « fidalgos » de la maison du roi ?

22Au début du siècle toutes ces familles détenaient la citoyenneté de Porto, avec tous ses privilèges qui, en accord avec la charte de la ville, correspondaient à ceux de gentilshommes : droit de porter des armes, détention chez soi, au cas où il y aurait lieu, droit d’élection de l’échevinage et d’en être candidat, etc. Mais ces droits avaient surtout une portée locale, ce qui dans un Moyen Âge cloisonné était ce qui comptait le plus. Le décloisonnement qui se renforce au xvie siècle, en même temps que la centralisation de l’État, tend à diminuer l’importance de cette qualification sociale de caractéristique locale, au moment où se développe une noblesse de plus en plus dépendante de la Couronne, tant du point de vue politique, que du point de vue économique. Il n’y aura plus de couches sociales de supériorité locale, mais va se généraliser une couche sociale supérieure dans toute la nation, dans laquelle les différentes couches locales iront s’intégrer, une noblesse à gradations de plus en plus subtiles. Ce sera dans cette noblesse que les citoyens de Porto vont être engloutis et le grade auquel tous aspirent est celui de fidalgo da Casa Real ce qui dans une traduction littérale signifierait « gentilhomme de la Maison du Roi ». Pour la plupart de ces gens ce ne sont pas les pensions éventuelles qu’ils recevraient de la Couronne qui comptaient, c’est plutôt le lien avec la Couronne que ces pensions représentent. L’indépendance de la citoyenneté médiévale, assurée par la charte de la ville, est en train de disparaître, remplacée par une dépendance à l’égard de l’État centralisé et absolu. Ce n’est pas par hasard que D. Manuel a tenu à remplacer dès le début du siècle les chartes médiévales des villes principales par d’autres, dans des codex enluminés à merveille, mais d’où, de façon très subtile, une bonne part des libertés avaient disparu.

La noblesse rurale

  • 12 L DE CAMÔES, Lusíadas, Chant II, 46.

23Une noblesse rurale, vivant des rentes des exploitations agricoles et des droits seigneuriaux, existait au Portugal au moins depuis la reconquête, c’est-à-dire depuis le ΧΙIe-χiiie siècle. Mais elle avait souffert du dépeuplement qui suivit la peste noire et, l’inflation galopante du xvie siècle en réduisant les rentes, la fit souffrir d’avantage. L’un des buts de la conquête du Maroc, qui commença à Ceuta en 1415, était exactement d’occuper la noblesse et de lui ouvrir des sources de butin. L’activité militaire et administrative en Orient fut une aubaine pour cette noblesse appauvrie ; mais on ne pouvait demander à une noblesse d’épée, aguerrie dans la lutte contre le Maure par la reconquête et les sorties du Maroc, qu’elle devint marchande. En fait, elle fera du commerce en Orient — la figure du chevalier-marchand est emblématique de l’expansion portugaise — mais faire du commerce ne veut pas dire acquérir une mentalité marchande et bourgeoise, préoccupée d’amasser du capital pour permettre la croissance des affaires. Ces chevaliers-marchands voulaient devenir vite riches, pour pouvoir tout dépenser en faste, comme je l’ai déjà dit. Malheureusement c’est cette mentalité qui s’est imposée, et qui a mené à la ruine tout l’énorme effort d’un petit pays « qui avait donné des nouveaux mondes au monde »12.

Conclusion

24La bourgeoisie urbaine et marchande, telle qu’était celle de Porto, va aussi s’imprégner de cette mentalité nobiliaire. Le commerce, même le grand commerce, entraînera la dérogeance et sera objet de mépris : il sera laissé à une nouvelle bourgeoisie d’origine juive, les nouveaux chrétiens. Au xviie siècle les marchands étrangers, spécialement les Anglais, vont pouvoir s’installer dans des positions dominantes du commerce extérieur portugais, et même du commerce intérieur, parce que les Portugais disposant de capitaux dédaignent de le faire.

Fig. 1 : Offices

Fig. 3 : « L’entrelacement » des familles d’officiers de Porto (1500-1580)

Notes

1 P. DE BRITO, Patriciado urbano quinhentista : As famtlias dominantes do Porto (1500-1580), Porto, 1997.

2 P. GOUBERT, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la France du xviie, Paris, SEVPEN, 1960.

3 P. DE BRITO, « Ο patriciado urbano na recente historiografia alemâ », Revista da Faculdade de Letras-Histôria, vol. IX, Porto, 1992.

4 C. A. DE MORAIS, Pedatura Lusitana (Nobiliario das familias de Portugal), publicado por Alexandre VASCONCELOS, Antonio CRUZ e Eugénio DA CUNHA E FREITAS, 12 vol., Porto, 1943-1948.

5 F. GAYO, Nobiliario das Familias de Portugal, 15 vol., 28 tomos, Braga, 1938-1941.

6 C. A. DE MORAIS, op. cit., t. II, ν. I, p. 198.

7 P. DE BRITO, « Verflechtung » — Um Método para a Pesquisa, Exposiçâo e Anâlise de Grupos Dominantes », Penélope, n° 9/10, Lisboa, 1993.

8 W. REINHARD, Freunde und Kreaturen. « Verflechtung » als Konzept zur Erforschung historischer Führungsgruppen. Roemische Oligarchie um 1600, München, 1979.

9 K. SIEH-BURENS, Oligarchie, Konfession und Politik im 16. Jahrhundert. Zur sozialen Verflechtung der Augsburger Bürgermeister und Stadtpfleger 1518-1618, München, 1986.

10 F. BRAUDEL, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1982, vol. 2, p. 68.

11 H. SOLY, « The betrayal of the sixteenth-century bourgeoisie : a myth », Acta Historica Neerlandica, n° 8,1975.

12 L DE CAMÔES, Lusíadas, Chant II, 46.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2111/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Légende Fig. 3 : « L’entrelacement » des familles d’officiers de Porto (1500-1580)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/2111/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

Auteur

Université de Porto (Portugal)

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540