Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Les processus de formation, pérennisation ou remplacement du patriciat

Le pouvoir par le savoir : le renouvellement des élites urbaines en France au début de l’âge moderne (1350-1550)

Bernard Chevalier

Texte intégral

  • 1 É. CROUZET-PAVAN, « Les élites urbaines : aperçus problématiques (France, Angleterre, Italie) », d (...)

1Il peut sembler curieux de traiter des élites urbaines dans une rencontre consacrée seulement à l’étude du patriciat sous toutes ses formes et à travers tous les temps. Mais le terme a l’avantage de désigner de manière vague le groupe de ceux qui tiennent le premier rang dans la ville et, du fait même de sa généralité, il permet de dépasser ce que peut avoir de restrictif la notion de patriciat telle qu’elle a été employée pour créer un modèle d’analyse dont l’actualité n’est pas démentie1. Il est admis en effet qu’un important changement s’est opéré, en France au moins, au début de l’âge moderne au sein des élites urbaines. À partir du xive siècle, un patriciat dont le pouvoir était fondé sur la richesse y a fait place à une bourgeoisie qui devait son rang à son savoir, un savoir, essentiellement d’ordre juridique, qui était aussi bien le fait du détenteur d’un grade universitaire que du praticien, maître d’une technique acquise par l’apprentissage et l’expérience accumulée.

  • 2 J. GOODY, La Logique de l’écriture. Aux origines des société humaines, Paris, A. Colin, 1986.

2Exprimé tel quel cependant le modèle proposé est beaucoup trop schématique. Le fait même de parler au pluriel d’élites urbaines indique déjà que l’on ne voit pas bien d’entrée de jeu quel groupe social précis y occuperait seul le premier rang. Il est donc nécessaire de revenir d’abord sur ce que l’on veut définir de façon précise à l’aide de ce modèle de dynamique sociale. Il faudra même aller plus loin et dépasser le seul cadre urbain en le replaçant dans le cadre de pratiques sociales modelées par ce que l’on a appelé la logique de l’écriture2. Il restera enfin à donner à la question toute sa dimension éthique. Car la supériorité sociale peut être vue ou bien comme une donnée objective, donc mesurable, ou bien comme un classement plus subtil opéré à l’aune de valeurs historiquement situées. Autrement dit, il s’agit de chercher à savoir quel rapport ces nouvelles élites fondées sur l’acquisition d’un savoir entretiennent avec la noblesse héritée, donnée constante de l’appréciation sociale au temps de la première modernité.

Patriciat et bourgeoisie

  • 3 D. BARTHÉLÉMY, La Société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris, Fayard, 1993 (...)
  • 4 J. LESTOCQUOY, Les villes de Flandre et d’Italie sous le gouvernement des patriciens, xie-xve sièc (...)
  • 5 Y. BAREL, La ville médiévale, système social, système urbain, Grenoble, Presses universitaires de (...)

3Il n’est jamais inutile pour apprécier la pertinence d’un concept historiographique de chercher à connaître le besoin intellectuel auquel a répondu son élaboration. Pour un historien récent de la société féodale « la notion de « patriciat » ou d’« aristocratie bourgeoise » n’est utile que s’il existe, en une ville donnée, un groupe social qui se distingue (précisément parce que certains traits l’en rapprochent) tout à la fois de la noblesse (chevalerie et armigérat) et du commun (gens de métier) »3. Elle l’est d’autant plus que précisément ce sont des nobles, guerriers ou agents administratifs seigneuriaux (milites ou ministerielles), qui ont constitué les élites de la première émancipation urbaine. Jean Lestocquoy naguère avait beaucoup fait pour introduire ce concept en reconnaissant la qualité de patricien seulement à ceux qui unissaient la richesse acquise par le grand commerce à un rôle dominant dans les affaires de leur ville4, et le sociologue Yves Barel en a dressé l’idéal-type en posant quatre critères qui font système entre eux5 :

  • une richesse fondée sur le grand commerce, mais aussi sur la fructification du capital accumulé sur le marché des rentes, du prêt usuraire et de l’immobilier urbain ou encore sur celui des métaux précieux, autrement dit le change ;
  • le monopole du pouvoir urbain ;
  • la solidité de lignages fortement constitués et entourés de leurs clientèles ;
  • un lien morphologique organique avec celui de la ville libre, de type communal ou consulaire, conçu comme système clos et auto-reproductible avec son appareil militaire, sa gestion de l’approvisionnement et du marché, sa fiscalité, ses statuts, son droit et sa juridiction.
  • 6 P. DESPORTES, Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, Paris, Picard, 1979 ; A. DERVILLE, Sa (...)

4Le modèle avait été élaboré surtout à partir du cas de la Flandre et de l’Italie septentrionale ou centrale. Mais en France on a pu en reconnaître la pertinence soit à Reims soit à Saint-Omer, pour ne citer que des exemples fondés sur des études très approfondies6.

  • 7 A. HIGOUNET-NADAL, Périgueux aux xive et xve siècles. Étude de démographie historique, Bordeaux, 1 (...)

5Or dans ce pays le patriciat a dépéri au cours du xive siècle. D’abord pour des motifs purement biologiques, c’est-à-dire par l’extinction des lignages dominants due à l’effet récurrent de la peste, comme le montrent le cas de Reims ou bien encore le renouvellement très rapide des lignages ou tout au moins des patronymes à Périgueux7.

6Cependant ce facteur démographique ne peut être invoqué seul, car le renouvellement des élites urbaines aurait pu se faire sans changement de structure avec des hommes nouveaux. L’effondrement des rentes sous le coup de l’inflation, le déplacement des lieux du grand commerce au détriment du royaume de France, marqué par l’irrémédiable déclin des grandes foires de Champagne et l’histoire très brève de celles de Chalon-sur-Saône, ou encore le rétrécissement de la production industrielle qui en résulte doivent être pris en considération. Les fortunes ne peuvent plus se constituer sur les mêmes bases.

7Il ne faut pas négliger non plus le fait que le pouvoir du patriciat est contesté à la fin du xiiie siècle par des révoltes populaires. Dans la grande majorité des cas, la classe moyenne urbaine, autant dire les chefs d’ateliers indépendants (ceux que l’on trouve nommés en latin médiocres ou populares), rejette non pas directement le pouvoir du patriciat, mais sa gestion obscure et arbitraire des finances communes. Elle fait appel contre eux à l’arbitrage du pouvoir princier, allant même en France du Nord jusqu’à réclamer l’abolition de l’autonomie communale (le cas de Noyon n’est pas isolé). Or, par un singulier paradoxe, ce sont précisément les exigences financières des princes territoriaux qui avaient mis à mal les finances urbaines et contraint leurs dirigeants patriciens à recourir à ces mesures extraordinaires qui faisaient contre elles l’unanimité. Le fait est en tout cas que le système qui liait ville libre et patriciat se disloque.

8Cependant les nouvelles couches sociales qui en profitent pour se pousser en avant ne sont pas formées des chefs de métier, ce qui en terme de sociologie, n’aurait pas changé fondamentalement le système, mais principalement de gens de loi. Leur présence, mais non leur prédominance, était attestée dans les villes bien avant le recul des patriciats. Dans celles du Midi notamment, on voit paraître précocement le savant, l’expert en droit, le « légiste » dont l’action croissante peut se diviser en trois temps :

  • d’abord il est le tuteur des communautés urbaines naissantes ;
  • puis la conscience juridique des villes après leur émancipation, en tant que conseillers permanents appointés et procureurs devant les cours de justice ;
  • enfin l’acteur principal dans les corps de ville.
  • 8 A. RIGAUDIÈRE, « L’essor des conseillers juridiques des villes dans la France du bas Moyen Âge » e (...)
  • 9 R. FÉDOU, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge. Étude sur les origines de la classe de (...)

9Dans le sillage des savants viennent les praticiens, autant dire les notaires, qui font une entrée en force dans la société urbaine. Ils se groupent en métiers plus ou moins structurés et monopolisent les offices municipaux de clercs-greffiers8. Ce sont souvent des immigrés venus de petites villes ou de villages qui préparent ainsi l’ascension de leur lignage, comme on peut le voir à Lyon, par exemple9.

10Effacement des patriciats, ascension des gens de loi expliquent l’émergence de nouvelles élites urbaines en France à la fin du xive siècle. Dans la combinaison nouvelle qui les constituent l’on trouve toujours des marchands, proches des anciens patriciens, mais à côté ou plutôt au-dessus d’eux, soit des officiers royaux, détenteurs moins d’une technique que d’un pouvoir d’État, soit des auxiliaires de la justice, forts de leur savoir ou de leur expérience. Il conviendrait sans doute de leur adjoindre les chanoines, qui, eux aussi, dans leur grande majorité sont des « doctes » et qui, dans un grand nombre de cas, participent au gouvernement des bonnes villes.

11Pour évacuer toute ambiguïté, il faut bien souligner que dans chacune de ces catégories, il s’agit en fait d’une élite des élites. Parmi les officiers de justice y prennent place les juges (en France toujours les lieutenants des titulaires absents pris parmi les notables locaux) et les « gens du roi », c’est-à-dire le ministère public (procureurs, substituts et avocats du roi). Parmi les officiers de finance seuls comptent les élus qui sont à la fois répartiteurs d’impôts et juges du contentieux, à peine les receveurs et les fermiers des taxes et dîmes. Parmi les gens de loi, les avocats et parmi les marchands, seulement les « bons ». Mais inutile d’y chercher les sergents, la plupart des notaires et procureurs, les gérants de petites fermes ou les marchands-fabricants.

  • 10 B RIVET, Une ville au xvie siècle : Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, Le Puy, 1988, ch. (...)

12Cette élite renouvelée se constitue partout en oligarchie municipale, point qui la rapproche de l’ancien patriciat. Il est même tentant de retenir ce seul critère pour la définir et en faire, comme au Puy, une « caste consulaire »10. Le détour n’est pas sans risque néanmoins, car, si la sélection sociale est la condition d’accès au pouvoir municipal, elle en est aussi la conséquence. Le raisonnement circulaire n’est pas loin, d’autant plus que les listes de magistrats fournissent souvent la seule donnée objective qui permette de donner un contenu réel au concept d’élite urbaine.

  • 11 R. FAVREAU, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, Poitiers, 1978, II (...)
  • 12 B. RIVET, op. cit., p. 274-278.
  • 13 W. KAISER, Marseille au temps des troubles, 1559-1596. Morphologie sociale et luttes de factions, (...)

13Le fait est en tout cas que dans ces oligarchies municipales, l’on rencontre de 1350 à 1550 de moins en moins de marchands et de plus en plus d’hommes de savoir, voire de gradués. Le cas de Poitiers est presque caricatural à cet égard. En 1412 le corps de ville (les Cent) compte 9 % de membres qualifiés de « maîtres », en 1523, 88 %11. Au Puy-en-Velay, ville sans grande fonction judiciaire à l’inverse de celle de Poitiers, les marchands l’emportent encore dans le consulat au xvie siècle, mais de peu (53 contre 33)12. A Marseille, qui est comme Lyon surtout une place d’affaires les graphiques font voir a contrario la force de la tendance. Entre 1559 et 1597 les docteurs, bien que comptant encore peu au total (4 %) sont en ascension constante, tandis que les gentilshommes-marchands (il y en a), les négociants et simples marchands stagnent ou régressent13.

Renouvellement des élites urbaines et logique de l’écriture

  • 14 J. GOODY, op. cit., p. 176, relève que la logique de l’écriture, si présente chez les scribes de l (...)
  • 15 L’expression est proposée par D. BARTHÉLÉMY, op. cit., p. 75, pour exprimer sa définition de la mo (...)

14Prenons comme un fait établi la place croissante prise par les juristes et accessoirement les comptables publics au sein des élites urbaines en France. Pour l’interpréter clairement, plutôt que d’y voir l’effet d’on ne sait quelle « exception française », mieux vaut recourir à la « logique de l’écriture » et se référer à ce que l’on appelle souvent la Renaissance du xiie siècle. Il est clair en effet qu’à cette époque le recours à l’écrit dans la pratique sociale a été l’objet d’un rapide retour en faveur14. C’est la clé du phénomène d’« acculturation juridique » qui transforme profondément les mœurs et les pratiques de la société féodale à partir du xiiie siècle15. L’usage croissant du sceau pour authentifier les contrats entraîne les progrès de la juridiction gracieuse. On passe de la charte ou de la notice, simple mémorial, à l’acte authentifié par le seing manuel, puis par la signature du notaire, qui devient instrument de preuve irréfutable et voilà pourquoi, selon un rythme temporel variable selon les lieux, notaires et tabellions deviennent les acteurs permanents de la vie publique et privée.

15En même temps à partir du xiiie siècle, la régulation croissante par le droit de la vie sociale entraîne la mort lente de la justice « traditionnelle » qui de compromis en compromis visait au maintien de la paix et de la concorde. Il ne s’agit plus tant d’user de normes flexibles toujours adaptables aux aspirations des individus et aux besoins de la vie en société, que d’instaurer une justice capable de rendre à chacun son dû. La redécouverte du droit civil, la mise en place du droit canonique, l’élaboration d’un droit coutumier qui tourne le dos aux anciennes coutumes (les consuetudines), bien plus qu’au droit romain écrit répondent à la demande sociale autant qu’elles la provoquent. La pratique judiciaire substitue la forme de procès, autrement dit la procédure réglée, aux arrangements de circonstance et le règlement des litiges se fait par la décision judiciaire, voire l’arrêt qui tranche, et non plus par l’accord toujours susceptible d’être remis en cause.

  • 16 R. FOSSIER, Polyptyques et cerisiers, Turnhout, Brepols, 1978.
  • 17 B. CHEVALIER, « La fiscalité urbaine en France, un champ d’expérience pour la fiscalité d’État », (...)

16C’est alors aussi que se fait jour le besoin d’une gestion rationalisée des biens par le moyen du calcul et du compte. En la matière, le répertoire chiffré, opposable à la mémoire vécue, naguère seule norme invoquée, est la base de cet ensemble multiforme que l’on peut appeler « livres fonciers »16. Le décompte des entrées et sorties devient une nécessité pour toutes les organisations un peu complexes, qu’elles soient de vastes seigneuries, des villes ou de grands monastères. Il s’agit d’une comptabilité domaniale, essentiellement faite pour permettre de juger le comptable, qui, quelle qu’en soit la forme, tient lieu de comptabilité publique ; unifiée et rationalisée elle aurait pu fournir le moyen d’une prévision budgétaire, mais telle n’était pas sa logique interne et seule la comptabilité urbaine a pu approcher parfois de ce stade17.

  • 18 B. CHEVALIER, « Michau Dauron de Bourges, marchand et receveur des finances sous Louis XI », dans (...)

17Quoi qu’il en soit, rudimentaire ou perfectionnée, cette technique comptable suffit à faire prospérer tous les spécialistes de la finance publique, dont la formation et les compétences, il faut le dire, doivent peu à la pratique du commerce familière au patriciat, car les marchands se passent aisément de toute comptabilité systématique, dès lors qu’ils ne spéculent pas sur le change. En manière de preuve il suffira de citer le cas de Michau Dauron, un émule de Jacques Cœur, comme lui fournisseur de la cour, mais aussi receveur des aides dont les propres livres sont aussi désordonnés que ses comptes publics sont parfaitement tenus selon toutes les règles de l’art18.

  • 19 J. VERGER, « Prosopographie des élites et montée des gradués. L’apport de la documentation univers (...)

18Aucun de ces grands changements qui affectent profondément la pratique sociale n’aurait pu se produire sans l’essor concomitant de l’institution universitaire. Les écoles, naguère formatrices de gens d’Église qui n’attendaient rien de la science reçue qu’un profit intellectuel, maintenant ne fonctionnent plus en circuit fermé pour la recherche. Aux xive, xve et xvie siècles, elles sont fréquentées surtout pour l’utilité sociale qu’elles présentent et fournissent un sésame dans la vie sociale à ceux qui en sortent, mais n’utilisent pas dans leur vie professionnelle le savoir théorique qu’ils y ont acquis. L’intérêt de ce fait se porte désormais vers les écoles de grammaire, où l’on apprend le latin, vers les collèges universitaires où l’on se forme aux arts libéraux, matrices des collèges humanistes municipaux du xvie siècle et vers les facultés où l’on apprend l’un et l’autre droit. Les grades que l’on y conquiert sont appréciés surtout pour la valeur sociale qu’ils confèrent19.

  • 20 G. CASTELNUOVO, « Les élites urbaines et le prince dans les États de Savoie à la fin du Moyen Âge  (...)

19Ces données fondamentales du renouvellement des élites urbaines sont également celles qui permettent le développement de l’État moderne et l’émergence des bonnes villes. Les trois systèmes imbriqués bénéficient également de l’avancée des clercs laïques et, disons-le, n’ont rien de spécifiquement français20.

Les valeurs dominantes des nouvelles élites

20La nouvelle bourgeoisie est une classe de lettrés, mais le mot lui-même a changé de sens en devenant la désignation de l’élite sociale, héritière de l’ancien patriciat ploutocratique. En effet une évolution sémantique très significative et datable, elle aussi, du xiiie siècle, a confondu les deux mots civis et burgensis, qui désignaient l’un le « citain », habitant et membre d’une cité, l’autre le bourgeois, habitant et membre d’un bourg. Bien plus, elle a fait du bourgeois non plus l’homme de telle ou telle ville ou de tel ou tel seigneur, mais le bénéficiaire d’une distinction sociale qui l’incorpore à la strate supérieure de la société urbaine. Le roi ne s’y trompe pas, qui dans l’adresse de ses lettres missives aux villes distingue toujours les bourgeois des autres manants et habitants.

  • 21 P. BRAUNSTEIN, « Pour une histoire des élites urbaines : vocabulaire, réalités et représentations  (...)
  • 22 T. DUTOUR, Une société de l’honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge, Par (...)

21Pourtant l’on ne saurait s’en tenir à cette simplification excessive et penser que le mot bourgeois suffit à tout dans l’ordre de la classification sociale. Les désignations de l’élite sont variées et les titres qu’on lui réserve encore plus21. Leur prolifération, véritable délectation pour les notaires, accompagne du reste le recours croissant à l’acte authentique dans la vie sociale. Il est possible pourtant de ramener leur extrême variété à deux valeurs essentielles qui sont l’honneur et le savoir, étant entendu que l’honneur prime comme valeur sociale commune22. Il se marque par une épithète décorative accolée à la désignation « homme » ou « femme » qui se place avant le nom propre de la personne. L’on est ainsi qualifié d’honorable ou d’honnête (ce qui en bonne latinité a exactement le même sens), ou encore de vénérable, si l’on est ecclésiastique, ou bien encore de discret, ce qui exprime la distinction, sans ajouter de nuance nouvelle.

22Quant au savoir et à la capacité de l’esprit, ils sont proclamés socialement de deux manières. D’abord par un avant-nom, celui de « maître », d’interprétation moins aisée qu’on pourrait le croire, comme le souligne Jacques Verger. Il s’applique dans une grande majorité des cas aux personnes qui sont titulaires d’une maîtrise ès-arts, mais aussi à l’occasion, à toutes celles dont l’activité la suppose : notaires et secrétaires du roi, membres de cours royales, médecins, sans compter ces patrons d’ateliers, plutôt ces dirigeants d’un métier, qui parfois, très rarement semble-t-il, sont ainsi dénommés. En deuxième lieu, l’épithète qualifiante qui renvoie au savoir est « sage ». Quant au qualificatif « suffisant » utilisé très couramment pour caractériser la meilleure part de la société, la saniorpars, il a bien la même portée, puisque sanus veut dire aussi également sage.

  • 23 B CHEVALIER, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, Aubier, 1982, p. 71.
  • 24 L STOUF, « Nobles et bourgeois dans l’Arles du bas Moyen Âge. Un patriciat ? », dans Histoire et s (...)
  • 25 W. KAISER, op. cit., à propos des gentilshommes-marchands qui, à la fin du xvie siècle, tiennent e (...)
  • 26 P. CONTAMINE, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, PUF, 1998, p (...)
  • 27 G. HUPPERT, Les bourgeois gentilshommes. An essay on the définition of élites in Renaissance Franc (...)

23Et pour finir il convient de relever l’adjectif « notable », qui apparaît au xive siècle et dont l’étymologie fait un cousin germain de noble. Jeu sur les mots qui nous ramène à l’éternel problème de savoir ce qu’est vraiment la noblesse et où elle s’arrête. Bourgeoisie et noblesse s’excluent toujours, tout en restant très proches l’une de l’autre. Il ne faut donc pas trancher trop vite sur le point de savoir s’il y a incompatibilité totale entre noblesse et appartenance à l’élite urbaine. Il serait beaucoup trop sommaire, comme il m’est arrivé de le faire, de dire que la noblesse s’est retirée des bonnes villes à l’heure de leur formation23. Il y a toujours des nobles qui vivent et prospèrent en deçà de leurs murs ; ils y tiennent même comme à Arles une position institutionnelle avantageuse et reconnue24. Situation très courante en Provence et à Marseille25, attestée dans le Languedoc et le Sud-Ouest, attestée également à Dijon et dans d’autres villes de Bourgogne. Il n’en reste pas moins pourtant qu’il s’agit de situations peu répandues, notamment dans le nord du royaume et mal adaptées aux valeurs dominantes26. Et pourtant entre notabilité et noblesse la frontière est fragile. La noblesse implique un statut juridique particulier, perpétué par le sang, la notabilité implique souvent les mêmes prérogatives que l’on aspire seulement à transmettre héréditairement. On retiendra à cet égard la portée évidente du titre de sire mis comme avant-nom pour qualifier un détenteur de seigneurie. Les exemples de son emploi sont nombreux pour qualifier d’incontestables bourgeois, à des dates qui varient selon les lieux. Ce que l’on y trouve à l’arrière-plan, c’est le problème de la dérogeance, beaucoup moins clairement définie qu’on ne le croit pendant tout le xve siècle. Aucune allusion n’y est faite à la cour des Aides avant 1447, bien qu’en France la question soit liée en droit à celle de l’exemption fiscale, depuis la fin du xive siècle. Or cette exemption fiscale est incontestable pour qui vit « noblement » c’est-à-dire en rentier, et « fréquente » les guerres, c’est-à-dire vit sur ses terres, prêt à répondre aux levées de l’arrière-ban. C’est justement le genre de vie que répudie la noblesse urbaine autant que la bourgeoisie. Quelle est alors la vraie place sociale de ces bourgeois-gentilshommes qui trouvent leur distinction non dans les armes, mais dans l’office et la terre27 ?

24Là se trouve sans doute la véritable « exception française » découlant du très grand nombre d’offices offerts par le développement précoce de l’État monarchique. L’effort couronné de succès qui les a rendus inamovibles en 1468 fait de leurs titulaires de quasi-propriétaires de ces charges, de surcroît déjà objets d’une vénalité privée et transmissibles en fait avant de l’être en droit.

25Au total le renouvellement des élites urbaines est le produit d’un système social oligarchique lié à celui de la bonne ville, qui est elle-même imbriquée dans le système de l’État moderne. En France, plus nettement qu’ailleurs la distinction sociale dans les villes se fonde sur l’appropriation des fonctions publiques jointe à l’adoption d’une éthique nobiliaire qui valorise le sang et l’honneur. Le système était finalement si fortement articulé qu’il s’est pétrifié et qu’il a rendu irréalisable la réforme de l’État autant que celle des hiérarchies sociales.

Notes

1 É. CROUZET-PAVAN, « Les élites urbaines : aperçus problématiques (France, Angleterre, Italie) », dans Les élites urbaines au Moyen Âge, XXVIIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public (Rome, mai 1996), Paris-Rome, École française de Rome-Publications de la Sorbonne, 1997, p. 9-28.

2 J. GOODY, La Logique de l’écriture. Aux origines des société humaines, Paris, A. Colin, 1986.

3 D. BARTHÉLÉMY, La Société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris, Fayard, 1993, p. 968.

4 J. LESTOCQUOY, Les villes de Flandre et d’Italie sous le gouvernement des patriciens, xie-xve siècles, Paris, PUF, 1952, p. 41.

5 Y. BAREL, La ville médiévale, système social, système urbain, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1975.

6 P. DESPORTES, Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, Paris, Picard, 1979 ; A. DERVILLE, Saint-Omer des origines au début du xive siècle, Lille, 1995, et « Les élites urbaines en Flandre et en Artois », dans Les élites au Moyen Âge, op. cit., p. 125, où il dit expressément que vers 1200 « le capitalisme commercial a réussi à contrôler le pouvoir urbain ».

7 A. HIGOUNET-NADAL, Périgueux aux xive et xve siècles. Étude de démographie historique, Bordeaux, 1978.

8 A. RIGAUDIÈRE, « L’essor des conseillers juridiques des villes dans la France du bas Moyen Âge » et « Le notaire et la ville médiévale », repris dans Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos, 1993, p. 215-274.

9 R. FÉDOU, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge. Étude sur les origines de la classe de robe, Paris, Les Belles Lettres, 1964, notamment p. 153-163.

10 B RIVET, Une ville au xvie siècle : Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, Le Puy, 1988, ch. II de la 3e partie.

11 R. FAVREAU, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, Poitiers, 1978, II, p. 494.

12 B. RIVET, op. cit., p. 274-278.

13 W. KAISER, Marseille au temps des troubles, 1559-1596. Morphologie sociale et luttes de factions, Paris, EHESS, 1991, p. 149-151.

14 J. GOODY, op. cit., p. 176, relève que la logique de l’écriture, si présente chez les scribes de l’Orient ancien, n’est jamais l’objet d’une progression linéaire dans l’histoire des civilisations.

15 L’expression est proposée par D. BARTHÉLÉMY, op. cit., p. 75, pour exprimer sa définition de la modernité. Telle est bien aussi l’idée maîtresse du recueil récent Droits savants et pratiques françaises du pouvoir (xie-xve siècles) sous la dir. de J. KRYNEN et A. RIGAUDIÈRE, Bordeaux, Presses universitaires, 1992.

16 R. FOSSIER, Polyptyques et cerisiers, Turnhout, Brepols, 1978.

17 B. CHEVALIER, « La fiscalité urbaine en France, un champ d’expérience pour la fiscalité d’État », dans Actes, Colloqui Corona, municipis i fiscalitat a la Baixa Edat Mitjana, Lleida, Institu d’estudis Ilerdencs, s.d. (1997), p. 61-78.

18 B. CHEVALIER, « Michau Dauron de Bourges, marchand et receveur des finances sous Louis XI », dans En Berry du Moyen Âge à la Renaissance. Pages d’histoire et d’histoire de l’Art, Mélanges offerts à Jean-Yves Ribault, Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, hors série, études réunies par P. GOLDMAN et C-E. ROTH, Bourges, 1996, p. 93-98.

19 J. VERGER, « Prosopographie des élites et montée des gradués. L’apport de la documentation universitaire médiévale », dans L’État moderne et les élites, χπιe-xviiie siècles. Apports et limites de la méthode prospographique, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 363-372.

20 G. CASTELNUOVO, « Les élites urbaines et le prince dans les États de Savoie à la fin du Moyen Âge », dans Élites urbaines.,.,ορ. cit., p. 257-268.

21 P. BRAUNSTEIN, « Pour une histoire des élites urbaines : vocabulaire, réalités et représentations », dans Élites urbaines..., op. cit., p. 29-38.

22 T. DUTOUR, Une société de l’honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1997.

23 B CHEVALIER, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, Aubier, 1982, p. 71.

24 L STOUF, « Nobles et bourgeois dans l’Arles du bas Moyen Âge. Un patriciat ? », dans Histoire et société, Mélanges offerts à Georges Ouby, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1992, t. II, p. 181-191.

25 W. KAISER, op. cit., à propos des gentilshommes-marchands qui, à la fin du xvie siècle, tiennent encore le haut du pavé.

26 P. CONTAMINE, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, PUF, 1998, p. 148-151.

27 G. HUPPERT, Les bourgeois gentilshommes. An essay on the définition of élites in Renaissance France, Chicago et Londres, 1977, trad. de l’américain par P. BRAUDEL et A. BONNET sous le titre Bourgeois et gentilshommes : la réussite sociale en France au xvie siècle, Paris, Flammarion, 1982.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540