Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle

 | 
Claude Petitfrère

Les processus de formation, pérennisation ou remplacement du patriciat

L’affrontement ou le mariage : stratégies de conquête du pouvoir à Limoges au xve siècle

Jean Tricard

Texte intégral

1Notre colloque sur le patriciat urbain nous invite à réfléchir tour à tour aux « processus de formation, de pérennisation et de remplacement » de ce patriciat et à ses rapports au pouvoir urbain. Cette communication tient de l’un et de l’autre de ces thèmes dans la mesure où elle se propose de présenter le parcours et les méthodes — parfaitement opposés — de deux hommes nouveaux du xve siècle pour s’intégrer au patriciat limousin et participer au pouvoir urbain. Il s’agit de Gaultier Pradeau, dont l’aventure se situe au début du xve siècle et de Psaumet Péconnet, qui vit deux générations plus tard.

  • 1 Documents, analyses de pièces, extraits et notes relatifs à l’histoire municipale des deux villes (...)
  • 2 « Cahier memento de Psaumet Péconnet, notaire de Limoges (1487-1502) », dans Livres de raison, reg (...)
  • 3 « Journal de Jean Péconnet, homme d’affaires, bourgeois de Limoges (1644-1678) » et « Livre de rai (...)
  • 4 Registres consulaires de la ville de Limoges (1504-1790), E. RUBEN éd., Limoges, 1867-1897, t. I, (...)

2Si on ne peut laisser passer la chance assez rare, pour cette période, de comparer l’itinéraire et les comportements de deux hommes qui montent dans la même ville, on se doit aussi de souligner que les sources de connaissance des deux personnages sont bien différentes pour l’un et l’autre — avec les conséquences que l’on imagine sur la vision de nos deux héros : Gaultier Pradeau nous est essentiellement connu par les actes du procès en Parlement intenté par son frère après son exécution par les consuls de Limoges, ses confrères1. Psaumet Péconnet, pour sa part, nous a laissé son petit Cahier memento de quelques pages, sorte de livre de raison élémentaire2. Certains de ses descendants — que l’on sera amené à évoquer, aussi — ont également laissé leur livre de raison3 ou sont cités dans les registres consulaires de Limoges4.

  • 5 Documents..., op. cit., t. VIII, p. 95 ; Lesterps, Charente, ar. Confolens, c. Confolens-sud.
  • 6 Livres de raison..., op. cit., p. 36 ; Eymoutiers, Haute-Vienne, ch.-l. c.

3Dans un premier temps, les parcours de Gaultier Pradeau et de Psaumet Péconnet se ressemblent étrangement et souffrent des mêmes handicaps initiaux : les deux personnages sont des hommes nouveaux, venus d’ailleurs, des étrangers à la ville. Gaultier Pradeau est originaire de Lesterps dans le Confolentais — aux limites du Limousin5 ; Psaumet Péconnet est le dernier fils d’un homme de loi d’Eymoutiers, un gros bourg de la Montagne limousine. Il devient à Limoges clerc de notaire6.

  • 7 Documents..., op. cit., t. VIII, p. 95.
  • 8 Ibid, p. 89.
  • 9 La famille Benoist est essentiellement connue au xve siècle par son livre de raison écrit par Étie (...)
  • 10 Étienne Benoist le Vieux, ancêtre de la famille, a rédigé — sans doute au début du xive siècle — u (...)
  • 11 On n’a pas trouvé trace d’une famille Vidal dans les archives urbaines ni dans le Nobiliaire du Li (...)

4Les deux hommes entrent dans la bonne société limougeaude par le mariage, et un beau mariage. Gaultier Pradeau — arrivé pauvre à Limoges, selon l’avocat de ses adversaires — épouse Marie Vidal qui appartient à une famille de drapiers et lui apporte « moult chevance »7. Les rares textes connus qui l’évoquent avant l’affaire l’appellent désormais « drapier » ou « marchand » et le qualifient de « prudens vir »8. Psaumet Péconnet fait mieux encore puisqu’il épouse « la Mathive Beynech », membre d’une des premières familles bourgeoises de Limoges, les Benoist9. Les Benoist — malgré les conseils de prudence de leur ancêtre10 — occupent régulièrement la première place au consulat avec leurs parents et leurs alliés, autres grands notables de la ville, les Julien, les Dinematin, les Salesse, les Boutin. Ils constituent le patriciat de la ville. En revanche, aucune trace d’alliance avec les Vidal, la nouvelle famille de Gaultier Pradeau11.

  • 12 J. TRICARD, « Une ville et son traître : Limoges et l’affaire Gaultier Pradeau (xve-xxe siècle) », (...)

5Mais à partir de cet épisode fondamental pour l’établissement des deux hommes dans la ville, les trajectoires divergent : Gaultier Pradeau paraît avoir, d’après les actes de son procès, multiplié immédiatement les interventions dans la vie publique et le monde des notables limousins : il « se mêle de monnaies » — il existe en effet à Limoges un atelier monétaire et un maître des monnaies — il fait des prêts à des notables ; surtout il devient trois fois consul12. C’est donc, en quelques années, une réussite publique fulgurante. Parfait contraste avec le comportement de Psaumet Péconnet qui ne part pas à la conquête de la ville mais de sa belle-famille d’abord.

  • 13 Livres de raison..., op. cit., p. 175.
  • 14 Il ne semble pas que ces mentions de bijoux puissent s’expliquer par l’existence, aux xvie et xvii(...)
  • 15 Les filles Benoist reçoivent de grosses dots, comparables, en moyenne, à celles des filles de la b (...)
  • 16 Livres de raison..., op. cit., p. 177-178.

6Son Cahier memento, ignorant même les traditionnelles formules religieuses initiales, commence de façon très caractéristique par « s’ensuivent les dépenses pour mon mariage »13 : il détaille soigneusement les cadeaux qu’il a fait à sa promise et d’abord les bijoux qu’il lui a offert au moment des accords, des fiançailles, du mariage — il est très rare de voir mentionné un bijou dans les autres livres de raison14 ; il précise, de façon plus classique, les termes du contrat de mariage et notamment la dot — 130 l.t., ce qui est peu pour une Benoist mais beaucoup pour un cadet d’Eymoutiers15. Il détaille ses dépenses pour la noce, pour le repas, la danse et les ménétriers — plus de 9 livres — en partie seulement couvertes par les cadeaux en argent faits par ses cousins et son « maître » le notaire16. Il met ainsi l’accent sur les sacrifices financiers qu’il a consentis pour que son beau mariage soit une fête à la hauteur de la prestigieuse famille dans laquelle il entre. Il y a des frais qui rapportent.

  • 17 « mon freyr Mathieu Beynec » écrit-il, pour présenter le parrain de sa première fille, Mariote ; « (...)
  • 18 « Mariote Rogieyra ma mestresse » est marraine de sa première fille ; « Me Estienne Parrot mon mes (...)
  • 19 Il a indiqué dans cette note codée — peut-être pour garder la chose pour lui — que sa belle-sœur G (...)
  • 20 Elle est la marraine d’Étienne (ibid., p. 182).

7La naissance des enfants, l’autre grand événement du Cahier memento, offre une seconde occasion d’affermir sa position dans la famille et parmi ses alliés. Il choisit sept membres de la famille Benoist au moins comme parrain ou marraine de ses huit enfants et n’oublie pas de les nommer « mon freyr », « ma sor », mon « nebout »17. Il y ajoute quelques représentants des grandes familles alliées des Benoist, les Julien, les Salesse, ainsi que son « maître », le notaire, et la femme de celui-ci18. Mais le succès ne couronne pas toujours ses propositions : il a noté, en termes codés, qu’une de ses belles-sœurs avait refusé d’être la marraine de son premier fils19. Elle accepta cependant de l’être pour un des enfants suivants du couple20.

  • 21 ibid., p. 38-41.
  • 22 La jeune accouchée a « comméré » avec les femmes des plus grandes dynasties bourgeoises de Limoges (...)

8Psaumet Péconnet profite également des « commérages » pour mesurer la sociabilité des grands notables à son égard. On sait que les « commérages » — dont Psaumet Péconnet est le seul à parler dans son livre de raison — sont des visites faites à la jeune accouchée avant ses relevailles par les femmes de son monde — les hommes en étant, en principe, exclus21. Psaumet Péconnet a soigneusement dressé la liste des notables ayant participé aux « commérages » après la naissance de ses deux premiers enfants. On y retrouve ses « soeurs » — c’est-à-dire ses belles-sœurs — la marraine de l’enfant et les femmes de la grande bourgeoisie limousine proches des Benoist. Elles sont parfois accompagnées de leur mari — le prestige du personnage faisant oublier les interdits. Psaumet Péconnet n’oublie pas non plus que certaines ont fait deux passages22. Ces listes sont manifestement le moyen pour cet homme nouveau d’attester les progrès de son intégration dans sa belle-famille et dans le milieu patricien de Limoges.

9Mais ses ambitions sociales ne se doublent apparemment pas d’ambitions politiques immédiates. Aucune allusion n’est faite à une première charge urbaine. Cette attitude ne facilite-t-elle pas d’ailleurs son acceptation par un milieu familial et social soucieux de garder pour lui seul la direction de la ville ?

  • 23 Documents..., op. cit., t. VIII, p. 91-106 ; J. TRICARD, « Une ville et son traître... », op. cit.(...)

10Ira-t-on jusqu’à dire que la prudence de Psaumet Péconnet lui a été aussi dictée par le souvenir de l’aventure et de l’échec sanglant de Gaultier Pradeau, homme nouveau comme lui, deux générations plus tôt ? Car celui-ci n’avait pas cherché longtemps à se faire accepter par le patriciat limousin traditionnel : il s’était dressé contre les vieilles familles consulaires. Consul lui-même en 1426, il avait passé traité d’alliance avec leur adversaire, le vicomte breton de Limoges — dont la ville ne reconnaissait plus l’autorité — et son représentant en Limousin, Jean de Laigle. Il avait fait accord avec celui-ci pour lui livrer la ville et la porte qu’il gardait. Mais le complot fut découvert à temps, Gaultier Pradeau jugé, condamné comme traître à la ville et au roi et exécuté sur l’ordre de ses confrères au consulat23. Le patriciat limousin, les Benoist et leurs alliés, avait triomphé de l’homme pressé et de ses méthodes d’affrontement.

  • 24 Documents..., op. cit., t. VIII, p. 95-99.

11Dès le procès intenté l’année suivante par le frère du condamné aux consuls devant le Parlement — moins pour prouver son innocence que pour récupérer ses biens confisqués — les adversaires de Gaultier Pradeau avaient dressé de lui un portrait qui allait devenir traditionnel, celui du traître modèle : étranger à la ville, arrivé pauvre mais enrichi par le mariage et de louches affaires, c’est un homme seul et vénal condamné par la communauté urbaine unie derrière ses chefs traditionnels24.

  • 25 Ibid., p. 107-120.

12Certains documents du temps permettent cependant de lire autrement l’aventure, particulièrement les actes d’un autre procès intenté trois ans plus tard par un autre homme nouveau, Guillaume Molin, aux consuls menés par les Benoist, les Julien, les Dinematin et les Peyrat. Ce maître des monnaies les accuse d’avoir ameuté la population de Limoges contre lui et d’avoir ainsi mis sa vie en danger. Il évoque à plusieurs reprises Gaultier Pradeau et le présente non comme un ambitieux solitaire et cupide mais comme le chef d’un parti vicomtal dans la ville, se heurtant à un parti consulaire mené par les anciennes familles patriciennes de Limoges25. En exécutant Gaultier Pradeau, celles-ci font à la fois disparaître le créancier, l’homme nouveau mais aussi le chef de parti capable de contester leur autorité sur la ville au nom du vicomte. L’unanimité des habitants de Limoges, si souvent évoquée, cacherait en fait une lutte de partis et de clans pour le contrôle du pouvoir urbain.

  • 26 C. CHABANEAU éd., « Cartulaire du Consulat de Limoges », Revue des Langues romanes, 4e série, t. 8 (...)

13L’historiographie locale n’a repris que la première des thèses qui discréditait le traître solitaire et valorisait l’attitude patriotique des Limousins authentiques, unanimes derrière leurs consuls pour la défense de leur ville contre l’étranger26.

  • 27 J. TRICARD, « Une ville et son traître... », op. cit., p. 318.
  • 28 L. GUIBERT, Une affaire de trahison au xve siècle, Limoges, s.d. (1899).
  • 29 Outre les histoires locales déjà citées note 26, on peut signaler les articles de journaux, « La t (...)

14Gaultier Pradeau, au titre de traître modèle, tient désormais une place de premier plan dans l’histoire locale, du xve siècle à nos jours : une procession annuelle — organisée peut-être dès les années 1430 et jusqu’à la veille de la Révolution — permettait à la population d’insulter « l’homme de fer » — synthèse peut-être de Gaultier Pradeau et Jean de Laigle, ennemis privilégiés de la ville27 ; chaque histoire locale rappelle complaisamment l’épisode dans une optique patriotique ; Louis Guibert — par ailleurs un des grands érudits de la fin du xixe siècle — dresse un parallèle militant, au moment de l’affaire Dreyfus, entre le « traître de Limoges » et le « traître juif », tous les deux « d’origine étrangère » et tous les deux trompant la confiance de leurs concitoyens28. Au xxe siècle encore, histoires locales et articles de journaux reprennent le thème du traître étranger à la ville tenu en échec par les Limougeauds29. L’affaire ne cesse de fortifier l’amour de la petite patrie.

  • 30 On trouve dans la « généalogie des Péconnetz » réalisée par Jean Péconnet au xviiie siècle la note (...)

15La destinée des descendants de Psaumet Péconnet est, longtemps, beaucoup moins célèbre, si l’on est en droit de comparer le sort d’hommes de chair et de sang et le développement d’un mythe. Le premier membre de la famille à occuper une place en vue dans Limoges est la fille aînée de Psaumet Péconnet, Mariote. Elle est en effet la mère d’un consul, Jean Pinchaud, qui connaît une forme de gloire locale en tombant victime d’un Ligueur en 1598, pour la défense de la ville30. Mais, par son mariage, Mariote était sortie de sa famille d’origine.

  • 31 Registres consulaires, op. cit., t. I, p. 411.
  • 32 Ibid., t. ΙII, p. 48, 53, 262, 295.
  • 33 Ibid., t. IV, p. 48.
  • 34 Ibid., t. V, p. 224. Les Péconnet profitent-ils de la réforme de Laverdy pour prendre le pouvoir à (...)

16Les Péconnet, en revanche mettent près d’un demi-siècle avant d’occuper leurs premières fonctions publiques. Psaumet Péconnet — le fils du premier — est élu conseiller et répartiteur des tailles et autres impôts le 2 janvier 1547 pour le canton des Taules — un des quartiers bourgeois du centre de Limoges31. Il faut attendre 1601 pour voir son fils Jean occuper les mêmes fonctions ; la même année, il a l’honneur d’être porte-enseigne dans la compagnie constituée à l’occasion de la naissance de Louis XIII ; en 1609, il devient « veneur et louvetier pour la sénéchaussée de Limoges » ; il est le premier à porter alors le titre de « seigneur du Chastenet », que les Péconnet garderont jusqu’à la Révolution. Il fait enfin partie du corps des électeurs consulaires en 162632. Son fils, puissant homme d’affaires, n’apparaît dans le domaine public que comme capitaine de canton de la milice urbaine33. Il faut donc attendre 1765 pour trouver un Péconnet consul : le 24 janvier 1765, « Messire Péconnet du Chatelet prevot consul » convoque une assemblée de notables pour l’exécution d’un édit royal34. Désormais, les Péconnet vont jouer un rôle majeur dans la vie municipale jusqu’à la Révolution, à laquelle ils participent d’ailleurs dans sa première phase modérée. Il leur a fallu près de deux siècles pour parvenir au pouvoir urbain et sortir de l’ombre des Benoist.

  • 35 DUBEDAT, « Othon Péconnet », Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. 20 (...)
  • 36 « Othon Péconnet », Almanach annuaire limousin Ducourtieux, Limoges, 1872, p. 135. L’article, comm (...)
  • 37 Alors que la presse locale rappelle les mérites du maire de Limoges, un article d’H. DESCHAMPS, pa (...)
  • 38 Le centenaire du grand incendie du quartier des Arènes amène les journalistes limousins à évoquer (...)

17Le moment de triomphe du nom est cependant plus tardif encore et se situe au xixe siècle. Le grand homme de la famille, le seul qui figure au panthéon des hommes illustres du Limousin, est Othon Péconnet — qui porte caractéristiquement un prénom qui appartient au patrimoine des Benoist puisque trois Othon Benoist figuraient déjà dans le livre de raison d’Étienne Benoist au xve siècle. Il est en effet un des grands maires de Limoges du xixe siècle. Maire en 1862, il est un des rares urbanistes limougeauds de son temps et ouvre de nouvelles rues dans le centre de la ville. Surtout, dans la mémoire collective locale, il demeure le maire qui combat le grand incendie du quartier des Arènes, qui détruit 1 200 maisons et fait plus de 2 000 sans-abri en 1864. C’est Othon Péconnet qui anime les secours, sollicite et obtient de l’aide et de l’argent dans toute la France. C’est lui qui profite de l’incendie et de ses destructions pour remodeler et rénover ce vieux quartier35. Après sa mort, il a, lui aussi, droit à la gloire journalistique : nécrologie développée36 et articles de journaux au xxe siècle encore ; en 1901, en 1924 lorsque la rue des Arênes est rebaptisée à son nom37 ; en 1964, pour la commémoration du grand incendie de 186438.

18Au total, deux hommes aux handicaps et aux chances voisins au départ, deux tempéraments et deux stratégies opposées : d’un côté, le risque-tout qui tente de prendre immédiatement le pouvoir par la force et en chef de parti aux dépens du patriciat traditionnel et paie son échec de sa vie ; de l’autre, l’homme tranquille qui choisit de faire d’abord la conquête de la première famille patricienne de Limoges, devenue la sienne par un beau mariage, et un séjour des Péconnet dans l’ombre des Benoist, de gré ou de force, pendant près de deux siècles avant une gloire tardive dans les années 1860.

  • 39 Othon Péconnet n’est que rarement cité dans les histoires de Limoges ; Gaultier Pradeau est, comme (...)

19Il n’est pas sûr, cependant, que dans la mémoire collective d’aujourd’hui, le souvenir du maire modèle du xixe siècle tienne une place aussi grande que le souvenir du parfait traître à la ville du xve siècle39. Peut-être parce que le patriotisme local, resté très vif jusqu’à l’époque contemporaine, se nourrit davantage de la glorification de la résistance de la ville, animée par son patriciat, à la trahison de l’étranger que de la célébration de la réussite personnelle d’un de ses premiers notables.

Notes

1 Documents, analyses de pièces, extraits et notes relatifs à l’histoire municipale des deux villes de Limoges, archives historiques du Limousin, archives anciennes, L. GUIBERT éd., Limoges, 1902, t. VIII, p. 87-107.

2 « Cahier memento de Psaumet Péconnet, notaire de Limoges (1487-1502) », dans Livres de raison, registres de famille et journaux individuels limousins et marchois, L. GUIBERT éd. avec le concours de A. LEROUX, P. et J. de CESSAC et de l’abbé LECLERCQ, Paris-Limoges, 1888, p. 175-186 ; le cahier est incomplet, six feuillets ayant été arrachés.

3 « Journal de Jean Péconnet, homme d’affaires, bourgeois de Limoges (1644-1678) » et « Livre de raison de Joseph Péconnet (1679-1716) », dans Livres de raison..., op. cit., p. 300 et 407. On peut y ajouter une généalogie des Péconnet, par Jean Péconnet (Nouveau recueil des registres domestiques limousins et marchois, L. GUIBERT éd., avec le concours de A. LEROUX, J.-B. CHAMPEVAL, l’abbé LECLERCQ et L. MOUFLE, Paris-Limoges, 1903, t. 2, p. 145-147).

4 Registres consulaires de la ville de Limoges (1504-1790), E. RUBEN éd., Limoges, 1867-1897, t. I, p. 411 ; t. Π, p. 99 ; t. ΠΙ, p. 48, 52, 220, 262, 295 ; t. IV, p. 48, 73, 410, 413, 416 ; t. V, p. 205, 224, 225, 228, 230, 232, 234, 236, 241, 251, 252, 256, 258, 259, 269, 275, 349 ; t. VI, p. 302, 303, 381, 382, 383, 411, 435.

5 Documents..., op. cit., t. VIII, p. 95 ; Lesterps, Charente, ar. Confolens, c. Confolens-sud.

6 Livres de raison..., op. cit., p. 36 ; Eymoutiers, Haute-Vienne, ch.-l. c.

7 Documents..., op. cit., t. VIII, p. 95.

8 Ibid, p. 89.

9 La famille Benoist est essentiellement connue au xve siècle par son livre de raison écrit par Étienne Benoist. Elle y apparaît comme l’une des plus puissantes dynasties marchandes de Limoges (Le livre de raison d’Étienne Benoist, L. GUIBERT éd., Limoges, 1889 ; J. TRICARD, « La mémoire des Benoist : Livre de raison et mémoire familiale au xve siècle », dans Temps, mémoire, tradition au Moyen Âge, Actes du XIIIe congrès de la S.H.M.E.S.P., Aix-en-Provence, 1982, p. 119-140.

10 Étienne Benoist le Vieux, ancêtre de la famille, a rédigé — sans doute au début du xive siècle — une sorte de « testament politique » pour ses descendants, condensé de la sagesse familiale. Il a été pieusement recopié dans les livres de raison successifs des Benoist et y fait figure de texte de référence. Étienne Benoist y recommande notamment aux siens de ne participer qu’aussi peu que possible aux affaires de la ville et de « parler doucement au consulat » (Le Livre de raison d’Étienne Benoist..., op. cit., p. 33). Exceptionnellement, il n’a pas été suivi.

11 On n’a pas trouvé trace d’une famille Vidal dans les archives urbaines ni dans le Nobiliaire du Limousin — pourtant largement ouvert aux notables à l’époque moderne. Peut-être faut-il rapprocher cette Marie Vidal des Vidau plusieurs fois cités dans les registres consulaires. Mais on ne trouve pas de trace d’alliance entre les Vidau et les Benoist ou leurs alliés. Deux mondes différents ?

12 J. TRICARD, « Une ville et son traître : Limoges et l’affaire Gaultier Pradeau (xve-xxe siècle) », dans Villes, bonnes villes, cités et capitales, Mélanges offerts à Bernard Chevalier, Tours, 1989, p. 315.

13 Livres de raison..., op. cit., p. 175.

14 Il ne semble pas que ces mentions de bijoux puissent s’expliquer par l’existence, aux xvie et xviie siècles, d’une branche cadette de Péconnet orfèvres réputés (Livres de raison..., op. cit., p. 37).

15 Les filles Benoist reçoivent de grosses dots, comparables, en moyenne, à celles des filles de la bourgeoisie bordelaise (J.-L. BIGET et J. TRICARD, « Livres de raison et démographie familiale en Limousin au xve siècle », Annales de démographie historique, 1981, p. 322 et n. 8). La première dot de Valérie Benoist est de 300 l.t. en 1406 ; la seconde de 373 l.t. ; la dot de Bartholomée Benoist de 280 l.t. en 1438 ; celle de Marie Benoist de 170 l.t. Il est vrai qu’en échange de ces dots, elles sont exclues des partages successoraux.

16 Livres de raison..., op. cit., p. 177-178.

17 « mon freyr Mathieu Beynec » écrit-il, pour présenter le parrain de sa première fille, Mariote ; « ma sor Galiana Beynesche, relicte de feu Mathivot de Julie » — un membre de la puissante famille Julien — pour la marraine de son fils Étienne ; « Marsau Beynec mon nebout », pour le parrain de Psalme.

18 « Mariote Rogieyra ma mestresse » est marraine de sa première fille ; « Me Estienne Parrot mon mestre » est parrain de son deuxième fils, Etienne ; Nanette Salesse est marraine de son aîné, Pierre ; « Jamme de Julien » et « Cibille Saleyssa fille de feu Liennard Salesse », parrain et marraine de Jamme Péconnet, son quatrième enfant.

19 Il a indiqué dans cette note codée — peut-être pour garder la chose pour lui — que sa belle-sœur Galiane avait refusé d’être la marraine de son fils Pierre (Livres de raison..., op. cit., p. 180).

20 Elle est la marraine d’Étienne (ibid., p. 182).

21 ibid., p. 38-41.

22 La jeune accouchée a « comméré » avec les femmes des plus grandes dynasties bourgeoises de Limoges, Les Peyrat, les Dinematin, les Lamy, les Salesse. Lui ont fait deux visites (« viages »), Simone du Peyrat, femme de Marsau Dinematin et Mathive Benoist — de la famille de la jeune mère — femme de François Salesse.

23 Documents..., op. cit., t. VIII, p. 91-106 ; J. TRICARD, « Une ville et son traître... », op. cit., p. 211-221.

24 Documents..., op. cit., t. VIII, p. 95-99.

25 Ibid., p. 107-120.

26 C. CHABANEAU éd., « Cartulaire du Consulat de Limoges », Revue des Langues romanes, 4e série, t. 8, n° 8-12, août-déc. 1895, p. 226 ; E. RUBEN, F. ACHARD, P. DUCOURTIEUX éd., Annales manuscrites de Limoges de 1638, Limoges, 1892, p. 294-298 ; Bonaventure de SAINT-AMABLE, Histoire de Saint Martial..., Limoges, 1685, p. 696-697 ; A. LEYMARIE, Histoire du Limousin, Paris-Limoges, 1844, p. 340-350 ; F. MARVAUD, Histoire des vicomtes et de la vicomté de Limoges, Paris, 1873, p. 53-55 ; L. GUIBERT, « La trahison de Gaultier Pradeau », dans Récits de l’histoire du Limousin, Limoges, 1886, p. 277 ; P. DUCOURTIEUX, Histoire de Limoges, Limoges, 1925, p. 94-95 ; J. NOUAILLAC, Histoire du Limousin et de la Marche limousine, Limoges, 1949, p. 142-143 ; G. VEYRINAUD, Histoire de Limoges, Limoges, 1973, p. 43-45 ; J. LEVET, Histoire de Limoges, Limoges, 1974, t. I, p. 188-190 ; R. PRINCEAU, Histoire de Limoges, Limoges, 1986, p. 150-151.

27 J. TRICARD, « Une ville et son traître... », op. cit., p. 318.

28 L. GUIBERT, Une affaire de trahison au xve siècle, Limoges, s.d. (1899).

29 Outre les histoires locales déjà citées note 26, on peut signaler les articles de journaux, « La trahison de Gaultier Pradeau », Courrier du Centre du 22 décembre 1954 et Septime GORCEIX, « Le mémorable châtiment d’un traître », Populaire du Centre du 22 janvier 1958.

30 On trouve dans la « généalogie des Péconnetz » réalisée par Jean Péconnet au xviiie siècle la note suivante : « Quant à la dite Mariote, première née, elle fut mariée avecq Jean Pinchaud, duquel mariage fut procrée autre Jean Pinchaud, lequel fut consul de Limoges et tué le 15 octobre de son consulat. » Une place de Limoges prit le nom de ce défenseur de la ville (Nouveau recueil..., op. cit., p. 145-147).

31 Registres consulaires, op. cit., t. I, p. 411.

32 Ibid., t. ΙII, p. 48, 53, 262, 295.

33 Ibid., t. IV, p. 48.

34 Ibid., t. V, p. 224. Les Péconnet profitent-ils de la réforme de Laverdy pour prendre le pouvoir à Limoges ? (cf. dans les actes du colloque, la communication de B. LEGRAND-BAUMIER, « La réforme municipale de L’Averdy (1764-1765) : glas de la représentation patricienne au sein des corps de ville ? L’exemple de Tours »).

35 DUBEDAT, « Othon Péconnet », Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. 20-21, 1872, p. 242 ; O. PÉCONNET, Rapports et documents relatifs aux travaux de la commission de distribution de secours aux incendies, Limoges, 1867.

36 « Othon Péconnet », Almanach annuaire limousin Ducourtieux, Limoges, 1872, p. 135. L’article, comme il se doit très élogieux, rappelle l’action d’Othon Péconnet à la tête de la municipalité de Limoges, ses talents d’urbaniste, sa lutte contre le grand incendie de 1864, pour la protection des sans-abri et la rénovation du quartier, sa carrière de notable bonapartiste sur le thème de la défense de « la liberté et l’ordre ». Il reprend d’autres articles de journaux.

37 Alors que la presse locale rappelle les mérites du maire de Limoges, un article d’H. DESCHAMPS, paru dans le Limousin de Paris, à la rubrique « nos concitoyens illustres », insiste sur les talents poétiques d’Othon Péconnet et ne dit mot du maire ni du grand incendie.

38 Le centenaire du grand incendie du quartier des Arènes amène les journalistes limousins à évoquer la figure d’Othon Péconnet : un article du Populaire du Centre du 15 août 1964 est intitulé « Le 15 août 1864, un grand incendie détruisait le quartier des Arênes » ; un autre du 26 août 1964 est plus précisément consacré à la célébration de la mémoire d’Othon Péconnet et a pour sous-titre « Depuis quarante ans, une rue de la capitale limousine porte le nom de cet homme de bien ». L’article, qui emprunte beaucoup à l’Almanach de 1872, rappelle ses nombreux travaux d’urbanisme et sa réfection de l’église Saint-Pierre.

39 Othon Péconnet n’est que rarement cité dans les histoires de Limoges ; Gaultier Pradeau est, comme on l’a vu, présent dans toutes et son affaire évoquée dans le détail.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540